• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le Donbass se rapproche de plus en plus de la Russie et s’éloigne de (...)

Le Donbass se rapproche de plus en plus de la Russie et s’éloigne de plus en plus de l’Ukraine par la faute de Kiev et de Bruxelles

Plus le temps passe et plus les actions hostiles de Kiev repoussent le Donbass hors de l’Ukraine et la poussent dans les bras de la Russie. Et à force de vouloir plaire au patron de l’Ukraine, à savoir Washington, Bruxelles en vient à enfoncer encore un peu plus le coin qui est en train de séparer irrémédiablement le Donbass de son ancienne patrie.

Kiev a tout fait pour dégoûter le Donbass de vouloir revenir sous son giron : génocide délibéré de la population civile, blocus économique et commercial, blocus des transports, tentatives récurrentes de détruire les infrastructures vitales (eau, gaz, électricité, téléphone, hôpitaux, etc), propos publics d’officiels ukrainiens traitant la population du Donbass comme des citoyens de seconde zone tout juste bon à être exterminés ou parqués dans des camps de concentration, coupure du versement des retraites et des prestations sociales, etc.

C’est sur ce dernier point que nous allons nous concentrer. Car l’actualité récente vient de démontrer que l’Ukraine est prête à tout pour ne pas devoir assumer ses engagements concernant un territoire sur lequel elle revendique la souveraineté. Or on ne peut pas avoir le beurre, l’argent du beurre, le cul de la crémière et son sourire avec.

Quand on déclare à cor et à cri qu’un territoire nous appartient, il faut en assumer aussi les conséquences à savoir fournir les services vitaux et ce qui est dû au titre des prestations sociales pour lesquelles les gens habitant sur ce territoire ont cotisé. D’ailleurs pour comparaison, lors de la guerre de Tchétchénie, la Russie n’a jamais cessé le versement des retraites et autres prestations sociales, et ce malgré les risques de détournement par les terroristes islamistes. Pourquoi ? Parce que la fédération de Russie a considéré qu’étant souveraine sur ce territoire elle devait continuer à en assumer les charges.

Or depuis le début de la guerre, Kiev a tout fait pour se défausser de ses responsabilités, entre autre sur la question des retraites. Malgré plusieurs jugements (y compris de cours ukrainiennes) demandant le versement des retraites, et même des avis rendus par l’ONU sur ce sujet, Kiev fait toujours la sourde oreille.

Alors certains habitants du Donbass ont porté l’affaire (naïvement) devant la CEDH, et se sont vus déboutés sous des prétextes plus que fallacieux. Se contredisant elle-même, la CEDH explique qu’ils n’ont pas épuisé tous les recours juridiques possibles, alors que ces personnes doivent franchir la ligne de front pour aller déposer plainte devant un tribunal ukrainien, qu’ils risquent de se faire arrêter par le SBU pour cela, et que la CEDH elle-même a admis dans un autre jugement que le système judiciaire ukrainien était totalement inefficace.

En gros la CEDH a jugé sur la « théorie » alors que ces gens vivent une situation de guerre civile qui n’a pas lieu en théorie mais dans le monde réel !!! Par contre la CEDH se souvient miraculeusement du « réel » quand il s’agit des obligations de Kiev, en arguant qu’au vu de la situation de guerre, elle ne peut faire plus.

Si un concours de l’institution la plus hypocrite est créé, je propose la CEDH pour la palme d’or toutes catégories confondues ! Parce que là on touche vraiment le fond en termes de double standard répugnant. Je vous encourage d’ailleurs à aller lire l’analyse complète du jugement qu’a fait Karine Béchet-Golovko.

Car elle y souligne un point très important dans sa conclusion à savoir que « par cette décision, la Cour ampute l'Ukraine d'une partie de son territoire  : si les obligations de l’État ukrainien envers les populations s'arrêtent à la ligne de front, la souveraineté sur son territoire également ».

En clair, à force de vouloir plaire à Kiev pour ne pas fâcher Wahsington, la CEDH vient en fait de commettre une grave erreur stratégique qui sape les revendications territoriales de l’Ukraine sur le Donbass.

Pire encore, en s’obstinant dans cette voie, Kiev est en train de renforcer la corruption dans le pays (et donc d’accélérer la désintégration de ce dernier), comme l’a déclaré Guéorgui Touka, le ministre adjoint des Territoires occupés et des déplacés internes en Ukraine. Pour ce dernier, la décision de Kiev d’imposer des restrictions pour le versement des retraites est une grave erreur.

En effet, pour ne pas verser leur retraite aux gens qui habitent en République Populaire de Donetsk (RPD) ou en République Populaire de Lougansk (RPL), l’Ukraine exige que les retraités venant du Donbass soient enregistrés comme réfugiés internes. Résultat, un véritable trafic illégal de faux certificats d’enregistrement comme réfugiés internes s’est développé, et la corruption avec.

En clair, l'État ukrainien a poussé les gens à fournir délibérément de fausses informations - à frauder - pour toucher une retraite pour laquelle ils ont cotisé toute leur vie. Ceux qui vivent en RPD et en RPL, mais qui ont droit à des retraites ukrainiennes, payent ainsi grassement des intermédiaires qui leur fournissent des certificats attestant de leur statut de personnes déplacées à l'intérieur du pays.

L'introduction de la procédure de vérification n'a fait que compliquer la vie des retraités et les a poussé à payer pour être avertis de l'arrivée des inspecteurs. Dans le même temps, les inspecteurs du ministère de la Politique sociale ne peuvent pas contrôler physiquement tous les retraités. Dans certaines villes comme Stanitsa Louganskaya (seul point de passage de la ligne de front entre la RPL et l’Ukraine) on arrive à des absurdités, comme un nombre de déplacés internes censés y vivre (11 000) quasi égal au nombre total d’habitants (13 000) de la localité !

« Dans Stanitsa Louganskaya, 11 000 déplacés internes sont enregistrés, alors qu’en fait, environ 1 300 y vivent. Tout le monde comprend qu'il est physiquement impossible de contrôler tous les migrants, et nous nous précipitons donc dans une impasse. Il ne s'agit pas seulement d'un problème bureaucratique, nous avons également impliqué nos concitoyens, en règle générale - les personnes âgées - dans des manœuvres de corruption déshonorantes. Je trouve cela inacceptable  », a ainsi souligné Touka.

En procédant ainsi, et en privant une bonne partie des retraités de la pension à laquelle ils ont droit, l’Ukraine scie doublement la branche sur laquelle elle est assise. Car Kiev crée du mécontentement à son encontre parmi une population qu’elle prétend faire revenir un jour sous son giron, provoquant ainsi encore plus de rejet de l’Ukraine au sein de la population du Donbass, et elle augmente aussi la corruption, le marché noir et les trafics en tout genre qui sapent les fondements même de l’État, accélérant ainsi la désintégration de ce dernier.

Le résultat logique de cette gabegie à l’ukrainienne, c’est que le Donbass accélère son intégration avec la fédération de Russie, comme l’a souligné Denis Pouchiline à Minsk.

« Suite au processus de blocus économique et d'isolement extérieur des territoires hors de son contrôle, ainsi qu'à la persévérance, digne d'une meilleure application, à éviter la mise en œuvre des accords de Minsk, les officiels de Kiev ont en fait prédéfini la nature de nos actions visant à assurer notre propre sécurité et notre indépendance économique. Ainsi, les processus d'intégration avec la Fédération de Russie sont lancés et prennent de plus en plus d'ampleur, et leurs résultats ont déjà été notés et pas seulement par nos alliés », a déclaré Pouchiline.

Il a ajouté qu’en développant ses relations avec la fédération de Russie, la RPD a unilatéralement commencé à appliquer l'article 8 de la loi ukrainienne «  Sur le régime spécial d'autonomie locale dans certaines régions des oblasts de Donetsk et de Lougansk » (loi prévue dans les accords de Minsk), qui prévoit le développement de la coopération transfrontalière visant à étendre et à approfondir les relations de bon voisinage avec la fédération de Russie.

L’Ukraine est comme un mari violent qui menace sa femme lorsqu’elle veut divorcer pour échapper à ses coups, et exige du juge qu’il refuse d’accorder le divorce. Dans la vie réelle, n’importe quel juge normal accéderait à la demande de cette femme pour un divorce afin de la mettre à l’abri de ce fou furieux. Alors pourquoi la communauté internationale n’est-elle pas capable de faire de même lorsqu’il s’agit non plus d’une personne mais de tout un peuple qui s’est exprimé par référendum pour dire « nous ne voulons plus que nos terres fassent partie de l’Ukraine  » ?

Christelle Néant

Voir l'article sur DONi


Moyenne des avis sur cet article :  2.56/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • lejules lejules 16 février 00:15

    bonjour a tous

     le Dombass me fait penser a la guerre d’Espagne. bien sur les circonstances ne sont pas les mêmes. mais c’est comme une mise en bouche...... 

    • Christelle Néant Christelle Néant 16 février 07:22

      @lejules
      Il y a des éléments semblables entre ces deux guerres. Entre autre la présence de volontaires étrangers venus prêter main forte.


    • baldis30 16 février 09:44

      @Christelle Néant
      bonjour,

      et la couleur politique très sombre de bien des « volontaires » ....


    • Christelle Néant Christelle Néant 16 février 20:58

      @baldis30
      Du côté du Donbass il ne faut pas exagérer. Il y a eu des brebis galeuses, elles ont dégagé depuis longtemps et elles étaient loin de constituer la majorité. Si on regarde le profil politique de la plupart des volontaires étrangers que je connais les 3/4 sont plutôt communistes ou très à gauche....


    • baldis30 18 février 09:29

      @Christelle Néant
      bonjour,

      je voulais parler du côté ukrainien ... que ce soit clair !


    • Christelle Néant Christelle Néant 18 février 09:31

      @baldis30
      Côté ukrainien oui là la couleur politique des volontaires étrangers est très à droite pour pas dire du type crampe au bras droit.


    • Eric F Eric F 16 février 11:05

      Chacun plaide pour son camp, mais en réalité dans cette affaire les torts sont partagés, la Russie pousse les régions russophones des pays périphérique à la sécession, et l’occident veut intégrer ses pays dans son giron UE/OTAN.
      La solution équitable aurait été un statut de neutralité pour ces pays, garanti par les deux « blocs » (car hélas on en revenu est là). Ceci dit, on a vu comment la Russie à foulé au pied les garanties qu’elle avait données sur l’intégrité de l’Ukraine en 94 lors de sa dénucléarisation. Et l’occident a fomenté des coups de force politiques « pro européens ».

      Il est, par ailleurs amusant au sein de nos courants d’opinion en France de voir que les nostalgiques du soviétisme à gauche et les souverainistes à droite sont la main dans la main pour soutenir la thèse russe, et le « grand centre » allant des socialistes aux libéraux-conservateurs soutiennent la thèse occidentale. Je me sens « ailleurs » que dans ces ornières.


      • Christelle Néant Christelle Néant 16 février 21:02

        @Eric F
        Faux, faux et re faux. En 2014, la Russie, par la voix de Vladimir Poutine avait appelé la RPD et la RPL à ne pas organiser leur référendum pour ne pas aggraver la situation déjà tendue. C’est la Russie qui a poussé pour les accords de Minsk dont le but est de maintenir l’intégrité territoriale de l’Ukraine en résolvant le conflit de manière pacifique. Donc non ce n’est pas la Russie qui a poussé le Donbass à la sécession, mais la politique de Kiev, puis la guerre et le blocus menés contre le Donbass qui pousse celui ci dans les bras de la Russie. De un.
        De deux, concernant l’intégrité territoriale de l’Ukraine vis à vis de la Crimée, allez lire ceci avant de brandir à tord et à travers le mémorandum de Budapest http://stoprussophobie.info/index.php/top-actu-menu/item/95-qui-a-annexe-la-crimee


      • V_Parlier V_Parlier 18 février 18:14

        @Eric F
        La volonté de secession ne se serait pas concrétisée :
        - S’il n’y avait pas eu ce coup d’Etat de sauvages déguisé en mouvement populaire « réprimé » (encensé par l’Occident, puis finalement, tiens tiens : https://www.agoravox.tv/actualites/international/article/snipers-de-maidan-on-se-reveille-75215 )
        - Si les premières dispositions prises n’étaient pas des menaces (et pas des menaces voilées ni subtiles) envers les réfractaires, et particulièrement les russophones
        - Si les pires criminels n’avaient pas été recrutés comme « volontaires » pour mâter le Donbass
        ( https://www.agoravox.tv/actualites/international/article/revelations-choc-tv-ukrainienne-50344 )

        (J’anticipe pour la Crimée et le mémorandum, mon lien habituel : https://www.agoravox.fr/actualites/international/article/le-vieux-pretexte-de-la-crimee-qui-189332 )

        Donc, même si je ne prétend pas être « neutre », à mes yeux vous ne l’êtes pas non plus pour présenter comme affirmations tout ce que vous avancez.


      • Tom France Tom France 16 février 13:47

        Cette guerre du Donbass est alimenter dans le but de maintenir couper les routes de la soie Chinoises tout en essayant d’attirer la Russie dans un conflit meurtrier à sa frontière alors qu’elle est déjà au prise avec les djihadistes et l’empire US/OTAN/UE en Syrie, conflit qui n’est pas prêt de s’arrêter. Je pense d’ailleurs que cet empire parie sur l’ouverture d’une multitude de de conflits par procurations avec la Russie afin de pousser celle ci à la ruine et la désintégration par voie militaire à défaut de lui déclarer franchement la guerre nucléaire !


        • lejules lejules 16 février 15:41

          @Tom France

          pour ma part je suis arrivé aux même conceptions que les vôtres.
          c’est difficile d’être optimiste.

          nous nous devons de quitter au plus vite l’OTAN qui nous engage dans des guerres illégales et dangereuses pour la paix dans le monde. c’est possible nous l’avons déjà fait sous de Gaulle.
          si en plus nous pouvions quitter l’Europe et revenir au Franc ce serait une véritable émancipation face a l’empire US
          .

        • Tom France Tom France 17 février 13:56

          @lejules

          Oh que oui mais vu le niveau de propagande grossière déversé chaque jours par ce système aux masses, je ne crois pas que l’on s’en sortira pas une stratégie globale, il faut s’organiser en petits groupes ! 

        • lejules lejules 17 février 16:30

          @Tom France
          toute forme de lutte est bonne.

          il est une chose a se rappeler trop de propagande tue la propagande.il y a un moment ou elle ne devient plus crédible et tout se retourne contre elle et devient franchement ridicule « la Russie se rapproche dangereusement des bases de l’OTAN » 

        • Tom France Tom France 19 février 13:59

          @lejules
          Oui ou encore, « la Russie a truqué les élections présidentielles US », comme si le fait que tout aille mal était de la faute des Russes ! Mais c’est vrai qu’un empire en fin de vie qui ne sert pas l’intérêt général et prospère sur le mensonge a toujours besoin d’un bouc émissaire extérieur !


        • alain_àààé 16 février 13:48

          bonjour Chistrelle je suis toujours de te lire méme dans les moments graves.je t avais demandé combien les soldats touchaient peu d argent.mais j ai travaillé pendant des années comme agent secret pour la france.et j ai été contacté par téléphone dans une autre ville que celle ou j habite et le correspondant m as dis que si je partais comme mercenaire. je serais payé 15300e par mois est ce exact.j avais été entrainé pour travaillé avec BOB DENARD pour faire la guerre dans les années 70 en afrique et entrainé pour lorsque j étais militaire.mais j ai préféré les services secret autre que la DGSE service officiél de la france comme laCIA pour les USA ou le mossad pour israel se sont tous des services officiel et d autres pays.merci de ta réponse bonne chance a toi


          • William 16 février 15:51

            @alain_àààé
            agent secret, mercenaire dans les années 70 qui repart au front 40 ans après... c’est un canular ?


          • Christelle Néant Christelle Néant 16 février 21:04

            @alain_àààé
            Je ne connais aucun mercenaire ici. Côté Donbass nous n’avons que des soldats engagés dans les armées de la RPD ou de la RPL. Et leur solde est de 15 000 roubles (soit un peu plus de 200 euros)


          • blablatouille 16 février 15:51

            Le media Znak publie notamment l’interview d’une femme prénommée Yelena Matveyeva qui affirme avoir été informée de la mort de son mari, combattant en Syrie, Stanislav Matveyev, par d’autres hommes déployés à ses côtés en Ukraine. Elle ajoute que son époux et elle travaillent pour PWC Wagner.


            L’écrivain russe Zakhar Prilepine, qui a lui-même combattu aux côtés des séparatistes en Ukraine, a annoncé mercredi sur sa page Facebook, la mort d’un certain Igor Kosoturov en Syrie, lui aussi déployé en Ukraine dans son bataillon. Prilepine a précisé que nombre de ces combattants sont partis en Syrie, appâtés par des salaires plus importants : « Ici, ils nous payent des « kopecks » : 15.000, 16.000 roubles, parfois 20.000. En Syrie, davantage ».


            PWC Wagner est la propriété de l’oligarque Evgueny Prigozhin, proche du pouvoir russe, qui serait également à la tête de l’Internet Research Agency, connue pour promouvoir le Kremlin sous une multitude de faux comptes sur les réseaux sociaux et forums. Selon le journal Kommersant, 1600 Russes auraient été déployés en Ukraine par PWC Wagner.

            Si le Kremlin met en cause ou minimise la véracité des informations concernant la mort de ces mercenaires, l’affaire est très commentée dans les médias russes ainsi que sur les réseaux sociaux où le silence du gouvernement est remis en cause.

            • blablatouille 16 février 15:54

              Des médias russes ont publié plusieurs entretiens de proches de combattants tués en Syrie, dans lesquels il est apparu que certains de ces mercenaires avaient combattu en Crimée et dans l’est de l’Ukraine, aux côtés des sécessionistes avant de se rendre en Syrie.


            • roman_garev 16 février 17:06

              @blablatouille

              « certains de ces mercenaires avaient combattu en Crimée... »
              Ah bon ? Mais comme il n’y avait aucun combat en Crimée, le vrai prix de ces blablablas (dont le vôtre) est évident...


            • Dudule 17 février 00:03

              Des survivants des combats en Crimée ?

              Ils doivent être bien vieux ! C’était en 1855 ou en 1943 ?


            • V_Parlier V_Parlier 18 février 18:17

              @Dudule
              En effet, blablatouille a bien choisi son pseudo smiley


            • blablatouille 19 février 09:02

              @V_Parlier
              La crise de Crimée est une crise diplomatique internationale consécutive à l’occupation de la péninsule de Crimée par des troupes pro-russes non identifiées, puis à des mouvements des troupes de l’armée fédérale russe près de la frontière ukrainienne, à partir du 28 février 2014.Le déploiement de ces troupes, sans violence, fait suite à l’Euromaïdan en Ukraine qui aboutit à la destitution du président ukrainien pro-russe Viktor Ianoukovytch, le 22 février 2014. 


              La Russie considère le nouveau gouvernement ukrainien « illégitime »1. Le gouvernement ukrainien d’Oleksandr Tourtchynov accuse la Russie « d’invasion » et « d’occupation armée » tandis que la Russie nie la présence de soldats russes en Crimée et affirme que ces soldats sont des « forces locales d’auto-défense », tout en évoquant la possibilité d’envoi de troupes en Ukraine.

              Des combat ne nécessites pas des morts ou des échanges de tir. Une seule occupation illégale de territoire est un combat, car c’est une invasion.

            • grangeoisi 16 février 18:02

              Dame Néant quel joli nom !


              • Krokodilo Krokodilo 16 février 18:48

                Bravo pour vos infos, ça change du silence de nos grands médias, à les lire on a l’impression que tout va beaucoup mieux en Ukraine... Il y a tellement peu d’articles que je signale celui-ci sur Le Figaro, assez honnête dans sa présentation à l’occasion de la loi dite de « réintégration du Donbass » ; Ils n’ont même pas censuré les commentaires qui ne suivent pas la ligne otanesque !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès