• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Lioudmilla de Sakhanka – Les soldats ukrainiens sont des (...)

Lioudmilla de Sakhanka – Les soldats ukrainiens sont des assassins

JPEG - 148.6 ko
Photo : Représentation de la RPD au sein du CCCC

Je lui demande de suite si elle est elle va bien, ainsi que son mari et son fils, ou s’ils ont besoin d’aide. Elle me répond qu’elle va bien, qu’elle n’était heureusement pas à la maison, mais sa maison est endommagée. Elle me dit en larmes : « les fenêtres toutes neuves, elles sont toutes cassées, toutes  ». Elle est effondrée.

Je lui demande si elle est désormais à l’abri, et elle me répond par l’affirmative. Elle m’appelle alors depuis la cave de sa voisine, en attendant que les tirs se calment.

Un quart d’heure plus tard elle me rappelle en larmes, et m’annonce que son voisin est mort. Je suis sous le choc. Nous avions eu l’occasion de discuter plusieurs fois avec ses voisins lorsque je séjournais chez Lioudmilla. Des gens adorables, surtout Vladimir (Volodia comme l’appelait ses proches).

Lioudmilla me demande si je vais venir faire un reportage. «  Bien sûr, j’arrive demain, en attendant, va dormir ailleurs pour cette nuit, c’est trop dangereux chez toi  », je lui réponds de go. Elle approuve, et me dit que c’est ce qu’elle comptait faire. Elle est terrifiée.

J’arrive à Sakhanka en début d’après-midi, juste après les funérailles de Vladimir. Lioudmilla est en larmes, mais elle tient à me montrer l’état de sa maison et de celle des voisins.

Avec l’orientation des cratères d’obus et une boussole on voit clairement qu’ils ont été faits par des obus tirés depuis les positions ukrainiennes près de Lebedinskoye et de Chirokino.

Bombardements de l'armée ukrainienne

La question que Lioudmilla pose sans relâche c’est « Pourquoi ? Pour quelle raison nous bombardent-ils ?  ». Une question sans réponse, car, comme elle le souligne elle-même, ils n’ont rien fait de mal aux Ukrainiens.

Elle me raconte ensuite comment, par miracle, elle n’a pas partagé le sort funeste de son voisin Vladimir. Normalement à cette heure, elle aurait dû être à la maison avec son mari et son fils cadet. Mais ces derniers sont partis pour affaire, et se retrouvant seule, elle a décidé de changer son agenda et d’aller nourrir ses poules et ses chiens chez un voisin en avance. Bien lui en a pris.

Quand on voit l’état de sa maison, beaucoup se diraient qu’elle a eu de la chance hier. Elle, y voit la protection divine. Car c’est déjà la quatrième fois qu’elle échappe à la mort de justesse (voir le reportage de juin 2018 pour son récit des fois précédentes).

Mais elle a été marquée à vie par ce qu’elle a vu quand elle a découvert son voisin mort dans l’entrée de sa maison. L’obus a littéralement défoncé la porte en métal et le mur de l’entrée, ne laissant aucune chance à Vladimir.

La scène que Lioudmilla a eu devant les yeux est une scène d’horreur.

« C’est au-delà des mots. Cela ne peut pas être exprimé par des mots. C’est un tel chagrin. J’ai hurlé. Je ne savais pas quoi faire. C’était une horreur. Le pauvre était allongé, sa tête était brisée, du sang coulait de sa bouche. J’ai appelé sa femme et lui ai annoncé que son mari venait d’être tué. Tué. Des assassins ! Des assassins !  », me crie-t-elle au bord des larmes.

Elle n’a pas de mots assez durs pour les soldats ukrainiens. Pour elle ce ne sont que ces assassins. Même pas des êtres humains. Juste des meurtriers, sans âme ni conscience.

Ce soir, Lioudmilla va dormir chez des voisins. Elle a trop peur de rester chez elle, à juste titre. Durant les dernières 24 h, l’armée ukrainienne a violé 22 fois le cessez-le-feu et tiré 442 munitions dont 53 obus de mortier de 120 mm et 82 mm sur Sakhanka, Leninskoye et Kominternovo.

En plus de la maison de Lioudmilla, et de celle de ses voisins, plusieurs obus ont endommagé un bâtiment proche de l’école et de la maternelle du village. À quelques mètres près ils auraient pu endommager l’une ou l’autre.

Et pour l’instant, aucun accord pour la mise en place d’un nouveau cessez-le-feu ne semble poindre à l’horizon…

Voir le reportage vidéo complet (attention images choquantes par moments) :

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Dom66 Dom66 6 mars 21:51

    salut Christelle,

    lu, et vu la vidéo....dur dur, que c’est bien triste ; c’est inadmissible, je me demande encore jusqu’où cela va aller !

    Je ne sais plus quoi dire, et j’attends avec impatience l’intervention de qui vous savez.

    Bon courage et prenez soin de vous et merci, pour les infos.


    • Christelle Néant Christelle Néant 7 mars 17:25

      @Dom66
      Merci. Promis je fais attention.


    • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus 8 mars 01:09

      @Christelle Néant
      Un des rare article ou je n’ ose pas troller ....
      Corespondant de guerre , finalement c’ est peut etre le vrai sens du mot « journaliste »’ 

      TRoll de DRame/TRDR


    • Christelle Néant Christelle Néant 8 mars 15:34

      @Cyrus
      Oui et non, car on peut être correspondant de guerre et faire de la merde. Ce qui définit un vrai journaliste, c’est le fait de rapporter une information le plus factuellement possible, en laissant le moins possible ses biais personnels interférer avec cette information. On a vu des journalistes occidentaux ici, porter le titre de correspondant de guerre, et faire de la merde absolue. Ils voyaient blanc, ils écrivaient noir, parce que le narratif imposé par leur idéologie ou celle de leur patron était pro-Ukraine...
      On le voit en France avec la couverture des Gilets Jaunes par les grands médias, on assiste à des délires propagandistes, qui n’ont rien à voir avec le journalisme, comme chez Pujadas https://fr.sputniknews.com/france/201903081040285177-onu-complote-france-invites-pujadas-lci/ (je ne parlerai même pas de leur mépris total pour madame Bachelet qui a vécu les horreurs de la dictature Pinochet, et qui n’a donc pas besoin de la FI pour savoir ce qu’est une dictature et une repression policière ultra violente).
      Beaucoup de « journalistes » sont complètement déconnectés de la réalité. Y compris parmi ceux qui prétendent venir couvrir des conflits. Il suffit de voir tous ceux qui sont allés en Syrie et qui nous ont raconté la vie chez les gentils rebelles modérés qui se trouvaient en fait être l’État Islamique (sic)...


    • Guy19550 Guy19550 7 mars 00:26

      Les horreurs de la guerre n’ont hélas pas de limite. Je ne vois pas d’amélioration à venir. Et cela peut même empirer si les troupes ukrainiennes avancent car dans ce cas, ce genre de situation peut encore empirer avec des mauvais traitements infligés par les militaires sur les civils. Il y a de quoi en avoir peur.


      • Christelle Néant Christelle Néant 8 mars 15:37

        @Guy19550
        La nouvelle trêve n’a tenu que 4 minutes, je pense que cela veut tout dire....


      • Guy19550 Guy19550 8 mars 01:03

        Russia’s UN ambassador urges OSCE to identify party escalating Donbass conflict
        http://tass.com/politics/1047898


        • skirlet 24 mars 15:46

          Christelle, j’apprécie énormément vos articles, aussi bien sur le fond que sur la forme, mais là je voudrais dire quelque chose sur la translittération : pourquoi le double « l » dans « Ludmila » ?.. Il n’y en a qu’un seul en VO, et en plus, les Français risquent de mal prononcer, comme dans « brillant »...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès