• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les dessous de la guerre au Nagorno-Karabakh

Les dessous de la guerre au Nagorno-Karabakh

 

 L'Arménie de Nikol Pashinyan paie son ouverture à l'Ouest, la Turquie d'Erdogan se lance dans une fuite en avant impérialiste, l'Azerbaïdjan tente de faire avancer ses pions sans perdre son autonomie. À distance, l'ours russe observe comment tourne la situation avant de lancer un coup de patte...

JPEG

 

Le rôle de Nikol Pashinyan

Le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan est un nationaliste. Il a rompu avec la prudence diplomatique de ses prédécesseurs, conseillés et tempérés par Moscou, et célèbre haut et fort la mémoire du Traité de Sèvres de 1920 qui démantelait l'Empire ottoman et accordait son émancipation à l'Arménie historique. Il a indéniablement excité les nationalistes turcs.
Comme il est également l'homme politique le plus tourné vers l'Europe et Washington qu'ait connu Erevan, il n'est pas, non plus, très populaire à Moscou...

 Bakou, soutenue par Ankara, a donc compris que c'était le moment d'attaquer. La Russie envoie un message à Pashinyan en ne s'opposant pas à l'offensive Azérie au Nagorno-Karabakh, au prix du sang des Arméniens.

 

Le rêve ottoman d'Erdogan

Recep Tayyip Erdogan parle de la Turquie et de l'Azerbaïdjan comme « d'une nation, deux États » et pousse l'offensive azérie au Nagorno-Karabakh.
Sa relation avec l'Azerbaïdjan ne s'est pourtant renforcée que depuis l'échec des rapprochements diplomatiques entre la Turquie et l'Arménie, initiés en 2008. Depuis, Bakou, riche en pétrole et en gaz, a dépensé beaucoup en Turquie. La Turquie, qui forme des officiers des forces armées azerbaïdjanaises, n'est encore que le troisième fournisseur d'armes de l'Azerbaïdjan après Israël et la Russie. Mais les ventes d'armes de la Turquie à l'Azerbaïdjan ont été multipliées par six en 2020.

 Ce sont, en fait, les alliés nationalistes du Parti du mouvement national (MHP) qui poussent le président Erdogan à s'affirmer en Azerbaïdjan et dans le Caucase ; en Syrie, en Libye, dans le nord de l'Irak ou face à la Grèce et à Chypre dans l'est de la Méditerranée. Cette offensive nationaliste, plutôt victorieuse, est très populaire en Turquie. Elle ne fait pas de morts turcs.

 Pour le pays, actuellement en grande difficulté économique, l'aide économique de l'Azerbaïdjan, fournisseur de pétrole, est, par ailleurs, vitale. SOCAR, la société pétrolière d'État azerbaïdjanaise, est devenue le plus gros investisseur étranger en Turquie.

 Ankara, fort de ce succès, aimerait s'inviter à la table du groupe de médiation de l'OSCE, qui se tient à Minsk entre la Russie, la France et les États-Unis pour régler la question du Haut-Karabakh. 
L'idée des Turcs est d'avancer en Syrie, en Libye autant qu'au Nagorno-Karabakh, en route vers la renaissance de l'empire néo-ottoman pour s'extraire de leurs difficultés politiques et économiques actuelles. C'est la bonne vieille fuite en avant.

 

La stratégie millénaire russe dans le Caucase

Cette ingérence des Turcs dans la région indispose évidemment Moscou. Les tsars russes avaient envahi l'Arménie en prétendant libérer les Arméniens de la domination ottomane et de l'Iran. Joseph Staline songeait à annexer l'est de la Turquie pour, soi-disant, étendre le territoire de l'Arménie soviétique et surtout accéder à la Méditerranée.
Moscou veut conserver cette posture de protecteur de l'Arménie, de pacificateur de la région. Les Russes vendent leurs armes aux deux camps, tant que la situation n'évolue pas à l'encontre de leurs intérêts.

 En réalité, Erevan est le pion avancé de Moscou dans la région du Caucase du Sud, aux confluents de l'Europe de l'Est et du Moyen-Orient. Moscou observe très attentivement l'évolution de la situation. Il s'agit d'empêcher une domination turque sur le Caucase méridional.

 

L'Azerbaïdjan joue sa carte.

Les stratèges azéris savent donc qu'ils ne doivent pas prendre le contrôle de la plus grande ville du Haut-Karabakh, Stepanakert ou séparer le Nagorno-Karabakh de l'Arménie. Cela entraînerait l'intervention directe de l'armée russe.
Si le président azerbaïdjanais Ilkham Aliyev bénéficie d'une popularité renouvelée dans son pays grâce à ce succès militaire, il a étudié la diplomatie en Russie. Son père, Heydar Aliyev, appartenait au KGB... Le président azéri veut donc rester en bons termes avec Moscou comme avec Ankara, tout en retirant un bénéfice personnel de l'opération. Son gouvernement ne souhaite nullement être englobé dans l'empire néo-ottoman voulu par Erdogan et ses amis.
Aliyev et ses généraux savent donc jusqu'où ils ne devront pas aller, malgré l'avis des nationalistes d'Ankara.

 

William Kergroach

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.71/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • vraidrapo 2 novembre 2020 10:23

    Les stratèges azéris savent donc qu’ils ne doivent pas prendre le contrôle de la plus grande ville du Haut-Karabakh, Stepanakert ou séparer le Nagorno-Karabakh de l’Arménie. Cela entraînerait l’intervention directe de l’armée russe


    Tu es le premier à avancer cette idée !

    Son gouvernement ne souhaite nullement être englobé dans l’empire néo-ottoman voulu par Erdogan et ses amis.

    IL n’est pas interdit de penser que le jeune Aliyev s’est transporté sur un siège vacillant (marionnette voire éjectable) en ayant accepté de remplacer son État Major par des turcs.. Les minorités sont légions en Azerbaidjan et en cas de troubles, Erdogaz pourrait sortir un « lapin » du chapeau farceur pour l’asseoir aux manettes de l’oléoduc.

    Selon la « légende », l’assassinat des demi-frères était pratique courante chez les sultans ottomans...


    • Gérard Lebeaupin 11 décembre 2020 22:46

      Bonjour

      Les cours du pétrole t du gaz étant ce qu’ils sont, je ne suis pas certain que l’Azerbaïdjan soit au mieux de sa forme et faire la guerre a deux avantages, reprendre les régions perdues voici trente ans et donc venger le déshonneur d’une part, faire oublier les difficultés économiques d’autre part.

      Le pacte Arménie - Russie ne concerne que la petite république du Caucase du Sud, Moscou ayant toujours affirmé que son engagement ne valait pas pour le Nagorno-Karabakh (Artsakh pour les Arméniens).

      Quant Staline voulut-il annexer l’est de la Turquie ?
      Ne devons-nous pas oublier que ce fut avec Staline que la commission qui statua sur le Caucase du Sud au début de l’ère bolchevique dans la région attribua à l’Azerbaïdjan le Nagorno-Karabakh peuplé d’Arméniens et le Nakhitchevan où la population était mixte bien que le pays fut arménien bien avant que les Turcs n’arrivent dans la région, en 1037 en Anatolie en venant d’Asie centrale (http://www.axl.cefan.ulaval.ca/asie/turquie_2HISt.htm).

      L’Arménie, un pion avancé ?
      Je n’en suis pas certain car son seul allié est certes Moscou mais celle-ci ne peut faire ce qu’elle veut ne serait-ce que pour finir par être décrédibilisée aux yeux de ses propres alliés de l’Organisation du Traité de Sécurité Collective (O.T.S.C.). Disons que la Russie a tout intérêt à avoir une Arménie proche d’elle pour avoir un pied solide dans le Sud Caucase et avoir le beau rôle de protecteur mais cette situation lui coûte aussi beaucoup : environ 5’000 hommes à Gumri, près de la Turquie, et d’autres le long de l’Araxe au sud, près de l’Iran mais aussi de l’Azerbaïdjan (Nakhitchevan) et le risque est grand pour elle de se trouver impliqué un jour dans le conflit que les Turcs entretiennent ne serait-ce qu’en refusant de reconnaître le génocide de 1915 ou encore le massacre des 20’000 Arméniens de Chouchi en 1920 et ce sans parler de la présence arménienne sur tout ce plateau appelé arménien.
      Pour donner une idée du coût de cette présence, il fallut 120 avions pour amener en Arménie les quelques 1’960 hommes et leur matériel de la force d’interposition au Nagorno-Karabakh (The Moscow Times). La Géorgie étant interdite aux troupes russes, l’Azerbaïdjan et la Turquie étant hostiles, l’Arménie est de ce fait complètement enclavée au point de vie militaire.
      Les armes se sont tues mais jusqu’à quand ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité