• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La situation s’aggrave au Kazakhstan : malgré l’état (...)

La situation s’aggrave au Kazakhstan : malgré l’état d’urgence, les manifestations gagnent de nouvelles régions

La nuit du 4 au 5 janvier a été chaude au Kazakhstan, où des manifestations et des grèves ont éclaté. Des manifestations de masse ont déjà conduit à la démission du gouvernement et d’un certain nombre de fonctionnaires les plus proches du premier président, Noursoultan Nazarbaïev. Et malgré la proclamation de l’état d’urgence, les troubles se poursuivent, notamment dans la plus grande métropole, Almaty.

JPEG

Tout a évolué à la vitesse de l’éclair : les travailleurs et les habitants d’Aktobe, d’Ouralsk, de Kyzyl-Orda, de Tourkestan, de Chymkent, de Kokchetaou, de Kostanaï, de Taldykorgan, d’Ekibastouz, de Taraz, de la région d’Almaty et d’autres villes et régions du Kazakhstan ont commencé à descendre dans les rues et sur les places centrales la nuit. Il y a eu un rassemblement à Astana avec des barrages routiers. Les camionneurs ont bloqué une partie des rues de Chymkent.

Les travailleurs du secteur pétrolier en grève dans l’ouest du Kazakhstan ont été rejoints par les mineurs de la région de Karaganda et les mineurs de la société Kazakhmys Corporation dans l’ancienne région de Jezkazgan, qui se trouve dans le centre du pays. Pendant ce temps, les travailleurs du secteur pétrolier en grève dans la région d’Atyraou ont bloqué la voie ferrée et l’autoroute au niveau du champ de Tengiz, empêchant les managers étrangers et la police d’y accéder.

Les autorités ont ensuite tenté de disperser des manifestations à Astana, Taraz, Taldykorgan, Ekibastouz, Kokchetaou et Ouralsk. La police a utilisé des grenades assourdissantes, des matraques et des dispositifs spéciaux. À Taraz, les mères de familles nombreuses qui étaient venues assister à une manifestation pacifique et tous les journalistes ont été arrêtés en masse.

Mais les affrontements et les manifestations de masse les plus importants ont eu lieu à Almaty, où les voitures des manifestants ont d’abord bloqué les routes, puis les migrants internes des banlieues ont commencé à se rassembler et à marcher dans différentes directions jusqu’à l’administration régionale de la ville, où ils ont tenté de prendre le contrôle du bâtiment administratif.

La police a également utilisé des grenades assourdissantes, des gaz lacrymogènes, des matraques et des balles en caoutchouc. Dès 2 heures du matin, les assaillants se sont brièvement emparés de l’administration régionale.

Dans le même temps, le président Kassym-Jomart Tokaïev a déclaré l’état d’urgence à Almaty et dans la région de Mangistaou, du 5 janvier à 1 h 30 au 19 janvier 2022 à 0 h 00. Il a également déclaré qu’il convoquerait le gouvernement le 5 janvier sur toutes les questions sociales urgentes. Les autorités ont bloqué l’Internet, les communications mobiles et ont effectivement bloqué un certain nombre de médias électroniques pour empêcher la coordination des efforts des manifestants.

La déclaration de l’état d’urgence n’a eu aucun effet, car les émeutes et les affrontements avec la police à Almaty se sont poursuivis toute la nuit jusqu’au matin, avec plus ou moins de succès. Les forces de sécurité n’ont pu que repousser les manifestants vers la périphérie, où quelques policiers ont pris le relais.

Aujourd’hui, les manifestants, qui vivent dans les principaux faubourgs de la ville, se sont à nouveau déplacés vers le centre avec le matériel saisi, où de violents affrontements se poursuivent.

En fait, le scénario kirghize se répète : lors des trois « révolutions », le rôle principal des événements a été joué par des jeunes chômeurs qui ont migré des zones rurales en ruine et ont vécu dans la banlieue de Bichkek. À Almaty et Nour-Soultan, ces enclaves ressemblant à des ghettos sont appelées « ceintures de martyr ». Cette fois, ça a marché.

Afin d’éviter une vague de troubles, le président a décidé dans la matinée, par décret, de limoger l’ensemble du gouvernement du Kazakhstan. Le ministère de l’énergie, la direction des entreprises nationales KazMunayGas et Kazakhgaz ainsi que le responsable de l’ancienne usine de traitement du gaz ont été désignés comme responsables des événements. Ce dernier a même été arrêté. Dans le même temps, un changement est intervenu dans le cercle restreint du premier président Noursoultan Nazarbaïev.

Samat Abich, le neveu de Nazarbaïev, a été démis de ses fonctions de premier adjoint du Comité de sécurité nationale. Le secrétaire d’État Krymbek Koucherbaïev, qui s’était distingué en tant que chef de l’Oblast de Mangistaou lors de la fusillade des travailleurs du pétrole à Janaozen dix ans auparavant, a également été licencié. Au même moment, Ierlan Karin, un assistant de l’actuel président, ardent russophobe, partisan du panturquisme et curateur de tous les mouvements nationalistes du Kazakhstan, a été nommé à son poste.

Cela suggère avant tout un changement de cap et un renforcement du pouvoir de Tokaïev. Dans ce contexte, d’autres nominations ne sont pas exclues. Le Président lui-même a déjà organisé une réunion avec le cabinet ministériel intérimaire pour discuter de la situation dans le pays et des mesures à prendre pour résoudre la situation, puisque l’état d’urgence n’a pas permis de mettre fin aux rassemblements et aux grèves. M. Tokaïev a proposé que l’État réglemente les prix dans la région de Mangistaou et à Almaty, et son décret a nommé Alikhan Smailov, qui était auparavant premier Vice-premier ministre, au poste de Premier ministre par intérim.

Pendant ce temps, à 11 h 00 heure locale, le ministère de l’Intérieur a fait le point sur les affrontements de la nuit à Almaty. Selon leurs informations, 137 policiers et 53 civils ont été blessés, 40 personnes ont été hospitalisées, dont sept blessés, parmi lesquels quatre policiers sont en soins intensifs. Lors des combats de rue à Almaty, 37 voitures de police ont été brûlées. Les forces de sécurité n’ont pas encore commenté le basculement de certains policiers du côté des manifestants ou la saisie d’un grand nombre de voitures et de camions officiels.

Selon certaines informations, des forces extérieures tentent d’intervenir dans les processus en parrainant activement des actions de communication sur les médias sociaux. Un certain nombre de groupes et des forums publics Telegram et WhatsApp ont été parrainés depuis les pays baltes, la Pologne et l’Ukraine. De cette manière, l’Occident cherche à influencer le cours des protestations au Kazakhstan en imposant son agenda politique. Bien que les événements aient été spontanés, il existe une menace de prise de contrôle de la direction des mouvements par des forces oligarchiques soutenues par l’autre côté de l’océan.

De son côté, malgré l’imposition de l’état d’urgence, la manifestation massive des travailleurs du pétrole en grève et de leurs familles se poursuit à Janaozen, où, selon diverses estimations, 10 à 15 000 personnes se sont rassemblées pour réclamer le retour de la Constitution de 1993 et un changement de gouvernement.

Le Conseil des Sages a déjà été formé et a assumé la pleine autorité dans la ville. Toute la production pétrolière de la région a été arrêtée et les forces de sécurité tentent actuellement de débloquer l’aéroport d’Aktaou.

Ce matin, des rassemblements ont également commencé dans des villes où ils n’avaient pas eu lieu auparavant, à savoir dans les centres russophones des oblasts de Petropavlovsk, Pavlodar, Oust-Kamenogorsk et Semipalatinsk. Dans un certain nombre d’endroits de ces villes, la police essaie d’utiliser des dispositifs spéciaux, tandis qu’à certains endroits, elle ne fait rien.

Tout le monde a été réveillé par les nouvelles en provenance d’Aktobe, où un rassemblement nocturne s’était transformé en manifestation de masse, à laquelle participaient déjà des dizaines de milliers de personnes, avec des travailleurs du pétrole en grève et venant des zones d’exploitation. La plupart des policiers présents sur la place ont également pris leur parti. Selon certaines informations, le bâtiment de l’administration régionale aurait été pris d’assaut, mais les manifestants sont divisés entre radicaux et modérés et les discussions sont vives sur la marche à suivre.

Comme on peut le constater, les participants aux actions de nuit ne vont pas encore se disperser. Bien qu’à Ouralsk, Taldykorgan, Ekibastouz et Astana, les autorités aient réussi à disperser les rassemblements, les manifestants se réunissent à nouveau ce matin pour de nouvelles actions et la journée d’aujourd’hui sera à bien des égards décisive et montrera si le président et le gouvernement provisoire peuvent stabiliser la situation ou si les grèves et les rassemblements vont balayer le pays.

Comme vous le savez, de violents affrontements se déroulent actuellement à Almaty et, à Balkhach, les fonderies de cuivre de la Kazakhmys Corporation se sont mises en grève et ont organisé un rassemblement pour réclamer une augmentation de 100 % des salaires.

Aïnour Kourmanov

Note : La situation évolue d’heure en heure et le temps que cet article soit publié, puis traduit, la situation a encore changé. Huit policiers seraient morts, 317 seraient blessés. Tolkaïev a démis Noursoultan Nazarbaïev de son poste de Président du Conseil de sécurité nationale, endossant ainsi les deux casquettes. À Almaty la situation a complètement dégénéré, des combats auraient lieu entre les forces aéroportées et des bandes armées, il y a des pillages, et l’aéroport est tombé entre les mains des manifestants. En plusieurs endroits, les policiers et certains soldats sont passés du côté des manifestants. Ces derniers sont extrêmement violents et des vidéos les montrent en train de tabasser ou de tirer sur des soldats. Les manifestants ont aussi mis le feu à plusieurs bâtiments.

Si les revendications de départ sont légitimes (comme la baisse du prix du gaz qui a doublé en une journée), de nouvelles revendications anti-russes et l’implication de groupes Whatsapp dirigés depuis des numéros de téléphones ukrainiens font clairement craindre une récupération des manifestations par des radicaux pilotés et entraînés depuis l’étranger, et un Maïdan sauce kazakh.

La situation est devenue tellement chaotique que l’OTSC (Organisation du Traité de Sécurité Collective) envisage d’envoyer des casques bleus au Kazakhstan, après que le Président Tokaïev a demandé à l’organisation d’intervenir pour l’aider à gérer la situation qu’il considère comme une agression organisée depuis l’extérieur du pays. Vladimir Poutine a immédiatement ordonné de porter assistance au Kazakhstan.

Source : Politnavigator

Traduction par Christelle Néant pour Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  4.35/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • roman_garev 6 janvier 11:06

    Les forces armées de l’Organisation du traité de sécurité collective sont déjà sur place ou presque (en air). Provenant de tous les pays de l’OTSC, y compris l’Arménie qui préside l’organisation cette année-ci.

    La politique pro-occidentale du Kazakhstan est en train d’expirer.


    • samy Levrai samy Levrai 6 janvier 12:36

      @javanais
      Fais un effort cache ta mentalité de soumis.
      Les pays souverains ne se voient pas sous la domination d’un autre, comme les lamentables euro atlantistes qui ne peuvent pas s’imaginer libres et indépendants .


    • nemesis 6 janvier 16:22

      @roman_garev

      L’Arménien qui :

      n’arrive même pas faire intervenir les troupes de l’OTSC pour chasser turcs et azéris du Syunik...
      envoie un contingent à la demande de Moscou...

      Plus servile tu meurs...

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Syunik


    • roman_garev 6 janvier 16:44

      @nemesis
      Je sais bien ce que représente en soi le Premier Ministre arménien, le bon ami de Soros.
      Mais que voulez-vous, il est actuellement président de l’OTSC.
      Officiellement, c’est lui qui a activé cette nuit l’intervention de l’organisation au Kazakhstan.
      Donc c’est à lui de se justifier de cette audace devant ses grands amis en ÉU et en France.


    • nemesis 7 janvier 00:12

      @roman_garev

      Soros ???

      C’est l’Arlésienne dont beaucoup parlent et que personne ne voit !


    • roman_garev 7 janvier 09:29

      @nemesis
      « Personne ne le voit », c’est peut-être chez vous et dans vos merdias, je n’en sais rien.
      Mais dans l’ex-URSS et en Hongrie on le connaît à fond. En Russie on éradique tjrs les effets de son activité dans les années 90. Et l’Arménie, officiellement l’allié de la Russie, reste toujours sous son emprise. Le Premier ministre est sa créature à lui.


    • zygzornifle zygzornifle 6 janvier 13:29

      Vivement la réplique en France ....


      • DantonQ DantonQ 6 janvier 13:48

        @zygzornifle Ca arrive, le jour vient pour ce régime et les institutions corrompues qui ne nous ont pas protégées contre la folie de ce tyran de rendre des comptes au peuple. Notre vengeance sera impitoyable et des rivières de sang, le sang impur de nos ennemis, comme le dit les paroles de la Marseillaise, va couler dans nos sillons. 


      • charlyposte charlyposte 6 janvier 13:58

        @DantonQ
        Via un génocide intra-muros !!! smiley


      • nemesis 6 janvier 16:26

        @charlyposte

        Génocide intramuros ?

        On a encore de la marge :

        Le Programme d’étude sur le génocide cambodgien de l’université Yale évalue le nombre de victimes à environ 1,7 million, soit plus de 20 % de la population de l’époque



      • Paneb 7 janvier 07:51

        La Marseillaise n’est pas un chant guerrier. C’est un chant de marche de l’Armée du Rhin. Ses paroles « Qu’un sang impur abreuve nos sillons » signifie que seul le sang impur versé par le petit peuple peut nourrir la terre de France et non pas par le sang bleu dit « pur » des bourgeois et des royalistes à qui on coupait la tête...


      • zygzornifle zygzornifle 7 janvier 09:05

        @DantonQ

         le sang impur de nos ennemis
        et bourré de vaccins ....


      • zygzornifle zygzornifle 7 janvier 09:07

        @Paneb

         « Qu’un sang impur abreuve nos sillons »

        Pour l’instant c’est qu’un sang impur abreuve le Macron ....


      • Xenozoid Xenozoid 6 janvier 16:50

        kazakhstan,aie aie aie,c’est un gros morceau,juste bien placé,mais attention,ce n’est pas l’ukraine


        • roman_garev 6 janvier 16:50

          Deux policiers ont été trouvés décapités en Almaty.

          Ils font part de 18 policiers tués et 748 blessés.


          • goc goc 6 janvier 17:19

            @roman_garev
            Ça me rappelle Maidan, où des snipers tiraient sur les policiers et sur les manifestants. L’autopsie des victimes avait démontré que c’était les mêmes fusils qui avaient tiré des deux cotés


          • Eric F Eric F 6 janvier 17:28

            @goc
            "Maidan, ... c’était les mêmes fusils qui avaient tiré des deux cotés"

            Dans le présent article, il est indiqué : « en plusieurs endroits, les policiers et certains soldats sont passés du côté des manifestants »

            les fusils proviennent alors des mêmes arsenaux


          • roman_garev 6 janvier 18:51

            @goc

            @Eric F
            Pourquoi parlez-vous des fusils, lorsqu’il s’agit de têtes coupées ? C’est la spécialité maison de l’ISIS.


          • Eric F Eric F 6 janvier 18:56

            @roman_garev
            il est écrit dans l’article : "En plusieurs endroits, les policiers et certains soldats sont passés du côté des manifestants. Ces derniers sont extrêmement violents et des vidéos les montrent en train de tabasser ou de tirer sur des soldats"



          • Eric F Eric F 6 janvier 17:35

            "Ierlan Karin, un assistant de l’actuel président, ardent russophobe, partisan du panturquisme et curateur de tous les mouvements nationalistes du Kazakhstan, a été nommé à son poste"

            A propos d’ingérence étrangère, quid de la Turquie, car le Kazakhstan est éloigné géographiquement, historiquement et culturellement de l’Europe occidentale, pointée du doigt dans l’article.


            • Xenozoid Xenozoid 6 janvier 18:00

              @Eric F

              la turquie bien sur,j’allais dire aussi


            • nemesis 7 janvier 00:15

              @Eric F

              Le panturquisme encore un phantasme d’arrière garde... comme s’il n’y avait pas d’autres problèmes sur la Planète.


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 7 janvier 00:20

              Encore un coup de Satan si le peuple ne peut plus se chauffer et bouffer.


              • vachefolle vachefolle 7 janvier 08:54

                Franchement j’etais inquiet, il a fallu attendre le dernier paragraphe pour accuser l’ukraine de ce coup...

                Un peu d’effort dans votre prochain article pour expliquer que c’est manipulé par l’OTAN et les US.... la vous manquez de votre mauvaise foi habituelle, on dirait un article d’information presque objectif.

                Un peu d’audace : C’EST LA FOTE A L’OTAN, A L’UE, A L’US....

                Heureusement que Poutine va envoyer des troupes pour sauver la population...


                • Christelle Néant Christelle Néant 7 janvier 19:09

                  @vachefolle
                  Avant de critiquer mon article, apprenez à écrire. Faute avec un o ça me fait saigner des yeux. Je n’accuse personne, je dis qu’il y a des faits qui indiquent une ingérence extérieure. Mais qui est réellement derrière personne ne le sait encore.


                • ZXSpect ZXSpect 7 janvier 19:26

                  @Christelle Néant
                  .
                  .
                  «  »Christelle Néant 7 janvier 19:09
                  Avant de critiquer mon article, apprenez à écrire. Faute avec un o ça me fait saigner des yeux.«  »

                  .
                  Allons, Christelle Néant, il ne faut pas stigmatiser un commentateur sur son orthographe... sinon vous flinguez mon copain Cyrus smiley ;-p qui en abuse smiley


                • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 7 janvier 11:41

                  C’est bien connu, en occident, on est vertueux, on ne se permet pas d’utiliser la destabilisation, ou de fomenter des coups-d’état. Surtout pas les USA, pas le genre du tout.

                  Une conférence intéressante sur le sujet (Mars 2021), « Le Kazakhstan, épicentre de la compétition entre grandes puissances »

                  https://www.youtube.com/watch?v=y5Hq5R1ELyM

                  La concurrence entre grandes puissances est un phénomène mondial, mais l’Asie centrale est le nœud géostratégique où les intérêts des États-Unis sont le plus directement confrontés aux intérêts russes et chinois. En tant que leader parmi les pays d’Asie centrale, le Kazakhstan est un partenaire clé pour les États-Unis. Toutefois, en raison de sa géographie, le Kazakhstan doit équilibrer les relations entre ses partenaires, comme en témoigne sa politique étrangère multisectorielle.

                  Conférencière invitée : Brianne Todd est professeur adjoint d’études sur l’Asie centrale au Near East South Asia Center for Strategic Studies (NESA) de la National Defense University, où elle se concentre sur les menaces transnationales et les questions de sécurité régionale en Asie centrale. En plus de développer et de faciliter les programmes du centre NESA dans et avec les pays d’Asie centrale (Afghanistan, Kazakhstan, Kirghizstan, Tadjikistan, Turkménistan et Ouzbékistan), le professeur Todd donne régulièrement des conférences sur l’Asie centrale et conseille les responsables gouvernementaux et les officiers militaires américains et étrangers sur les questions liées à la région. Elle est également professeur adjoint au programme d’études de sécurité de l’Edmund A. Walsh School of Foreign Service de l’université de Georgetown.

                  Cet événement est parrainé par le Center for Eurasian, Russian and East European Studies (CERES) de l’université de Georgetown et



                  • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 7 janvier 11:42

                    c’est adressé à « vachefolle »


                  • Lynwec 7 janvier 16:01

                    C’est étrange, il n’y a jamais de révolution colorée dans les pays proches des USA, une hypothèse à suggérer ?


                    • Eric F Eric F 7 janvier 17:47

                      @Lynwec
                      « il n’y a jamais de révolution colorée dans les pays proches des USA »
                      Ce n’est pas de même nature, mais on a quand même eu les bonnets rouges et les gilets jaunes smiley


                    • Krokodilo Krokodilo 10 janvier 15:50

                      Aucun rapport mais pour info : Une reporter de l’Obs (Sara Daniel) était « dans le Donbass » autour du réveillon, pour une fois, ils font du journalisme de terrain... l’article est réservé (en ligne) mais je suppose qu’il s’agit uniquement du Donbass sous contrôle ukrainien, il ne sont jamais allés jusqu’à demander leur avis aux séparatistes... 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès