• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La Lituanie préoccupée par l’émigration massive

La Lituanie préoccupée par l’émigration massive

Celui que le pays d'accueil appelle "immigré" est, pour le pays d'origine, un émigré. Cette réalité ne saurait été mieux illustrée ailleurs qu'en Lituanie : pays de l'ancienne URSS, situé sur la rive orientale de la mer Baltique. Là où nous, pays d'Europe occidentale, nous querellons sur la question de l'immigration, nos amis lituaniens sont préoccupés par le problème inverse : l'émigration massive.

A la date du 1er janvier 2016, la population lituanienne était de 2 905 000 personnes, contre 3 052 000 en 2011 et 3 704 000 en 1991. Depuis la fin de la présence soviétique, le pays a ainsi perdu 23% de sa population – et les chiffres continuent de dégringoler chaque année.

Les projections démographiques ne sont guère rassurantes. Selon l'agence Eurostat, la Lituanie devrait compter 2 749 000 habitants en 2020 et à peine 2 100 000 vers 2035. Un score qui descend à 1 650 000 en 2080. Ces chiffres sont évidemment à prendre au conditionnel et ne prennent pas en compte les éventualités d'immigration, de natalité massive ou d'autres potentialités qui peuvent relancer la natalité et enrayer la tendance baissière.

Les chiffres de la natalité et de la fécondité sont par ailleurs satisfaisants. Contrairement à l'Allemagne où le taux de natalité était de 8,3% en 2016, il est de 10,6% en Lituanie. Le taux de fécondité des femmes s'élève quant à lui à 1,7 enfant par femme, alors qu'il est d'à peine 1,3 en Allemagne et 1,5 en Italie. Des statistiques plutôt rassurantes qui le sont moins au regard de la mortalité dont le taux s'élève à 14,4 pour mille, tandis qu'il est de 8,7 en Belgique et de 9,3 en France. En outre, la Lituanie avait enregistré le taux le plus élevé de suicides en 2005 : 68,1/100 000. En 2016, le nombre de décès a également été supérieur à celui des naissances : 40 300 contre 30 400.

Mais la cause principale de cette chute démographique se trouve dans l'émigration. Un phénomène qui a commencé dès 2004, avec l'adhésion du pays à l'UE et s'est creusé par la suite au fil des tribulations économiques de la Lituanie : la crise économique de 2008 ayant provoqué une contraction du PIB de 15% ; par la suite, les coupes dans le budget de la sécurité sociale et l'augmentation du chômage (9,1% en 2017) ont accentué le phénomène qui touche surtout les jeunes dont le sentiment global est caractérisé par un fort pessimisme à l'égard de leur pays. Ainsi, plus de 800 000 Lituaniens ont quitté leur pays après l'ouverture des frontières consécutive à la chute du communisme. Seuls 90 000 sont revenus en Lituanie.

De nos jours, l’émigré lituanien type, selon Voxeurop, est un "un jeune de moins de 34 ans, diplômé du supérieur ou d’un institut professionnel, mais au chômage depuis plusieurs années en Lituanie, célibataire ou en famille qu’il emmène avec lui". En 2015, ils sont partis principalement vers le Royaume-Uni (43%), vers l'Allemagne (17%), destinations suivies de l'Irlande (8%) et de la Norvège (7%).

Les immigrés lituaniens représentent au Royaume-Uni une communauté de 178 000 personnes, ce qui en fait la douzième minorité ethnique en terme d'importance numérique (la première étant les Polonais, bien devant les Pakistanais). En Allemagne, ils sont 53 500.

Les principales raisons de l'émigration sont économiques. Le site Voxeurop rapporte l'exode d'un couple de trentenaires : elle, géographe, lui, électromécanicien, qui ont du partir en Angleterre avec leurs deux enfants parce qu'ils ne trouvaient pas de travail. Les plus diplômés optent néanmoins pour la Norvège où le salaire minimum (10 000 couronnes, soit 3 000 euros) est douze fois supérieur au salaire minimal lituanien. Fait intéressant : un dixième des détenus norvégiens sont d'origine lituanienne. Cela s'explique par le vent de liberté que ces jeunes connaissent en Norvège, ce qui les incite à se relâcher et à commettre des actes délictueux souvent liés à l'alcool, à la drogue et/ou à des excès de vitesse. Autre fait intéressant : les Lituaniens expatriés ont envoyé, rien qu'en 2017, plus de 4 milliards d'euros à leurs proches restés au pays – un chiffre qui représente 4% du PIB lituanien.

Quant à l'immigration, elle demeure balbutiante dans ce pays pétri de tradition qui, en 2016, n'avait reçu que 496 réfugiés, tandis que 8000 migrants clandestins (principalement issus de Biélorussie, d'Ukraine et d'Arménie) ont été expulsés depuis l'adhésion du pays balte à l'UE, ce que déplore le professeur Kestutis Girmius, historien à l'université de Vilnius  : "La Lituanie est une société homogène qui n'est pas encore habituée à une immigration extra-européenne", déclare-t-il à nos confrères du Monde. Les Lituaniens ethniques représentent en effet 80% de la population tandis que la minorité russe s'élève à 8% et la communauté polonaise à 7,5%. Quant aux Juifs, ils ne sont plus que 0,1% de la population. La jadis florissante communauté juive de Lituanie, forte de 200 000 personnes avant la guerre, a été décimée par les nazis et leurs supplétifs locaux qui ont massacré environ 195 000 hommes, femmes et enfants – un sujet toujours tabou.

Pour le sociologue Vladas Gaidys, l’émigration ne cessera pas si ses causes ne sont pas résorbées, or elles sont nombreuses : "Il n’y a pas de travail, ni de quoi rembourser les crédits. Comment vivre normalement, quand une fois le chauffage payé, il ne reste plus grand-chose ?", s’interroge-t-il. Et de conclure : "La Lituanie n'est pas un endroit où fait bon vivre pour les jeunes". 82% des lycéens affirment en effet penser partir à l'étranger.

La classe politique, longtemps sourde à cette réalité, semble enfin mesurer la gravité du problème. Ainsi, aux élections législatives qui d'octobre 2016, les partis politiques se sont emparés du sujet, promettant à qui mieux mieux hausses de salaire et politique sociale. La victoire surprise de l'Union des Verts (passé de 1 siège à 54) montre à quel point le peuple lituanien est exaspéré et aspire à des réformes en profondeur. Le nouveau premier-ministre Saulius Skvernelis, nommé en novembre, a promis de faire de la lutte contre l'émigration une priorité nationale.


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • leypanou 1er octobre 2018 08:57
    Fait intéressant : un dixième des détenus norvégiens sont d’origine lituanienne : bizarre, et moi qui croyais que seuls les keublas et les ... si vous voyez ce que je veux dire qui peuplaient les prisons.

    Attention l’auteur, vous êtes en train de casser la conviction profonde de vos ex-potes.
    PS question en Lithuanie, n’y-a-t-il pas de gens d’origine russe qui sont sans statut ou seulement en Estonie ou Lettonie ?

    • Christ Roi Christ Roi 1er octobre 2018 11:36

      Il n’y a pas « d’immigration massive » mais de la déportation d’africains par les blancs. C’est de la traite négrière 2.0


    • V_Parlier V_Parlier 1er octobre 2018 14:34

      @leypanou

      D’une manière générale, quand des communautés arrivent en masse dans une courte période de temps dans le seul but d’augmenter leur niveau de vie, il y a toujours ce genre d’accrocs. Ca peut éventuellement se résorber après, mais sous réserve de compatibilité culturelle et de justice intransigeante (pour la France : sans commentaires).

      Cet article factuel est ma foi utile, même si souvent je suis par ailleurs en désaccord avec l’auteur. De nombreux pays baltes ne trouvent d’ailleurs d’excuses à leurs problèmes intérieurs que par l’existence de la vilaine Russie qui leur ferait encore on-ne-sait-trop-quoi alors que leur expérience européenne n’est pas si épatante que prévu.


    • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 1er octobre 2018 21:49

      @leypanou

      « ...vous êtes en train de casser la conviction profonde de vos ex-potes. »


      Ca m’étonnerait. Tous ceux que je connais ont des notions de climatologie norvégienne et les « migrants » qui n’auraient pas peur de se geler les claouis, butent sur le problème que pose le Ramadan, avec des journées de 20 heures et des nuits de 4. C’est autrement plus dissuasif encore que la barrière à Viktor

    • Alren Alren 3 octobre 2018 18:21

      @V_Parlier

      On cultive quasi officiellement la haine du Russe -après celle du Juif- en Pologne, en Ukraine et dans les pays baltes.

      Il serait intéressant de savoir quelle est la proportion de Lituaniens vus comme des Russes par la majorité « ethnique » parmi les émigrants.

      À noter que « l’Amérique » ne semble plus faire rêver ...

      Parmi les individus qui se conduisent mal à l’étranger, on peut noter les vacanciers anglais et allemands en Espagne, Barcelone et les Baléares en particulier.


    • Raymond75 1er octobre 2018 09:30
      C’est ce que l’Union Européenne appelle la ’liberté de circulation’  smiley

      Les populations des pays les plus pauvres se précipitent pour prendre le travail des pauvres des pays plus riches. Et cela abouti à des absurdités grotesques : émigration polonaise considérable (notamment vers le Royaume Uni), manque de main d’œuvre en Pologne, immigration en provenance de l’Ukraine, et racisme à l’égard de ces sales étrangers qui ’envahissent’ la Pologne !!!

      Depuis trente ans, nous subissons un glissement progressif vers l’autodestruction, et les populations, qui en sont conscientes, sont impuissantes à modifier le cours des choses ... Cela se fera, mais dans la douleur.


      • V_Parlier V_Parlier 1er octobre 2018 14:35

        @Dom66
        Justement, j’allais le poster ! smiley


      • microf 1er octobre 2018 15:01
        @Dom66

        Tout simplement, bravo.

      • foufouille foufouille 1er octobre 2018 16:21

        @Raymond75

        et comme les expats envoient de l’argent, ils ne voudront jamais payer de cotisations.


      • Dom66 Dom66 1er octobre 2018 18:16

        @microf

         smiley  ainsi qu’a V_Palier

        Amic’


      • lituanien 1er octobre 2018 16:56

        A l’auteur. Bonjour,je vis ici,dans ce beau pays. L’autre jour,je voyais quelques personnes,2 hommes et deux femmes (Baltes),qui balayaient la rue et l’arrêt de bus. Ma compagne,me dit qu’ils font un travail d’intérêt général. Puisqu’ils touchent environ 200 €/mensuellement,disons de chômage . Effectivement,le salaire moyen est d’environ 450 €. Je suis très surpris,par le nombre de Lituaniens,qui seraient incarcérés en Norvège ! Je vais chercher et me renseigner. Environ 80 migrant Africains sont arrivés en début d’année. Lorsque les services sociaux,ont précisé, qu’ils recevraient 200 €/mois,contre 5 heures de travail d’intérêt général, logement et nourriture à leur charge,ils sont tous partis en Allemagne...... Au moins ici,je me promène tranquillement, à la campagne,comme en ville,en toute quiétude et sécurité. ....


        • Coriosolite 1er octobre 2018 17:19

          @lituanien

          Bonjour,

          Moi aussi j’ai été surpris par la proportion de lituaniens détenus en Norvège que cite l’auteur.
          Sur 38.000 expatriés lituaniens, il y a 130 lituaniens emprisonnés. Et 5,3 millions de norvégiens.

        • zygzornifle zygzornifle 1er octobre 2018 17:16

          C’est une « chance pour la Lituanie » , la France va l’envier , tous ces ingénieurs , chirurgiens , poètes , musiciens de renommée internationale, nous on n’a que des mamas le ventre plein a craquer et des jeunes en pleine forme adorateurs de smartphones mais sans diplômes ....


          • lituanien 1er octobre 2018 17:43

            @zygzornifle
            Bonjour,non, les « chances »sont tous partis en Allemagne toucher 700 €/mois ! Moi,je fais environ 1m80,et je suis un nain ici. Mais comme j’aurai aimé, voir toutes ces « chances », jouer aux costauds,devant les Lituaniens.... 


          • osiris 1er octobre 2018 21:25

            les quelques migrants africains qui viennent en Lituanie ne pouvant toucher que 200 euros par mois sont vite repartis en Allemagne où ils peuvent recevoir 700 euros.

             Cela ne m’étonne pas ,j’ai déjà dit que les migrants africains ne viennent pas dans un pays étranger par amour de ce pays mais par amour du fric

            Il suffirait donc de supprimer toutes les aides en euros pour faire partir les immigrés ou du moins pour les dissuader de venir.

             Il est à remarquer que les lituaniens ne choisissent pas de venir en France , trouvent -ils qu’il ya trop d’immigrés noirs en France.

            En même temps que les noirs viennent en France en masse les blonds quittent la France


            • troletbuse troletbuse 1er octobre 2018 21:34

              @osiris
              Oui. Pas d’aides au Portugal, donc pas d’envahisseurs. La solution est vraiment simple.


            • microf 2 octobre 2018 11:24
              @osiris

              Comme si les Lituaniens qui quittent leur pays par milliers pour aller travailler dans les autres pays et mieux gagner leurs vies qu´en Lituanie y vont par Amour ?.

              Les Lituaniens ne viennent pas en France parcequ´ils savent qu´en France, ils gagneront moins d´argent. Avec un chomage endémique depuis des décénnies en France comment feront-ils pour trouvrer du travail ?, c´est pourquoi ils vont ailleurs oú ils vont gagner plus qu´en France, qui est fou ? .
              Et mêmes les africains qui viennent en France, ils y sont parcequ´on les empêchent d´aller dans les autres pays.
              Vous devez certainement connaitre l´histoire des africains qui sont á Calais et dans les autres villes autour de la mer de la Manche, ces personnes ne veulent pas rester en France, mais veulent aller en Angleterre oú c´ est mieux qu´en France, si c´était mieux en France, ces personnes seraient restées.

            • osiris 2 octobre 2018 18:43

              @microf


              La France est devenu un pays de merde que même les noirs africains ne veulent plus y rester

            • Désintox JPB73 1er octobre 2018 21:54
              Tous aux abris ! La fachosphère est de sortie sur ce forum !

              (mais l’article est intéressant)

              • waymel bernard waymel bernard 1er octobre 2018 22:24

                @JPB73
                La réalité serait donc fasciste.


              • Ouam Ouam 1er octobre 2018 22:35

                @waymel bernard

                bah ... il ne leur reste que cela comme argumentations,
                ils fonts avec ce que leurs bagages intellectuels leurs permet smiley

                Cela me fait penser à l’église qui dans une époque lointaine expliquais que c’est le soleil qui tourne autour de la terre, et que seul un esprit corrompu proche de belzébuth (cad l’incarnation ou l’axe du mal servie pour clore un sujet et ne surtout pas y réfléchir de manière posée) pouvais remettre ce dogme en cause ...


              • toma 1er octobre 2018 23:14

                Les trois pays baltes ont le même problème. Ils se mettent par peur (sous pression de l’OTAN) leur grand voisin russe à dos. Le grand débouché d’exportation. Ils sont excentrés dans l’UE. Ils interdisent l’usage du russe l’école alors que 30% de la population est russophone. Refusent l’accès aux postes d’État. Refusent un passeport national, vu qu’une carte d’identité a-nationale est distribuée a ces gens, empêchant accès a l’UE.

                Si demain ils ne reçoivent plus de pognon du centre de l’UE, ils font faillite.

                En fait, ils gardent le rôle qu’ils ont toujours eu, pomper du pognon, ici a l’UE au lieu de l’URSS.

                En plus toute l’industrie soviétique à fermer. Les trois baltes représentent pas la population belge de 11 millions de personnes, donc....

                Quand on passe son temps a se mettre son plus grand voisin riche, (cela a provoquer l’ouverture du port a container de saint Peterburg, pour éviter d’avoir a passer par eux), la chute des activités forestières et papetières (car polluante fermée par l’UE).

                Ma femme vient de la zone le long de la nationale Peter-Talllinn, l’économie a plus l’air de se moderniser côté russe ces 5 dernières années, la façade des jolies capitales baltes sont polies et rénovées a coup d’euro, mais sinon... Quels touristes y vont ? Plus les russes.

                Suffit de voir la différence avec la Finlande dans ses relations bien plus logiques avec la Russie pour se dire que certains se tirent dans le pied eux-mêmes. A la frontière finlandaise, on est pas accueilli comme un assassin côté finlandais.

                Très beaux pays, gâchés par le grand jeu politiques dans ces 3 pays baltes. De toute facon, la région a toujours bougé entre Suède, Pologne, Allemagne et Russie.

                Reste a espérer que les jeunes reviennent bientôt riches au pays.


                • Abou Antoun Abou Antoun 2 octobre 2018 14:32

                  @toma
                  Bien vu !


                • Doume65 2 octobre 2018 19:16
                  « la mortalité dont le taux s’élève à 14,4 pour mille »
                  Bonjour. J’aimerais bien quelques précisions sur cette assertion, car pour moi, sur Terre, en ce siècle (comme dans les autres), le taux de mortalité est de 100%.

                  • Abou Antoun Abou Antoun 2 octobre 2018 20:11

                    @Doume65

                    Si c’est une blague, elle est bonne.
                    Sinon, c’est le rapport (par unité de temps, par exemple une année) du nombre de décès sur le nombre total d’habitants. Mais rassurez-vous notre tour viendra.


                  • Doume65 4 octobre 2018 12:20

                    @Abou Antoun
                    C’est donc la mortalité annuelle. Je comprends mieux. Merci.


                  • julius 1ER 3 octobre 2018 16:15

                     Cette réalité ne saurait été mieux illustrée ailleurs qu’en Lituanie 

                    @l’auteur, 

                    il y a un petit problème de conjugaison !!!
                    je pense que « cette réalité ne saurait être mieux illustrée » conviendrait davantage !!!
                    cordialement !!!

                    • troletbuse troletbuse 4 octobre 2018 12:30

                      Une bonne nouvelle relayée modestement par la putasserie journalistique. L’aquarius est à Marseille. Nul part le nombre de migrants qu’il va débarquer. En revanche il perd son pavillon. SOS Mediterranée lance son intoxication. Macronimbus n’en dit mot. : il doit encore être en extase après sa visite de St Martin

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès