• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le pic pétrolier est la cause de la guerre en Irak

Le pic pétrolier est la cause de la guerre en Irak

Dans cet article, David Strahan étaye la thèse d’une politique étrangère américaine et britannique agressive essentiellement motivée par la crainte du pic pétrolier. Son livre, « The Last Oil Shock » constitue une étude très documentée des conséquences du déclin pétrolier : une contraction énergétique de plus en plus probable avec des effets politiques majeurs. Les motivations américaines pour l’Irak sont aujourd’hui transparentes pour celui qui refuse la propagande officielle. Elles ne font que confirmer le caractère fondamental du rôle du pétrole dans la crise systémique de l’Occident. Mais le drogué saura-t-il admettre son addiction mortelle et se soigner ou continuera-t-il à accuser les autres de le priver de sa drogue ? A quelle point cette drogue n’est-elle pas constitutive de son pouvoir, voire de son identité ?

Le pic pétrolier est la cause de la guerre en Irak

David Strahan, texte original sur son blog, publié aussi par le Guardian.

Alors même que l’un des principaux architectes de la guerre en Irak se lave aujourd’hui les mains de tout le chaos sanglant qu’elle a engendré, les véritables raisons de cette invasion ne sont que vaguement connues de la sphère publique. Il est vrai que des éléments de plus en plus précis montrent l’intérêt très intense des compagnies pétrolières internationales pour cette guerre. A la fois BP et Shell ont évalué l’état des gisements de pétrole pour le compte du gouvernement irakien dans l’espoir de signer des contrats majeurs lorsque les conditions seront meilleures ; Chevron possède une équipe en attente sur la frontière avec le Koweit, et la semaine dernière, Rex Tillerson, le patron d’ExxonMobil, a affirmé à Londres : "Nous attendons avec impatience le jour où nous pourrons établir un partenariat avec l’Irak afin de développer tout ce potentiel de ressources." Mais malgré l’influence et les intérêts indubitables des grandes compagnies pétrolières, la décision d’attaquer n’a pas été prise dans la salle du conseil d’administration. La question de la guerre en Irak est effectivement complètement liée au pétrole, mais dans une mesure qui dépasse les intérêts individuels des grandes corporations - aussi puissantes soient-elles.

Le grand secret qui hante les salles de décision de la Maison Blanche et du 10 Downing street est le fait que la production globale de pétrole va très probablement atteindre son maximum [Ndt : moment appelé "Peak Oil"] puis entrer dans une phase de déclin terminal, dans les dix ans qui viennent - le résultat incontournable de 40 ans de diminution des découvertes de pétrole et d’une consommation toujours croissante. La production de pétrole est déjà sur le déclin dans 60 des 98 pays producteurs de pétrole - en particulier aux Etats-Unis et en Grande Bretagne. Le Dr Michael Smith de la firme de conseils Energyfiles prévoit que 14 pays vont encore rejoindre les rangs des pays en déclin durant les 10 années à venir. La production globale de pétrole des pays de l’OCDE est en baisse depuis 1997, et tous les prévisionnistes majeurs - y compris les optimistes notoires tels que ceux de l’Agence Internationale de l’Energie et d’ExxonMobil - s’attendent à ce que la production mondiale hors-OPEP atteigne son "peak" d’ici 2015. A partir de ce moment-là, tout dépendra du cartel de l’OPEP, mais malheureusement, il existe des éléments de plus en plus significatifs qui montrent que ses pays membres ont exagéré la taille de leurs réserves depuis des décennies, et que leur production pourrait aussi chuter d’ici peu.

Comme je le rapporte dans The Last Oil Shock, la compagnie internationale de conseil en matière pétrolière PFC Energy a expliqué à Dick Cheney en 2005 qu’à partir d’une estimation plus réaliste des réserves de l’OPEP, sa production pourrait atteindre son "peak" en 2015. Cet événement plongerait la production globale dans sa phase de déclin terminal, avec pour conséquence presque certaine l’explosition du prix du pétrole, une récession très marquée et pire encore. Un rapport du ministère US de l’Energie, lui aussi publié en 2005, en arrivait à la conclusion que sans un plan de prévention mis en place 20 ans à l’avance, l’impact social et économique du "peak oil" global serait "sans précédent" [Ndt : voir cet article de William Clark]. Les éléments s’accumulent pour suggérer que ses peurs étaient déjà bien présentes dans les esprits de Cheney, Bush et Blair.

Dans un monde où la pénurie de pétrole menace, l’Irak représentait une opportunité unique. Avec 115 milliards de barils de réserves, l’Irak possédait les troisièmes plus grandes réserves mondiales de pétrole, et après des années de guerres et de sanctions, elles étaient également parmis les plus inexploitées. A la fin des années 90, la production de pétrole irakienne s’établissait à une moyenne journalière de 2 millions de barils, mais avec les investissements nécessaires, ses réserves devaient être capables de soutenir une production trois fois plus élevée. Non seulement les sanctions empêchaient la production irakienne de croître, mais elles endommageaient activement la structure géologique des gisements de pétrole du pays en bloquant l’accès de la compagnie nationale pétrolière à des produits chimiques et des équipement essentiels. En janvier 2000, dans l’une des séries de rapports au Conseil de sécurité, les inspecteurs spécialisés de l’ONU ont prévenu que les sanctions avaient déjà causé des dommages irréversibles aux gisements irakiens, et continueraient sur la voie de "pertes définitives de très grandes réserves de pétrole". Mais les sanctions ne pouvaient pas être levées alors que Saddam était toujours en place, donc si le pétrole irakien devait servir à différer le déclin de la production globale, le monstre si longtemps soutenu par l’Occident devait partir.

Comme je l’explique dans The Last Oil Shock, la CIA était aussi parfaitement au courant de la valeur unique de l’Irak, ayant dès 1998 elle-même payé en secret pour que de nouvelles cartes de la géologie pétrolière de l’Irak soient dessinées. Cheney lui aussi savait, s’inquiétant publiquement de la déplétion globale lors d’une conférence à Londres l’année suivante, où il notait que "le Moyen-Orient, avec les deux tiers des réserves mondiales de pétrole et les coûts de production les plus bas, reste en définitive l’endroit où se trouve le trésor". Blair lui aussi avait des raisons d’être anxieux à propos du pétrole : la production britanique en mer du Nord avait atteint son "peak" en 1999 - et se trouvait en déclin depuis - alors qu’en 2000, des manisfestations liées au pétrole avaient montré de manière extrêmement claire l’importance du maintien de l’approvisionnement.

Le gouvernement britannique n’a jamais conduit sa propre estimation du moment où le "peak oil" global frappera, tout au moins aucune qu’il n’ait rendue publique, et ceci même s’il y était fortement poussé par son rapport de synthèse sur l’énergie en 2006. Mais il est significatif de noter que deux des plus proches conseillers de Blair croient que cet événement arrivera aux alentours de 2015. Lors d’une conférence l’année dernière, Sir David Manning - le principal conseiller en politique étrangère de Blair lors de la course vers la guerre en Irak - faisait remarquer un consensus grandissant pour estimer le "peak" à "un moment entre 2010 et 2020", alors que le conseiller scientifique en chef Sir David King m’a dit de manière emphatique en 2005, "dix ans ou moins". Ainsi, même si le gouvernement refuse de prendre publiquement position sur le "peak oil", ce concept a clairement pénétré les cercles de décision du pouvoir au plus haut niveau.

Les peurs communes de la Grande Bretagne et de Etats-Unis liées au domaine de l’énergie furent secrètement formalisées lors de la planification de la guerre en Irak. Il est largement admis que le soutien de Blair en faveur de l’attaque date du sommet avec Bush qui a eu lieu à Crawford en avril 2002. Le titre du Times de ce week-end-là fut caractéristique : L’intervention en Irak est retardée mais "certaine". Il est par contre moins bien connu qu’au même sommet, Blair a proposé, avec l’accord de Bush, de mettre en place le Dialogue US-UK sur l’énergie, un contact diplomatique permanent dédié à "la sécurité et la diversité énergétique". Il n’en fut fait aucune annonce et l’existence de ce Dialogue ne fut révélée que plus tard, suite à une demande sous la loi US Freedom Of Information Act.

Les deux gouvernements refusent toujours de révéler le contenu de certains meetings entre des ministres et des officiels qui ont eu lieu dans le cadre de ce Dialogue, mais dans certains documents qui ont été rendus publics, l’un d’entre eux datant de fevrier 2003 précisait que pour combler la demande mondiale prévisible en pétrole, la production de pétrole du Moyen-Orient devrait doubler d’ici 2030 jusqu’à plus de 50 millions de barils par jour, et proposait "une étude ciblée pour déterminer les besoins en capitaux et investissements dans certains pays-clefs du Golfe". Ainsi, à l’aube de l’invasion, les officiels britanniques et américains discutaient en secret des moyens d’augmenter la production pétrolière de la région et nous sommes invités à croire qu’il n’y a là que pure coïncidence. La guerre en Irak n’était évidemment pas motivée par la seule avidité des compagnies pétrolières mais essentiellement par une détresse stratégique.

L’ironie la plus amère de cette histoire est que l’invasion a créé les conditions qui garantissent que la production de pétrole irakienne restera bloquée pour les années à venir, rendant l’imminence du "peak oil" global encore plus proche. Donc, si c’était ça le plan A, il y a lieu de s’inquiéter du plan B.


Moyenne des avis sur cet article :  3.97/5   (62 votes)




Réagissez à l'article

78 réactions à cet article    


  • La mouche du coche La mouche du coche 4 septembre 2007 11:23

    Il est évident que le pétrole est la cause de la guerre en Irak. Que voulez-vous que ce soit d’autre ? smiley


    • fouadraiden fouadraiden 4 septembre 2007 11:39

      non, pas la Cause ,mais une des nombreuses conditions indispensables.

      du pétrole il en existe aussi en Russie.


    • Dominique Larchey-Wendling 4 septembre 2007 11:57

      Bonjour fouadraiden,

      Cette remarque

      « du pétrole il en existe aussi en Russie »

      m’incite à penser que vous n’avez pas vraiment compris le texte de Strahan. L’intérêt géostratégique du MO est qu’il sera dans quelques années en possession des 2/3 des réserves mondiales de pétrole.

      Or le pétrole n’est pas seulement une source de richesse, c’est surtout une source de pouvoir, même « une source hallucinante de pouvoir stratégique », pour reprendre les mots du département d’état américain que Chomsky reprend souvent.

      Et voilà ce qui fait peur aux américains. Perdre leur hégémonie, leur pouvoir de contrôle sur les autres grandes puissances : Europe, Chine, Russie. Sans parler de la perte de leur économie qui sera laminée par la contraction énergétique.

      Et voilà aussi la raison pour laquelle ils veulent aujourd’hui déclencher une guerre contre l’Iran. Il veulent le contrôle de cette région pour maintenir leur pouvoir stratégique. Ce faisant, ils choisissent de plus en plus la voie sans issue et sans retour de la chute des empires.

      Le terrorisme, les armes de destructions massives, l’islamo-fascisme ... ne sont que des prétextes transparents aux visées impériales de néoconservateurs.


    • fouadraiden fouadraiden 4 septembre 2007 12:09

      SALUT Dominique,

      je ne faisais que répondre à la Mouche, qui comme beaucoup expliquent les récents événements au MO par le pétrole.raisonnement erroné, car court et surtout faux !

      il faut encore comprendre la singularité de cette configuration stratégique qui seule autorise les Etats -Unis(quelques soient les administrations) à agir de la sorte.c’est tout.

      pourquoi les Américians ont-ils fait le choix du MO ? ce choix remonte à quand ?

      le raisonnement n’est pas valable si l’on remonte plus en avant.


    • Dominique Larchey-Wendling 4 septembre 2007 12:14

      Evidemment, les USA ont aussi attaqué parce qu’ils pensaient en avoir les moyens. Mais ça ce n’est pas forcément ce qu’on appelle une cause, bien qu’on puisse en discuter car l’existence d’une grande capacité militaire et d’un énorme budget pour la faire fonctionner peuvent éventuellement expliquer le besoin de s’en servir. Bref l’organe créé la fonction.

      Les USA n’auraient pas eu les moyens d’attaquer la Russie, trop dangereux. Ils auraient pu choisir le Venezuela mais je le répète, le « véritable trésor stratégique est en définitive le Moyen Orient » (dixit Cheney).


    • fouadraiden fouadraiden 4 septembre 2007 12:22

      et trésor stratégique qui remonte à quand ? quand ont-ils consolidé leur position ? en 1990 ou quoi ?

      le pétrole n’est donc pas non plus ce qu’on peut appeler une cause directe.

      ce sont les pays du golfe qui financent la politique pétrolière des Etats-Unis.


    • La mouche du coche La mouche du coche 4 septembre 2007 16:15

      Fouad plane smiley


    • leneant 4 septembre 2007 11:26

      Quelques liens sur le « peak of oil » :

      ASPO (Association pour l’étude des pics de production de pétrole et de gaz naturel) France : http://aspofrance.org/

      Tout à un pic (document PDF de l’ASPO) : http://aspofrance.viabloga.com/files/CERTU-JL-30mai.pdf

      Le loup derrière la porte (Etat actuel du pétrole) : http://www.wolfatthedoor.org.uk/francais

      Oléocène.org : http://www.oleocene.org/


      • bulu 4 septembre 2007 11:51

        Vous voulez dire que les medias mentent tous les jours (par omission) en parlant de l’irak.


        • Dominique Larchey-Wendling 4 septembre 2007 11:58

          A votre avis, disent-ils la vérité ?


        • frédéric lyon 4 septembre 2007 12:04

          Encore un article ridicule, qui ne tient pas debout, écrit par un domestique.

          Le pétrole est-il la cause de l’intervention en Irak ?

          Bien sûr que non !

          Comment feraient les pays producteurs de pétrole pour donner à manger à leurs populations, s’ils n’avaient pas du pétrole à vendre ?

          Ils consacrent les trois-quarts de la ressource pétrolière pour importer des produits alimentaires. C’est à dire qu’ils dépensent les trois-quarts d’une ressources en voie d’épuisement pour financer des besoins récurrents !

          Si les Saoudiens n’avaient pas de pétrole ils se nourriraient aujourd’hui comme les Maliens, avec des briques. Et c’est ainsi qu’ils se nourriront quand la manne sera épuisée.

          Par conséquent, les pays producteurs de pétrole SONT OBLIGE de le vendre ! Ils sont d’ailleurs tellement obligés d’en passer par là que les occidentaux se sont foutus pas mal de savoir qu’un Sadam Hussein en profitait pour massacrer son propre peuple, et ceci pendant des décennies.

          Qu’est-ce que ça pouvait bien nous faire qu’il massacre des kurdes ou des chiites ? On tirait son pétrole du sol, comment faire autrement, les arabes sont incapables techniquement de l’exploiter, on l’enlevait et on faisait un chèque : merci et au revoir.

          Et l’autre couillon se prenait pour un caïd !

          Qu’est-ce qui s’est passé en Irak ? Pas grand chose : Un âne qui a cru que c’était arrivé et qui a commençé à emmerder tout le monde, a eu les yeux plus gros que le ventre et il a voulu piquer aussi le pétrole de ses voisins !

          Trop c’est trop ! Il s’est fait virer. Où est le problème ?

          il faut être un domestique des sunnites irakiens, ou une de leur coréligionnaires, pour s’en offusquer aujourd’hui.

          Un clou en a chassé un autre, et c’est tout.


          • fouadraiden fouadraiden 4 septembre 2007 12:14

            depuis cette guerre nombre d’imbéciles semblent avoir découvert les catégories sunnites,chiites et kurdes.

            depuis ,ils nous bassinent avec cette trinité mésopotamienne.

            avant que nous disaient-ils de cette région du monde ? Rien.


          • Dominique Larchey-Wendling 4 septembre 2007 12:32

            Ce que frederic lyon nous explique, c’est que les arabes/perses sont en train de consommer notre pétrole (qui se trouve sous leur sol) pour se nourrir, ce qui est vraiment scandaleux ... il faut donc intervenir rapidement pour stopper ce gâchis, voir les exterminer pour qu’ils arrêtent de manger notre pétrole. Mais à part ça, le pétrole n’a évidement rien à voir avec l’intervention américaine ...

            Quand on en arrive à ce niveau d’hypocrisie et d’incohérence intellectuelle, je crois qu’il n’y a plus rien à faire.


          • pallas 4 septembre 2007 12:23

            Le petrole commence a manquer. Il faut savoir que le petrole par le biai de ses derivés, permet la creation du plastique, les medicaments, les pesticides, les fibres synthetiques, le revetement de bateau. Nous a l’air du petrole, remplacer uniquement l’essence ne changera rien sur le manque important qu’il adviendra pour le fonctionnement de la societe. sachant que toutes les matieres premieres commencent a manqué, tel que le cuivre, le zinc, les differents metaux en regle general, nous rentrons dans une air de chaos de matiere premiere qui amenera a une fin de civilisation. Les guerres actuels, dont celle de l’Irak, ne sont plus artificiels comme se fut le cas tout au long du XIX eme et XX eme siecle, car elles permettaient aux grandes industries et Trusts de pouvoir engranger enormement de fond financier redistribuer a la bourse faisant monté en puissance les etats occidentaux, les USA en sont le meilleur exemple. L’arctique est le nouvel enjeu faisant toutes les convoisites dont le premice d’une nouvelle guerre froide entre Russie et USA fait le jour. C’est la guerre de la survie des nations dans un contexte ou les ressources, je dit bien toutes les ressources qu’elles soient energiques ou alimentaires du a la mort des sols et des oceans commencent serieusement a se faire sentir. La guerre froide entre la Chine et le Japon est du principalement que la mer du Japon le stock de ressources alimentaires ( poisson, crustacé ) sont tres bas.


            • fouadraiden fouadraiden 4 septembre 2007 12:25

              faux, argument déjà utlilisé dans les années 70 en pleine crise énergétique.

              nous ne savons strictement rien quant aux possibilités futures des ressources fossiles.


            • Dominique Larchey-Wendling 4 septembre 2007 12:27

              Oui nous vivons dans un monde de contraction générale des ressources mais la plus significative, celle qui aura l’impact le plus fort, c’est indiscutablement le pétrole car il est le sang de l’économie mondiale. Et il n’y a aucune chance qu’on lui trouve un remplaçant à court/moyen terme. Il faut au moins 20 ans pour remplacer l’infrastructure si on trouve une source d’énergie alternative.


            • stephanemot stephanemot 4 septembre 2007 12:28

              Ne confondons pas les fins et les moyens.

              La guerre en Irak a été « vendue » aux SIG / lobbies par les néocons, mais elle a été voulue en priorité par les theocons.

              Ces derniers avaient besoin de la « vendre » au congrès et se sont servis des néocons, mais le pétrole n’était pas leur objectif. George W. Bush a voulu la guerre en Irak pour les mêmes raisons qu’il veut la guerre en Iran aujourd’hui : assurer le succès du fondamentalisme dont il se réclame.


              • fouadraiden fouadraiden 4 septembre 2007 13:25

                et vous, vous confondez psychologie avec histoire.

                ce que croient l le président américian et consorts en se rasant le matin n’a strictement aucune importance.


              • Christophe 4 septembre 2007 12:31

                Dans la mesure où cet article très orienté se contente de broder autour d’une simple (hypo)thèse développée par un simple journaliste, il me semble que l’honnêteté intellectuelle de quelqu’un qui se présente comme un chercheur aurait dû vous conduire à prendre les précautions d’usages. Ne serait-ce qu’en commençant par remplacer votre titre par :

                a) Le pic pétrolier pourrait être la cause de la guerre en Irak,

                b) Le pic pétrolier pourrait être une des causes de la guerre en Irak,

                c) D’après le journaliste David Strahan le pic pétrolier pourrait être une des causes de la guerre en Irak.

                Pour le reste, cet article fait un grand amalgame entre des choses connues de tous (l’arrivée prochaine du pic oil), les craintes des uns et des autres (la pénurie prochaine d’énergie fossile, attendue et préparée depuis plus de 10 ans) et une bonne dose de démagogie. Le résultat est un mauvais article de désinformation dont on devine facilement les motivations.


                • Dominique Larchey-Wendling 4 septembre 2007 12:35

                  Je n’ai fait que traduire l’article de Strahan et rajouter mon propre commentaire. Quand à Strahan, lisez son livre et voyez par vous-mêmes s’il n’a rien à vous apprendre. Par ailleurs, cet article contient lui-même des informations qui ne sont pas si connues que cela. Connaissiez-vous l’existence du discours de Cheney ? Celle du Discours ? Les positions des conseillers de Blair ? ...


                • Forest Ent Forest Ent 4 septembre 2007 13:06

                  Compte-rendu intéressant et utile. « Se non e vero, e ben trovato. » Bien évidemment, le pétrole a un rôle central dans l’occupation des restes de l’empire ottoman.

                  Mais j’ai un soupçon rampant du fait que cette guerre a plusieurs causes, et dont certaines sont économiques, politiques, et intérieures aux US.


                  • BMD 4 septembre 2007 15:12

                    @Larchey-Wendling, ne surestimez pas le potentiel pétrolier de l’Irak : 115 milliards de barils, cela fait moins de 4 ans de la consommation mondiale actuelle ! Cela dit, il ne faut pas sous-estimer les effets de la crise pétrolière qui se profile. Un excellent petit ouvrage français sur ce thème est celui de Jancovici et Grandjean, « Le plein s’il vous plaît », à lire absolument.


                    • Dominique Larchey-Wendling 4 septembre 2007 15:31

                      Vous avez raison, même ces énormes réserves (3ième mondiale) ne constitue que 4 années de consommation actuelle (84 millions de barils par jour). Mais si vous avez bien compris le problème du « peak oil », vous savez que les réserves de pétroles ne sont pas l’élément clef.

                      Ce qui est important pour retarder l’arrivée du « peak oil », c’est les capacités de production journalières. Or la capacité de l’Irak était estimée à 6 millions de barils par jour au lieu de 1.5 millions d’avant l’invasion. De quoi donner une grande bouffée d’air frais aux marchés pétroliers qui sont aujourd’hui saturés. Aucun pays n’a aujourd’hui la capacité d’augmenter sa production en cas de pépin ailleurs, pas même l’Arabie Saoudite. Le marché fonctionne à flux tendu et tout accident/guerre peut conduire à la pénurie.

                      Lisez le discours de Cheney de 1999 :

                      "For the world as a whole, oil companies are expected to keep finding and developing enough oil to offset our seventy one million plus barrel a day of oil depletion, but also to meet new demand. By some estimates there will be an average of two per cent annual growth in global oil demand over the years ahead along with conservatively a three per cent natural decline in production from existing reserves. That means by 2010 we will need on the order of an additional fifty million barrels a day. So where is the oil going to come from ?

                      ...

                      While many regions of the world offer great oil opportunities, the Middle East with two thirds of the world’s oil and the lowest cost, is still where the prize ultimately lies."

                      Traduction :

                      « Nous avons besoin de trouver une capacité nouvelle de production de 50 millions barils par jours. D’où le pétrole pourra-t-il bien venir ? ... le Moyen Orient avec le 2/3 du pétrole mondial et les couts de production les plus bas, reste en définitive l’endroit où se cache le trésor. »

                      Alors oui l’Irak n’était suffisant pour solutionner ce problème ... mais sans l’Irak, il n’y avait aucune solution envisageable à ce problème. Et qu’on ne vienne pas m’accuser présenter des informations douteuses, le discours d’un Cheney, c’est de la première main en ce qui concerne la politique étrangère/énergétique américaine.


                    • frédéric lyon 4 septembre 2007 15:40

                      Chers amis, la censure islamiste et la charia n’ayant pas été instaurées en France, je vous reposte mon message précédent, déjà cliqué à -9, par une coalition de domestiques.

                      La prochaine fois je le reposterais en trois exemplaires successifs, puis la fois suivante en 6 exemplaires, et ainsi de suite en doublant à chaque fois.

                      Le contenu de mon message est parfaitement pertinent avec le sujet de l’article et n’a donc pas à être censuré. Le délit d’opinion n’existe pas en France, certains d’entre vous restent encore à le découvrir.

                      Voici, bonne lecture :

                      Encore un article ridicule, qui ne tient pas debout, écrit par un domestique. Le pétrole est-il la cause de l’intervention en Irak ?

                      Bien sûr que non !

                      Comment feraient les pays producteurs de pétrole pour donner à manger à leurs populations, s’ils n’avaient pas du pétrole à vendre ?

                      Ils consacrent les trois-quarts de la ressource pétrolière pour importer des produits alimentaires. C’est à dire qu’ils dépensent les trois-quarts d’une ressources en voie d’épuisement pour financer des besoins récurrents !

                      Si les Saoudiens n’avaient pas de pétrole ils se nourriraient aujourd’hui comme les Maliens, avec des briques. Et c’est ainsi qu’ils se nourriront quand la manne sera épuisée.

                      Par conséquent, les pays producteurs de pétrole SONT OBLIGES de le vendre ! Ils sont d’ailleurs tellement obligés d’en passer par là que les occidentaux se sont foutus pas mal de savoir qu’un Saddam Hussein en profitait pour massacrer son propre peuple, et ceci pendant des décennies.

                      Qu’est-ce que ça pouvait bien nous faire qu’il massacre des kurdes ou des chiites ? On tirait son pétrole du sol, comment faire autrement, les arabes sont incapables techniquement de l’exploiter, on l’enlevait et on faisait un chèque : merci et au revoir.

                      Et l’autre couillon se prenait pour un caïd !

                      Qu’est-ce qui s’est passé en Irak ? Pas grand chose : Un âne qui a cru que c’était arrivé et qui a commençé à emmerder tout le monde, a eu les yeux plus gros que le ventre et il a voulu piquer aussi le pétrole de ses voisins !

                      Trop c’est trop ! Il s’est fait virer. Où est le problème ?

                      il faut être un domestique des sunnites irakiens, ou une de leur coréligionnaires, pour s’en offusquer aujourd’hui.

                      Un clou en a chassé un autre, et c’est tout.


                      • Dominique Larchey-Wendling 4 septembre 2007 15:45

                        Je répète ma petite explication de frederic lyon dans le texte :

                        Ce que frederic lyon nous explique, c’est que les arabes/perses sont en train de consommer notre pétrole (qui se trouve sous leur sol) pour se nourrir, ce qui est vraiment scandaleux ... il faut donc intervenir rapidement pour stopper ce gâchis, voir les exterminer pour qu’ils arrêtent de manger notre pétrole. Mais à part ça, le pétrole n’a évidement rien à voir avec l’intervention américaine ...


                      • frédéric lyon 4 septembre 2007 16:07

                        Il n’y a pas plus de « peak oil » que de beurre en broche :

                        La LIMITE PHYSIQUE des réserves d’hydrocarbures sur la planète est inconnue et le demeurera éternellement, car il est probable que les humains auront cessé de consommer les hydrocarbures pour produire de l’energie bien avant que cette limite, si cette limite a vraiment un sens, soit atteinte.

                        Quant à la consommation d’hydrocarbures comme matière première pour la fabrication de matières plastiques, par exemple, elle est, et demeurera, négligeable par rapport à cette limite inconnue, de toutes façons.

                        Par conséquent l’article de Larchey Wendling n’est qu’un tissu d’âneries monumentales, proférées par un militant politique qui défend ici on ne sait trop quels objectifs (bien qu’ils soient assez facile de les deviner).

                        Il s’agit donc d’un article de désinformation.

                        Les seules limites que connaissent les réserves pétrolières sont des limites économiques, et non physiques, basées sur une estimation à la louche des réserves DECOUVERTES et qui pourraient être mise en EXPLOITATION de FACON RENTABLE, au prix de vente actuel du pétrole.

                        Autrement dit, ces réserves « économiques » augmentent mécaniquement avec l’augmentation du prix du barril, car l’augmentation du prix du barril rentabilise des réserves qui ne l’étaient pas auparavant et stimule la recherche de nouvelles réserves.

                        C’est la raison pour laquelle les compagnie se préparent à exploiter les réserves qu’elles ont déjà repéré dans le Grand Nord, ou les gisement bitumineux à forte viscosité, ou les pétroles des grands fonds marins.

                        Quant au Moyen-Orient, il produira toujours un pétrole de bonne qualité, à un coût très faible. La part de la production du Moyen-Orient déclinera cependant progressivement par rapport à la production mondiale, sans jamais disparaitre complétement.

                        Dernier point : Les américains se moquent totalement du pétrole du Moyen-Orient, dont ils dépendent très peu pour leurs approvisionnements. Les Etats-Unis sont un gros producteur de pétrole eux mêmes et, pour ce qui leur manque, ils se fournissent au Mexique, au Canada, au Vénézuela (et ce crétin de Chavez est très content de le leur vendre, sinon comment ferait-il pour bouffer ?). Et demain, ils auront le pétrole de l’Artique en Alaska et au Canada.


                      • frédéric lyon 4 septembre 2007 16:17

                        Et voici notre auteur qui nage en plein délire, qui saute du pétrole à l’eau douce, dont chacun sait que les Américains vont manquer aussi.

                        Ce qui devrait selon notre grand spécialiste des questions pétrolières et acqueuses, les conduire à envahir le Canada !!!!

                        A la niche.


                      • frédéric lyon 4 septembre 2007 16:20

                        Et voici notre auteur qui nage en plein délire, qui saute du pétrole à l’eau douce, dont chacun sait que les Américains vont manquer aussi. Ce qui devrait selon notre grand spécialiste des questions pétrolières et acqueuses, les conduire à envahir le Canada !!!!

                        A la niche.


                      • Dominique Larchey-Wendling 4 septembre 2007 16:25

                        Vous ressortez les sempiternelles arguments des économistes qui ne connaissent pas le début du commencement de ce qu’est l’exploitation pétrolière pour expliquer que de toutes façons la technologie et l’argent nous sauveront de tout et que même s’il n’y a plus de pétrole, nous saurons extraire de l’énergie d’autres sources — dont pour l’instant nous ne connaissons même pas l’existence.

                        Avez-vous seulement lu les témoignages recueilli par David Strahan auprès des conseillers de Tony Blair ? L’attitude et la politique occidentale vous parait-elle intéressante à observer pour comprendre ses motivations ? Voir le discours de Cheney ?

                        Non, vous vous contentez de ressortir ad nauseam la vertu du système américain à résoudre tous les problèmes avec la technologie et l’argent. Pourtant, je vous l’assure, il n’y a pas d’énergie dans la technologie, ni dans l’argent (encore que sous forme de papier, on puisse éventuellement le bruler). Pour citer le livre de Strahan, la seule véritable grande idée de l’Occident en matière de technologie depuis deux siècles, c’est le pétrole.

                        Il vaudrait mieux que le système américain trouve une alternative au pétrole, à grande échelle et rapidement, sinon je vous assure qu’il tomber en panne sèche ... au passage, avez-vous noté le discours de Bush : « America is addicted to oil » ... encore un illuminé qui raconte n’importe j’imagine ...


                      • Olivier 4 septembre 2007 15:44

                        2 remarques : 1) le Canada a les 2ie réserves pétrolières au monde, un potentiel incomparablement supérieur à l’Irak , et qui prouve que le peak oil n’est pas pour demain.

                        2) Dans un moyen orien politiquement arriéré et instable, le renversement de la dictature Irakienne et la mise en place d’une démocratie modèle auraient pu etre facilement financées par les ressources en pétrole du pays, pays avancé dans le moyen orien. C’était sans compter sur les tensions inter ethniques.


                        • Dominique Larchey-Wendling 4 septembre 2007 16:06

                          Les réserves canadiennes n’ont rien à voir avec celle du MO. C’est du bitume ... ça coute très cher en eau et en énergie pour en extraire du pétrole. Ca se récolte avec des camions et de pelleteuses géantes. Ca n’a rien à voir avec creuser un trou et regarder le pétrole jaillir du sol sans le moindre effort comme au bon vieux temps. Ils n’atteindront jamais 6 millions de barils par jours de production comme les américains l’espèrent. Aujourd’hui ils sont à 1.5 mbj il me semble.

                          Je le répète, se référer uniquement aux quantités de réserves sans considérer la qualité et les couts, c’est ne rien connaitre ni comprendre à l’exploitation pétrolière. C’est de l’économie immatérielle pour les naïfs.

                          Le Canada ne remplacera jamais le MO. C’est physiquement impossible. Sinon, les USA l’auraient déjà annexé d’une manière ou d’une autre. Ce qu’ils feront peut-être si ils ont un problème d’eau douce.


                        • frédéric lyon 4 septembre 2007 16:22

                          Il y a un bug dans l’interface d’Agoravox et on ne parvient pas toujours à placer ses messages où l’on voudrait.

                          Excusez-moi, mais je voulais qu’il soit là où je le mets maintenant (si ça marche comme je l’espère :

                          Et voici notre auteur qui nage en plein délire, qui saute du pétrole à l’eau douce, dont chacun sait que les Américains vont manquer aussi. Ce qui devrait selon notre grand spécialiste des questions pétrolières et acqueuses, les conduire à envahir le Canada !!!!

                          A la niche.


                          • bernard29 candidat 007 4 septembre 2007 17:41

                            Il y a quand même une certaine contradiction parce qu’on ne peut oublier que ce qui intéresse les compagnies pétrolières pour leur bussiness c’est la stabilité politique d’un pays. Et bien évidemment une dictature est trés intéressante de ce point de vue. Il est quand même bien plus simple de corrompre un dictateur et ses sbires qu’un état qui voudrait s’émanciper sur la voie démocratique.

                            C’est ce qui me gêne dans votre explication. Ainsi, on pourrait aussi expliquer la position de la france par le fait qu’elle avait plutôt intérêt au Statut Quo. Le régime de Saddam était assez favorable aux entreprises françaises.

                            Ainsi expliquer la guerre d’Irak par le pétrole et le peak oil ne me paraît pas convainquant, même si des considérations pétrolières ne sont certainement pas étrangères aux problèmes du Moyen orient. Ne parle t’on pas de la « malédication de l’or noir. » ?


                            • Dominique Larchey-Wendling 4 septembre 2007 18:18

                              « Et bien évidemment une dictature est trés intéressante de ce point de vue. »

                              Tout à fait. Mais je crois que l’article explique bien que les sanctions suite à l’invasion du Koweit empêchaient les compagnies US de pénétrer le marché irakien etc. Votre question est peut-être, pourquoi n’ont-ils pas tout simplement remplacé une dictature par une autre ? J’avoue que je n’ai pas de réponse certaine à cette question si ce n’est la volonté d’avoir la vertu de son côté : on peut commettre les pires horreurs si on se donne l’impression de le faire pour le bien de l’humanité. C’est plus difficile d’être complètement cynique face aux citoyens US.

                              Oui la France avait intérêt au statu quo. Les américains le savaient parfaitement et c’est pour ça qu’ils ont orchestré une lamentable campagne anti-française. Dans son Energy Task Force en janvier 2001, Cheney a étudié précisément quels intérêts étrangers risquaient d’être furieux de la futur intervention en Irak. La France mais aussi la Russie, la Chine et l’Allemagne ont tout de suite été identifiées comme potentiellement hostiles à cette guerre en devenir.

                              Ni la France ni les USA n’ont jamais recherché l’intérêt du peuple irakien. Les grandes puissances défendent avant toute chose leur propre intérêt, c’est à dire celui de leur élite dirigeante.

                              « Le régime de Saddam était assez favorable aux entreprises françaises. »

                              Oui enfin ça c’est en théorie parce qu’en pratique, il y a une grosse dette que l’Irak n’a jamais remboursé. Alors en réalité, les entreprises françaises qui ont travaillé avec l’Irak se sont enrichies sur le dos du contribuable français ...

                              « Ne parle t’on pas de la malédication de l’or noir. »

                              Tout à fait mais qui est maudit aujourd’hui ? Les USA ou le peuple irakien ?


                            • Stephan Hoebeeck Stephanesh 4 septembre 2007 20:24

                              Je pense que les américains préfèrent réellement les démocraties. Mais si la démocratie ne leur est pas favorable, ils veulent bien une dictature...

                              Le problème d’un pouvoir corrompu est que les Chinois peuvent aussi donner des pots de vin...


                            • Dominique Larchey-Wendling 4 septembre 2007 20:50

                              « Je pense que les américains préfèrent réellement les démocraties. »

                              Il n’y a pas de différence entre démocratie et régime pro-Occidental dans l’esprit d’un dirigeant américain. Regardez l’exemple du Hamas en Palestine ou du Liban. Les USA ont tenté l’expérience démocratique et ont vite compris que les démocraties obtenues ne leur seraient pas favorables. Alors ils ont fait marche arrière.


                            • slimou 4 septembre 2007 18:13

                              Candidat 007,

                              je crois que vous mettez le doigt sur un aspect fondamental de l’économie du pétrole actuelle : Les pays consommateurs ne le payent pas à son juste prix. Il est en quelque sorte subventionnés par les pays producteurs et notamment les emirats et l’arabie saoudite qui : 1- le bradent 2- remettent la plus grande part de l’argent dans le circuit financier international au lieu de l’investir dans des infrastructures qui leut font pourtant défaut.

                              si ces pays accédaient à une gestion un peu plus honnête de leur ressource pétrolière, les cours s’envoleraient vers des sommets qui contraindraient les gaspilleurs que nous sommes à revoir, outre nos modes de vie et de consommations, nos politiques industrielles et agricoles où le gaspillage est roi.

                              je n’ai pas lu "le plein s’il vous plait, cité ici, mais les fiches de lecture sur le net disent qu’il reprend cet argumentaire...

                              vivre sans pétrole n’est pas envisageable, mais vivre avec beaucoup moins de pétrole est tout à fait possible (sans même diminuer notre espérance de vie) et ferait du bien à la terre entière, sauf à une poignée de fous affamés de puissance.... et qui ont le doigt sur le bouton nucléaire...


                              • Stephan Hoebeeck Stephanesh 4 septembre 2007 21:49

                                La monarchie arabique remet sur les marché occidentaux une grande partie de ses capitaux parce qu’elle sait pertinamment que son pouvoir va s’effondrer et donc elle sauve les meubles.

                                Quand l’Arabie sera vide de pétrole le peuple aura toujours l’Islam, et les princes auront l’argent, ils ne vivront d’ailleurs plus dans leur pays...


                              • Internaute Internaute 4 septembre 2007 19:57

                                En regardant les statistiques du gouvernement américain sur les importations de pétrole brut en juin 2007

                                http://tonto.eia.doe.gov/dnav/pet/pet_move_impcus_a2_nus_epc0_im0_mbbl_m.ht m

                                on s’apperçoit que les USA importent du pétrole d’une soixantaine de pays et que onze d’entre eux font 90% des importations. Il s’agit par ordre décroissant du Canada 19%, Arabie 15%, Mexique 14%, Vénézuéla 11%, Nigéria 9%, Irak 6%, Algérie 5%, Angola 5%, Koweit 3%, Equateur 2% et Lybie 1%.

                                Dans ce contexte, les pétroles d’Irak n’apparaissent absolument pas comme une source d’approvisionement à caractère si stratégique qu’ils justifient une guerre. Si l’on met dans le prix du baril irakien le coût de la guerre on atteint des sommes sans communes mesures avec une quelconque nécessité économique.

                                On lit de plus en plus d’articles et on entend de plus en plus de commentaires qui cherchent à accréditer auprés de l’opinion la thèse d’une invasion de l’Irak pour mettre la main sur son pétrole. Cette thèse est absurde et les chiffres prouvent le contraire. Saddam Hussein n’a jamais menacé de ne pas vendre son pétrole aux USA et il n’y avait donc aucune raison pour que les USA fassent monter aussi haut le prix du baril irakien.

                                En fait on essaye de cacher l’effroyable culpabilité du pouvoir juif international dans la destruction d’une des rares démocraties du moyen-orient (pas encore à nos normes c’est vrai) et dans le massacre de 650.000 personnes, un véritable génocide. La principale faute de Saddam est de s’être réclamé ouvertement de Saladin et de Nabucchodonosor. Ce jour là il a signé son arrêt de mort. Les lobbys juifs américains, nommés aussi néo-cons, ont tout fait pour que les USA aillent détruire l’Irak. Déjà en 2003 Collin Powell allait promettre à l’AIPAC dans un discours resté célèbre que les jours de Saddam étaient comptés. Tous les mensonges ont été utilisés et ils ont trouvé une complicité religieuse des évangélistes américains qui sont encore plus sionistes que les sionistes juifs.

                                Une bonne synthèse a été publiée par deux professeurs américains.

                                « The Israël lobby and US foreign policy »

                                John J. Mearsheimer - Department of Political Science - University of Chicago

                                Stephen M. Walt - John F. Kennedy Scholl of Government - Harvard University.


                                • slimou 4 septembre 2007 20:08

                                  « En fait on essaye de cacher l’effroyable culpabilité du pouvoir juif international dans la destruction d’une des rares démocraties du moyen-orient (pas encore à nos normes c’est vrai) » .

                                   ?????

                                  vous écrivez de Corée du Nord ou quoi ?


                                • Dominique Larchey-Wendling 4 septembre 2007 20:10

                                  Encore une fois la question n’est pas celle de l’approvisionnement des USA mais du contrôle de l’approvisionnement en pétrole de tous ses concurrents. Si les USA contrôlent le pétrole du MO, ils peuvent exercer un chantage à l’énergie, particulièrement en période de contraction énergétique. Le MO possède les 2/3 des réserves mondiales.


                                • Internaute Internaute 4 septembre 2007 20:22

                                  Si une guerre était nécessaire en Irak pour le contrôle de ses réserves, expliquez-nous pourquoi elle ne l’est pas en Arabie Saoudite ni au Koweit.

                                  Les US étaient le soutien de Saddam face à l’Iran. Ils pouvaient donc trés bien négocier une base militaire comme ils l’ont fait avec les autres. Je ne vois aucun argument qui justifierait l’écrasement de l’Irak et pas celui de l’Arabie, autre que ceux que j’ai cité.


                                • Dominique Larchey-Wendling 4 septembre 2007 20:47

                                  « Si une guerre était nécessaire en Irak pour le contrôle de ses réserves, expliquez-nous pourquoi elle ne l’est pas en Arabie Saoudite ni au Koweit. »

                                  Parce que ce sont pour l’instant des alliés des USA. Mais pensez-bien qu’une révolution dans ces pays déclencherait immanquablement une riposte américaine ...


                                • Stephan Hoebeeck Stephanesh 4 septembre 2007 20:54

                                  Je n’aime pas l’antisémitisme gratuit

                                  Qu’Israel intervienne dans le calcul de l’Irak certainement.

                                  Quant à l’Arabie, les USA espèrent la contrôler diplomatiquement... Mais n’imaginez pas que les USA accepteraient longtemps un pouvoir islamique dans ce pays, idem pour l’Egypte qui n’a pas de pétrole...

                                  Si il est exact que la puissance d’AIPAC pèse sur la politique US, il est certain aussi que les USA pèsent sur Israel. Normalement les bombardements du Liban auraient du être beaucoup plus importants, ils furent limités à la demande US (ne pas toucher aux chrétiens, ne pas toucher aux sunites, etc.) Il existait pareillement une demande intérieure de la part des druzes israéliens d’éviter autant que possible de faire des victimes parmi les druzes libanais. Ces demandes intérieures et extérieurs limitèrent considérablement l’action de l’aviation israélienne, dans un même voisinage, vous pouviez trouver des familles hezbollah, sunites, chrétiennes et druzes. Cela a singulièrement compiqué sa tache.

                                  Je vous signale enfin qu’un certain nombre de juifs américains (3000000 plus ou moins 30%) défendent les palestiniens et s’opposent en de nombreux points à la politique d’Israel.

                                  Je vous signale enfin que tant que les juifs auront peur, et je peux comprendre qu’un douloureux passé pèse dans leur mémoire (shoa, pogroms, etc.) autant que les programmes antisémites des télévisions arabes, ils resteront à mon sens trop défenseurs d’Israel.

                                  Je vous signale enfin que les Chrétiens pro sionistes pèsent infiniment plus lourd que l’aipac dans les choix politiques américains.

                                  Autant il est certain que de nombreux juifs n’hésiteront pas à voter en faveur d’un parti proposant une politique plus équilibrée envers le monde arabe, autant ils est certain que jamais les chrétiens pro sioniste ne voteront pour un parti prenant la défense des palestiniens.

                                  Les chrétiens pro sionistes jouent un rôle très négatifs dans la politique israélienne, en ce sens qu’ils aident à la radicalisation de l’état hébreu dans le seul but de provoquer une apocalypse, c’est-à-dire la destruction d’Israel comme du monde arabe.

                                  N’oublions pas les chrétiens pro-sonistes cachent un antisémitisme larvé, puisqu’en définive il s’agit de pousser les juifs à vivre exclusivement en Israel, comme les chrétiens à vivre exclusivement dans leur pays, et les musulmans dans le leur. Je ne vois aucune raison pour que les juifs ne puissent vivres où ils veulent que ce soit en Israel ou ailleurs, pas plus que je ne vois de raisons pour que les musulmans ne puissent vivre où ils le désirent suivant les quotas d’immigrations autorisés par les pays où ils souhaitent se rendre et du moment que chacun respecte les lois en vigueur dans les pays où ils immigrent.


                                • Stephan Hoebeeck Stephanesh 4 septembre 2007 20:14

                                  @ Dominique Larchey-Wendling

                                  Je vous remercie de votre traduction (j’ai juste regretté que le discours de Dick Cheney (que vous donnez en référence) ne soit pas traduit...

                                  Je regrette par contre qu’une information, cruciale à mon sens, manque quoique sous entendue. II s’agit pour la guerre en Irak de s’instaler dans la région afin de contrôler le marché. C’est à dire surtout pour limiter l’accès au pétrole de certains pays, principalement la Chine...

                                  On peut imaginer que les très prochaines guerres d’Iran et du Soudan n’ont pas d’autre but.

                                  Quoi qu’en pense certains. Il existera probablement un jour des technologies permettant de se passer du pétrole, néanmoins nous ne sommes absolument pas prêt à y faire face. On pourrait à la rigueur remplacer l’essence par l’électricité (moyennant beaucoup de centrales nucléaires), mais le pétrole intervient dans l’agriculture, dans les médicaments...

                                  La Chine en 2005 consomme 7 millions de barils par jour, il est vraisemblable que sa consommation suive sa croissance. La Chine double tous les huit ans son PIB. Croissance économique et consommation pétrolière sont intimememt liés.

                                  2005 7MB/j

                                  2013 14MB/j

                                  2021 28MB/j

                                  2029 56MB/j

                                  2037 112MB/j

                                  2045 224 MB/j

                                  La production mondiale de pétrole est actuellement de 80MB/j

                                  Même un ralentissement économique de la Chine ne ferait que ralentir les échéances, à 8% de croissance, 2013 devient 2015, et 2021 devient 2025, 2029 devient 2035, 2037 deviendrait alors 2045 et 2045 deviendrait 2055

                                  A 5% de croissance 2013 devient 2020, 2021 devient 2035, 2029 devient 2050, 2037 devient 2065.

                                  Rappelons que la Chine a une croissance de 11%/an

                                  Pour les USA il s’agit de se réserver la plus grosse part du gateau du pétrole bon marché.

                                  Une autre raison de ces guerres est aussi de protéger les pays arabes...

                                  Heu je m’explique

                                  En 1991, l’Irak était fort proche de la maîtrise des technologies permettant la fabrication d’armes nucléaires. L’iran en est très probablement proche aujourd’hui (maximum 5 ans)

                                  Tout le monde sait qu’Israel a quelques différents avec ses voisins arabes. Inévitablement la modernisation des armées arabes (aviation, char, missiles anti chars, missiles) rend sa situation assez préoccupante. Si Israel devait subir une défaite voir son pays envahi partiellement, tsahal en grave difficulté, il est probable qu’il réagirait avec des frappes nucléaires, je pense que des frappes nucléaires rendraient difficilement exploitable le pétrole du Moyen Orient.

                                  La guerre de 2006 a assez montré les faiblesses de tsahal pour que cette préoccupation entre ligne de compte.

                                  Empécher les pays arabes d’attaquer Israel et renforcer excessivement leurs armements est le meilleur moyen d’empécher leur anéantissement nucléaire.


                                  • Stephan Hoebeeck Stephanesh 4 septembre 2007 22:36

                                    J’ai dit

                                    Empécher les pays arabes d’attaquer Israel et renforcer excessivement leurs armements est le meilleur moyen d’empécher leur anéantissement nucléaire.

                                    Je voulais dire

                                    Empécher les pays arabes d’attaquer Israel et

                                    [les empécher de]

                                    renforcer excessivement leurs armements est le meilleur moyen d’empécher leur anéantissement nucléaire.


                                  • Stephan Hoebeeck Stephanesh 4 septembre 2007 22:40

                                    Dernière chose, on dit qu’il y a de l’eau de le gaz entre les entreprises pétrolières US et l’administration Bush. Les compagnies pétrolières US ont refusé d’acheter les réserves pétrolières de l’Irak, se contentant de contrats prioritaires.

                                    Je n’ai que très peu de renseignements si quelqu’un en a qu’il n’hésite pas


                                  • Dominique Larchey-Wendling 5 septembre 2007 00:05

                                    « Je regrette par contre qu’une information, cruciale à mon sens, manque quoique sous entendue. II s’agit pour la guerre en Irak de s’instaler dans la région afin de contrôler le marché. C’est à dire surtout pour limiter l’accès au pétrole de certains pays, principalement la Chine... »

                                    Remarque très juste et c’est effectivement sous-entendu par l’article ... mais bon on n’a pas forcément le temps de tout expliquer dans un article.

                                    « On peut imaginer que les très prochaines guerres d’Iran et du Soudan n’ont pas d’autre but. »

                                    Hélas oui mais ce n’est pas comme ça quelle seront vendues ... j’espère que nous saurons assez nombreux et courageux pour éviter à la France de se lancer dans une aventure qui nous conduira à la ruine morale et économique.

                                    « Si Israel devait subir une défaite voir son pays envahi partiellement, tsahal en grave difficulté, il est probable qu’il réagirait avec des frappes nucléaires, je pense que des frappes nucléaires rendraient difficilement exploitable le pétrole du Moyen Orient. »

                                    Le territoire d’Israël est sanctuarisé par l’arme nucléaire. Il ne risque pas d’être envahi par une armée. Le plus gros risque qui pèse sur le régime sioniste actuel, c’est que les USA le lâche soit par intérêts divergents, soit par ruine économique des USA, soit à la suite d’une guerre, soit tout en même temps, soit encore par implosion sociale vu la mosaïque ethnique que ce pays est en train de devenir.

                                    Après, il devra négocier avec ses voisins et peut-être comprendra-t-il enfin qu’il n’a d’autre choix que faire la paix. Les arabes ne sont pas responsables de l’holocauste. C’est nous les européens chrétiens qui en sommes responsables. Il est absurde de projeter sur les arabes/perses/musulmans des volontés criminelles auxquels ils n’ont rien à voir historiquement.


                                  • Dominique Larchey-Wendling 5 septembre 2007 00:06

                                    Pour le texte de Cheney, oui il faudrait le traduire ... mais il y a tellement de choses que je voudrais traduire. Ca prend du temps.


                                  • Stephan Hoebeeck Stephanesh 5 septembre 2007 05:57

                                    Je pense qu’effectivement les régimes arabes Syrie, Egypte, Arabie Saoudite ont assez de lucidité pour ne pas entrer en guerre avec Israel.

                                    Néanmoins ces régimes sont des régimes faibles pour de nombreux motifs.

                                    1) La Syrie est majoritairement sunite, néanmoins Bachar el Assad est allaouite, il s’agit d’un islam totalement hétérodoxe vaguement chiite, qui reconnait entre autre les fètes chrétiennes. Le point de vue chiites ou sunite orthodoxe est que les allaouites doivent être exterminés.

                                    2) L’Egypte est majoritairement pro-frères musulmans, les frères musulmans sont des salafistes comme les wahabites, c’est à dire qu’ils considèrent que l’Islam au cours des siècles s’est corrompu et qu’il doit revenir à ses principes des orgines, il estime que se retour aux origines se fera par le djihad.

                                    3) L’Arabie saoudite est majoritairement wahabite, c’est à dire que le régime fondamental de ce pays est l’islamisme. alors certes, la monarchie tient le pays bien en main, mais pour combien de temps.

                                    Si l’un de ces trois régimes devait laisser la place à l’intégrisme une guerre avec Israel serait inévitable (catastrophe nucléaire ou pas) De plus on sait que le royaume d’Arabie saoudite a financé les recherches nucléaires pakistanaises on peut se douter que ce n’est pas sans contre partie...

                                    L’Iran est déjà un pouvoir islamiste.

                                    Vous avez raison de rappeler que la vie des juifs fut particulièrement pénible en monde chrétien.

                                    Néanmoins, il faut comprendre le fondement théologique du djihad. L’Islam considère que nulle part dans le monde un musulman ne peut être soumis à un non musulman. Il considère en outre l’inviolabilité de la terre islamique. Une fois qu’une terre a adopté la Charia, c’est définitif. Cela justifie à leurs yeux le la fin d’Israel...

                                    C’est vrai par contre que le sort des juifs était infiniment préférable en terre musulmane qu’en terre chrétienne.

                                    Dans le fond le monde musulman veut bien que les juifs résident en Israel ou n’importe où dans le monde arabe, mais en étant soumis au monde musulman.

                                    Vous avez bien raison de dire : ...Ce n’est pas comme ça quelle seront vendues...

                                    Rappelons enfin que le pétrole est issu d’un processus biologique (décomposition dans un endroit clos, empéchant les gaz de s’échapper, comme d’ailleurs le charbon et le gaz naturel.

                                    Rien ne remplacera le bon pétrole moyen oriental.

                                    Par contre il existe des techniques qui permettent d’aider le pétrole quand la pression diminue, comme vous le signalez ci-dessous, mais ces techniques font bien sur augmenter le prix de l’extraction transformation dudit pétrole.

                                    Par contre ce qui m’a terrifié c’est l’évaluation de la consommation du pétrole par la Chine êtes vous d’accord avec ou avez vous d’autres précisions.


                                  • Dominique Larchey-Wendling 5 septembre 2007 09:30

                                    Sur la Chine, votre évolution de la consommation Chinoise est une extrapolation à partir de la croissance Chinoise. La corrélation développement économique/consommation d’énergie est historiquement valide, et ce même si l’ont fait des progrès en matière d’efficacité énergétique : c’est le paradoxe de Jevons.

                                    Dans son livre, Strahan présente les théories d’économistes qui modélisent le rôle de l’énergie dans le développement économique beaucoup plus finement que la théorie néoclassique qui n’intègre que son prix. Le résultat : une adéquation quasi-parfaite entre le modèle et les données historiques et la démonstration que le principal moteur de la croissance économique est l’augmentation de la consommation d’énergie.

                                    Pour en revenir à la Chine, vu les perspectives modestes voir nulles de l’augmentation de la production globale de pétrole et l’approche du « peak » (certains pensent qu’il est déjà arrivé fin 2005, mais on ne pourra en être sûr que dans plusieurs années après), la croissance de la consommation énergétique chinoise ne peut se faire qu’aux dépends d’autres pays consommateurs. Vu que les USA consomment le quart de la production mondiale à eux tout seuls, je vous laisse deviner ce qui va se passer ... Il y a un point qui contre-balance, c’est le fait que la Chine s’est développée principalement en servant d’usine géante aux USA. Mais elle peut maintenant choisir de fonder son développement sur la croissance interne par la constitution d’une classe moyenne.

                                    Maintenant, on ne peut que s’attendre à un effondrement économique américain ou une nouvelle guerre ... sans doute les deux. Et la Chine sera de l’autre côté, comme la Russie. Et l’Europe serait bien inspirée de réfléchir avant de s’avancer sur ce terrain plutôt que de suivre aveuglément un empire en déclin inévitable vu son inefficacité et son arrogance inouïe qui le rendent sourd et aveugle.

                                    Quand à Israël, ils seront obligés de se demander quoi faire si ils n’ont plus les américains de leur côté, et ça leur fera beaucoup de bien.

                                    Votre description de l’intégrisme islamiste me gêne, non pas qu’on ne trouve pas de gens qui pensent comme ça. On en trouve dans toutes les religions. La question c’est qu’est-ce qui donne un poids politique et l’envie à des millions de musulmans de se battre pour « Dieu. » C’est partout pareil, c’est l’oppression et l’humiliation qui conduisent à la radicalité en réaction. Plus vous essayez de dominer ces gens par la force et plus ils deviendront violents et endoctrinés. Pourtant c’est le choix objectif qu’à fait Israël avec les palestiniens.

                                    J’insiste, c’est un choix historique, c’est le choix sioniste qui est en train de se transformer en cauchemar pour les israéliens qui vivent de plus en plus dans un bunker à la fois intellectuel et physique. La peur irrationnelle que les extrémistes israéliens cherchent à développer autour de l’Iran et de l’islam en général cherche à masquer les alternatives politiques que pourraient avoir les israéliens dans leur relation avec le monde arabo-musulman. L’exploitation scandaleuse de la Shoah hors de son contexte y participe.

                                    La guerre est avant toute chose l’outil de l’élite pour dominer et contrôler le peuple. Ca s’applique aussi à Israël.


                                  • Stephan Hoebeeck Stephanesh 5 septembre 2007 10:39

                                    Concernant Israel et le monde arabe

                                    En fait à une époque le monde arabe était nationaliste (c’est d’ailleurs pour cela que Hafez el Assad qui appartient à la minorité allaouite - considéré comme hétérodoxe par toutes les écoles sunites ou chiites - a pu arriver au pouvoir en Syrie.)

                                    La nationalisme arabe genait les américains, il ne faisait pas la paix et était allié de l’Urss. Avec leur expérience en Arabie Saoudite qui était somme toute relativement docile, Ils ont cru que favoriser la religion (chiites et sunites) pemettrait d’établir un courant non nationaliste qui ferait la paix avec israel et serait pro occidental. La-dessus ils se sont lourdement trompé.

                                    Je crois qu’Israel a fait une mauvaise alliance, contrairement à ce que disait un des intervenants, le courant chrétien pro-israel influence infiniment plus la politique US que les juifs US.

                                    Au sein du courant sioniste existait une multitude de tendances, les événements de la seconde guerre mondiale ont favorisé la pire de ces tendances.

                                    Tout cela est objectivement du passé, mais tourner la page est dur.

                                    La confiance n’est pas au rendez-vous, je dois bien admettre que le monde arabe a une lourde responsabilité dans la situation, la propagnade anti juive des télés arabes, le fait que les palestiniens poussent constamment à l’augmentation des naissances dans le but d’obtenir une majorité, fait craindre le pire aux israéliens.

                                    Certes il s’agit de faire peur et effectivement les israéliens ont peur, c’est malheureusement pour cela qu’ils seront sans pitiés. Le monde arabe a choisi de jouer avec la pire peur que peut avoir un juif (destruction en terre étrangère et destruction de son pays), il en paye le prix fort.

                                    Parler de reconnaître Israel est le crime absolu dans le monde arabe.

                                    Ma femme est d’origine marocaine, nous sommes un couple mixte. Mal vu danc chaque camps. Ce que j’entends dans ma belle famille me fait comprendre les israéliens.

                                    J’espère que le monde arabe aura rapidement un homme d’état non corrompu qui osera dire : Il faut reconnaître Israel et faire la paix avec les juifs, qui osera interdire les délires anti sémites, qui osera mettre la religion musulmane à sa place, c’est à dire la limiter à la sphère du privé, ce jour là Israel et le monde arabe feront la paix.

                                    Les américains ont fait l’erreur de protéger le Koweit contre Saddham, ils auraient mieux fait à l’époque de maitriser l’Arabie Saoudite qui est le vrai danger.

                                    En Israel il existe une minorité qui défend le grand israel, dans le monde arabe il existe une majorité qui ne nie à israel le droit d’exister. Tant que cette négation existe, israel ne fera pas de paix, et s’il la fait ce sera contraint et forcé, et ce ne sera que remttre les problèmes à la prochaine guerre...

                                    Autre chose une majorité d’israélien estime qu’entre mourir et perdre Israel, la mort est préférable. Les juifs savent qu’ils n’auront pas deux fois l’opportunité de recréer leur pays.


                                  • fouadraiden fouadraiden 5 septembre 2007 11:01

                                    STEPHANESCH,

                                    ta vision est quand même un peu con et c’est le risque qu’on court quand on se croit capable de balayer l’horizon entier d’un seul coup,même désertique et plein de mirages pourtant.

                                    préférez la perspective des grenouilles !

                                    les wahabitesmachin c’est quoi ça ?


                                  • Stephan Hoebeeck Stephanesh 5 septembre 2007 11:20

                                    heu ???????


                                  • fouadraiden fouadraiden 5 septembre 2007 11:46

                                    wé,steph

                                    en fait les Arabes attendent patiemment le jour où un leader non esbroufe osera vous dire merde, à vous et à tous ceux que vous soutenez dans la région et dont le objectif consiste soit à expier vos crimes ou à consolider le niveaux de vie de vos concitoyens d’Occident au détriment des peuples de la région.

                                    le monde arabe te demande de ne pas substituer tes vues aux siennes.imagine qu’ils fassent la même chose avec vous !

                                    et tes wahhabitesmachins garde-les toi !


                                  • Stephan Hoebeeck Stephanesh 5 septembre 2007 11:49

                                    Pourquoi il devrait dire merde


                                  • fouadraiden fouadraiden 5 septembre 2007 11:56

                                    ^

                                    sinon ils se feront toujours avoir,et pour pas u sou !


                                  • Dominique Larchey-Wendling 5 septembre 2007 12:35

                                    @ Stephanesh

                                    Un des gros problème d’Israël est ici :

                                    « Les juifs savent qu’ils n’auront pas deux fois l’opportunité de recréer leur pays. »

                                    Les juifs ne peuvent pas avoir leur pays ou alors ce pays ne pourra jamais être une démocratie. L’idée d’une nation juive exclusive est antigoniste de celle de démocratie.

                                    Les juifs peuvent avoir un pays où ils sont majoritaires ou peut-être seulement très influents. Mais il ne peuvent espérer avoir un pays où ils régissent tout et méprisent les minorités, à moins de mettre en place un apartheid.

                                    L’autre erreur consiste à penser que tous les juifs sont unis ou ont les mêmes valeurs. C’est faux et c’est un gros problème en Israël aujourd’hui avec l’immigration de Russie par exemple.

                                    Exclure les arabes israéliens du jeu politique et mépriser ou opprimer ses voisins arabes conduira à la catastrophe morale pour ce pays.

                                    Vous mettez en avant la détestation des juifs par la rue arabe. Je ne sais pas très bien si c’est vous qui faites l’amalgame Israël/juifs ou c’est c’est cette « rue ». Cette assimilation n’est-elle pas une conception purement Occidentale ? Sinon, je peux vous assurer qu’il existe aussi des sentiments racistes voir génocidaires dans certains cercles sionistes. On ne combat pas l’extrémisme en lui faisant la guerre.


                                  • Christophe 5 septembre 2007 14:19

                                    @ Dominique Larchey-Wendling

                                    C’était déjà fatigant de lire vos inepties sur ces histoires de complots auxquels personne de sérieux au monde ne veut apporter la moindre caution, et qui n’ont pas réussi à fédérer en 6 ans autant d’adeptes que la seule scientologie.

                                    Affligeant de vous lire affirmer péremptoirement, Le pic pétrolier est la cause de la guerre en Irak en vous basant sur les dires d’un simple journaliste, dans un livre qu’il espère bien vendre en aussi grand nombre que ses prédécesseurs.

                                    C’est proprement insupportable de vous lire maintenant prétendre savoir ce qui se dit dans certains cercles sionistes, prétendre savoir ce que sont les « vrais » problèmes d’Israël, lui discuter son statut de démocratie pourtant reconnu par l’ONU et tous les pays démocratiques de la planète (mais sans doute êtes vous au dessus de tout cela), discuter du droit ou non d’exister de ce pays, et enfin prétendre savoir mieux que ce pays ce que devrait être sa politique intérieure et ce qu’il devrait faire avec ses voisins (alors que les meilleures diplomaties s’y sont toutes cassées les dents, mais sans doute êtes vous au dessus de tout cela).

                                    Non content de nous avoir au fil de vos interventions permis de mesurer l’incroyable suffisance dont vous faites preuve et l’omnipotence de votre ego surdimensionné, vous venez de confirmer s’il en était encore besoin votre complète méconnaissance des sujets que vous prétendez maîtriser sans aucune légitimité. Un peu de rigueur intellectuelle et un peu plus de modestie vous feraient le plus grand bien.

                                    Les juifs ne peuvent pas avoir leur pays ou alors ce pays ne pourra jamais être une démocratie.

                                    Au cas où vous ne le sauriez pas encore, les « juifs » comme vous dites ont déjà un pays, qui est déjà une démocratie et c’est même la seule de la région.

                                    Mais dites moi, n’était-ce pas vous qui affirmiez il y a peu que l’Iran était une grande démocratie ? Vos « valeurs » seraient elles à géométrie variable ? A moins que vous n’ayez quelques partis pris ?

                                    @ Stephanesh

                                    Merci pour vos commentaires pleins de bon sens.


                                  • Dominique Larchey-Wendling 5 septembre 2007 15:28

                                    @ Christophe,

                                    Vous reprenez ma phrase

                                    « Les juifs ne peuvent pas avoir leur pays ou alors ce pays ne pourra jamais être une démocratie. »

                                    mais vous la déformez .... j’ai écris leur pas un. Oui les juifs ont un pays même plusieurs pays où ils sont accueillis et vivent bien. Ce que j’ai écris c’est qu’il ne peuvent avoir leur pays, c’est à dire où ils seraient seuls à décider de tout. Ca ne sera alors plus une démocratie. C’est tout ce que j’ai écris.

                                    Pour être plus précis, je ne dis absolument pas qu’Israël n’est pas une démocratie. Bien-sûr que c’en est une. Au passage, l’ONU réconnait des nations, pas des régimes politiques.

                                    Mais ce que j’essaye de faire comprendre, où plutôt de transmettre, c’est qu’Israël ne pourra pas rester à la fois une démocratie et un état juif. Car les juifs ne seront pas éternellement majoritaires en Israël. Même Sharon avait compris ce problème.

                                    « Mais dites moi, n’était-ce pas vous qui affirmiez il y a peu que l’Iran était une grande démocratie. »

                                    Non ! J’ai écris (lors d’une autre discussion) que l’Iran une république ce qui n’est pas la même chose qu’une démocratie. Nous avons d’ailleurs eu une large discussion sur cette distinction essentielle à ce moment là, car certains voulaient nous convaincre que l’Iran est une dictature ce qui est évidement faux : la preuve, Le Monde annonce aujourd’hui même que Rafsandjani, opposant à Khamenei et Ahmadinejad, vient d’être élu à la tête de l’assemblée des experts qui décide du sort du guide suprême de la révolution.

                                    Le qualificatif de « grand », je ne pense pas l’avoir utilisé, en tous cas pas au sens de « exemplaire » comme dans votre phrase.

                                    Je vous invite à lire correctement ce qui est écrit et à ne pas transformer mes propos. Je reconnais par contre que mon commentaire sur Israël n’engage que mon avis personnel et qu’il est bien peu de chose au regard des enjeux de cette région.

                                    Tout ce que je fais, c’est de mettre en avant l’évidence qu’Israël ne peut-être à la fois un état juif, une démocratie, et être en paix. Mais cette évidence n’est pas de moi, c’est de Chomsky, qui est juif lui-même.


                                  • Stephan Hoebeeck Stephanesh 5 septembre 2007 17:25

                                    @ Fouad

                                    Je peux défendre le peuple arabe sans défendre ses dirigeants.

                                    Je t’explique

                                    Solution a) pour le monde arabe :

                                    Les dictatures présidentielles (Moubarak, Assad, etc.) ou monarchiques (arabie, émirats, etc.)

                                    j’aimerai savoir ce que le peuple arabe a réellement profité de la fabuleuse manne pétrolière, le peuple arabe a reçu les miettes. Je te signale qu’Ibn Séoud a 5000 descendants directs pouvant chacun prétendre à une pension mensuelle de l’état saoudien de 100000$, je te laisse faire le calcul par toi-même. Est-ce l’occident qu’il faut combattre ou les tyrans arabes, je pense que l’occident (comme Israel) est leur excuse permettant de cacher le formidable hold-up auxquels ils se livrent.

                                    solution b) le califat islamique.

                                    Les fabuleuses ressources pétrolière serviront à la propagation de la révolution islmaique mondiale, à acquérir des armes, à être détourné par des imams sans scrupules et Allah sait si il y en a. Tu es belge, tu as entendu parlé que le centre musulman a été fermé pour gestion frauduleuse, argent qui disparait, factures fantaisistes, etc. N’imagine pas que le califat islamique sera différent, corruption, manipulations financières, etc. Tu vis à Bruxelles, tu as déjà vu quand un imam vient acheter sa viande dans la boucherie islamique, tu l’as déjà vu payé toi, non moi jamais, ah oui c’est pour la mosquée, etc. Tout ce mecs ils foutent rien, mais ils achètent une maison, avec quel argent ? D’où vient cet argent. L’Arabie est un régime islamique et la corruption y est reine. Tu me diras le monde islamique peut éventuellement acquérir l’arme nucléaire et menacer tout le monde... Et après tu crois réellement que nos dirigeants auraient peurs de lancer les armes nucléaires. Les américains vont augmenter leur défenses anti missiles, dans 20 ans au plus, quelque soit l’endroit de la terre, un missile qui s’allume, il faudra 5 seconde pour le détruire. Technologiquement l’occident a une longueur d’avance et il l’a conservera.

                                    solution c) le monde arabe adopte un système démocratique à l’occidental.

                                    Les bénéfices du pétrole servent à améliorer la situation des arabes et à préparer l’après pétrole. Une gestion de la monnaie actuellement impossible à cause de l’islam. Il faut créer une administration « papier » avec un système de taxe. Une communauté démocratique qui engloberait l’ensemble du monde arabe (globalement les frontières de l’ancien empire turc) serait respecté dans le monde sans qu’il ait besoin de dire merde à d’autres personnes que les dirigeants corrompus qu’il a subi et qui l’on volé, à ses dirigeants dont le vol a empéché le développement du monde arabe.

                                    Oui je défends le monde arabe, un monde arabe sans religion et sans tyrannie, un monde arabe ou les enfants sont éduqués pour construire l’avenir de leur nation et non pour foutre des bombe, pour développer leur savoir faire et non pour réciter des versets religieux d’un autre temps. Un monde qui sera respecté par le concert des nations.

                                    C’est quoi le monde arabe aujourd’hui de la religion et des tyrans, de la corruption, réellement le monde arabe se trompe d’ennemi quand il croit que les juifs et l’occident sont ses ennemis, les seuls ennemis de la grandeur du monde arabe se sont les dirigeants arabes.

                                    Franchement que le monde arabe mérite mieux que cette religion et ces tyrans qui l’oppressent.

                                    Regarde Israel n’existait pas il 70 ans, dès sa création il a battu les armées arabes très supérieurs en nombre et en arme. Une comparaison, tu sais à quel âge on devient géneral en Israel, à 35 ans parfois moins, tu sais à quel âge on devient général dans les armées arabes après 35 ans de lècheries à ses supérieurs et donc à près de 60 ans.

                                    Israel produit la majorité de ses armes lui-même, la plupart des pays arabes achêtent leurs munitions à l’étranger. Quelque part Ahmadinajab a compris les maux du monde arabe, par contre il n’a rien compris aux remèdes.

                                    Tu sais l’occident et les juifs ont relégué leurs religions à un rôle purement culturel, vaguement fédérateur et peu important dans la vie de la majorité d’entre eux, pour choisir un destin dans lequel l’efficacité et le bien être sont développés. Le monde arabe cherche encore des solutions à la base de la religion, et c’est ce qui le perd.

                                    Les idéologies religieuses sont une perte de temps pour l’humanité, elles n’ont rien apporté de bon, si ce n’est de disparaître.

                                    Tu devrais lire Flavius Josèphe (considéré comme le dernier prophète juif) qui a assisté à la ruine de Jérusalem et à la destruction du royaume d’Israel, les Romains ont exterminé un tiers des juifs à l’époque. Et tu sais à qui il en veut, aux fanatiques juifs qui ont plongé la nation juive dans l’affliction, dans la mort, dans la destruction.

                                    Lorsque l’Islamisme voudra entrer en guerre contre l’occident, que tu verras le monde arabe anéanti par le feu nucléaire, les populations immigrées en occident se faire occire, tu en voudras aux occidentaux, peut être qu’après quelques années tu te diras si on avait mis l’islam au placard on en serait pas là.

                                    Ce que je désire par dessus tout c’est que le monde arabe trouve sa place dans le cortège des nations. Il lui faire un choix, soit sa religion qui finira par provoquer une guerre mondiale, soit l’évolution dans la paix avec les autres, l’évolution dans le respect de soi et des autres, l’évolution dans lequel on respecte et on est respecté. C’est pas l’occident l’ennemi, c’est la religion et les tyrans.

                                    Tu sais comment est l’occident, si demain on te propose un gsm de 400€ pour 30€, tu l’achètes, tu sais qu’il est tombé du camion, eh bien ce que l’on peut reproché à l’occident, c’est la même chose, il sait que le pétrole qu’il achète c’est le pétrole que les dirrigeants volent au peuple arabe, mais le prix est intéressant et cela balaie les scrupules.

                                    @ Dominique, je ne suis pas d’accord je dois garder mon petit bout de chou, donc je répondrai peut être plus tard.

                                    En fait actuellement il y a beaucoup de problèmes en Israel avec l’extrémisme, l’état israélien joue sur l’affectif pour favoriser l’émigration des juifs en Israel. Je pense que dans une situation non conflictuelle, il aura plutôt tendance à la mettre en veilleuse.

                                    Pour le reste je te signale que les druzes (arabes musulmans hétérodoxes) sont parfaitement intégrés en Israel (il y a même des généraux israéliens druzes, et même un président d’Israel certe par intérim fut druze.

                                    De plus ce que tu ignores c’est que des arabes servent dans tsahal, et ils s’intègrent sans pour autant se convertir. Il est difficile de demander au juif de ne pas considérer Israel comme un état juif, quand l’autre partie ne veut pas de cet état. Mais je maintiens qu’il existe des solutions. Je pense néanmoins qu’utiliser les peurs juives est le meilleur moyen pour n’arriver à aucune solution si ce n’est celle de la confrontation.

                                    Il existera toujours dans l’opinion publique israélienne une tendance pour la paix et une tendance militariste, les tendance gagnent en importance suivant les événements. Les attentats suicides ont renforcés la tendance militariste. Par exemple si le monde arabe interdiait les programmes antisémites de certaines de ses télévisions, cela favoriserait la tendance pour la paix.

                                    @ plus


                                  • Dominique Larchey-Wendling 5 septembre 2007 18:27

                                    En réaction à Stephanesh pour Christophe,

                                    Quand je pense que je me suis fait incendié pour avoir proposé ma propre perception d’un des problèmes d’Israël, j’attends de voir la réaction de Christophe après cette description des « remèdes » aux maux du monde musulman ...

                                    La plus élémentaire honnêteté intellectuelle consiste à s’appliquer à soi-même les critères moraux qu’on attend que les autres respectent.


                                  • wawa wawa 4 septembre 2007 21:03

                                    le fil conducteur de cet article c’est qu’il fallait d’urgence faire un ravalement de facade des puit de petrol irakien sous peine que les gisements allait definitivement ne plus etre exploitable ensuite !

                                    c’est la premiere premiere fois que j’entend un tel argument et j’aimerais qu’on me l’explique ! çà m’a l’air d’etre une enorme « foutagedegeule ». le petrole qui c’est conservé des dizaine de million d’années n’attendrait pas quelque dizaine d’année de plus ? il y a une date de peremption ?

                                    si les forages se rebouchent et qu’il faut en refaire d’autre, c’est couteux (moins qu’une guerre) mais pas insoluble.

                                    non ! mais il ne fait pas de doute que

                                    *La production petrolière est amenée a baisser (je me demande meme si les derniers refus de l’opep d’augmenter leur production ne cachent pas une impossibilité de le faire ce qui signifierait que la production de petrole est deja sur le declin ) et que le prix va flambé dans les années qui viennent

                                    *La principale motivation des americains pour déclencher la guerre était de pouvoir disposer de grosse reserve de petrole a prix controlé, ce qui est vital pour leur économie( ou de laisser les prix s’’envoler mais alors de laisser les énormes bénéfices à des compagnies americaines (rappelons que bush sont issus du serail pétrolier)

                                    *la tentation pouvait etre grande aussi de priver l’economie chinoise, leur prochain concurent, d’energie bon marché indispensable por leur développement.

                                    * L’idée de transformé l’irak en democratie modele, enfin de faire effondrer culturellement les deux theocratie voisine hostile etait aussi une des vrai raison de la guerre, et celle ci etait rendue publique. le precedent du rideau de fer et de l’effondrement sovietique pouvait donner raison aux americains.

                                    ils ont eu les yeux plus gros que le ventre voila tout !

                                    ils ont perdu sur tout les points ; ils ne peuvent plus controler les prix du pétrole. les chinois les on doublé sur le pertroldu darfour. en plus de probleme avec l’iran et l’arabie saoudite,il en on un énorme avec l’irak


                                    • wawa wawa 4 septembre 2007 21:12

                                      pour l’orthographe il faudra que je repasse, pourtant je me suis relu une dizaine de fois


                                    • Dominique Larchey-Wendling 4 septembre 2007 23:27

                                      @ wawa

                                      « c’est la premiere premiere fois que j’entend un tel argument et j’aimerais qu’on me l’explique ! çà m’a l’air d’etre une enorme »foutagedegeule« . le petrole qui c’est conservé des dizaine de million d’années n’attendrait pas quelque dizaine d’année de plus ? il y a une date de peremption ? »

                                      C’est une question intéressante et effectivement ce n’est pas évident à comprendre mais c’est mieux expliqué dans le livre ou dans le livre de M. Simmons « Twilight in the desert ».

                                      Je vais essaye de faire court. Un gisement, ce n’est pas comme un réservoir d’essence de voiture. Le pétrole se trouve sous énorme pression emprisonné dans de la roche, mélangé avec elle. Ce qui permet au pétrole de remonter à la surface, c’est la pression du gaz enfermé avec le pétrole. Si cette pression chute, le pétrole ne remonte plus et le gisement se tarit. Il n’est plus possible d’extraire le pétrole qui reste après que la pression ait chuté. D’ailleurs, pour tous les gisements, seuls 30 à 50 % maximum du pétrole présent est extrait ... le reste git inexploitable sous terre faute de pression ou autre problème.

                                      Tout l’art de la bonne gestion d’un gisement de pétrole consiste à extraire le plus de pétrole en maintenant la pression de gaz le plus longtemps possible. Les techniques pour y parvenir se sont améliorées avec le temps : injection d’eau, forage horizontal, additifs etc. Mais il faut aussi extraire le pétrole au bon rythme ...

                                      Dans le cas de l’Irak, le régime de sanctions a eu pour conséquence une mauvaise gestion des gisements par faute de matériel, de produits chimiques, d’investissements et peut-être de compétences, ce qui conduisait à une baisse de la pression et donc sur la durée, une diminution de la quantité ultime de pétrole que l’on pouvait extraire des gisements. Voilà donc le sens de cette phrase :

                                      « les inspecteurs spécialisés de l’ONU ont prévenu que les sanctions avaient déjà causé des dommages irréversibles aux gisements irakiens, et continueraient sur la voie de pertes définitives de très grandes réserves de pétrole ».


                                    • Philou017 Philou017 5 septembre 2007 10:03

                                      Je vais tout à fait dans le sens de l’auteur. Une des principales raisons de l’invasion de l’Irak et de l’afghanistan etait la domination énergetique du Moyen-orient. Les tentatives pour ouvrir un autre conflit avec l’Iran et la Syrie vont dans ce sens.

                                      Un extrait d’une interview d’Eric Laurent, qui a longuement enquêté sur les reserves pétrolieres :

                                      >>> Face à ces réalités et à l’urgence des choix, les gouvernements des pays consommateurs sont terriblement mal informés et mal préparés. Sauf peut-être les Etats-Unis, où l’administration Bush a fait un choix discutable mais cohérent avec la doctrine selon laquelle « le mode de vie américain n’est pas négociable ». En 1999, le vice-président Dick Cheney, à la tête du géant pétrolier Halliburton, s’inquiétait : « En 2010, nous aurons besoin de 50 millions de barils supplémentaires chaque jour. D’où proviendra ce pétrole ? » En janvier 2001, une semaine seulement après l’investiture du nouveau président, Cheney crée et préside une commission sur l’énergie dont les objectifs, les participants et les séances de travail sont entourés d’un mystère absolu. Au point qu’une journaliste réputée du Washington Post, Dana Milbank, la qualifie de « société secrète ».

                                      Le 17 juillet 2003, au terme d’un long affrontement juridique, la cour d’appel fédérale a ordonné de rendre public un certain nombre de documents de travail utilisés par la commission Cheney. Le plus saisissant est une carte de l’Irak, datée de mars 2001 où la commission Cheney a nettement découpé, en huit blocs d’exploitation, une vaste zone qui représente à peu près un tiers du pays, situé à proximité de la frontière avec l’Arabie saoudite. L’Irak est considéré comme le deuxième pays détenteur de ressources pétrolières de la planète. Bagdad constitue peut-être, pour des responsables américains, une alternative au déclin énergétique de Riyad.

                                      Nous sommes probablement entrés dans une logique de « guerre des resssources ». Henri Kissinger écrivait en juin 2005 : « La demande et la compétition pour l’accès à l’énergie pourrait devenir source de vie et de mort pour beaucoup de sociétés. »

                                      >>> http://www.eric-laurent.com/categorie-579179.html

                                      Je pense que les guerres d’Irak et d’Afghanistan sont les signes exterieurs d’une gigantesque partie d’echecs entre les USA , la Chine et la Russie (qui se sont alliées) pour la domination de l’économie mondiale. Dans ce contexte , l’intérêt des peuples a bien peu d’importance.


                                      • el bourrico 5 septembre 2007 10:44

                                        Je dirais qu’il fait partie de ces optimistes béats qui ne veulent pas quitter leurs oeuillères. En général, ça ne les empêchent pas de se manger le mur.


                                        • el bourrico 5 septembre 2007 10:46

                                          (c’était en réponse à Dantoncul.... charmant le pseudo)


                                        • Zeineddine93 5 septembre 2007 12:25

                                          La thèse selon laquelle la Guerre en Irak est motivée seulement par le pétrole (peur du peak, pour contrôler les approvisionnements, pour faire contrepoids à la concentration croissante des réserves au Moyen-Orient, etc...) est très séduisante et entre sûrement en ligne de compte pour une part, ne serait-ce que parce que l’administration Bush, ainsi que les dirigeants pions qu’elle met en place en Irak ou en Afghanistan sont en grande partie issue de l’industrie pétrolière.

                                          Mais malheureusement, cette motivation simple est loin d’être suffisante ! Elle ne fournit pas de réponse satisfaisante aux points suivants :

                                          - Le pétrole peut s’acheter, même après le peak, à un coût nettement moindre que celui de la guerre en Irak + Afghanistan. Les premiers chocs pétroliers, dans les années 70, n’ont pas déclenché en retour des guerres pour le contrôle des approvisionnements.

                                          - Les pays développés sont tous dépendants du pétrole du Moyen-Orient pour le maintien de leur mode de vie et ils redoutent tous le peak. Pourtant ils ne se sont pas tous engagés dans cette guerre.

                                          - La guerre du Vietnam, que presque tout le monde met en parallèle avec l’actuel Grand Bourbier Oriental, n’avait pas de composante énergétique.

                                          - La guerre Iran-Irak également, plus longue guerre conventionnelle entre deux puissances régionales dans la seconde moitié du 20ème siècle, avait une composante pétrolière, mais avait aussi d’autres motivantions. Celles de l’occident qui a armé et poussé Saddam Hussein contre l’Iran étaient purement idéologiques et politiques (casser la révolution iranienne et contrôler à nouveau l’Iran)

                                          Pour bien comprendre certains éléments de l’actuelle guerre au Moyen-Orient, le pétrole ne suffit pas. Il faut regarder l’histoire, sur un siècle, sa continuité est saisissante. Le colonialisme n’a été qu’un aspect de la chose. C’est une longue histoire de domination, de prédation, et de trahisons principalement d’origine britannique et américaine, française, soviéto-russe. Avec la complicité active de régimes corrompus ou fantoches. Il n’y a pas de clash des civilisations, seulement une longue histoire de guerre pour la domination. Il n’y a pas que Ben Laden pour le dire, il y a aussi de bons enquêteurs comme Robert Fisk. Concernant Ben Laden, bien sûr, encore faut-il se reporter à ce que ce monsieur (qui est éduqué et ingénieur civil de métier, avant d’être terroriste) a effectivement dit, pas à ses soi-disant vidéo authentiques ridicules qui ne sont que des fakes fabriquées par la CIA.


                                          • yvesduc 5 septembre 2007 21:20

                                            Merci à l’auteur pour cet article très intéressant.

                                            À fouadraiden à 12H09 : « pourquoi les Américains ont-ils fait le choix du Moyen-Orient ? Ce choix remonte à quand ? » Entre 1998 et 2000, les géologues qui prospectent l’Asie centrale vont de déconvenue en déconvenue : les immenses réserves qu’ils espéraient y trouver se transforment en « fiasco », selon le terme de Michael C. Ruppert, journaliste d’investigation et bon connaisseur des questions pétrolières. En 2000 et 2001, les États-Unis mènent des négociations secrètes avec les Talibans en vue de monter en Afghanistan un oléoduc qui ramènera le pétrole de la Caspienne. Mais soudainement, alors que les négociations vont bon train, ils font volte-face dans leur comportement et fâchent les Talibans en réclamant des sanctions à leur encontre. Les négociations n’ont pas le temps de capoter : le 11-Septembre arrive... Ruppert suggère ici que c’est le fiasco de la Caspienne qui a contraint le gouvernement étasunien à se reporter sur le Moyen-Orient - c’est-à-dire l’Irak. (source : http://yves.ducourneau.club.fr/119/ruppert2.html )

                                            À frédéric lyon à 15H40 : « Le contenu de mon message est parfaitement pertinent avec le sujet de l’article et n’a donc pas à être censuré. Le délit d’opinion n’existe pas en France, certains d’entre vous restent encore à le découvrir. » La note « commentaire constructif ? » est couramment détournée pour qualifier ce avec quoi on n’est pas d’accord, et je déplore avec vous ce détournement. Néanmoins l’intention n’est pas de censurer, ce qui se fait avec « SIGNALER UN ABUS ».

                                            « Comment feraient les pays producteurs de pétrole pour donner à manger à leurs populations, s’ils n’avaient pas du pétrole à vendre ? » C’est la situation actuelle et elle ne pose en effet pas de problème mais une fois le Pic Pétrolier passé, la baisse de la production ira en accélérant et de fortes crispations politiques, économiques et - nous pouvons le craindre - guerrières sont à prévoir. C’est alors que « l’Irak me vend son pétrole » et « je prends moi-même le pétrole en Irak » feront toute la différence.

                                            « Qu’est-ce qui s’est passé en Irak ? Pas grand chose : un âne qui [...] a voulu piquer aussi le pétrole de ses voisins ! » Voici un tout autre son de cloche sur la première guerre du Golfe : http://yves.ducourneau.club.fr/koweit.htm


                                            • frédéric lyon 9 septembre 2007 08:28

                                              Ainsi que je le disais plus haut, il n’y a pas plus de « peak oil » que de beurre en broche.

                                              Et le pétrole n’a joué aucun rôle dans la décision d’intervenir en Irak.

                                              Toutes ces âneries, répetées jusqu’à la nausée, par des perroquets qui ne savent penser par eux-mêmes, font partie des actions de désinformation qui entourent toutes les affaires politiques internationales aujourd’hui.

                                              En effet, à quoi sert le pétrole ? Quelles sont ses principales utilisations industrielles ?

                                              1) Il sert, en tout premier lieu, comme source d’énergie dans le secteur du Transport. C’est le carburant des transports terrestres, maritimes et aériens. Cette utilisation comme carburant consomme plus de la moitié de la ressource.

                                              2) Il sert comme source d’énergie primaire dans la production d’énergie électrique. C’est le mazout, ou le gaz, que l’on brûle dans les centrales pour produire de l’électricité. Cette seconde utilisation vient très loin après la première pour ce qui concerne les volumes concernés.

                                              3) Il sert comme matière première dans un certain nombre d’industries de transformation, telle que la fabricaton des matières plastiques ou des tissus synthétiques. Cette dernière utilisation est presque marginale par rapport aux deux premières.

                                              Quelles sont les conséquences de cette structure de consommation ?

                                              La principale conséquence est que lorsque le pétrole et le gaz seront remplacés comme source d’énergie majeure dans le secteur des Transports, par exemple par l’hydrogène, la consommation TOTALE de pétrole dans le monde diminuera de façon rapide et drastique, car la consommation de pétrole dans les deux autres secteurs est faible et ne pourra pas compenser la chute des besoins globaux.

                                              La substitution du pétrole par l’hydrogène et les piles à combustible dans le domaine du transport terrestre provoquerait, à elle seule, un effondrement de la demande en une dizaine d’années, tout au plus.

                                              Et dans cette hypothèse, il ne faudrait plus parler de « peak oil », mais de « crak oil » !

                                              Nous sommes donc dans une situation on l’on voit :

                                              a) Que la part du Moyen-Orient dans la fourniture globale d’hydrocarbures diminue constamment. Cette part va continuer à diminuer avec l’augmentation du prix du barril pendant les trente prochaines années.

                                              b) Puis nous verrons un effondrement rapide de la consommation globale d’hydrocarbures, par sustitution de l’hydrogène dans le secteur des transports et par substitution de l’énergie nucléaire de fusion dans le secteur de la production d’électricité.

                                              Si l’on ajoute à celà que les USA se moquent totalement du pétrole du Moyen-Orient dont ils n’ont besoin que de façon marginale dans leurs approvisionement, on comprend facilement que le pétrole ne joue pas de rôle dans les évènements du Moyen-Orient.

                                              En revanche, il y a un autre facteur qui y joue un grand rôle, et qui mériterait de longs développements : C’est la faillite totale, pas seulement économique d’ailleurs, des sociétés moyen-orientales elles mêmes. Ces sociétés sont aujourd’hui en train de sombrer dans le chaos et la violence et la lente dispartion de la rente pétrolière au cours des prochaines années accentuera ce phénomène.

                                              Il devient urgent de prendre touts les mesures pour s’en protéger.


                                              • frédéric lyon 9 septembre 2007 08:54

                                                @ Yvesduc :

                                                Pourquoi croyez-vous que Saddam a attaqué l’Iran, puis envahi le Koweit ? Pensez-vous que le pétrole iranien et que le pétrole koweitien n’ont joué aucun rôle dans ses décisions ?

                                                Puisqu’on parle du pétrole parlons-en : le principal résultat de l’intervention en Irak est la restitution aux kurdes et aux chiites de la quasi-totalité des réserves pétrolières de l’Irak. Ce qui, soit dit en passant n’est que la restitution de ces réserves à leurs légitimes propriétaires !

                                                Les sunites de Saddam Hussein voulaient tout ramasser, ils ont tout perdu. Où est le problème ?

                                                Et que c’est-il passé en fait ? Ce crétin de Saddam croyait s’emparer facilement des réserves iraniennes, qui se trouvaient de l’autre côté de la frontière, et il s’est retouvé coincé dans une guerre d’usure que les iraniens auraient fini par gagner.

                                                C’est la mise en place de batteries d’artillerie lourde de la dernière génération (on avait plus le temps de former une aviation irakienne d’attaque au sol, d’ailleurs l’aviation est une arme trop sophistiquée pour que les irakiens puissent la maitriser complètement), par les français notamment, avec canons lourds autotractés, conduite de tir automatisée et obus antipersonnels de grande précision, qui a permis d’écraser les vagues d’assaut des « gardiens de la révolution », qui sont morts par dizaines de milliers, écrasés par un tir de barrage d’une intensité et d’une précision qu’on avait jamais vu auparavant, même à Verdun ou à Stalingrad !

                                                N’oublions pas une chose : Le pétrole est la SEULE ressource de la région. Sans le pétrole ces gens n’auront RIEN à manger. C’est la raison pour laquelle ils sont prêts à s’entredévorer.

                                                Et il ya peu de chance que ça se calme, je dirais même que ça va empirer. Il faut les isoler et tenter de contrôler le chaos avant qu’il ne déborde.


                                              • Dominique Larchey-Wendling 9 septembre 2007 10:23

                                                @ f. lyon

                                                « La principale conséquence est que lorsque le pétrole et le gaz seront remplacés comme source d’énergie majeure dans le secteur des Transports, par exemple par l’hydrogène »

                                                Est-ce que vous savez seulement comment on fabrique de l’hydrogène H2 ? On le cueille sur les arbres ?

                                                « Le pétrole est la SEULE ressource de la région. »

                                                Ca ne vous gène pas d’écrire ça, ce qui est vrai, et aussi ça : « Et le pétrole n’a joué aucun rôle dans la décision d’intervenir en Irak. »

                                                Si je vous suis, les américains sont allés en Irak pour ne rien y gagner, puisqu’à part le pétrole il n’y a rien là-bas ...

                                                Vous êtes sidérant ...


                                              • frédéric lyon 11 septembre 2007 12:46

                                                à Larchey Wendling :

                                                C’est vous qui ètes sidérant !

                                                Le pétrole n’a joué aucun rôle dans l’intervention des américains en Irak.

                                                En revanche, il est très clair que le pétrole dicte toutes les politiques des pays arabes de la région.

                                                TOUTES !

                                                Et celà est particulièrement criant en ce qui concerne Saddam Hussein, qui a projeté de s’emparer, en toute modestie, de toutes les ressources de la région de Mésopotamie. Car le pétrole est la seule ressource de ces pauvres arabes, et ils crèveront tous de faim quand la manne sera tarie.

                                                Les évènements actuels en Irak, qui ne concernent plus les américains depuis longtemps, ne sont qu’une tentative désespérée des sunnites de récupérer le contrôle des réserves irakiennes qu’ils ont perdu avec la chute de Saddam.


                                                • Dominique Larchey-Wendling 16 septembre 2007 23:55

                                                  @ f. lyon

                                                  « Le pétrole n’a joué aucun rôle dans l’intervention des américains en Irak. »

                                                  Déclaration d’Alan Greenspan, le grand argentier des USA (président de la réserve fédérale américaine) durant la majeure partie de l’ère Bush :

                                                  « I am saddened that it is politically inconvenient to acknowledge what everyone knows : the Iraq war is largely about oil »

                                                  Traduction pour f. lyon, les points sur les i :

                                                  « Je suis attristé qu’il soit politiquement inconvenant de reconnaitre ce que tout le monde sait : la guerre d’Irak a été faite principalement au sujet du pétrole. »


                                                • Guit'z Guit’z 26 septembre 2007 14:45

                                                  A voir sur Google video ou dailymotion.com : Oil, smoke & mirrors


                                                  • Dominique Larchey-Wendling 31 octobre 2007 16:36

                                                    Dick Howard interrogé ce matin dans les Enjeux Internationaux sur France Culture :

                                                    Ce que personne ne dit, c’est que finalement, pourquoi est-ce qu’on est allé en Irak, c’est tout simplement, c’est le pétrole. Le papier que j’ai fait pour la revue Esprit, j’avais publié aussi une version anglais sous le titre « De Péricles à Petraeus ». Et c’est à dire que tout le monde connait le discours de Péricles aux athéniens au moment de la guerre du Péloponèse où il parle de la démocratie etc, mais on oublie son dernier discours avant de mourrir où il dit aux athéniens « vous êtes possesseurs d’un empire, c’est peut-être injuste la manière dont vous l’avez conquis mais vous allez souffrir beaucoup plus si vous lachez cet empire » et je crois que l’Amérique est devenue un empire et logiquement on ne peut pas tout simplement quitter l’Irak non seulement parce que ça donnerait lieu à une guerre civile horrible mais aussi parce que c’est une région pétrolière, c’est une région géopolitique clef.

                                                    Mon commentaire : il est grand temps que les américains comprennent enfin ce qu’est devenu leur pays, dépassent le brouillard des mensonges et de la propagande, et qu’en fin de compte, ils choisissent s’ils veulent survivre à l’empire ou disparaitre avec lui. Quand à mes compatriotes français et européens qui essayent de se raccrocher aux branches en léchant les bottes du maitre, ils feraient bien de comprendre qu’ils seront le cadet des soucis de l’empire quand ce dernier s’effondrera sous son propre poids.


                                                    • Luxum Luxum 12 avril 2012 21:43

                                                      Depuis la fin de la guerre froide (effondrement de l’URSS en 1991), la totalité des guerres modernes menées par l’occident sont motivées par le pic pétrolier. Il n’y a pas d’exception.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès