• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > MH 17 : Désinformation et intoxication médiatique. Prémices : les Buks (...)

MH 17 : Désinformation et intoxication médiatique. Prémices : les Buks attaquent. Destruction de l’Antonov 26 – 19

La désinformation est un ensemble de techniques de communication visant à donner une fausse image de la réalité dans le but d'influencer l'opinion publique.

L'intoxication médiatique est une technique de manipulation consistant à déstabiliser un adversaire en fournissant des fausses informations à ses média, ou à créer des média relais sur son territoire.

Le 17 juillet 2014 à 16h15 (heure locale ukrainienne), le vol MH 17 entre Amsterdam et Kampa Lumpur est détruit au-dessus de l'Ukraine par un missile Buk. Cette tragédie est à la fois un des tournants majeurs de la crise ukrainienne et le catalyseur des sanctions occidentales contre la Russie. Pour bien appréhender la campagne de désinformation et d'intoxication qui suivit et qui perdure encore actuellement, il est essentiel de bien connaître le contexte de la tragédie. Les accusations d'une supposée utilisation par la Russie de missiles Buks sont antérieures à la destruction du MH17. Elles datent du 15 juillet 2014, suite à la destruction d'un second avion de transport des Forces Aériennes Ukrainiennes (PSU) par les forces rebelles.

L'Histoire de l'An-26 – bleu 19 est édifiante pour comprendre le système de désinformation ukrainien et son relais aveugle, voir complice par la presse occidentale.

 

Figure 1 : Situation militaire dans l'Est de l'Ukraine au 14 juillet – La zone évoquée dans l'article a été cerclée en orange. (source : Sécurité Nationale d'Ukraine. Il est à noter que toutes les cartes du mois de juillet on été supprimées du site – lien mort 1 - lien mort 2 - lien mort 3, etc).

 

Début Juillet 2014, le cessez-le-feu du 21 juin n'est plus qu'un souvenir, les Forces de Kiev reprennent l'offensive. Les gardes frontières ukrainiens grâce à une défense très efficace contrôlent encore l'intégralité de la frontière. Il est à noter que le document officiel de la Sécurité Nationale Ukrainienne (fig:1) surestime l'avance des rebelles vers la frontière. Néanmoins, pour ne pas être accusé d'utiliser des sources russes manipulées, les documents d'origine ukrainienne seront toujours privilégiés).

Pour ravitailler les gardes frontières d'Izvarino et les troupes ukrainiennes à Kranosdon, les PSU envoient un bimoteur Antonov-26 de la 456éme brigade de transport effectuer un parachutage. L'avion est abattu à 16h30 dans les environs de Kruzhyliva.

L'avion effectuait selon les autorités ukrainiennes un parachutage de vivres et de médicaments. Le vol avait donc une visée humaniste, humanitaire, bien loin du ravitaillement en armes et munitions comme pourrait l'imaginer des « trolls pro-russes ». Néanmoins des photos de l'Antonov prises avant sa destruction laissent entrevoir la définition de l'humanitaire selon Kiev.

Photo l'Antonov-26 Bleu 19 prise lors d'un vol d’entraînement au largage de « conteneurs humanitaires ukrainiens ». Sur le cliché on peut voir deux bombes d’entraînement de type P50T. (photo prise le 15 mai 2014 à Nikolayev).

 

 

Dès le lendemain, dans un communiqué officiel Andriy Lisenko affirme que l'AN-26 volait à une altitude de 6500 m lorsqu'il a été touché par un missile probablement tiré depuis la Russie voisine.

La présidence ukrainienne déclarait quant à elle : « Le Ministre de la Défense Valery Geleta a rapporté au Président de l' Ukraine Petro Poroshenko que des membres de l'équipage de l'AN-26, qui a été abattu en effectuant des tâches dans le cadre de la phase active de l'ATO ont pris contact avec l'état - major général .Il a également noté que, compte tenu du fait que l'avion volait à une altitude de 6500 m, sa destruction par des systèmes portatifs de défense aérienne est impossible, l'avion a été abattu à partir d'un autre missile plus puissant qui a été utilisé probablement depuis de la Fédération de Russie. ».Cette citation n'a pu être liée à sa source originale, car le communiqué a été supprimé par la Présidence Ukrainienne (lien mort 1 cité dans l'article 1, l'article 2 et 3.).

Le Gouvernement Ukrainien déclare que le tir a été probablement effectué depuis la Russie pour deux raisons. La première est la volonté systématique d'impliquer la Russie dans la guerre civile ukrainienne, de l'externaliser et d’entraîner ainsi l'ouverture d'un conflit ouvert entre l'OTAN et la Russie. La seconde, en Juillet 2014, l'Ukraine contrôle encore entièrement la frontière (figuré en vert sur la carte - ділянки кордону під контролем україни  : zones frontalières sous le contrôle de l'Ukraine). Un tel système sol-air ne pourrait donc pas avoir été introduit en Ukraine. Ce n'est qu'à partir du 28 juillet que les autorités ukrainiennes indiquent avoir perdu le contrôle de la frontière. Kiev reconnaît donc implicitement que les rebelles n'ont pas l'armement adéquat à cette date.

Les faits sont aussitôt relayés dans la presse française et internationale (1,2,3,4,5). Le lendemain dans les média ukrainiens les missiles sol-air Buks font leur apparition.

 

Après la destruction du MH17, Pietr Poroshenko déclare qu'il n'exclut pas que l'AN-26 et le MH17 furent détruits de la même manière. La presse française en fidèle « godillot » de Kiev lui enchaîne aussitôt le pas à l'image de « Sud-Ouest » : « Le 14 juillet, les forces pro-russes ont revendiqué la destruction d'un avion-cargo ukrainien de type Antonov, abattu à plus de 6 000 mètres d'altitude, ce qui est hors de portée d'un missile tiré à l'épaule mais pas d'un SA-11 (Buck) » et de Courrier International, «  le 14 juillet, un avion de transport militaire ukrainien Antonov An-26 a été détruit par un missile, “à une altitude de 6 500 mètres”, rappelle Oukraïnska Pravda. Sur le moment, beaucoup d’observateurs ukrainiens avaient estimé que cela n’avait pu être possible que grâce à l’intervention de systèmes d’armes comme le SA-13 ou le SA-17 Grizzly, que les Russes ont baptisé “Buk” ».

Ainsi la destruction de l'AN-26 devient une des « preuves » de l'utilisation par les rebelles ou par la Russie elle-même de l'utilisation de missile BUK sur le territoire ukrainien.

Mais qu'en est-il réellement ?

La première des questions est : à quelle altitude volait l'AN-26 ?

La première approche relève du bon sens. L'avion effectuait un parachutage de ravitaillement sur Izvarino, ville frontalière avec la Russie et assiégée à l'ouest par les rebelles. Pour éviter que les colis ne tombent en Russie ou chez l'ennemi, le largage doit être effectué à basse altitude (entre 300 et 500 m). La vitesse ascensionnelle maximale d'un l'AN-26 vieux de 34 ans est au mieux de 8/ms ce qui implique qu'il lui a fallu presque 13 minutes pour atteindre l’altitude de 6500 m.

Durant ce laps de temps l'avion parcourt une distance d'environ 60 km. Or, il n'y a que 28 km entre Izvarino et le site du crash. Il est donc impossible que l'avion puisse voler à une telle altitude. En utilisant au mieux le potentiel de l'avion et en se basant sur les performances d'un avion neuf, l'altitude maximale à retenir est donc de 3500 m.

Par estimation trigonométrique à partir des vidéos du crash un internaute arrive quant à lui à une altitude de 3600 m.

La carlingue de l'AN-26 peut être pressurisée jusqu'à une altitude de 6500 m. Si l'avion avait été touché par un missile de type Buk, il aurait subi une dépressurisation brutale et se serait disloqué comme le MH17. Or, au moment de l'impact avec le sol l'avion est encore « intact ».

Bien au delà des réflexions de bon sens et des calculs de blogueurs et internautes, cette question a été débattue lors de l'enquête sur le crash du MH17. Le MIVD, c'est à dire le Service de Renseignement Militaire hollandais, a répondu à cette question (page 239 du rapport du dutch safety board et page 24 du rapport de la Commission pour la Supervision des Services de Renseignement et de Sécurité CITVD).

Le MIVD arrive à la conclusion que l'Antonov 26 ne volait pas 6500 mètre et a été détruit par un MANPADS à une altitude maximale de 3500 m.

Il apparaît donc que bien avant la destruction du MH17, l'Ukraine avait entamé une campagne de désinformation sur l'utilisation par les rebelles et la Russie de missiles sol-air à longue portée. Cette campagne a été reprise par les média occidentaux dans un premier temps et utilisée ensuite par les mêmes média comme preuve de l'implication des rebelles et/ou de la Russie dans la destruction du vol Amsterdam Lumpur.

Les allégations ci-dessus ayant servies comme preuves pour accuser la Russie se révélant fausses, qu'en est-il des preuves avancées pour le MH17 ?...

C'est la question qui sera débattue dans les prochains articles.

 

 

P.S. : De manière troublante, la recherche de documents sur cette période sur Internet conduit à de nombreux liens morts sur les sites officiels ukrainiens (disparition de cartes, de déclarations officielles, etc). Volonté de brouiller les pistes ? Désorganisation des services informatiques des structures officielles de l'Ukraine ? Le choix de la réponse est laissée aux lecteurs.


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • JC_Lavau JC_Lavau 12 septembre 11:18

    Difficile à suivre pour nous.


    • Courtois Laurent Courtois Laurent 12 septembre 11:25

      @JC_Lavau

      Bonjour,


      qu’est ce qui est difficile à suivre ?

      Je vous rappelle qu’Agoravox est le seul média ou les auteurs répondent aux remarques et questions des lecteurs. 

      N’hésitez pas à poser des questions.

      Bonne journée à vous.


    • Duke77 Duke77 12 septembre 22:15

      Philippe ne peut plus que digérer « pensez printemps ! »


      Il est incapable d’étudier un dossier argumenté. Il lui faut du sensationnel (pour capter son attention), et du pré-maché (pour éviter que son attention ne se lasse, au bout de quelques secondes en général, sauf s’il y a du cul ou du sang).
      Du coup, il se dépêche de donner son avis alors qu’il n’a pas lu l’article trop long pour lui, et il passe à autre chose. Cherchant où poser sa prochaine merde.
      Bon courage Laurent et bravo pour votre article. Je suis moi-même persuadé de la manipulation autour de ce crash. Tout est bon pour taper sur Poutine et capter de nouvelles populations dans notre dictature masquée...

    • Aristide Aristide 12 septembre 11:58

      Christelle s’est laissé pousser la barbe ? Cela lui va pas mal ....


      • Courtois Laurent Courtois Laurent 12 septembre 12:06

        @Aristide

        Au lieu de faire des comparaisons qui ne font plaisir ni à moi ni à elle, vous feriez mieux d’essayer de prendre à défaut mon article.

        Bonne journée quand même.


      • Aristide Aristide 12 septembre 12:28

        @Courtois Laurent


        Chaire Christelle vous ne trompez personne avec cette barbe de trois jours ...

      • Doume65 12 septembre 18:17

        @Courtois Laurent
        Vous avez raison, c’est plutôt avec Maurice qu’il faudrait comparer. (En espérant que le sens de l’humour ne vous soit pas étranger.)
        Sérieusement, bon boulot. J’attends le second volet avec impatience.
        Au fait : une question : comment faites-vous pour obtenir des renseignements contenus dans des pages qui n’existent plus ? Avec le cache de Google, ou depuis des archives personnelles ?


      • Courtois Laurent Courtois Laurent 13 septembre 07:34

        @Doume65

        Bonjour Doume65,

        Ni par le cache Google, ni par des archives personnelles, ni par des utilisations par d’autres sources.

        Mais directement depuis la source, c’est à dire les serveurs de la Sécurité Nationale d’ Ukraine.

        Les liens ont été supprimés mais pas les cartes, il suffit de remonter dans leurs dossiers « files » puis « 2014 » et le tour est joué.

        Voici un lien pour admirer la bête in situ, bien au chaud dans les serveurs de la Sécuriété Nationale Ukrainienne : http://www.rnbo.gov.ua/files/2014/RNBO_map_15_07.jpg

        En vous remerciant pour votre lecture et votre question, je vous souhaite une bonne journée.


      • anna anna 12 septembre 12:07

        Le BUK est une arme très sophistiqué, et il est composé (selon le modèle) de 3 ou 4 camions !

        celui, qui choisi les cibles et les départage entre autres BUK des lancements
        celle qui détecte la cible, détecte si cette cible est un avion civile ou militaire, communique les coordonnés de la cible au lanceurs BUK et donne la commande de démarrage du lancement de missile BUK 
        4. (selon le modèle de BUK)  le lanceur BUK, porteur des 8 missiles 
        Ce n’est pas a la porté de n’importe quel « individu » de l’utiliser.
        Seulement a l’armée régulière
        Les séparatistes pro-russes a Donbass, ne possédaient pas TOUT ce matériel sophistiqué, indispensable pour le lancement d’un missile. 
        Les enquêteurs hollandais nous ont montré comme « preuve » irréfutable une vidéo « trouvée » sur le net, qui montre un lanceur BUK, qui roule soit-disant dans le bon secteur, qui roule soit-disant avec un missile manquant, que les séparatistes, soit-disant on voulu cacher après avoir « abattu » l’avion MH17
        C’ EST A PISSER DE RIRE !!!
        En sachant que c’est 
        qui démarre le lancement de missile et pas le camion-lanceur !
        On nous prend pour des jambons



        • Courtois Laurent Courtois Laurent 12 septembre 13:22

          @anna

          Bonjour Anna,

          Merci pour votre lecture et pour votre commentaire.

          Vous avez un peu anticipée les articles suivants. Effectivement, on nous prend pour des jambons et pas que cela.

          Avant de m’attaquer au cas du MH17 stricto sensu, je voulais montrer le contexte tant militaire que politique. La destruction du MH17 n’arrive pas dans un moment anodin, bien au contraire. C’est ce qu’il sera traité dans l’article suivant.

          Bonne journée à vous


        • anna anna 12 septembre 14:00

          @Courtois Laurent
          Bonjour Laurent

          Oui, le sujet est tellement grave et complexe, qu’il faut mieux le traiter en plusieurs articles, step by step...

        • anna anna 12 septembre 14:08

          @Courtois Laurent
          Par ailleurs, et a titre perso, je pense que les américains, qui ont leur QG a Kiev, ont refilé a l’armée ukrainienne des faux-mauvais chiffres, suite a quoi, l’armée ukrainienne a descendu un « mauvais avion », car l’avion de Poutine, revenant de Bolivie se trouvait dans le secteur a 17 min près


        • Courtois Laurent Courtois Laurent 12 septembre 14:20

          @anna
          Sans spoiler la suite, je partage votre point de vue sur les propriétaires du Buk.
          Concernant l’avion présidentiel russe, bien qu’ayant croisé le MH17 au dessus de la Pologne, il n’a pas survolé l’Ukraine se jour là. Pas folle la bête...


        • anna anna 12 septembre 15:13

          @Courtois Laurent
          « l’avion présidentiel russe ayant croisé le MH17 au dessus de la Pologne... »


          Justement !
          Une erreur de calcul !
          Ils se sont trompé dans le temps, ou dans l’attitude, ou dans la distance, ou de la cible « civile » ou d’autre....Ce n’est pas par hasard, que le vol MH17 a été obligé de changer la trajectoire du vol.
          Souvenez vous de l’avion Tu-154, abattu par les bras-cassés ukrainiens en 2001 ?
          Il est tombé dans la mer Noire, qui est très très loin du point de départ du missile aussi.

        • nmishtal 12 septembre 22:21

          @anna
          les conclusions de l’enquête du JIT n’accusent pas du tout les séparatistes contrairement à vos affirmations mais l’armée russe avec une centaine de participants identifiés, voici le lien du JIT avec donc les conclusions de l’enquête pénale :
          https://www.om.nl/onderwerpen/mh17-crash/@96068/jit-flight-mh17-shot/

          Maladroitement pour eux les séparatistes ont revendiqué le jour du drame avoir abattu un AN26 ukrainien , c’est passé aux infos de 19 h en Russie sur la TV russe , notamment sur LIFE News , bon ensuite la version a changé quand tout le monde a réalisé qu’il s’agissait d’un avion civil.


        • Alexis Toulet Alexis Toulet 12 septembre 22:37

          @anna

          De fait. Il n’y a que deux hypothèses qui peuvent logiquement tenir :

          - Buk manœuvré par l’armée de Kiev
          - Buk manœuvré par l’armée russe
          Reste bien sûr à étudier chacune d’entre elles.

          Je remarque quant à moi les faits suivants :
          - Le vol MH-17 passait au-dessus de l’est de l’Ukraine à une altitude d’environ 10 000 mètres, usuelle pour les avions de ligne, mais inaccessible pour l’Antonov-26. Il était donc évident que ce vol était civil
          - Le MH-17 avait un transpondeur fonctionnel, c’est-à-dire un appareil qui interrogé à distance « répond » avec l’identité de l’appareil. Or à la fois la station de détection ET les lanceurs Buk sont dotés d’un interrogateur de transpondeur. Il est donc clair que le lanceur du missile avait reçu la réponse « je suis le vol MH-17, je suis civil » AVANT de tirer

          Ce qui ne laisse que deux hypothèses :
          - Soit les tireurs - c’est-à-dire les assassins de presque 300 civils - SAVAIENT sur qui ils tiraient
          - Soit ils étaient d’une incompétence absolument crasse

          Or cette dernière hypothèse est contradictoire avec le fait même de parvenir à manier un système Buk. Il faut se souvenir que ce genre de systèmes n’est absolument pas doté d’une interface « intuitive » de type applet dernier cri. Bien au contraire ! On pourra en juger en jetant un oeil sur le poste de tir. A l’évidence, seule une personne spécifiquement formée peut arriver à le manœuvrer.

          La conclusion qui en découle, et qui me paraît déterminante, c’est que le tir sur le vol MH-17 était intentionnel. Ceux qui ont lancé un missile sur cet avion savaient qu’ils condamnaient à mort des centaines de civils. C’était leur BUT.

          Il reste à poser la question classique Cui Prodest : à qui le crime profite-t-il ?

          A l’évidence pas à la Russie ni aux séparatistes.

          Ne reste que l’hypothèse d’un Buk ukrainien, manœuvré avec l’intention explicite de tuer des centaines de civils pour en accuser ensuite Moscou, et infliger à la Russie une défaite majeure sur le terrain de la « communication », dite aussi propagande de guerre. L’attaque du vol MH-17 et la mort de 298 civils était un crime de guerre commis dans le cadre de la « guerre de l’information ».

        • Gorg Gorg 12 septembre 23:19

          @Alexis Toulet

          Bonjour Alexis,

           CQFD, c’est ce que je pense depuis le début... Et comme le fait justement remarquer anna, les bras-cassés ukrainiens n’en sont pas à leur coup d’essai (TU-154)...
           C’est un coup tordu des
          putschistes et des khokhols... Les amerloques et l’UE font semblant de les croire afin de servir leur propagande...
           Oblabla fabulait qu’il avait des preuves mais n’a jamais voulu les présenter... Donc elles n’existent pas...


        • anna anna 13 septembre 06:28

          @Alexis Toulet
          Oui, je suis absolument d’accord avec vous.

          Au début, tout juste après l’événement, je me suis dis que, c’est ou l’armée ukrainienne ou les séparatistes, qui ont fait un tir accidentel par « inadvertance ».
          Depuis j’ai consulté plusieurs sites militaires russes, et j’ai compris que dans ce genre d’appareil (BUK) il est impossible de confondre l’avion civil et militaire sur l’écran de radar. 
          Celui qui a appuyé sur le bouton savait très bien que c’est un vol civil !
          En plus le lancement du missile BUK n’est pas un procédé simple. 
          Les militaires m’ont expliqué sur le site avec une image simple, et bien même, que je suis une fille, j’ai compris que :
          Il faut connaitre le code, pour déverrouiller le démarrage
          On ne peut pas casser le code, on peut le « déprogrammer » pour qu’il tire sur l’avion civile
          Il faut trouver le bon « boitier » de déprogrammation, qui ne se trouve pas sous votre nez non plus, et qui est accessible aussi avec un code..
          Bref, un lanceur Buk, n’est pas un Kalachnikov, que n’importe qui peut tirer avec, en appuyant sur la gâchette...



        • anna anna 13 septembre 06:45

          @nmishtal
          Les séparatistes n’ont revendiqué RIEN DU TOUT !

          Je le sais, car j’étais sur leur site, en live, au moment du drame.
          Le poste de « revendication » est un FAKE grossier, et Strelkov l’a confirmé a plusieurs reprises.

          LIFE News est une télé-poubelle...Au moment des faits Poutine était dans le ciel, au dessus de la Pologne, il n’avait pas le temps de « contrôler » LIFE NEWS smiley

          Maintenant posez vous une question :
          pour quels raisons a-t-on intérêt de fabriquer des FAKES, tout de suite après le drame si on est pas coupable ?
           

        • Courtois Laurent Courtois Laurent 13 septembre 07:49

          @annavous avez demandé « pour quels raisons a-t-on intérêt de fabriquer des FAKES, tout de suite après le drame si on est pas coupable ? »

          vous auriez tout aussi pu demander :


          « pour quels raisons a-t-on intérêt de fabriquer des FAKES, LA VEILLE DU drame si on est pas coupable ? »

          car des preuves retenus le théatral JIT ont été fabriqué 24 heures avant les faits...

        • nmishtal 13 septembre 07:53

          @anna

          désolée vous vous trompez encore , je vous envoie les infos de la chaine russe Life news du 17 juillet 2014 ,journal de 19h où la journaliste russe annonce que les séparatistes revendiquent avoir abattu un AN26 de l’armée ukrainienne , puis journal de 20H , la même journaliste qui sans rougir change de version et l’armée russe déclare que c’est peut être un BUK de l’armée ukrainienne , regardez c’est effarant :

          https://www.youtube.com/watch?v=NsmVZmSBaEg

          la revendication des séparatistes pour l’AN26 annoncée par Lifenews avec sous titre en anglais :

          https://www.youtube.com/watch?v=wIPkwhVHpJs

          Lifenews une chaine poubelle ? Pourtant financée par des proches de Poutine . Au fait si vous connaissiez Lifenews vous sauriez qu’elle cessé d’émettre le 18 aout .


        • Courtois Laurent Courtois Laurent 13 septembre 09:10

          @nmishtal

          Ce n’est pas pour rien qu’en chapeau de l’article se trouve la définition de l’intoxication médiatique...

          Il y a une chose qui marche très bien à Donetsk, c’est le téléphone arabe, la rumeur. Je me souviens que pour les combats de Marinka, les fantassins de la DNR étaient encore dans leurs tranchées que la presse de Donetsk, dont Novorossia Today en tête titrait : « le drapeau de la DNR flotte sur Marinka »....

          Tout cela pour dire qu’une information qui n’est pas relayée par une agence officiel n’est pas une information officielle.

          Votre commmentaire ne montre pas la culpabilité de la DNR ni de la Russie, mais le manque de sérieux journalistique de « Lifenews »

          C’est quand même maigre comme preuve, un post facebook, une fake news de Lifenews, un enquête d’un père au foyer londonien, un site web allemand (direct !v).

          Mais tout cela sera montré avec moult détails dans la suite. Je vous invite d’ailleurs à garder vos arguments pour les articles suivant qui vont vous faire bondir...


        • anna anna 13 septembre 09:17

          @nmishtal
          Vous me donnez un lien vers une vidéo sur Youtube, qui dit que les séparatistes « revendiquent » avoir abattu un AN26... et que après Life News a supprimé cette revendication, car Live News a comprit que cet avion est le MH17 (en gros)

          Permettez moi quelques remarques :
          1. votre vidéo est une compilation en soi, des autres morceaux et d’autres faits. Il y a rien de plus manipulateur qu’une compilation. 
          « Dis moi, de quel façon tu compile les faits, je te dirai quel mensonge tu veux me faire avaler » (proverbe russe smiley  )
          2. l’information de Life News, la quelle vous me donnez en exemple en vidéo, est basé sur un FAKE, c’est pour ça, qu’elle a été supprimé, et non, par ce que on a voulu « cacher » la vérité.

          Life News s’est trompé de site, elle a pris une FAKE revendication sur Vkontakte et Facebook (surement provenant d’un site ukrainien) pour une vraie, car il y avait la photo de Strelkov la dessus. Et le faux message de « Strelkov » avec sa propre photo disait d’avoir abattu un Antonov ukrainien.
          3. Moi, au moment des faits, depuis plusieurs semaines déjà, j’ai été sur le site propre de Strelkov, et Strelkov répétait sans arrêt, qu’il n’a pas de compte ni Vkontakte ni chez Facebook, et que tous ces autres comptes, sont tous des FAKEs. 
          Strelkov nous prévenait personnellement et constamment, qu’il écrit seulement et uniquement sur son seul site qui est
          le site des « ANTIQUAIRES » 
          et que il écrit seulement sous un seul pseudo, qui est 
          Kotich ( Котыч en russe) « le gros matou » si vous voulez le traduire en français.

          4. Donc quand Life News a compris qu’ils ont utilisé un fake dans leur reportage, ils l’ont supprimé...

          c’est assez simple a comprendre



        • nmishtal 13 septembre 09:22

          @Courtois Laurent

          Bonjour monsieur Courtois , moi je n’ai pas d’argument car je n’ai pas la prétention de remplacer les enquêteurs du JIT ou les spécialistes de Almaz Antey .
          Mes commentaires n’ont pas non plus la prétention de prouver la responsabilité des séparatistes ni celle de la Russie ,

          Il y a eu une enquête technique , ensuite une enquête pénale , l’Ukraine a donné récemment son feu vert pour que le procès se tienne au Pays Bas , on verra bien ce qui ressort du procès , si les accusés se présentent avec leurs avocats ou pas . On a pas encore la date du procès mais ça avance .

          Donc selon vous la chaine russe d’infos Lifenews le 17 juillet 2014 sur son JT de 19 heures balance une fake news , ok pourquoi pas . Par contre je suppose que au JT de 20 heures Lifenews donne une bonne info c’est donc cela .

          On verra la suite .


        • nmishtal 13 septembre 10:14

          @anna
          vous vous trompez encore , Igor Strelkov a on compte sur VK , et c’est bien lui et vous pouvez le contacter ,c’est lié à son journal en ligne aussi , comme ça on est bien sûr que c’est lui .

          https://vk.com/igoristrelkov

          et

          son journal associé :

          http://strelkov-i-i.livejournal.com

          Vous affirmez : Life News s’est trompé de site, elle a pris une FAKE revendication sur Vkontakte et Facebook (surement provenant d’un site ukrainien) pour une vraie, car il y avait la photo de Strelkov la dessus.

          Sûrement mais ce n’est que affirmation qui n’est étayée par aucun élément objectif vérifiable , comme par exemple un démenti officiel de Lifenews à ce sujet et des excuses auprès de leurs téléspectateurs .

          On peut affirmer plein de choses mais il faut les prouver .

          Et puisque donc le journal de 19h est basé sur une fake news comment expliquez vous que la vidéo du crash de l’avion au JT de 19H soit la même que celle du journal de 20 H ?
          Lifenews a donc reçu une fake news avec une vidéo par contre très bonne et qui ne pouvait être tournée et prise que depuis un secteur controlé par les séparatistes ?

          Trop forts dans ce cas les ukrainiens .


        • anna anna 13 septembre 10:44

          @nmishtal
          Non.

          Je ne me trompe pas, ces comptes ont été ouverts par Strelkov en 2016, bien longtemps après que Strelkov ait quitté le Donbass. Car maintenant il fait de la politique, et il a besoin donc de plusieurs supports...
          Quant a LifeNews, je crois me souvenir, qu’il y ait eu un démenti de leur part, vous m’excuserez, je ne suis pas branché 24h/24h sur LifeNews. 
          Mais Srelkov LUI MÊME a fait un démenti de ce fake et a plusieurs reprises sur plusieurs supports...

        • lloreen 13 septembre 11:20

          @anna
          « l’avion de Poutine, revenant de Bolivie se trouvait dans le secteur a 17 min près ».
          Son avion ...oui.


        • nmishtal 13 septembre 13:32

          @anna

          alors il faudrait expliquer comment Strelkov sur sa page VK le 17.07.2014 à 17H50 heure de Moscou peut revendiquer avoir abattu un AN26 ukrainien en postant en même temps 2 vidéos du crash , n’oublions pas que la zone étant sous controle séparatiste et que les ukrainiens ne pouvaient pas y réaliser de vidéos .L’avion a été abattu à 16H19 heure ukrainenne soit 17H19 heure de Moscou , 31 minutes après les ukrainiens avaient donc des vidéos du lieu du crash ?

          Trop forts ces ukrainiens , ils avaient le controle du compte VK de Strelkov moins de 31 minutes après ils se rendaient sut la zone tenue par les séparatistes , faisaient des vidéos au milieu de la population locale et postaient tout cela sur le compte de Strelkov .

          31 minutes ...


        • anna anna 13 septembre 14:29

          @nmishtal
          Vous avez le lien vers la page VK datant de 17.07.2014 de Strelkov a me donner ? 


        • Agor&Acri Agor&Acri 13 septembre 19:21

          @l’auteur,
          article bien construit et intéressant. Merci.
          Dans l’attente des prochains volets smiley

          @anna
          les infos que vous donnez en commentaires de cet article sont intéressantes
          mais, sur ces seules informations, votre démonstration ne présente pas un caractère plus probant que celui du récit officiel.

          Je n’ai aucune sympathie particulière pour la version OTANesque des faits (chats moulte fois échaudé craint l’eau froide...et même l’eau tiède).

          Ce qui m’intéresse, c’est la vérité.

          Après lecture de votre message, je me pose les questions suivantes :
          1/ quelle est la portée de la station de détection et de reconnaissance ?
          2/ L’ensemble des éléments constituants une station de lancement complète (module de commandement, module de détection et de reconnaissance, lanceur de missiles) doivent-ils forcément être à proximité l’un de l’autre ?
          Ne peuvent-ils passe situer à plusieurs kilomètres, ou plusieurs dizaines de km, voire plus ?
          3/ le fait que seul un lanceur BUK ait été filmé ne démontre pas que les autres "modules n’étaient pas présent dans un rayon d’action compatible avec son usage.

          La vidéo ne prouve pas qu’il s’agit bien de l’engin qui a tiré un missile. Mais votre argumentation n’en démontre pas non plus l’impossibilité.


        • Agor&Acri Agor&Acri 13 septembre 19:28

          je fais -tardivement- référence au message initial du 12 septembre 12:07


        • anna anna 14 septembre 06:53

          @Agor&Acri
          Moi, je suis une fille, et en plus je suis une blonde...

          Je veux rien prouver a personne.
          Je veux juste attirer l’attention a un lecteur qui me lit, a un fait, que cette tragédie est infiniment complexe, a commencer complexe techniquement.
          On ne peut pas mener une investigation sur « internet »
          Or, la commission hollandaise, chargée d’investigation de ce drame, a déjà sorti plusieurs pre-rapports, basés les investigations sur le net. Et notamment sur les réseaux sociaux.
          (vous pouvez chercher dans les articles sur « Le Monde »)
          C’est a mourir de rire. 
          Tous les fakes, fabriqué par les ukrainiens, et qui ont été démontrés par la suite par les russes, que se sont des faux, ont été présenté dans les articles de la presse française comme des vrais.
          Dans les commentaires on nous ressort constamment et systématiquement :
          1. la revendication de Strelkov, sur les réseaux sociaux, d’avoir abattre cet avion
          Alors que c’est faux, il n’a pas fait de revendication, et il a démenti sa revendication plusieurs fois.
          Mais ça, en France on ne publie jamais
          2. une fausse vidéo de cet engin, supposé avoir tirer un missile, trimbalé dans le bon secteur de Donbass. 
          Alors, qu’il était prouvé par les russes, que cela a été filmé pas au bon endroit et a un autre moment
          Mais ça, en France, personne n’en parle
          3. la vidéo, de supposé « écoute » téléphonique des dirigeants séparatistes, qui parlaient d’avoir descendu ce BUK
          après une expertise sonore, il a été prouvé que c’est une fausse « écoute », un montage des différents morceaux, bricolés et attaché l’un a l’autre, dans le but d’accuser les séparatistes.
          Vous avez entendu en France d’un démenti ? 
          Moi pas.
          Au contraire cette vidéo est passée comme une lettre a la poste sur toutes les chaines des news française.
          Bref
          La France présente systématiquement les faux ukrainiens comme la vérité, et ne montre jamais le démenti des russes . Pourquoi ?
          Ce n’est pas très sérieux, ce parti pris... 

           

        • Courtois Laurent Courtois Laurent 15 septembre 18:20

          @anna

          Il est toujours plus facile d’exprimer des mensonges simples que des vérités complexes. 

          nous avons choisi la voie la plus difficile .


        • Michael Gulaputih Michael Gulaputih 12 septembre 12:14

          @Courtois Laurent
          Bonjour,
          Si je comprends bien votre analyse des faits :
          -En 2014 (soit avant l’abattage du MH17) un Antonov (AN-26) ukraïnien parachutant des vivres et des médicaments à ses troupes, a été abattu par un MANPADS tiré par les rebelles indépendantistes ou par les russes eux-mêmes alors qu’il volait à une altitude vraissemblable de 500 à 600 mètres (altitude de « dropping ») dans la région de Kruzhyliva.
          Ce qui mène à votre raisonnement :
          -En « gonflant » l’altitude de l’avion au moment de l’impact (à 6500m) l’Ukraïne aurait été en mesure de prouver que ces mêmes rebelles (ou leurs soutiens russes directement) auraient utilisé un missile sol-air PUKS au lieu d’un présupposé MANPADS pour abattre cet Antonov 26.
          Conclusion en 2 temps des Ukraïniens ayant ainsi manipulé la « variable physique » de l’altitude :
          1) Les rebelles (ou les russes) disposent de missiles BUCKS ; ils s’en sont déjà servi contre l’AN-26 ; Ils ont réitéré sur le MH17.
          2) Comme les rebelles ne disposent pas de tels missiles (c’est un message implicite), ce sont donc les russes qui ont tiré ce missile.

          Ai-je bien compris la problématique ?

          Bien à vous.


          • Courtois Laurent Courtois Laurent 12 septembre 12:58

            @Michael Gulaputih

            Bonjour Michael,

            oui vous avez bien compris la problématique.

            1) L’Antonov-26, ravitaillait les gardes frontières ukrainiens en vivres, médicaments et BIEN EVIDEMMENT EN MUNITIONS. De plus vu que l’équipage s’était entraîné le mois précédant au largage des bombes, il est fort possible qu’il ait fait aussi une mission de bombardement ce jour-là.

            2) Oui les ukrainiens ont gonflé l’altitude de vol, pour pouvoir introduire des Buks là où, il n’y en avait pas. Comme à cette date, les ukrainiens n’avaient pas encore sorti de facebook la « preuve » de la capture par les rebelles d’un système buk le 29 juin. Il est évident qu’ils voulaient charger la Russie.
            Mais en réalité, je n’en ai pas parlé pour ne pas trop compliquer l’article, au départ les ukrainiens commencent à incriminer un système Pantsir que seul les russes possèdent. Et au fil des jours, le glissement se fait peu à peu vers le missile Buk. Et ce glissement n’est pas si innocent que cela, comme vous pourrez le lire dans la suite de l’article à paraître. 

            Pour votre antépénultième phrase vous auriez dû écrire :

            « Selon les ukrainiens ce sont les russes qui ont tiré ce missile ». Car on vous lisant cela laisse croire que j’accuse la Russie.

            Bonne journée à vous et merci pour votre lecture et votre commentaire.


          • VivreenRussie VivreenRussie 12 septembre 16:00

            @Laurent, j’aime bien les cartes publiées par « Kiev », il y a encore mieux (si,si) que celle ci avec plus de chars toutefois en ce qui concerne leur localisation, c’est identique : à l’Est de la ligne de front et près de la frontière russe. 


            Au vue des destructions dans le Donbass, si l’on se base sur ces cartes, non seulement les méchants terroristes du Donbass tirent à la verticale et détruisent leurs habitations et infrastructures tuant quelques membres de leurs familles au passage, mais en plus les russes les aident en leur tirant dessus... 
            Je veux dire selon la carte rien ne vient de l’Ouest : pas un seul char sur la carte...
            Ce qui contredit l’OSCE qui est pourtant d’une timidité maladive des lors qu’il s’agit de noter la présence de chars dans la zone contrôlée par le « gouvernement »...

            • nmishtal 12 septembre 17:46

              bonjour concernant votre article je l’ai fait lire à deux amis de l’armée de l’air , voici leurs premiers commentaires concernant uniquement le niveau de vol de l’appareil et samissiopn :

              si il effectuait un parachutage de ravitaillement à basse altitude alors jamais 6 membres d’équipage n’auraient eu le temps de sauter de l’avion en parachute et d’ainsi sauver leurs vies .

              concernant votre estimation de la distance parcourue et de l’altitude de vol : rien n’empêchait l’avion de faire un circuit pour monter plus haut avant d’arriver sur la zone , rien ne prouve qu’il a fait une montée directe en ligne droite .


              • Courtois Laurent Courtois Laurent 12 septembre 18:46

                @nmishtal

                Bonsoir @nmishtal,

                vous répondrez à vos amis de l’armée de l’air que l’équipage a sauté en parachute au dessus de Davydo-Mykilskié, qui se trouve à plus de 10 km de la zone de dropping. L’avion n’a pas été touché au dessus d’Izvarino lors du largage des colis mais lors de la phase de prise d’altitude.

                Sur la vidéo, on voit le moteur droit en feu et il existe de nombreux cas, dans les PSU d’incendie du moteur suite à une avarie du système d’alimentation en carburant. Il est d’ailleurs dit dans un rapport parlementaire hollandais que le MIVD suppute que la quasi-totalité des avions ukrainiens détruits l’ont été suite à des pannes et non suite à des tirs des rebelles.

                Ils ont de drôle d’idée vos amis, ils vont faire un circuit au dessus des lignes ennemis pour servir de cible plus longtemps ? Ou en violant l’espace aérien de la Russie ?


                De plus dans les vidéos de l’Antonov 19 dont certaines commencent bien avant l’impact du missile ou l’incendie du moteur, l’avion va en ligne droite du sud vers le nord. 
                Donc pas de circuit.

                En vous remerciant pour votre lecture et votre commentaire, je vous souhaite une bonne soirée.


              • nmishtal 13 septembre 07:59

                @Courtois Laurent

                sans doute mais alors :

                au dessus d’Izvarino lors du largage des colis  ? Source  ? Vidéo ?

                mais lors de la phase de prise d’altitude. : Source ? Vidéo ?

                le circuit de montée s’entendait avant d’arriver sur zone , aucun élément objectif n’est fourni concernant le passage de cet avion à basse altitude effectuant un parachutage , aucune vidéo pour ettayer cela .


              • Courtois Laurent Courtois Laurent 13 septembre 08:56

                @nmishtal

                Bonjour, la source est indexée dans l’article, il s’agit du Ministère de la Défense de l’Ukraine, des déclarations du pilote, etc...

                de plus cela ne sert à rien de chicaner sur ce point, puisque comme il est dit dans l’article ceci est reconnu officiellement dans l’enquête technique sur le crash du MH17.

                C’est à dire les enquêtes techniques de l’OVV (BEA hollandais), du Dutch savety board et du CITV, mais pas l’enquête politique JIT. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires