• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La RPD commémore la mort d’Alexandre Zakhartchenko

La RPD commémore la mort d’Alexandre Zakhartchenko

Le 31 août 2018, à 17 h 28, une bombe explosait dans le café « Séparatiste », tuant sur le coup le chef de la République Populaire de Donetsk (RPD), Alexandre Vladimirovitch Zakhartchenko, et un de ses gardes du corps, Viatcheslav Dotsenko. Un an après, jour pour jour, la RPD a tenu à commémorer la mort du premier chef de la République.

 

JPEG

Un an après l’assassinat d’Alexandre Zakhartchenko lors d’un attentat terroriste, la République Populaire de Donetsk a tenu à commémorer celui qui fut non seulement le chef de l’État, mais aussi un héros de la République.

Le 31 août 2019, trois jours après la cérémonie officielle de renommage d’une place du centre de Donetsk au nom d’Alexandre Zakhartchenko, les autorités de la République ont tenu à commémorer le courage du défunt chef de l’État, et sa mort tragique, à travers trois cérémonies officielles et un concert.

La première cérémonie a eu lieu dans l’allée des héros, située dans le parc du Donbass Arena, à côté du musée de la guerre. Un lieu hautement symbolique, qui rappelle qu’en plus d’avoir le chef de l’État, Alexandre Zakhartchenko était aussi un commandant de la milice populaire, dès le tout début du soulèvement du Donbass. Ce qui lui a valu de recevoir le titre de héros de la République Populaire de Donetsk. Au bout de cette allée, un buste d’Alexandre Zakhartchenko a été dévoilé, non loin de celui du commandant « Mamaï », tué sur le front en mai 2018.

Étaient présents non seulement Denis Pouchiline, l’actuel chef de la RPD, les parents, les enfants et la veuve d’Alexandre Zakhartchenko, mais aussi Léonid Passetchnik, le chef de la République Populaire de Lougansk (RPL), des officiels d’Ossétie du Sud et d’Abkhazie, des sénateurs et députés russes, une délégation française, ainsi qu’Alexandre Zadostanov, fondateur du club de motards « Les Loups de la Nuit » (surnommé « le Chirurgien »).

Tous ont tenu à rappeler les nombreuses qualités d’Alexandre Zakhartchenko, celles qui ont fait de lui un héros, aimé de son peuple.

«  Alexandre Vladimirovitch Zakhartchenko est un véritable fils du Donbass ! Dès les premiers jours de la résistance, il a été parmi les meneurs, puis dans les moments les plus difficiles, il a dirigé la République, a porté un énorme fardeau. Et, comme nous pouvons le voir, il a assumé ce fardeau. Alexandre Vladimirovitch est entré dans l’histoire comme un homme qui a lutté pour la liberté, l’indépendance et le bien-être des citoyens de la République Populaire de Donetsk. C’était un vrai père pour les officiers et les soldats, il a été suivi par ceux qui avaient foi ferme en ce qu’ils faisaient. Ils allaient malgré le risque de mourir, ou d’être blessés ! La foi qu’il a insufflée est encore vivante aujourd’hui. Elle nous oblige à poursuivre tous ses efforts, à réaliser ses objectifs, ses idées, son travail. Et c’est exactement ce que nous allons faire – c’est ce qui ressort de toutes nos actions. C’est pourquoi il est important pour nous d’immortaliser tout ce qu’il a fait et tous les mérites d’Alexandre Vladimirovitch  », a déclaré Denis Pouchiline.

« C’était un homme très intelligent. C’était un homme incroyable. Il vivait comme un héros. Il est mort comme un héros. Peut-être que c’est comme ça que les héros devraient partir, peu importe à quel point ça sonne faux. C’est à propos de telles personnes que les gens inventent les légendes et se souviennent d’elles avec un respect incroyable », a déclaré Sergueï Mamedov, sénateur de la fédération de Russie.

Après les discours officiels, le buste fut dévoilé par deux élèves de l’école de cadets de la RPD, et des fleurs furent déposées au pied du buste, tant par les officiels que par des habitants de la République venus assister à la cérémonie.

La deuxième cérémonie a été organisée dans le grand cimetière du sud de Donetsk, où sont enterrés non seulement Alexandre Zakhartchenko, mais aussi les commandants Motorola et Guivi.

Sur la tombe d’Alexandre Zakhartchenko, un magnifique monument a été installé, montrant le défunt chef de l’État debout à côté d’une immense croix, et entouré de quatre statues d’anges semblant se recueillir, un genou à terre.

Une cérémonie orthodoxe mémorielle a eu lieu en présence de la famille d’Alexandre Zakhartchenko, des officiels et des habitants de la République qui ont tenu à venir se recueillir sur sa tombe, et y déposer de nombreuses fleurs.

Après la liturgie, les officiels ont de nouveau fait l’éloge du défunt chef de l’État, et rappelé que ce sont les services secrets ukrainiens qui ont organisé l’attentat qui a coûté la vie à Alexandre Zakhartchenko.

«  C’était une personne vraiment unique. C’était un leader compétent. C’était un commandant très courageux et talentueux. Il a défendu notre Donbass natal contre l’agression ukrainienne, contre le fascisme ukrainien, côte à côte avec ses soldats. Avec le Cabinet des ministres de la République Populaire de Donetsk, il a pris des décisions audacieuses, pris des mesures audacieuses pour faire avancer la République, pour la faire s’épanouir et se développer. Cet homme aimait son peuple et sa patrie à la folie ! Il avait un caractère en acier du Donbass qui ne pouvait pas être brisé. Ce n’est que grâce aux actions vicieuses et cyniques des services secrets ukrainiens qu’Alexandre Vladimirovitch est mort. À notre grand regret. Bien sûr, pour tout le Donbass, c’est une perte énorme et irremplaçable. Dans nos cœurs, Alexandre Vladimirovitch restera à jamais un exemple à suivre, un exemple de courage, un exemple de service désintéressé pour sa patrie. Un exemple d’amour sans bornes pour sa patrie et son peuple,  » a déclaré Léonid Passetchnik, chef de la RPL.

«  La Russie est un pays de héros. Toutes ses actions, ses exploits sont accomplis par des héros. Obsédés par le rêve, le but grandiose et transcendant, ils surgissent dans le moment le plus difficile, et le plus souvent sont tués. […] Je pense que nous le retrouverons. Il y aura un moment où nous serons à la même table que lui et regarderons ceux qui sont déjà en train de réaliser nos rêves. Nous avons combattu dans des tranchées différentes, mais sur le même front. Et j’aimerais que tous ses rêves se réalisent. Tout ce dont nous rêvions, tout ce à quoi nous pensions pour en faire une réalité », a déclaré Alexandre Zadostanov, chef du club de motards « Les l-Loups de la Nuit ».

La troisième et dernière cérémonie du jour a eu lieu à l’endroit même où Alexandre Zakhartchenko a été assassiné, près du café « Séparatiste ».

Sur le lieu de l’attentat terroriste organisé par les services secrets ukrainiens, un banc couvert d’icônes, a été installé à côté de deux grandes photos d’Alexandre Zakhartchenko et de Viatcheslav Dotsenko, et d’un monument rappelant le drame qui a eu lieu à cet endroit.

À 17 h 28, l’heure à laquelle la bombe a explosé dans le café, tuant sur le coup le chef de l’État et son garde du corps, la famille, puis les officiels et les habitants de Donetsk sont venus déposer des fleurs et se recueillir en mémoire d’Alexandre Zakhartchenko et de Viatcheslav Dotsenko. Un concert près du musée de la guerre est venu clôturer ces commémorations en l’honneur de celui qui fut le premier chef de la RPD.

Lors de chacune des cérémonies, l’émotion était palpable tant chez les officiels que chez les habitants venus se recueillir. Beaucoup pleuraient, montrant s’il en était besoin encore une fois, qu’Alexandre Zakhartchenko était aimé de son peuple et de beaucoup de ceux qui le connaissaient ou le côtoyaient.

Alexandre Zakhartchenko, qui était surnommé « Batia » (le Père), était non seulement un bon commandant de la milice populaire et un héros de la République, il était aussi un grand chef d’État, franc, honnête et qui appliquait ses valeurs et principes à la politique qu’il menait. C’était aussi un homme au grand cœur, qui plaçait la défense de ses valeurs et de ses principes au-dessus de sa propre vie.

Des valeurs et des principes qui se reflètent dans cette citation qui explique mieux que tous les grands discours, qui était Alexandre Zakhartchenko : « Vis libre, agis selon ta conscience, traite tout le monde de manière juste ».

Repose en paix Sacha, tu seras dans nos cœurs pour l’éternité, et resteras pour toujours un exemple à suivre pour les générations futures.

Voir le reportage vidéo complet, sous-titré en français :

 

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Guy19550 Guy19550 3 septembre 09:55

    J’ai lu le texte hier et vu la vidéo maintenant. Pouchiline me semble être quelqu’un de très émotif et rien ne permet de supposer dans ce que j’ai vu qu’il soit au courant d’une forme de complot (qui est la version ukrainienne). Pour les autres, c’est plus difficile à formuler. Passetchnic ne montre aucune émotion et Mamedov également mais moins. Il y en a encore un autre après vers la fin et là pareil encore comme les deux cités avant.

    Le pourquoi de ce commentaire ? Ben, depuis plus de trente ans, je recherche la vérité par observation, je commence à être rôdé en la matière. J’en suis arrivé à cette situation de par ma vie professionnelle. Au début, je n’ai jamais fait attention à la chose, mais je tirais des conclusions selon ce que je voyais bien plus que par ce que je pouvais lire ou entendre.

    C’est émouvant et certaines personnes sont plus sensibles que d’autres, mon commentaire devrait se limiter à cette dernière phrase.


    • Christelle Néant Christelle Néant 3 septembre 11:29

      @Guy19550
      Je vous contredirai sur l’émotion de Mamedov. Il pleurait presque lors de son discours au cimetière résultat il ne trouvait pas ses mots, pour ça que je ne l’ai pas gardé. Et Zadostanov est bien plus émotif que Passetchnik, qui lui, il est vrai, n’exprimait aucune émotion.


    • Guy19550 Guy19550 3 septembre 23:17

      Ce Passetchnick est de ce fait plus proche de la théorie du complot que les autres. Remarquez que moi je ne suis pas concerné par cela mais une enquête doit toujours se mener à charge et à décharge. Quelle était la relation entre lui et Zakhartchenko ?

      PS. Je ne cherche pas à accuser cette personne, simplement à mieux comprendre ce qui s’est passé. D’ailleurs, c’est trop léger pour une accusation, mais c’est un bon début pour comprendre. Il y a eu des assasinats et des tentatives d’assassinat dans le passé à maintes reprises et il n’y a que pour celui-ci que j’ai eu des doutes. 



      • Christelle Néant Christelle Néant 4 septembre 13:07

        @Guy19550
        Désolée de répondre si tard mais je suis en congés donc moins sur Internet. Les rapports entre Passetchnik et Zakhartchenko étaient bons. C’était des relations de travail entre deux chefs d’État de pays qui combattent le même ennemi.
        Pour ma part je n’ai pas de doutes sur l’origine de l’assassinat de Zakhartchenko. Quand ils ont tué Motorola ils ont clairement dit que Guivi et Zakhar étaient les prochains. Quand ils ont tué Guivi ils ont réitéré que le prochain serait Zakhartchenko.


      • Guy19550 Guy19550 5 septembre 02:20

        @Christelle Néant

        Je vous souhaite de bonnes vacances, de préférence sans bombardements inutiles. 

        Si les relations entre les deux individus étaient bonnes, la piste s’écroule. Même si vous aviez vous même des doutes (vous dites le contraire), c’est un terrain hyper dangereux à creuser. 

        J’espère moi-même pouvoir prendre une semaine de vacance au Portugal bientôt, mais tel que cela se présente avec les travaux encore à faire, cela va devenir difficile. J’ai déjà verser 200 euros à mon amie brésilienne qui vit maintenant à Londres pour m’y rejoindre avec son conjoint actuel, mais pas sûr qu’ils pourront venir et dans ce cas, j’ai dit que c’était un cadeau. Plus le temps avance et plus je suis dans l’impossibilité de planifier la semaine de vacance car je n’avance pas assez vite avec le travail à faire. 


      • Guy19550 Guy19550 5 septembre 03:16

        @Guy19550

        Je vais vous donner un sujet de réflexion pour les vacances. Quand Lula da Silva est venu au pouvoir au Brésil, le monde entier était satisfait, la démocratie est ainsi venue et Lula a fait de son mieux pour que le peuple soit content. Il n’a pas réussi à mener à bien la totalité de son programme car malgré sa victoire flagrante, il y avait encore une opposition importante. Ce fut le cas notamment pour la partie « faim zéro ». Il y a là-bas aussi beaucoup de corruption et les élus en profitaient pour être intouchables. J’ai connu mon amie pendant cette période quans elle était encore aux études. Ces études sont plutôt poussées et rendue possible par l’approche du fait que cela était financé directement par l’impôt car il y avait lieu de le faire ainsi au début. Ce qu’il a fait n’a pas plus aux cowboys et pour les cowboys, il n’y a aucune différence entre un socialiste et un communiste.
        La suite est je pense connue, il a eu deux mandats, a été suivi dans la même voie par l’ex CEO de Petrobras et ensuite en sérieux retour en arrière avec Bolsonaro qui plait bien aux cowboys. Cela n’a évidemment aucun rapport avec l’Ukraine et pourtant, il y a un lien à faire, voir message suivant.


      • Guy19550 Guy19550 5 septembre 03:20

        @Guy19550
        Mercredi 04/09/2019
        L’immunité parlementaire est destinée à empêcher un état de dysfonctionner. C’est donc quelque chose d’utile. Il y a quelques exceptions à cela à cause de la corruption. J’ai deux exemples à cela, l’Ukraine évidemment et aussi le Brésil. Il faut en effet d’abord enrayer la corruption avant d’avoir une immunité.
        En Ukraine, le parlement vient d’approuver la suppression de l’immunité des parlementaires :
        https://tass.com/world/1076242
        C’est un changement utile, quite à remettre cette immunité en place quand la corruption est enrayée.


      • Guy19550 Guy19550 5 septembre 03:27

        @Guy19550
        C’est très rare que je puisse faire un compliment aux ukrainiens, mais là, j’approuve ce qui a été voté. Dans le contexte évidemment que l’Ukraine veut un ratachement à l’Europe et bien que personnellement je vois plutôt un ratachement avec la Pologne et pays baltes, à d’autres qui sont anglo-saxons, ce qui inclu les cowboys et les anglais.


      • Christelle Néant Christelle Néant 5 septembre 17:48

        @Guy19550
        Je doute que l’Ukraine sorte de la spirale de la corruption. Il faudrait un président d’une toute autre carrure que Zelensky pour faire ça.


      • Guy19550 Guy19550 6 septembre 05:12

        @Christelle Néant

        C’est difficile, j’en conviens et faut surtout pas croire que chez les autres, y a pas ce problème, c’est plus subtil mais cela existe :

        Lobbying, any attempt by individuals or private interest groups to influence the decisions of government ; in its original meaning it referred to efforts to influence the votes of legislators, generally in the lobby outside the legislative chamber. Lobbying in some form is inevitable in any political system.


      • Christelle Néant Christelle Néant 6 septembre 10:47

        @Guy19550
        Oh oui je sais bien que la corruption existe partout. Mais en Ukraine elle est endémique. Et pour l’éradiquer il faudrait une dirigeant de la trempe d’un Poutine. Or Zelensky est loin d’être à la hauteur pour cela...


      • Guy19550 Guy19550 4 septembre 05:29

        https://en.wikipedia.org/wiki/Leonid_Pasechnik

        Il est en fonction depuis novembre 2018 avec des rapports antérieurs :

        Assumed office 
        21 November 2018
        Acting : 24 November 2017-21 November 2018

        Je repose donc ma question, quels étaient ses rapports avec Zakhartchenko ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès