• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > MH17 – Un témoin ayant vu des avions militaires ce jour-là a été (...)

MH17 – Un témoin ayant vu des avions militaires ce jour-là a été torturé par le SBU

Continuant inlassablement son travail d’enquête sur le crash du MH17, l’équipe de journalistes de Bonanza Media a retrouvé un témoin ayant vu des avions militaires ukrainiens s’envoler vers la zone de conflit (Donbass) le 17 juillet 2014, qui a été interrogé par le JIT et torturé par le SBU.

JPEG

En 2018, Viatcheslav avait accordé une interview sous couvert d’anonymat au journaliste néerlandais Stefan Beck. Arrivé à Donetsk suite à un échange de prisonniers, l’homme était encore à l’hôpital soigné pour les séquelles des mauvais traitements que le SBU lui avait infligés. Il craignait encore pour sa sécurité et ne pouvait pas témoigner à visage découvert.

Il avait alors raconté à Stefan Beck comment il s’était retrouvé impliqué dans l’affaire du MH17 à cause de l’appel qu’il a passé ce jour-là à quelqu’un à Donetsk, pour avertir du décollage de deux SU-25 qui se dirigeaient vers la RPD (République Populaire de Donetsk). Le but de son appel était de protéger les civils qui mourraient lors des bombardements menés par ces avions militaires ukrainiens.

Viatcheslav vivait dans un village de la région de Poltava, au-dessus duquel les avions partant des aérodromes de Mirgorod et Poltava passaient quand ils allaient bombarder le Donbass. Il était donc aux premières loges pour avertir les républiques populaires lorsque des avions se dirigeaient vers elles.

Sa tâche était facilitée par le fait que les avions militaires ukrainiens volaient au ras du sol, ce qui permettait à cet ancien officier de la défense anti-aérienne d’identifier facilement quel type d’avion décollait. Il pouvait même voir comment ces avions étaient chargés de bombes et de missiles lorsqu’ils décollaient et comment ils revenaient à vide, ayant déchargé toute leur cargaison mortelle sur l’une ou l’autre des deux républiques populaires du Donbass.

Choqué par la mort de civils lors de l’attaque aérienne du bâtiment de l’administration de Lougansk, Viatcheslav décide d’aider la RPD et la RPL (République Populaire de Lougansk) à protéger leur population de ces bombardements criminels. Répondant à un appel à l’aide lancé sur internet, il appelle une députée du Conseil Populaire de la RPD, et fixe avec elle la façon dont il leur transmettra les informations sur les décollages d’avions militaires ukrainiens à destination du Donbass.

Le 17 juillet 2014, Viatcheslav voit deux SU-25 décoller en direction en Donetsk. Il appelle alors un homme surnommé « 14 » qui se trouve en RPD pour l’avertir. C’est en fouillant les écoutes téléphoniques de ce jour-là en lien avec le crash du MH17 que le SBU tombe sur cet appel de Viatcheslav concernant les avions militaires ukrainiens, et décide de tenter de l’incriminer dans l’affaire.

Ayant appelé 1 h 30 avant le crash du MH17, le SBU essaye faire croire que Viatcheslav a contribué à ce que le MH17 soit abattu, bien que l’appel qu’il a passé concerne bien des avions militaires et pas du tout le Boeing malaisien.

Résultat le JIT décide de l’interroger, mais découvre vite qu’il n’a en fait rien à voir avec le crash du MH17, et qu’il ne sait même pas qui est la personne qui se cache derrière le pseudo « 14 », et qu’il a appelé ce jour-là.

Si avant l’interrogatoire du JIT le SBU n’a pas frappé Viatcheslav afin qu’il soit présentable, une fois que l’équipe d’enquête conjointe se désintéresse de lui, les tortures commencent.

Coups violents, y compris sur la tête, soit en frappant avec des bâtons, soit en frappant sa tête contre les murs, privation de sommeil, tout y passe. Mais Viatcheslav refuse d’admettre qu’il est un « terroriste ». Il n’admet que le fait d’avoir appelé pour avertir les gens dans le Donbass que des avions militaires arrivaient afin qu’ils puissent se réfugier dans les abris, et éviter ainsi des victimes civiles.

Mais les avions militaires décollant le 17 juillet 2014 vers le Donbass ne sont pas les seuls éléments liés au MH17 que Viatcheslav a vus. Deux jours après le crash du MH17, il a vu dans la région de Poltava sur l’autoroute Kharkov-Kiev, deux systèmes BUK, sans missiles, transportés sur des camions depuis le Donbass vers la capitale ukrainienne. Les mêmes BUK qui ne se trouvaient prétendument pas dans la zone de conflit.

Le témoignage de Viatcheslav concernant la présence de deux avions militaires ukrainiens dans le ciel de la RPD le jour du crash du MH17, confirme les multiples témoignages de personnes qui se trouvaient sur place, comme celles qui ont été interrogées par Bonanza Media, ou le témoin que Bellingcat a essayé récemment de discréditer, ou encore le soldat « Som » que j’avais interviewé en septembre 2018, et qui avait clairement dit qu’un Soukhoï les avait bombardé ce jour-là une fois avant de partir dans la direction où le MH17 a été abattu.

Ce témoignage, et surtout le fait que les informations de Viatcheslav n’ont pas été prises en compte par l’équipe d’enquête conjointe, et qu’il a été torturé par après par le SBU, montre que non seulement le JIT n’a pas du tout mené une enquête sérieuse et impartiale, mais qu’en plus ses promesses de « protection des témoins » ne valent pas un kopek, en tout cas pour les témoins dont l’histoire ne colle pas au narratif officiel !

Il y a trop de témoignages concordants sur la présence d’avions militaires ukrainiens dans le ciel de la RPD le jour du crash du MH17 pour continuer de les ignorer ou de les balayer d’un revers de main comme si cela n’était pas important. Si ces avions militaires ukrainiens n’ont rien à voir avec le crash du MH17, pourquoi l’Ukraine a-t-elle menti en prétendant que ses avions ne volaient pas ce jour-là ?

Et pourquoi Kiev n’a-t-elle pas été sanctionnée pour ses mensonges systématiques dans l’affaire du MH17, entre écoutes téléphoniques trafiquées, prétendue absence d’avions militaire, prétendue absence de données radar primaires, prétendue absence de systèmes BUK, et j’en passe ? Le procès qui se déroule actuellement est une vaste farce tragique, et les proches des victimes, ainsi que ces dernières méritent bien mieux qu’une parodie de justice.

Voir l’interview de Viatcheslav sous-titrée en français :

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • njama njama 3 septembre 10:15

    Bonjour Christelle

    Même cas de figure à Beyrouth, des avions vus, entendus, dans le ciel de Beyrouth avant l’explosion, plusieurs témoignages, dont celui-ci où l’on entend assez nettement le bruit d’un jet qui précède de quelques instants la seconde explosion, mais les médias n’ont évoqué qu’une cause accidentelle genre AZF.

    Planes Heard, Seen in Skies of Beirut before Blast
    By Alison Tahmizian Meuse
    Global Research, August 14, 2020
    (...) In what is one of the clearest videos of the explosion, filmed from one of the luxury high-rises above the port, a couple document the initial fire billows.
    They are at first totally unaware of the danger headed their way, alternately poking fun at themselves for playing TV journalists, and expressing mounting worry for those in the port.
    *** One minute into the video, what sounds like an incoming jet is heard. ***
    https://www.youtube.com/watch?v=tFR1PJnLwg0&feature=emb_logo
    —  “What’s that sound ? Emad get inside. Honey get inside. Emad ! Get inside !” the woman shrieks to her companion, apparently on the balcony.
    Twenty seconds into the audible crescendo, at 1:20, a blast is heard.
    “Emad ! Please, please get inside … something bigger exploded, dear God, hopefully no one was hurt,” she says. As seconds pass, the billowing charcoal clouds become more intense…
    “Emad come inside ! Close the glass please,” she implores him.
    But he continues filming, even as small explosions begin erupting and orange flares are seen bursting from the area. At 1:54, the final explosion blasts out of the port and through apartment. The phone tumbles and the couple go silent.
    https://www.globalresearch.ca/planes-heard-seen-skies-beirut-before-blast/5721085


    • njama njama 3 septembre 10:20

      A la question de savoir pourquoi le président Aoun n’a pas abandonné l’hypothèse de l’implication israélienne dans l’explosion, dont l’allégation selon laquelle un missile aurait frappé le hangar 12 dans lequel était stockée la quantité de nitrate d’ammonium, et ce malgré les affirmations du commandant de la Forces intérimaire des Nations unies au Liban, Del Kol, qui a déclaré qu’après des contacts avec les responsables israéliens aucun acte militaire n’avait eu lieu, le chef de l’Etat a répondu :

      « De nombreux Libanais qui ont témoigné sur cette explosion, ont déclaré avoir entendu le rugissement d’avions de combat avant l’explosion. Par conséquent, nous sommes moralement obligés de ne pas écarter cette possibilité et d’enquêter même si nous sommes convaincus qu’il s’agit d’un accident survenu en raison de la négligence des personnes impliquées dans le port. Par conséquent, nous devons enquêter sur toutes les hypothèses, afin de bloquer toute interprétation ou accusation de faits obscurs ».
      source : Le président Aoun : le Hezbollah n’a pas besoin de stocker des armes dans le port… la justice libanaise en décidera
      http://french.almanar.com.lb/1847474

      Michel Aoun a demandé des images satellites du ciel de Beyrouth le 04 aout à Emmanuel Macron qui se portait au chevet de Beyrouth dévasté, les fournira-t-il ?

      Pour le MH-17 les États-Unis n’ont pas fourni les leurs il me semble.


      • Septime Sévère 3 septembre 10:21

        Faudrait voir un jour à cesser de faire un parallèle entre des SU-25 et un avion de ligne abattu.


        • xana 3 septembre 14:04

          Ah bon ? Et pourquoi s’il te plaît ?


          • Septime Sévère 3 septembre 15:05

            @xana
            .
            Si on vous pique votre moto, essayez de rattraper le voleur avec une mobylette. 


          • Christelle Néant Christelle Néant 3 septembre 15:25

            @Septime Sévère
            Argument invalide, puisque la « mobylette » est armée de missiles air-air.... Pas besoin de rattraper la cible, suffit de lui tirer dessus. Et il se trouve que plusieurs témoins ont bien expliqué que les avions tournaient en cercle autour de la zone avant l’arrivée du MH17. Ils l’attendaient manifestement. Donc ils ne lui courraient pas derrière.


          • Septime Sévère 3 septembre 15:43

            @Christelle Néant
            Si ce sont les Ukrainiens qui l’ont descendu, et si c’est avec un avion, que sont-ils allés s’emmerder à monter une interception hasardeuse alors qu’ils ont des chasseurs. Quelqu’un a dû un jour dire « Su-25 » le premier en confondant 25 et 27, et depuis tout le monde s’acharne à imaginer des scénarii abracadabrants. Vous observerez que cette remarque n’innocente ni n’accable l’Ukraine et que ce n’est pas son objet. 


          • Christelle Néant Christelle Néant 3 septembre 17:00

            @Septime Sévère
            Non, les soldats de la milice populaire, tout comme Viatcheslav savent faire la différence entre un SU-25 et un SU-27.... Donc y a peu de chances qu’ils se trompent. De plus, certains témoins de la zone proche du crash parlent de trois avions, tout comme les documents qui avaient fuité il y a quelques années. Les deux SU-25 n’étaient donc peut-être pas seuls sur zone. Mais rien que le fait que ces avions étaient présents dans le ciel montre que l’Ukraine a menti encore une fois dans ce dossier. C’est surtout ça le plus important.
            J’ai une hypothèse sur le pourquoi des SU-25 auraient pu être utilisés (notez le conditionnel, et le fait qu’on exclut la présence d’autres avions militaires ukrainiens type MiG 29 ou Su-27 pour coller à votre question), mais ce n’est qu’une hypothèse basée sur certains éléments que j’ai accumulés au fil des ans.
            Je pense qu’au départ les Ukrainiens voulaient abattre le MH17 avec un BUK pour pouvoir ensuite accuser facilement les miliciens et la Russie. Sauf que je pense que ça a merdé. Faut savoir que ces BUK sont « périmés », en clair le mélange de combustible est devenu instable, et il y a des vidéos sur internet montrant des explosions de BUK ukrainiens juste après décollage et ce même avant la guerre. Les SU-25 qui avaient été initialement prévus pour bombarder Saour Moguila et d’autres zones (voir le témoignage de Som) sont appelés pour faire le boulot que le BUK n’a pas fait et abattent le MH17. Ce qui expliquerait pourquoi le SU qui a bombardé Saour Moguila n’est passé qu’une fois avant de partir vers la zone du crash du MH17, au lieu de repasser une deuxième couche de bombes comme d’habitude.
            Ou alors le BUK n’a pas suffit à abattre totalement l’avion et les SU-25 étaient là pour le « finir ». En effet un ancien pilote allemand a émis des doutes sur le fait qu’un missile BUK aurait pu provoquer la désintégration du MH17 dans le ciel. Il a rappelé que lors de la guerre d’Ossétie du Sud en 2008, une bonne partie des pilotes russes dont les avions avaient été abattus par des BUK géorgiens avaient pu s’éjecter, ce qui montrait que les avions étaient loin d’être complètement désintégrés. Or un MiG ou un SU ça fait pas la taille d’un Boeing 777 !
            Et ce ne sont là que deux variantes issues des multiples hypothèses que je décortique et confronte aux nouveaux faits en permanence.


          • xana 3 septembre 19:57

            @Christelle Néant
            Hypothèses vraiment très intéressantes. Mais on nage évidemment dans la désinformation. Je pense qu’il faudrait enquêter sur les évènements de ce jour uniquement d’après les témoins oculaires. en « oubliant » volontairement tout ce qui nous est fourni par l’Ukraine et ses complices. Combien d’avions, de quel type ont-ils été visibles ? Et dans le cas où un Buk aurait explosé au départ, cela aurait-il été perceptible par ces témoins ?


          • Septime Sévère 4 septembre 14:06

            @Christelle Néant
            .
            Voyez quelle complexité prend bientôt le scénario lorsqu’on veut le faire coller avec elle ou telle observation. Maintenant c’est un Su-25 faisant de l’attaque au sol qui est détourné de son objectif pour monter en chandelle rejoindre un Boeing en croisière à haute altitude. Cela peut s’imaginer dans le cas d’un positionnement idéal au début des deux appareils, ce qui est bien peu probable, en vue d’une passe de tir frontale, et pas deux. C’est une manip qui tient tellement de la bande dessinée qu’on peut certainement l’oublier. 
            Bien sûr qu’un BUK pouvait abattre un Boeing. C’est un canon volant qui tire cinquante kilos de barres de métal d’un coup. Avec la pressurisation, de gros trous peuvent faire tomber dans les pommes tout le monde à bord et même causer le déchiquetage étendu du fuselage. Ce n’est pas un avion blindé comme le Su-25 qui est un Stormovik à réaction et dont on peut s’éjecter. En outre un BUK est beaucoup plus gros et méchant qu’un petit missile d’auto-défense air-air comme ce que vous invoquiez précédemment pour tirer sur le Boeing. 


          • Christelle Néant Christelle Néant 4 septembre 16:29

            @Septime Sévère
            « Cela peut s’imaginer dans le cas d’un positionnement idéal au début des deux appareils, ce qui est bien peu probable » => Bien peu probable en regard de quoi ? Je vais vous dire ce qui est encore plus improbable, c’est d’imaginer qu’un BUK sans vraie station radar puisse atteindre le MH17 comme ça au pif. Or d’après le JIT et Bellingcrap seul un TELAR aurait franchi la frontière. Le scénario officiel tient encore moins la route que l’une des dizaines d’hypothèses que j’explore de mon côté. Et encore une fois l’option du SU-25 n’est pas celle que je privilégie personnellement. Je ne suis partie dessus que pour rebondir sur votre prérequis.
            Concernant le BUK vous avez vu l’état de l’Iliouchine après le test d’AA ? Le cockpit a été coupé en deux ? Non. Des petits trous partout oui. Faire tomber dans les pommes c’est pas couper le Boeing en deux.
            Et concernant les missiles air-air, certains produits en Ukraine et qui équipent les Mig 29 ont une charge explosive qui est la moitié de celle d’un BUK.... Pas mal pour un petit missile d’auto-défense.... Ce n’est pas la taille qui fait tout, si un BUK explose à 10 m de l’avion et qu’un missile air-air de la moitié de la charge d’un BUK explose à 2 m, je peux vous assurer que les dégâts faits par le missile air-air seront bien plus importants que vous ne le croyez et n’auront rien à envier à ceux du BUK.


          • Septime Sévère 4 septembre 16:49

            @Christelle Néant
            .
            Ne confondez pas les engins air-air offensifs emporté par un chasseur et ceux de calibre moindre emportés pour son auto-défense par un avion d’attaque au sol dont ce n’est qu’une charge accessoire.
            Ne comparez pas les effets d’un engin dont la tête explose et dont l’efficacité décroît au cube de la distance (un peu moins toutefois en tenant compte de la balistique des éclats) avec eux d’un BUK qui tirant devant lui présente une efficacité en première approximation indépendante de la distance tant qu’elle reste modérée. 
            Je maintiens le « scénario de bande dessinée » pour le profil d’interception impliquant un Su-25. 


          • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 4 septembre 17:00

            @Septime Sévère

            Ne confondez pas les engins air-air offensifs emporté par un chasseur et ceux de calibre moindre emportés pour son auto-défense par un avion d’attaque au sol dont ce n’est qu’une charge accessoire.

            Le Su-25 peut parfaitement tirer le Vympel K13, portée 8km.

            Ne comparez pas les effets d’un engin dont la tête explose et dont l’efficacité décroît au cube de la distance

            Blah, blah, je vous tire une balle dans la tête à 200m avec un fusil à lunettes de gros calibre ou à 10m au calibre .22 (5,5mm), le résultat est le même, vous êtes mort.

            Je vous signale que dans ce conflit des avions de transport se sont fait fumer avec des bêtes missiles tirés à l’épaule... Tout pitits, n’est-ce pas ?

            Donc du coup, vous n’avancez aucun argument, sinon « j’ai une hypothèse avec un plus gros zizi que la tienne ». Hum.


          • Septime Sévère 4 septembre 17:42

            @Philippe Huysmans
            .
            Oui, le K13 est une copie du Sidewinder (je le savais sans lire Wiki !), un petit truc en comparaison des poteaux télégraphiques avec lesquels un chasseur attaque sa proie. Pour le reste, vous vous prenez tellement de passion pour toutes ces histoires que madame Néant nous assène quotidiennement ? 


          • Christelle Néant Christelle Néant 4 septembre 17:52

            @Septime Sévère
            Le BUK ne tire pas devant lui, merci de montrer que vous parlez sans savoir. La tête du BUK explose et projette sur les côtés des éclats minuscules afin de former un cercle de shrapnels projeté tout autour du BUK. Or un certain nombre de missiles air-air sont aussi à fragmentation. Avant de parler de scénario de bande dessinée penchez vous sérieusement sur le dossier.


          • Septime Sévère 4 septembre 18:04

            @Christelle Néant
            Peut-être mais en tout cas j’ai inventé un nouveau concept d’arme antiaérienne. 


          • Guy19550 Guy19550 3 septembre 17:29

            Ce témoin mérite une médaille pour ce qu’il a fait, cela a probablement permis de sauver des vies. J’espère qu’un jour il la recevra encore de son vivant. 


            • Septime Sévère 4 septembre 17:48

              @Guy19550
              .
              Avant de lui attribuer sa médaille il faudrait établir le rapport entre ce qu’il a vu et la suite des événements. L’article suffira-t-il ? 
              Une médaille posthume c’est très bien aussi. Rappelez-vous ces deux pilotes qui décollèrent sous le feu japonais en pleine attaque de Pearl Harbor et abattirent quelques assaillants. On les proposa pour la médaille du Congrès, la plus haute décoration étasunienne, mais on la leur refusa au motif qu’ils avaient décollé sans ordre. On n’oserait pas mettre ça dans une fiction. Eh bien pour finir l’affaire a été débloquée trois ans plus tard et ils ont été décorés quelques semaines après avoir été descendus l’un et l’autre. Cela n’enlève rien à la valeur de leur médaille ni à la fierté de leur famille. 


            • Christelle Néant Christelle Néant 4 septembre 17:55

              @Septime Sévère
              Merci de prouver que vous ne comprenez pas ce que vous lisez. Il parle de lui accorder une médaille pour avoir sauver des vies en informant la RPD du décollage des avions qui venaient la bombarder.


            • Guy19550 Guy19550 5 septembre 02:36

              @Christelle Néant
              Effectivement Christelle, c’est bien cela.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité