• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Moscou : les Etats-Unis pillent le pétrole syrien et continuent à soutenir (...)

Moscou : les Etats-Unis pillent le pétrole syrien et continuent à soutenir les terroristes

Source : https://function.mil.ru/news_page/country/more.htm?id=12243385@egNews

Traduction : lecridespeuples.fr

Briefing du chef de la principale direction opérationnelle de l’état-major général russe, le Colonel-Général Sergei Rudskoi, à l’intention des représentants des médias, le 29 juillet 2019.

Transcription :

Bonjour.

En décembre 2017, la défaite de grandes formations terroristes a permis de mettre fin aux hostilités actives des forces armées de la Fédération de Russie en République Arabe Syrienne.

Le matériel et les armes qui ne faisaient pas partie de nos bases à Hmeimim et Tartous ont été rapatriés vers le territoire de Russie.

Le groupement de troupes russes a été réduit et ramené à l’état de base suffisant pour effectuer les tâches requises.

La base aérienne russe de Hmeimim et le Centre d’assistance technique de la marine de Tartous sont quotidiennement opérationnels. Le groupe des forces aérospatiales russes en Syrie mène des activités opérationnelles et d’entrainement au combat, et il est prêt à s’acquitter de tâches de lutte contre le terrorisme.

Les sorties de l’aviation ont été réduites à un nombre minimal dans le cadre de l’entraînement au combat et de la reconnaissance aérienne complémentaire.

Dans les conditions actuelles de stabilisation de la situation en Syrie, un vaste programme poursuit l’instauration d’une vie paisible et le retour des réfugiés. La production industrielle et l’agriculture sont en train de renaître, les écoles, les hôpitaux et d’autres infrastructures sociales sont en cours de restauration, et les zones résidentielles sont en cours de reconstruction.

Afin d’assister le peuple syrien et de coordonner ce travail, un Comité de coordination conjoint a été créé en Russie et en Syrie. En coopération avec les Nations Unies, il résout le problème du retour des réfugiés et leur fournit tout ce dont ils ont besoin.

L’année passée, 329 610 réfugiés de Jordanie et du Liban sont retournés en République Arabe Syrienne.

Magré le contexte du processus de restauration d’une vie paisible dans les provinces sous le contrôle des autorités syriennes, la situation s’est aggravée dans la zone de désescalade d’Idlib depuis le mois de juin.

Dans le cadre du Mémorandum du 17 septembre 2018 sur la stabilisation de la situation dans la zone de désescalade d’Idlib, en coopération étroite avec nos collègues turcs, des travaux sont en cours pour normaliser cette situation.

La partie russe assure le fonctionnement des postes d’observation turcs à l’intérieur de la zone de désescalade, en menant des patrouilles et en organisant des convois.

Dans le même temps, les militants du groupe terroriste Hayyat Tahrir al Sham ne cessent de bombarder les zones résidentielles et les positions des forces gouvernementales. Ils tentent régulièrement d’attaquer le front de défense des unités syriennes.

Permettez-moi de vous rappeler que le groupe Hayyat Tahrir al-Sham est l’organisation terroriste internationale Front al-Nusra, qui a simplement changé de nom. Il s’agit de la branche syrienne d’Al-Qaïda.

Au cours des quatre derniers mois, 110 soldats syriens et 65 civils ont été victimes d’attaques, de tirs de mortiers et de bombardements d’artillerie effectués par les terroristes de la zone de désescalade d’Idlib. Plus de 240 militaires syriens et 100 civils ont été blessés.

En outre, les terroristes n’arrêtent pas d’essayer d’attaquer la base aérienne de Hmeimim. Pour ce faire, ils utilisent des lance-roquettes multiples MLRS et des drones dans leurs attaques. Les 17 et 21 juillet, des militants ont tenté de tirer des roquettes sur des cibles russes à partir de la zone de désescalade d’Idlib. Ces attaques ont été repoussées par les moyens de défense aérienne de la base aérienne russe.

Les attaques contre les positions des forces gouvernementales ont augmenté.

Hier, à 5h40 et 6h10, les terroristes ont lancé deux attaques massives contre les positions de l’armée syrienne dans les zones de Kafer Yahud et Jalama. Dans chacune des directions, des groupes allant jusqu’à 300 militants ont agi avec l’appui de 5 chars, de 10 véhicules blindés et de 20 véhicules légers.

Ces attaques ont été repoussées par les forces gouvernementales syriennes avec le soutien de l’aviation des forces aérospatiales russes.

Depuis le 12 juin 2019, les terroristes ont effectué 324 bombardements et tenté d’attaquer des positions 17 fois à l’aide de chars et d’artillerie.

À l’heure actuelle, nous avons détecté un mouvement et une concentration furtifs de militants dans la partie sud-ouest de la zone de désescalade. Au moins 500 terroristes de Hayyat Tahrir al-Sham ont été redéployés depuis le nord de la province d’Idlib. Des préparatifs en vue d’une offensive sont en cours.

En outre, les gangs ont noté une augmentation du nombre de moyens de destruction de feu de la production étrangère, y compris les systèmes de jet de feu de salve.

En coopération avec nos collègues turcs, nous prenons des mesures pour identifier et détruire de façon ponctuelle les moyens de tir des terroristes, leurs équipements, leurs armes et leurs dépôts de munitions.

À l’écran, vous pouvez voir un exemple de destruction d’une position du gang terroriste se préparant à frapper un village du nord de la province de Hama. Ces cibles sont suivies et détruites en priorité. Nous informons dûment la partie turque de nos frappes.

Au cours des 45 derniers jours, 11 chars, 17 véhicules de combat d’infanterie, 12 systèmes de roquettes à lancement multiple, 29 véhicules légers équipés de mitrailleuses de gros calibre, ainsi que 3 dépôts dotés de plus de 40 drones ont été détruits par des frappes contre la partie sud-ouest de la zone de désescalade d’Idlib.

Je tiens à souligner que seules les cibles qui ont été clairement identifiées au préalable sont frappées, et leur position est vérifiée régulièrement par le biais de trois canaux indépendants. Toutes les frappes sont minutieusement ciblées.

Récemment, une campagne de désinformation visant à discréditer les actions de la Russie dans la zone de désescalade d’Idlib a été déclenchée par des terroristes et des organisations soutenant leurs activités. Il est allégué que l’aviation russe toucherait des civils et des cibles ayant une importance majeure pour la vie quotidienne des habitants.

Toutes ces allégations sont basées sur les mensonges de prétendus sauveteurs tels que les Casques Blancs, qui ont été à plusieurs reprises impliqués dans des provocations, et ont été maintes fois pris en flagrant délit de préparation de simulacres et de coopération avec les terroristes.

Par des mises en scène, ils ont diffusé de faux messages au sujet de frappes que des avions russes auraient menées contre des cibles civiles.

Le 22 juillet, l’Observatoire syrien des droits de l’homme, basé en Grande-Bretagne, citant les soi-disant Casques blancs, a rapporté des attaques des forces aérospatiales russes sur le marché al-Khal et les quartiers résidentiels adjacents de la ville de Maaret al-Numan, dans la province d’Idlib. Des dizaines de civils auraient ainsi été tués.

Malheureusement, ces accusations ont été reprises par différents médias européens et même par des représentants des dirigeants des pays occidentaux et de certaines organisations humanitaires internationales.

Le marché est facile à trouver sur la carte de la ville de Maaret al-Numan. Il est également indiqué sur les cartes géographiques des services Internet correspondants.

Une fois encore, je tiens à souligner que l’aviation russe n’a pas été utilisée dans cette zone le 22 juillet et ne l’a même pas survolée.

Les 24 et 26 juillet, des drones russes ont effectué des vols de reconnaissance à deux reprises sur le site et dans les environs afin de vérifier les informations relatives à la destruction du marché de Maaret al-Numan.

Sur les images obtenues via nos différents moyens de contrôle, il n’y a aucun signe de destruction.

Cela est confirmé par les photographies de la navette spatiale russe prises le 25 juillet 2019, ainsi que par la vidéo filmée directement sur le marché d’al-Khal à Maaret al-Numan, que nous avons reçue avant-hier.

Comme on peut le voir sur les images, le marché prétendument détruit est absolument intact et fonctionne normalement.

Il est regrettable que des représentants de structures et d’organisations internationales faisant autorité soient à nouveau victimes des mensonges des terroristes, facilement vérifiables, en relayant les simulacres et les informations non vérifiées qu’ils ont préparés pour formuler leurs accusations infondées.

Je parlerai séparément de la situation dans les camps de réfugiés de Rukban et d’Al-Hol situés en Syrie, dans la zone illégalement occupée par les États-Unis.

À ce jour, grâce aux efforts conjoints du Centre russe pour la réconciliation des parties belligérantes et du gouvernement syrien, 17 458 personnes ont été extraites du camp invivable de Rukban dans la zone d’al-Tanf, pour la plupart des femmes et des enfants. Une grande partie des réfugiés sont déjà retournés dans leurs lieux de résidence permanente dans les provinces de Damas, Homs et Deir ez-Zor. Les autres sont actuellement dans des camps d’hébergement temporaires spécialement déployés dans la région de Damas, où ils bénéficient de toutes les conditions de vie requises et de soins médicaux de grande qualité.

À l’heure actuelle, le Centre russe pour la réconciliation des parties belligérantes, de concert avec les structures compétentes des Nations Unies et du Croissant-Rouge syrien, s’emploie à organiser le retour des réfugiés restants de Rukban dans leurs foyers.

Malheureusement, tout le monde ne pourra pas revenir. Des centaines, voire des milliers de personnes resteront à jamais ensevelies dans les tombes, creusées à la hâte juste derrière la clôture de cette ville faite de tentes.

La responsabilité principale de ces décès de civils incombe aux États-Unis, qui ont longtemps refusé de faire quoi que ce soit pour résoudre la crise humanitaire extrêmement grave à Rukban.

Cependant, les États-Unis ne reconnaissent pas leur responsabilité dans le sort des réfugiés dans la zone occupée d’al-Tanf [d’après la Convention de Genève, en tant que puissance occupante, les Etats-Unis ont l’obligation de s’occuper de ces populations].

Selon nos informations, dans la zone d’al-Tanf, longue de 55 km, des instructeurs américains entraînent une importante formation armée, nommée Maghawir al-Thawra, et un certain nombre de petits groupes militants. Le nombre total de militants atteint 2 700.

Une partie des militants formés à al-Tanf est transférée par des hélicoptères de l’US Air Force au-dessus de l’Euphrate.

Les saboteurs les plus préparés sont envoyés dans les territoires contrôlés par les forces gouvernementales pour déstabiliser la situation et y empêcher le renforcement des positions du gouvernement syrien.

Leurs tâches consistent en le sabotage, la destruction des infrastructures pétrolières et gazières et la perpétration d’attaques terroristes contre les forces gouvernementales. Leur présence a été constatée dans les zones d’implantation d’Al Suwayda, de Palmyre et d’Abou Kamal.

Au nord-est de la Syrie, dans la province d’Al-Hasakah, les États-Unis d’Amérique ont créé un camp similaire au camp Rukban, nommé al-Hol, qui compte 75 000 personnes, majoritairement des femmes et des enfants.

Contrairement à tous les appels de la communauté internationale, les États-Unis n’essayent même pas de résoudre les problèmes de survie des populations dans ce camp qui est pratiquement impropre à la vie.

La région contrôlée par les États-Unis est dévastée, les zones peuplées sont en ruines, il n’y a pas d’approvisionnement en eau et en électricité, l’assistance médicale n’est pas disponible pour les résidents et les institutions sociales ne fonctionnent pas.

Les liens économiques traditionnels entre la population des deux rives de l’Euphrate sont coupés et des centaines de milliers de personnes survivent à peine.

Entre le 1er juin et le 29 juillet de cette année, plus de 300 actes terroristes ont été enregistrés dans les territoires situés le long de l’Euphrate contrôlés par les États-Unis et leur coalition, tuant 205 soldats des Forces démocratiques syriennes alliées à Washington et en blessant 154 autres. Parmi les civils, on compte 20 tués et 16 blessés.

En plus de former des combattants, les structures américaines en Syrie sont en train de piller les installations pétrolières et les gisements pétroliers situés à l’est de l’Euphrate, et appartenant au gouvernement syrien.

Récemment, ces installations ont activement augmenté le nombre d’employés de sociétés militaires privées américaines. Aujourd’hui en Syrie, le nombre de mercenaires des sociétés militaires privées dépasse 3 500 personnes.

Ils organisent l’extraction et de la vente du pétrole syrien issu des gisements de Konako, d’al-Omar et de Tanak, situés sur la rive orientale de l’Euphrate. Tout un système criminel de contrebande transfrontalière de pétrole syrien a été organisé. C’est tout simplement un pillage de la richesse nationale de la Syrie.

Une part importante du produit de la contrebande d’hydrocarbures est consacrée à l’entretien de groupes armés illégaux, à la corruption des cheikhs des unions tribales arabes et à la fomentation de sentiments antigouvernementaux.

Toutes ces activités des contracteurs militaires privés américains sont menées avec le soutien de l’aviation de la prétendue coalition antiterroriste internationale. En fait, il s’agit d’une entreprise de contrebande reprise à Daech par les Américains.

L’approvisionnement continu en armes et en équipements militaires par les États-Unis suscite également de vives inquiétudes. En échange d’une assistance pour la contrebande de pétrole, les États-Unis alimentent en armes à la fois les forces kurdes et arabes, qui les utilisent ensuite les unes contre les autres. Tout cela ne fait qu’aggraver la situation dans cette région déjà déchirée par la guerre.

Cette situation suscite un mécontentement compréhensible de la population syrienne. Sur la rive orientale de l’Euphrate, des manifestations contre l’occupation américaine ont lieu presque quotidiennement.

La situation actuelle a forcé les dirigeants de toutes les communautés locales à se réunir le 20 juin dernier à Alep pour une réunion d’urgence du Congrès des Peuples sur l’Euphrate.

Lors de cet événement, des revendications ont été formulées en faveur du rétablissement de l’intégrité territoriale de la Syrie, du retrait des contingents militaires étrangers présents illégalement sur son territoire et de l’adoption immédiate de mesures visant à rétablir l’économie unifiée du pays.

Dans ces conditions, nous pensons qu’il est souhaitable que nos collègues américains abandonnent le régime des sanctions et promeuvent réellement un règlement politique du conflit dans le cadre d’un État syrien uni.

L’état-major des forces armées de la Fédération de Russie surveille de près la situation en Syrie et entend informer régulièrement le public russe et étranger des événements qui s’y déroulent.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence et ne manquer aucune publication, abonnez-vous à la Newsletter.


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • JPCiron JPCiron 3 août 21:16

    Ce n’est pas la première fois que des liens sont suggérés entre les USA (et ses « alliés » au Moyen Orient) et les terroristes islamistes que ces mêmes combattent. Une triste histoire incestueuse, dans laquelle on se demande qui sont les parents et qui sont les enfants...

     smiley


    • Inlassablement on répète toujours les mêmes choses .

      Tant pis on remet les couverts .

      LES AMERICAINS ne sont les alliés de personne, ils n’ont que des INTERETS.

      En 1944 les américains ont débarqués en Normandie avec la condition sine qua non , les Russes devaient ouvrir un front contre les Allemands, l’opération Bagration . 

      Mentalité Bullshit . Enfoncez vous ça dans le crâne .

       smiley

      • OMAR 4 août 19:21

        Omar9

        .

        Bonjour @S. Hasan :"Tout un système criminel de contrebande transfrontalière de pétrole syrien a été organisé. C’est tout simplement un pillage de la richesse nationale de la Syrie.« .

        .

        Le même constat est observé en Libye, où des mercenaires tchadiens et soudanais, assistés par les émiratis et commandés par le »général" Haftar détruisent ce pays pour permettre aux USA le pillage des ressources pétrolières.

        https://www.france24.com/fr/20180621-libye-forces-pro-haftar-combats-terminaux-petroliers-ras-lanouf-es-sider-ibrahim-jadhran


        • Tom France Tom France 5 août 13:43

          De toute manière, les US (israel par derrière) ne lâchera jamais plus la Syrie vu tout ce qu’ils y ont investis et parce que cela signifierais laisser le champ libre à la Russie et à l’Iran.

          Je vois cet aspect de cette nouvelle guerre froide comme un nouveau mur de Berlin sauf que là, c’est le « mur de l’Euphrate » et le 1er qui lâche connaîtra une telle humiliation qu’il sera chasser automatiquement de la région ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès