• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La grande arnaque protectionniste de Donald Trump

La grande arnaque protectionniste de Donald Trump

Bien sûr, les droits de douane mis en place sur l’acier et l’aluminium, puis contre une grande partie des produits importés de Chine, entretiennent la tonalité protectionniste du discours de Donald Trump. Mais pour qui va plus loin que les coups de menton du locataire de la Maison Blancheles choix du président des Etats-Unis ne semblent finalement pas si protectionnistes

 

Le bruit protectionniste, et les accords libre-échangistes
 
Trump s’est-il seulement véritablement écarté des politiques commerciales étasuniennes du passé, par delà ses bruyantes déclarations  ? Entre le fracas de celles-ci et le choc des droits de douane sur l’acier, l’aluminium et la Chine, une telle question peut sembler curieuse. Sauf que, la protection de la sidérurgie est une constante de la politique étasunienne, à laquelle même le libre-échangiste Obama avait cédé durant son mandat, relativisant le choix de Trump, conforme à la tradition de son pays, et comportant beaucoup d’exemptions… Mieux, si la guerre commerciale avec la Chine a été lancée, le choix d’un taux à 10% au lieu de 25% n’est pas neutre : la baisse du yuan l’a compensé
 
En effet, Trump a croisé le fer avec trois partenaires commerciaux clés depuis son élection : ses deux voisins du NAFTA, l’UE et la Chine, chaque fois au motif du niveau des déficits commerciaux de son pays. La critique du NAFTA faisait partie des arguments clés du candidat Trump, qui en faisait « le plus mauvais accord signé par son pays  ». Finalement, après quelques mois de négociation, le président a fini par signer un nouvel accord, le USMCA, qui, s’il comprend des dispositifs destinés à protéger l’industrie automobile, est même parfois proche du TAFTA tant honni, comme l’introduction de tribunaux d’arbitrage. Bref, avec ses premiers partenaires, le protectionnisme est très limité.
 
La deuxième cible, évoquée en des termes très durs, était l’UE, et ses énormes excédents commerciaux, notamment l’Allemagne. Quelques mois après, Trump a fait l’honneur de recevoir Jean-Claude Juncker pour annoncer finalement qu’ils allaient travailler à un accord visant « zéro tarif, barrière et subvention  ». Bref, le protectionniste des campagnes électorales s’est transformé en agent du libre-échange au pouvoir ! Rien de vraiment surprenant malheureusement pour un homme habitué à dire tout et son contraire. Le cas de la Chine devrait être moins problématique devant l’immensité des déficits commerciaux des Etats-Unis, et les nombreuses barrières commerciales de l’Empire du Milieu.
 
D’ailleurs, c’est bien avec la Chine que les escarmouches ont été les plus dures : 10% de droits de douanes sur 200 milliards d’importations. Sauf que Trump avait longtemps évoqué 25% et que le yuan a perdu près de 10% peu de temps après, réduisant à néant l’effet de ces droits de douane. Les sanctions devaient s’amplifier en janvier, mais finalement, le délai a été repoussé à mars et depuis, les deux premières puissances semblent se diriger vers un accord, après la trêve décrétée à Buenos Aires. En effet, Trump a évoqué la perspective d’un « grand accord qui pourrait être conclu rapidement  » après l’annonce de la baisse des droits de douane chinois sur l’industrie automobile.
 
 
Comme toujours avec Trump, qui semble prendre sa présidence pour un gigantesque jeu de télé-réalité, les paroles, déjà très fluctuantes, n’ont pas toujours de rapport avec les actes. Et sur le commerce, on ne peut pas exclure que le bilan de son mandat finisse par pencher, nettement, vers plus de libre-échange, malgré les cris d’orfraie bien superficiels d’une partie de ses critiques.

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • machin 29 décembre 2018 19:45

    Ce qui est mauvais pour les USA est excellent pour le reste de la planète.


    Après avoir élu un beauf à gourmette, un petit gros tout mou, un gamin vaniteux, pouvons nous donner des leçons aux autres pays ?

    -


    • François Pignon François Pignon 29 décembre 2018 22:13

      @machin

      les Etats-Unis ne sont pas un autre pays, c’est la métropole
      les gens dont vous parlez (gourmette, grostoutmou et gamin) ne sont que des seconds couteaux

      le patron,, en ce moment, c’est la grosse limace orange


    • Durand Durand 30 décembre 2018 12:50

      @François Pignon

      .

      Pas daccord ! Les vrais patrons sont les grands maîtres de la création monétaire de la FED... Et Trump vitupère contre la FED, comme Kennedy et d’autres Présidents américains avant lui qui ont eu leur « Dallas » pour solde de tout compte...

      .


    • ledo 29 décembre 2018 19:51

      C’est bien de faire la critique d’un homme d’état d’un pays ami , mais vu ce qu’on a à la maison , je suggère aux journalistes de tout poil de la mettre en veilleuse. Parce qu’entre le président et l’ensemble de l’opposition , c’est un véritable circus . Les Américains auront la possibilité de changer , tandis que nous avec l’offre lamentable qu’on a , c’est pas demain la veille que la France va se redresser , vu qu’elle est déjà pliée en 4.


      • François Pignon François Pignon 29 décembre 2018 22:15

        @ledo

        depuis la plan Marshall et l’OTAN, les Etats-Unis n sont pas un ’« pays ami », mais le pays qui nous a colonisés


      • Parrhesia Parrhesia 30 décembre 2018 10:18

        @ledo
        Salut ledo !
         Il y a des moments où il faut parler clairement !
        C’est ce que vous venez de faire !!!


      • ticotico ticotico 30 décembre 2018 15:17

        @ledo

        Les USA ne sont l’ami de personne...

        Dans quel brouillard vivez-vous pour vous raconter des choses pareilles ?

        Les amendes milliardaires imposées aux banques françaises (en vertu du concept foireux de l’extra territorialité de leurs lois, c’est un geste amical ?

        Pour l’instant, ce qui compte, c’est qu’ils ont le plus gros flingue et qu’ils n’hésitent pas à s’en servir.

        C’est vrai qu’ils savent parfois rendre service... Comme quand ils mettent des mcdo partout.


      • Legestr glaz Legestr glaz 31 décembre 2018 08:43

        @ledo
        La France appartient à un système supranational, elle appartient à l’UE.

        Dans ce système, la France ne décide ni de sa balance commerciale, ni de sa monnaie ni de sa politique étrangère. Vous voulez qu’elle se redresse ? Ouvrez donc les yeux, faites l’analyse de la situation et comprenez que la France n’a pas les manettes de son destin. C’est l’UE qui tient le manche.

        Vous faîtes fausse route en pensant « France » dans un système supranational que vous n’avez pas encore interrogé !


      • À rebours 29 décembre 2018 20:22

        Le protectionnisme n’est pas qu’un moyen de préserver les emplois. Ca peut être une menace qu’on profère pour obtenir des résultats, notamment celui d’ouvrir des marchés fermés quand on est libre-échangiste.

        Exemple de résultat : http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018/12/28/20002-20181228ARTFIG00236-pekin-accepte-d-importer-du-riz-americain.php

        Oui Trump est libre-échangiste quelle découverte. Mais il n’est pas « déséquilibre-échangiste ».

        Et s’en donne les moyens. Prenons-en de la graine.


        • François Pignon François Pignon 29 décembre 2018 22:24

          @À rebours

          Trump est colonialiste
          et nous sommes une de ses colonies
          il l’affiche alors que ses prédécesseurs faisaient croire aux gouverneurs des DOM-TOM que nous sommes qu’ils étaient des petits rois
          ce n’est pas pour rien s’ils ont tous été formatés par les young leaders 


        • À rebours 30 décembre 2018 12:01

          @François Pignon

          il ne fait aucun doute que Trump cherchera à étendre l’influence commerciale des U.S.A. Fair enough.
          Ce qui est nouveau c’est qu’il nous propose aussi d’être libres.

          https://www.lexpress.fr/actualite/monde/trump-aurait-propose-a-macron-de-quitter-l-union-europeenne_2021403.html

          Ou de crever en continuant à faire de la mondialisation tout seul.

          On ne peut pas le rendre responsable du fait que nos dirigeants veulent continuer à recevoir des ordres dans une oreillette qui n’émet plus.


        • izarn izarn 31 décembre 2018 13:47

          @À rebours
          Trump ne fait que du mercantilisme, déjà utilisé sous Colbert...
          Curieusement, cela a été condamné par le concept d’économie « libérale ».
          Turgot, sous Louis XVI, était un physiocrate, soit un proto libéral, style Adam Smith et sa « main invisible »...
          Tout ça, ce n’est guère que des stratégies de prédation du Capital.
          Ne pas confondre avec la naissance du socialisme au 19ieme siècle. Qui n’a rien à voir avec Hollande...
           smiley


        • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 30 décembre 2018 05:49

          Trump est la caricature du fils à papa, héros qui a fuit la guerre du Vietnam pour envahir les dancefloors de New York

          Il a bâti sa carrière sur le fait de ne pas payer les gens qui bossaient pour lui. Il a viré les pauvres pour y installer des plus riches. C’est un fait, il a même écrit des bouquins sur la façon d’entuber son monde sous prétexte d’une supposée position de force.

          Je ne comprends toujours pas que certains doivent de justifier ou récuser ses actions d’une manière ou d’une autre. Il a promis, il a menti : le tout est disponible sur Youtube pour quiconque veuille s’en donner la peine.

          Faut être vraiment couillon pour croire que son protectionnisme peut durer tant que le protectionnisme des autres ne se réveille. C’est pas idéologique, c’est mathématique.

          Bon courage les Trumpistes ! il ne fait que défendre les intérêts d’une Amérique qui a oublié de sombrer avec la chute de l’URSS.


          • izarn izarn 31 décembre 2018 13:50

            @La Voix De Ton Maître
            Les gens sont incultes, comme Trump...
             smiley


          • François Pignon François Pignon 30 décembre 2018 08:29

            « une Amérique qui a oublié de sombrer avec la chute de l’URSS.   »

            .

            ce n’est pas faute de l’avoir maintenue à flot pendant une vingtaine d’années, en fait, mais le plan était arrivé à terme et la planisphère géopolitique ne correspondait plus aux stratégies américaines

            alors, l’agent Gorbatchev a été missionné pour découdre les assemblages afin de permettre à l’UE, colonie en phase montante, d’intégrer l’Europe de l’est pour étendre le marché occidental et pratiquer un dumping social copié sur le système yankees/chicanos, mais surtout pour ouvrir dans l’ex URSS des réseaux de distribution des produits américains genre Fast-foods et sodas sucré.

            ça marche pas trop mal, en fait, maintenant, la limace orange s’occupe surtout du Moyen-Orient avec son gendre


            • math math 30 décembre 2018 08:40

              La grande arnaque protectionniste de Donald Trump..le plein emploi et ils sont number one dans le monde..pas mal pour ce bourrin… !


              • izarn izarn 31 décembre 2018 14:02

                @math
                Pas du tout. Les hors emplois sont prés de 20% aux USA.
                Quand à etre « number one »...Il faut remarquer que pour envoyer des astronautes US vers l’ISS, on utilise des Soyouz...Space-X utilise des moteurs RD-180 russes.
                Aussi 70% des Tomawaks détruits par les petits Panzir M, d’El Assad...
                Cela s’appelle, prendre une branlée...

                Et El Assad, a gagné sa guerre.
                 smiley
                Mais aussi, le number one de l’économie industrielle, c’est désormais la Chine.
                Je ne vois pas, ce qui peut venir des US de positif, désormais.
                Trump ?
                 smiley


              • toyet 30 décembre 2018 08:52

                Comme disait Roland Magdane quand on a le choix entre un tas de merde et une bouze, on réfléchit avant de choisir, moi je prend Trump.


                • izarn izarn 31 décembre 2018 14:04

                  @toyet
                  Moi je ne choisis pas, je mets un GJ...


                • Parrhesia Parrhesia 30 décembre 2018 09:46

                  Faire semblant d’être protectionniste reste encore préférable à faire semblant d’être libéral, car les libéraux, eux ne font jamais semblant !!!

                  Et au point de bêtise socio-économique où la France s’est laissée entraînée par la cinquième colonne capitaliste exclusivement financière, faire semblant d’être protectionniste présente au moins l’immense avantage de préserver la mémoire !!!


                  • Parrhesia Parrhesia 30 décembre 2018 10:02

                    @Parrhesia
                    Merci de lire : « ...l’immense avantage de préserver la mémoire d’une autre logique socio-économique ! »


                  • Parrhesia Parrhesia 30 décembre 2018 10:37

                    @Parrhesia
                    Diable, diantre, peste, f...ichtre !!!!!
                    A peine ai-je eu le temps de mettre ma correction en place que j’avais déjà reçu une étoile négative sur la calebasse... 
                    Le « libéralisme économique » reste bien représenté et vigilant sur Agora Vox !!!


                  • Durand Durand 30 décembre 2018 12:35

                    .

                    Herblay ferait mieux de s’occuper des affaires de la France plutôt que de celle de Trump...

                    S’emanciper des directives législatives de Bruxelles et sortir de l’UE est un préalable indispensable pour rétablir des conditions commerciales profitables aux Français et pour permettre à la France de jouer à jeu égal avec le monde entier, y compris avec les États Unis et quel que soit leur Président.

                    Comme tant d’autres, il est déconnecté de la réalité et sans doute trouve-t’il, à l’instar de Pétain et de Macron, en passant par Schuman et Monnet, que la France est trop petite pour s’en sortir seule...

                    Qu’il aille voter aux États Unis et bon débarras !

                    .

                    La propagande de Vichy entre 1941 et 1942 pour cette « nouvelle Europe » que proposait Hitler :

                    Pour Vichy, il faut « imiter l’Allemagne » qui est un exemple à suivre. L’argument économique est utilisé en affirmant que cette nouvelle Europe permettrait de libérer le marché ce qui à terme favoriserait les échanges commerciaux. Pour le régime de Vichy, la France est trop petite pour faire face au monde extérieur. Pour peser, elle doit occuper une place importante dans cette nouvelle Europe.

                    https://gazettefrancaise.com/2015/12/14/lhistoire-de-walter-hallstein/

                    .


                    • zygzornifle zygzornifle 31 décembre 2018 09:12

                      Bof nous on a bien la grande arnaque de Macron .....


                      • lloreen 31 décembre 2018 11:04

                        Pour 2019, ayons un objectif commun:La divulgation complète.

                        Voici un trésor à partager.

                        https://vimeo.com/304030726


                        • izarn izarn 31 décembre 2018 13:36

                          Boh ! C’est simple :

                          -Libre échangisme pour les pays autres que les USA. (Ils doivent accepter les produits US et sa monnaie)

                          -Protectionnisme pour les USA.(Douane vis à vis des autres pays)

                          Cela se nomme mercantilisme, en économie politique.

                          Trump réinvente le fil à couper le beurre...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès