• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La dérussification de l’Ukraine : une épuration ethnique à (...)

La dérussification de l’Ukraine : une épuration ethnique à demi-mot

La dérussification de l'Ukraine n'est pas que linguistique et culturelle, elle est aussi ethnique. L'indépendance du Donbass serait la finalisation de ce processus, rejetant la majorité des ukrainiens d'origine russe, faisant ainsi de l'Ukraine, ce qu'elle n'a jamais été : un pays européen.



A la veille, de leur troisième anniversaire, les accords de Minsk-2, restent pour Moscou, contrairement à ce que laisse entendre la propagande occidentale et sa cinquième colonne, la seule et unique voie de règlement de la guerre civile ukrainienne.

Son abrogation serait un point de non retour car selon Dmitry Peskov, dans les conditions actuelles rien ne garantit qu'un autre accord puisse être mis en place entre les parties concernées.
Le porte parole du Kremlin a aussi déclarait « que jusqu'à présent ni les pays garants des accords, ni les participants au conflit dans le Donbass, n'ont déclaré la non-viabilité de Minsk-2. Selon lui, de telles hypothèses dans la situation actuelle signifieraient un « effondrement complet ».

Moscou apparaît donc, et ce depuis 2015, comme le seul et unique réel garant des accords de Minsk. En effet si Kiev venait à entreprendre une réintégration militaire des régions séparatistes, la France et l'Allemagne ne pourraient émettre que d’impuissantes protestations. Seul Moscou, a les « moyens coercitifs » pour obliger Kiev à respecter l'intégralité territoriale des régions dissidentes ukrainiennes. Malgré les trompettes propagandistes de réseaux interlopes annonçant des offensives générales jamais réalisées (Janvier 2017, décembre 2017, janvier 2018), une escalade généralisée du conflit reste très peu probable. Il ne faut jamais perdre de vue que la sécession du Donbass ne sert que les intérêts de Kiev et de ses alliés occidentaux ( 1 et 2).
Néanmoins le printemps 2018, pourrait être le cadre de provocations ukrainiennes ayant comme but la perturbation des élections présidentielles russes et la déstabilisation du candidat Poutine. Ce dernier ayant en effet peu ou prou de marge de manœuvre. Ne pas intervenir le ferait passer pour faible, intervenir pour belliciste.

Largement présenté par la presse occidentale comme des accords inutiles ayant gelé le conflit ukrainien, les accords de Minsk-2 ont suspendu la dérussification ethnique de l'Ukraine.

Il existe dans l'histoire un précédent significatif de purification ethnique, celui des juifs allemands sous le Troisième Reich. Pour les nazis, l'Allemagne devait être « Judenfrei », c'est à dire libérée des juifs. Cette « libération » commence en 1935 par les lois de Nuremberg et se termine le 20 janvier 1942 à la Conférence de Wannsee. Après cette date, le Reich doit être « Judenrein », c'est à dire « nettoyé » via « la solution finale à la question juive ».
Avant 1942, les nazis n'ont comme but que de provoquer (par des lois coercitives, des menaces, des pogroms), ou d'inciter (par la promotion du sionisme) l’immigration des juifs. Cette solution politique au problème juif est un « succès », sur les 523.000 juifs vivant en Allemagne en 1933, 360.000 avaient immigré en 1941. Cet exemple de la première phase de « la solution au problème juif » montre qu'une épuration ethnique n'est pas forcément le résultat d'un génocide, mais aussi le fruit d'une politique.

Qu'observe-t-on depuis 2014 en Ukraine ? Malheureusement un schéma très proche de celui évoqué ci-dessus.

Avant d'aller plus loin dans la rédaction de cet article, je me dois de préciser que je ne ferai pas le raccourci simpliste d'une pseudo-presse de ré-information qui qualifierait la politique actuelle de Kiev de Néo-nazie. Ceci pour la bonne raison que les nationalistes ukraïno-galiciens sont précurseurs des théories raciales du nazisme. Dès 1900 paraît à Lviv (alors austro-hongroise),« l' Ukraine Indépendante » (Samostïna Ukraïna) de Mykola Mikhnovsky. Ce dernier développe une théorie basée sur le Darwinisme social (lutte des races, avec comme ennemi les moskals, les liakhs et jydy (russes, polonais et juifs) et la lutte des classes Marxistes.

Il rédigea en 1903 les Dix Commandements du nationalisme ukraïno-galicien pour son Parti du Peuple Ukrainien (NPU) :

  • 1. Une Ukraine indépendante, libre et démocratique, une et indivisible, des Carpates au Caucase - une république des travailleurs.
  • 2. Toutes les personnes sont tes frères, mais les russes, les polonais, les hongrois, les roumains et les juifs – sont les ennemis de notre peuple car ils nous gouvernent et nous exploitent.
  • 3. L'Ukraine pour les ukrainiens ! Par conséquent, les étrangers-oppresseurs de toute l'Ukraine seront expulsés.
    4. Partout et pour toujours utiliser la langue ukrainienne. Que ni ta femme ni tes enfants ne se compromettent dans la langue des étrangers-oppresseurs.
  • 5. Honore les chefs de ton pays natal, déteste ses ennemis, méprise les escrocs - l'apostat - et ce sera bon pour toi et tout ton peuple.
  • 6. Ne tuez pas l'Ukraine par l'indifférence aux intérêts nationaux.
  • 7. Ne devenez pas un apostat renégat.
  • 8. Ne volez pas votre propre peuple, en travaillant pour les ennemis de l'Ukraine.
  • 9. Aidez votre compatriote avant tout, communautarisez-vous.
  • 10. Tu ne prendras point une femme étrangère, parce que tes enfants seront tes ennemis et ne sois pas en bon terme avec les ennemis de notre peuple, parce que ainsi vous leur donnez la force et le courage, ne te mélanges pas à nos oppresseurs, car alors tu seras un traître.

     
  • Donc dès 1903, soit à une époque où Adolf Hitler n'était encore qu'un collégien en échec scolaire à Linz, la doctrine des nationalistes ukraino-galiciens est déjà bien établie. Il est donc totalement contre productif de qualifier la junte de Kiev de néo-nazi et ce pour deux raisons. La première, car cela est faux, le nationalisme ukraïno-galicien est dès sa naissance intrinsèquement criminel, génocidaire. La seconde, cela le dédouane, en reportant la faute sur l’Allemagne nazie dont la folie l'aurait contaminée.
  •  
  • Le troisième des Dix Commandements du NPU qui stipule « L'Ukraine pour les Ukrainiens ! Par conséquent, les étrangers-oppresseurs de toute l'Ukraine seront expulsés d'Ukraine. » est mis place depuis le 22 février 2014.

    Tout comme en Allemagne nazie où des lois étaient mises en place pour stigmatiser la population juive (loi de Nuremberg), la junte de Kiev retire à la langue russe sont statut de langue régionale le 23 février 2012. Le 28 février, la loi sur l'abolition des langues régionales est abrogée. Néanmoins, cette abrogation n'a été que de la poudre aux yeux pour calmer les chancelleries occidentales, car depuis cette date les lois limitant l'utilisation du russe et des autres langues régionales s’enchaînent les unes après les autres : restriction de la langue russe à la télévision, interdiction des séries et films russes postérieurs à 2013, interdiction de la littérature russe et projet sur l'enseignement scolaire des langues régionales.

    Ainsi le quatrième commandement sur l'ukrainisation de la langue est pleinement mis en place.

    Suite à la suppression du statut du russe comme langue régionale des barricades furent dressées dans plusieurs grandes villes de l'est du pays. Ces manifestations furent les prémices au déclenchement de la guerre civile ukrainienne qui est la pierre angulaire de la politique de dérussification de l'Ukraine.
    La première des conséquences de la guerre civile est un exode massif des russophones ukrainiens vers la Russie. Début 2017, leur nombre était 2.320.300 (Chiffre 2015 : 2.642.000 en avril 2017), dont 1,038 millions provenant des LDNR. Seulement 170.000 ukrainiens principalement originaires de Crimée ont reçu la nationalité russe.

  • Avant le conflit les russes ethniques composaient 17,3% de la population soit 8,3 millions des d'habitants. Ce chiffre était de 22 % au moment de l'indépendance du Pays.
    Qu'en est-il à ce jour ?
    En mars 2014, il y avait en Crimée, 1,764 millions de russes ethniques. A ces derniers, il faut rajouter le million de réfugiés des LDNR, soit un total minimum de 2,8 millions sans tenir compte des réfugiés des autres régions de l'Ukraine.
    A ce jour les russes ethniques en Ukraine ne représentent plus que 12 % de la population.

    Si les Républiques de Lougansk et Donetsk devenaient indépendantes, se chiffre tomberait aux environs de 6 %.
  • Les 2/3 des russes d'Ukraine auraient quitté le pays. Ce chiffre serait alors comparable au résultat obtenu par « la solution politique au problème juif » évoquée précédemment.

    Pourquoi est-il aussi important pour les ukraino-galliciens et pour leurs alliés de l'Otan de dérussifier l'Ukraine ?

    Car il existe en Ukraine un obstacle insurmontable à l'asservissement du pays par les occidentaux : la démocratie. La première « Révolution Orange » qui était déjà le fruit d'une alliance entre les bandéristes galiciens et les USA a été un échec cuisant. Il n'a fallu que quinze mois pour que les urnes permettent le retour de Ianoukowitch au poste de Premier Ministre. Il apparaît donc qu'il est impossible aux occidentaux de maintenir une quelconque junte bandéro-gallicienne à Kiev tant qu'il planera sur le pays le risque démocratique.
    S'il est impossible d'empêcher les élections en établissant une dictature, il est tout à fait possible de les priver d'électeurs. C'est le but premier de la guerre civile ukrainienne.
    La première répercussion de la révolution de Maïdan est la réintégration de la Crimée (- 1,8 millions de russes ethniques), la seconde est la sécession de l'est du pays (-3,5 millions) ayant comme corollaire un flux de réfugiés vers la Russie (-1,3 millions).

    Sans application des accords de Minsk2 la démocratie ukrainienne est donc tout simplement enterrée, laissant le pays devenir une autre Ukraine, une Ukraine conçue en Autriche-Hongrie à la fin du 19éme siècle et mise en place par les USA et leur alliés galiciens.

    La neutralisation de l'électorat « pro-russe » ukrainien est vital pour la Junte de Kiev et ses alliés occidentaux. La connaissance de ce point est la seule explication à la présence d’éléments de la « cinquième colonne » pro-occidentale à Donetsk. Elle permet aussi de comprendre pourquoi des activistes sécessionnistes de la première heure sont issus de l'Open Society et que l'on retrouve comme figure de proue indépendantiste un ancien créateur et chef de parti ukrainien pro-européen.Cette cinquième colonne formée de « poissons-volants » est d'autant plus difficile à prendre en faute, qu'elle a comme mission d'être « plus royaliste que le roi ».
  •  
  • La non-application des accords de Minsk signifierait sans aucun doute la sortie définitive de l'Ukraine de la sphère d'influence de Moscou. La sécession du Donbass, permettant à Kiev de « neutraliser » la majorité de l'électorat « pro-russe » du pays, il est donc tout à fait probable que le blocage actuel des accords de Minsk perdure jusqu'aux élections présidentielles ukrainiennes du 31 mars 2019.

Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • rogal 31 janvier 19:17

    À propos des Juifs d’Allemagne, confusion entre IMMIGRER (in = entrer) et ÉMIGRER (ex = sortir).


    • Laurent Courtois Courtois Laurent 31 janvier 19:23

      @rogal
      Merci pour votre correction.


    • pipiou3 31 janvier 19:56

      Plutôt que de faire une comparaison déplacée avec la shoah et les nazis, une comparaison plus appropriée aurait été la persécution des Tatars de Crimée : « toute la population tatare de Crimée fut victime de la répression stalinienne. Ils furent accusés d’être des collaborateurs du Troisième Reich et déportés en masse en Asie centrale » .... En deux jours du 18 au 20 mai 1944 environ 180 000 tatars ont été déportés"


      • Laurent Courtois Courtois Laurent 31 janvier 20:17

        @pipiou3

        Pourquoi une « comparaison déplacée » ? De plus je vois que vous oubliez que les nationalistes ukraino-galiciens ont joué une part active dans la shoah et qu’ils auraientt dû être, malgré l’opposition de l’URSS qui ne voulait pas être compromise, jugés à Nuremberg.


        Il ne furent pas accusés, cela laisse croire qu’ils étaient innocents. 
        Selon Christopher Halle dans son livre « Hitler’s Foreign Executioners : Europe’s Dirty Secret , » page 331, « au moins 20 000 Tatars se sont portés volontaires (pour rejoindre les troupes nazis, nda), ce qui représente l’ensemble de la population masculine âgée de 18-35 qui n’était pas déjà enrôlé par les Soviétiques  »*. Cela est le seul et unique cas où l’intégralité d’une population se rallie entièrement à l’occupant nazi.

        De plus les Tartares de Crimée ont été réhabilités en 1967.

        Néanmoins, malgré la collaboration abjecte des tartares de Crimée aux crimes du nazisme (50 millions de morts en Russie), je ne m’abaisserai pas comme vous à justifier un crime par un autre. Je classerai donc la déportation des tatares de Crimée, parmi les infamies du Stalinisme.


      • pipiou3 31 janvier 20:39

        @Courtois Laurent
        Déplacée parce que ça a tout du point Godwin .... combien de chambres à gaz en Ukraine ?

        Les tatars ont été réhabilités et alors ? Les juifs aussi ont été réhabilités.
        Quant à la collaboration abjecte elle est apparemment plus fantasmée que prouvée.
        Mais on sait que chez les russes l’accusation de fascisme ou de nazisme permet de disqualifier n’importe qui.
        Et votre façon d’attribuer 50 millions de morts aux Tatars c’est quand même lourd.
        Pareil, 20 000 Tatars seraient « l’intégralité d’une population » ... c’est ce qu’on appelle charger la barque !! Vous faites un sacré procureur.

        Bref on a compris que le but c’était d’associer l’Ukraine au nazisme et de ne surtout pas envisager qu’il y eut des salauds en URSS auxquels associer ce genre de comportement.

        Ne changez surtout, restez bien polarisé smiley


      • Laurent Courtois Courtois Laurent 31 janvier 22:06

        @pipiou3

        Vous ne comprenez pas ce que vous lisez, cela explique très certainement votre interprétation de l’histoire.
         
        « Les juifs aussi ont été réhabilités » réhabilitez de quoi ? Avaient-ils été accusés d’un crime ? Peut être la crucifixion du Christ ? Mais dans ce cas ne serait-ce pas plutôt les romains ?
         

        Je n’ai jamais attribué 50 millions de mort aux tarares mais au nazisme, relisez-moi en vous concentrant.

        Avez-vous lu mon article ? Il y est stipulé que dire : Ukrainien = nazi est faux. Puisque les nationalistes ukrainiens sont antérieurs et pires que les nazis.

        Donc non, mon but n’est pas d’associer l’Ukraine (Galicie) au nazisme mais à ce qu’elle est...


      • sven 31 janvier 23:04

        @pipiou3, Si j’en crois Soljénytsine qu’on ne peut guère assimiler à un partidsan de Staline, les Tatars de Crimée ont représenté un cas tout à fait particulier de minorité nationale en URSS. Ils ont presaue totalement collaboré avec les nazis à l’extermination des juifs de Crimée. Un massacre de civils, hommes femmes et enfants d’une particulière lacheté. Il est bon de rappeler que d’après Soljénytsine, Staline ne les a pas condamnés sans raison à l’exil. Par ailleurs, si mes souvenirs sont exacts, ceux des tartares de Crimée et de leur famille qui ont pu montrer qu’ils n’avaient pas participé à ce crime ignoble, n’ont pas été exilé.
        ,


      • pipiou3 31 janvier 23:43

        @Courtois Laurent
        Si je lis très bien vos amalgames :
        Derussification ukrainienne = Shoah et Tatars = nazisme = 50 millions de morts.


      • Laurent Courtois Courtois Laurent 1er février 08:09

        @pipiou3

        Non vous lisais mal, ou vous ne voulez pas comprendre.

        Dérussification de l’Ukraine =
        Solution politique à la question juive (donc antérieur à la shoah, donc différent) =

        Nationalisme ukraino-galicien = 
        = l’ assassinat de la NATION UKRAINIENNE.

        Car il s’agit bien de cela de la destruction d’une nation, par le remplacement de son identité nationale, par une identité fictive née dans un pays étranger (Autriche Hongrie) et sponsorisé par les services secrets du dit empire pour affaiblir l’empire russe. Fausse identité qui par la suite à été entretenue par la CIA et le Mi6 pour jouer le même rôle contre l’URSS.


      • pipiou3 2 février 22:44

        @Courtois Laurent
        C’est pluto vous qui écrivais mal, mais je compran quand même.

        Aujourd’hui c’est antérieur à la Shoah ... je suis pas sûr, mais votre parallèle avec la shoah est très inadaptée et malsaine (vous n’avez pas répondu pour les chambres à gaz).

        Ce qui compte c’est que vous avez placé CIA : mot compte triple !

        Et puis on est d’accord : l’Ukraine n’a jamais eu à patir de ses occupations successives dont les occupations Russes qui n’ont pas laissé que des bons souvenirs, sauf pour vous.
        Parce que « l’assassinat de la nation ukrainienne » vos copains ont déjà essayé plusieurs fois ....


      • Laurent Courtois Courtois Laurent 3 février 09:06

        « @pipiou3

        Je n’ai jamais employé le mot shoah et je ne l’emploierai jamais, car c’est un mot créé dans un seul but manipulatoire...

         »vous n’avez pas répondu pour les chambres à gaz" : c’est normal, je ne trouve pas le mot dans vos intervention...

        Etes vous certain de savoir ce qu’est la nation ukrainienne et d’en connaitre l’essence ?


      • Doume65 3 février 11:35

        @pipiou3
        « C’est pluto vous qui écrivais mal »
        C’est ce qu’on appelle une démonstration par l’absurde ! Sauf que là, elle se retourne contre soi.


      • pipiou3 4 février 12:37

        @Courtois Laurent
        « « la solution finale à la question juive » » c’est pas synonyme de la Shoah ?

        « c’est normal, je ne trouve pas le mot dans vos intervention... » vous avez vraiment du mal !!

        5eme commentaire d’une file qui n’en compte pas beaucoup et vous avez du mal à trouver ma question « combien de chambres à gaz en Ukraine ? » .
        Soit vous lisez très mal, soit vous n’avez pas envie de comprendre.

        Je faisais mon possible pour augmenter votre compte de commentaires, plutôt famélique, mais là c’est bon je ne vais pas insister, salut.


      • Laurent Courtois Courtois Laurent 5 février 10:36

        @pipiou3

        Vu, autant pour moi...

        J’espère que vous savez que les chambres à gaz n’ont été qu’un élément ponctuel du génocide (terme officiel du tribunal de Nuremberg) commis par les nazis et leurs alliés de circonstances. Par exemple dans le cas de l’ URSS, qui a été le pays le plus touché par la purification raciale, 1,4 millions de personnes ont été tuées sans utilisation de chambre à gaz. 
        Donc l’absence de chambre à gaz en Ukraine ne démontre pas qu’elle ne fut pas terre de génocide.

         « la solution finale à la question juive » » c’est pas synonyme de la Shoah ?« 

        Pour moi non, puisque que je considère que chaque mot à sa résonance propre.

        « la solution finale à la question juive », c’est l’euphémisme nazi.
         »Génocide«  : c’est le terme neutre, celui utilisé à Nuremberg.

        Ensuite les termes Holocauste et Shoah sont des mots fortement connotés.

        L’holocauste est un sacrifice offert aux dieux par l’immolation. Il fut employé dès 1937 par Max Jacob, dans l’idée que le nazisme était une punition envoyé par Dieu. C’est pour les israéliens un contre sens.

        Dès 1951, par voie législative à la Knesset le mot »Shoah" a été intronisé, c’est à dire conjointement au programme nucléaire israélien.
        Dès 1958, les USA soupçonnent les israéliens de mettre au point un programme nucléaire et saisissent lAEA qui déclenche enquêtes et inspections.
        1961 : procès Eichmann. 

        Pour moi, la Shoah est donc l’instrumentalisation du génocide des juifs européens par le nazisme dans le but de justifier, légaliser aux yeux du monde la possession illégale de l’arme nucléaire par l’Etat d’Israël. Ce n’est pas du révisionnisme car je ne nie pas les faits, mais je ne fais que montrer leur instrumentalisation postérieure.

        Ce sujet mériterait plus un article qu’un simple commentaire... 


      • zelectron zelectron 1er février 04:42

        Quid de l’Anschluß de la Crimée  ?
        (et de la déportation des opposants)


        • Laurent Courtois Courtois Laurent 1er février 08:02

          @zelectron
          « et de la déportation des opposants » en Crimée. Avez-vous des noms et des exemples à me fournir ? Si oui, combien ?



        • eric 2 février 23:20

          Un très grand n’importe quoi...Cela se passerait presque de commentaire. Même la propagande russe n’est pas primaire à ce point.

          1) Une très grand partie des « ukrainiens de souche » parlent russe à la maison

          2) En URSS les mariages russo ukrainiens étaient les plus nombreux de tous les mariages mixtes de toutes les populations de l’empire en pourcentage.

          3) Il est vrai qu’en Ukraine de l’ouest, les ruraux ukrainiens ont toujours été dominés par les russes, les polonais et les juifs en ville. Leurs discours de 1903 sont de leur époque. Celle ou les gauches françaises parlaient du droit et du devoir des races supérieures à dominer les races inférieures.

          4) Effectivement, l’Ukraine était divisée aux élection en gros à 50-50, en pro russe et anti russe. effectivement, en sortant les habitants de Crimée de l’électorat ukrainien, la Russie a réduit les pro russes à une minorité en Ukraine.
          Ce n’est pas une première. En Géorgie aussi, sa politique, dont on peut penser ce que l’on veut, a conduit à ce que les jeunes apprennent moins le russe qui était la langue commune à tous dans l e passé.

          5) Les gens émigrent de toutes les parties de l’Ukraine en raison de la situation économique, quelle que soit la langue qu’ils parlent. A Paris, un chantier sur trois sans doute est réalisé par des ukrainiens ou de moldaves qui parlent russe. Les ukrainophones de l’ouest sont partis plus tôt et plus.
          Beaucoup des ukrainophones sont partis en Russie...

          6) Distinguer un russe d’un non russe en Ukraine ? Yanukovitch est moins russe et plus Ukrainien que Timoshenko...

          Un bon exemple : le show sur cette chaîne commerciale ukrainienne : Un sibérien participe en russe à un « l’Ukraine à du talent », chant génial à partir de 2.50

          https://www.youtube.com/watch?v=khaO2FydomU

          Pour ceux qui comprennent le russe et connaissent un peux ces régions : https://www.youtube.com/watch?v=E6eSHZXVvjM
          On notera que la plupart des acteurs sont des anciens de KVN....
          Et oui, des ultras ont critiqué ce canal pour sa proportion d’émissions russes. Cela ne l’empêche pas d’exister.


          • Laurent Courtois Courtois Laurent 3 février 10:36

            @eric

             En lisant votre litanie d’arguments à moitié justes (avant de dire à quelqu’un qu’il écrit du grand n’importe quoi, il faudrait commencer à ne pas le faire soi-même), je me demandais où vous vouliez en venir. après la lecture, je me le demande toujours... Il manque à votre saillie, le petit quoi qui fait passer un texte du rébarbatif à l’intéressant : c’est à dire une conclusion.

            Je vais commencer par corriger les erreurs :

            3)" Il est vrai qu’en Ukraine de l’ouest, les ruraux ukrainiens ont toujours été dominés par les russes, les polonais et les juifs en ville. Leurs discours de 1903 sont de leur époque. Celle ou les gauches françaises parlaient du droit et du devoir des races supérieures à dominer les races inférieures." = FAUX.
            Je vous rappelle que l’est du pays a quitté partiellement la sphère Riourikide dès le 13éme siècle et totalement en 1569 suite à l’Union de Loublin. Date à laquelle l’Est du pays est devenu polonais ! Il a fallut attendre le 3éme partage de la Pologne (1795) pour que la Volhynie devienne temporairement russe jusqu’en 1920. L’ouest de l’Ukraine n’est devenu soviétique qu’en 1939. Alors ,expliquez-moi comment les paysans austro-hongrois furent dominés par les russes ?

            4)"en sortant les habitants de Crimée de l’électorat ukrainien, la Russie a réduit les pro russes à une minorité en Ukraine. " = FAUX. Une minorité = -50 %. Les russes ethniques de Crimée représentaient au plus 25% de l’électorat russophile d’Ukraine. Je vous laisse en tirer les conclusions (même si cela ne semble pas votre fort).

            6) Distinguer un russe d’un non russe en Ukraine ? Yanukovitch est moins russe et plus Ukrainien que Timoshenko... = FAUX. Timoshenko n’est pas russe ni ukrainienne elle est d’origine lettonne par son père et arménienne par sa mère. Ianokowitch est un pur ukrainien de Donetsk, c’est à dire un russe ethnique.
            Je vous rappelle que le Donbass n’a été rattaché à l’Ukraine qu’en 1920 par Lénine pour deux raisons : industrialiser une république agricole et punir la région qui avait collaboré à la contre-révolution et qui était un foyer et le principal financier des nationalistes austro-galliciens...
            Pour finir, je vais essayer de conclure à votre place. Peut-être vouliez vous me dire que l’Ukraine est par essence russe ? Si c’est cela, je suis d’accord avec vous et j’espère que le 31 mars 2019, la junte galicienne sera chassée du pouvoir par un candidat de réconciliation nationale et de réconciliation avec le frère russe. Ce candidat pourrait bien être Yanoukowitch, car les ukrainiens pourraient bien comprendre que s’ils l’avaient laissé accepter les 17 milliards de Dollars d’aide russe, le pays ne serait pas entré dans l’Europe (comme avec Poroshenko) et ne serait pas sous le Dictât du FMI et le peuple ukrainien livré à la misère.
            Si, si, une réconciliation nationale est possible et elle se fera sur le dos des étrangers bellicistes tant à l’ouest qu’à l’est du pays...
            PS : êtes-vous sur de travailler en Russie et non pas en Ukraine ?


          • eric 3 février 21:53

            Ouai, et en l’An 800 Aix la Chapelle était « française » ce qui fait que Merkel devrait nous restituer nos provinces perdues.
            La situation de la partie Austro hongroise, c’était des fonctionnaires germaniques, des aristo et élites urbaines Polonaises et des commerçant et libéraux juifs, Des paysans ukrainiens plutôt solidaire des Autrichiens qui les avaient débarrassé du servage encore habituel chez les peuples slaves ( Roumains, russes, etc...). Mai si ils se sont tapé ensuite entre 19 et 45, 5 fois les passages de l’armée rouge avec ce que cela signifie d’épuration de collectivisation de massacre et de répression. Et à l’époque, c’était vraiment des russes. Surtout la première fois. (Aller retour Trotski, Toukhachevsky, Aller et retour lors du partage de la Pologne avec les socialistes nationalistes allemands, puis retour définitif et annexion. L’est de la Pologne peuplé d’Ukrainiens a été rattaché à l’Ukraine soviétique en 40 et non en 39, mais cela n’a pas duré bien longtemps. Juste le temps que les locaux souhaitent ardemment l’arrivé des allemands. Et compte tenu de ce qu’ils avaient vu faire à leurs frères ukrainiens soviétiques pendant les famines organisés par les socialistes, on peut aussi se mettre à leur place.

            Les russophiles et europhiles se partageaient en gros moitié moitié comme le prouve tous les scrutins depuis l’indépendance. En fonction du contexte et d’autres facteurs non moins important, on naviguait entre dirigeant un peu plus proche de la Russie ou un peu plus proche de l’Europe, mais en gros, essayant de naviguer au mieux des intérêts locaux. . Vous vous contredisez vous même. Avec 25% de l’électorat russe et favorable à la Russie qui se barre, oui, les russophiles deviennent minoritaires dans ce qui reste d’Ukraine.
            Timoshenko, c’est son père qui est d’origine arménienne, mais avec une « nationalité » lettonne dans son passeport. C’est à dire que c’était un « Savok » et donc culturellement un russe pour l’essentiel. Mais père et mère né en Ukraine de toute façon.

            De toute façon l’ignorance de tous ces « détails » cadre bien avec une envie d’en découdre jusqu’au dernier ukrainien ou russe suivant les camps, pour servir des intérêts essentiellement privés, et/ou extérieurs ( russes ou occidentaux), et qui ne tiennent pas compte qu’on parle, ( à part l’Ukraine vraiment de l’ouest,et encore) fondamentalement, de gens qui ont toujours vécu ensemble et avaient tous pour que cela continue.

            Dès lors, je vois très bien ce qui vous manque dans mon commentaire, Je ne choisit pas mon camp entre ces gens. Je conçois très bien que cela vous dérange vu votre manichéisme général.


            • Laurent Courtois Courtois Laurent 4 février 13:48

              « @eric

              Je m’épargne de répondre à vos vociférations historiques, je vais juste le faire pour vos deux derniers paragraphes.

               »De toute façon l’ignorance de tous ces « détails » cadre bien avec une envie d’en découdre jusqu’au dernier ukrainien ou russe suivant les camps, pour servir des intérêts essentiellement privés,« 

              Comment osez-vous m’écrire cela, alors que j’ai toujours souhaité une libanisation de l’Ukraine, c’est à dire une réconciliation nationale et non une yougoslavisation.

              J’en déduis que vos commentaires n’ont pas pour but de débattre mais de seulement étaler un pseudo-savoir dans un but narcissique, car vous ne prenez même pas le temps de chercher à comprendre mon point de vue.

              Je vous rappelle que sur agoravox, il y a un super duo de belliciste, qui l’un depuis la France et l’autre depuis Donetsk, nous inonde de »plus de sang« , de »guerre totale nucléaire« , d’extermination des soldats ukrainiens jusqu’au dans les faubourgs de Kiev.

              Leur avez-vous servi votre petit couplet : 

               »De toute façon l’ignorance de tous ces « détails » cadre bien avec une envie d’en découdre jusqu’au dernier ukrainien ou russe suivant les camps, pour servir des intérêts essentiellement privés« .

              Parce qu’eux, à ma différence, ils n’écrivent pas sur agoravox pour exprimer simplement leur point de vue, mais pour dramatiser, attiser les passions dans le seul but de demander encore plus de dons...

               »Dès lors, je vois très bien ce qui vous manque dans mon commentaire, Je ne choisit pas mon camp entre ces gens. Je conçois très bien que cela vous dérange vu votre manichéisme général.« 

              Encore tout faux, cela ne me dérange pas du tout, ce qui me dérange c’est ceux qui crient »plus de sang ! plus de dons". Autant dire que contrairement à ce que vous pensez votre position m’est plutôt sympathique. 

              Si vous voulez combattre les fossoyeurs de l’Ukraine ne perdez pas votre temps inutilement à me troller. Rassemblez votre courage et aller vous frotter à l’armée de Troll de la Sorcière de Donetsk.
              Vous verrez, ils sont hystériques prêt à toute les bassesses dans l’espoir que leur égérie glisse leur nom aux autorités locales pour obtenir une reconnaissances qui ferait d’eux les héros qu’ils ont toujours rêver d’être. 

              Ne vous trompez plus d’ennemi...


            • eric 4 février 14:56

              @Courtois Laurent
              Je crois en effet qu’elle est hystérique si ’en croit les commentaires des gens qu’elle a essayé de taper à Saint Louis des français. Mais si j’ai bien compris, elle est surtout payée pour cela. Un peu comme l’autre excité sur le Vénézuéla.
              Je regarde un peu ce qu’elle écrit de temps à autre,parce qu’il arrive qu’elle ait des infos fraîches et spécifique, mais j’ai effectivement renoncé à essayer de discuter avec elle.
              Est ce que vous êtes me Courtois copain de JSB ?


            • Laurent Courtois Courtois Laurent 4 février 18:13

              @eric
              « Je crois en effet qu’elle est hystérique si ’en croit les commentaires des gens qu’elle a essayé de taper à Saint Louis des français. »

              Je n’étais pas au courant de cette superbe opération de collecte....

              On en trouve pas trace sur le net sauf venant d’une publicité faite à cette dernière par vous même :

              Savez à qui appartiennent les comptes de collecte ?

              « Pour les francais vivant en Russie, virement simple en roubles sur ma carte Sberbank : 4274 2780 7187 2504

              Pour les francais de France, virement en euros sur mon compte SG : IBAN FR7630003016900005042594580 »

              Dans l’attente de vos lumières, je vous souhaite une bonne fin de week-end.


            • samy Levrai samy Levrai 4 février 18:18

              @Courtois Laurent
              Qui est donc la sorcière de Donesk ? qui est le duo demandant du sang et des larmes ? qui sont les hystériques qui voudraient obtenir une reconnaissance d’autorités locales ?


              Suis je chez les dingues ? 

            • Laurent Courtois Courtois Laurent 4 février 19:13

              @samy Levrai

              En effet on n’est pas loin d’être chez les dingues...

              La sorcière de Donetsk est une française qui avant d’aller faire des appels aux dons à Donetsk pour soigner sa ligne, avait un petit business de sorcellerie, de divination par les runes.

              Pour savoir qui est le duo, taper Donbass sur youtube avec un peu chance vous aller tomber sur des vidéo qui vous annoncent tous les mois des offensives générales, une guerre nucléaire totale.(si vous ne trouvez pas je vous donnerais un lien vers un morceau choisi).

              Pour savoir qui sont les hystériques avides de reconnaissance, je vous laisse lire les commentaires sous mon avant dernier articles.

              Je ne donne pas de nom, ni ne donne de lien, car la sorcière arrive par magie à faire disparaître tous les commentaires et commentateurs sur Agoravox. 

              Abracadabra ! Elle est plus forte qu’Harry Potter, la Cricri Potelée !


            • eric 4 février 19:22

              @Courtois Laurent
              Non, mais je pense que l’argent a du arriver à des gens qui en avaient vraiment besoin en Ukraine de l’est. On peut être excite et être honnête et humanitaire. A nouveau, les gens qui m’en ont parlé , j’ai à priori confiance.


            • Laurent Courtois Courtois Laurent 4 février 19:41

              @eric


              C’est drôle, moi qui connait bien le sujet je n’ai plus aucune illusion sur l’honnêteté de ces personnes qui collectent 2000 euros et donnent 2000 roubles et le « compte est bon »....

              Jamais des personnes non aussi bien compris l’adage : « charité bien ordonnée, commence par soi-même ».

              D’ailleurs l’hystérique gère ’une fausse association humanitaire qui n’a jamais fait d’humanitaire pendant plus de 18 mois (rapport officiel provenant du MGB) et ensuite n’a fait que de très rares opérations promotionnelles pour des montants ridicules...

              Alors ne donnez pas trop vite votre confiance...



            • eric 4 février 21:26

              @Courtois Laurent
              De mémoire, je crois qu’un des frères Moreau a regardé ce qui se passait. Pas le genre à truander à mon avis

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès