• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Lougansk - Le tribunal populaire ukrainien a condamné par contumace (...)

Lougansk - Le tribunal populaire ukrainien a condamné par contumace Porochenko et ses complices à la prison à vie

Depuis plusieurs mois, ce tribunal populaire ukrainien, créé à l’initiative d’un groupe de citoyens de Donetsk et de Lougansk, jugeait le président ukrainien, Petro Porochenko, et d’autres membres du gouvernement ukrainien pour leurs crimes commis dans le Donbass, sur base de la législation ukrainienne et du droit international. Le verdict vient d’être rendu ce matin sur la place du Théâtre à Lougansk.

Les instances internationales ne faisant pas leur travail pour juger les criminels de guerre ukrainiens, les Républiques Populaires de Donetsk et de Lougansk (RPD et RPL) l’ont fait, en mettant sur pied un tribunal populaire.

Ce dernier a jugé les dirigeants ukrainiens sur six blocs de charges criminelles :

- Génocide

- Blocus du Donbass

- Propagande de guerre

- Torture, pillage, vol

- Création d’unités armées illégales

- Utilisation des forces armées contre les civils

Lors de l’étude de ces charges, le tribunal a analysé et décortiqué 1 090 dossiers prouvant les crimes de guerre des dirigeants actuels de l’Ukraine contre la population du Donbass. L’élaboration de la sentence ayant pris un temps considérable, le tribunal populaire n’a pour l’instant publié que la sentence, et publiera le verdict complet d’ici cinq jours.

Suite à ce procès de plusieurs mois, l’ensemble des accusés ont été reconnus coupables de crimes de guerre, et le tribunal les a condamnés par contumace à la prison à vie et à la confiscation de leurs biens, les juges n’ayant trouvé aucune circonstance atténuante aux accusés.

« Suivant le code pénal ukrainien, Article 70 §1, la sentence totale est obtenue en fusionnant les peines les moins lourdes avec les plus lourdes et aboutit à une peine de prison à vie, avec confiscation de leurs biens  », a ainsi déclaré la présidente des juges du tribunal, Elena Chichkina.

Cette condamnation concerne les dirigeants ukrainiens suivants :

- Petro Porochenko, président ukrainien

- Arsen Avakov, ministre ukrainien de l’Intérieur

- Oleksandr Tourtchynov, ex-président ukrainien par intérim et secrétaire du Conseil national de sécurité et de défense

- Volodymyr Groïsman, Premier ministre ukrainien

- Victor Moujenko, chef de l’état-major ukrainien

- Stepan Poltorak, ministre ukrainien de la Défense

- Andry Parouby, président de la Rada (parlement ukrainien)

- Arseni Iatseniouk, ex-Premier ministre ukrainien

Tous ont été déclarés coupables d’avoir commis des crimes allant de l’organisation d’un génocide, à la violation des lois de la guerre, complicité d’actes terroristes, organisation de meurtres prémédités, etc. La liste complète des crimes et des articles du code pénal ukrainien correspondants ont été donnés par le tribunal.

Léonid Passetchnik, le chef de la RPL, a commenté ce verdict :

« Je souscris à ce verdict, je partage l’opinion des habitants qui se sont réunis ici aujourd’hui, tout est juste. Les coupables devraient être punis pour les crimes commis contre le peuple. Le tribunal populaire ukrainien est un mécanisme puissant, nous avons jugé les dirigeants criminels de Kiev d’après les lois ukrainiennes,  » a ainsi déclaré le chef de l’État.

Pour l’énoncé du verdict, des milliers d’habitants du Donbass s’étaient réunis sur la place du Théâtre à Lougansk. Le public et les juges ont observé une minute de silence en hommage aux victimes de la politique de Petro Porochenko.

Karine Béchet-Golovko a fait une analyse intéressante de ce verdict dans le cadre des accords de Minsk, et de la poursuite de cette guerre civile qui n’en finit pas.

Comme elle l’écrit, « même si ces « jugements » sont plus des actes symboliques politiques que de véritables décisions de justice, ils obligent à deux réflexions autour des Accords de Minsk, que chacun reconnaît, paradoxalement, et en état de mort clinique et devant être réanimés  ».

Ce jugement indique clairement que tant que ces autorités post-Maïdan sont au pouvoir, il n’y a aucune paix possible entre les deux républiques populaires et l’Ukraine. Il ne reste qu’à espérer que les prochaines élections en Ukraine n’amèneront pas au pouvoir Ioulia Tymochenko, comme semble l’indiquer les derniers sondages menés dans le pays.

En attendant la guerre se poursuit malgré les accords de Minsk, avec son lot quotidien de destructions et de victimes, qui viendront alourdir encore le dossier déjà bien chargé des autorités ukrainiennes actuelles.

Christelle Néant

Voir l'article sur DONi


Moyenne des avis sur cet article :  3.7/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • cassini 23 juin 12:35

    Bravo ! 


    • JC_Lavau JC_Lavau 23 juin 14:23

      @cassini. Deux réponses laconiques :

      Philippe de Macédoine :
      - Si je prends Sparte, je vous passerai tous par le fil de l’épée !
      - Si.
      A Léonidas :
      - Rends tes armes !
      - Viens donc les prendre !

    • cassini 23 juin 14:37

      @JC_Lavau


      Viens les prendre !

      Sûr de la référence ? C’est la réponse de Zéphyrin Brioché à l’employé du chemin de fer (chant III, chapitre Go Head, 7éme vignette). 

    • JC_Lavau JC_Lavau 23 juin 14:42

      @cassini. Zéphyrin Brioché avait des lettres.

      C’est en musique que son éducation était plus légère. Toutefois il arrivait à chanter quelque chose pour bercer Sécante et Cosécante.

    • cassini 23 juin 15:06

      @JC_Lavau


      Pour faire de l’hydrogène 
      On prend du fer on prend de l’eau
      On prend un tube en porcelaine
      On place le tout dans un fourneau


      Plusieurs fois par été je m’installe au soleil avec un des cinq ou six manuels de chimie du XIXe que j’ai achetés quelques euros aux Puces de Guéret. Ceux de ma grand’mère, la femme admirable qui m’a enseigné les bases de cette science à la grande colère de sa bru, ne remontent pas à plus que 1920. 

    • cassini 23 juin 15:13

      @cassini


      Il faut dire que la bru,professeur d’histoire, a passé sur les conseils d’une collègue de physique-chimie une grande heure dans une cachette au bord d’un fleuve à y évacuer goutte par goutte une dissolution à vrai dire assez diluée de nitrile formique de ma fabrication (Il y a plusieurs fois prescription.) 

    • cassini 23 juin 15:26

      @cassini


      Mais tout ceci nous éloigne de la présidente Chichkina et de son tribunal. 

    • JC_Lavau JC_Lavau 23 juin 15:44

      @cassini. On tchitaiet po rouski.
      La présidente n’est pas dans le texte français.


    • Christelle Néant Christelle Néant 23 juin 17:05

      @JC_Lavau
      Si si : « présidente des juges du tribunal, Elena Chichkina. » smiley


    • cassini 23 juin 21:26

      @JC_Lavau


      Tantôt on nous dit qu’il cite des classiques, tantôt nous le voyons, élève à la distribution des prix, répondre une niaiserie aux félicitations en latin qu’on lui adresse : « Oui, m’sieur » répond Zéphyrin qui épris de sciences exactes n’a rien compris à cette citation littéraire.
      (je cite de mémoire ; je l’ai lu en cours de latin en première)

    • JC_Lavau JC_Lavau 23 juin 21:33

      @cassini. Sic itur ad astra.



      • Milka Milka 23 juin 22:45

        Oui mais ! Sans pal, à la façon de Pierre Le Grand ça sert à rien .... !  Suis désolé de casser l’ambiance ....  smiley


        • Christelle Néant Christelle Néant 24 juin 11:22

          @Milka
          Malheureusement le pal ne fait pas partie de l’arsenal juridique ukrainien actuel ni de celui du droit international.


        • JC_Lavau JC_Lavau 24 juin 08:32

          On a plaisanté, parce que la situation militaire ne permettra pas d’exercer ces sentences là.

           
          Nos ministres ont fait amplement pire, en frappant de « sanctions » personnelles toutes les autorités syriennes dont elles aient connaissance, y compris Issam Zahreddine, pour leurs prétendues responsabilités dans de prétendues attaques chimiques.
          A l’époque Zahreddine dirigeait toujours et depuis plus de deux ans l’héroïque résistance de Deir ez Zor. C’était une personnalité exemplaire, et il aurait été de taille à reprendre la direction présidentielle de la Syrie si un malheur avait frappé el Assad. 

          Or le but de la guerre pour israël était et demeure de détruire la Syrie pour faire toute la place à israël. Nos ministres, comme les tazunis, y sont soumis.

          Depuis, la province de Deir ez Zor a été reprise par l’armée syrienne, mais Zahreddine et les occupants de son véhicule ont été tués par une mine.
          Cela fait partie des articles que le Parti Intérieur de Gorgonavox a bloqués.

          • Christelle Néant Christelle Néant 24 juin 11:23

            @JC_Lavau

            Pour l’instant en effet on ne peut pas faire appliquer cette sentence, mais il ne faut jamais dire jamais.
            Il est clair que pour moi beaucoup de dirigeants occidentaux méritent de finir sur les bancs d’un tribunal de Nuremberg II pour tous leurs crimes.

          • nono le simplet nono le simplet 24 juin 11:36

            @Christelle Néant

            beaucoup de dirigeants occidentaux méritent de finir sur les bancs d’un tribunal de Nuremberg II pour tous leurs crimes.
            le nom du tribunal c’est « le tribunal de La Haye »

          • Christelle Néant Christelle Néant 24 juin 12:41

            @nono le simplet
            Ah non celui là il est réservé aux dirigeants des pays attaqués et vaincus par les pays de l’OTAN, des pays africains etc... Aucun dirigeant européen ne sera jugé par ce tribunal. Faut pas rêver....


          • nono le simplet nono le simplet 24 juin 15:32
            @Christelle Néant
            Aucun dirigeant européen ne sera jugé par ce tribunal

            j’imagine que Slobodan Milosevic est rwandais ou libyen ...

          • Christelle Néant Christelle Néant 24 juin 15:58

            @nono le simplet
            Je parle d’Europe de l’Ouest, ma première phrase faisant rentrer Milosevic dans la catégorie de ceux pouvant être jugés par le TPI. Ce tribunal est trop partial pour juger un Macron ou une Merkel. Faut être réaliste.


          • nono le simplet nono le simplet 24 juin 16:05

            @Christelle Néant

            Ce tribunal est trop partial pour juger un Macron ou une Merkel

            pour crime contre l’humanité ? en effet, il y a peu de chances que ça arrive ...


          • Christelle Néant Christelle Néant 24 juin 17:50

            @nono le simplet
            Voilà pourquoi je parle de Nuremberg II et non du tribunal de la Haye pour ce qui est de juger les dirigeants d’Europe de l’Ouest pour leurs crimes contre l’humanité.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès