• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les quatre problèmes du « deal du siècle » de Donald Trump

Les quatre problèmes du « deal du siècle » de Donald Trump

Le président américain a présenté l'initiative de paix pour régler le conflit israélo-palestinien, qui était préparée depuis trois ans. Pourquoi ce plan paraît irréaliste ?

 L'équipe d'experts américains sous la direction de Jared Kushner, gendre de Donald Trump, a mis trois ans pour préparer son plan de règlement du conflit israélo-palestinien. Mardi 28 janvier, il a été présenté par le chef de l'Etat américain à la Maison blanche en présence du premier ministre israélien Benjamin Netanyahou. Le nouveau plan n'est pas parfait, affirment-ils, mais réaliste et correspond aux attentes des deux entités – il règle le problème de la sécurité d'Israël et satisfait l'aspiration de la Palestine à devenir un Etat.

 Ce plan a été soutenu par M. Netanyahou mais a été immédiatement rejeté par le chef de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

 1. Le problème de Jérusalem

 L'Onu avait approuvé la solution à deux Etats avec une capitale à Jérusalem : Ouest pour Israël et Est pour la Palestine (à Jérusalem-Est se situe la vieille ville et les principaux lieux saints). La dernière fois une telle résolution a été adoptée à l'Assemblée générale des Nations unies en 2004. Donald Trump a déclaré que son plan prévoyait le maintien de toute Jérusalem en tant que capitale unique et indivisible d'Israël. Tout en précisant quelques minutes plus tard que la Palestine pouvait également posséder sa capitale – à Jérusalem-Est. D'après le texte, les Etats-Unis et Israël proposent aux Palestiniens de proclamer leur capitale en dehors de la ville historique, qui est déjà séparée de la ville par une barrière, qui inclut les quartiers Kafr Aqab et Shuafat, où se situe un camp de réfugiés. Les Palestiniens pourraient appeler leur capitale Al-Quds (appellation arabe de Jérusalem). En entendant cette proposition Mahmoud Abbas a déclaré : "Jérusalem n'est pas à vendre."

 Sous l'administration Trump les Etats-Unis ont été le premier pays à reconnaître Jérusalem en tant que capitale indivisible d'Israël, en y déménageant leur ambassade. Aucune autre puissance mondiale n'a soutenu l'initiative de Washington. En proposant de faire de Jérusalem une capitale exclusive d'Israël les auteurs du plan indiquent que ces dernières années, quand de facto toute la ville est contrôlée par ce pays, le calme y règne, alors qu'une nouvelle séparation provoquerait de nouveaux troubles. Les Etats-Unis proposent de ne pas changer le statut du mont du Temple.

 2. Le problème des réfugiés

 La création de l'Etat d'Israël en 1948 sur le territoire de la Palestine se trouvant sous le mandat britannique a provoqué une vague de réfugiés, et les guerres israélo-arabes qui ont suivi n'ont fait qu'accroître ce flux. Conformément aux règles fixées par l'Onu, sont considérés comme réfugiés palestiniens ceux qui ont vécu en Palestine entre le 1er juin 1946 et le 15 mai 1948 et leurs enfants. En 1950, quand dans la région a été créé l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), on comptait 750.000 réfugiés, et actuellement l'organisation apporte une aide à environ 5 millions de personnes. En 1948, l'Assemblée générale des Nations unies a adopté une résolution appelant à accorder aux réfugiés la possibilité de revenir dans leur foyer. Pour Israël, où vivent actuellement près de 9,1 millions d'habitants, le retour de réfugiés palestiniens dans leur ancien lieu de résidence pourrait engendrer un changement de la situation démographique.

 Le plan de paix de Donald Trump ne règle pas ce problème.

 3. Le problème des territoires

 En présentant ce plan, Donald Trump insistait sur le fait qu'il règle également le problème principal, celui des territoires. Cependant il est réglé au profit d'Israël, qui construisait pendant des décennies des colonies sur les territoires contestés, et à présent reçoit un soutien de Washington pour les annexer. Les Etats-Unis sont prêts dès à présent à reconnaître la souveraineté d'Israël dans la vallée du Jourdain sur les territoires de l'Est en Cisjordanie. Cela couperait la Palestine de la Jordanie voisine.

 D'après le président américain, ce plan doublerait les territoires de la Palestine, même si leur superficie resterait inférieure par rapport aux frontières avant la guerre de 1967. Cela doit se produire grâce à la suspension de l'activité coloniale d'Israël en Cisjordanie dans les régions qui ne passent pas sous le contrôle de l'Etat hébreu et grâce à l'échange de territoires.

 4. Les problèmes de la construction étatique

 Bien que ce plan appelle à la création de deux Etats et à leur reconnaissance réciproque, la Palestine est soumise à une multitude de conditions qui doivent être remplies avant qu'Israël ne reconnaisse sa souveraineté. En particulier, les dirigeants palestiniens doivent d'abord reconnaître l'Etat israélien, renoncer au terrorisme et désarmer les groupes militarisés. Le contrôle sur la bande de Gaza palestinienne doit passer du Hamas à l'administration palestinienne de Bethléem, et le Hamas doit être désarmé.

 Etant donné que les territoires palestiniens seraient disparates, le plan prescrit la nécessité de construire une infrastructure de transport – un tunnel entre la bande de Gaza et la Cisjordanie, des ponts et des autoroutes en Jordanie. Ce plan prévoit également un accès de la Palestine aux ports de Haïfa et d'Ashdod, la construction d'une station balnéaire palestinienne au bord de la mer Morte et la possibilité de pratiquer l'agriculture dans la vallée du Jourdain. Au total, promettait le locataire de la Maison blanche, jusqu'à 50 milliards de dollars pourraient être investis dans la Palestine unifiée. Les politiques palestiniens possèdent un délai de quatre ans pour les négociations.

 Ce plan est-il réaliste ?

 Il est évident que le plan de Donald Trump correspond davantage aux exigences d'Israël que de la Palestine, déclare Ian Bremmer, président de la société internationale de recherche et de consultation Eurasia Group. "Israël se voit offrir la possibilité d'annexer les territoires où se situent ses colonies. Les Palestiniens obtiendront une capitale à la périphérie de Jérusalem sans droit de revenir en Israël et sans contrôler les lieux saints", a-t-il écrit sur Twitter (https://twitter.com/ianbremmer/status/1222217792721694721). De plus, le mouvement Hamas doit reconnaître la souveraineté d'Israël et déposer les armes. En échange, M. Netanyahou a accepté de reconnaître la souveraineté de la Palestine et de suspendre la création de nouvelles colonies sur les territoires qui, selon le plan américain, pourraient revenir à la Palestine.

 D'après Ian Bremmer, ces conditions seront certainement inacceptables pour la Palestine. Le compromis de ses autorités dépendra de deux facteurs, selon l'analyste. Premièrement, Donald Trump a admis de nouvelles concessions pour la Palestine si elle collaborait avec les Etats-Unis et Israël. Deuxièmement, la Palestine pourrait subir la pression des pays arabes de la région qui considéreraient la proposition américaine comme la dernière chance de mettre un terme à la crise.

 

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1354


Moyenne des avis sur cet article :  1.89/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • sylvain sylvain 1er février 13:45

    AV veut il être une tribune pour l’observateur continental ??

    Le minimum serait de se présenter monsieur bravo

    c’est qui l’observateur continental, qui finance ??

    en attendant ca passe


    • Leonard Leonard 1er février 14:07

      @sylvain

      AV je crois que c’est plus grand chose...


    • nono le simplet nono le simplet 1er février 14:12

      @Leonard
      petit aparté ...
      j’ai lu ton article ... bien construit ... intéressant ... avec une carte de la progression en temps réel ... j’ai voté ... surprise ... 6 votes négatifs pour 5+ ... étonnant ... ça ressemble à un vote à la tête du client ...


    • Leonard Leonard 1er février 14:59

      @nono le simplet

      En effet, merci pour le retour...

      J’ai pas pour habitude de faire trop trop de la merde... normalement j’ai pas beaucoup de soucis avec la publication mais là apparemment... Les modérateurs seraient devenus une petite secte qui préfère produire.... du... KK...


    • keiser keiser 1er février 17:08

      @Leonard

      Pas tous mais et effectivement, il y a une forme de lobbying sur AV.


    • Leonard Leonard 1er février 18:10

      @keiser

      Bien évidemment pas tous !

      Mais c’est vraiment dommage que ça tourne au vinaigre...

      Je pensais pas mérité de n’être pas publier après mes diverses contributions... qui ne sont pas des copier-collés...


    • Decouz 1er février 14:47

      Position de l’Eglise de Jérusalem :

      " Le plan de paix américain qui a été annoncé hier à la Maison Blanche en présence des Israéliens et en l’absence des Palestiniens, nous invite à demander à l’administration américaine ainsi qu’à la communauté internationale de s’appuyer sur la vision de deux États et de la développer conformément à la légitimité internationale, en plus d’ouvrir un canal de communication politique avec l’Organisation de libération de la Palestine, seul représentant du peuple palestinien reconnu internationalement...En ce qui concerne Jérusalem, nous nous référons à nouveau à notre déclaration adressée au président Donald Trump le 6 décembre 2017 et rappelons notre vision d’une ville sainte ouverte et partagée par les deux peuples, palestinien et israélien, et par les trois religions monothéistes, ainsi que notre confirmation de maintenir la tutelle de la Jordanie sur les lieux saints..."

      https://www.lpj.org/declaration-des-patriarches-et-chefs-des-eglises-de-terre-sainte-sur-le-deal-du-siecle/?lang=fr


      • Decouz 1er février 15:55

        Journaliste palestinien Abdel Bari Atwan (en anglais) :

        -le seul avenir selon ce plan serait un état d’apartheid à la ressemblance de celui qui existait en Afrique du Sud.

        -Toute l’économie palestinienne serait sous la domination d’Israël, ne laissant d’autre choix que de servir l’occupation et de survivre avec difficulté.

        -Pour Neranyaou, c’est l’accomplissement de son rêve, il a obtnenu plus qu’il en a rêvé de son ami Trump.

        -Avant d’accuser les pays arabes de vendre les Palestiniens, ces derniers doivent admettre la soumission d’une partie d’entre eux aux occupants, se transformant en espions et en gardes pour les colons (vise les forces de l’Autorité Palestinienne qui ont profité de la situation de différentes manières). 36 années de négociations, d’implorations, sans résultat et l’A.P. continue à suivre la même approche.

        -Il ne suffit pas de rejeter cette proposition, il faut revenir à la réalité de base, un peuple en résistance contre une occupation, dissoudre l’Autorité Palestinienne, en finir avec la collaboration avec Israël dans le domaine sécuritaire, renoncer aux conséquences des accords d’Oslo. Les deux intifadas ont forcé Israël à reconnaitre reconnaissance du peuple palestinien et à demander la médiation des grandes puissances. L’approche soumise de l’A.P. n’a mené à rien.

        -Les Palestiniens sont à un tournant, soit ils acceptent d’être achetés avec que l’argent que Trump veut extorquer aux pays arabes pétroliers soit ils résistent comme l’ont fait les autres peuples colonisés.

        https://www.raialyoum.com/index.php/palestine-at-the-crossroads/

        Réaction récente de Mahmoud Abbas :

        "Avant une réunion extraordinaire de la Ligue arabe sur le projet de paix américain, le président de l’Autorité palestinienne a annoncé, samedi, rompre « toutes les relations », y compris sécuritaires, avec Israël et les États-Unis.

        "

        https://www.france24.com/fr/20200201-le-pr%C3%A9sident-de-l-autorit%C3%A9-palestinienne-mahmoud-abbas-rompt-tous-les-liens-avec-isra%C3%ABl-et-les-%C3%A9tats-unis


        • ZXSpect ZXSpect 1er février 18:51

          Sur huit copiés/collés du site ObservateurContinental postés le 31 janvier... celui validé le même jour a reçu à ce jour 640 visites.

          .
          Le second validé le 1er février a reçu 211 visites pour l’instant... la propagande n’a guère d’écho, malgré l’appui des modérateurs d’AgoraVox...

          .

          mais AgoraVox perd peut-être de l’audience ?


          • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 2 février 10:07

            Inutile de détailler et de discutailler ! Il y a un seul « plan de paix » que refusent justement les pays occidentaux qui ont créé l’abcès au Moyen Orient ! 


            Pour moi : Un seul territoire, un seul pays, un seul Etat ! Les détails techniques se régleront lorsque les Juifs et les Musulmans comprendront d’où leur viennent les blocages, les obstacles, les motifs de division et de dispersion !

            Les Européens trichent, ils n’ont jamais voulu, ils ne veulent pas, il ne voudront jamais voir s’installer la paix en Orient : C’est leur culture, leur idéologie, leur politique qui le dit !

            Assez d’hypocrisie...


            • Jonas 3 février 15:49

              @Mohammed MADJOUR
              Vous avez des idées pour le Palestiniens. Mais rien , pour les Kabyles , les Kurdes,. 
              pas une solution pour la Syrie ( où s’est ramassé votre compatriote Lakhdar Brahimi , en tant que représentant du secrétaire de l’ONU) , ni pour la Libye,Irak , Yemen, Somalie, Soudan etc . Rien sur l’invasion de la Turquie en Syrie ni sur les bombardements russes sur les civiles d’Idleb. 

              Ni pour donner un conseil , à votre nouveau président pour régler le problème du Sahara occidental, et enfin ouvrir la frontière entre le Maroc et votre pays l’Algérie. 

              Que pensez de votre niveau gouvernement , qui pourchasse les Kabyles , qui veulent changer de religion ? Comme des manifestants kabyles jetés en prison pour avoir brandi un drapeau kabyle.

              « Charité , bien ordonnée commence par soi-même »Ce n’est pas une citation coranique. 


            • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 5 février 13:33

              @Jonas

              Honte à vous ! 

              De tous les sujets que vous évoquez, je n’ai négligé aucun depuis des années et même que j’en ai développés plus que vous ne le pensez ! 

              Voir mes écrits ici depuis plus de dix ans https://www.facebook.com/M.A.Madjour

              Mais aussi toute l’actualité,
              TOUT SUR L’ALGÉRIE, TOUT SUR LE MONDE 
              https://twitter.com/MadjourMohammed


            • Jonas 3 février 15:35

              Il faut revenir a l’histoire et non aux élucubrations des pays arabo-musulmans, Il n’ y a jamais eu d’Etat palestinien souverain. C’est un Mythe d’Orient comme le conte de Milles et une nuits, ou l’existence des djinns dont parle le Coran. 

              Il ne faut pas être impressionné , par le tintamarre , que fait le vieux Mahmoud Abbas , ce sont ses dernières cartouches, ni la prise de position du syndicat des Etats Arabes ,qui se réunit en quelques heures pour israël, mais ronronne le reste dru temps , pour la Syrie-Irak-Somalie -Libye -Yemen etc sans parler, que le syndicat des régimes autoritaires et de dictatures. fait appelle à l’islam tout en se f... pas mal des musulmans , Rohingya Ouïgours des musulmans de l’Inde et de ceux du Cachemire 

              Pourquoi , parce que ce n’est ni par amour des arabo-musulmans de Palestine, ni pour l’amour des musulmans tout court. . 

              Mais seulement par la haine des Juifs et de la réussite de l’Etat d’Israël qui brille alors qu’ils sombrent dans la nuit . 

              Avant la création de l’Etat d’Israël, jamais , au grand jamais , les arabes de Palestine n’ont réclamé un Etat propre.

              La preuve , quant les Anglais , créent ,artificiellement , l’Etat de Tansjordanie , les arabes palestiniens n’avaient rien dit , parce qu’ils n’étaient rien ! 

              Je rappelle que sous le mandat , britanniques : le territoire nommé Palestine faisait , 120 466 km2 , il a été amputé de 74,05% soit 89 210 m2 pour créer la Transjordanie. 

               Les Israéliens qui ne sont pas arabo-musulmans connaissent mieux leur sujet , que les arabo-musulmans nourris de propagandes et de mensonges. 

              La seule et unique solution, est la création d’une confédération Arabo-/arabe.( Palestiniens/Jordaniens.

              Israël échangera une grande partie des Arabo-musulmans vivant sur son territoire contre les Israéliens qui vivent en Cisjordanie . Tous les Arabo-musulmans du Machrek et du Maghreb vivent entre eux et sont homogènes. 

              Au nom de quoi devrait-on faire une exception ? 

              Pour Arabo-musulmans , la Palestine c’est uniquement , la partie israélienne,pas celle de la Jordanie actuelle. Pourquoi ? 

              La Palestine , ne fut pas définie , selon les frontières d’aujourd’hui. Pour la bonne raison , que sous l’Empire Ottoman, qui a colonisé le monde arabo-musulman pendant quatre siècles , ce n’était pas un territoire administratif reconnu et n’avait pas de frontières précises. La Palestine était considérée comme faisant partie de la grande Syrie.

              Et pendant que les Anglais et les Français se partageait le Proche- Orient , les arabes s’organisaient. Et un congrès pan-syrien se réunit à Damas le 8 mars 1920 et déclara l’indépendance de l’Etat de Syrie. Quelques mois auparavant en février 1919, au cour de la réunion du premier congrès d’associations musulmanes et chrétiennes , convoqué à Jérusalem , pour choisir les représentants palestiniens à la conférence de la paix a Paris. Ils adoptent la résolution suivante : Nous considérons la Palestine comme une partie de la Syrie arabe, dont elle n’a jamais été séparée.Nous sommes liés a elle , par des liens nationaux , religieux , naturels , économiques géographiques . Cet même avis fut celui très longtemps , de Ahmed Chukeiry , «  Il est de notoriété publique que la Palestine n’est rien d’autre que la Syrie du Sud. » Ce personnage falot fut désigné par Nasser pour être le président de l’OLP. C’est Nasser qui est le père de la création de la Palestine comme Etat. Pour une salade panarabisme. 



              • Analis 4 février 16:56

                @Jonas

                Vous vous obstinez à ressortir les nombreux poncifs de la propagande israélienne, mensonges d’une mauvaise foi éhontée. Qu’il n’y ait jamais eu d’État palestinien auparavant n’a absolument aucune importance. Au moment de la dislocation de l’Empire Ottoman, les Palestiniens arabes ne se posaient pas la question, car leur objectif naturel était de devenir membres d’un grand État arabe, comme le leur avaient promis les Britanniques. Il en était de même à la sortie de la Deuxième Guerre Mondiale, si ce n’est qu’en raison des manigances des français qui avaient imposé le partage des accords de Sykes-Picot, un État arabe unifié n’était plus à l’ordre du jour, ils désiraient rejoindre le pays arabe indépendant le plus proche. À savoir, la Jordanie ou Transjordanie. C’était sans doute le vœu qu’aurait exprimé souverrainement la population indigène de Palestine. Qu’ils n’aient pas eu envie de construire leur propre État souverrain ne regarde en rien les autres intervenants, et ne peut en aucun cas être utilisé à charge contre ces indigènes (sous quel motif, d’ailleurs, autre que de satisfaire les passions agressives des sionistes ?). C’est bien toute la Palestine qui aurait du être rattachée à l’État arabe voisin, les désirs d’immigrés sans légitimité locale n’ayant aucune importance. En fait, en suivant votre raisonnement, les Malgaches auraient entièrement le droit d’annexer Mayotte et d’en déporter les habitants sous prétexte qu’il n’y a jamais eu d’État mahorais. Et mille autres exemples semblables.

                Ensuite, vous versez dans un certain révisionnisme historique. Oser prétendre que le syndicat des pays arabes (ce que je comprends comme étant la Ligue Arabe) a ronronné au sujet de la Syrie, c’est vraiment très culotté. Quand on sait qu’il s’est impliqué en soutenant l’agression contre ce pays et en reprenant toute la propagande occidentale et sioniste, en se permettant même d’affaiblir la Syrie en votant son exclusion (comme elle ne s’en porte pas plus mal depuis, cela montre la vacuité de cette organisation) ! Il en est de même au sujet du Yémen, la Ligue Arabe soutenant la position séoudienne (et donc, en filigrane, israélienne).

                https://lemuslimpost.com/yemen-ligue-arabe-range-derriere-arabie-saoudite.html

                https://www.france24.com/fr/20150329-yemen-ligue-arabe-creation-force-regionale-conjointe-aden-frappes-houthis-chiites-sunnites


                Ces remarques s’appliquent aussi à la Libye et à l’Irak. La très lâche Ligue Arabe a donc tendance à faire le jeu des occidentaux et des sionistes. Au sujet du Cachemire, par contre, je vous signale qu’elle a régulièrement dénoncé l’occupation indienne de cette province, pour nulle autre raison que la solidarité avec ses habitants majoritairement musulmans.


              • Jonas 3 février 18:22

                 Le problème Palestinien est un problème arabe, créé par les pays arabo-musulmans en refusant le plan de partage de novembre 1947. Les pays arabo-musulmans doivent avec courage reconnaître , qu’ils se sont trompés et ont trompés les Palestiniens , qui d’ailleurs n’étaient pas présents , lors du débat de l’Assemblée générale de l’ONU. , qui a abouti au vote du partage de la Palestine. Pourquoi ? Parce qu’il n’y avait pas d’Etat Palestinien. et il n’y a jamais eu d’Etat Palestinien. La lecture du rapport de cette séance de l’ONU cite les noms des pays présents et leur vote. 

                << Un sentiment de grande tristesse a envahi les jeunes et les quelques moins jeunes que moi qui, tout en défendant le point de vue arabe ,aux côtés d’une vague délégation palestinienne , ou dans le cadre des délégations arabes , s’apercevaient que nous ne parlions pas le même langage , que les orateurs arabes ne semblaient traiter des questions posées à et par l’ONU qu’en des termes désuets marqués par une sorte de nomadisme attardé.>>  Un témoin oculaire lors du partage de la Palestine , Ghassan Tuéni , qui fut ministre , ancien ambassadeur à l’ONU et ancien dirigeant , du groupe de presse dru Liban dont AN-Nahar. 

                Vous voulez , lire l’avenir de certains peuples ? Regardez alors le présent qu’ils font subir à leurs femmes ! 

                << Jamais un peuple ne marchera sur la lune, ne sera puissant , honoré et respecté tant , qu’il traitera la femme, sa moitié vivante qui donne la vie , son lieu de désir et d’imaginaire, son champ d’amour et d’acceptation comme une honte. Jamais un peuple ne connaitra la paix et la puissance tant qu’il traitera la femme comme un animal ou une esclave ou une impudeur à cacher. Jamais un peuple qui parle de la femme comme d’un préservatif vivant ne connaîtra la sérénité, le partage et la quiétude. Un peuple qui veut cacher les femmes comme une honte , enterre la moitié de sa force économique , méprise la moitié de ses forces, ne peut prétendre être un peuple ou avoir un vrai pays.>>  Kamel Daoud, mars 2015. Quotidien d’Oran 


                • QAmonBra QAmonBra 4 février 09:58

                  Quand les historiens, archéologues et encyclopédistes étudient et s’expriment sur l’Histoire de cette région du proche orient, ils la nomment Palestine et non du nom de l’état d’apartheid autoproclamé depuis 1948 !

                  Ce dernier aura rejoint depuis belle lurette,

                  dans les poubelles de l’Histoire, la longue liste des états disparus, quand le nom de Palestine perdurera encore et il en est ainsi depuis les philistins,(*) c’est à dire depuis des millénaires.

                  Après le gros bobard, à la Goebbels, de « la terre sans hommes pour des hommes sans terre », les $ionnards ont bien essayé de trouver les traces bibliques de leur prétendu royaume de Salomon et David, pour justifier leur colonisation, et ils continuent, mais leurs plus éminents archéologues ont laissé tomber, car constatant scientifiquement que tous cela n’est que mythologie religieuse, c’est à dire du pipeau idéologique comme le $ionisme, dont le « dictat du siècle » n’est que l’orgueilleuse et fasciste expression. . .

                  (*) Les arabes prononcent Phalestine.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Patrice Bravo

Patrice Bravo
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès