• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les tambours de la guerre se font entendre de nouveau dans le Donbass alors (...)

Les tambours de la guerre se font entendre de nouveau dans le Donbass alors que l’aide humanitaire est amenée tant que cela est possible

Ce matin, Donetsk a commencé la journée au son des canons et des explosions. Peu avant 10 h, l'armée ukrainienne a en effet bombardé à l'artillerie de 152 mm une usine de produits chimiques située dans le district de Kouibyshevsky, non loin du centre Volvo. L'explosion a retenti dans toute la ville, et a tué au moins un civil. Comme on peut le voir, l'accalmie des derniers jours n'aura été que de courte durée.

Lors de son rapport quotidien, Edouard Bassourine a indiqué que les bombardements de l'armée ukrainienne avaient de nouveau dépassé les 1 000 sur les dernières 24 h, dont 41 tirs d'artillerie lourde et 43 tirs de chars d'assaut. Des tirs qui ont de nouveau fait un mort parmi les soldats de l'armée de la République Populaire de Donetsk (RPD).

En plus d'accumuler de nouvelles armes (entre autre de nombreux canons automoteurs et chars d'assaut) et troupes sur le front, y compris un grand nombre de soldats de la Garde Nationale et des mercenaires venant de pays arabes, des soldats ukrainiens (manifestement drogués au vu de leur comportement) ont tenté d'attaquer hier après-midi une position de l'armée de la RPD près de Kominternovo. L'attaque a bien sûr été repoussée, infligeant des pertes se montant à cinq morts et trois blessés à l'armée ukrainienne.

Comme indiqué dans un précédent article, l'accalmie récente n'est que le calme avant la tempête. Même le Saker, pourtant habituellement très prudent a annoncé dans un article la semaine dernière ce qui évident pour beaucoup dans le Donbass depuis un bon moment. L'Ukraine est acculée.

Tout d'abord énergétiquement. Suite au blocus ferroviaire imposé depuis trois semaines par les nationalistes dans la zone de l'OAT, le charbon du Donbass ne parvient plus jusqu'aux centrales thermiques ukrainiennes, poussant le premier ministre ukrainien à appeler à lever le blocus.

Car désormais il ne reste en moyenne que 40 jours de stock de charbon aux centrales électriques thermiques ukrainiennes. Mais selon les centrales cela varie de 14 à 100 jours. Ensuite il faudra couper l'électricité par moments, puisque plus de 40% de l'électricité en Ukraine est fournie par les centrales à charbon. Même les médias ukrainiens aux ordres de la junte sont obligés d'admettre cette gabegie « made in nazis ».

Des coupures qui vont faire monter le mécontentement populaire, alors qu'à Rivne (Nord Ouest de l'Ukraine), 200 personnes ont manifesté pour se plaindre qu'il fait déjà à peine 8°C dans les appartements, les hôpitaux, et les maisons pour enfants. L'eau à la sortie de la chaufferie est à peine à 24°C. Alors imaginez quand il y aura des coupures d'électricité, empêchant les gens de compenser correctement avec des radiateurs électriques.

Et ce n'est pas avec ses plans sur la comète, visant à construire six centrales hydroélectriques sur le Dniestr (dont le débit est déjà fortement affaibli et inquiète des écologistes), au risque de se fâcher avec la Moldavie, que l'Ukraine va arranger rapidement sa situation catastrophique.

Ni en assassinant les commandants des armées de la RPD et de la RPL, comme la semaine dernière avec l'attentat qui a tué le commandant Guivi. Comme le dit si bien la chanson des partisans « ami si tu tombes, un ami sort de l'ombre à ta place  ».

C'est ainsi qu'il faut comprendre l'annonce publique, d'un état de fait qui existe depuis plusieurs mois, à savoir la prise de fonction militaire de l'auteur Zakhar Prilepine, qui devient un nouveau visage, une nouvelle figure symbolique de la lutte du Donbass, pour remplacer les héros tombés récemment. Mais aussi le symbole d'un changement de rhétorique des républiques populaire du Donbass, moins conciliante.

Car malgré le fait que Kiev continue de compter sur la désinformation chronique pratiquée par les médias mainstream occidentaux pour influencer la politique de Donald Trump, la situation internationale de Kiev continue de se dégrader.

Après avoir mis en accusation plusieurs officiels et commandants ukrainiens, la commission d'enquête russe sur les crimes de guerre commis dans le Donbass, a conclu en effet de manière avérée, que Kiev avait utilisé des armes de destruction massive contre les civils du Donbass, en violation de toutes les normes internationales.

D'ailleurs sur le plan diplomatique, le ton de la Russie se fait de plus en plus dur envers l'Ukraine, et de moins en moins diplomate et patient.

Ainsi le ministre des Affaires étrangères russe a déclaré qu'en appeler à la conscience de son homologue ukrainien était une perte de temps (sic), et que les déclarations quotidiennes des autorités ukrainiennes montraient qu'elles souhaitent se mettre elles-mêmes dans une situation de russophobie telle qu'il leur sera impossible d'en sortir. On a connu M. Lavrov plus diplomate.

Dans ce contexte, l'annonce par Sergueï Lavrov de futures discussions avec le secrétaire d'état américain Rex Tillerson, afin entre autre de discuter de la situation en Ukraine, a de quoi donner des sueurs froides à Porochenko, qui voit en même temps la date butoir du 20 février (à partir de laquelle les nazis ukrainiens menacent de manifester en masse) s'approcher à grands pas.

Alors que l'aiguille tourne et que la guerre se rapproche à grands pas, l'aide humanitaire profite de cette pause pour être amenée là où elle est nécessaire.

Fin janvier nous nous sommes rendus à Gorlovka et Khartzysk pour apporter des cadeaux aux enfants, mais aussi pour faire un état des lieux des besoins, entre autre pour l'école-internat N°24 qui a besoin de manuels scolaires en langue russe :

Et hier, nous avons accompagné Patrick Lancaster lors de sa distribution d'aide humanitaire à Veseloe :

À l'heure où j'écris ces lignes de violents combats ont éclaté à Avdeyevka, Spartak et l'aéroport de Donetsk. Semble-t-il avec l'utilisation par l'armée ukrainienne de lance-roquettes multiples Grad.

Les tambours de la guerre résonnent de nouveau sur Donetsk, faisant planer la menace de nouveaux désastres humanitaires sur la population civile du Donbass.

Si vous souhaitez aider la population du Donbass, contactez-moi par e-mail : ulfdis@dnipress.com pour obtenir les modalités d'action.

Christelle Néant

Voir l'article sur DONi


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Mychris Mychris 14 février 18:24

    « A la question quel est le but de cette guerre, la réponse également fut simple, mais cinglante : Kiev, Kiev comme ville russe, et toute l’Ukraine bien sûr. »

    Zakhar Prilepine. Ecrivain Russe, nouveau responsable militaire du Donbass


    • Christelle Néant Christelle Néant 14 février 19:27

      @Mychris
      Il est Vice-commandant d’une unité. À force d’assassiner les gens conciliants ben à la fin l’Ukraine n’a plus en face que les gens moins conciliants. Mais çà les stratèges ukrainiens n’y ont jamais pensé.


    • valere-michoux 14 février 22:50

      @Christelle Néant
      Au moins Prilepine a-t-il une certaine classe. Il aurait pu se contenter d’engranger les honneurs et l’argent qui va avec en profitant de sa notoriété. Il jouit même d’une certaine célébrité en France, la plupart de ses livres ayant été traduits. C’est le genre d’adversaires qu’on ne peut que respecter. Ca fait près de 20 ans qu’il milite et ce n’est pas un clown (cf son engagement en Tchétchénie). En gros, c’est quand même autre chose que les cas soc de la Novorossya genre Motorola ou Givi, vraisemblablement éliminés par le Kremlin pour mettre des gens plus présentables à la place.


    • roman_garev 15 février 08:33

      @valere-michoux
      Pourtant les héros ukrainiens (tels que ce faux « Sémentchenko », ce faux officier blessé toujours au derrière, ou le député fameux Parassiouk à la tête bandée) ne sont jamais à dépasser...


    • roman_garev 15 février 08:44

      @roman_garev
      P. S. Sans parler de ces « brûleurs vif des paysans » de l’OUN-UPA devenus « héros nationaux » de l’Ukraine. Tels héros, tel pays...


    • roman_garev 15 février 09:35

      @roman_garev
      P. P. S. Ah oui, ces fameux « cyborgs » à l’aéroport de Donetsk ! Comment ai-je pu les oublier ? D’autant plus que les Donbassiens viennet de trouver dans ses ruines des stocks de bouteilles à l’étiquette « L’Eau vive » s’étant avérée après l’analyse la solution d’une drogue superpuissante faisant ne pas sentir la douleur et décuplant la force et l’endurance...

      Tout comme les hitlériens sous la pervitine ou les ânophiles daechiens sous le captagone. Les tueurs ont vachement besoin de drogue pour tuer...

    • roman_garev 15 février 08:29

      Il y a toute une rangée de « nos fils de chienne à nous » (de Washington, évidemment) qui s’apercevaient soudain que tout en restant « fils de chienne » ils venaient de perdre ce pronom « notre ». C’était le cas d’Anastasio Somoza à Nicaragua, de Saddam Hussein en Irak... Est-ce que ce dernier pouvait imaginer qu’après des milliards de dollars investis par les USA dans son pays, après cette carte blanche reçue de la part de Washington pour agresser qui que ce fût dans sa zone d’influence il aurait le droit à la « Tempête du désert » et ensuite à l’« Opération Liberté irakienne » pour finir à la potence ?

      Pourtant tout était simple : si Reagan utilisait Saddam dans ses intérêts géopolitiques, Bush a préféré de se débarasser d’un allié si « toxique ».
      Tout comme le « grand Saddam », le « petit Saddam européen » Pétro Porochenko tirait des marrons du feu pour son maître noir de la Maison blanche, en provocant et cherchant querelle à la Russie. Tout comme Saddam , Pétro a fait écrouler l’économie de son pays qui s’est trouvé en dépendance complète de l’aide étrangère. Tout comme Hussein, Porochenko a élevé et couvé une élite de militaro-bandits d’opiniâtreté maniacale prête à mordre n’importe qui.
      Et voilà « Bush » (Trump) a succédé à « Reagan » (Obama), et Pétro, ce petit voyou faisant le trottin de Washington, tombe en désarroi. Le manque évident d’intélligence (et la pression des faucons nazis) peut le pousser à imiter l’erreur de Saddam, à savoir l’opération militaire contre son « Koweït » de Donbass.

      • Olivier Perriet Olivier Perriet 15 février 10:56

        @roman_garev

        Quelle vision géopolitique de haute volée ; on n’arrive tout simplement pas à y croire.

        On voit bien, comme disait JP Chevenement, « les petits bureaucrates rancuniers » qui reprochent à Saddam Hussein de n’être pas assez beni oui oui envers l’URSS.

        Avec Assad, il y a moins de problème


      • JC_Lavau JC_Lavau 15 février 13:41

        @Olivier Perriet. Ton « on » à toi que tu as, ne serait-il pas niais ?

        Ici « niais » remplace un qualificatif plus populaire et plus bref.

      • Olivier Perriet Olivier Perriet 15 février 14:32

        @JC_Lavau

        J-P Chevenement, « Le Vert et le Noir, intégrisme, pétrole, dollars »


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 15 février 20:57

        @Olivier Perriet
        « Gorbatchev réagit quant à lui en bureaucrate rancunier [NB : à la crise irakienne de 1990], déterminé à montrer à son allié indocile du temps de paix les limites de son engagement en temps de guerre » (Grasset, p88)

        Si ça vous rappelle un commentaire ci-dessus smiley smiley


      • anna anna 15 février 09:48

        « Nous, l’équipe de Emmanuel Macron, nous recevons 4 000 attaques par jour de notre système informatique venant de l’Ukraine ! Cette ingérence de Poutine dans la présidentielle de notre pays est insupportable !... »


        Laurence Haïm, sur LCI, ce matin

         smiley smiley smiley 

        • Christelle Néant Christelle Néant 15 février 13:58

          @anna
          Nan sérieux elle a sorti une énormité pareille ??? smiley


        • Mychris Mychris 15 février 14:03

          @anna

          Oui c’est énorme)

          Le Kremlin qui change ses IP pour mettre des IP Ukrainiennes, afin de discrédité le pouvoir en place c’est énorme)

             


        • Christelle Néant Christelle Néant 15 février 14:05

          @Mychris
          Le pouvoir en place à Kiev a besoin de personne pour se discréditer. Il le fait très bien tout seul.... Remarque la personne qui a sorti cette énormité d’accuser Poutine alors que les IP sont ukrainiennes s’est aussi discréditée toute seule.



        • anna anna 15 février 14:55

          @Mychris
          E.Macron est allé a Valdaï, cet été, et là bas il s’est prononcé pour la levée de sanctions anti-russes. Il a été très bien accueilli a Valdaï, et il a eu de très bons contactes avec les hommes d’affaires russes. Je ne vois aucun intérêt de « Poutine » a le discréditer ! 

          La rumeur sur « sa vie privée » a été sorti aux USA encore en novembre 2016, puis a été repris par la presse française, genre le site « Atlantico », et après Sputnik, n’a fait que « répéter » 
          Mais la presse française fait un caca nerveux sur cette histoire, en oubliant, que c’est eux même, qui ont publié cette info en premier. 
          La presse française « a démolie » F.Fillon toute seule, mais si tout le monde n’avait pas été pas au courant, que F.Fillon et Poutine ont des bonnes relations, je suis sure, que la « démolition » de Fillon aurait été mis sur le dos de Poutine pareille...
          Bref, les journaleux en France sont DES FOUS A LIER !

        • anna anna 15 février 15:02

          @Christelle Néant
          Mais si, mais si, les c...ça ose tout, selon Brassens

          Cette info passe aujourd’hui en directe sur LCI tous les demi-heure environs smiley
          Je me régale a regarder Laurence Haïm sortir des énormités pareilles smiley 

        • Christelle Néant Christelle Néant 15 février 15:04

          @anna
          Et cette nana se dit journaliste.... No comment. Et après certains me trouvent dure voire insultante envers mes « collègues » européens....


        • Mychris Mychris 15 février 15:10

          @anna

          Litanie habituelle sur les « méchants » européens et américains et le « gentil et innocent » gouvernement Russe.

           smiley  smiley smiley


        • anna anna 15 février 15:47
          Vous voulez qui, comme futur président Français ? 
          Je pourrais pistonner votre candidat préféré auprès d’un certain Vladimir...en échange d’une petite récompense, que vous pouvez transférer sur mon compte SEPA BNP 295 12 7000 534, le règlement par chèque n’est pas acceptable...


        • Christelle Néant Christelle Néant 15 février 16:38

          @anna
          Merci Anna. La nana dit elle même que les attaques viennent d’Ukraine mais elle espère que le Kremlin maintiendra sa neutralité absolue dans le processus démocratique.... Elle a reçu des cours de géographie pendant sa scolarité ? Non sérieusement....


        • JP94 15 février 22:33

          @anna
          Mais LCI n’a pas reçu un carton rouge du Monde et de Google pour un tel fake news ? 

          Et puis LCI ne verse-t-il pas dans le parti-pris ?

          Dans les commentaires des auditeurs de LCI, par contre, aucune remarque sur cet énorme contresens qui sous-entend que la Russie veut tout savoir sur le grand gourou Macron et des micros adeptes, tout en citant des attaques venues d’Ukraine. 

          Il est vrai que des études sur l’incroyable niveau de débilité des adorateurs de Macron peuvent se concevoir, mais pas la peine de consulter leur blog pour le découvrir. Rien de secret ni d’intéressant qui vaille la peine d’y aller voir. 

        • anna anna 15 février 10:41

          Une manifestation a Donetsk pour protester contre l’OBSE et son représentant A.Hug

          sur les pancartes il est écrit :
          « Honte a Hug » , « Honte a OBSE », « OBSE ment ! » « OBSE ouvres les yeux, on est bombardé ! »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès