• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les questions concernant l’avenir du Donbass doivent être convenues (...)

Les questions concernant l’avenir du Donbass doivent être convenues avec les républiques

Lors d’une conférence de presse commune, le Chef de la République Populaire de Donetsk (RPD), Denis Pouchiline, et le Chef de la République Populaire de Lougansk (RPL), Léonid Passetchnik, ont commenté les nouvelles tentatives de l’Ukraine de modifier les accords de Minsk ou de falsifier leur application, en rappelant que toutes les questions concernant l’avenir du Donbass doivent être convenues avec les deux républiques.

JPEG

Cette conférence de presse a eu lieu aujourd’hui à Donetsk, afin que les deux chefs d’État puissent expliquer la position commune des deux républiques après la réunion au Format Normandie qui a eu lieu la semaine passée à Paris, et la façon dont les autorités ukrainiennes ont agi après le sommet.

« Le sommet [au Format Normandie – NDLR] nous a montré ce que nous avons déjà eu l’occasion de voir : l’arrivée de nouvelles autorités à Kiev n’a rien changé pour les habitants du Donbass. La politique de Porochenko, basée sur l’indifférence totale au sort de millions de résidents et visant à « réintégrer » seulement le territoire, se poursuit en fait avec Zelensky et son équipe, » a déclaré Denis Pouchiline.

Le Chef de la RPD a ensuite souligné que le refus de Kiev de mener un désengagement sur l’ensemble de la ligne de contact, malgré l’accord obtenu par les conseillers des quatre dirigeants du Format Normandie, laissait la vie et la santé des habitants vivant sur la ligne de front, ainsi qu’un certain nombre d’infrastructures vitales, à la merci des bombardements de l’armée ukrainienne.

Il a aussi rappelé la terreur imposée par Kiev dans la partie du Donbass sous son contrôle, ainsi que le sabotage de l’échange de prisonniers, pourtant approuvé par Zelensky lors de la réunion au Format Normandie.

« Les autorités de Kiev continuent de terroriser les habitants de la partie du Donbass qui est sous leur contrôle ; des milliers de personnes sont détenues illégalement dans des prisons, y compris secrètes, du Service de Sécurité Ukrainien (SBU), mais cela n’a pas été correctement évalué par les pays occidentaux, en particulier l’Allemagne et la France.
Le gouvernement ukrainien ne souhaite pas assurer un échange honnête selon la formule « tous établis pour tous établis » et retarde délibérément le processus. Le refus d’un apurement judiciaire complet des personnes échangées indique une volonté de reprendre les poursuites pénales après l’échange, comme cela s’est déjà produit dans le cas des miliciens échangés précédemment
 », a souligné le chef de l’État.

Léonid Passetchnik, le Chef de la RPL, a quant à lui tenu à rappeler que la politique de Porochenko, poursuivie par Zelensky, est précisément ce que le Donbass a rejeté en 2014.

« Le référendum de 2014 qui s’est tenu dans les anciennes régions de Donetsk et de Lougansk démontre clairement le rejet par les habitants du Donbass du coup d’État du Maidan et de la politique du régime néo-bandériste, que Zelensky continue de mener. L’Occident ne veut pas s’en souvenir. Le référendum s’est déroulé sans aucune pression extérieure. La population elle-même s’est organisée et a exprimé un « non » catégorique au régime autoproclamé de Kiev.[…]
Nous n’avons pas été d’accord et ne serons jamais d’accord avec le génocide culturel et linguistique organisé par le régime de Porochenko et poursuivi par le régime de Zelensky. En 2014, des habitants non armés de Donetsk et de Lougansk se sont tenus devant des chars d’assaut et ont demandé de ne pas tirer, mais seulement de leur permettre de parler russe et de tenir compte des spécificités historiques et culturelles des territoires, ce qui nous a valu une guerre civile.[…]
Des centaines de milliers de résidents du Donbass – mineurs, métallurgistes, militaires, policiers, enseignants, médecins – ont prouvé par leur position civile et par leur sang qu’ils n’acceptent pas l’Ukraine dans un « emballages Bandera »,
 », a-t-il déclaré.

Il a aussi rappelé dans quelles circonstances et pourquoi les accords de Minsk ont été signés.

« Nous n’avions pas d’autre choix que de réagir à cette guerre de façon appropriée et de protéger notre terre et notre peuple. Dans le même temps, nous avons répondu de telle manière qu’en quelques mois, l’armée ukrainienne a été forcée de battre en retraite, vaincue dans des chaudrons près d’Ilovaïsk, Debaltsevo et Izvarino. Toutefois, afin d’éviter une reprise des hostilités et de sauver des vies, les républiques ont décidé de signer les accords de Minsk, dont l’objectif principal est de rétablir la paix dans le Donbass  », a souligné le chef de la RPL.

Denis Pouchiline a, quant à lui, abordé les tentatives de réécriture des accords de Minsk, et les diverses falsifications opérées par Kiev.

« Les tentatives d’éluder l’inscription juridique claire de l’amnistie et le désir de briser l’ordre établi par le paquet de mesures en prenant le contrôle des frontières avant les élections et l’amnistie indiquent un désir d’avoir un deuxième Srebrenica dans le Donbass, que nous ne permettrons jamais, » a-t-il souligné.

Le Chef de la RPD a aussi rappelé que l’administration présidentielle ukrainienne a falsifié le communiqué de la réunion au Format Normandie, y compris en anglais, en substituant au communiqué officiel, publié sur le site de l’Élysée, une traduction trafiquée venant de l’ukrainien.

Denis Pouchiline a réaffirmé que toutes les tentatives de Zelensky et de son équipée de réécrire leurs engagements dans le cadre du volet politique des accords de Minsk resteraient vaines. Il a aussi rappelé qu’en approuvant le communiqué officiel de la réunion «  le Président ukrainien confirme son engagement à approuver avec nous tous les aspects juridiques du statut spécial [du Donbass – NDLR]  ».

«  En outre, j’insiste sur le fait que toutes les questions concernantl’avenir du Donbass doivent être convenues avec nous – les personnes qui sont restées sur leurs terres, et qui ont été choisies par le peuple pour protéger et développernotre République. L’autrepartie du conflit ne choisit pas les négociateurs, de sorte que les déclarations du gouvernement ukrainien selon lesquelles il est prêt à communiquer directement seulement avec les habitants du Donbass qui se sont installés en territoire sous contrôle ukrainien sont absurdes et insensées. Une juste question se pose : de quoi le Président ukrainien peut-il parler avec les habitants qui ont échappé aux balles et aux bombardements venant desa propre armée ? Et qui, en fait, sont ces gens ? Des oligarques qui ont abandonné des entreprises et laissédes milliers de travailleurs à leur sort ? Il faut parler aux habitants qui vivent sousblocus depuis six ans, qui perdent des êtres chers depuis six ans et dont les obus ukrainiens détruisent leurs biens  », a ajouté le chef de l’État.

Léonid Passetchnik a souligné pour sa part que cette nouvelle tentative de sabotage montre que Zelensky applique la même politique que Porochenko, et fait tout pour se soustraire à ses obligations. Il a aussi rappelé, comme son homologue de la RPD, que l’adoption par Kiev d’une loi sur la décentralisation qui ne soit pas validée avec les deux républiques serait une violation des accords de Minsk.

«  La tentative de faire voter par la Rada une loi non coordonnée sur la décentralisation est une violation directe des accords de Minsk, ce qui rend cet acte législatif nul et non avenu non seulement pour nous, mais aussi pour tous les participants au Format Normandie. La volonté de remplacer, dans les négociations, les habitants des républiques ravagées par les forces armées ukrainiennes par des personnes qui ont fui le Donbass avec leurs familles et qui se trouvent à Kiev, est un exemple concret du fait que Zelensky et son équipe ressemblent aujeu de bonneteau [arnaque – NDLR]que l’on voyait sur les marchés dans lesannées 1990. Ces personnes n’ont aucune influence sur quoi que ce soit dans les républiques, ne prennent aucune décision et, par conséquent, ne parviendront pas à un règlement du conflit. Nous constatons qu’en l’absence de négociations directes avec les représentants des habitants de la RPD et de la RPL, il est impossible de mettre fin à la guerre,  » a ajouté le Chef de la RPL.

Le Chef de la RPD a tenu à réaffirmer que l’intégration avec la fédération de Russie a déjà commencé, qu’elle ne s’arrêterait pas, et qu’elle ne contrevient pas aux accords de Minsk.

Il a aussi attiré l’attention sur le fait que les réunions au Format Normandie ne sont qu’un mécanisme de contrôle de la mise en œuvre des accords de Minsk, et que si les républiques en respectent les décisions, les groupes de contact qui se réunissent à Minsk sont la plateforme principale de négociation, et la seule qui permette aux deux parties du conflit de discuter directement. Il a ensuite mis l’Ukraine face à ses responsabilités.

« Le gouvernement ukrainien a maintenant le choix – soit de se mettre d’accord directement avec nous sur toutes les questions liées à la restauration de la paix dans le cadre du paquet de mesures soit de reconnaître ouvertement son incapacité à respecter ses engagements internationaux dans le cadre des accords de Minsk. Mais dans le cas de la deuxième option, les autorités ukrainiennes devront répondre pleinement de l’échec du processus de Minsk devant les pays garants et devant toute la communauté internationale représentée par les Nations Unies  », a conclu le Chef de la RPD.

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  4.4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Guy19550 Guy19550 19 décembre 2019 02:17

    Approuvé à 100%. J’espère que cela fera son chemin un peu ailleurs.


    • Guy19550 Guy19550 19 décembre 2019 02:28

      https://tass.com/world/1100805

      Un petit mot sur ce lien, les russes essaient depuis fort longtemps de faire passer la chose. L’avant dernière fois, il y avait encore les anglais et d’autres pays européens pour ne pas approuver la résolution.

      La dernière fois, il n’y avait plus que les cowboys et les ukrainiens à voter non.

      D’une certaine manière, on peut dire que le germe néo-nazi a été éliminé et c’est tout aussi important que les accords de Minsk.

      Donc, si pour être positif avec la chose, il conviendrait d’arrêter tous les manifestants à la torche, lors de leur prochaine manifestation. Ici je suis gentil et poli, mais moi je préfère personnellement tirer dans ce tas de nerde.


      • Guy19550 Guy19550 19 décembre 2019 09:24

        https://tass.com/world/1100849

        Le point est joliment fait à la suite de la réunions du groupe des quatre pour la première réunion à Minsk. Kiev recalé une fois de plus ! 


        • Guy19550 Guy19550 19 décembre 2019 23:49

          https://tass.com/politics/1101261

          Un journaliste ukrainien remis gentillement à sa place et il a eu sa réponse.

          Y a d’autres liens accessibles via le lien donné.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès