• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le Venezuela dénonce une cyberattaque US contre le barrage d’El Guri, (...)

Le Venezuela dénonce une cyberattaque US contre le barrage d’El Guri, provoquant un blackout dans tout le pays

En France, comme dans les pays occidentaux impulsant avec les Etats-Unis la tentative de coup d’état contre le Venezuela, chacun aura pu observer les quasi cris de joie des médias célébrant la gigantesque panne de courant qui a plongé, pendant plus de 24h, 70% du pays dans le noir. Une panne au conséquences désastreuses pour l’économie du pays – elle devrait coûter sans doute plusieurs milliards d’euros de dégâts – et pour la vie quotidienne des vénézuéliens.

Le ministre des affaires étrangères Jorge Arreaza a dénoncé dans un communiqué sur son compte twitter :

“Tandis que la société vénézuélienne faisait face avec calme aux conséquences du sabotage électrique et que les employés de Corpoelec ont travaillé sans relâche, l’entourage de Donald Trump était en train de faire la fête se réjouissant, avec une perversion coupable, des ennuis du peuple du Venezuela.

Jorge Arreaza – ministre des affaires étrnagères du Venezuela

 

Immédiatement, le black-out a donné lieu à une campagne médiatique intense à l’international, pour s’en prendre au président élu du Venezuela, Nicolas Maduro, le putschiste Guaidó appelant à déclencher l’état d’urgence pour justifier une intervention militaire américaine contre le Venezuela. Les putschistes ont également tenté d’exploiter la situation pour essayer de retourner l’opinion, qui soutient très majoritairement le président Maduro et la révolution bolivarienne, comme l’ont démontré les urnes. Peine perdue, malgré les difficultés – dans un pays chaud comme le Venezuela, le black-out complique pourtant de façon très dure le quotidien, ne serait ce que pour conserver la nourriture en l’absence de frigo – c’est aux côtés de Maduro que les Vénézuéliens sont descendus massivement dans la rue le 9 mars, tandis que Guaidó peinait à rassembler quelques centaines de manifestants à Caracas.

manifestation pour la révolution bolivarienne et contre l’agression impérialiste US – Caracas 9 mars 2019

les cause de la panne géante : une cyber attaque

Le Venezuela dénonce une cyber-attaque contre sa principale centrale électrique étant à l’origine de la panne. Dans ce qui serait un gigantesque attentat contre le pays. Une telle cyber-attaque ne serait pas une première : on se souvient que les USA avec Israël avaient lancé une telle attaque contre des équipements nucléaires en 2015 en Iran.

La production électrique au Venezuela repose à 70% sur la centrale hydro électrique de El Guri, d’une puissance de 10 200 MW avec 20 turbines installées sur l’Orénoque. A lui seul, ce barrage produit autant que près de 10 centrales nucléaires en France. C’est le 4e plus grand barrage du monde.

C’est la panne du système de cette centrale hydroélectrique qui a privé le Venezuela de courant pendant de très longues heures.

Alors que plusieurs lignes électriques ont été endommagées, que plusieurs explosions ont affecté des transformateurs électriques, l’électricité n’est que partiellement rétablie dans le pays. Les connexions à internet sont elles interrompues aux 2/3.

 

Les turbines mises à l’arrêt par une cyber attaque

Le Venezuela a donné les causes de la panne de la centrale qui sont terribles. C’est une cyber-attaque qui a saboté trois des cinq générateurs de secours de la centrale. Le ministre Jorge Rodriguez a expliqué qu’en raison de l’attaque le système de contrôle de la centrale s’est mis en sécurité conduisant à l’interruption du fonctionnement de l’ensemble des 20 turbines hydro électriques, privant d’alimentation électrique le pays. En effet, la production électrique de la centrale est régulée par un système de contrôle moderne informatisé qui permet de piloter la production de la centrale afin de fournir à chaque moment la tension nécessaire au réseau.

Evolution du nombre d’adresse IP différentes connectés sur le réseau internet au Venezuela depuis le début du blackout

Alors qu’en moins de 24h le réseau était en passe d’être rétabli, la destruction d’une ligne électrique et de plusieurs transformateurs a considérablement ralenti le rétablissement du courant dans tout le pays.

Le Venezuela dénonce une attaque américaine

Le président du Venezuela a dénoncé une agression ignoble qui “affecte l’ensemble de la population, sans faire de distinction politique”. Le ministre, Jorge Rodrigez, a expliqué que les premières investigations montraient que le sabotage avait pour but de priver le peuple du Venezuela d’électricité pendant plusieurs jours. Il a pointé du doigt la revendication de l’attaque par le sénateur US, Marco Rubio, une des voix du régime US les plus en pointe dans l’agression contre le Venezuela qui, à peine quelques minutes après le début de la panne, a moqué la panne des générateurs de secours. “Comment Marco Rubio pouvait il savoir que les générateurs de secours étaient tombés alors qu’à ce moment là personne ne le savait ?” tonne le ministre bolivarien. Les déclarations de Rubio sonnent, en effet, comme une revendication de l’agression américaine.

Le gouvernement venezuelien a remercié les travailleurs de l’entreprise publique Corpoelec, l’équivalent de EDF au Venezuela, qui ont réussi à rétablir le courant. Le président Maduro a également remercié le peuple du Venezuela qui a réagi avec responsabilité et calme à “la plus brutale agression que le peuple du Venezuela ait eu à subir depuis plus de 200 ans”.

Le ministre vénézuélien de l’énergie, Motta Dominguez, alertait dans l’après midi de jeudi sur une nouvelle cyber-attaque ” le barrage a été une nouvelle fois l’objet d’une attaque dans une guerre électrique (…). Mais nous avons un gouvernement solide, ils ne nous démoraliseront pas et ne nous feront pas tomber. Ils y ont déjà échoué dans leurs tentatives précédentes et ils ne réussiront pas, non plus, cette fois ci.”

Reprenant les éléments de langage de Washington, sur les réseaux sociaux, immédiatement les comptes pro-coup d’état déversaient une propagande voulant faire croire que le blacout était le résultat d’un défaut de maintenance et d’un accident grave, diffusant une image d’une turbine cassée, censée être la tribune n°13 de la centrale de Guri, une image retweeté des milliers de fois. Propagande de guerre grossière, intox typique, puisqu’une simple recherche google permet de vérifier que cette image est celle d’un accident bien connu des hydroélectriciens survenus dans une centrale… russe, il y a plusieurs années.

Pour ceux qui douteraient de la réalité de la cyber-attaque, ils liront avec intérêt l’analyse publiée par le magazine Forbes peu suspect de sympathie chaviste, c’est le moins que l’on puisse dire, l’attaque américaine comme cause du black-out est très probable. Nous reproduisons et traduisons quelques extraits de ses explications, ci-après. Observons qu’une telle attaque est un motif supplémentaire de se mobiliser dès maintenant en France. Car elle montre ce dont est capable l’impérialisme US pour imposer sa domination sur le monde.

JBC pour www.initiative-communiste.fr

Pour le journal américain Forbes : une attaque américaine très probable

Pour le magasine américain Forbes, la cause de la panne géante peut tout à fait être une cyberattaque, c’est ce qu’explique le spécialiste Kalev Leetaru :

“alors que le Venezuela subit l’un des pires black out de la période récente, le gouvernement a expliqué que le chute du réseau électrique, téléphonique et internet était due à une cyber attaque pour débarquer son président. Tandis qu’en réalité le blackout peut être vraisemblablement causé à une sous financement chronique de l’infrastructure électrique et sa maintenance tardive, l’idée qu’un état étranger manipulant le réseau électrique pour obliger à un changement de gouvernement est très réaliste”

“Dans le cas du Venezuela, l’idée d’un gouvernement comme celui des USA agissant à distance sur le réseau électrique est actuellement très réaliste. Les cyber actions à distance ne demande que rarement une présence significative sur place, en faisant les opérations de manipulation non revendiquée idéale. Étant donné les préoccupations affichées de longues date du gouvernement US contre le gouvernement du Venezuela, il est probable que les USA maintiennent déjà une présence dans les réseaux d’infrastructure du pays,lui permettant d’interférer quasi directement dans les actions sur le réseau. Les infrastructures internet dépassées du pays et les infrastructures électriques ne présentent pas de défis formidable pour de telles opérations et rendent très faciles l’effacement des traces d’une interveniton étrangères”.

“Une perte de l’electricité et des connexions très larges comme le Venezuela vient de le vivre dans cette fin de semaine correspond bien à la cyber stratégie moderne. Couper la puissance à l’heure du pic de consomation, assurant un impact maximal sur la société civile et des torrents d’images post apocalyptiques médiatiques, correspond tout à fait aux opérations traditionnelles de propagande. L’une des tactiques que j’avais exposé des 2015 est de faire en sorte qu’une telle interruption se produise au moment du bouleversement de la société, de manière à délégitimer le gouvernement actuel alors qu’un gouvernement en attente s’est présenté comme une solution de rechange opportune.”

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.26/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • JC_Lavau JC_Lavau 11 mars 2019 14:19

    — ... Naturellement si vous êtes pris et pendus, le Département d’État niera toute implication... Rompez !

    Cette cabine s’autodétruira dans trente secondes.

    — Merde ! La porte est coincée !


    • joelim joelim 11 mars 2019 16:15

      — p’tain espèce d’idiot, fallait pas couper le courant tout de suite !!!


    • seul le contenu compte... seul le contenu compte... 12 mars 2019 11:57

      1 )
      Faire comme les states en 1970, dénoncer toutes les dettes contractée à l’étranger.
      2 )
      Attribuer à vie 10 hectares de terres cultivables à chaque famille ( quitte à les ’ prendre ’ aux actuels 150 familles ’ propriétaires ’ )
      3 )
      Généraliser la production d’électricité par mini centrales solaires, pas compliquées à mettre en oeuvre...
       
      Comment vont faire les médias ’ libéraux ’ qui appellent au meurtre du président, sans électricité ?
      Personne ne va pouvoir les ’ regarder ’...
       
      Les comités de quartier vont devenir les seuls moyens de s’informer...
        
      Je ne suis pas persuadé que cette ’ panne ’ va être à l’avantage du fumier qui appelait à une grève générale qui a fait pschit...
       


    • CoolDude 11 mars 2019 14:43

      https://www.sekurigi.com/2018/02/triton-nouveau-malware-sest-rapidement-connaitre/

      Dans le monde de la cybercriminalité, les attaques se font de plus en plus nombreuses et exceptionnellement impressionnantes. C’est dans cette nouvelle vision des malwares que Triton a vu le jour au mois d’août 2017 et s’est fait remarqué en causant des perturbations opérationnelles importantes dans l’infrastructure d’une gigantesque usine. En prenant connaissance de ce genre d’évènement, on est en droit de se demander si les attaques cybernétiques ne vont pas être plus dangereuses que certaines actions criminelles. Nous faisons le point dessus dans cet article.



      • Sergeant Pepper Sergeant Pepper 11 mars 2019 16:29

        "Tandis qu’en réalité le blackout peut être vraisemblablement causé à une sous financement chronique de l’infrastructure électrique et sa maintenance tardive...« 

        En fait, l’article de Forbes (que j’ai lu dans sa version originale) ne va certainement pas jusqu’à parler d’une »attaque américaine très probable« comme vous l’affirmez. Il se penche plus largement sur l’évolution des stratégies militaires et sur le recours de plus en plus probable dans le futur à la guerre cybernétique. Cependant, dans le cas de la panne qui vient de toucher le Venezuela, il dit très exactement ceci : »Bien qu’en réalité, la panne d’électricité au Venezuela fut très probablement due au sous-financement chronique de son infrastructure électrique et à un entretien remis à plus tard...". Ce qui est assez différent de la traduction que vous en proposez.


        • Sergeant Pepper Sergeant Pepper 11 mars 2019 16:31

          Le texte en anglais : "While the reality is that Venezuela’s blackout was most likely due to chronic underfunding of its electrical infrastructure and deferred maintenance..."


        • Alain 11 mars 2019 16:57

          @Sergeant Pepper
          Le reste de la phrase c’est à dire la suite de vos trois... n’est-elle pas :
          « the idea of a foreign nation state manipulating an adversary’s power grid to force a governmental transition is very real. »

          Donc, la traduction qu’en a fait l’auteur est juste.

          Le reste de l’article ne cite donc pas (un peu) les USA ?
          « In the case of Venezuela, the idea of a government like the United States remotely interfering with its power grid is actually quite realistic. »

          Donc, merci de lire en entier les textes et de ne pas raccourcir les phrases avec des ... afin de tronquer l’information pour que celle-ci aille dans votre sens.


        • Sergeant Pepper Sergeant Pepper 11 mars 2019 17:45

          @Alain
          Je ne tronque absolument pas l’info pour qu’elle aille dans mon sens (je n’ai pas plus de sympathie pour Maduro que pour Guaido, donc pas de champion à défendre). Je n’ai pas cité la deuxième partie de la phrase tout simplement car celle-ci ne m’a posé aucun problème : l’auteur du présent article, devenu soudain un traducteur convenable, en a proposé une traduction pour le moins correcte.

          Cependant, il n’en reste pas moins qu’écrire la phrase sans la tronquer ne change rien au schmilblick. On y trouve toujours « fut très probablement due » (et non, comme le dit notre auteur, « peut être vraisemblablement causé ») : « Bien qu’en réalité, la panne d’électricité au Venezuela fut très probablement due au sous-financement chronique de son infrastructure électrique et à un entretien remis à plus tard, l’idée d’un état-nation étranger manipulant le réseau électrique d’un adversaire pour imposer une transition gouvernementale est, elle, bien réelle. »

          Cela dit, si vous avez vu dans l’article de Forbes (au-delà de l’admission que les Américains ont les moyens et la volonté de se livrer à des cyberattaques) une ou plusieurs phrases dans laquelle/lesquelles il soit écrit que les USA sont à coup sûr ou presque à coup sûr derrière cette panne, citez.



        • Sergeant Pepper Sergeant Pepper 11 mars 2019 18:10

          En fait, Alain, pour ce que j’en sais (ou n’en sais pas), il n’est pas inconcevable que cette panne soit le résultat d’une cyberattaque. Les USA, comme tant d’autres pays, ont les moyens de mener de telles actions. Ce n’est pas cela que je discute ici mais une traduction (volontairement ?) douteuse, ainsi qu’une déclaration (« une attaque américaine très probable ») basée sur un article de Forbes dans lequel on ne trouve pourtant rien d’aussi péremptoire.


        • Garibaldi2 12 mars 2019 09:50

          @Sergeant Pepper

          Voici la traduction complète de l’article de Forbes réalisé par le traducteur automatique de Google. Pas de manip possible.

          ’’Alors que le Venezuela subissait l’une des pires pannes de mémoire de cette semaine, le gouvernement a déclaré à plusieurs reprises que la panne d’électricité, le téléphone et Internet étaient dus à une cyberattaque étrangère cherchant à renverser son président. Bien que la panne d’électricité au Venezuela soit probablement due au sous-financement chronique de son infrastructure électrique et à un entretien différé, l’idée d’un État-nation étranger manipulant le réseau électrique d’un adversaire pour forcer une transition gouvernementale est bien réelle.

          En 2015, j’ai exploré le concept de « cyber-grève en premier » dans lequel les gouvernements se tournaient de plus en plus vers la cyberguerre, que ce soit seul ou dans le cadre d’une guerre hybride, afin d’affaiblir un adversaire avant l’invasion conventionnelle ou de forcer et de nier une transition sous un gouvernement étranger. .

          Interrompre les sources d’alimentation en eau et en électricité, perturber le trafic, ralentir ouAlors que le Venezuela subissait l’une des pires pannes de mémoire de cette semaine, le gouvernement a déclaré à plusieurs reprises que la panne d’électricité, le téléphone et Internet étaient dus à une cyberattaque étrangère cherchant à renverser son président. Bien que la panne d’électricité au Venezuela soit probablement due au sous-financement chronique de son infrastructure électrique et à un entretien différé, l’idée d’un État-nation étranger manipulant le réseau électrique d’un adversaire pour forcer une transition gouvernementale est bien réelle.

          En 2015, j’ai exploré le concept de « cyber-grève en premier » dans lequel les gouvernements se tournaient de plus en plus vers la cyberguerre, que ce soit seul ou dans le cadre d’une guerre hybride, afin d’affaiblir un adversaire avant l’invasion conventionnelle ou de forcer et de nier une transition sous un gouvernement étranger. .

          Interrompre les sources d’alimentation en eau et en électricité, perturber le trafic, ralentir ou entraver l’accès à Internet, détraquer les maisons intelligentes et même déclencher à distance des effondrements de centrales nucléaires étaient autant de sujets de plus en plus débattus à l’époque dans la communauté de la sécurité nationale à tactique pour saper un État étranger.

          Dans le cas du Venezuela, l’idée qu’un gouvernement comme les États-Unis interfère à distance avec son réseau électrique est en réalité très réaliste. Les cyber-opérations à distance nécessitent rarement une présence terrestre importante, ce qui en fait l’opération d’influence déniable idéale. Compte tenu des préoccupations de longue date du gouvernement américain envers le gouvernement du Venezuela, il est probable que les États-Unis maintiennent déjà une présence profonde dans le réseau d’infrastructures national du pays, ce qui le rend relativement facile à interférer avec les activités du réseau. Les infrastructures Internet et électriques obsolètes du pays présentent peu d’énormes problèmes pour de telles opérations et facilitent l’élimination de toute trace d’intervention étrangère.

          Les coupures de courant et de connectivité généralisées telles que celle qu’a connue le Venezuela la semaine dernière sont également tirées du livre de jeu cyber moderne. La réduction de la puissance aux heures de pointe, assurant un impact maximal sur la société civile et de nombreuses images post-apocalyptiques médiagènes, s’inscrit parfaitement dans le moule d’une opération d’influence traditionnelle. L’une des tactiques exposées dans mon résumé de 2015 est de faire en sorte qu’une telle interruption se produise au moment du bouleversement de la société, de manière à délégitimer le gouvernement actuel comme un gouvernement en attente s’est présenté comme une solution de rechange opportune.’’ entraver l’accès à Internet, détraquer les maisons intelligentes et même déclencher à distance des effondrements de centrales nucléaires étaient autant de sujets de plus en plus débattus à l’époque dans la communauté de la sécurité nationale à tactique pour saper un État étranger.

          Dans le cas du Venezuela, l’idée qu’un gouvernement comme les États-Unis interfère à distance avec son réseau électrique est en réalité très réaliste. Les cyber-opérations à distance nécessitent rarement une présence terrestre importante, ce qui en fait l’opération d’influence déniable idéale. Compte tenu des préoccupations de longue date du gouvernement américain envers le gouvernement du Venezuela, il est probable que les États-Unis maintiennent déjà une présence profonde dans le réseau d’infrastructures national du pays, ce qui le rend relativement facile à interférer avec les activités du réseau. Les infrastructures Internet et électriques obsolètes du pays présentent peu d’énormes problèmes pour de telles opérations et facilitent l’élimination de toute trace d’intervention étrangère.

          Les coupures de courant et de connectivité généralisées telles que celle qu’a connue le Venezuela la semaine dernière sont également tirées du livre de jeu cyber moderne. La réduction de la puissance aux heures de pointe, assurant un impact maximal sur la société civile et de nombreuses images post-apocalyptiques médiagènes, s’inscrit parfaitement dans le moule d’une opération d’influence traditionnelle. L’une des tactiques exposées dans mon résumé de 2015 est de faire en sorte qu’une telle interruption se produise au moment du bouleversement de la société, de manière à délégitimer le gouvernement actuel comme un gouvernement en attente s’est présenté comme une solution de rechange opportune.’’

          suite sur post suivant .....


        • Garibaldi2 12 mars 2019 09:52

          Suite et fin :

          ’’D’autre part, les pannes sont courantes au Venezuela en raison d’années de mauvaise gestion du réseau. Le réseau électrique du pays n’a pas besoin de l’aide de la NSA pour subir un nouvel arrêt. En effet, la panne de la semaine dernière était bien plus probablement le résultat naturel d’équipements de production et de distribution mal entretenus que la cyberattaque ciblée menée aux États-Unis.

          Pourtant, c’est précisément pour cette raison que la cyberguerre est un outil d’influence si puissant. La plupart des pays, y compris les États-Unis, ont été préoccupés par leur infrastructure de services publics vieillissante et de plus en plus surchargée. Une centrale électrique en arrêt suite à un équipement défectueux ou à une ligne de transmission surchargée défaillante est plus susceptible de donner lieu à un sous-investissement qu’à une cyberattaque étrangère. Une ligne électrique défaillante provoquant un incendie de forêt serait considérée comme un mauvais entretien préventif plutôt que par un sabotage délibéré par un étranger.

          Les opérations d’influence sont conçues pour inciter un pays à atteindre un résultat particulier. Le vieillissement des infrastructures des services publics constitue un véhicule idéal pour de telles opérations, car la responsabilité des défaillances du réseau revient généralement aux responsables gouvernementaux pour ne pas avoir correctement supervisé ces infrastructures, même si elles sont détenues et entretenues par des sociétés privées. Les cyberattaques contre les services publics ont la capacité de perturber toutes les facettes de la vie moderne et de générer des images médiagènes sans risque excessif pour le pays initiateur, ce qui en fait une arme presque parfaite.

          En résumé, il est fort probable que la panne d’alimentation de la semaine dernière au Venezuela soit le simple résultat des problèmes d’infrastructure du pays, et non d’une cyberaction ciblée des États-Unis visant à renverser le président Maduro. Cependant, l’incapacité à écarter définitivement toute intervention américaine ou étrangère, délibérée ou accidentelle, démontre le pouvoir incroyable de l’utilisation des cyberattaques pour cibler les services publics. De telles pannes peuvent rapidement retourner une population contre son gouvernement tout en rendant presque impossible la preuve définitive d’une intervention étrangère.

          En fin de compte, indépendamment de ce qui s’est réellement passé la semaine dernière au Venezuela, il est probable que les attaques d’infrastructure basées sur le cyber continuent de croître en tant qu’arme de guerre moderne.’’


        • JP94 11 mars 2019 16:55

          Les Etats-unis ont à la fois les moyens de mener des guerres sans représailles de la part des Etats agressés, ni de pays dirigés par leur féaux occidentaux, à qui ils laissent mener des guerres : c’est beau d’être alliés pour se partager le gâteau et se dédouaner des crimes.

          L’essentiel est que les médias n’alertent pas l’opinion, car les manifs comme celles contre la Guerre du Vietnam, ça la fiche mal...mais qui condamne les Etats-unis pour l’Agent Orange qui doit encore avoir provoqué, près de 50 ans après 1 000 000 de victimes ( malformations congénitales notamment) : le monstre congénital reste l’impérialisme américain, mais ce mot fait tâche aujourd’hui. De Lyndon Johnson à Obama, et depuis, en passant par Hillary Clinton, rien n’a changé. 

          Pas de manifs de masse : tout est permis. 

          Mais ceux qui nous disent que Maduro est un dictateur sont muets sur les fascistes, qu’ils cautionnent : en fait des fascistes honteux, qui font mine de honnir le crime et se posent en donneurs de leçons. 

          Il y a déjà une cyber-attaque américaine contre le Venezuela de Chavez,portant sur le système de gestion de pétrole. Un Vénézuélien m’en avait parlé jadis. (peut-être en 2002)


          • Sergeant Pepper Sergeant Pepper 11 mars 2019 18:24

            Ce qu’en pensent les anarchistes vénézuéliens : « Otra vez MEGA apagón, y otra vez desmontando la farsa oficial »


            • phan 11 mars 2019 18:46
              Plus fort que Stuxnet, CrashOverride :
              Des chercheurs en sécurité ont identifié un virus qui aurait servi à mettre temporairement hors service une centrale électrique en Ukraine en décembre 2016. Ce logiciel présenté comme l’outil le plus élaboré jamais utilisé pour le sabotage d’installations physiques pourrait être adapté pour attaquer des infrastructures de contrôle de la circulation ou des réseaux hydrauliques.

              • Traroth Traroth 11 mars 2019 18:51

                L’article de Wikipédia en anglais détaille les investissements et rénovations qui ont eu lieu au barrage de Guri :

                « In 1978, C.V.G. Electrificación del Caroní, C.A.(EDELCA) awarded Hitachi the contract to install the 10 turbines of Phase 2.

                In 1985, Hitachi installed a computer system for the powerhouse for then owner C A E International ; it also designed, manufactured and installed a monument called »Torre Solar« . In 1988, Hitachi, Ltd founded affiliate company HPC Venezuela C.A (or VHPC), which stands for Hitachi Plant Engineering and Construction.[8]

                In 1989 Hitachi installed baffles and draft tubes for twelve 730 MW units in Power House 2.[9] It did a major overhaul of 180 MW generating water turbine units number 1, 2 and 3 in Power House 1 and revamped guide rings on 730 MW generating units number 13 to 20 in Power House number 2 until 1993.[9]

                From 1992 until 1997 C.V.G. Electrificación del Caroní, C.A.(EDELCA) revamped runner cones of 730 MW generating units in Power House 2, units 11, 13 until 20. From 1997 until 1998 Hitachi did a major overhaul of 223 MW generating water turbine units number 5 and 6 in Power House 1 and sent welders for repairs in runner vanes of unit 11 and 12.

                In 1998, EDELCA refurbished two floodgates, and from 1999–2001, it overhauled the 270 MW generating water turbine units number 4 and 7 in Power House 1.[9]

                From 2002–2005 G.E. NORCAN Hydraulic Turbine Inc Proyecto Guri II (Venezuela) disassembled, refurbished and reassembled 5 units : During 2002, Mitsui de Venezuela, C.A. (for Toshiba) helped remove Unit 13 rotor blocks and EDELCA supplied steel for the extension of metallic lining of Unit 18’s aspiration tube in Power House 2. From 2002–2003, CVG rehabilitated valves and pipes of Unit 19’s generator cooling system in Power House 2 ; Mitsui repaired and assembled the rotor of unit 13 and took corrective measures for the stator in Power House 2, while CVG rehabilitated valves and pipes of unit 13’s generator cooling system.[9] During 2003, CVG machined holes of unit 19’s stator base in Power House 2. From 2003–2004, Mitsui overhauled unit 17’s generator in Power House 2. From 2004–2005, CVG rehabilitated the cooling system in units 14 and 17 in Power House 2. During 2006, CVG refurbished runners of units 16 and 20 and later 9. From 2006–2009, Alstom Hydro Venezuela S.A. worked on rehabilitation of an overhead crane in Power House 1 and 2 and other rehabilitation until 2011. From 2007–2008, CVG repaired runner blades of Unit 7 »


                https://en.wikipedia.org/wiki/Guri_Dam


                Donc les propagandistes qui cherchent à faire croire que cet équipement n’était pas entretenu vont devoir changer de stratégie.


                • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 mars 2019 20:55

                  @Traroth

                  On va vers ’HORREUR d’une riposte sans doute anonym qui ciblera volontairement des innocents aux USA pour souligner que le « tout est permis » se joue à deux... C’est la conclusion inéluctable de l’approche « terroriste » qui a été privilégiée depuis mainenant des décennies... C’était sans doute la seule façon de tenter de dépasser l’inhumanité de la Guerre de 14-18...

                  Dans ce contexte de massacre des innocents, l’assassinat ciblé de tout coupable devient une bonne nouvelle.

                  PJCA 


                • Traroth Traroth 12 mars 2019 13:06

                  @Pierre JC Allard
                  Vous êtes en train d’accuser le Venezuela de terrorisme, c’est ça ?


                • Zolko Zolko 12 mars 2019 16:01

                  @Traroth : selon votre propre lien il n’y a plus rien eu depuis 2009, soit 10 ans. Un équipement qui n’est pas entretenu pendant 10 ans va avoir des pannes, c’est sûr, et pas la peine d’en appeler à la CIA ou des cyberattaques.
                   
                  Et c’est pas juste l’entretient des équipement, mais la formation des ingénieurs qui en pâtit : ils ne savent plus quoi et comment réparer, probablement plus de pièces de rechanges, plus d’outils disponibles, plus de documentation ...


                • Traroth Traroth 12 mars 2019 16:04

                  @Zolko
                  Il s’agit là des programmes lourds d’investissement et de renouvellement. Non, on ne change pas les générateurs tous les ans, dans un barrage hydro-électriques. Et les derniers travaux se sont terminés en 2011, ne vous en déplaise.


                • Traroth Traroth 12 mars 2019 16:07

                  @Zolko
                  J’ajouterais que le document utilisé par Wikipédia date de 2016.

                  http://www.vhpc.com.ve/html/eng/p_records/pr_Summary_of_performance.php


                • CN46400 CN46400 12 mars 2019 17:08

                  @Zolko
                  Raisonnement limité, il y a une vingtaine de générateurs sur ce barrage, sans compter les réserves en secours, tous ne peuvent tomber en panne au même moment...De plus une ligne de sortie THT a été sabotée quelques heures plus tard, trop de coïncidences pour ma religion...


                • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 mars 2019 20:42

                  Personne ayant une once de bon sens ne doute que le sabotage de cette infrastructure au Venezuela ait été l’oeuvre des USA. Le croire serait comme prétendre que tous les gens morts a Auschwitz sont décédés du typhus . Remarquez qu’il y en a pour défendre cette thèse, mais la plupart du temps on les soigne.... 

                  Quand les USA ont choisi cette voie de détruire les infrastructures du Venezuela, ils ont fait un pas vers leur propre perte, car RIEN ne peut protéger TOUT et TOUT LE MONDE contre les gestes vengeurs d’un nombre significatif d’individus qui ne veulent rien y gagner mais seulement se venger. Il n’y a pas un barrage ou autre infrastructure, aux USA comme ailleurs, qu’un individu qui a fait le sacrifice de sa vie ne peut pas détruire facilement. Un scénario de fin du monde. La fin de NOTRE monde.....

                  PJCA


                  • Xenozoid 11 mars 2019 20:45

                    @Pierre JC Allard

                    mais tu vois je pense comme toi,mais ce n’est pa le vénézuela qui est visé,c’est l’illusion de controle


                  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 mars 2019 20:59

                    @Xenozoid

                    OUI.. Et la riposte sera donc contre qui détient ou semble détenir un contrôle...

                    PJCA


                  • CN46400 CN46400 12 mars 2019 07:46

                    Et personne pour faire le lien avec l’annonce de Guaido, 48h avant la « panne », d’une grève générale....


                    • Spartacus Lequidam Spartacus 12 mars 2019 12:29

                      Les copiés collés de la prose de la dictature pour essayer de passer au dessus de l’information réelle sont affligeants.

                      Et dire qu’il y en a qui la reproduisent et qui fantasment sans même y réfléchir avec un minimum de bon sens, et tellement ils veulent faire croire que le viol de la population par les communistes gouvernementaux c’est de l’amour....

                      Bien évidemment absolument aucun journaliste de Forbes, ni le journal Forbes ne disent que c’est une cyberattaque... smiley  smiley

                      Le lien est juste une page de blog proposé par Forbes a ses lecteurs pour faire un article et écrite par un quidam qui a mis un article comme d’autres ici en mettent sur Agoravox.

                      Une cyberattaque sur l’électricité d’un barrage, c’est comme une cyberattaque pour pour attaquer une cafetière. C’est n’importe quoi.

                      Dans un pays ou l’état n’est que corruption, et mafia, l’information truquée comme les élections ou les institutions, elle a bon dos la farce de la cyberattaque....

                      Quel n’importe quoi.


                      • seul le contenu compte... seul le contenu compte... 12 mars 2019 12:54

                        @Spartacus
                         
                        Si la cafetière que tu invoques comme digression fournissait la moitié de ce qui te tient d’intellect, tu ne pourrais plus écrire quoi que ce soit.
                        Bah non, vu ton niveau, divisé par 2, c’est en dessous de la crétinerie clinique...
                         
                        corruption et mafia ?
                        Tu as ’ sans doute ’ des articles du « Forbes » pour étayer tes affirmations...
                         
                        Le plus pathétique, spartaguguss, reste que tu te discrédites toi-même en ridiculisant le concept même de caricature...
                         
                        Tu serais pitoyable si tu ne le savais pas, mais tu le sais...
                         
                        L’information est tronquée par les médias privés qui appellent au meurtre du président ?
                        Oui elle est ’ tronquée ’ ( comme quoi quand tu lis un mot nouveau, tu réussis à te l’approprier, vilain copieur... ).
                         
                        Comme quand tu affirmais, dans un de tes ’ articles ’, que la pénurie de PQ au Venezuela n’était pas le fait des importateurs qui avaient décidé de faire le blocus pur et dur.
                         
                        Les institutions truquées ?
                         
                        Tu n’as même pas conscience que chacun de tes commentaires est contre-productif dans la propagande ultra-libérale que tu voudrais pourtant perpétrer...
                         
                        Mais c’est à cela que l’on vous ’ distingue ’...
                         


                      • Spartacus Lequidam Spartacus 12 mars 2019 14:17

                        @seul le contenu compte...

                        Merci de cet exellent rappel de cet article de 2016.  smiley
                        https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/venezuela-en-pays-du-tiers-monde-180886

                        Je me rappelais plus que déjà j’avais exposé à cette époque les pb d’électricité et la corruption, et que le gouvernement avait acheté 40 centrales électriques à Cuba, et qu’elle n’ont jamais été construites...

                        Mais que le pognon avait bien été dans des poches...de Maduro et sa clique.

                        Elles sont ou les centrales électriques ?
                        Si le pognon n’avait pas été encaissé par la caste coco, peut être que les gens auraient de l’électricité...

                        Je viens même de trouver une article en 2015 qui accusait déjà l’incurie de la corruption dans l’électricité au Venezuela...

                        On accusait pas les Americains mais un « iguane » rentré dans les tuyaux du barrage...  smiley  smiley
                        https://panampost.com/sabrina-martin/2015/04/30/venezuela-rations-electricity-amid-crippling-blackouts/

                        Et ici un article de 2018 qui montre que les chinois ont prête de l’argent au Venezuela pour Corpoelec (entreprise publique d’électricité) pour construire des centrales électriques, et que Dieguito Salazar  le milliardaire de la corruption mis en place par Chavez à touché 10% sur des comptes à Andore qu’il a partagé avec la fille de Chavez. 
                        https://elpais.com/internacional/2018/03/20/actualidad/1521565763_095562.htm l


                      • Traroth Traroth 12 mars 2019 16:09

                        @Spartacus
                        « Une cyberattaque sur l’électricité d’un barrage, c’est comme une cyberattaque pour pour attaquer une cafetière. C’est n’importe quoi. »

                        C’est surtout votre phrase qui est du grand n’importe quoi !


                      • seul le contenu compte... seul le contenu compte... 12 mars 2019 17:59

                        @Spartacus
                         
                        Fais gaffe, il paraît que ça rend sourd...
                        Déjà que t’es plutôt assez limité, si en plusse tu deviens sourd, que va-t-il te rester...
                          


                      • Spartacus Lequidam Spartacus 13 mars 2019 09:00

                        @seul le contenu compte...

                        Je crois qu’il faut t’expliquer et te montrer un exemple quelqu’un de « limité ».

                        Un individu qui sur AGORAVOX personnalise, diabolise et insulte toute personne qui n’est pas dans son idéologie dans 98% de ses interventions.

                        Qui sois incapable de sortir des arguments concrets et une analyse contradictoire sauf encore et toujours agresser la personne est une personne limité.

                        Toute reconnaissance avec une personne sur ce fil serait bien entendu une coïncidence.


                      • seul le contenu compte... seul le contenu compte... 13 mars 2019 11:03

                        @Spartacus
                         
                        Suave, de la part d’un mec présentant une obsession antisociale relevant de la psychiatrie clinique tout en revendiquant être à la fois dirigeant de multinationale, financier hors-pairs et autres billevesées de mythomane-psychopathe...
                          


                      • Spartacus Lequidam Spartacus 13 mars 2019 13:08

                        @seul le contenu compte...

                        Extrêmement limité.  smiley
                        Juste de l’insulte personnelle se ses propres interprétations caricaturales.
                        Un montré de lacunes intellectuelles et sociales a accepter la liberté d’opinion.


                      • seul le contenu compte... seul le contenu compte... 13 mars 2019 19:44

                        @Spartatroll
                         
                        Le plus simple, spartatroll, serait que tu publies un petit compte-rendu d’une A.G. que tu ’ présides ’, même caviardée...
                         
                        Mais tu ne seras pas même capable d’obtenir cela d’un de ceux que tu peux éventuellement côtoyer de loin...

                        Ils ne sont pas fous... eux...
                         
                        Pathétique un jour, pathétique toujours...
                         


                      • Spartacus Lequidam Spartacus 14 mars 2019 09:22

                        @seul le contenu compte...

                         smiley  smiley  smiley
                        Ceux des assemblées extraordinaires sont déjà publiés au greffe du tribunal de commerce.

                        Déja je vois pas en quoi un compte rendu d’assemblée est quelque chose de fantastique ou un exploit..... 
                        Ni que diriger une entreprise soit une rareté. Nous sommes 2,7 millions. Et aucun rapport à l’article, ou mes commentaires.... Et en quoi une position sociale ou ce qu’un commentateur en dit aie une importance sur l’article ou les commentaires d’un sujet qui ne s’en rapporte absolument pas.

                        A part essayer stupidement de justifier tes frustrations d’être incapable de répondre a des vrais arguments et montrer que tu démontre que tu es « limité » a créer un article, « limite » à t’exprimer normalement, et incapable d’accepter la contradiction.

                        Bref 98% de tes commentaires sont des attaques personnelle stériles et hors sujet.
                        Agresser les gens qui contredise ton idéologie ne pensent pas comme toi est ton seul leitmotiv... Un comportement aggressif anti-social.
                        On comprend que tu jalouses tout ce qui ressemble a des gens qui expriment une réussite. Ce comportement qui semble récurent et dominateur à du déjà te nuire a une réussite personnelle qui forge tes convictions.
                        Cherche donc la cause de tes doutes et tes échecs en toi-même, et arrête d’en accuser les autres.


                      • CN46400 CN46400 12 mars 2019 16:57

                        Les chinois veulent nous espionnent avec la 5G de Uawei, mais jamais les USA n’aurait installé au Vénézuéla un système de télécommande d’une centrale électrique sans garder un accès, ne serait-ce que pour les mises à jour....


                        • CN46400 CN46400 12 mars 2019 17:12

                          @Claire
                          Quand une entreprise US travaille à la fois pour l’état vénézuélien et pour le Pentagone, que peut-elle refuser à la CIA ?....


                        • CN46400 CN46400 12 mars 2019 17:17

                          @Claire
                          « mais qu’ils révèlent au monde la nature de leur codes malicieux »
                          Qui avait affirmé que l’Irak était couvert « d’armes de destruction massives » ?....


                        • CN46400 CN46400 13 mars 2019 07:59

                          @Claire
                          « si les USA ont pu mentir au sujet des armes de destruction massive de Saddam »
                          Si vous avez encore confiance aux USA, voir et revoir le doc diffusé hier soir sur Arte....


                        • Laurent 47 13 mars 2019 17:29

                          Mais quand est-ce qu’on va être débarrassé une fois pour toutes de cette racaille néo-nazie américaine qui veut dominer le monde à toute force, alors qu’elle n’en a manifestement plus les moyens ?

                          Et Mike Pompeo-pyromaneo aura beau s’agiter dans le bocal qu’il partage avec Juan Guaido, il n’arrivera à rien avec toute la Communauté Internationale contre lui.

                          Je parle de la vraie Communauté, c’est-à-dire des 5.780.200.930 d’habitants qui ne font pas partie de la « Communauté Internationale » américaine ( 22,9 % ), bien qu’ils représentent 77,1 % de la population terrestre !


                          • Xenozoid 13 mars 2019 17:59

                            face book istagram rt are all down


                            • phan 14 mars 2019 11:33
                              « Pas de salaire. Pas de mur. Maintenant, pas de Boeing 737 Max. Ensuite, pas de gros con de Trump ».

                              Iran, Venezuela : Même motif, même punition : Nitro Zeus

                              Nitro Zeus est le nom de projet d’un plan complet de cyberattaques bien financé, créé comme stratégie d’atténuation après la campagne contre les programmes malveillants Stuxnet et ses suites. [1]
                              Contrairement à Stuxnet, chargé sur un système après la phase de conception pour en affecter le bon fonctionnement, les objectifs de Nitro Zeus sont intégrés à un système pendant la phase de conception, à l’insu des utilisateurs. Cette fonctionnalité intégrée permet une cyberattaque plus sûre et plus efficace contre les utilisateurs du système. [2]
                              Les informations sur son existence ont été recueillies lors de recherches et d’entretiens menés par Alex Gibney pour son film documentaire Zero Days . L’infiltration généralisée à long terme proposée des principaux systèmes iraniens perturberait et dégraderait les communications, le réseau électrique et d’autres systèmes essentiels, comme le souhaitaient les cyber-attaquants. Cet objectif devait être atteint par des implants électroniques dans les réseaux informatiques iraniens. [3] Le projet a été considéré comme une voie dans les alternatives à la guerre à grande échelle. Ce type de plan n’était plus nécessaire après la signature de l’accord sur le nucléaire iranien , même s’il est peu probable que des implants fonctionnels dans les systèmes d’infrastructures SCADA critiques de l’Iran soient retirés.

                              [1] Szoldra, Paul (2016-07-06). « The US could have destroyed Iran’s entire infrastructure without dropping a single bomb ». Business Insider.

                              [2] Alex Gibney Zero Days documentary film

                              [3] Sanger, David ; Mazzetti, Mark (2016-02-17). « US Had Cyberattack Planned if Iran Nuclear Negotiations Failed ». New York Times.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité