• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le gagnant et le perdant dans la crise pétrolière iranienne

Le gagnant et le perdant dans la crise pétrolière iranienne

Que le pétrolier iranien Adrian Darya 1 ait vendu sa cargaison au large des côtes syriennes en vertu d’un accord secret avec les États-Unis, comme cela a été rapporté, ou au mépris de ce dernier, comme certaines nouvelles le suggèrent, l’objectif de l’Iran d’envoyer le pétrolier a été atteint.

Ce qui n’a pas été réalisé, c’est ce qui a été dit à la suite de la libération du pétrolier, qui a été saisi par la marine britannique, puis libéré avec des «  garanties écrites  » des autorités iraniennes que le pétrolier ne serait pas envoyé en Syrie.

L’histoire du pétrolier iranien s’inscrit dans l’accélération des événements au Moyen-Orient. Ce qui se passe dans les coulisses, c’est ce qui compte le plus.

Les États-Unis se sont engagés à imposer des sanctions à quiconque achète du pétrole iranien transporté par le pétrolier. «  Nous continuerons à faire pression sur l’Iran et, comme l’a dit le président [Trump], il n’y aura aucune dérogation pour le pétrole iranien ,  » a déclaré Sigal Mandelker, sous-secrétaire au Trésor américain pour le terrorisme et le renseignement financier, à Reuters. Mais quelques jours plus tard, des images satellite ont confirmé que le pétrolier était apparu à deux milles marins du port syrien de Tartous.

L’incident du pétrolier a également impliqué des faits intéressants, comme le fait que les États-Unis ont offert des millions de dollars au capitaine en échange d’un navire que les autorités américaines pourraient détenir.

Le Ministère britannique des affaires étrangères, pour sa part, n’a pas accordé beaucoup d’attention à la vente de la cargaison de pétrole iranien, probablement en raison de développements internes et Brexit l’a tenu occupé. Le Royaume-Uni s’est contenté d’accuser l’Iran de prendre une «  ligne de conduite moralement faillie,  » après avoir appris que le pétrolier se dirigeait de nouveau vers la Syrie, en violation des promesses iraniennes de ne pas y aller.

Tous ces événements et réactions font partie du jeu politique. Le jeu est plein de manœuvres, de mensonges, d’accusations et tous les moyens légitimes et illégitimes de servir les intérêts et les objectifs.

Il n’y a donc pratiquement aucune surprise dans ce cas. L’affaire a été résumée par le conseiller américain pour la sécurité nationale John Bolton, qui a commenté les photos publiées du pétrolier iranien près de la Syrie. «  Quiconque a dit que l’Adrian Darya 1 n’allait pas en Syrie est dans le déni,  » a-t-il dit. Les États-Unis étaient certains que le pétrolier continuerait sa route vers sa destination. Le ministre américain de la défense, Mark Asper, avait annoncé que son pays n’avait pas l’intention de saisir le pétrolier iranien.

Les Etats-Unis ne veulent pas d’une confrontation directe avec l’Iran à ce stade. Tout ce qui est dit autrement est loin de la réalité.

Selon les médias, le pétrolier serait resté quelques jours en Méditerranée dans l’attente d’un accord entre le régime des mollahs et les Etats-Unis, négocié par un tiers. Autoriser le déchargement du pétrolier et libérer le navire battant pavillon britannique détenu dans le port iranien de Bandar Abbas faisait partie de l’accord.

Le drame du pétrolier iranien a pris fin - celui que les mollahs voulaient. L’incident doit être étudié comme un exemple de microgestion de crise entre Téhéran et Washington. D’une manière ou d’une autre, les deux équipes ont atteint leurs objectifs avec peu ou pas de pertes.

Les Etats-Unis ne voulaient pas, dès le début, s’emparer du pétrolier, mais envoyer un message fort d’intimidation au régime iranien que la liberté de mouvement et la marge de manœuvre dans la vente du pétrole iranien sont très limitées, ou plutôt peuvent être «  réduites à zéro.  » L’objectif des mollahs était de prouver leur capacité à défier et contourner les sanctions américaines, à soutenir leurs alliés et à vendre leur pétrole sous le regard des flottes américaines.

Une autre page a été tournée de la bataille des volontés entre les mollahs et l’administration du président Trump qui n’est intéressé que par la poursuite, quoique lente, de son objectif stratégique : une compréhension globale qui peut être politiquement présentée au public américain sur l’Iran.


Moyenne des avis sur cet article :  1.36/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Eric Havas Eric Havas 15 septembre 17:46

    Gagnants :

    US, Russie, producteurs et vendeurs d’armes,Algérie etc, producteurs

    Perdants :

    Chine d’abord, asphyxiée économiquement, Iran barbue, hacienda des Séouds « progressistes » ratatinés

    Boobaland, UE, importateurs et baudruches pontifiantes guignolesques de service.

     

    Donc une bonne idée.ces drones.yéménites.

     

    A lui tout seul De Gaulle faisait plus de politique que toute l’UE actuelle réunie...

    Pour des raisons philosophiques marxistes et reptiliennes souchiennes, je préfère Hussein à Mohamed. smiley


    • goc goc 16 septembre 11:55

      On n’est pas absolument sur que les iraniens se soient engagé à ne pas livrer la Syrie, par écrit. Et quand bien même ce serait le cas, je ne vois pas ou serait le mal vis à vis d’un État qui signe des traités puis les annule en fonction de la gastro ou des cou... pleines de son chef. Le respect doit toujours être bilatéral, sinon le premier qui ne respecte pas ses engagements libère d’office le second des siens, et l’autorise même à faire des promesses sans obligation de les respecter.


      • the clone the clone 16 septembre 13:32

        Le gagnant c’est celui qui ramasse les taxes , le perdant c’est celui qui passe a la pompe ....


        • Jean 16 septembre 18:37

          allez à la serpillière, cela urge docteur

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès