• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Maroc-Algérie ; qui doit faire des excuses à l’autre ?

Maroc-Algérie ; qui doit faire des excuses à l’autre ?

M Abdelmajid Tebboun candidat en vue de la prochaine élection présidentielle algérienne puisqu’on le dit proche de l’homme fort du pays le Général Gaid Salah, demande des excuses du Maroc au peuple algérien en contrepartie de l’ouverture des frontières et de la normalisation des relations entre les deux pays. Il est donc tout à fait légitime de se demander vraiment qui des deux pays doit présenter des excuses à l’autre. Rappels.  

A l'indépendance du Maroc en 1956 Mohammed V avait refusé l'offre de la France de restituer des territoires annexés du Maroc par la France à l’Algérie en contrepartie de ne plus héberger les combattants du FLN. Le roi Mohammed V voyait cette proposition comme un « coup de poignard dans le dos » des « frères algériens » et parvint séparément à un accord le 6 juillet 1961 avec le chef du Gouvernement provisoire de la République algérienne, Ferhat Abbas. A l’indépendance de l’Algérie, les de ce pays ont refusé de discuter du sujet et c’était le fait déclencheur de la fameuse « guerre des sables » entre les deux pays en 1963.

 A signaler que pendant la guerre de libération de l’Algérie, le Maroc en dépit de ses maigres ressources a fourni assistance et hébergement aux combattants du FLN. N’est-il symptomatique que les équipes qui se sont reliés au pouvoir à Alger sont appelés par les algériens « le groupe d’Oujda » du nom de cette ville marocaine frontalière avec l’Algérie. A rappeler aussi qu’après son retour au pays et à la suite de la proclamation de l’indépendance du Maroc en 1956 le Roi Mohammed V n’avait pas manqué une seule occasion de rappeler que l’indépendance du Maroc est incomplète sans l’indépendance de l’Algérie. De plus le Maroc a officiellement fermé la porte à toute revendication territoriale alors qu’il est connu que la France avait annexé des larges portions du territoire marocain à l’Algérie considéré comme étant un département français alors que le Maroc lui était sous protectorat donc appelé un jour ou l’autre à recouvrer son indépendance.

Le 18 décembre 1975, quelques semaines après la Marche Verte, Houari Boumediene avait ordonné l’expulsion massive de 45 000 familles marocaines (350 000 personnes), pour la plupart établies depuis des générations en Algérie.

Mais le plus flagrant reste le soutien à un peuple sahraoui qui n’existe que dans l’esprit des dirigeants algériens. Le Sahara est une aire géographique qui s’étend du Maroc à l’Egypte. S’il y a un peuple sahraoui, il serait transnational englobant outre le Maroc, tous les pays de l’Afrique du nord plus l’Egypte. J’ai expliqué dans cet article ICI que les dirigeants algériens prenant prétexte de la défense « du peuple du Sahara » mènent une véritable guerre non déclarée largement ignorée par médias de l’hexagone contre le Maroc : médiatique, économique, diplomatique voire guerre tout court.

Les autorités algériennes ont décidé de faire du Maroc un ennemi et agissent depuis longtemps en conséquence. Ni une prétendue rancune historique, ni l’affaire du Sahara séquelle de la guerre froide et qui au départ était une colère hystérique de l’ancien président Boumediene ; ni une quelconque hégémonie régionale d’un pays il est vrai immense mais désertique à 84% ne peuvent justifier une guerre qui ne dit pas son mot contre le voisin marocain.

 -Guerre économique en s’engageant dans une course folle aux armements pour mettre à genou le Maroc qui dispose de moins de ressources et en maintenant fermée les frontières est du pays pour le couper du reste du Maghreb et de son prolongement arabe. Officiellement pour l’Algérie cette fermeture des frontières terrestres visait à protéger ce pays « du trafic de drogue et de la contrebande ». Or tout le monde sait que c’est la fermeture des frontières qui encourage ces trafics et pas seulement.

 -Guerre diplomatique en mobilisant ses diplomates dans toutes les organisations et forums internationaux contre le Maroc ; en finançant toutes sortes de lobbies et les représentations diplomatiques et autres bureaux du Polisario.

 -Guerre tout court, en armant et en abritant des combattants contre le pays voisin. Pendant les hostilités, les combattants du Polisario armés par l’Algérie faisaient des incursions à partir du territoire algérien de Tindouf et attaquaient les troupes marocaines et repartaient tranquillement se réfugier en Algérie. Hassan II qui était en droit d’exercer un droit de suite en territoire algérien s’est toujours interdit d’insulter l’avenir en engageant une guerre ouverte avec l’Algérie. Or l’affaire du Sahara était claire dès le début.

Alors M Abdelmajid Tebboun qui doit faire des excuses à l’autre ?

 


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Bionic Beaver 1er décembre 02:01

    @MTakadoum alias bouliq

    Peut-être que le gouvernement algérien a besoin d’un ennemi, fût-il imaginaire, pour attirer l’attention de la population sur autre chose que son impéritie et son incurie, pour ne pas dire pire.

    Signé popov, qui est toujours interdit sous vos articles mais qui trouvera toujours le moyen de se manifester. Le censurer ne sert donc à rien sinon à vous faire passer pour un lamentable censeur. Et vous devriez aussi redonner l’accès à mon vieil ami Omar si vous l’avez lui aussi exclu. Cela mettrait assurément un peu d’animation sous vos articles.


    • Totory 1er décembre 22:31

      « Quand le sage montre la lune, le sot regarde de doigt... »

      Qui n’a jamais vécu cette situation où l’on montre du doigt tel objet à un chien, mais celui-ci reste assis, gueule affable et langue pendante, à fixer les impérieux mouvements de notre index au lieu de concentrer son attention sur la direction pointée ?

      L’univers intellectuel du chien, limité, ne lui permet pas d’appréhender la corrélation entre le doigt et l’objet désigné. L’animal reste focalisé sur une vision primaire du monde, en l’occurrence, ici, un doigt qui s’agite. C’est la même chose pour l’idiot, qui s’arrête à la surface des choses, l’idiot renvoie à un interlocuteur dont les barrières idéologiques lui empêchent d’appréhender la globalité d’une situation. Les limites de la ligne du parti qu’il défend seront les siennes propre, et, incapable de les outrepasser, on dira de l’individu qu’il est endoctriné. L’idiot, peut également être une victime, conditionné par le système et incapable de penser plus loin que ce dernier. Un zombie. Dans tous les cas, la pensée de l’idiot est enfermée, cloisonnée, elle ne peut plus évoluer car prisonnière d’un carcan dont elle peine à s’affranchir.

      Parfois aussi, l’idiot est simplement de mauvaise foi. Il préfère garder ses œillères pour ne pas avoir à se confronter à la remise en question des ses idées...Quand tu montres la lune, l’idiot regarde ton doigt !

      Mais l’habit du sage peut-il être endossé par une femme ou un homme politique ?

      Le deuxième sens que l’on peut prêter à cette expression est moins évident. L’idiot, qui regarde le doigt du sage, est prêt à absorber n’importe quel message que le sage pourrait lui communiquer. Tout son intérêt est porté sur lui. Pour l’idiot, le doigt du sage est sa lune, il n’existe rien de plus élevé dans son univers. C’est, plus exactement, prendre le signe pour ce qu’il indique. Il serait ainsi aisé pour le sage de manipuler l’idiot à sa guise, puisque son doigt à valeur d’autorité divine. Son doigt représente la connaissance alors même que celui-ci ne fait qu’indiquer le chemin menant à l’humiliation.

      Cette confusion profite aux usurpateurs qui utilisent leur fonction pour pointer leur doigt dans des directions qui ne profitent qu’à eux-mêmes : « On nous répète encore et toujours que l’important c’est la position des doigts, alors que l’important, c’est la Lune ! »

      Les algeriens se sentent plus que jamais sous le joug des faux sages de la sphère militaropolitico-médiatique. Ils n’ont plus confiance en ceux qui sont censés montrer le chemin et le peuple ne veut plus suivre la direction imposée.

      L’astre, qui représente la lumière céleste, l’état de connaissance supérieur, est également très lointain. Regarder dans sa direction est donc une invitation à dépasser ses propres barrières pour tendre à une vérité moins subjective et plus absolue. Tout en sachant qu’on ne l’atteindra sans doute jamais.

      Mais n’est-ce pas justement tout ce qui fait l’intérêt du débat ?

      Confucius a fondé sa pensée sur des vertus telles que la sincérité, la droiture et l’intégrité, et dont l’enseignement était principalement orienté vers la formation des futurs hommes de pouvoirs (ouvert à tous, pas seulement aux fils de princes), aurait sûrement beaucoup à apprendre aux soi disant élites.


      • Jonas 2 décembre 18:51

         Sans l’immixtion de l’Algérie dans ce conflit , le Maroc et le Sahara Occidental, auraient trouvé . une solution satisfaisante. Depuis le Président, Boumédienne , l’Algérie , qui a d’autres chats à fouetter , s’est ingéniée , à créer des difficulté au Maroc. ( Un Maroc , comme l’écrit , l’auteur de l’article , qui a été généreux, hospitalier et fraternel, pendant la guerre d’indépendance algérienne ) 

        En réalité l’Algérie , aide militairement , financièrement et politiquement , le Polisario , pour nuire au Maroc, dans un but non avoué. Celui dans le cas de l’indépendance du Sahara Occidental, de pouvoir être récompensée , pour son soutien depuis des décennies, en ayant enfin accès à l’océan Atlantique, que l’Algérie convoite. Cela lui permettra l’exploitation de ces richesses. 

        J’espère que les responsables sahraouis , deviendront , plus pragmatiques et plus soucieux de l’avenir de leurs compatriotes en trouvant un terrain d’entente avec le Maroc. L’Algérie pays riche devrait enfin s’occuper du quotidien des Algériens qui sont de plus en plus pauvres.  

         


        • Mursane 3 décembre 10:05

          Le peuple algérien aime les marocains et le Maroc, mais pas sa gouvernance ni ses journalistes haineux.

          Le peuple marocain aime les algériens et l’Algérie mais pas ses gouvernants ni sa presse locale. 

          Que faire pour réussir un maghreb uni et fort face aux blocs, européens,Saoudiens, quataris, emirati etc..qui ne demandent qu’a foutre le désordre chez nous ? et pourtant dans ce Maghreb on trouve la même race, la même langue, la même religion . Tout pour réussir un Maghreb commun , uni dans sa diversité et fort dans son économie intra-régionnale et internationale , sauf qu’il faudrait faire taire certains journalistes haineux à la solde du maghzen , et de la sécurité militaire . Les maghrébins devront ainsi s’élever au dessus du niveau des gouvernants et des haineux dont notamment un certains journaliste , pour fomenter leur révolution intermaghrébine fraternelles sans ressasser toujours sur le passé antérieur.


          • Mursane 3 décembre 10:10

            Mr TAKADOUM pour moi tu n’es qu’un tawakhour (celui qui recule ) tu ne représente absolument pas le peuple marocain frère que nous aimons de tout coeur 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès