• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les crimes contre les civils du Donbass par l’armée ukrainienne (...)

Les crimes contre les civils du Donbass par l’armée ukrainienne continuent - Aucune condamnation de l’OSCE

Après les tirs d'un soldat ukrainien hier dans une foule de civils au point de passage de Mayorsk, qui ont fait deux morts et deux blessés, la communauté internationale et surtout l'OSCE dont c'est pourtant la mission, se font remarquer par leur silence, alors qu'ils sont bien prolixes concernant les crimes de guerre commis contre les civils d'Alep Est (ceux d'Alep Ouest semblent moins intéressants pour la communauté internationale).

Malgré la présence d'Alexander Hug à Donetsk, en dehors des photos et rapports de ses visites sur divers points chaud de la ligne de front, comme la station d'épuration de Yasinovataya, l'OSCE se fait remarquer par l'absence à la fois d'un rapport mais aussi d'une condamnation officielle de l'incident de Mayorsk, tout comme il n'a émis aucune condamnation pour le bombardement le 11 décembre de l'école et des habitations civiles de Sakhanka.

Lors du point presse d'Alexander Hug le 14 décembre 2016, après un laïus sur les souffrances des civils vivant sur le front, dont on sent à ses expressions faciales que cela n'affecte guère M. Hug, celui-ci sort de son chapeau la question des organisations humanitaires internationales qui doivent je cite « être autorisées par la république à venir apporter de l'aide à ceux qui en ont besoin ».

Cette sortie serait drôle si elle n'était pas aussi grave, après que plusieurs organisations humanitaires étrangères se soient vues retirées leurs accréditations pour violation des règles régissant leur travail (stockage de grandes quantités de psychotropes non déclarées, espionnage concernant les positions et unités militaires présentes sur le front, conduite en état d'ivresse récemment pour un employé de la Croix-Rouge à Lougansk, etc).

M. Hug se croit permis de donner son avis sur qui devrait ou non être autorisé à venir faire n'importe quoi dans les deux républiques populaires. On croit rêver.

Il continue en déclarant qu'en plus du cessez-le-feu, les civils ont besoin d'aide. Merci Monsieur de La Palice on ne s'en serait pas doutés sans vous. Le problème c'est que le cessez-le-feu que l'OSCE est censé aider à maintenir, ne tient pas, justement à cause du fait que l'OSCE ne fait pas son travail correctement. Ou pour dire çà autrement, quand l'hôpital se moque de la charité…

Hug parle ensuite de l'incident qui a eu lieu le matin même, confirmant qu'un civil a reçu une balle en pleine tête, et que les observateurs de l'OSCE écumaient les hôpitaux de la région pour retrouver les personnes blessées lors de cet incident. Il indique ensuite que tout sera dans le rapport publié le lendemain vers midi (soit aujourd'hui), mais qui en fin d'après midi n'est toujours pas disponible sur leur site…

Le meilleur vient après. Au lieu de blâmer la partie ukrainienne pour ce crime de guerre, M. Hug renvoie les deux parties dos à dos en indiquant que cela montrait la nécessité pour les « deux parties du conflit de prendre des mesures pour réellement protéger les civils  ». Sic. Oui oui vous avez bien lu, un soldat ukrainien assassine un civil pour rien, et au lieu de reprocher ce crime à l'Ukraine on dit que les deux républiques populaires doivent comme l'Ukraine prendre des mesures pour protéger les civils, en retirant les armes des zones où ils passent. On croit rêver.

En sachant la propension de l'Ukraine à ne respecter aucun de ses engagements, cela reviendrait à désarmer totalement les points de passages républicains de manière unilatérale, et donc à en faire des zones de faiblesse de la ligne de front, et ce alors que l'armée ukrainienne tire régulièrement sur ces points de passage (comme la nuit dernière celui de Mayorsk justement et celui d'Alexandrovka).

Je passerai sur son discours lénifiant sur la nécessité des zones de désengagement et surtout sur le fait que les rapports de l'OSCE sont censés refléter réellement la situation sur le terrain (pour cela il faudrait que leurs observateurs viennent sur le terrain et passent plus que 5 minutes sur chaque maison bombardée).

M. Hug passe ensuite à sa visite d'écoles proches du front, sans faire aucune condamnation ferme envers l'Ukraine pour ce qui s'est passé le matin même. Il poursuit en essayant de culpabiliser les deux parties sur la poursuite du conflit qui empêche les enfants de ces écoles de mener une vie normale, en oubliant que les deux parties ne sont pas responsables à égalité concernant ce conflit et sa poursuite. En prétendant être neutre, M. Hug en réalité couvre les crimes de guerre de Kiev en mettant les deux parties dos à dos pour des tords qui relèvent de la responsabilité de Kiev.

Des crimes qui ont repris de plus belle une fois M. Hug parti pour Lougansk. En effet si pendant les deux jours de sa présence en République Populaire de Donetsk (RPD) les bombardements de l'armée ukrainienne étaient tombés sous les 1 000 bombardements par jour, ces dernières 24 heures ont été marquées par plus de 1 200 violations du cessez-le-feu par l'armée ukrainienne (dont 320 effectuées avec des armes lourdes pourtant interdites par les accords de Minsk).

Une situation qui a peu de chances d'évoluer dans le bon sens, alors qu'une filière de recrutement de néo-nazis pour le régiment Azov a été découverte au Brésil.

Le policier brésilien Paulo César Jardim, confirme que cette filière recrute pour l'Ukraine :
«  Il y a dix mois, nous avons été informés sur des gens en provenance d'Ukraine et d'autres pays d'Europe de l'Est qui sont arrivés pour recruter des membres de groupes néonazis pour l'unité Azov, pour les envoyer après en Ukraine. Plusieurs ont été arrêtés et ont témoigné. »

De telles filières avaient aussi été découvertes en France. De quoi alimenter les bataillons nazis pour remplacer les pertes de l'armée ukrainienne et poursuivre ainsi la guerre dans le Donbass, ainsi que les crimes contre les civils en toute tranquillité, grâce à la bienveillance de l'OSCE et de la communauté internationale qui ferment les yeux sur les atrocités qu'ils commettent (à Mayorsk c'est Secteur Droit/Pravyi Sektor qui tiendrait les positions ukrainiennes et le point de passage où a eu lieu l'incident).

Christelle Néant

Voir l'article sur DONi


Moyenne des avis sur cet article :  4.36/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • Hecetuye howahkan howahkan 16 décembre 2016 08:51

    Salut , étrange au regard de l’histoire officielle non ces nazis dans un pays dirigé par le  fils d’Alexiej Walcman qui a pris le nom de sa femme Son père fut exclu du Parti Communiste d’Ukraine en raison des nombreuses escroqueries dont il se rendit coupable dans les années 80.
    Après la chute de l’URSS, il rachète plusieurs entreprises de confiserie qui lui permettront bientôt de détenir le monopole du marché du chocolat ukrainien. En 2013, ses produits sont interdits en Russie en raison de la présence d’éléments chimiques cancérigènes. Il se hissera au conseil de la Banque Nationale d’Ukraine et, moyennant d’innombrables montages financiers, deviendra un des bailleurs de fonds de la révolution “orange” en 2004. En 2014 il devient le nouveau président de l’Ukraine, après le coup d’état du 22 février de la même année. Fortune estimée à 1 milliards de dollars US par Forbes.

    une affaire de famille !!


    • Fergus Fergus 16 décembre 2016 11:00

      Bonjour, Christelle

      Dans le merdier qu’est le conflit qui oppose le peu reluisant pouvoir ukrainien aux séparatistes russophones du Donbass soutenus par Moscou, je n’ai pas le souvenir d’avoir vu un seul article de votre part mettant en cause une provocation des pro-Russes, et a fortiori de la moindre mention d’une bavure de ces forces armées.

      Or, qui peut sérieusement croire que ces combattants ne se soient jamais rendus coupables d’agissements condamnables ? Les naïfs uniquement. Cela accrédite le sentiment - pour ne pas dire la certitude - que vous êtes la voix propagandiste des intérêts géostratégiques russes.

      Une impression confortée par les chiffres extrêmement précis - à l’unité près le plus souvent ! - que vous avancez lorsqu’il s’agit de dénombrer les bombes ukrainiennes ou les victimes dans les rangs des séparatistes du Donbass, alors que vous ne déplorez jamais la moindre victime dans le camp d’en face. Des chiffres à l’évidence fournis par les chargés de communication des forces séparatistes, voir par des agences russes. Où est l’objectivité minimale d’une personne qui se présente comme une « journaliste » en charge de couvrir ce conflit ?

      Personnellement, je ne suis pas partisan du pouvoir fascisant de Kiev, et je reconnais aux populations du Donbass le droit à choisir si leur avenir doit être en Ukraine ou au sein de la Fédération de Russie. Pour autant, j’ai beaucoup de mal à admettre le discours manichéen que vous ne tenez et qui, je le répète, s’apparente à une propagande à sens unique. Un manque de recul qui ne ravit que les aveugles et qui ne sert pas les intérêts du camp que vous soutenez tant il est caricatural !


      • prismsoul prismsoul 16 décembre 2016 12:47

        @Fergus assez d’accord, mais on peut dire à sa décharge que le camp d’en face (les médias occidentaux) ne donne pas une image impartiale de ce qui se passe non-plus, c’est le moins qu’on puisse dire. Du coup, chacun défend son bifteck et ce n’est qu’en lisant les deux côtés qu’on peut se faire une petite idée de ce qui se passe, mais sans être dans les petits secrets de ceux qui tirent les ficelles, c’est de toute façon très difficile.


      • Pierre Pierre 16 décembre 2016 12:47

        @Fergus
        Christelle Néant rapporte des faits. Elle se trouve en zone contrôlée par la République populaire de Donestk et elle relate ce qu’elle voit de son côté. Elle n’a pas la possibilité de savoir ce qui se passe de l’autre côté. 

        C’est dommage que des journalistes de médias mainstream ne viennent pas se rendre compte de la réalité au Donbass. Il partent d’un à priori négatif contre les autorités de la RPD et de la RPL et ils font un black-out sur la guerre ou il rapportent uniquement les communiqués du gouvernement ukrainien qui ne sont d’aucune fiabilité. Ce n’est pas la faute de Christelle Néant.
        Il y a cependant une chose que vous devriez prendre en compte. L’artillerie ukrainienne bombarde des zones civiles avec lesquelles elle n’ont aucun lien familial. L’artillerie de la RPD et De la RPL ne peut riposter de la même façon vu que ce sont leurs familles qui habitent les villages de l’autre côté du front. On doit donc se dire que s’il y a riposte, c’est sur des unités militaires.
        Le rôle d’un journaliste-reporter est de témoigner de ce qu’il voit. Ce n’est pas à lui de faire la synthèse de la situation globale. 
        Nous sommes des consommateurs d’informations adultes et responsables. C’est à nous de chercher d’autres sources qui viennent équilibrer les reportages de Christine Néant. A ce stade, je n’en vois pas. Tout ce que je vois sur ce site et ailleurs, ce sont des allégations non sourcées et sans document à l’appui.



      • Aristide 16 décembre 2016 12:57

        @Fergus


        Il faut vraiment tout vous expliquer : c’est simple pourtant, les méchants de Kiev et les gentils du Donbass. 

      • Alren Alren 16 décembre 2016 13:28

        @Fergus

        Les merdias occidentaux sont prompts à dénoncer les « crimes » de Poutine et d’Assad à Alep.

        S’il y avait des « bavures » causées par les autonomistes du Donbass, ne pensez-vous pas qu’ils se livreraient à la même hystérie de condamnation en même temps que l’OSCE et l’ONU dont on voit bien qu’il n’a plus aujourd’hui la moindre objectivité ?


      • Fergus Fergus 16 décembre 2016 13:59

        Bonjour, Alren

        « S’il y avait des « bavures » causées par les autonomistes du Donbass »

        Il y en a forcément ! Dès lors que des forces armées se font face, il y a des dérapages de part et d’autres. Pas forcément aussi nombreux ou aussi graves d’un côté que de l’autre, mais inévitables. Il en a toujours été ainsi et il en ira toujours ainsi, à plus forte raison lorsque l’un des camps se livre à des provocations, ce qui semble être le cas des forces de Kiev.

        Quant aux médias, s’ils ne parlent pas de l’Ukraine actuellement, c’est évidemment lié à la situation dramatique de la ville d’Alep, infiniment plus meurtrière et pourvoyeuse de réfugiés que la situation du Donbass, grosso modo figée depuis des mois sur des positions inchangées.


      • Fergus Fergus 16 décembre 2016 14:06

        Bonjour, Pierre

        « Le rôle d’un journaliste-reporter est de témoigner de ce qu’il voit. Ce n’est pas à lui de faire la synthèse de la situation globale. » 

        Je suis d’accord avec cela. Mais ce n’est pas ce que fait Christelle Néant : elle ne se contente pas de rapporter des faits, elle donne sur le fond à ses articles une connotation manifestement partisane que la sympathie légitime que l’on peut éprouver pour les populations du Donbass ne suffit pas à justifier.


      • Christelle Néant Christelle Néant 16 décembre 2016 19:20

        @Fergus
        Pour ma part je n’ai jamais vu depuis que je suis ici des crimes de guerre ou des provocations commis par les forces armées de la RPD ou la RPL contre les civils. Tout simplement car pour plus de 99% des soldats, ils viennent d’ici. Ils ne vont pas tirer sur leur grand-mère, leurs cousins, leur grand-père, leurs parents, leur femme ou leurs enfants. C’est aussi simple que cela. Quand l’armée de la RPD ou de la RPL tire c’est pour au choix faire taire l’artillerie ennemie ou repousser une attaque.
        Les chiffres sont précis car il y a des postes d’observation du CCCC (Centre Conjoint de Coordination et de Contrôle du cessez-le-feu) tout le long du front ainsi que des caméras de l’OSCE qui permettent de compter les tirs. Voilà d’où viennent les chiffres : de deux organisations internationales.
        Pour les victimes du camp d’en face, vous sortez un mensonge car j’ai déjà mentionné dans plusieurs articles les pertes de l’armée ukrainienne lorsque nous avons les chiffres comme ici https://dnipress.com/fr/posts/kiev-perd-des-dizaines-de-mercenaires-en-tentant-une-percee-pendant-que-larmee-de-la-rpd-sentraine-a-repousser-plus/
        Donc remballez vos accusations mensongères et vos diffamations gratuites.


      • Christelle Néant Christelle Néant 16 décembre 2016 19:23

        @Fergus
        Allez-y dites moi en quoi mes articles ont une connotation partisane ? J’ai encore le droit de donner mon avis sur le travail de l’OSCE, avis basé sur les faits constatés concernant leur travail ? Ou n’ai-je pas le droit de dénoncer leur inaction qui les rend complices des crimes de Kiev, le tout payé par vos impôts ?


      • Pierre Pierre 16 décembre 2016 19:58

        @Fergus
        Bonsoir Fergus,

        Christelle Néant est sympathisante de la RPD et elle ne s’en cache pas. Ses articles sont documentés, apportent des témoignages directs et dénoncent des lacunes d’instances qui devrait être neutres. Ses reportages peuvent parfois être recoupés par des articles d’autres sites souvent russes d’ailleurs. Elle ne donne pas de points de vue faux puisqu’ils sont prouvés. 
        Nous nageons donc en plein délire avec les médias traditionnels occidentaux qui perdent de plus en plus de crédibilité devant les médias russes qui présentent des faits qui ne sont pas traités par nos médias. Il ne peuvent pas les contester alors leur seul angle d’attaque est de dire que les médias russes en langues étrangères ne sont pas crédibles parce qu’ils n’ont pas un regard critique sur la politique russe. Comme si pour être crédible, il faudrait crier avec les loups de l’Ouest ! 
        Il me semble que vous tombez dans ce piège. 
        Le problème, c’est qu’il y a un désintérêt de la part des médias occidentaux pour le front du Donbass.
        Ils ont arrêté leur position sur la certitude que le problème du Donbass est causé par une intervention russe dans un pays indépendant alors que ceux qui ont suivi le dossier depuis les premiers jours ont pu voir qu’il y avait une opposition déterminée des villes et des villages du Donbass à l’intervention de l’armée ukrainienne dans leur région. Cela se passait dans les premières semaines après le coup d’Etat, bien avant le voentorg russe.
        Ce désintérêt des médias fait que les médias occidentaux n’ont pas de journalistes sur le front et qu’il n’y a pas d’éventuelles informations contradictoires.
        Les interventions de trolls pro-régime ukrainien sur ce site sont d’une telle médiocrité qu’ils ne peuvent pas être pris en compte. S’ils présentaient des liens vers d’autre témoignages ou de preuves de rupture de cessez-le feu de la RPD ou de la RPl, il en serait autrement mais comme il y a cette absence de liens, on peut légitimement penser qu’il n’y en a pas !
        Le témoignage journalistique de Christelle Néant est important et devrait bien davantage nous alarmer parce qu’il s’agit d’un conflit de basse intensité qui peut à un moment donné échapper à tout contrôle et embraser l’Ukraine toute entière.
        Je ne pense pas qu’on se dirige dans cette direction mais le risque existe.

      • Pierre Pierre 16 décembre 2016 21:14

        @Fergus

        PS. Pour corroborer les recoupements d’informations concernant le Donbass, voici un exemple de la confirmation de cet article de Christine Néant.

      • Christelle Néant Christelle Néant 16 décembre 2016 21:41

        @Pierre
        Pour compléter ce que vous dites, quand les médias occidentaux viennent ici c’est en plus pour faire de la merde. Je ne parle pas du fait qu’ils soient contre la RPD et la RPL mais bien qu’ils déforment, inversent la réalité ou la créent de toute pièce comme Elena Volochine de France24 https://dnipress.com/fr/posts/quand-france-24-bidonne-totalement-un-reportage-sur-le-donbass-falsifications-et-mauvaise-foi-au-menu-dun-reportage-de-science/
        Et les médias ukrainiens font pareil (comme les multiples annonces de franchissement de frontière par des chars russes invisibles, de la mort de la femme de Zakartchenko ou de Zakhartchenko lui-même, les débilités récentes sur une fuite de Givi en Transnistrie, etc). D’où le fait qu’ils ne sont pas une source fiable et que je ne peux donc pas les utiliser comme source d’info contradictoire.


      • Dom66 Dom66 17 décembre 2016 00:21

        @Fergus

         Qu’une chose à dire….

        Si des bavures avaient été faites par des combattants pro-Russe, nous aurions c’est certain eu l’info et les photos par nos merdias.

        Si vous en trouvez ne vous gênez surtout pas, montrez les nous.


      • Fergus Fergus 17 décembre 2016 09:33

        Bonjour, Christelle Néant

         smiley smiley smiley

        Le pire est que je suis farouchement opposé aux agissements du gouvernement de Kiev et favorable à une autonomie des provinces russophones de l’est !

        Il n’empêche qu’à prendre connaissance de vos articles, j’ai souvent l’impression de lire Sputnik !!!


      • Christelle Néant Christelle Néant 17 décembre 2016 09:47

        @Fergus
        Pour être sur place je peux vous dire que Sputnik dit bien plus de vérités concernant ce conflit ainsi que le Maïdan que les médias mainstream occidentaux.


      • JL JL 17 décembre 2016 09:48

        @Christelle Néant,

         
         soyez indulgente avec Fergus : il a un statut de sachant ici à défendre.
         
         Bonne continuation, merci pour votre travail : bien dire les choses, c’est soustraire aux malheurs du monde.
         
         smiley

      • Shawford Shawford 17 décembre 2016 10:22

        @Christelle Néant

        Bonjour, si je peux me permettre, Fergus ne s’en étonnera pas, pour les mêmes les raisons qui l’ont fait commenter ainsi sur ce fil.

        Pour être constructive et rester ambitieuse sans pour autant cibler des objectifs inatteignables, ce qui pourrait être judicieux de dire, c’est que la « propagande » de Sputnik est d’une facture incomparablement plus efficace que celle de toutes les autres parties occidentales en présence et qu’elle convainc un nombre sans cesse croissant de citoyens internautes de tous bords et toutes confessions.

        Après à chacun en son âme et conscience de (se) dire s’il n’y a pas de fumée sans feu ...ou pas. smiley smiley


      • Fergus Fergus 17 décembre 2016 10:50

        Bonjour, JL

        C’est exactement l’inverse : je m’estime assez largement désinformé des deux côtés !!!

        Et je n’ai aucun statut, n’étant comme vous qu’un intervenant lambda !


      • Aristide 17 décembre 2016 11:01

        @Fergus


        La moindre mise en perspective des « vérités » exprimées ici et des « mensonges » exprimés ailleurs est une atteinte personnelle à cette propagandiste qui se réclame du journalisme.

        J’ai essayé d’expliquer que en temps de guerre civile, il y a des exactions des deux cotés, que les dirigeants des deux camps sont surement les plus extrêmes et les plus dangereux, que les volontaires des deux cotés sont des allumés, que la manipulation et la désinformation est une arme de guerre, ...

        Mais bon, vous allez y passer comme moi, traité d’imposteur, de relais du nazisme, ... enfin un flot d’insultes assez fréquent dés que l’on n’admet LA vérité incontestable.

      • JL JL 17 décembre 2016 11:52

        @Fergus,

         
         dis moi qui tu fréquentes, je te dirais qui tu es ...
         
         smiley
         
         Allez, je vous taquine : entre votre critique et celle d’Aristide, la différence est quand même assez visible, rassurez vous.
         
         

      • Christelle Néant Christelle Néant 17 décembre 2016 11:55

        @Shawford
        C’est clairement la plus grande fiabilité des infos diffusées par Sputnik qui fait son succès smiley C’est d’ailleurs ce qui m’a amenée à m’intéresser aux média russes


      • Christelle Néant Christelle Néant 17 décembre 2016 11:58

        @Fergus
        Si vous voulez venir ici voir de vos propres yeux pour vous informer en direct vous êtes le bienvenu pour vous joindre au prochain groupe de visite. C’est ouvert à tous, pas besoin d’être journaliste ou politicien.


      • roman_garev 17 décembre 2016 13:37

        @Fergus
        « le peu reluisant pouvoir ukrainien aux séparatistes russophones du Donbass »


        J’aimerais voir des nazis venir chez toi, dans ton logement, pour t’annihiler avec toute ta famille qui, selon eux, ne seraient pas « dignes » de vivre auprès d’eux, de langue et de race pures.
        Serais-tu un « séparatiste » ou quelqu’un d’autre pour essayer de résister à ces tueurs ?

      • roman_garev 17 décembre 2016 13:39

        @prismsoul
        « chacun défend son bifteck »


        Quand le « bifteck », c’es la vie et la mort de toi-même et de tes enfants, ça sonne pour le moins étrange, ce mot d’ogre...

      • roman_garev 17 décembre 2016 13:41

        @Pierre
        « C’est dommage que des journalistes de médias mainstream... »


        Ah bon ? Car vous croyez qu’il en existe encore ? Pouvez-vous en nommer UN SEUL ?

      • roman_garev 17 décembre 2016 13:45

        @Fergus
        « Il y en a forcément ! Dès lors que des forces armées se font face, il y a des dérapages de part et d’autres. »


        Vos théories sont très loin de le la réalité. Vu que les soi-disant « forces armées » ukrainiennes se trouvent sous les murs des grandes villes de Donbass telles que Donetsk, Gorlovka, Lougansk, etc. (et pas l’inverse), il n’y a aucune symétrie dont vous vous efforcez de parler sans y piger quoi que ce soit.

      • roman_garev 17 décembre 2016 13:47

        @Fergus
        « j’ai souvent l’impression de lire Sputnik !!! »


        Justement, car Sputnik, contrairement à vos merdias, ne ment pas. Essayez de prouver le contraire.

      • Pierre Pierre 17 décembre 2016 15:41

        @roman_garev
        Bonjour roman-garev,

        C’est vraiment pour vous faire plaisir : je vais mettre des guillemets. Je corrige et j’écris : des « journalistes ». smiley






      • Pierre Pierre 17 décembre 2016 17:24

        @Aristide
        On peut débattre de sujets intéressants sans en arriver aux invectives quand des opinions divergent.

        Le problème en ce qui concerne l’Ukraine (et aussi la Syrie d’ailleurs), c’est que les médias de masses occidentaux (et les français en particulier) ont adopté une attitude militante qui n’est pas basée sur des faits vérifiés ou sur une approche historique mais plutôt sur l’imposition d’une doxa qui par principe place toutes les actions des Occidentaux comme positive au nom d’une morale droit-de-l’hommiste. A l’inverse, toutes les actions des adversaires sont systématiquement décrites comme négatives sans bien sûr apporter d’éléments factuels pour le prouver.
        Un exemple récent concerne Alep. La défaite des rebelles islamistes est consommée malgré les soutiens occidentaux. Alors pour atténuer les effets de la défaite et revenir dans le parcours par un autre moyen, on cherche à invoquer des risques d’innommables crimes que les vainqueurs commettraient pour se venger. 
        On parle du risque d’un nouveau Guernica sans apporter le moindre fait vérifié.
        Personnellement, cela me met très mal à l’aise quand je vois ce qui s’est passé précédemment en Irak ou en Libye par exemple.
        Je préfère, et de loin, l’approche des Russes qui donnent des informations factuelles et qui ensuite s’en servent pour faire des analyses.
        RT va bientôt être diffusé en français et j’imagine que cela va faire très mal aux médias français qui ne sont pas habitués être contredits et qui n’ont presque plus de grands reporters qui pourraient fournir des réponses en retour.
        Puisque quelqu’un a soulevé le problème de Sputnik ou de RT et de l’objectivité de leurs informations, je rejoins roman_garev pour qu’on me cite des exemples d’informations fausses. 
        Si par hasard vous en trouvez une, je vous en donnerai une centaine venant des médias mainstream occidentaux.
        De plus, Sputnik peut ouvrir des débats qui mettent son objectivité en cause. En voici un exemple.


      • roman_garev 17 décembre 2016 18:11

        @Pierre
        Bonjour Pierre.

        Évidemment les soi-disant « médias » français ne pourront rien opposer à RT et Sputnik, vu qu’ils ont perdu (s’ils en avaient jamais) toute aptitude aux débats honnêtes, avec des faits irréfutables en mains. C’était trop facile d’échafauder des mensonges, quand on n’a personne pour objecter.

        Je dirais même plus : sans la RT en anglais la victoire de Trump n’aurait peut-être pas eu lieu.

      • Pierre Pierre 17 décembre 2016 19:08

        @roman_garev
        Je crois que vous avez raison pour Trump. RT en anglais est une énorme réussite. C’est la deuxième chaîne étrangère la plus regardée aux Etats-Unis et elle peut être vue dans toutes les chambres d’hôtel du pays. 

        Si RT en français réussit à avoir la même présentation dynamique qu’en anglais, je ne donne pas cher de la peau des médias traditionnels et de leur mièvre présentation de l’information.
        Je précise que RT en anglais respecte strictement la déontologie journalistique et qu’il en sera sûrement de même en français. On donnera enfin la parole à de vrais experts ... ceux dont le discours dérangent la doxa en vigueur et qui ne sont invités qu’une fois dans les débats télévisés. 

      • anna anna 16 décembre 2016 15:02

        Moi, je vois « une connotation manifestement partisane » a faire  semblant de ne pas comprendre de votre part.

        Il y a un agresseur et un agressé :
        Ce n’est pas Donesk et Lougansk, qui bombardent Kiev
        C’est Kiev, qui bombarde Donetsk et Lougansk
        C’est pourtant simple, non ? 
        Kiev, pro-Européen, anti-corrumption, démocratique, et reclamant les valeur des droits de l’homme, aurait pu accorder a ces deux régions le statut des républiques fédérales.Au lieu de ça Kiev les bombarde ! 
        C’est très démocratique. Et l’UE fait semblant de ne pas le voir. C’est très démocratique aussi. 

        • anna anna 16 décembre 2016 15:03

          @anna


          mon message s’adresse a Fergus

        • Aristide 16 décembre 2016 17:49

          @anna


          Y comprend rien Fergus, heureusement que vous êtes là pour lui expliquer les bons, les méchants et tout ça ....


        • Aristide 17 décembre 2016 11:07

          @anna


          Aucune leçon, mes feliciations pour tant de clairvoyance, de lucidité, d’honneté, ... 


        • zygzornifle zygzornifle 16 décembre 2016 15:13

          l’OSCE ne condamne pas , elle compte ses subventions , on ne peut pas tout faire en même temps .....


          • QAmonBra QAmonBra 16 décembre 2016 19:44

            Merci @ Christelle pour le partage.

            Comme l’OSCE, dont la caricature pourrait se passer de tout commentaire, certains semblent faire l’âne pour avoir du son, pourtant, la situation au Donbass est claire comme de l’eau de roche :

            1°- Bombardements intenses et meurtres de civils au quotidien par les nazis ukrainiens, en totale violation de leurs engagements à Minsk ;

            2°- Assourdissant silence de nos merdias sur cette situation et qui, par contre, font le plus de bruit possible pour leurs wahhabonazis coincés à Alep-est ;

            3°- Une Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe, chargée de contrôler le respect des accords et qui n’entend, ne voit et ne dit rien.

            L’affaire est entendue, les états terroristes occidentaux veulent faire un maximum de pression sur les russes, dans le dos de leur opinion publique, afin de les pousser à la faute et/ou les obliger à des concessions, au Donbass ou en Syrie, les deux étant intimement liés.

            C’est bien pour contrer cela auprès de nos concitoyens, que votre travail, au delà des lignes de cette « europe » fascisante, est apprécié sur l’Agora et ailleurs. . .  

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès