• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le problème du Sahara occidental : un conflit entre qui et qui (...)

Le problème du Sahara occidental : un conflit entre qui et qui ?

 Le Sahara occidental, le Polisario, le Maroc, l’Algérie, sont des vocables qui reviennent, à travers le monde et depuis plus de 45 ans, dans des articles de journaux, des émissions de radio et de télévisions. Ce sont là également des questions évoquées devant un certain nombre d’institutions internationales : le Conseil de Sécurité, l’ONU, l’Union Africaine, les organisations des droits de l’homme, le tribunal international, bref à chaque coup et dans toutes les occasions de rencontres régionales et mondiales.

 * Qui est derrière l’inscription de la question du Sahara devant toutes ces instances ? C’est l’Algérie.

 * Qui arme les soit disant combattants du Polisario ? Qui dépense des milliards de dollars pour l'entretien, et l’administration de ces organisations anti- marocaines ? C’est encore l’Algérie.

 * Qui s’oppose à toute solution juste et équitable de ce conflit ? C’est toujours l’Algérie.

  L'Algérie s'élève avec véhémence, impétuosité, voire même une certaine agressivité, contre toute attitude de pays étrangers, organisations ou média, qui osent exprimer une opinion favorable à la proposition marocaine d'autonomie, comme solution au problème de ce Sahara occidental. La France est traitée d’ennemi chaque fois qu’un responsable ou un média français se permet de parler de la situation lamentable que vivent les sahraouis séquestrés à Tindouf. Le dernier report de la visite du 1er ministre Français, Jean Castex n’a, en réalité, d’autre explication que la dernière déclaration d’un membre de gouvernement qui a soutenu la position marocaine. A rappeler également que même le président Macron n’a pas été épargné à la suite de l’ouverture à Dakhla, 2e ville du Sahara, d’un bureau du parti « la République en marche ».

    Certes, l’Algérie compte un grand nombre de pays amis dans le monde. Elle a des relations historiques avec la France, des rapports stratégiques, et économiques importants, notamment avec la Russie et la Chine. Elle a également de bonnes relations avec des pays africains et sud-américains. Tous ces pays amis ne veulent en aucun cas, prendre des positions fâcheuses contre les gouvernants d’Alger. Mais tous ces Etats commencent aujourd’hui à se demander où va l’Algérie. Pourquoi prend-elle autant de risques pour la sécurité et le bien-être de ses citoyens ? Pourquoi se ruine-t-elle à financer un mouvement sahraoui dont l’audience à l’échelon international est de plus en plus réduite. ? Pourquoi n’arrive-t-elle pas à maitriser sa rancune contre un pays voisin auquel elle est liée par la religion, la langue, les traditions et un avenir commun ? Toute l’activité diplomatique de l’Algérie est actuellement consacrée à la question du Sahara. Le ministre des Affaires Etrangères Sabri Boukadoum passe son temps à sauter de pays en pays pour plaider l’indépendance du Sahara.

 Les responsables algériens, y compris le chef de l’Etat en personne, se mettent tous de la partie pour lancer, presque quotidiennement, des attaques virulentes contre le Maroc, ne ménageant ni ses hommes ni ses institutions. Ils en veulent à tous les pays qui reconnaissent la marocanité du Sahara ou optent pour la solution d’autonomie. Mais qu’ils le veuillent ou non, la tendance générale de la grande partie du monde est favorable à la position marocaine. Personne ne veut, en effet, d’un mini Etat au Maghreb, une nouvelle entité, taxée au départ, d’organisation qui a des rapports étroits avec les groupes subversifs du Nord du Mali et du Niger, une formation qui risque d‘infecter toute la région et notamment cette partie du Continent qui constitue pour l’Europe, un accès à tous les pays de l’Afrique occidentale.

 Penchons-nous maintenant sur la voie suivie par l’Algérie depuis le début de ce conflit, et la solution prônée par ses gouvernants militaires, à savoir l’organisation d’un vote d’auto- détermination. Nous avons déjà consacré un article à ce sujet et expliqué l’impossibilité des belligérants de se mettre d’accord sur le nombre des sahraouis qui auraient le droit de participer au vote. Le Maroc compte en effet des milliers de personnes originaires du Sahara occidental qui avaient fui la colonisation espagnole pour se réfugier à l’intérieur du Maroc. L’Etat marocain exige également de s’assurer de l’origine des personnes séquestrées à Tindouf et dont une grande partie, pour ne pas dire la majorité, sont d’origine mauritanienne, malienne et nigérienne. Cette difficulté a été reconnue par l’Organisation des Nations Unies qui a opté, depuis lors, pour une solution négociée, acceptée par toutes les parties. D’où l’impasse. L’Algérie s’obstine et s’accroche fiévreusement à sa position, pourtant irréalisable de l’organisation d’un référendum d’auto- détermination. En tant que spécialiste du trafic des élections, elle croit que le Maroc va accepter ce genre de pratique parodique.

  Tous les pays et notamment les grandes puissances n’arrivent pas comprendre les raisons de cet entêtement des militaires d’Alger.

 * Est-ce le souvenir amer des défaites d’Amgala ?

 * Est-ce le rêve fou d’accéder à l’océan atlantique ?

 * Est-ce pour détourner l’opinion algérienne de la situation catastrophique que traverse le pays ? 

 * Est-ce la peur de perdre le pouvoir devant une pression populaire de plus en plus forte ?

  Dans tous les cas et quelle que soit la raison de son engagement dans ce conflit contre le Maroc, l’Algérie est actuellement l’objet de moult interrogations. Officiellement ses dirigeants expliquent leur implication dans ce dossier du Sahara par leur devoir de défendre les droits d’un peuple à l’autodétermination. Ils prétendent également, et jusqu’à présent, que l’Algérie n’est pas partie prenante dans l’affrontement qui oppose le Maroc au Polisario. C’est là une affirmation difficile à tenir.

 Le Polisario est un groupe de mercenaire de 20.000 individus environ, recrutés en majorité par l’Algérie dans ses pays limitrophes. Prétendre qu’il tient tête depuis 45 ans à un pays de 40 millions d’habitants et une armée de professionnels, super équipée, est tout simplement une hérésie. N’allons donc pas trop loin. Le conflit est bel et bien un problème entre l’Algérie et le Maroc. Il ne peut donc être résolu que par des pourparlers directs entre ces deux pays.

 Jusqu’à quand l’Algérie va-t-elle persister dans sa position de ni guerre ni paix et ses attaques contre les partisans d’une autonomie des Sahraouis ? D’ailleurs, à supposer même que les USA retirent leur reconnaissance de la marocanité du Sahara et que l’ONU s’éternise, encore quarante autres années, dans cette position hésitante pour satisfaire tous les belligérants. Qu’est-ce que cela va changer dans la situation ? Le Maroc va continuer à développer son Sahara, les grands pays s’investiront les uns après les autres dans la région, d’une manière ou d’une autre. Et l’Algérie, quant à elle, va continuer à se ruiner.

 C’est peut être, en fin de compte, une bonne chose pour le peuple algérien qui verra, très prochainement, disparaître ce régime impopulaire.


Moyenne des avis sur cet article :  2.13/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • karim 18 avril 00:23

    L’ancien envoyé de l’ONU au Sahara occidental, Christopher Ross, a confirmé que le Maroc s’était retiré du référendum d’autodétermination au Sahara occidental parce qu’il savait que le peuple sahraoui choisirait l’indépendance.

    Cela est intervenu lors d’un séminaire numérique, organisé mercredi par l’association « New York City Bar », sur la question du Sahara occidental

    Christopher Ross a ajouté que le Maroc est sûr que les Sahraouis veulent l’indépendance en faveur de leur République sahraouie, qui a tous les ingrédients pour réussir en tant qu’Etat indépendant.

    Pour sa part, l’ancien conseiller américain à la sécurité nationale, John Bolton, a indiqué que toute solution doit donner au peuple du Sahara occidental le droit à l’autodétermination.

    source : echoroukonline du 15/04/2021


    • titi 19 avril 09:52

      @karim

      « Christopher Ross a ajouté que le Maroc est sûr que les Sahraouis veulent l’indépendance en faveur de leur République sahraoui »

      Je ne sais pas qui est censé participer à ce référendum, mais la population des villes Dakhla, Layoune, Boujdour elle est totalement marocaine.

      Après je comprends le désarroi de ce monsieur.
      Parce qu’il faut les voir à Laayoune les « envoyés de l’ONU » dans leur 4x4 flambants neuf alignés devant les hôtels de luxe.
      Voilà une rente qui risque de s’éteindre.


    • karim 19 avril 11:10

      @titi
      Rabat a annexé de force 80% du territoire sahraoui et a encouragé l’implantation de centaines de colons pour changer la démographie du pays, mais il existe sans doute des statistiques sur la population sahraoui.


    • titi 19 avril 14:31

      @karim

      « mais il existe sans doute des statistiques sur la population sahraoui. »
      Celle qui est en Algérie alors, et qui bien entendu vote tout à fait librement.


    • Effondré remonté 18 avril 05:02

      On se demande bien quels seraient les ingrédients pour réussir en tant qu’Etat d’indépendant de cette bande de sable soi-disant « peuplée » de quelques milliers d’irrédentistes professionnels entretenus par l’Algérie ? ...quand on voit déjà le sort de la Mauritanie, autrement plus viable pourtant...


      • njama njama 19 avril 00:06

        Le roi Hassan II a revendiqué ces territoires du Sahara occidental au nom de l’Islam (sic), d’où l’appellation « Marche Verte », le Vert couleur de l’Islam, mais l’accaparement de ressources naturelles, les phosphates étaient peut-être un enjeu économique non négligeable principal.

        Et donc on a amené les gens dans le sud avec bus et camions ... forcément il a fallu une logistique importante, et cela n’aurait pu se faire sans importantes préparations et collaborations de personnes dans la société civile, et avec l’armée.

        J’ai voyagé plusieurs mois à travers le Maroc en 77 et 78, des jeunes m’ont raconté comment ils avaient enrôlés sur leurs lieux de travail ... direction le sud, sans même avoir été prévenu la veille !

        Maintenant la Marche Verte fait partie de la geste nationale ... est-ce pour cela et pour autant que l’occupation de ces zones désertiques serait légitime ?


        • babelouest babelouest 19 avril 09:08

          Si le gouvernement du Maroc était vraiment exemplaire à la différence de ceux de la France, de l’Algérie, des États-Unis, de toutes les autres parties prenantes, la question serait plus simple. Là, il est bien difficile d’avoir ne serait-ce que le début d’une opinion.


          • njama njama 19 avril 10:16

            Les espagnols cèdent le Sahara Occidental au Maroc et à la Mauritanie


            « SAHARA OCCIDENTAL : Origines et enjeux d’une guerre du désert »

            Le 15 octobre 1975, la Mission d’enquête de l’O.N.U. publia son rapport tant attendu qui, au grand déplaisir des gouvernements marocain et mauritanien, concluait que « la majorité de la population à l’intérieur du Sahara espagnol était manifestement en faveur de l’indépendance ».

            http://www.sahara-occidental.com/pages/informer/ressources/framsommsup.htm

            (il faut passer le pointeur de la souris sur les petits galets en haut de la Page pour le menu)

            la citation provient de la page le petit gallet à gauche


            • QAmonBra QAmonBra 19 avril 12:05

              @ l’auteur

              Ne vous déplaise, les sahraouis n’ont pas attendu l’autorisation de votre $ionnissime majesté, pour combattre et chasser l’Espagne franquiste de leur terre ancestrale, pendant que la monarchie prétendument chérifienne vendait ses frères arabes !

              On finit toujours par copier ceux qu’on adule, avec la complicité des fascistes espagnols, l’oligarchie marocaine a fait aux sahraouis ce que les $ionnards ont fait aux palestiniens avec la complicité des anglais : Une pure et simple substitution de colonialisme !

              Dont, par ailleurs, les dernières générations de l’ancienne puissance coloniale ont pleinement conscience et refusent.

              Si au proche orient, syriens et libanais ne marchent toujours pas dans cette arnaque coloniale des populations concernées, en en payant courageusement le prix fort, au maghreb c’est l’Algérie qui, a elle seule, bloque économiquement, militairement, politiquement et diplomatiquement ladite escroquerie.

              Mais faire changer de position à la nation au million de martyrs, en lui faisant payer également une addition aussi salée soit elle, est une autre paire de manche, car malgré tous les effort$ déjà déployés pour se faire depuis des décennies et d’ailleurs toujours en cours, l’opération reste obstinément infructueuse, de quoi enrager certains se prenant pour le nombril du monde et ne sachant plus quoi inventer, pour faire du tord à cette Algérie irréductiblement anticoloniale, tu m’étonnes mon $ionnard ! . . .


              • titi 19 avril 14:31

                @QAmonBra

                « à la nation au million de martyrs  »
                Vous parlez de quel pays ?
                Arrêtez de colporter les ragots du FLN. Personne n’y croit.


              • QAmonBra QAmonBra 19 avril 17:20

                @titi

                Le FLN est probablement en dessous de la vérité mon titi !

                Du temps de la colonisation française, l’Algérie rurale était sous administrée, il fallait soudoyer le caïd ou le bachagha du secteur pour enregistrer la naissance de son gosse, sans avoir la garantie que cela se fasse effectivement car c’était, comme aux temps féodaux, suivant son bon plaisir !
                Alors tu penses bien qu’à ce régime là, sous les ors de la très démocratique république française, le miséreux fellah du coin préférait garder ses œufs ou sa poule pour nourrir ses enfants !


                Avant, pendant et après avoir mis en camps de concentration près de 4 millions « d’indigènes », dont bon nombre sont morts d’épidémie dans ces maudits camps, les troupes coloniales ont commis les pires atrocités à l’encontre de populations essentiellement civiles, n’existant pas administrativement, après les avoir copieusement arrosé de napalm, dont l’usage officiellement n’existait pas bien sur !

                Sur le terrain, les pires étaient les militaires d’active et leurs troupes supplétives, les très zélées harkas et autres goumiers.

                Mais ce n’était pas une nouveauté pour l’armée française, ils avaient déjà « testé » ledit napalm en Indochine en 1951, tout comme ils avaient également, entre les deux guerres mondiales, employé le gaz moutarde contre les paysans du Rif marocain, dans le cadre d’une coalition comprenant aussi les troupes du roitelet de l’époque et celle de l’armée espagnole, précédemment décimée par les combattants de l’éphémère République de Abdelkrim El Khatabi, lors de la fameuse bataille d’Anoual  !

                Colonialisme et nazisme c’est blanc bonnet bonnet blanc ou, si tu préfère, kif kif bourricot mon titi, en te faisant grâce des massacres durant la conquête coloniale et après !

                Une preuve ?

                Devine qui était le commandant en chef des troupes françaises dans la guerre dite du Rif, et essaye de ne jamais oublier que les chiens ne font pas des chats . . .


              • titi 19 avril 22:03

                @QAmonBra

                Les estimations donnent une population d’à peine 2000000 d’âmes à l’arrivée des Français en 1830.

                Faire 4 millions de morts sur une population de 2, y’a pas à dire z’étaient efficaces nos militaires.

                Y’a pas vous êtes bien drôles vous et vos amis du FLN.


              • titi 19 avril 22:33

                @titi

                Hop petites recherches sur la population d’Algérie et de Madagascar :

                En 1901, source Atlas Hachette et Cie édition 1906.

                Algérie :
                Recensement de 1901 : 4 739 331 habitants
                Dont indigènes : 4 072 089 habitants  

                Madagascar
                Estimation de 1901 : 4 000 0000

                En 1966, source wiki
                Algérie     : 12 000 000
                Madagascar :  6 000 000

                Comment expliquez vous cette vitalité démographique d’un pays « génocidé » ?

                 


              • njama njama 19 avril 15:31

                Commentaire intéressant venant d’un article, c’est juste dommage que son auteure ne cite pas ses sources, si quelqu’un en aurait dans ce sens  ?

                HenrietteDiCastelli (---.---.164.195) 26 mars 2016 17:43

                A quand le réveil ? 

                Pourquoi ne pas dire que le Sahara occidental a fait l’objet d’un TROC SECRET entre l’Espagne et le Maroc ? 
                L’Espagne était d’accord d’évacuer le Sahara AU PROFIT DU ROYAUME et ce même royaume se devait de laisser les 2 Iles : Celta et Mila sous la dépendance de l’Espagne .

                Telle est la convention SECRÈTE entre les 2 monarchies.

                Je suis professeur d’histoire et je sais de quoi je parle puisque les documents existent prouvant que le SAHARA OCCIDENTAL n’a jamais appartenu au Maroc.

                N’avez-vous jamais remarqué que le Maroc ne revendique JAMAIS ces 2 îles ? Cela prouve quoi dans la tête d’une personne parfaitement équilibrée ?

                • njama njama 19 avril 15:32

                  Source : Affaire Sahraouie : Le terrorisme de la minorité
                  par kb samedi 26 mars 2016
                  https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/affaire-sahraouie-le-terrorisme-de-179144


                • njama njama 19 avril 15:40

                  Je crois qu’elle a voulu dire Ceuta et Melilla


                • QAmonBra QAmonBra 19 avril 18:40

                  @njama

                  Bonsoir,

                  Outre lesdites villes portuaires, il y a bien aussi quelques îlots espagnols, à un jet de pierre des cotes marocaines et revendiqués assez mollement par sa $ionissime majesté, vu que cela fait plusieurs siècles qu’ils sont occupés par l’Espagne, a se demander ce que foutait tout ce temps cette monarchie ?
                  Sans doute trop préoccupée a s’approprier foncièrement toutes les richesses du Maroc, plantations de hachich comprises. . .


                • Jonas 20 avril 15:09

                   Pauvre Algérie , pauvres Algériens. 

                   L’Algérie est toujours sous le régime militaire du FLN. C’est lui qui trie et choisi le président . Et son choix est toujours le même , désigner , des présidents, malades , qui passent plus de temps dans leur lit ou dans des hôpitaux à l’étranger, en laissant la clé du pays a une camarilla qui ruine le pays.   

                  Le régime moribond , depuis février 2019, utilise la répression et l’emprisonnement des journalistes qui couvrent les manifestations du Hirak. Au lieu de s’occuper des besoins des Algériens et d’ouvrir un dialogue avec les responsables kabyles . Non le régime militaire cherche comme il la toujours fait à détourner l’attention , en soutenant la  cause perdue du Sahara , qui se révèle une impasse pour le régime , qui ne sait plus quoi faire , pour résoudre ce conflit où il s’est fourvoyé. Ou de s’en prendre à la France. Ça mange pas de pain. 

                  Le régime des voleurs , des corrompus , n’a plus les moyens financiers d’arroser les pays Africains , pour les avoir sous la main dans les instances internationales. Le temps du ruissellement des pétrodollars est révolu. La richesse unique des hydrocarbures , ne peut plus aider à la distributions des denrées gratuites , pour calmer les esprits des Algériens des campagnes. 

                  Beaucoup de pays Africains comme d’autres pays se sont détournés de l’Algérie du FLN pour apporter leur soutien au Maroc. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité