• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Nadia Savtchenko affole les autorités de Kiev - Chien fou, nationaliste (...)

Nadia Savtchenko affole les autorités de Kiev - Chien fou, nationaliste sincère ou va-t-en-guerre au service des néo-conservateurs US ?

Depuis la libération de Nadia Savtchenko, les rumeurs et spéculations les plus folles sur la raison de son échange contre deux prisonniers russes détenus en Ukraine vont bon train, et celles sur sa motivation sous-tendant ses actions et paroles de ces derniers mois courent encore plus vite. Car le moins que l'on puisse dire c'est que la vue d'ensemble manque sacrément de cohérence et à force on finit par avoir le tournis et ne plus savoir où on en est.

Petit rappel des faits : En juin 2014 alors qu'elle est pilote au sein du bataillon Aïdar (bataillon ouvertement nazi des Forces Armées Ukrainiennes), Nadia Savtchenko corrige les tirs d'artillerie de son unité en donnant précisément les coordonnées de deux journalistes russes venus filmer l'évacuation de civils de la localité de Mirny près de Lougansk. Les volontaires du bataillon Aïdar tirent alors au mortier sur les coordonnées fournies, tuant les deux journalistes de la chaîne VGTRK :Igor Korneliouk et Anton Volochine. La Russie, qui a mis la main sur Savtchenko, l'inculpe pour meurtre et elle sera jugée coupable de complicité de meurtre et condamnée en Russie à 22 ans de prison en mars 2016. Entre temps l'Ukraine en a fait une héroïne et une martyr nationale, lui attribuant même une place de députée à la Rada dans la formation politique de Ioulia Timochenko. En mai 2016, elle est graciée et échangée contre deux prisonniers russes détenus en Ukraine, et reçoit la médaille de héros de l'Ukraine.

Mais depuis sa libération le moins que l'on puisse dire c'est que celle que certains ont été jusqu'à appeler la Jeanne d'Arc ukrainienne (sic) se comporte d'une façon plus qu'étrange, qui a attirée soupçons et critiques, certains allant jusqu'à dire qu'elle aurait retourné sa veste et serait devenue un agent du Kremlin.

Il faut dire qu'après ses déclarations fracassantes et va-t-en guerre contre la Russie et les Républiques Populaires de Donetsk et Lougansk, et ses velléités de devenir présidente de l'Ukraine, ses dernières déclarations et actions sont à tout le moins diamétralement opposées.

Après avoir demandé aux Ukrainiens de pardonner et d'amnistier les combattants du Donbass pendant l'été 2016, exigé qu'un autre point des accords de Minsk, la décentralisation de l'Ukraine, soit mise en œuvre pour tout le pays, dénoncé le fait que la Rada (parlement ukrainien) était un marais boueux, exigé que le gouvernement actuel démissionne pour résoudre le conflit dans le Donbass, puis avoir taclé à plusieurs reprises Petro Porochenko pendant l'automne 2016 en le traitant de président faible et en réclamant qu'il cède sa place au président destitué Viktor Ianoukovitch, Nadia Savtchenko est allée encore plus loin dans le brouillage des cartes à la fin de l'année 2016.

Elle retourne à Moscou fin octobre 2016, afin d'assister au procès devant la Cour Suprême russe de deux nationalistes ukrainiens de l'UNA-UNSO condamnés en Russie, sur fond d'accusations disant qu'elle serait devenue un agent de Poutine.

Début décembre, elle continue de tenir des propos belliqueux contre la Russie, l'accusant de vouloir conquérir la Grande-Bretagne après le Donbass, et déclarant faire un doigt d'honneur à Vladimir Poutine.

Puis en fin d'année offre de rencontrer Alexandre Zakhartchenko et Igor Plotnitsky, les deux chefs d'état des Républiques Populaires de Donetsk et Lougansk (RPD et RPL) respectivement afin de discuter de la mise en œuvre des accords de Minsk. Contre toute attente, la réunion a lieu a Minsk et s'avère constructive, Nadia Savtchenko proposant de changer le format afin d'avancer entre autre sur l'échange des prisonniers qui est au point mort du fait des blocages de Kiev lors des réunions du groupe de contact.

Suite à cette réunion, Savtchenko est exclue le 15 décembre 2016, du groupe parlementaire de Batkivshchyna, et le 22 décembre 2016, la Rada lui retire sa désignation à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE). Résultat, elle fonde son propre parti d'opposition à Porochenko le 27 décembre 2016 : Mouvement pour le peuple actif d'Ukraine.

En parallèle, en signe de bonne volonté, la RPD et la RPL libèrent deux femmes ukrainiennes fin décembre 2016, sans contrepartie. Deux jours plus tard, l'Ukraine libère à son tour 15 prisonniers, respectant ainsi la promesse faite plus tôt par Porochenko (même si certaines personnes en Ukraine ont tenté d'utiliser médiatiquement cette libération en faisant venir des femmes de prisonniers ukrainiens toujours détenus pour mettre la pression sur la RPD et la RPL).

Galvanisée par ce résultat positif, Savtchenko a donc décidé de poursuivre sur cette lancée, et a déclaré vouloir mener de nouvelles négociations directes avec les deux chefs d'état de la RPD et de la RPL, proposant d'organiser les prochaines réunions d'abord à Donetsk et Lougansk, puis... de les inviter à Kiev.

Oui, vous avez bien lu. Devant une déclaration aussi surréaliste on se demande ce que Nadia Savtchenko a derrière la tête en souhaitant inviter à Kiev deux chefs d'état accusés de « terrorisme » par l'Ukraine et qui seraient donc au mieux arrêtés et au pire tués dès qu'ils franchiraient la frontière.

Et l'interrogation va croissante quand on lit les dernières nouvelles concernant les frasques de cette député de la Rada. Dans la lignée de ses négociations avec la RPD et la RPL concernant l'échange de prisonniers selon la formule « tous contre tous », Savtchenko vient de publier in extenso la liste des prisonniers ukrainiens qui sont concernés par l'échange. Des listes jusqu'ici toujours tenues secrètes et classifiées.

Ainsi on y apprend qu'alors que la partie ukrainienne a envoyé une requête pour 129 personnes et est en recherche de 494 autres, la RPD et la RPL ont indiqué n'avoir que 42 prisonniers (autant dire que les autres que l'Ukraine cherche sont soit morts au combat mais n'ont pas été déclarés comme telle par le commandement, soit déserteurs). Et qu'alors que la RPD a réclamé 524 personnes et la RPL 377 personnes, l'Ukraine n'a confirmé la présence dans ses geôles que de 256 personnes (autant dire que les autres sont soient exclus des listes officielles et croupissent dans les prisons secrètes du SBU, soit ont été exécutés). L'échange proposé serait donc de 42 contre 256.

Mais Savtchenko a tenu à mettre en garde contre d'éventuelles inexactitudes de ses listes :
« Dans ces listes que que nous avons rassemblées pendant neuf mois après mon retour, peuvent se trouver des erreurs. Certaines personnes ont pu être échangées sans que nous le sachions, il y a peut-être des inexactitudes ou des données incomplètes. »

Elle s'est aussi plainte sur le plateau de la chaîne télévisée NewsOne que Porochenko et le chef du SBU avaient refusé son aide afin de libérer les prisonniers, l'obligeant à prendre une initiative de son côté.

Une initiative que goûte peu Iouri Tandit, le négociateur du SBU en charge de ce dossier, qui déclare craindre que cela puisse porter préjudice au processus d'échange des prisonniers. On en rirait si la situation n'était pas totalement bloquée par Kiev depuis plus d'un an.

Il semble donc qu'il faille lire l'affolement des autorités de Kiev suite à cette publication sous un autre angle : celle des noms qui manquent dans ces listes. Les 581 noms qui manquent risquent bien de devoir être rajoutés à la liste des pertes ukrainiennes, très certainement dans la catégorie des morts, dont les corps n'ont jamais été retrouvés (certains étant très certainement dans les puits de ventilation des mines du Donbass où l'armée ukrainienne a pris l'habitude de jeter les cadavres encombrants de certains de ses soldats morts).

En clair : le commandement de l'armée ukrainienne va devoir revoir le chiffre de ses pertes à la hausse et vu le niveau actuel du moral des troupes ukrainiennes, et les désertions qui vont toujours bon train, un tel aveu pourrait bien attiser les vocations de futurs nouveaux déserteurs. De quoi mettre Porochenko et le commandement ukrainien dans une situation encore pire que celle déjà désastreuse dans laquelle ils se trouvent.

Alors à quoi joue Nadia Savtchenko ? Il y a à mon sens deux possibilités :

- Soit elle a ouvert les yeux, et a compris que les USA étaient prêts à sacrifier l'Ukraine et la laisser être dépecée par ses voisins et finir éclatée comme la Yougoslavie, pour avoir voulu satisfaire ses désirs de guerre contre la Russie. Et en tant que nationaliste elle aurait décidé de faire passer les intérêts de son pays au dessus de sa haine de la Russie afin d'essayer d'empêcher la destruction totale de l'Ukraine en faisant appliquer les accords de Minsk.

- Ou alors, Savtchenko n'est que l'égérie, la partie visible de l'iceberg du mouvement qui vise à destituer Porochenko, en minant sa position, afin d'installer un gouvernement encore plus radical à la tête de l'Ukraine afin de déclencher la guerre contre la Russie tant voulue par la frange néo-conservatrice de l'establishment américain. En faisant mine d'aller dans le sens de ce que veut la population ukrainienne, le retour des prisonniers, plus de décentralisation, et la paix, elle gagne des points de popularité, et en fait perdre à Porochenko qu'elle fait passer pour un incapable qui bloque tout (ce qui n'est pas faux), avec lequel rien n'avance, fournissant là du combustible qui se rajoute aux faits de corruption et à son monstrueux enrichissement avéré depuis qu'il est président de l'Ukraine. Une fois assez d'essence répandue au sol il lui suffira de craquer l'allumette pour mettre le feu à la place Maïdan une troisième fois.

Les prochains actes et déclarations de Savtchenko sont donc à surveiller de près pour savoir ce qui attend l'Ukraine…

Christelle Néant

Voir l'article sur DONi


Moyenne des avis sur cet article :  4.31/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Pseudonyme Pseudonyme 11 janvier 17:33

    Oui, mais il y a une troisième possibilité. Nadia serait devenue complètement barje... En tout cas depuis que j’ai entendu parler d’elle, c’est l’idée que je soutiens.

    .

    Elle finira comme une autre maboule Loulia Tymochenko qui alors qu’elle avait toutes les cartes en main a finit en taule. Bon Nadia c’est déjà fait... la taule. Il reste qu’elle pourrait finir comme Jeanne d’Arc, une illuminée, dans un brasier. Celui d’une voiture piégée .... 


    • Christelle Néant Christelle Néant 11 janvier 17:41

      @Pseudonyme
      C’est possible aussi, mais comme je ne suis pas psychiatre je préfère ne pas faire de diagnostic erroné.


    • JC_Lavau JC_Lavau 11 janvier 18:12

      @Christelle Néant. Mmh, si, c’est le genre de pestacle que peuvent donner des bipolaires dans leur phase d’exaltation. Mais j’ignore pourquoi ni comment elle peut se trouver ainsi en état d’exaltation permanente.

      En tout cas elle a une santé physique du tonnerre.

    • JC_Lavau JC_Lavau 11 janvier 20:54

      @JC_Lavau. Plus précisément, Savtchenko n’a accès à aucune phase de désillusion. Ce que Donald Winnicott a eu la malchance de désigner maladroitement en « position dépressive », vocabulaire qu’il a vraisemblablement hérité de Mélanie Klein. Tout le monde perd à cette désignation maladroite et fallacieuse, alors que le concept est central.


      Correctement gérée, chaque phase de désillusion devient productive et efficace, clé des moments les plus créatifs de nos vies : se réorienter, s’apercevoir qu’on s’est trompé de boussole, etc.

    • JC_Lavau JC_Lavau 12 janvier 13:59

      @Pseudonyme. Tu en dis trop ou pas assez sur Ioulia épouse Timochenko. ou Tymochenko, je ne sais à quelle écriture me fier. En France nous ne savons pas grand chose de fiable sur elle, sinon qu’elle est une oligarque de fortune récente, qu’elle a des goûts de luxe, qu’elle soigne énormément son apparence, et utilise son nom marital. Ce qui est indiscernable est sa ligne politique, son projet pour son pays.


    • JC_Lavau JC_Lavau 12 janvier 15:40

      @JC_Lavau. Tymochenko, i dur.

      Je demeurais influencé par la translittération anglaise : « Le Timoshenko » était la référence du laboratoire en matière d’élasticité et résistance des matériaux. L’auteur était un américain d’origine Khakhol.

    • captain beefheart 11 janvier 19:12

      Des amphétamines probablement,


      • JC_Lavau JC_Lavau 12 janvier 13:54

        Il faudrait d’autres indications biographiques, notamment son milieu d’origine, la position sociale de sa famille.


        Son nationalisme repose sur quelles bases de classe ? Quelles bases ethniques ? Si elle a un succès populaire, quelle est la nature sociale déterminante du dit succès ?

        • Christelle Néant Christelle Néant 12 janvier 14:04

          @JC_Lavau
          Ce qui est disponible en ligne (en anglais c’est le plus complet) : https://en.wikipedia.org/wiki/Nadiya_Savchenko


        • JC_Lavau JC_Lavau 12 janvier 15:49

          @Christelle Néant. Merci. A ce que j’ai compris, Kiev est par excellence la ville bilingue, comme Bruxelles. Mais famille et environnement ukraïnophones en ce qui la concerne.
          L’anglais est ambigu parfois. Le père était ingénieur agronome, ou mécanicien agricole ? Les deux acceptions sont possibles, sans autre précision, mais ça n’est pas la même classe sociale, notamment par la culture. Même genre de difficulté à lire les occupations de la mère. Et rien du tout dans la page en français.


          Autant dire que l’anamnèse du cas est encore à faire.
          Il faudrait remonter au minimum à la génération -2, et nous n’avons rien.

        • roman_garev 12 janvier 18:11

          @JC_Lavau
          Kiev est la ville bilingue, pourtant la « mova » ukrainienne est en fait un dialecte du russe, mais sans aucun vocabulaire technique, ni scientifique ni quoi que ce soit encore, donc n’est bonne qu’à la vie quotidienne.

          Savtchenko n’était jamais pilote, comme écrit la Wiki.en, mais navigateur-pointeur d’hélico. Elle voulait devenir pilote, mais l’Université de Kharkiv où elle faisait ses études de pilote militaire, l’a qualifiée deux fois de suite comme « inapte au pilotage ».
          Son père était ingénieur en technique agricole, communiste, il n’a pas combattu à la WW2 (car travaillait à l’usine de munitions).

        • Christelle Néant Christelle Néant 12 janvier 18:11

          @JC_Lavau
          J’aurai tendance à traduire par ingénieur pour le père vu le métier de la mère (manager donc cadre), mais je peux me tromper. Mais même avec çà on ne va pas loin effectivement.


        • roman_garev 12 janvier 18:16

          @Christelle Néant
          Il y a la page de Wiki russe, de loin plus longue et précise que celle de la Wiki.en.


        • roman_garev 12 janvier 18:19

          @JC_Lavau
          « Il faudrait d’autres indications biographiques, notamment son milieu d’origine, la position sociale de sa famille. »


          Vous la voyez déjà une Mère de nation ? Attendez un peu...

        • Mychris Mychris 12 janvier 18:32

          @JC_Lavau

          Kiev est disons à 70% russophone et 30% ukrainophone (ces même 30% parlent russes sans difficulté mais sans enthousiasme il est vrai).

          Les panneaux et autres signalisations officiels sont à 80% en Ukrainien et tendent à se généraliser.
          Donc il est exacte de dire qu’il existe une dé-russification de l’Ukraine.


        • JC_Lavau JC_Lavau 12 janvier 18:50

          @roman_garev. Trop d’animosité et de précipitation ! 

          Que NS soit une ennemie pour vous n’est pas douteux. Pour moi moins, car je suis français et vis à distance confortable du front.
          Il n’en reste pas moins qu’on négocie avec des gens avec qui on n’est pas d’accord, et un cessez-le-feu ne peut se négocier qu’avec celui qui sera obéi s’il donne l’ordre de cesser le feu.

          A l’heure actuelle, la politique USraélienne est de liquider tout homme qui serait de taille à cesser le feu. Il n’y en a donc aucun en Ukraïne...

          Raison de plus pour traiter avec respect et intérêt ceux qui risquent leur vie. Les ukraïniens méritent autre chose que d’être le pion sacrifié dans la stratégie du bordel monstre USraélien.

        • roman_garev 12 janvier 19:03

          @JC_Lavau
          « Trop d’animosité et de précipitation ! »


          Merci de citer mes propos témognant de cela... Jusqu’à présent je ne vois qu’une seule animosité, à savoir la vôtre à mon égard.

        • JC_Lavau JC_Lavau 12 janvier 19:50

          @JC_Lavau. Une source à consulter, bavarde :


        • JC_Lavau JC_Lavau 12 janvier 19:53

          @JC_Lavau. D’où il résulte qu’elle est bien une instable d’humeur, qui s’énivre volontiers, et qui est redoutée, fort peu estimée de ceux qui l’ont vue de près au travail.

          Un fétu porté par les circonstances, et qui a crevé le plafond de son incompétence.

        • JC_Lavau JC_Lavau 12 janvier 21:48

          @Christelle Néant, roman_garev.

          Affirmatif : ingénieur en russe.
          Alors qu’en anglais cela peut désigner un technicien, ou un ouvrier qualifié.
          Mais logement modeste pour cette famille, vie simple.
          Bizarrerie sur la wikipedia russe : le père serait allé travailler en Argentine, apparemment sur de la moto.

        • JC_Lavau JC_Lavau 12 janvier 18:03

          Un ouvrage que je n’ai pas (introuvable), et dont je devine qu’il doit être lu :

          La discorde chez l’ennemi, 1924, Charles de Gaulle.http://www.charles-de-gaulle.org/pages/l-homme/accueil/oeuvres/la-discorde-chez-l-ennemi/la-discorde-chez-lrsquoennemi-un-premier-regard-sur-lrsquohistoire-par-jean-paul-bled.php

          A présent, chacun sait que ce jeune capitaine, 33 ans l’année de rédaction, critiquait là la dictature militaire Ludendorf-Hindenburg. Ce qu’on sait moins est que ce fut avec un financement anglo-saxon, et notamment Rothschild, que Raspoutine fut assassiné : il était un obstacle au déclenchement de la guerre planifiée par la City. Chez nous, certains affirment que ce fut Clémenceau l’homme des anglo-saxons.

          Admettant provisoirement que Nadiéjda Savtechenko soit ou se croie missionnée par elle-même, quelle est sa gestion mentale du fait que la guerre d’Ukraïne est entièrement sous pilotage USA-UK-RFA ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires