• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les partis de gauche et les mouvements sociaux d’Amérique Latine (...)

Les partis de gauche et les mouvements sociaux d’Amérique Latine appuient un peuple qui écrit sa constitution

Réunion des partis de gauche latino-américains à Managua du 15 au 19 juillet pour le XXIIIème Forum de Sao Paulo.

Les 300 délégués de 18 partis politiques de gauche venus de 26 pays d’Amérique Latine, réunis à Managua du 15 au 19 juillet pour le XXIIIème Forum de Sao Paulo, viennent de réaffirmer leur soutien au processus de l’Assemblée Constituante grâce auquel les vénézuéliens éliront 545 député(e)s au suffrage universel, le 30 juillet. La secrétaire exécutive du Forum, Mónica Valente (Parti des Travailleurs, Brésil) a souligné que l’heure a sonné pour la gauche de reprendre l’offensive contre le néolibéralisme dans la région et que la seule façon de la démocratie est de « consulter le peuple, non de faire des coups d’État comme au Brésil, au Paraguay et au Honduras. » « Nous allons former une Commission d’Accompagnement Électoral de l’Assemblée Constituante au Venezuela, car nous l’appuyons » a précisé la Présidente du Parti des Travailleurs du Brésil, la sénatrice Gleisi Hoffmann, lors de la clôture de cette rencontre qui a vu les présidents du Salvador, Salvador Sanchez Ceren, du Nicaragua Daniel Ortega ou de Bolivie Evo Morales réaffirmer leur soutien à la révolution bolivarienne et dénoncer la volonté de la détruire de la part des États-Unis. Même soutien de la Coordination des Mouvements Sociaux de l’ALBA ou du Sommet des peuples qui se réunit en Argentine parallèlement au sommet des gouvernements du Mercosur.

Cumbre-1

Sommet des Peuples, organisé parallèlement au sommet du Mercosur, Argentine, 20 juillet 2017

DFNxCp3XYAASYpo

Mouvements sociaux du Brésil, dont le Mouvement des Travailleurs Sans Terre, manifestant leur soutien au scrutin de l’Assemblée Constituante au Venezuela, le 20 juillet 2017.

Alors que la gauche occidentale, par peur des retombées médiatiques, n’ose plus parler du Venezuela, l’ensemble des partis de la gauche et des mouvements sociaux d’Amérique Latine, manifestent de manière claire leur solidarité avec les jacobins noirs qui s’entêtent a vouloir écrire leur constitution à la barbe de l’empire états-uniens, de ses vassaux européens et de médias qui continuent à imputer les morts causées par les violences de la droite au « dictateur Maduro ». Cette lutte coloniale contre la démocratie se répète au Venezuela lui-même où une droite raciste qui s’inspire de plus en plus de l’État Islamique brûle vifs, comme hier encore à Lecheria, ceux qu’elle n’a jamais considérés vraiment comme des êtres humains depuis que Chavez les a fait entrer dans l’espace politique. Il suffit de lire les tweets de la droite sur les candidats à l’Assemblée Constituante, pour comprendre ce qu’elle ferait en cas de retour au pouvoir.

Tweets racistes

Demandez le programme !

Mais alors que 90 % de la population ne participe à ces violences, dont les foyers se trouvent dans les quartiers riches, quels sont les rêves des candidats à cette assemblée, quels sont les thèmes de tous ces débats citoyens censurés par les médias et ignorés par la gauche occidentale ? Un des courants les plus vivants du chavisme critique (baptisé « bravio », c-à-d rebelle) mène une campagne intense contre le repli populaire de l’espace public causé par la guerre économique et la dépolitisation du conflit favorisée tant par cet antichavisme raciste, fascisant, que par le conservatisme et l’inertie de secteurs de l’État, boulets de la révolution, essayant de conserver des quotas de pouvoir ou au moins, des privilèges.

Certains courants de la gauche occidentale, soucieux de leur image, se drapent dans le « ni-ni » de « la critique de gauche », comme si les vénézuéliens dépendaient de communiqués parisiens pour réfléchir de manière critique sur leur réalité et rallumer le moteur de leur Histoire. On n’est pas loin des discours de Sarkozy ou Macron sur l’Afrique « préhistorique ». Mais la critique, la vraie, celle qui ne procède pas de projections idéologiques, appartient d’abord à ceux qui agissent sur place pour transformer leur réalité, à ceux qui peuvent critiquer un processus en connaissance de cause. En voici un bon exemple : le programme de ces militants de base et de peau foncée.

DE8LU0xXkAAihet

L’ECONOMIQUE :

Pour une économie au service de la vie et des gens !

  • Rédaction d’un chapitre dans la Constitution consacré à l’économie communale, qui considère les axes suivants :

Le modèle économique socialiste se base sur une économie en fonction de l’attention et de la reproduction de la vie sur la planète, soumise aux intérêts communs du peuple travailleur. Les revenus nationaux produit de la rente pétrolière (98%) doivent forcer la naissance d’une économie véritablement productive, basée sur ces principes comme indispensable fondement du nouvel État communal et populaire. Les « droits économiques » reconnus actuellement par la Constitution doivent transcender vers l’énoncé de ce nouveau « système économique » à construire, comme unique possibilité de dépassement de la crise systémique actuelle. Ce modèle doit considérer de plus, comme biens communs, les ressources naturelles comme l’eau, la biodiversité, la richesse génétique, les minerais et que les gouvernements néolibéraux laquais privatisent impunément à travers l’exploitation transnationale.

  • Pour une économie mixte, rationnelle, planifiée, durable, productive, sous contrôle de la société dans toutes ses étapes pour garantir la distribution et la commercialisation justes et pas pour vider le salaire du peuple travailleur pour le bénéfice d’un petit nombre.
  • D’implacables mécanismes de contrôle du libre échange spéculatif, reflété dans l’augmentation galopante des prix, pour la défense du salaire réel à travers le pouvoir populaire, comme une nouvelle institutionnalité, seule capable de s’imposer au métabolisme économique capitaliste, rentier et parasitaire.
  • Revendication du travail comme source et principe de la vie économique du pays.
  • Au peuple les moyens de production ! Confiscation des biens des entreprises coupables de fraude fiscale.
  • Pour un cadre constitutionnel qui reconnaisse notre régime mixte de propriété : social, communal, familial, étatique et privé. Établir avec une plus grande précision le modèle économique mixte à caractère social et inclusif basé sur trois formes principales de propriété.

PROPRIETE SOCIALE ET COMMUNALE : définir comme constitutionnelles les formes de propriété communale, associative, collaborative tenant pour établi que l’État portera une attention spéciale à ce secteur en attribuant un % du PIB pour son impulsion et développement. Il faut avancer dans le renforcement du Système Économique Communal, comme appareil dynamisant de l’économie, où les formes de propriété sociale garantissent une occupation productive.

PROPRIETE SOUS GESTION ETATIQUE : Expliciter quels sont les secteurs stratégiques que l’État doit contrôler pour garantir la souveraineté, les droits de la population et l’indépendance économique de la Nation. En ajoutant qu’il est fondamental de transformer les entreprises au schéma capitaliste sous contrôle de l’État en Entreprises Publiques Socialistes dans lesquelles la pierre angulaire de leur gestion soit la participation active des travailleurs et travailleuses à la planification, la gestion et au contrôle de la production.

PROPRIETE PRIVEE, NATIONALE ET INTERNATIONALE : Établir un cadre constitutionnel qui donne un soutien juridique aux investissements privés. Il doit y avoir transparence sur la nature et la portée des investissements privés, et leur réglementation ; les petite et moyenne entreprises devront avoir une impulsion spéciale à l’intérieur du modèle économique national.

  • Distribution juste de la richesse ! Par l’obligation constitutionnelle de destiner les revenus économiques du pays au développement productif dans le cadre du modèle économique mixte, et au développement social dans les aspects prioritaires comme la santé, l’éducation, l’alimentation, la recherche et le développement technologique. La non réalisation de cette disposition devra être un délit qui envisage des sanctions implacables.
  • Contrôle et suivi populaire, citoyen, participatif et protagonique de la gestion économique et de l’administration des ressources publiques. Information sur les assignations budgétaires, subsides, transferts et revenus propres, avec l’accent sur l’assignation de devises à entrepreneuriat, la planification de leur distribution et de leur usage postérieur effectif.
  • Gestion directe et démocratique du processus social du travail.
  • Coopération et corresponsabilité territoriale des organisations de travailleurs et travailleuses des entreprises productives existantes sur le territoire avec les instances de gouvernement communal pour garantir des processus de contrôle permanents et l’administration populaire des ressources résultant des excédents des entreprises de propriété sociale.
  • Enchaînement productif dans chacune des zones depuis les instances d’organisations de base des travailleurs et travailleuses, pour la planification de la production et le renforcement des processus de recherche et d’innovation technologique.
  • Indépendance économique ou rien ! Pour le développement d’entreprises productives communales, familiales et particulières avec accompagnement et suivi sur le technico-productif, l’économique et l’éthique, sous contrôle populaire, pour augmenter les niveaux d’activité économique.
  • Maintenir l’interdiction des monopoles et pour une taxe fiscale socialement juste. Sont taxés davantage ceux qui ont le plus. Établir l’impôt sur la concentration des richesses et des impôts sur le luxe, la hausse progressive des impôts que paieront les grands capitaux oisifs et improductifs et l’abolition progressive des impôts régressifs et confiscatoires comme la TVA.
  • Démocratisation du secteur bancaire et de l’activité financière sous contrôle populaire.
  • Unification et renforcement du système de banque publique dans une banque forte et unique pour la distribution des excédents au bénéfice du peuple travailleur et pour contenir la spéculation financière de la banque privée.
  • Amélioration et contrôle du système de commerce électronique, en contrôlant et déclarant d’utilité publique les entreprises de ce secteur.

LE POLITIQUE

Le pouvoir populaire, base de la nouvelle société !

Les niveaux d’organisation des gens se sont énormément élevés pendant les 18 dernières années (par exemple, les 46 813 conseils communaux et les 1 743 communes enregistrées, selon les données du MPP pour les communes 2017) et maintenant qu’il existe des formes concrètes d’organisation, participation et protagonisme direct du peuple, il est juste d’élever et de renforcer le Pouvoir Populaire organisé dans ses plus diverses expressions. L’originalité du projet de démocratie des gens réside dans ce qui émane depuis les bases et les appareils qui ne sont pas de l’État ; le Pouvoir Communal est une instance de pouvoir authentique qui non seulement gère des politiques publiques, il s’agit aussi d’un espace territorial où des citoyens conscients de leur rôle historique se rencontrent pour construire une nouvelle forme de pouvoir, de démocratie, de nouvelles formes de relations sociales, productives et éthiques.

Ce grand processus d’organisation doit se développer et prendre beaucoup plus de forces, sans tutelle du vieil État qui l’influence avec ses pratiques bureaucratiques ; le pouvoir populaire constituant doit être indépendant, créatif, critique et de proposition, pour cela les garanties constitutionnelles concrètes au pouvoir des citoyens représentent sans aucun doute un approfondissement démocratique dans le Venezuela Bolivarien.

  • Favoriser et rendre irréversible la démocratie participative et protagonique comme modèle directeur de notre société dans l’exercice de sa citoyenneté.
  • Approfondir la transformation de l’État et les mécanismes de gestion du gouvernement en fonction du principe de transparence dans la gestion publique, et la dé-bureaucratisation de l’appareil de l’État pour ouvrir des mécanismes de lutte contre la corruption, envisager l’inhabilitation pour l’exercice de charges publiques de personnes impliquées dans des cas de corruption.
  • Pour une gestion et une politique moins discrétionnaire et plus démocratiques et populaires ! La démocratie obédientielle est une partie de la démocratie participative et active, le principe de commander en obéissant la renforce, les décisions prises dans les espaces de participation sociale doivent avoir un caractère obligatoire pour la planification et le développement de la gestion publique.
  • Rédaction d’un chapitre destiné à l’État communal, qui envisage les aspects suivants :
  • Donner un rang constitutionnel au pouvoir populaire dans ses formes les plus diverses de concrétisation.
  • Reconnaissance de la commune comme instance d’auto-gouvernement territorial, garantissant la répartition de ressources à travers une place constitutionnelle ; qui permette l’élimination de la « paroisse » comme schéma d’organisation, transfert de la propriété coopérativiste aux communes.
  • Reconnaissance du Pouvoir Populaire comme un pouvoir de plus de l’État.
  • Envisager le développement de la culture communal et ses valeurs (éthique, honnêteté, efficacité, coopération, démocratie, participation, respect…) à travers notre système éducatif, à tous les niveaux.
  • Parité de genre avec alternance à tous les postes d’élection populaire et dans toutes les instances de l’État, accompagnée de garanties qui offrent de meilleures conditions pour la participation politique équitable des femmes.

LE SOCIAL :

  • Amplifier et approfondir les droits sociaux conquis à travers des politiques de soins comme le système Missions et Grandes Missions, et leur garantie en cogestion avec le pouvoir populaire.
  • Élargir le principe de souveraineté comme un axe transversal dans un cadre territorial, politique, économique, culturel, et alimentaire, qui garantisse le contrôle populaire sur la majorité des instances sociales.
  • Élargir le droit au logement, en incluant le droit à la ville, le droit à l’habiter, la peupler, la construire.
  • Blinder l’État Bolivarien contre la privatisation des droits et devoirs sociaux fondamentaux.
  • Interdiction des soins médicaux conditionnés au paiement, des cas d’urgence dans les centres de santé privés.
  • Dépatriarcalisation et décolonisation de l’État et de la culture, en reconnaissant notre diversité de savoirs et comme une nécessité primordiale de notre transformation comme peuple.
  • Pour le droit à une société libre de patriarcat et de machisme, basée sur le respect du rôle de la femme.
  • Pour de plus grandes garanties de meilleures conditions pour le libre développement des capacités des femmes, pour le droit à l’accès à un travail de qualité et à une vie sans violence, une meilleure sécurité sociale pour les femmes travaillant au foyer.
  • Approfondissement des droits sexuels et reproductifs :

Une éducation sexuelle pour décider, des contraceptifs pour ne pas avorter, l’avortement légal pour ne pas mourir !

  • Droit à un accouchement humanisé et à la dépénalisation de l’interruption volontaire de grossesse, en même temps que des garanties sociales pour l’éducation sexuelle pertinente et de qualité à tous les niveaux et l’accès gratuit et égalitaire à des mécanismes contraceptifs.
  • Reconnaissance des droits et de l’union de personnes du même sexe, basée sur le respect et le non-stigmatisation sociale de la diversité sexuelle.
  • Contre la discrimination de la diversité sexuelle à tous les échelons de la vie sociale , que soit considérée la reconnaissance de l’identité transsexuelle et intégration dans l’article 21 de la Constitution, la reconnaissance et la non discrimination de l’identité de genre auto-perçue, l’orientation sexuelle, la couleur de la peau ou l’orientation politique.
  • L’alimentation comme devoir social fondamental :
  • Renforcement du système de distribution populaire des aliments naissant (CLAPs et autres mécanismes populaires de distribution comme les foires agricoles, les systèmes de consommation et de vente planifiée…) pour élargir les garanties d’accès à l’alimentation du peuple travailleur.
  • Envisager une assistance spéciale pour ls secteurs de plus grande vulnérabilité alimentaire, en les priorisant dans le diagnostic, l’assistance, l’assignation de suppléments nutritionnels et ressources pour couvrir pleinement leurs besoins.
  • Favoriser la production d’aliments stratégiques de haute valeur nutritionnelle destinés à couvrir les besoins en énergie et nutriments des secteurs les plus vulnérables ( enfants, adolescents, femmes enceintes, troisième âge, personne avec une diversité fonctionnelle[handicapées]).
  • Droit au soin et à la protection sociales avec corresponsabilité. L’État doit garantir par la corresponsabilité entre les services d’État, l’entreprise privée, la communauté organisée et les familles, le soin et l’assistance aux personnes en situation de vulnérabilité pour l’éradication de toutes les formes de pauvreté.
  • Intégration d’un chapitre sur l’élargissement des droits et les garantie sociales pour la jeunesse comme réserve éthique, culturelle et productive de la société, qui envisage :
  • La promotion et les garanties pour l’accès à la participation dans les instances démocratiques de gouvernement et d’auto-gouvernement populaire ( dans le territoire, le lycée, l’université, etc.), en fonction des valeurs de patriotisme, respect, défense de la paix et la stabilité politique de la Nation.
  • Garantir un droit au travail digne et de qualité pour la jeunesse. En promouvant le travail libérateur à travers l’appui aux entreprises productives dans toute modalité envisagée par l’économie mixte en priorisant celles de la propriété sociale, communale et familiale.
  • Droit à l’accès public à l’information et aux mécanismes technologiques qui permettent la formation et la recherche.
  • L’éducation libératrice pour transformer la société !
  • Pour l’éducation émancipatrice fondée sur une nouvelle praxis, qui encourage la rencontre des savoirs populaires pertinents, reconnaisse et inclue la diversité et soit basée sur la culture de la paix comme valeur indispensable pour la société, ainsi que le respect de la vie sur la planète, l’unité de l’étude et du travail et de la recherche et de l’innovation technologique, artistique, culturelle et sportive en fonction des intérêts nationaux.
  • Pour une approche sociale non sexiste de l’éducation. Nous parions sur une éducation non verticale, à caractère populaire, qui inclue et reconnaisse toutes les identités.
  • Reconnaissance de tous les secteurs et corporations qui constituent les communautés universitaires (étudiants, enseignants de tous les échelons, travailleurs et travailleuses administratifs et ouvriers…), établissement de l’égalité politique pour l’élection démocratique des autorités universitaires et la représentation égalitaire et avec les mêmes droits politiques de tous les secteurs qui constituent la communauté universitaire, dans les instances de co-gouvernement.
  • Un accès juste et planifié à l’éducation, une priorisation d’accès à l’éducation publique des secteurs les plus vulnérables, approfondir la communalisation de l’éducation pour renverser le processus de concentration des centres éducatifs dans les zones urbaines d’accès difficile pour la grande majorité de la population, une planification de l’offre éducative en fonction des potentialités locales et des intérêts productifs de la Nation, qui de plus permette de garantir l’emploi postérieur dans le pays des professionnels et professionnelles.
  • Relation directe du système éducatif avec le système économique productif, intégrer la pertinence éducative comme axe fondamental à tous les niveaux.
  • Communalisation de la sécurité citoyenne, pour qu’elle soit prise en charge et planifiée sur le territoire de façon co-responsable, intégration des aspects du nouveau modèle policier et mesures de contrôle communal pour le fonctionnariat des corps de sécurité de l’État.
  • Démocratisation de la communication : un système public et participatif de communication.

Source : http://www.chavismobravio.org.ve/?q=node/25

Traduction : Cathie Duval

URL de cet article : http://wp.me/p2ahp2-2Vm


Moyenne des avis sur cet article :  4.86/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • Lugsama Lugsama 22 juillet 11:33

    « Mais alors que 90 % de la population ne participe à ces violences, dont les foyers se trouvent dans les quartiers riches » faut en lire de ces conneries, aussi fort en géographie qu’en démographie smiley


    • Lugsama Lugsama 22 juillet 11:45

      Sinon l’ensemble de la gauche venezuelienne elle même participe aux mouvements de grève de l’opposition démocratique. Seuls quelques partis extrémiste, qui ne représente pas grand monde comme on peux le voir sur vos propres photos, soutiennent la dictature chaviste.

      Le chavisme disparaît et personnes ne pourra le relever.

      Le plus amusant est tout de même que le régime survie grâce à la générosité des USA qui lui offre 8% de son marché pétrolier... pour le moment. Le pays est au bord de la cessation de payement si Trump leur coupe l’accès.. bon courage.

      Les dignitaires du régimes ne risque pas grand chose eux, ils ont bien remplit leur compte bancaire à l’étranger ..


      • sls0 sls0 22 juillet 14:17

        @Lugsama
        Vous n’avez même pas dormi 6h cette nuit, j’espère qu’on vous paie bien, vous allez y laisser votre santé.

        J’ai le bénéfice du décalage horaire (heure de Caracas 8h10) vous allez vous épuiser à vouloir répondre à vos contradicteurs des deux cotés de l’Atlantique.
        Allez, voy a la panaderia, contrairement à vous je n’ai pas d’idéologie à défendre et je ne suis pas astreint à suivre tout les articles d’agoravox au sujet du Venezuela.

        Pas d’idéologie mais le mensonge me dérange d’où mes interventions.

      • Lugsama Lugsama 22 juillet 15:25

        @sls0

        Tout le monde n’à pas besoin de dormir 12h la nuit..

        Vous n’aimez pas le mensonge mais vous refusez de voir la réalité ??

        Si c’etait rèelment le cas on serait amis, je viens ici uniquement pour les dénoncer, les mensonges tous plus grossier que les autres.

        Pour votre information même au Vénézuela on a pas parlé pas de cette réunion anonyme entre petits apprentis dictateurs..

        Le chavisme est mort, faudra bien vous y faire à un moment où un autre.

        Qu’est-ce que serait une constituante faite uniquement part des partis d’extrême gauche, sans légitimité démocratique, contre l’avis du parlement élu, contre un peuple qui tous les jours hurle qu’il n’en veux pas, qui pense qu’elle peut représenter les citoyens ? Quelle personne honnête intellectuellement pourrait défendre un tel projet ?

        A moins d’être un puit de niaiserie sans fond crédule on appel ça un menteur.


      • Oceane 23 juillet 05:22

        @Lugsama

        « Opposition démocratique », comme en Libye, Syrie, Ukraine et partout où les mondialistes sèment le bordel ? Quand j’entends ou lis « opposition démocratique » contre un gouvernement , je me méfie.

        Les mondialistes se rapprochent de plus en plus vers leur model Hitler.


      • Oceane 23 juillet 05:31

        @Lugsama

        Quelle personne honnête pourrait denier à un chef d’état « démocratiquement élu » d’aller au bout de son mandat. ? Ça commence tout de même à faire tâche ! Il faudrait déjà songer à inventer autre chose.


      • Lugsama Lugsama 23 juillet 09:44

        @Oceane

        L’opposition à mis une rouste au chaviste au dernieres élections mais il bloque le gouvernement et controle le pays illégalement. Il s’est servit du tribunal suprême pour bloquer illegalement un referundum revocatoire qu’il etait sur de perdre dans les 70%. Il a illegalement prolonger les juges suprêmes et menacer les nouveaux qui ont ete désigné par le parlement, contournant de nouveau la constitution. Il impose illegalement une constituante et sans passer par un referundum qu’il est sur de perdre. Il laisse l’armée faire ses narcotraffique et fait assassiner les enfants du Venezuela.

        Un grand démocrate au royaume des clowns peut être..

        La verite est que le chavisme est fini, le soutiens populaire déjà faible de Maduro qui s’etait deja pris une rouste aux dernières election à disparu.

        Aujourd’hui l’une des icones les plus célèbre de l’oposition centriste et democratique à été tabassé, un vilain violoniste certainement armé d’un violon d’extrême droite : http://www.infobae.com/america/venezuela/2017/07/23/la-salvaje-agresion-de-la-policia-chavista-al-popular-violinista-de-las-protestas-opositoras/


      • sls0 sls0 24 juillet 00:08

        @Lugsama
        contre l’avis du parlement élu, contre l’avis du parlement élu.

        Je l’ai copié deux fois votre phase, je trouve qu’elle sonne bien.
        J’avoue ne pas trop connaitre le parlement vénézuélien mais il se trouve que l’on a aussi un parlement élu.
        On voit qu’avec de gros moyens financiers on peut faire élire ce que l’on veut.
        Franchement je me sens pas trop représenté. Ils ont même les moyens de modifier la constitution garantie du peuple.
        Franchement si en France on pouvait sortir la constitution des pattes des députés et sénateurs ça m’irait bien.
        Ben c’est ce qu’ils font au Venezuela, que la constitution serve à protéger le peuple contre des élus aux ordres de ceux qui ont tout les privilèges et l’argent me va très bien.
        Et même une constitution ne protège pas toujours quand on voit dont la façon est bafouée la constitution US par vos potes.
        Vos champions bafoueurs de constitution n’apprécient pas les constitutions protègeant le peuple, eux il n’y a que l’exploitation du peuple qui les intéresse.

      • Lugsama Lugsama 24 juillet 00:27

        @sls0

        Vous désirez souvent comme ça ? Dites moi quand les USA ne respectent pas leur constitution ?? Il n’y a pas peuple plus attaché à leur constitution, c’est même un problème pour certaines réformes de sociétés.

        En France le parlement seul n’à pas le pouvoir de modifier la constitution pour commencer..

        On a bien vu comme les gros moyen financier du PS ont écraser tous les partis..

        Quand au Vénézuela le président pisse tous les jours sur la constitution pour matraquer le peuple, et vous trouvez normal que l’on ne respecte ni la Loi, ni la démocratie ? Et vous oubliez que c’est le président et ses collabos militaires qui ont tous les privilège la bas.. Mais pour vous la dictature c’est mieux que la démocratie pour protéger le peuple parce que vosi idées y sont minoritaire, bravo vous avez fait votre coming out de fachiste, au moins maintenant les choses sont clair et expliquer la défense de Maduro.

        J’ai toujours pensé que vous étiez un peu limité en faite vous êtes juste un connard qui l’assume.


      • Garibaldi2 24 juillet 04:03

        @Lugsama

        Vous n’en avez pas marre de raconter des bobards ?

        L’assemblée constituante doit compter 540 membres, dont 176 désignés par des groupes sociaux (syndicats, retraités, étudiants), et 364 autres membres qui doivent être élus au suffrage universel selon un découpage par circonscriptions municipales.

        La précédente constituante avait été décidée par Chavez en 1999, sans demander à l’A-N, ni référendum, et la constitution qui en était résultée avait été approuvée par référendum, pour la 1ère fois dans l’histoire du Vénézuéla.

        Pour rappel, c’est bien cette constitution qui a prévu la possibilité d’un référendum révocatoire que la MUD voudrait mettre en oeuvre contre Maduro !!! Pour rappel encore, quand il a voulu changer la constitution, Chavez a convoqué un référendum pour valider les modifications. Il a perdu et il en a respecté le résultat.

        Pourtant Capriles criait déjà à la dictature.

        Capriles, le fils de famille, qui a quitté le costume 3 pièces pour le sweater et la casquette qui font plus ‘’peuple’’, est membre d’une famille parmi les plus riches du Vénézuéla. Elle possède les journaux Ultimas Noticias (le plus diffusé au plan national) et El Mundo, des radios et une chaîne de télévision. Pourtant au Vénézuéla il n’y a pas de liberté de l’information, dixit Lugsama !


        La création d’une assemblée constituante ne dissout pas l’assemblée actuellement élue, dont les résultats ont été validés par le TSJ à l’exception de 3 sièges.


        C’est sur ces 3 sièges qu’il y a conflit entre la MUD et le TSJ, dont les membres sont élus par l’A-N, y compris ceux de ’’la salle constitutionnelle’’, contrairement à la France où les membres du Conseil Constitutionnel sont nommés.

        L’absence de ces 3 sièges prive la MUD de la majorité qualifiée, avec les prérogatives qui en découlent.

        Il était extrêmement simple de convoquer à nouveau les électeurs des 3 sièges en question pour qu’ils tranchent le problème très rapidement. L’A-N le refuse. Il semble que la MUD n’accepte les décisions de justice que quand elles vont dans son sens !
         
        Une nouvelle constitution ne pourra être promulguée que si elle est validée par référendum, comme l’a déclaré Maduro. Si la MUD représente actuellement la majorité en voix, on se demande bien pourquoi elle refuse la création de cette constituante ?


      • Lugsama Lugsama 24 juillet 07:53

        @Garibaldi2

        Il n’y a plus de vrai chaîne privé d’opposition à la télévison, c’est un fait.

        L’assemblé constituante à un suffrage verrouillé par les ulta-minoritaire chaviste et est contraire à la constitution de Chavez. Tout ça à un an d’élection perdu d’avance pour le pouvoir, un peu de sérieux. Rien n’empêche Maduro de se présenter en 2018 avec son projet. Rien à par la peur du jugement du peuple.

        Maduro a justement bloqué le référendum révocatoire qui allait le mettre à la porte avec la veste du siècle, il n’à pas non plus organiser de référendum pour sa constituante rejeté par 85% de l’opinión..

        Ce n’est pas pour rien si la magistrate Ortega le combat au nom de Chavez..

        « Ce que l’on ne pourra pas faire avec des voix on le fera avec des armes » Nicolas Maduro ..

        Que Capriles soit le fils d’un déporté polonais ayant fait fortune change quoi ? Surtout qu’en face la famille Maduro se gave grâce au trafique de narcotique, ce n’est pas pour rien si le personnage le plus puissant dun narco-trafique venezuelien à été nommé ministre de l’intérieur..

        Tous les jours on voit la nature de ce régime militaire, l’échec abyssal du projet chaviste, que vous faut-il de plus pour ouvrir les yeux ??


      • Garibaldi2 24 juillet 10:29

        @Lugsama

        Et toujours les bobards !

        C’est un fait qu’il y a des chaînes de télévision privées au Vénézuéla et votre négation de ce fait devient grotesque.


        Si l’élection dans un an est ’’perdue d’avance’’, pourquoi ne pas attendre cette échéance ?

        Maduro n’a rien bloqué du tout, c’est le Conseil National Electoral (membres élus par l’A-N) qui est décisionnaire en la matière. Le conseil a validé la 1ère étape du processus du référendum révocatoire, mais il a constaté des fraudes. Le processus a continué mais ont surgi d’autres problèmes de fraude : http://k6.re/jUHny


        Le fait que Capriles soit le petit-fils (et non le fils) d’un déporté polonais qui a fait fortune, ne change pas le fait que sa famille est l’une des plus riches du Vénézuéla (la seconde) et qu’elle détient des médias (presse, radio, télé), qui mènent une campagne anti-maduro, alors que vous avez expliqué 100 fois qu’il n’y a pas de médias privés libres au Vénézuéla !

        Quant au ministre de l’intérieur, s’il est accusé par les USA de trafic de drogue, ce n’est en rien une preuve de sa culpabilité. Ce n’est pas la première fois qu’il occupe ce poste et on se demande alors pourquoi Luisa Ortega, procureure générale, ne l’a pas avant fait inculper alors que c’est dans ses prérogatives ?


      • Lugsama Lugsama 24 juillet 11:56

        @Garibaldi2

        Vous pouvez répéter un mensonge ça reste un mensonge, il n’y a plus qu’une chaîne privé sur les ondes venezuelienne et elle s’est recentré sur le divertissement. On a même appris via wiki leaks que le directeur admettait en interne qu’il devait être prudent envers le pouvoir et que le journalisme d’investigation n’existait plus.. Que vous faut-il de plus ?

        Toutes les autres chaînes privées n’apparaissent pas sur les ondes, c’est officiel et incontestable.

        Et je vous retourne la question, pourquoi ne pas attendre les élections ? Pour votre information le CNE, qui a bloqué la collecte qu’elle organisait elle même pour fraude alors que plus du double des voix nécessaires étaient deja déposés, est acquise au pouvoir, ce qui n’à rien d’un secret. Sur de se prendre une raclé à toutes élections ils ont même repousser sans justification juridique les élections régionales..

        Vous comprendrez qu’après avoir déclarer que ce qu’ils n’obtiendrait pas par les voix ils le ferait par les armes, le peuple a de sérieux doute sur l’issu réel et la légitimité d’une constituante voulu par un president autoritaire et verrouillé par les candidats chaviste alors qu’ils n’ont plus aucun soutien populaire.


      • sls0 sls0 24 juillet 18:57

        @Lugsama
        Vous comprendrez qu’après avoir déclarer que ce qu’ils n’obtiendrait pas par les voix ils le ferait par les armes.




        Démocratie façon département d’état US.
        Pas étonnant que vous sortiez cette belle leçon de démocratie.

      • Lugsama Lugsama 24 juillet 19:21

        @sls0

        C’est une citation officiel de Maduro..

        Les USA sont une grande démocratie, que cache votre jalousie maladive ? Vous regrettez l’occupation ?

      • sls0 sls0 25 juillet 14:21

        @Lugsama
        23 millions de morts coté URSS et 300 000 coté US.

        Pour ce qui est de la tannée que se sont pris les nazis, c’est plus vers l’est que vont mes remerciements.
        Dans le pays où je réside la dernière occupation c’est les USA suite à une élection qui leur avait déplu. Avant c’était un dictateur qui avait leur appui.
        La plupart des bibles et écrits religieux sont imprimés aux USA ici.
        C’est assez insidieux leur façon de faire. C’est économique, religieux et culturel.
        Une question au fait, vous avez plus de 10 ans ?
        Vos arguments comme votre croyance sans questionnement ainsi que votre inculture historique me font parfois penser que j’ai un gamin en face.

      • Lugsama Lugsama 29 juillet 19:41

        @sls0

        Le nombre de mortest peut être aussi du à la strategie non ?

        En tout cas le monde c’est les americains qu’il remercie, les russes ont chasser une dictature par une autre encore plus meurtriere.. pas vraiment une reussite.


      • sirocco sirocco 22 juillet 12:42

        Merci venezuelainfos pour cet article bien documenté.


        • Spartacus Spartacus 22 juillet 13:47

          Quel tissus de niaiseries basé sur la planification étatique du communisme....

          Faut il en rire ou en pleurer ?
          Avec un tel programme, c’est sur, ils ont pas inventé l’eau chaude ni lu un livre d’économie.....

          Cette fiction ubuesque que tout le monde pourrait vivre aux dépens des autres par l’intermédiaire de l’état.... Que c’est puéril et pitoyable !

          Hélas ces gens manipulés et drogué au Marxisme matérialiste le plus débile, imaginent que la richesse est produite avec l’accaparation des moyens de production..

          Qui va les instruire et leur expliquer la vérité, a ces pauvres gens ignorantes du fonctionnement réel de l’économie ? 
          Que toutes les plus grandes planifications de la Russie , du Cambodge, de Cuba communiste ont toutes échoué ? Et qu’il en sera économiquement toujours ainsi ?

          Que la planification de la RDA a produit des Traban, voitures merdiques et que les vils sociétés privées de l’Allemagne de l’ouest dans le même instant produisaient des BMW ou Volkswagen de qualité ?

          Personne ne leur a expliqué que la richesse est le produit de la capacité de l’homme à penser. 
          Un état ne pense pas. 

          • JBL1960 JBL1960 22 juillet 23:31

            @Spartacus Qui va les instruire et leur expliquer la vérité, a ces pauvres gens ignorantes du fonctionnement réel de l’économie ? 

            Que toutes les plus grandes planifications de la Russie , du Cambodge, de Cuba communiste ont toutes échoué ? Et qu’il en sera économiquement toujours ainsi ?
            =*=
            Je précise tout de suite que je ne suis pas d’accord avec la votation de 545 députés au suffrage universel le 30 juillet prochain. Non pour les raisons invoquées plus haut par Spartacus.
            Mais parce que la votation au Suffrage Universel, qui plus est, est une arnaque comme l’avait défini Louise Michel en 1890 dans son Abécédaire à la lettre S :
            Suffrage universel : « Peut-on encore parler du suffrage universel sans rire ? Tous sont obligés de reconnaître que c’est une mauvaise arme ; que du reste le pouvoir en tient le manche, ce qui ne laisse guère aux bons électeurs que le choix des moyens pour être tonquinés ou endormis. » (« Prise de possession », 1890).
            Le problème avec l’étatisme et ses avatars : on ne donne que le choix du « moins pire » alors qu’il suffirait simplement de virer toute cette fange étatico-capitaliste, mettre en place la société des sociétés pour que tout ça s’arrête.
            Il n’y a pas de solution au sein du système au Venezuela comme ailleurs.
            Alors il est difficile de faire une critique du Chavisme sans ce faire traiter de suite de... Tout.
            Pourtant ; 1- L’erreur de Chavez a été de continuer obstinément avec l’État alors qu’il avait les moyens de redonner, de rediluer le pouvoir dans le peuple, ce serait bien plus compliqué aujourd’hui pour une oligarchie considérablement affaiblie si c’était le peuple qui gérait tout. Ce serait aux comités « sans-culottes » qu’il faudrait reprendre le pays… au lieu de cela, la corruption a eu raison de la « révolution bolivarienne » qui est demeurée une réforme des fonctions étatiques mais pas un changement radical…
            2- Seul Chavez pouvait faire du Chavez. Maduro était cuit dès le départ, ce n’était que reculer pour mieux sauter. Au bout du compte c’est encore une fois le peuple qui va morfler.
            Pourtant on a relayé l’appel depuis le Venezuela aux anarchistes d’Amérique Latine et du Monde, complétant d’ailleurs pour ma part par des infos et PDF ad hoc donnant des « solutions » alternatives pour se gérer hors État et ses institutions et applicables de suite et précisément parce qu’on a tiré les enseignements des échecs des révolutions sociales passées. Et parce qu’on pense, au contraire, que rien n’est inéluctable (sauf la mort) et qu’il n’en sera pas toujours (économiquement) ainsi !
            Reste qu’il faut convaincre et non vaincre que nous sommes la solution et qu’il faut aller puiser en nous, profond, et changer d’attitude envers l’État et affuter notre réflexion pour convaincre 10 à 15% de la population mondiale. Prenons exemple sur ce territoire appelé ZOMIA. La population de la Zomie, vivant hors des prérogatives des états concernés est entre 80 et 100 millions de personnes. Pas vraiment un village s’auto-gérant, n’est-ce pas ? Tenez, tout est documenté et il y a plus encore pour ceux qui veulent et qui pensent qu’il n’en sera pas toujours ainsi, mais pour cela il est nécessaire de se sortir les doigts du nez !

          • Oceane 23 juillet 05:39

            @Spartacus

            « Avec un tel programme, c’est sûr, ils n’ont pas inventé l’eau chaude ni lu un livre d’économie. »..." Un livre d’économie écrit par les idéologues des pilleurs sans frontières ?


          • Spartacus Spartacus 23 juillet 13:42

            @Oceane
            Ne pas vouloir s’instruire pour rester dans l’ignorance est un point de vue. 

            On peut lire un livre d’économie sans être en accord sur tout.

            Mais au moins y puiser les bases minimales.... Et là y’a même pas le minimum du minimum.



            • Jean Kinsonrien 22 juillet 15:18

              Les 70 % de Vénézuéliens qui ont voté contre Maduro lors des dernières élections législatives ne sont pas tous payés par la CIA... mais de toute façon, il n’y a aucune solution viable qui se propose à eux. Ce qu’ils voient c’est un pays qui tombe en ruines, une économie qui donne envie de déménager à Cuba, une insécurité qui fait rêver de Ramallah...


              Le texte ci-dessus est terrifiant de stupidité, on y a empilé tous les lieux communs qui ne trompent même plus un enfant de10 ans... Là où le problème du Venezuela se complique, c’est que face à l’incompétence dogmatique du gouvernement, il n’y a que la rapacité de l’oligarchie qui ne propose rien d’autre que de remettre la main sur les richesses du pays et s’en mettre plein les poches.  

              Voici une video d’une colombienne  journaliste et commentatrice, il faut comprendre l’espagnol, mais elle parle clair, elle explique comment le Venezuela en est arrivé là et pourquoi il n’y a rien à l’horizon qui ressemble à une solution. 

              En 10 mn, vous allez fortement améliorer votre compréhension de la situation re ce pays. 

              • Lugsama Lugsama 22 juillet 15:37

                @Jean Kinsonrien

                Le plus « drôle » c’est que le peu de bouffe qu’ils importent c’est grâce à la générosité des USA qui n’ont aucunes obligation de leurs ouvrir leur marché pétrolier. Quand on entend les discours officiels..

                C’est comme le 1,1 millions de cubain réfugiés aux USA, aux dernières élections ils ont votés majoritairement Trump parce qu’ils sont pour le maintien des sanctions, eux qui on connu le régime castriste..

                Ça n’empêche pas les révolutionnaires de salon de quartier bobo vous parler du rêve de la révolution et autres images romantique de régime dictatorial..


              • Jean Kinsonrien 22 juillet 16:17

                @Lugsama

                On ne résoudra rien en se contentant de se trouver moins crétin que l’imbécile d’en face...

                Les bobos sont une belle invention médiatique qui constituent avant tout un repoussoir imaginaire qui sert à tout le monde, personne ne se revendiquant comme tel. Le « Bobo » est utile à tous : du FN à la France Insoumise, tous se comparent à ce mythe et s’en trouvent grandis à leurs propres yeux.

                Sinon, le soutien des cubains américains à Trump ressemble aussi à une légende « In Miami-Dade County, where one of three residents is Cuban-American, Clinton won by 30 points, 64 percent to 34 percent, an 81,688-vote improvement for Democrats from 2012, » the report says. Le reste de l’article est là http://www.miaminewtimes.com/news/donald-trump-says-cuban-voters-love-him-but-hes-wrong-9146019

                Enfin, les « généreux américains » qui ouvrent leur marché pétrolier au Venezuela... cela pourrait faire rire si ce n’était tragique. Je n’aimerais pas bénéficier de la générosité des USA de la manière dont le Venezuela en bénéficie aujourd’hui.


              • Lugsama Lugsama 22 juillet 16:59

                @Jean Kinsonrien

                Je déteste le terme de bobos également, il désigne des personnes ayant réussit socialement et économiquement et qui ont la « bêtise » de voter à gauche. C’est évidement un terme inventé par des personnes ne votant à droite que pour des raisons pécuniaire et ne voyant le partageur que comme un être qui forcément n’à rien n’à donner. Lorsque qu’un groupe social sort de ses schémas de pensé pre-établit évidement lui reste alors le dénigrement.

                C’est d’ailleurs ce qui se passe dans les « articles » de venezuinfo ou l’opposition centriste et démocratique est décrite comme d’extrême droite. (Les syndicats de transport publique venezueliens seront ravi de l’apprendre smiley ) Les chavistes ayant perdu le soutiens populaire..

                Le soutiens des cubains à Trump n’à rien d’une légende, 54% des cubains de Floride ont voté pour lui (43% pour Hillary Clinton) alors que l’ensemble des latinos non-cubains ont votés à 71% pour Clinton. Ils n’ont pas supportés l’ouverture sous Obama.

                https://www.google.es/amp/www.pewresearch.org/fact-tank/2016/11/15/unlike-other-latinos-about-half-of-cuban-voters-in-florida-backed-trump/%3Famp%3D1

                Pour le moment les USA ont sanctionné 7 dirigeants chavistes et continu d’ouvrir leur marché pétrolier alors qu’ils sont accusé tous les jours par le régime chaviste pour noyer le poisson, et qu’ils n’ont pas besoin de ce pétrole. On pourrait leur reprocher leurs complaisance au pire..


              • Garibaldi2 24 juillet 02:10

                @Jean Kinsonrien

                C’est Lugsama qui vous prodigue ses cours d’histoire sur le Vénézuéla ? Il est faux de dire que 70% des Vénézuéliens ont voté contre Maduro lors des dernières législatives. Le résultat des élections législatives de décembre 2015 est le suivant :

                MUD = 56,2% des inscrits = 112 sièges
                PSUV = 40,9% des inscrits = 55 sièges
                (B/N = 2,9%)

                source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Élections_législatives_vénézuéliennes_de_2015

                Le vote est à 1 tour et combine scrutin nominal (70% des députés) et proportionnel (30% des députés). Il y a 3 postes réservés aux Indigènes.

                Ce qu’indique le résultat en nombre de voix, c’est un pays coupé en 2.


              • Lugsama Lugsama 24 juillet 07:57

                @Garibaldi2

                Oui c’est 70% des sièges, 40% des voix c’était déjà très faible. Je ne sait pas si l’on pouvait parler de pays coupé en deux mais l’attitude de l’exécutif depuis à de toute façon détruit la confiance jusque dans les rangs du noyaux dur chaviste.


              • Garibaldi2 24 juillet 10:39

                @Lugsama

                Le nombre de sièges ne correspond pas au nombre de voix, comme c’est d’ailleurs le cas en France. Donc oui, le pays est bien coupé en 2 et à la dernière législative la MUD représente 56,2% des voix et non 70% ou 85% ou 90% des électeurs.


              • Lugsama Lugsama 24 juillet 19:23

                @Garibaldi2

                le PSUV ne faisait déjà plus que 40%, ce qui est loin de la moitié, et maintenant il a perdu presque tout soutiens même au sein de ses troupes..

                Maduro est appelé la « sepultura » du chavisme pour cela.

              • JP94 22 juillet 17:57

                Merci pour cet article détaillé, qui ressemble à un programme du PSUV... mais ça permet justement de saisir le projet de la vraie gauche venezuelienne, au lieu de se fier à cette propagande nauséabonde, pro-impérialiste, falsificatrice ( parler des Cubains qui soutiennent Trump...alors qu’il ne s’agit que de ces Cubains fachos (impliqués dans des attentats terroristes contre Cuba, en cheville avec la CIA).


                Apparemment, votre article fait mouchen vu la furie qu’il déclenche chez ces trolls fachos qui prétendent apporter des infos alors qu’ils ne biberonnent à la CIA. Pour eux, vive le fascisme, vive Pinochet ... même si bien sûr ils disent de façon à peine voilée et moins explicite.
                Car ils ne me feront pas croire qu’ils étaient du côté du peuple chilien lors du coup d’Etat fasciste contre Allende... alors ils jouent les démocrates, mais rien que cette vindicte, cette violence verbale qui caractérise les fascistes, et qui le moment venu tourne à la violence physique, les trahit et les désigne pour ce qu’ils sont ;

                Ils ne pourraient pas publier un article, alors ils se défoulent en pourrissant de leurs bla bla copier coller d’El Pais, ou de sources alimentées par Washington....ils cherchent à provoquer une sorte de terreur intellectuelle... C’est un peu dommage car il devient impossible de discuter car malgré tout certains points seraient à discuter sereinement - et leur but est de prohiber le débat. Pour ça ils y arrivent ? Mais en même temps on voit que l’opposition à Maduro, en réalité, est pro-fasciste, t absolument pas démocratique.
                L’enjeu qui se joue au Venezuela est une guerre des classes extrême, qui est aussi un guerre contre le fascisme. La lutte de Maduro est dure car il a affaire à une bourgeoisie pro-fasciste.

                Toutefois, il commet des erreurs et au sein-même du PSUV, il y a naturellement de sérieux problèmes dont il conviendrait de discuter. Cela ne remet nullement en cause la justesse du projet socialiste au Venezuela.

                • Jean Kinsonrien 22 juillet 19:48

                  @JP94

                  Pourquoi cet amour d’un monde en noir et blanc... ?

                  Il ne fait aucun doute que la partie qui se joue au Venezuela est capitale pour toute l’Amérique Latine, Washington cherche par tous les moyens à récupérer son influence perdue, par le marketing en Argentine avec Macri/Macron, par un putsch « juridique » au Brésil et par des moyens plus Old School au Venezuela. Dans aucun de ces pays, on imagine les agences US motivées par le bien-être des peuples.

                  Là où il y a un vrai gros problème, c’est que le pauvre Maduro est totalement incompétent, que la corruption née dans l’entourage de Chavez a atteint des niveaux hallucinants (sa fille est à Paris en ce moment, elle fait la tournée des restaurants étoilés, sans doute en solidarité avec le peuple bolivarien). L’échec du gouvernement est tel que les« coopérants » cubains ont interdiction absolue de sortir dans des lieux publics, même la rue, après 18 heures.

                  Le texte ci-dessus est le type d’argumentaire déployé par le gouvernement cubain pour tenter de faire croire qu’il est socialiste. Apparemment ce genre de méthode fonctionne encore, puisque vous êtes plusieurs ici à ne pas voir que c’est une couche de peinture supplémentaire qui ne sert qu’à masquer le pouvoir absolu exercé par un petit groupe mené par la famille Castro.

                  La domination US est une horreur (pensez entre autres aux régions dévastées par Monsanto en Argentine ou au Mexique) mais le socialisme d’affichage des Castro Maduro est également insupportable. Aucun peuple ne mérite de subir l’une de ces deux aberrations.

                  Ce n’est pas parce que le grand méchant est bourré de défauts jusqu’à la caricature que vous devez vous sentir obligés de soutenir des gouvernements tout aussi peu soucieux du bien être de leurs peuples... cela parce qu’ils ont fait croire qu’ils étaient socialistes.

                  On peut en débattre, j’ai pas mal de sources d’information directes...


                • Garibaldi2 24 juillet 10:56

                  @Jean Kinsonrien

                  La MUD ayant gagné les dernières législatives, pourquoi alors les anti-Maduro n’ont pas attendu que Maduro soit éjecté de la présidence par le processus naturel des élections ? Pourquoi ont-ils maintenu leur refus de nouvelles élections pour confirmer les députés dont l’élection a été contestée ? Pourquoi mènent-ils une insurrection continuelle avec des casseurs armés de mortiers artisanaux (je vous fait grâce des armes à feu utilisées contre les forces de l’ordre et des civils) ? Pourquoi bloquer les routes et tenter de paralyser le pays ?

                  Le régime économique au Vénézuéla n’a rien avoir avec celui en place à Cuba. Contrairement aux mensonges proférés sur ce forum, l’économie vénézuélien est d’ordre privé. Qu’elles sont les grande entreprises de productions de biens ou de service qui ont été nationalisées par Chavez/Maduro ?


                • Lugsama Lugsama 24 juillet 11:59

                  @Garibaldi2

                  Drôle. Tous le secteur pétrolier dont la production se casse la gueule déjà..

                  LA MUD réclame des élections, c’est même tout l’enjeu des manifestations, sortez de votre grotte..

                  En attendant c’est bien les manifestants qui se font abattre tous les jours par les militaires et leur armes à feu, et non l’inverse.


                • Jean Kinsonrien 24 juillet 12:12

                  @Garibaldi2

                  Erreur de ma part... 70% des sièges à l’assemblée ne sont pas 70% des voix, la France peut en témoigner. Mais en aucun cas Maduro ne peut espérer remporter une élection, sauf s’il s’agit d’une constituante ou une part significative des membres de l’assemblée sont désignés par le gouvernement.  

                  Ceci-dit le processus de cubanisation du Venezuela n’a rien d’une invention, déjà aux beaux jours de la relation Chavez/Fidel, celui-ci cherchait à persuader son ami Hugo de cesser de s’embêter avec les élections. En ce qui concerne les nationalisations, c’est à votre tour de vous documenter
                  Cet article vous donne le détail des grandes nationalisations faites par Chavez, et que je trouve tout à fait justifiées.

                  Les dirigeants vénézuéliens sont totalement sous contrôle cubain, le joli texte reproduit dans l’article exhale un très fort parfum de langue de bois cubaine, un extrait au hasard «  La démocratie obédientielle est une partie de la démocratie participative et active, le principe de commander en obéissant la renforce, les décisions prises dans les espaces de participation sociale doivent avoir un caractère obligatoire pour la planification et le développement de la gestion publique. »

                  Qui comprend un pareil langage ? 

                  Pauvre vénézuéliens, pris entre deux tentatives de coups d’état, la juridico-militaire de Maduro et l’économico-insurrectionnelle de l’oligarchie. Ce qui est navrant est que des deux côtés on trouve des gens sincères persuadés d’agir pour le bien de leur pays. Les abrutis qui dirigent les deux côtés ont entrepris une marche vers la guerre civile qui va plomber le pays pour une quarantaine d’années. 

                • Garibaldi2 25 juillet 09:58

                  @Jean Kinsonrien

                  La constituante, c’est un non problème étant donné que la modification de la constitution doit être soumise à référendum (en France on peut se contenter du congrès !). Donc si Maduro veut faire sa constituante ça ne changera rien pour les prochaines élections.

                  Quand l’opposition a gagné les législatives en France sous Mitterand, puis sous Chirac, elle n’a pas exigé le départ du président démocratiquement élu. Quand Hollande a été au plus bas dans les sondages on n’a pas exigé son départ par la force, l’émeute, le blocage des routes.

                  Mais je me suis documenté ! Relisez bien la forme de ma question ! On voudrait nous faire croire que le petit boutiquier du coin a été nationalisé, que tout l’appareil de production est dirigé et détenu par l’état, C’est faux. A comparer avec les nationalisations en France au lendemain de la guerre.

                  Ce qui se passe au Vénézuéla est la reproduction de ce qui est arrivé au Chili avec le sabotage économique de la classe dirigeante comme la ’’grève’’ des camionneurs qui a paralysés le pays (5000 km de long). Plus aucun transports de marchandises, les patrons ayant préféré brûler leurs camions plutôt que de les voir transporter des marchandises. Il y a un excellent documentaire passé sur la chaîne Histoire où les protagonistes patronaux expliquent comment ils ont saboté l’économie. Si je retrouve le lien je vous le posterai.

                  Depuis l’arrivée du chavisme au pouvoir, des gens comme Capriles conteste sa légitimité, même si les chavistes gagnent les élections. Ils tentent de renverser le président élu. Il faut appeler un chat un chat : Capriles, Freddy Guevara, Leoplodo Lopez (qui a fait arrêter, Ramón Rodríguez Chacín lors de la tentative de coup d’état avortée) sont des fascistes.


                • Lugsama Lugsama 22 juillet 18:34

                  Des commentaires con on en lit mais à chaque fois ils arrivent à vous étonner un peu plus.

                  Comme d’habitude devant la réalité du monde il ne vous reste que le dénigrement et le mensonge les plus grossiers.

                  Les cubains qui on fuit en masse l’horrible dictature castriste votent majoritairement Trump donc ce sont des terroristes. smiley Ça fait un paquet de terroristes.

                  Quel clown vous êtes.

                  Je ne soutiens pas l’horrible dictature de Pinochet, et je ne l’ait jamais fait de quelques manieres que ce soit. Je combat toutes les dictatures d’ou quels viennent et comme aujourd’hui les deux dernières, Dieu merci en phase terminale, sont d’extrême gauche, c’est a elle et leur comice idéologique que je m’attaque.

                  Les seuls régimes fachistes restant en AMSUD sont au Vénézuela et à Cuba, et vous le savez très bien. Sans l’armée qui écrase le peuple ces régimes ne sont rien.



                    • Roberton 23 juillet 19:49

                      Entre fin 2013 et 2017 chute du PIB de 32%, faute de la CIA peut-être ou des martiens ?https://www.bloomberg.com/gadfly/articles/2017-07-21/venezuela-oil-storm-may-be-about-to-hit-the-market&nbsp ;&nbsp ;

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires