• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les Options potentielles de Trump pour l’Iran

Les Options potentielles de Trump pour l’Iran

JPEG

Bien que les mollahs iraniens perçoivent avec satisfaction l'échec du deuxième sommet tenu récemment à Hanoi entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, une analyse sereine de la réalité internationale actuelle indique que ce n'est pas du tout dans l'intérêt du régime iranien. Les difficultés rencontrées par le président Trump pour réaliser une avancée qualitative dans le dossier de la Corée du Nord pourraient l'inciter à repenser l'Iran, à examiner les alternatives disponibles et à étudier l'option militaire avec intérêt pour des raisons et considérations que je traiterai dans cet article.

La satisfaction du régime iranien peut être déduite de plusieurs preuves, la première étant le tweet du ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Jawad Zarif, qui a retiré sa démission et est retourné activement via Twitter, déclarant que « le président américain Donald Trump a maintenant compris que les présentations à haute voix et la prise de photos et le changement de positions ne conviennent pas à une diplomatie sérieuse », dans une référence claire au rejet par le dirigeant nord-coréen de la demande américaine de désarmement nucléaire. « Nous avons eu 10 ans de défi en plus de deux ans et littéralement des milliers d'heures de négociations pour chaque partie de l'accord nucléaire sur 150 pages », a déclaré Zarif dans son commentaire sur l'échec du sommet entre le président américain Donald Trump et le président nord-coréen Kim Jong-Un. « On ne pourrait aboutir à un accord meilleur » Il a souligné que de tels accords ne se déroulent pas dans une réunion transitoire, mais nécessitent des négociations marathon, cherchant à démontrer l'importance de l'accord sur le nucléaire signé par l'Iran avec le groupe des « 5 + 1 ».

Certains analystes estiment que le régime des mollahs semble être le principal bénéficiaire de l'échec du sommet de Hanoi et que cet échec confirme la position de l'Iran contre le renoncement total aux programmes d'armes nucléaires et de missiles, et que la stratégie « pas à pas » constitue le meilleur moyen de faire face à des crises aussi complexes C'est-à-dire que chaque mesure prise par le régime iranien doit être accompagnée d'une mesure de la part de la communauté internationale. Cela a du sens en termes d'expérience de négociation, mais ce qui s'est passé ouvertement dans l'accord nucléaire avec l'Iran, c'est que le négociateur iranien est connu pour sa patience et son énorme capacité de manœuvre et de tromperie La partie iranienne a réussi à contourner les exigences des représentants des grandes puissances et à les convaincre de se borner à geler le programme nucléaire iranien sans se préoccuper du sort de ce programme et à exclure toute discussion sur les capacités de missiles étroitement liées aux capacités nucléaires !

Le négociateur iranien a réussi à obtenir un gain tactique grâce à l'accord nucléaire, qui n'était pas conforme à la politique « pas à pas », mais à la demande de l'Iran, contrairement à l'intention de la Corée du Nord de procéder à un désarmement partiel de son arsenal nucléaire en échange d'une levée partielle des sanctions internationales, ce que le président trump a refusé, exigeant que Pyongyang soit totalement et inconditionnellement éloigné de son arsenal nucléaire et qu'il conviendrait d'envisager ensuite la levée des sanctions internationales à son encontre.

Il ne fait aucun doute que le régime des mollahs s'est trouvé dans une situation très difficile après l'annonce en mars de l'accord du dirigeant nord-coréen pour renoncer à ses armes nucléaires et mener des négociations avec les États-Unis. Kim Jong-Un a démantelé et détruit le site de ses essais nucléaires après le sommet de Singapour, et peut-être cette étape a-t-elle joué un rôle en encourageant le président Trump à se retirer de l’accord sur le nucléaire afin de maximiser les pressions sur le régime iranien pour qu’il suive l’exemple de la Corée du Nord.

Après que le président Trump eut reconnu l'échec du deuxième sommet avec Kim Jong-un à Hanoi, le régime des mollahs a repris son souffle et retrouvé une partie de sa santé, persuadé que la Corée du Nord reviendrait au premier plan des priorités de l'administration américaine, alors que toute analyse stratégique minutieuse de la question confirme que ce n’est pas le cas, et que les efforts du président Trump dans le dossier de la Corée du Nord n’a pas abouti à une impasse, et on ne peut pas trancher que la question est close. Il y a des relations entre les deux dirigeants et une ligne de communication et de dialogue continue et ouverte. Il y a une discussion nord-coréenne sur la volonté de Kim Jong-Un de tenir un troisième sommet avec le président américain pour continuer le dialogue. Et bien que la Maison Blanche ait nié cette alternative, elle reste néanmoins possible dans une large mesure. Il est supposé que l'équipe du président Trump réexaminera la situation et réorganisera les documents de négociation après qu'il soit prouvé qu'il existe une mauvaise évaluation stratégique de la position nord-coréenne et que le président Trump a peut-être mal compris son homologue nord-coréen. Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a déclaré lors de la conférence de presse qui s’est tenue après le sommet qu'il « ne s'attendait pas à ce que les négociations avec la délégation nord-coréenne soient difficiles ».

Il est vrai que le malentendu américain qui a suivi le sommet de Singapour a peut-être incité Trump à se retirer de l'accord sur le nucléaire avec l'Iran, dans la mesure où il est convaincu que les pressions et les menaces peuvent permettre d'atteindre les objectifs qu'il souhaite. Cette conviction fait toujours partie intégrante du caractère du président Trump. Le scénario le plus probable n’est pas de réduire la pression sur l’Iran ni de ramener la Corée du Nord dans le cercle de la menace, mais sera bien au contraire des attentes et de ce qui s’est passé jusqu’à présent, ce qui signifie le recours à des pressions et menaces croissantes contre l’Iran et éventuellement une frappe militaire s’il ne cède pas aux pressions américaines, afin d’envoyer un message fort à la Corée du Nord, ce qui constitue un changement des positions de sorte que l'Iran remplace la Corée du Nord pour la transmission de messages, au lieu que Trump utilise la Corée pour intimider l'Iran, il agira probablement fermement vis-à-vis de l’Iran afin de pousser le dirigeant de la Corée du Nord à céder aux pressions américaines.


Moyenne des avis sur cet article :  1.14/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • phan 9 mars 17:22
    Les Etats-Unis de Donald Trump veulent faire la guerre à l’Iran et au Venezuela. Ils construisent un mur contre le Mexique et continuent à financer la colonisation israélienne des Territoires palestiniens occupés. En déchirant aussi les accords internationaux destinés à lutter contre le réchauffement climatique, ils ont déclaré la guerre au monde entier ainsi qu’aux générations futures. D’ores et déjà ils condamnent le référendum à venir sur la nouvelle constitution cubaine et renforce le blocus (el bloqueo) instauré contre la Révolution cubaine depuis le 3 février 1962. Dans le même temps, ils veulent persuader le monde que l’Iran est la principale menace planétaire.

    La situation est critique et tous les États membres de l’ONU doivent exiger la fin du blocus et des attaques aériennes, le silence des armes et le règlement négocié de la guerre au Yémen. Les deux pays les plus nuisibles, les États-Unis et l’Arabie saoudite, doivent abandonner leurs manœuvres cyniques contre des rivaux comme l’Iran, devant l’énorme, l’indicible, coût en vie humaines que cela signifie pour le Yémen.

    • pierre 9 mars 17:53

      @phan
      ils veulent faire la guerre, mais ils ont pas le poids pour, n’en ayant jamais gagnée une , même contre Cuba


    • sls0 sls0 9 mars 20:35

      @pierre
      Là vous êtes de mauvaise foi.
      Vous oubliez la victoire éclatante à la Grenade.
      110.000 habitants quand même.
      720 cubains équipés de buldozers (ils construisaient un aéroport) et de pelles. Une pelle dans un réacteur peut faire des dégâts.
      Plus de morts civils que cubains, on reconnait l’US touch.
      Grâce à cette victoire éclatante on vit dans un monde libre.
      Bon pour être honnête il fallait une victoire pour redorer le blason après l’attentat de Beyrouth.
      Les 650 ressortissants US qui étaient à la Grenade à ce moment ont remercié l’armée de les avoir protégé. On me dit dans l’oreillette que ce n’est pas l’armée US qui a été remercié.

      Vous n’avez pas une idée de l’impact de cette guerre. Avant la télé n’acceptait que du betacam en qualité vidéo et pas plus de 3 emplois de la cassette. A la grenade il n’y avait qu’un reporter en vacances avec sa caméra Hi8. Les seules images étaient en Hi8, devant la qualité les reporters on pu échanger leur amoire normande en betacam pour du plus léger.
      Trouver moi une guerre avec un tel impact sur le poids des caméras.
      Que de tour de reins supprimés grâce à Reagan.


    • phan 9 mars 21:21

      @sls0

      Vous oubliez la victoire éclatante contre le Vatican où Manuel Noriega s’est réfugié !
      Les United Shitholes of America aiment bien faire la guerre comme les guerres illégales furent menées dans le passé (Iran, Guatemala, Égypte, Cuba, Vietnam, Nicaragua, Serbie), et le sont encore dans le présent (Afghanistan, Irak, Libye, Ukraine, Yémen et Syrie). Qu’ils gagnent ou non, ça fait marcher leur Business des armes parce que War is a Racket !

    • sls0 sls0 9 mars 18:00

      Komeini en son temps a dit pas d’arsenal nucléaire c’est contraire au coran.

      Si du coté de l’auteur ils suivent les fatwas des USA, en Iran c’est celles de l’ayatolah.

      Le nucléaire iranien c’est de la propagande israélienne pour justifier leur nucléaire. Les USA font le relai de cette propagande.

      Ils ont dû bien se marrer les négociateurs iraniens au sujet de leur nucléaire militaire. Facile de répondre aux exigences. On aurait pu mettre sur la table leurs distilleries à cognac, très facile à négocier.

      Pendant qu’ils négociaient le nucléaire militaire, ils grignotaient sur les autres sujets.

      Bref les américains se sont fait baiser. Ils croyaient à leurs propres mensonges.

      Les autres interlocuteurs de l’accord qui n’avaient pas ce rejet de l’Iran ne cherchaient qu’un retour à la normalité. L’enfant gâté US avait montré qu’il en avait une grosse, fin du blocage idiot.

      Toutes les preuves ou témoignages ne viennent que d’Israël, il y a de quoi douter quand même.

      Il est vrai que le mossad est performant mais surtout en affabulations pour manoeuvrer les USA.

      Les autres services secrets ce n’est pas de la daube non plus, aucune confirmation du nucléaire iranien.

      La désinformation la CIA et le MI6 c’est aussi un de leur outil maus ils sont moins performants.


      • Christian Labrune Christian Labrune 10 mars 14:00

        Komeini en son temps a dit pas d’arsenal nucléaire c’est contraire au coran.

        Si du coté de l’auteur ils suivent les fatwas des USA, en Iran c’est celles de l’ayatolah.

        =================================
        @sls0

        C’est bien pour cette raison qu’il convient de prendre au sérieux tout ce qu’a pu dire ou écrire l’Imam Khomeiny, en particulier ceci, dont la politique iranienne actuelle est la plus stricte mise en application :

        "La guerre sainte signifie la conquête des territoires non musulmans. Il se peut qu’elle soit déclarée après la formation d’un gouvernement islamique digne de ce nom, sous la direction de l’Imam ou sur son ordre. Il sera alors du devoir de tout homme majeur et valide de se porter volontaire dans cette guerre de conquête dont le but final est de faire régner la loi coranique d’un bout à l’autre de la Terre."

        http://www.fnb.to/FNB/Article/Khomeyni/Khomeyni.htm


      • sls0 sls0 10 mars 15:31

        @Christian Labrune
        C’est vrai que sorti de son contexte cette phrase peut faire peur.
        Dans le contexte on peut voir que c’est franchement conditionnel. C’est dans les principes généraux mais depuis Charles Martel c’est devenu plus théorique que pratique.
        C’est surtout la défense du monde musulman et de ses valeurs contre la corruption occidentale le message qui ressort. C’est à remettre dans le contexte de l’époque.
        Depuis Darius il y a plus de 2000 ans on ne peut pas dire que les perses aient un esprit de conquête, de défense oui, de conquête non.
        Je n’apprécie pas trop les religions mais lors de la conquête coté bizantin les serfs se sont vite converti sans coercition attiré par la justice sociale.
        Il n’y a pas que du mauvais dans cette religion.
        Dans les années soixante je les ai vu débouler nos musulmans par train entier pour le plus grand plaisir des grands patrons de l’époque. Très bonne mentalité et pas accrocs à la consommation. Une conquête commanditée par le CAC40 de l’époque. Pas d’imans, de califes ou ayatolahs derrrières.


      • Christian Labrune Christian Labrune 11 mars 01:20

        @sls0

        Réponse archivée en bonne place dans mon sottisier.


      • samy Levrai samy Levrai 10 mars 11:08

        C’est dormir toute sa vie que de croire à ses rêves...

        Vouloir nous expliquer que les pays ne sont pas souverains et qu’il existerait un ordre mondial dirigé par les Etats Unis, ne montre qu’une méconnaissance totale de l’Histoire ressente.

        Le régime absolument non démocratique des émirs, tenu par la force ne devrait pas essayer de donner des leçons à qui que ce soit, surtout à des démocratie.


        • Christian Labrune Christian Labrune 10 mars 13:51

          Excellent article !

          Le régime de kim Jong-Un disposant de la bombe atomique ne peut évidemment pas en faire usage, ce serait sa fin immédiate, et le leader coréen se comporte d’une manière au fond assez rationnelle, tout comme le fit Khroutchev à l’époque des missiles de Cuba. Il ne peut évidemment menacer, sinon symboliquement, aucun des pays voisins, et le petit gros commence à voir que si son régime se maintient tel qu’il est, il ne pourra plus durer bien longtemps. Les Chinois eux-mêmes, qui se sont depuis longtemps affranchis de l’orthodoxie communiste, auront été les premiers à le lui représenter.

          A contrario, le système des mollahs iraniens ne peut pas changer, et il peut continuer à pourrir l’existence de ceux qui vivent dans les pays voisins en recourant à des moyens militaires tout à fait classiques. Il n’y a donc pas d’autre solution que l’élimination d’un régime dont les objectifs tout à fait irrationnels et même délirants menacent la paix mondiale. Plus de 80% des Iraniens, beaucoup moins crétinisés que les Coréens par la propagande, et qui souhaiteraient vivre comme les citoyens des démocraties occidentales, finiront bien par renverser le régime. Ce qui se voit actuellement en Algérie montre que du jour au lendemain, et contrairement à tout ce qu’on aurait pu prévoir, les peuples peuvent se soulever en masse. La moindre étincelle, dans les dictatures, peut provoquer un incendie.

          Si les Iraniens ne se décident pas à abattre le régime, la fuite en avant des ayatollahs les poussera à tenter quelque agression militaire très significative qui obligera les états voisins et l’allié américain à réagir. En ce sens, rien n’est peut-être plus probable qu’une intervention militaire. La Russie laissera faire parce que pour elle aussi le type d’islamisme que l’Iran propage constitue à long terme une menace des plus sérieuses.


          • phan 10 mars 15:05
            MBZ et MBS, les deux Mohammed de l’enfer sur terre avec la publication d’images et de vidéos de la participation du prince héritier saoudien et son homologue émirati à une soirée arrosée à Abou Dhabi.

            • seul le contenu compte... seul le contenu compte... 11 mars 13:03

              @phan
               
              Le pétrole, le pétrole...
              Tout le reste n’est que monceau de billevesées pour bolosses divertis au foute, aux télé-débilités, aux télé-crochets et autre stupidités anounesques... une bière/coca dans une main, une part de pizza/macdo dans l’autre...
               
              Ils sont en train de faire main-basse sur petrobras au Brésil, du coup, le Venezuela peut se déliter en attendant que le Brésil ait été ’ libéralisé ’.
               

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès