• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le cauchemar étasunien, partie 7 : une société de la défiance

Le cauchemar étasunien, partie 7 : une société de la défiance

Alain Peyrefitte avait fait de la confiance est un élément fondamental du succès économique, en permettant un bon fonctionnement de la société. Mais, avec le temps, on peut se demander si les Etats-Unis ne construisent pas exactement le contraire : une société de la défiance.

 

La conséquence d’une société construite sur l’égoïsme
 
Les ultralibéraux français, économiques ou sociétaux, n’hésitent pas à défendre les vertus de l’égoïsme, qui serait un mal nécessaire au bon fonctionnement de la société. Mais comment produire de la confiance dans une société bercée par un individualisme forcené, où, la plupart du temps, le commun n’est pas la solution, mais le problème, où il n’y aurait pas de société. C’est parce que les étasuniens n’ont pas confiance en l’Etat et en leurs semblables qu’il y a des centaines de millions d’armes à feu en circulation dans le pays et que le pays affiche un taux de mortalité par armes à feu dix fois plus important que bien d’autres pays occidentaux, et un taux d’homicide plus proche d’un pays africain qu’européen.
 
Ce manque de confiance s’exprime de plus en plus vis à vis du big business : les liens troubles entre Monsanto et l’Etat, qui l’informe quand des places se libèrent dans les agences des régulation étrangères, ou qui passe des amendements protégeant la de poursuite judiciaire. Comment la population peut avoir la confiance dans l’Etat et les grandes entreprises, quand celles-ci se battent pour que les consommateurs ne soient pas informés de la présence d’OGM lors d’un référendum en Californie  ? Une démocratie libérale ne devrait-elle pas au contraire assurer la libre information de tous et laisser les citoyens-consommateurs, une fois informés, complètement et pleinement libres de leur choix ?
 
On a également appris récemment qu’au Canada, les consommateurs ne seront pas informés de l’origine du saumon OGM récemment mis sur le marché, démontrant que les fondaments des sociétés anglo-saxonnes, pourtant dites libérales, ne le sont pas vraiment. Quand les intérêts du monde des affaires sont menacés, alors, l’Etat semble prêt à oublier la libre-information. Et que de scandales incroyables où les intérêts du monde des affaires sont passés avec ceux des citoyens, de l’eau empoisonnée qui sortait des robinets aux nombreuses affaires liées à l’utilisation des produits de Monsanto, comme cela était rapporté dans le récent reportage d’Arte, réalisé avec Marie-Monique Robin
 
La défiance semble se retrouver partout : ces citoyens bien portants, jeunes et aisés qui peuvent décider de ne pas participer au système de santé, certes totalement hors de prix et inefficace, rendant la couverture des personnes en mauvaise santé plus complexe. La défiance, n’est-ce pas également ce communautarisme qui fait que les étasuniens préfèrent vivre entre eux, en se mélangeant le moins possible avec les autres classes ou races  ? La défiance, c’est aussi un système politique où les institutions semblent davantage conçues pour limiter les pouvoirs d’un mauvais président que permettre à un bon président de pouvoir mener la politique qu’il souhaite, au contraire de la France.
 
D’ailleurs, dans un papier évoquant « les esprits soupçonneux  », The Economist rapporte que la part de la population affirmant que la plupart des personnes peuvent être crus est passée de 44% en 1976 à 32% en 2016. De même, la part de ceux qui n’ont que peu ou pas confiance à l’égard des grandes entreprises est passée dans le même temps de 26 à 39%. Plus généralement, la bible des élites globalisées soulignent que de nombreux indicateurs indiquent une montée de la défiance  : augmentation des primes de risque, des dépenses d’avocat. Mais il note surtout que ceci ne semble pas avoir de conséquences néfastes puisque les entreprises dans cette position ont de bons résultats financiers.
 

 

En conclusion, il affirme que « le vaste stock de confiance du pays, construit depuis plus d’un siècle, se vide rapidement ». Mais en appelant seulement à une meilleure application des règles de la concurrence, il passe à côté d’un problème plus fondamental : comment une idéologie qui fait de l’égoïsme un fondement de la société peut-elle durablement créer la confiance ?

Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Spartacus Spartacus 3 novembre 09:58

    Vu l’article, c’est surtout le souverainiste gauchiste qui démontre la défiance.....  smiley


    Et aussi la caricature franchement ubuesque ! 

    Dans quel pays blanc un président noir a été élu ?
    Réponse A : En France
    Réponse B : Aux USA


    Un vil Americain n’accepterait jamais de bénéficier de droit sociaux supérieurs à son voisin, comme le souverainiste gauchiste qui justifie les régimes spéciaux..

    Et les leçons d’égoïsme sont a mourir de rire de la part de ceux qui ont pas un échantillon d’équité sur eux. 

    • samuel 3 novembre 13:58

      @Spartacus

      « Dans quel pays blanc un président noir a été élu ?
      Réponse A : En France
      Réponse B : Aux USA »

      Réponse B. Qu’est ce qu’on est censé en conclure ?



    • Rincevent Rincevent 3 novembre 14:54

      @samuel

      Qu’il était le candidat adoubé par Wall Street, alors que Mc Cain avait été jugé moins contrôlable, c’est tout…

      https://fr.wikipedia.org/wiki/John_McCain


    • xana 3 novembre 10:34

      Eh, Patte à Cul, tu es sorti de ta fosse d’aisances ?
      Qee fais-tu encore en France, ce pays gouverné par les communistes ?
      On t’attend avec impatience dans le « land of the free » !

      Ah, peut-être que tu ne parles pas l’anglais ? Ou tu as peur de perdre ta couverture sociale ?


      • bob14 bob14 3 novembre 10:44

        (’au Canada, les consommateurs ne seront pas informés de l’origine du saumon OGM récemment mis sur le marché)...sachez que chez vous TOUS les supers marchés vous vendent du saumon pollués par des métaux lourds et il n’y a personne pour le dire...Les américains sont fier de l’être, pas comme les français content d’être sodomisés et qui en redemande à chaque élections !


        • phan 3 novembre 17:36

          @Salut Fred
          Je ne mange pas du saumon, ni du Mc Do, et comme dirait Nulle Land : Fuck USA !


        • Doume65 3 novembre 12:26

          « Mais comment produire de la confiance  »

          Qu’est-ce que c’est que cette idée de vouloir produire de la confiance ? A-t-on jamais vu des brebis avoir de la confiance envers les loups ? Les requins ont-ils besoin de la confiance des petits poissons pour les dévorer. Bref, cette soi-disant valeur, ce n’est qu’une vieille scorie passéiste, qui s’oppose à la modernité, et donc au progrès. Du reste, les socialistes progressistes l’ont bien compris. Ce n’est pas sur des valeurs éculées, obsolètes, qu’on construira l’Avenir !

          Caricature, bien sûr (et sur AV, il faut le préciser), mais notre Spartacus ne renierait certainement pas cette conception.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires