• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le gaz commencera à circuler via Nord Stream 2 dès le 31 décembre (...)

Le gaz commencera à circuler via Nord Stream 2 dès le 31 décembre 2019

Le gaz commencera à circuler dans le gazoduc Nord Stream 2 avant le 31 décembre 2019 à minuit. C’est ce qu’a déclaré le PDG de la société autrichienne OMV, Rainer Seele lors d’une conférence de presse le 31 juillet 2019.

JPEG

En mars 2019, Naftogaz (société de gaz ukrainienne) s’était très (trop) vite réjouie d’un retard potentiel de la mise en service de Nord Stream 2 à cause du fait que le Danemark traîne à donner son accord pour la pose des tuyaux dans ses eaux territoriales. Mais comme il avait été souligné à l’époque cela n’était en réalité pas un gros obstacle, car les Russes s’attendaient à ce qu’il y ait un problème avec le Danemark et avaient prévu un itinéraire de secours, contournant les eaux territoriales danoises.

Alors que désormais 71 % des tubes du gazoduc Nord Stream 2 sont posés au fond de la mer Baltique, les sociétés engagées dans le projet ont désormais une vue plus claire sur la date de finalisation de ce dernier.

Et si le Danemark tarde toujours à fournir un permis de construction pour le passage dans ses eaux territoriales, Rainer Seele a expliqué que le contournement des eaux danoises ne rallongerait la longueur du pipeline que de 34 km et ne provoquerait qu’un retard d’une semaine ! Pas de quoi fouetter un chat, ni de raison pour Naftogaz de sortir le champagne !

Et il semble que l’Ukraine se rende bien compte que le combat est perdu, si on regarde deux nouvelles tombées récemment.

La première est que l’Ukraine est en train de remplir au maximum ses installations de stockage souterraines pour faire face à la possibilité de devoir passer l’hiver sans transit (et donc sans fourniture tout court) de gaz russe. Cette préparation a été annoncée par le représentant du président ukrainien auprès du cabinet des ministres, Andreï Guerous.

« Si vous êtes prêt pour le pire des scénarios, il est fort probable que cela n’arrivera pas. Par conséquent, nous nous préparons à avoir nos installations de stockage de gaz complètement remplies et, en utilisant cette ressource, à passer l’hiver sans transit  », a-t-il commenté.

D’après Ukrtransgaz, les installations de stockage souterrain du pays sont actuellement remplies à 50 % de leur capacité, soit 15,5 milliards de mètres cubes. En sachant que pour passer l’hiver sans transit de gaz russe, l’Ukraine a besoin de 20 milliards de mètres cubes dans ses installations de stockage.

Chose assez drôle, Andreï Guerous a clairement déclaré que les installations de stockage souterrain ukrainiennes sont remplies en partie grâce à du gaz envoyé par flux inversé depuis l’Europe de l’Est. Or ce gaz n’est ni plus ni moins que du gaz russe, que l’Ukraine paye juste plus cher qu’en l’achetant directement à la Russie.

Tout cela montre bien que les déclarations grandiloquentes de Porochenko sur l’indépendance de l’Ukraine vis-à-vis du gaz russe n’étaient bien que du vent !

L’autre nouvelle qui montre bien que l’Ukraine est consciente qu’elle va perdre énormément (environ 3 milliards de dollars par an) sous peu, c’est la énième procédure judiciaire lancée par Naftogaz contre la Russie, pour essayer de lui extorquer encore une fois de l’argent.

Cette fois-ci, la compagnie ukrainienne réclame 5,2 milliards de dollars devant le tribunal d’arbitrage de la Haye pour indemniser les pertes causées par l’expropriation des actifs du groupe Naftogaz en Crimée.

Après avoir échoué à extorquer 2,6 milliards à Gazprom, voilà que Naftogaz essaye de se refaire une santé financière sur le dos de Moscou. Sauf que la cour ne devrait pas statuer avant fin 2020, et que de toute façon la Russie considère que le tribunal arbitral de la Haye n’est pas compétent pour régler ce litige et ne se pliera donc pas à ce jugement.

Si l’Ukraine se retrouve dans cette situation désastreuse c’est avant tout de sa faute. Naftogaz et les autorités de Kiev auraient dû y réfléchir avant d’intenter procès sur procès à Gazprom pour essayer de renflouer la compagnie ukrainienne déficitaire sur le dos de son homologue russe.

En rendant le contrat de transit de gaz via son territoire absolument non rentable (pour ne pas dire totalement déficitaire), l’Ukraine a sabordé l’attractivité de son réseau de gazoducs. Et maintenant que deux gazoducs (Nord Stream 2 et Turkish Stream) permettront à la Russie de fournir l’Europe en gaz tout en contournant l’Ukraine, pourquoi Gazprom devrait-elle continuer à utiliser la route ukrainienne ?

Comme l’avait dit l’an passé le PDG de Gazprom, Alexeï Miller, Gazprom n’a pas vocation à payer les pots cassés de l’état désastreux de l’économie ukrainienne.

Et au vu de la « vitesse » à laquelle se déroulent les négociations tripartites entre l’Union Européenne, l’Ukraine et la Russie pour une éventuelle prolongation du contrat de transit, Kiev est pour l’instant très mal partie.

Déjà il y a un désaccord flagrant entre ce que propose l’UE et ce que propose la Russie. Lors de la réunion tripartie prévue pour 16 septembre 2019, l’UE veut en effet discuter sur base d’un contrat de transit de 10 ans, alors que la Russie n’est prête au mieux qu’à offrir un contrat d’un an, et seulement si ce dernier est rentable ! Eh oui chat échaudé craint l’eau l’eau froide.

Après les multiples jugements russophobes et politiquement motivés des cours d’arbitrage européennes, Moscou ne veut plus s’engager avec l’Ukraine, et encore moins sur du long terme.

La Russie veut juste laisser le temps à Nord Stream 2 et Turkish Stream d’être pleinement opérationnels avant d’en finir définitivement avec le transit de gaz via l’Ukraine. Et si l’Ukraine refuse cette option alors Gazprom fera autrement pour satisfaire ses clients européens, quitte à y perdre un peu, plutôt que de se réengager dans un contrat autrement plus déficitaire !

L’autre point bloquant, c’est que la Russie n’est prête à garder le transit via l’Ukraine que si celui-ci est rentable, et donc que les cours d’arbitrage comme celle de Stockholm reviennent sur leurs jugements faits à coup de deux poids deux mesures. En gros, tant que les affaires judiciaires en cours entre Naftogaz et Gazprom ne sont pas réglées de manière normale, et que les cours européennes ne cessent de vouloir faire payer à la Russie le désastre économique ukrainien, pas la peine de penser à refaire un nouveau contrat. Ce qui est logique !

Or en lançant une nouvelle procédure contre la Russie pour ses actifs présents en Crimée, Naftogaz vient de jeter de l’huile sur le feu et de resserrer encore plus le nœud coulant qui menace de se refermer sur son cou.

Si enfin on rajoute le fait que tout contrat de transit de gaz via l’Ukraine doit se conformer à la législation de l’Union Européenne (qui est destinataire du gaz), autant dire que Kiev n’arrivera jamais à signer un nouveau contrat avant la fin de l’année ! C’est d’ailleurs ce qu’a dit Alexeï Miller, le PDG de Gazprom.

« L’Ukraine ne sera pas en mesure de signer un nouveau contrat de transit en vertu de la législation de l’UE d’ici la fin de l’année. Ce train a déjà quitté la gare, et vous ne pouvez plus que voir ce train de loin », a-t-il dit.

Kiev se prépare à passer l’hiver sans gaz russe, mais une fois ses stocks épuisés au printemps 2020, comment l’Ukraine va-t-elle pouvoir couvrir ses besoins en gaz ? Au lieu de penser long terme et pragmatisme, les autorités ukrainiennes post-Maïdan ont fait passer l’idéologie russophobe et le court-terme avant tout. Résultat de ce calcul désastreux, le pays risque de se retrouver privé d’une grande partie du gaz dont il a besoin pour fournir électricité et eau chaude à ses habitants et ses entreprises.

Plusieurs villes ukrainiennes sont déjà sans eau chaude depuis longtemps pour cause de dettes de gaz. Mais si Kiev ne trouve pas une solution rapidement, d’ici l’an prochain la somalisation de l’Ukraine va s’accélérer de façon exponentielle, augmentant considérablement les risques d’éclatement du pays.

On comprend mieux pourquoi l’Ukraine tente par tous les moyens de saborder le projet Nord Stream 2, avec l’aide de ses patrons américains. Malheureusement pour eux l’Allemagne a bien plus besoin du gaz russe que de satisfaire les desiderata de Kiev et de Washington. Le gaz américain n’est pas concurrentiel, tant en termes de vitesse de disponibilité que de prix, face au gaz russe. Et Berlin ne peut pas se passer de gaz vite disponible et pas cher.

La patience de la Russie, qui a gardé le cap et constamment poussé, doucement mais sûrement, ses deux projets de gazoducs Nord Stream 2 et Turkish Stream, a été une bien meilleure tactique que les chantages et menaces de l’Ukraine et des États-Unis. Comme le disait Jean de La Fontaine «  patience et longueur de temps font plus que force ni que rage  ». Kiev et Washington auraient dû méditer cette maxime.

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  4.58/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • machin 3 août 2019 12:38

    Merci pour ces vraies informations.


    • V_Parlier V_Parlier 3 août 2019 22:29

      @machin
      Ce sera en effet achevé plus tôt que je ne le pensais ! Pas étonnant qu’en face ils enragent et pressent par tous les moyens ! En ce moment ça chauffe vraiment : Les sanctions à n’en plus finir, les menaces, la propagande, les trolls agitateurs (des vrais, ceux-là *), il faudra tenir jusqu’à la fin de l’année.

      (*) Entre autres :
      https://www.khodorkovsky.com/an-evening-with-george-soros-at-open-russia-club/
      https://www.egaliteetreconciliation.fr/Union-europeenne-operation-propagande-en-vue-des-elections-23290.html

      Il y a aussi l’attaque plus « physique » mais toujours à distance :
      https://en.wikipedia.org/wiki/Cyberwarfare_in_the_United_States#Attacks_on_other_nations


    • Christelle Néant Christelle Néant 4 août 2019 10:20

      @machin
      De rien.


    • Kapimo Kapimo 3 août 2019 14:51

      Nordstream est le premier acte de résistance de l’Allemagne face aux américains, contre une grande partie des autres colonies US de l’UE.

      Il va de soi que l’histrion qui nous préside, a après sa trahison dans l’affaire Alstom, continué dans cette voie en essayant de torpiller la réalisation du Nordstream contre les intérêts des société européennes.

      https://www.liberation.fr/planete/2019/02/08/le-projet-de-gazoduc-nord-stream-2-signe-de-l-etiolement-de-la-relation-franco-allemande_1708111

      Notre pays est aujourd’hui la tête de pont atlantiste (zio-nazie) en Europe la plus solide. Normal, avec un président et un premier ministre adoubés par la mafia du Bildelberg.



        • CN46400 CN46400 3 août 2019 20:56

          Après consultation cartographique, je ne voie pas en quoi ce tube impacte le Danemark ?...


          • Christelle Néant Christelle Néant 3 août 2019 22:18

            @CN46400
            Il y a une île sur le parcours qui appartient au Danemark visible ici :https://subseaworldnews.com/wp-content/uploads/2018/11/nord-stream-2-finland-monitoring-report-shows-minor-impacts.png
            C’est l’île où on voit le tuyau faire une belle courbe autour, entre l’Allemagne et la Pologne.


          • CN46400 CN46400 4 août 2019 07:45

            @Christelle Néant
            Merci pour le « tuyau »...


          • Christelle Néant Christelle Néant 4 août 2019 09:32

            @CN46400
            De rien.


          • Guy19550 Guy19550 4 août 2019 17:53

            Merci Christelle pour votre article, c’est bien résumé bien que j’aurais des choses à rajouter. Je vois que les commentaires portent sur la pollution et pas top sur le projet.

            Les points que je tiens à rectifier, sont les suivants :

            Il y a 3 tracés et pas 2. De source ukrainienne (non fiable), le premier tracé a été abandonné par les russes.

             les deux tracés qui restent, ne passent pas par les eaux territoriales danoises. De ce fait, la décision finale des danois est sans importance majeure.

             L’Europe n’a jamais adopté de position claire pour le Turkish Stream. J’en déduis qu’ils n’en veulent pas. La plupart des travaux pour amener ce gaz en Europe sont sans arrêt bloqués pour l’une ou l’autre raison.

             Les russes s’en sont clairement pris aux nouvelles règles européennes récemment pour les gazoducs et une seconde procédure sera entamée par la suite. On peut en déduire que les russes n’acceptent pas les nouvelles règles.

             Le tanker qui a fait sa livraison à Kalingrad est en route pour l’Europe et on saura bientôt où il va livrer et pour qui.

             Faut pas mélanger le gaz russe avec le gaz américain, ce sont deux qualités de gaz très différentes.


            • Christelle Néant Christelle Néant 4 août 2019 18:51

              @Guy19550
              Pour le premier point c’est pour ca que je ne parle que de deux tracés, car un a été définitivement abandonné. Les deux tracés qui restent un contourne et l’autre pas. Il y a toujours un dossier déposé auprès du Danemark d’après les informations que j’ai lues.
              Concernant les qualités de gaz, oui ça clairement entre le gaz russe et le gaz américain y a pas photo.


            • Christelle Néant Christelle Néant 4 août 2019 22:20

              @San Jose
              Le problème du gaz américain c’est que c’est pour beaucoup du gaz de schiste. Donc rien que l’extraction de ce gaz génère une pollution monstrueuse tant des sols et nappes phréatiques (à cause des produits injectés sous pression dans le sol pour le fracturer) que de l’air. De plus cette extraction consomme de grandes quantités d’eau, et provoque une hausse de l’activité sismique à certains endroits en fragilisant la roche.
              Il faut savoir que lors de l’extraction du gaz de schiste, du méthane s’échappe en quantité plus importante que lors de l’extraction de gaz conventionnel (la différence va de 30 à 50 % de plus, ce qui n’est pas négligeable vu que le méthane est un gaz à effet de serre encore plus puissant que le CO2). Résultat l’empreinte carbone de ce gaz est bien pire que celle du gaz conventionnel et même que celle du charbon ! Rajoutez à ça qu’il faut le faire venir en Europe par bateau, et le bilan carbone de ce gaz bat les pires records.
              Enfin une partie des produits injectés dans le sol pour extraire ce gaz remonte avec lui à la surface, et si les parties liquides sont normalement séparées du gaz il y a des composés gazeux qui peuvent se former aux profondeurs auxquelles est extrait le gaz (pour cause de hausse de la température et de la pression), sans compter que le degré de pureté du gaz est moindre que dans les gisements classiques (pour des raisons de degré de métamorphisation des roches). Or certains des produits utilisés pour l’extraction sont des cancérigènes avérés... Et des études ont montré que ce gaz provoque plus de brouillards de pollution chimique que son homologue conventionnel.
              Donc rien à voir avec la nationalité, juste avec le type de gaz et son mode d’extraction. Voilà voilà.


            • Guy19550 Guy19550 5 août 2019 00:11

              @Christelle Néant

              Le premier tracé passait par les eaxu territoriales danoises (il a été supprimé selon la source ukrainiennne suivante : http://uawire.org/gazprom-withdraws-application-for-nord-stream-2-route-through-denmark

              Le second tracé ne passait plus par les eaux territoriales danoises, mais il y avait des objections visant à ralentir le projet par la présence des armes chmiques.

              Le troisième tracé est une variante du second tracé et selon moi il ne passe pas non plus par les eaux territoriales danoises.

              Les russes ont selon moi renoncé définitivement de passer par les eaux territoriales danoises.


            • nono le simplet nono le simplet 5 août 2019 03:42

              @Christelle Néant
              Donc rien à voir avec la nationalité, juste avec le type de gaz et son mode d’extraction. Voilà voilà.

              là, j’avoue être scotché ... tu lui a cloué le bec au professeur Tricastin ...


            • nono le simplet nono le simplet 5 août 2019 10:52

              @San Jose
              c’est étonnant comme tu arrives à me faire rire surtout quand c’est le contraire du but recherché smiley
              quand tu racontes des conneries tu prétextes toujours avoir voulu faire une vanne ... mais seuls les andouilles tombent dans le panneau ... smiley
              ou alors tu parles d’autre chose ... là ce sont des problèmes de santé que j’aurais à me lever la nuit ... alors que c’est pour moi le meilleur moment de la journée ... tout est calme, j’ai l’esprit clair, je suis de bonne humeur, je vais voir les étoiles si le ciel est dégagé et lire les âneries des autres sur le net ... c’est mon mode de vie et je ne le changerais pour rien au monde smiley
              en résumé et un mot comme en cent, tu es un gros con smiley


            • Christelle Néant Christelle Néant 5 août 2019 12:25

              @Guy19550
              Exact les fameuses armes chimiques qui reposent par le fond. Je pense aussi que les Russes ont renoncé à passer par les eaux territoriales danoises. Tant pis pour les Danois ils perdent une taxe de transit...


            • nono le simplet nono le simplet 5 août 2019 13:29

              @San Jose
              Il faut croire que je dois savoir supporter de votre sentiment sur moi

              toi, supporter qu’on ne t’admire pas ? la bonne blague smiley


            • Guy19550 Guy19550 4 août 2019 18:09

              A propos de la pollution :

               Si on tient compte des déchets radioactifs, c’est le nucléaire qui est le plus polluant, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle, les déchets ne sont pas considéré comme pollution au départ car cela devient alors la source la moins polluante.

              Faut en plus associer à cela la position des allemands suite à l’accident de Fukushima. J’ai vu leur décision de sortir du nucléaire, pas encore celle d’y revenir, et pas encore celle non plus pour trouver les dizaines de trillions d’euros nécessaires pour compenser la sortie du nucléaire. Donc pour l’instant, je rigole de leur décision initiale.

               Vient ensuite le gaz russe et là le rejet c’est de l’eau et du CO, avec le LNG américain, il y a d’autres produits à ajouter à l’eau (personne n’en parle pour le moment).

              Le problème du CO va devenir de plus en plus préoccupant dans les années à venir si on marque l’intérêt pour ne pas en crever, et il ne faudra pas compter sur les cowboys pour éviter d’en arriver là, ni sur Bolsonaro (Brésil) pour éviter que le poumon du monde ne s’arrête de fonctionner.


              • JC_Lavau JC_Lavau 7 août 2019 11:22

                @Guy19550. Tu fonctionnes au monoxyde, toi ?


              • Guy19550 Guy19550 5 août 2019 01:00

                Le navire russe va à Rotterdam pour livrer du LNG.


                • skirlet 5 août 2019 14:47

                  Le San Jose, défenseur de l’environnement, n’a pas l’air de se préoccuper par l’extraction gazière des EUA... Normal, c’est le gaz démocratique, il ne pollue pas et ne produit pas de CO2.

                  "Dans un communiqué dévoilant l’approbation de l’expansion d’un terminal de gaz naturel liquéfié au Texas, nommé « Freeport LNG », le sous-secrétaire à l’Énergie, Mark Menezes, affirme ainsi que « l’augmentation de la capacité d’exportation de ce projet est critique pour la propagation du gaz de la liberté à travers le monde, en donnant aux alliés des Américains l’accès à une source abordable d’énergie propre ».

                  « Je suis heureux que le Département de l’Énergie fasse ce qui est nécessaire pour promouvoir un système efficace de régulation qui permette aux molécules de la liberté américaine d’être exportées dans le monde », ajoute l’assistant du Secrétaire pour l’Énergie fossile, Steven Winberg, dans le même communiqué."

                  Voir également ici


                  • skirlet 5 août 2019 21:29

                    @San Jose
                    Anéfé, mais ce n’est point surprenant. Tout ce qui vient des EUA est démocratique et bénéfique, n’êtes-vous pas d’accord ?..


                  • skirlet 6 août 2019 00:07

                    @San Jose
                    Définition de Larousse :
                    « Radoter — répéter quelque chose de façon lassante, fastidieuse ».
                    Elle illustre parfaitement vos interventions sur ce fil.


                  • skirlet 6 août 2019 00:55

                    @San Jose
                    Ne diru al mi, kion fari, kaj mi ne diros al vi, kien iri.
                    Ayant constaté de votre part quelques problèmes de compréhension, je crains de devoir répéter la même chose, mais tout compte fait, j’ai trop la flemme, le jeu n’en vaut pas la chandelle.


                  • skirlet 6 août 2019 16:12

                    @San Jose
                    N’ayant pas fait ma scolarité en France, j’ignore l’ambiance de votre lycée, mais je conclus que le discours binaire y était de mise et qu’il a laissé des séquelles...
                    Pas envie de vous expliquer longtemps quoi que ce soit, juste une petite précision : j’aurais préféré plutôt « américanolâtre » et « russophile ». L’une des manipulations sémantiques très fréquentes dans les médias français consiste à instiller dans les esprits pas trop critiques l’idée que le gouvernement et le peuple russes sont deux grosses différences, comme l’on dit à Odessa...


                  • nono le simplet nono le simplet 7 août 2019 03:03

                    @San Jose
                    Merci de la leçon. Agoravox est pourri d’individus apparemment là pour la satisfaction d’injurier qui n’est pas de leur avis. Or je me laisse aller parfois à injurier, mais pas en cas simplement d’opinion différente, et seulement lorsque le contradicteur devient frauduleux, truquant sciemment ce qu’on a dit ou d’une façon générale rendant le raisonnement impossible. 
                    En revanche je me montre trop souvent simplement dédaigneux, ce qui est encore trop. Merci donc de me montrer ce qu’il ne faut pas faire. 

                    c’est pas moi c’est les autres ? smiley


                  • nono le simplet nono le simplet 7 août 2019 11:04

                    @San Jose
                    tu perds pied en m’attribuant des commentaires faits par d’autres smiley


                  • nono le simplet nono le simplet 7 août 2019 11:06

                    @Wrill
                    toi aussi bébert tu confusionnes à pleins tubes smiley


                  • skirlet 7 août 2019 11:25

                    @San Jose
                    Vous faites preuve d’un admirable sens d’autocritique...
                    Il y a eu beaucoup de commentaires sur cet article, mais le débat a été détourné : l’article parlait de la résistance usanienne et ukrainienne au gazoduc. Les premiers veulent vendre à l’Europe leur propre camelote pour plus cher (et l’histoire a déjà démontré maintes fois que les EUA n’hésitent pas à recourir au chantage politique par des moyens économiques, alias « tordre les bras » en citant le magnifique Obama). Les seconds ne veulent tout bêtement pas perdre le pognon venant du transit, tout en faisant chanter aussi bien la Russie que l’Europe et en volant du gaz dans le tuyau. Je ne m’étends pas ici sur les sous-fifres tels que pays baltes et la Pologne...
                    Et vous parliez de l’utilisation du gaz en soi, c’est mauvais d’après vous. C’est votre avis, vous le partagez et vous en avez le droit. Mais alors ne faites pas deux poids deux mesures : si le gaz russe est mauvais, d’après vous, l’usanien l’est tout autant sinon plus, et pas pour des raisons politiques mais à cause des méthodes d’extraction qui s’ajoutent aux « méfaits » du gaz lui-même. Donc, vous avez votre part de responsabilité dans la création de l’ambiance « fangeuse » d’Agoravox, ne vous en déplaise.


                  • skirlet 7 août 2019 17:20

                    @San Jose
                    C’est la faute du hasard qui m’a fait naître ailleurs que dans les régimes où se pratique l’autocritique. Pas de chance.

                    Oui, je compatis... Nous, on nous exhortait sous le méchant régime soviétique de faire preuve d’autocritique et de sortir les critiques constructives (le slogan « критикуешь предлагай » était pour ainsi dire omniprésent). Alors je vois peu de différences d’avec les régimes où vous êtes né.

                    C’est vous, qui êtes arrivée avec votre gaz étasunien quand on n’en parlait pas. 

                    Ça s’appelle с больной головы на здоровую. À critiquer le gaz en tant que tel, il ne faut pas se limiter à un seul pays... décidément, je vous donne raison, il faut vraiment vous expliquer longtemps.

                    Tête des militaires devant mon passeport : Fransouzki... dourak...

                    Ma foi, leur avis me paraît pertinent. En guise de bonus, un petit cours de russe :
                    « frantsouzski » est un adjectif, il doit être suivi d’un nom, alors « frantsouzski dourak » = « idiot français » ;
                    « frantsouz » est un nom, alors « frantsouz dourak » = « ce Français est idiot ».


                  • Guy19550 Guy19550 5 août 2019 18:39

                    C’est tellement propre que eux-même n’en consomment pas, lol. Et si on parlait du biofuel qui a fait grimper le prix du maïs ou de la dette énorme contractée par les producteurs de ce gaz de mauvaise qualité ?

                    Ça finira mal dès que la Chine en arrivera à un second pipeline, le risque que prend l’Europe est alors de ne plus en avoir.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité