• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La Paix de l’Europe dépend de la Biélorussie

La Paix de l’Europe dépend de la Biélorussie

 C'est un petit pays que l'on oublie facilement, à l'ombre de sa grand-soeur russe. La Biélorussie est un pays nostalgique de l'Union soviétique, caricatural par certains aspects. Pourtant, une connaissance approfondie de son histoire permet d'apprécier l'habileté avec laquelle ses dirigeants s'efforcent de conserver leur souveraineté, et la paix de l'Europe. 

 On plaisante souvent sur la Biélorussie, le « dernier parc à thème soviétique », comme d'un pays gelé à l'époque de Brejnev. Il est vrai que le pays est membre-fondateur de l'Union Économique Eurasiatique (UEEA), qui regroupe les fidèles de Moscou ; son dirigeant, nostalgique déclaré de l'URSS, exerce un pouvoir autoritaire et l'économie du pays est encore dirigée par l'État. 

 Il est vrai également que la Biélorussie, fleuron de l'industrie lourde soviétique d'après-guerre, a été relativement épargnée par le chaos « capitaliste » qui a secoué la Russie à la chute de l'URSS. Au référendum de mars 1991, plus de 80 % des Biélorusses voulaient conserver l'Union soviétique. Un autre référendum, en 1995, autorisait le président à restaurer l'ancien drapeau de l'ère soviétique et imposer le russe comme langue officielle du pays. 

 Minsk n'a jamais autorisé une perestroïka. Les quelques opposants, réduits au silence, discrètement éliminés parfois, n'ont pas convaincu la rue. En 2010 et en 2017, des manifestations importantes ont tout de même eu lieu, protestant contre les fraudes électorales du président Loukashenko ou les difficultés économiques croissantes. Mais l'opposition a été aisément muselée. La Biélorussie peut bien être considérée comme une relique du passé soviétique, les Biélorusses, libres de sortir du pays à leur guise ou d'accéder à internet, n'en ont cure. 

 Le manque de réforme de l'économie biélorusse, précisément, lui a permis de survivre plutôt bien au chaos des premières années post-soviétiques. Sa généreuse grande soeur russe, reconnaissante, lui a livré du pétrole et du gaz à des prix imbattables. Cette énergie a été habilement réexportée, avec d'énormes plus-values, sur les marchés en Europe. Ainsi, en 2015 encore, les produits pétroliers raffinés représentaient 26 % des exportations de la Biélorussie, alors que le pays est non producteur.

 Le secteur privé biélorusse (25 % du PIB) est, étonnamment, assez compétitif ; en particulier les technologies de l'information, grâce à l'excellent niveau scientifique et technique dispensé dans les universités pendant la période soviétique. 

 Le gouvernement de Minsk a tout de même des dossiers difficiles à régler. Tout d'abord, les prix du pétrole baissent, faisant entrer moins d'argent dans les caisses de l'état et Moscou exige, désormais, le remboursement de la dette biélorusse sur le gaz. 

 Le gouvernement pourrait privatiser ses grandes entreprises d'état pour libérer son économie. Mais, outre que cela ferait perdre la sécurité de l'emploi à des milliers de Biélorusses, avec des conséquences sur la paix sociale, les repreneurs seraient probablement russes. Or, la Biélorussie a un besoin vital de garder ses distances avec Moscou. 

 L'opinion biélorusse est très attachée à la Russie, considérée comme le partenaire le plus fiable pour résoudre les problèmes économiques du pays. Mais les dirigeants, eux, savent qu'ils doivent maintenir une relation équilibrée entre leurs voisins à l'est et à l'ouest. 

 Les forces armées biélorusses, par exemple, ont pu être considérées comme une armée supplétive de l'armée russe, beaucoup d'officiers biélorusses ayant été formés en Russie. Pourtant, la nouvelle doctrine militaire, en 2016, soulignait la nature strictement défensive de l'armée biélorusse. Le document affirme explicitement que l'OTAN, comme la Russie, représentent des menaces majeures pour la sécurité, la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Biélorussie. Pour Moscou, le message est clair : Minsk n'est plus un allié militaire obligatoire.

 Le président Loukashenko, après la guerre russo-géorgienne de 2008, a critiqué l'annexion de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud par Moscou, comme l'annexion de la Crimée en 2014. Il a refusé, à plusieurs reprises, de laisser les Russes installer une base aérienne dans l'ouest de son pays. Il doit être prudent, la guerre à l'est de l'Ukraine, les pressions russes sur l'Arménie pour l'empêcher de signer un accord avec l'Union européenne, sont des avertissements clairs : Moscou empêchera ses États satellites de se soustraire à son influence, par la force des armes si nécessaire. 

La Biélorussie est un territoire stratégique pour la Russie et l'OTAN. Le contrôle de son territoire permet de fermer le seul lien terrestre entre les États baltes et le reste des forces de l'OTAN. Si la Russie et l'OTAN s'affrontaient, la Biélorussie serait, obligatoirement, leur champ de bataille. 
Or, aucun pays d'Europe n'a autant souffert que la Biélorussie dans les précédentes guerres européennes. En raison de son emplacement critique entre l'Europe et la Russie, la Biélorussie a été l'une des principales voies de l'invasion hitlérienne de l'Union soviétique en 1941, comme de l'invasion napoléonienne en 1812. Il est compréhensible que les Biélorusses n'aient pas envie de revivre ces heures tragiques. Ils procèdent donc, avec habileté, à une politique ambiguë afin de ne donner aucune chance à aucun des deux camps de faire la guerre malgré elle. Nous avons tous intérêt à ce que la Biélorussie reste comme elle est. 

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.8/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 3 juin 10:42

    Salut..

    la guerre dépend principalement de ceux qui ont déjà créé les deux dernières « guerres mondiales »..car ces mêmes acteurs sont bien sur toujours là..

    cela dépends aussi avant tout de la masse qui si elle veut continuer à ne pas coopérer équitablement volontairement, à ne pas partager, à continuer sur la voie suicidaire de la compétition qui élimine, de la société pyramidale hiérarchique financière etc est en fait le premier générateur qui permet à toute guerre de se produire....

    et oui car c’est la masse qui permet aux pires d’entre nous d’émerger , qui sont genre 5% peut être maxi, de perpétuer ces guerres....au nom des masses, mais en fait pour satisfaire à la fois leur portefeuille et leur démences

    c’est aux 95 % d’arrêter ce désastre, il y a une seule solution..dont je parle avant..

    « Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ? »
    « Je ne vois rien que le soleil qui poudroie, et l’herbe qui verdoie. »


    • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 3 juin 11:04

      @Hecetuye howahkan

      Vladimir Poutine , extrait de son interview au figaro

      Le seul avenir possible est dans la coopération dans tous les domaines, y compris les problèmes de sécurité.


    • antiireac 3 juin 16:07

      @Hecetuye howahkan
      Sauf que le dénommé putin est un pompier pyromane..


    • zygzornifle zygzornifle 3 juin 10:45

      il y en a qui sont trop contents de leur vendre des armes ......


      • Alex Alex 3 juin 13:33
        Bon article d’information – si l’on excepte les jugements personnels – auquel je vais apporter quelques précisions sur le «  chaos capitaliste » que vous évoquez.
        Une étude publiée par la revue médicale The Lancet en 2007 a montré que les politiques brutales de privatisation de l’économie dans les pays de l’ancien bloc communiste ont entrainé la mort d’environ 1 million de personnes en âge de travailler, ce qui explique la réaction saine de certains de ces pays.
        Pendant cette période, une certaine « gauche » s’extasiait devant l’ivrogne Eltsine pendant que les « oligarques » dépeçaient le pays grâce à l’orientation économique imposée par le Premier sinistre Iegor Gaïdar.
        D’après le journal israélien Ha’aretz, la plupart de ces oligarques ont pris soin de demander la nationalité israélienne, alors qu’ils passent très peu de temps dans ce pays...

        • antiireac 3 juin 15:27

          @Alex
          Ce fameux chaos capitaliste a quand même permis à la Russie de se redresser économiquement ainsi qu’à toute la région y compris la Biélorussie qui malgré le conservatisme goûte de plus en plus aux joies du capitalisme


        • Doume65 3 juin 19:17

          @antiireac

          « Ce fameux chaos capitaliste a quand même permis à la Russie de se redresser économiquement  »
          ...puis Poutine vint tout foutre en l’air !
          Rappelons que la magnifique Période Eltsine se prolongea de 1991 à 1999. Le PIB y grandit moins vite que l’inflation. Petit détail.
          Certes, l’ouverture économique est toujours effective en Russie, mais ce n’est plus le chaos cher à
          antiiiiiiireac.


        • Doume65 3 juin 18:57

          « Cette énergie a été habilement réexportée, avec d’énormes plus-values, sur les marchés en Europe. Ainsi, en 2015 encore, les produits pétroliers raffinés représentaient 26 % des exportations de la Biélorussie »

          Si je comprends bien, la Biélorussie ne se contente pas de voir passer les hydrocarbures. Elle les transforme et leur donne de la plus-value. Ainsi son économie est moins dépendante des cours que si elle produisait. Le plus gros reproche qu’on peut faire aux dirigeants du Venezuela est de ne pas avoir su faire cette industrialisation.


          • Doume65 3 juin 19:00

            « Si la Russie et l’OTAN s’affrontaient, la Biélorussie serait, obligatoirement, leur champ de bataille »

            Mouais ! Ce que je vois, c’est que cet affrontement a déjà lieu et qu’il se déroule en Ukraine.


            • UnLorrain 3 juin 19:59

              Bandes de speculateurs !! Je suis un speculateur,modere. Je suis un capitaliste,modere.


              • Claude Simon Gandalf 4 juin 07:41

                Il n’y a pas de raison idéologique de parler de guerre entre la Russie et les US. 

                Ce n’est plus Napoléon exportant la révolution française en impérialisme ou l’idéologie mortifère du nazisme et du communisme, ou de la guerre froide.

                Ce serait une guerre d’empires, impossible à l’heure nucléaire.

                Trump apprécie le leadership russe.

                Du fait des complexités croissantes des sociétés, le leadership ne peut être que partagé, d’où un monde multipolaire. l’extension de l’économie du fait de la mondialisation et donc de l’interaction complexe de partenaires, évacue de fait beaucoup d’ambitions mégalomaniaques ou machiavéliques.
                La position pivot de la Biélorussie en matière d’échange doit la servir, et non la desservir.

                La présence de l’Otan renforcée dans les pays baltes ne peut se justifier que pour y restaurer la confiance. Tout autre chose serait de la mauvaise foi caractérisée, qui provoque l’inquiétude ou l’hystérie régulière sur les réseaux sociaux.

                Une géstratégie afin de nuire, nous avons pu le constater dans les décennies précédentes (mais c’est une constante historique), est un échec. Elle n’arrive qu’à ses fins si elle est bienveillante.





                • armand 4 juin 18:34

                  attention à ce type qui utilise un nom faisant français mais publie en anglais sur un seul sujet....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires