• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Mali : des élections qui laissent sceptiques

Mali : des élections qui laissent sceptiques

Les observateurs du dernier scrutin présidentiel au Mali sont au mieux sceptiques, au pire désespérés par l’incapacité du régime à assurer une élection démocratique digne de ce nom. En effet, les multiples cas de fraudes et irrégularités jettent l’opprobre sur l’élection.

Le premier tour de cette élection présidentielle malienne, qui se tenait le 29 juillet, avait déjà discrédité le scrutin. Alors que tout avait été fait en amont pour détourner le peuple malien de l’élection (sondages sans appel, menaces de conflits ethniques et religieux, intimidation des opposants…), les cas de triches dénoncés par les opposants comme les observateurs indépendants ont été très nombreux.

Entre les traditionnels bourrages d’urnes et les bureaux de vote inopinément fermés dans les régions peu favorables aux deux favoris du pouvoir en place, IBK et Soumaïla Cissé, les irrégularités ont au moins eu le mérite de mettre en avant une certaine créativité de la part des tenants du système (votes de personnes disparues, décédées…).

Si bien que 18 candidats avaient publié un communiqué pour dénoncer cette élection truquée et demander la démission du ministre de l’Administration territoriale en charge du scrutin, Mohamed Ag Erlaf.

En raison de fortes pluies et d’une démobilisation générale liée au dégout suscité par les méthodes du régime pour fausser le premier tour (8% de participation à la mi-journée), le deuxième tour, qui s’est tenu dimanche 12 aout, a été entaché par moins de cas de fraudes avérées.

Néanmoins, selon Le Monde, au moins une dizaine d’incidents ont été répertoriés, dont le terrible assassinat d’un président de bureau de vote dans le cercle de Niafunké, des urnes brulées et enlevées dans le cercle de Diré, deux bureaux de vote incendiés et des agents électoraux molestés dans le cercle de Douentza…

Si bien que le chef de mission « Pool d’observation citoyen du Mali » (POCIM), Ibrahima Sangho, en charge de l’observation et de la vérification de la bonne tenue des élections, a admis que « La menace sécuritaire est plus importante que lors du premier tour. Dans le centre et au nord, la psychose s’est installée. Les gens ont eu peur. Des bureaux de vote ont fermé plus tôt dans les zones de Niafunké [au nord] ainsi que vers Ténenkou et Youwarou [au centre] ».

Comble de l’ironie, ces pratiques ont été tellement visibles, que Soumaïla Cissé lui-même, pourtant bénéficiaire de ces irrégularités au premier tour a dénoncé avec véhémence l’organisation du scrutin, appelant des soutiens à ne pas se soumettre à « une dictature de la fraude ».


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Paul Leleu 28 août 23:16

    de manière plus « propre » c’est exactement ce qui se passe aussi en France. 


    Si les élections pouvaient changer quelque chose, on les supprimerait. C’est l’organisation populaire, le poid du peuple, son indépendance culturelle, qui d’une manière ou d’une autre influent sur le pouvoir. Sans cela, l’élection en elle-même ne garantit rien. 

    Maintenant, je veux pas vous désespérer. Et je pense que vous avez bien vos propres soucis dans votre pays. 

    • microf 30 août 11:37
      A l´auteur.
      Je pense que le but de votre article était d´informer sur les élections au Mali, @Paul Leleu vous a bien répondu, á savoir que si les élection servaient á quelque chose, elles auraient déjá été supprimées.

      Je lis ceci « (sondages sans appel, menaces de conflits ethniques et religieux, intimidation des opposants…), »Néanmoins, selon Le Monde, au moins une dizaine d’incidents ont été répertoriés, dont le terrible assassinat d’un président de bureau de vote dans le cercle de Niafunké, des urnes brulées et enlevées dans le cercle de Diré, deux bureaux de vote incendiés et des agents électoraux molestés dans le cercle de Douentza…« 

      Je ne sais pas si vous savez qu´il ya une opération militaire de la France au Mali qui s´appele »SERVAL".
      Le SERVAL est un animal qui lá oú il se trouve, bouge en urinant partout dans son territoire pour le marquer afin que personne d´autre n´y pénètre, et personne ne le fait sous peine de représaille de ce dangereux animal.
      Peut être que vous devriez demander á la France ce qu´elle fait au Mali avec son armée pourquoi la France a pris ce nom SERVAL pour cette opération, et pourquoi elle n´agit pas dans son territoire comme le SERVAL afin de le préserver de l´insécurité entre autre, et du bon déroulement des élections.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Mkoute


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès