• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Nord Stream 2 n’est plus nécessaire – et l’Ukraine non (...)

Nord Stream 2 n’est plus nécessaire – et l’Ukraine non plus : les conséquences paradoxales de la discussion Biden-Poutine

L’Occident discute des implications de la conversation entre les présidents russe et américain Vladimir Poutine et Joe Biden. Les clameurs de la presse occidentale sur une prétendue « invasion russe » de l’Ukraine et les menaces de bloquer Nord Stream 2 ne sont en fait rien d’autre que du brassage de vent. Car il s’avère que Moscou n’est plus très intéressée par l’Ukraine.

JPEG

La discussion entre les présidents russe et américain, Vladimir Poutine et Joe Biden, a été productive et a porté sur des questions de politique internationale tellement importantes que la question du Nord Stream 2 n’a jamais été abordée.

C’est du moins ce qu’a déclaré Iouri Ouchakov, un conseiller du chef d’État russe, à propos des discussions. Naturellement, il n’est pas obligé de révéler tous les détails de la conversation.

Il est toutefois intéressant de noter qu’immédiatement après la discussion en ligne des présidents des deux superpuissances, il a été rapporté que le Congrès américain a supprimé les sanctions contre la Russie et Nord Stream 2 du budget de la défense.

C’est la position commune des chambres haute et basse du parlement américain. Il est clair que la décision n’a pas pu être prise après la discussion entre les présidents russe et américain, elle avait été préparée à l’avance.

Cependant, elle a manifestement été retenue jusqu’après les négociations. Cela montre que l’administration Biden a compris l’instabilité de sa position de négociation et a essayé d’augmenter la pression sur le Kremlin – en disant qu’elle pourrait imposer des sanctions si nécessaire.

Cependant, en fait, au lieu de sanctions réelles, les membres du Congrès et les sénateurs ont inclus une « condamnation » plutôt édentée des « activités préjudiciables » de la Russie dans le texte du projet de budget de la défense.

Il s’agit de «  tout effort visant à utiliser les approvisionnements en gaz comme une arme pour faire avancer son agenda géopolitique et influencer négativement les alliés et partenaires européens  ».

Cela ressemble beaucoup à une tentative de « sauver la face », de « jouer gentiment avec un mauvais jeu ». Washington a utilisé une « manœuvre détournée » pour éviter cette impression auprès de l’électorat américain, qui considère de plus en plus Biden comme une mauviette – surtout en comparaison avec Poutine.

Nord Stream 2 comme levier anti-russe

Selon la presse américaine, la Maison Blanche a décidé de rivaliser avec Poutine au « judo géopolitique ». Une tentative d’utiliser l’ambitieux projet Nord Stream 2 contre Moscou suscite justement de telles associations.

Victoria Nuland, célèbre animatrice du Maïdan, aujourd’hui sous-secrétaire d’État américaine à la politique, a été la première à prendre la parole.

« Je pense que si le président Poutine envahit l’Ukraine, nous nous attendons à ce que le gazoduc (Nord Stream 2) soit fermé  », a déclaré Mme Nuland lors d’une audition du Sénat américain.

L’assistant du président américain pour la sécurité nationale, Jake Sullivan, a rapidement pris le relais.

« L’Occident peut l’utiliser pour faire pression : si Vladimir Poutine veut que le gaz soit livré par ce gazoduc, alors peut-être ne devrait-il pas prendre le risque d’envahir l’Ukraine », a-t-il déclaré lors d’un point de presse à Washington.

Le Financial Times américain, citant une source diplomatique, a rapporté que l’Allemagne a également presque accepté d’arrêter Nord Stream 2 en cas « d’invasion de l’Ukraine ».

«  Finalement, un consensus pourrait être atteint pour dire que si une invasion de l’Ukraine se produit, Nord Stream 2 deviendra inacceptable  », a déclaré le journal citant un diplomate anonyme.

Ce qu’est cette « invasion », les politiciens et les médias américains semblent être les seuls à le savoir. Ces spéculations massives sur le thème de l’intervention russe ressemblent en fait aux préparatifs d’une provocation dans le Donbass.

Qui a besoin d’une guerre en Ukraine

De toute évidence, une escalade des hostilités dans le Donbass impliquant des troupes russes sera bénéfique pour les États-Unis, car elle fournira, selon eux, une raison impérieuse pour que les Européens abandonnent Nord Stream 2. Le régime ukrainien actuel profitera également de l’escalade.

Le président Volodymyr Zelensky ne ressemble plus à un acteur peu sûr de lui à la tête de l’État, mais à un véritable fonctionnaire ukrainien. Cependant, dans le même temps, il a perdu le soutien d’au moins deux tiers de son électorat.

Sa cote de popularité a dégringolé de 75 % au second tour de l’élection de 2019 à 25 %. Elle doit augmenter si Zelensky veut toujours briguer un second mandat, et il n’y a rien de mieux pour lui qu’une petite guerre victorieuse.

Les déclarations fracassantes telles que la déclaration de guerre contre l’oligarque Rinat Akhmetov ou l’introduction d’un « passeport économique ukrainien » ne fonctionnent pas : il est clair que la première relève de la catégorie « miel contre les abeilles », et la seconde est si farfelue que de nombreux électeurs ne la verront tout simplement pas advenir.

Toutefois, une attaque à grande échelle contre les positions de la RPD et de la RPL et, à tout le moins, l’établissement du contrôle de Kiev sur la frontière d’État avec la Russie, et idéalement la capture de Donetsk et de Lougansk pourraient apporter de véritables résultats.

Toutefois, pour ce faire, la Russie doit d’abord être « retirée » du processus. Tous les experts et politiciens, même à l’Ouest, admettent que l’armée ukrainienne est incapable de remporter une victoire, même locale, sur la Russie.

Washington tente de faire comprendre que la menace de débrancher Nord Stream 2 rendrait trop coûteux pour la Russie de forcer l’Ukraine à la paix – en témoignent les phrases constamment utilisées par les politiciens américains telles que « Moscou paiera un prix inacceptable ».

Cependant, il est déjà clair pour quiconque sait faire des calculs : même si l’on met de côté les conséquences politiques catastrophiques de l’abandon du Donbass, les dommages causés par l’élimination de Nord Stream-2 seront négligeables pour Gazprom – le projet étant entièrement amorti avant même son lancement.

Qui a besoin de Nord Stream 2

Dans le cas du sensationnel gazoduc, qui est devenu la plus puissante défaite géopolitique des États-Unis avec l’Afghanistan, l’essentiel est de comprendre qu’il ne s’agit pas d’un projet russe, comme le crient ses opposants, mais d’un projet européen.

En fait, la Russie n’en est que l’exécutant, bien qu’elle ait assumé les risques liés à la propriété du pipeline. Le projet est avant tout nécessaire pour les Européens qui veulent se doter de ressources énergétiques bon marché.

Gazprom a précédemment noté que la construction de Nord Stream 2 a coûté 9,5 milliards de dollars, la moitié de cette somme ayant été payée par les investisseurs européens du projet. Ainsi, la société russe a dépensé moins de 5 milliards de dollars de son propre argent pour le pipeline.

Mais les bénéfices excédentaires de Gazprom en 2021 font plus que compenser ces coûts. Le coût annuel moyen des exportations de gaz vers les Européens cette année sera d’environ 550 dollars les 1000 mètres cubes.

C’est plus de trois fois plus qu’en 2020, où ce chiffre était à 143 dollars par millier de mètres cubes, et plus de deux fois plus qu’en 2019 et 2018, où les prix étaient respectivement de 221 et 224 dollars.

Les volumes de vente de gaz russe, quant à eux, sont restés à peu près les mêmes. Cela signifie que les bénéfices des ventes de gaz de Gazprom, qui étaient de 41,63 milliards de dollars en 2019, vont au moins doubler en 2021.

Il s’agit de 40 milliards de dollars supplémentaires ou plus, obtenus sans aucune augmentation des coûts de production du gaz. Si l’on se souvient que la frénésie du marché gazier de l’UE a été provoquée en grande partie par l’obstruction de Nord Stream 2 par les États-Unis, on peut affirmer que le projet a été rentabilisé au moins quatre fois rien que cette année.

Moscou a montré qu’elle pouvait se passer du NS2, mais aussi du système de transport de gaz ukrainien, en réduisant presque à zéro le pompage à travers celui-ci.

Le Donbass ne doit donc pas s’inquiéter : la Russie n’aura pas à payer un « prix inacceptable », l’Europe a déjà tout payé.

Et si, à Dieu ne plaise, les troupes russes doivent s’immiscer dans le conflit ukrainien afin de protéger la population russophone du Donbass, même une annulation complète de Nord Stream 2 ne sera pas une perte substantielle pour Moscou.

Vassily Tiomny

Source : Ukraina.ru
Traduction par Christelle Néant pour Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  4.68/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • samy Levrai samy Levrai 9 décembre 2021 09:27

    un prix inacceptable avec un dico cela veut dire qu’il ne serait pas payé.


    • JMBerniolles 9 décembre 2021 11:51

      Il n’y a sans doute pas eu de véritables échanges lors de cette vidéo conférence au sommet. Chaque partie a exposé son point de vue : menaces de sanctions de la part US et ligne rouge en Ukraine pour la Russie.

      Comme souligné dans ce bon article à propos de Nord Stream 2, le lot de sanctions évoquées, avec notamment l’exclusion de la Russie de la gestion financière Swift, est totalement contre productive. La mesure de rétorsion Swift, si tant est qu’elle soit effectivement prise, ne peut que se traduire par un moindre recourt au Dollar dans les échanges internationaux d’où l’on ne peut bannir la Russie. L’accord entre la Russie et l’Inde qui vient d’être conclu est déjà une contre mesure à ce niveau.

      Le point principal a sûrement été la définition par Poutine de la ligne rouge en Ukraine vis à vis de l’OTAN. Si l’OTAN s’installe en Ukraine avec des moyens sérieux d’agression, il y aura une intervention militaire russe. C’est clair.

      Quant à Nord Stream 2 l’affaire est entre les mains du nouveau chancelier allemand et soumise à l’influence des « grünen » au pouvoir.


      • roman_garev 9 décembre 2021 13:17

        @JMBerniolles
        « L’accord entre la Russie et l’Inde qui vient d’être conclu est déjà une contre mesure à ce niveau. »
        Parfaitement. D’autant plus que le contrat de livraison de S-400 (dans le cadre de cet accord conclu pour 10 ans, jusqu’au 2030) prévoit le paiement en roubles russes.


      • yakafokon 10 décembre 2021 06:48

        @JMBerniolles
        La Russie s’est débarrassée depuis longtemps de ses dettes extérieures américaines, et ses échanges commerciaux internationaux se font maintenant en utilisant toutes les monnaies convertibles existantes, à l’exclusion du dollar !
        Alors, les sanctions d’extra-territorialité appliquées contre les entreprises russes sont totalement impossibles à appliquer !
        Quant à jouer au jeu des sanctions, ça peut aussi s’envisager côté russe, car il ne faut pas oublier que les Etats-Unis achètent beaucoup de pétrole brut à la Russie !
        Comme ils ont imposé un embargo total, et de multiples sanctions au Venezuela, ils se sont tirés une balle dans le pied en se privant de leur principal fournisseur de brut, ce qui fait qu’en 2020, ils ont acheté 538.000 barils par jour de brut Urals à la Russie, ce qui représente tout-de-même 7 % de toutes les importations des Etats-Unis, supérieures aux importations depuis l’Arabie Saoudite !
        La Russie, qui ne manque pas de clients, pourra toujours vendre ce pétrole à la Chine, avec laquelle elle entretient de très bons rapports !
        Quant aux nazis ukrainiens, ils sont destinés à crever...et ils vont crever d’une manière ou d’une autre, car personne ne va venir à leur aide : c’est maintenant devenu trop dangereux, avec les citoyens ukrainiens du Donbass, qui sont devenus russes, et qui sont maintenant sous la protection de l’armée russe !                                                Personne, à part B.H.L. peut-être !
        Elle est pas belle, la vie ?


      • Guy19550 Guy19550 9 décembre 2021 14:10

        Bof, moi je stabilise la température chez moi à 27°C depuis 2 ans en espérant aider l’Europe à vider les cuves, Je me dis que ce qui est consommé ici, le sera en moins ailleurs. Suis quasiment à poil 12 mois par an.


        • Luniterre 9 décembre 2021 18:33

          Si l’on suit bien le raisonnement de cet article, Biden est carrément échec et mat, en Ukraine, et l’UE est à nouveau le dindon de la farce, comme d’hab...

          Elle est obligée de se voiler la face pour ne pas la perdre et continuer à lécher les bottes de l’Oncle Sam, quoi qu’il arrive, et même si elle doit faire ceinture, question gaz !

          Perso, vu ma petite retraite, j’ai déjà fait couper le gaz de ville, chez moi, depuis deux ans, vu le tarif. Plus de chauffage central, plus d’eau chaude au robinet ni dans la douche, donc...

          C’est le « prix » de la survie, en France, au XXIème siècle.

          Luniterre


          • yakafokon 10 décembre 2021 07:22

            @Luniterre
            La seule solution, c’est celle préconisée par François Asselineau ( vous savez, celui qu’on ne voit jamais à la télé, car il est intelligent et a compris depuis longtemps que l’Union Européenne ne peut être réformée de l’intérieur ).
            Il est impératif de faire comme les britanniques...et même plus !
            On doit quitter l’Union Européenne, se débarrasser de l’euro pour retrouver une monnaie nationale, quitter la B.C.E pour redonner à la Banque de France toute sa fonction, et surtout quitter impérativement l’O.T.A.N., cette machine de guerre qui n’existe que pour défendre les intérêts exclusifs des Etats-Unis, et qui nous envoie guerroyer aux quatre coins du monde mourir pour l’Oncle Sam !
            Si vous n’avez toujours pas compris que notre pire ennemi économique ne se trouve pas à l’Est, mais de l’autre côté de l’Atlantique, c’est à désespérer, car ça dure depuis 1945 !
            Mais la France n’est pas la Grande-Bretagne : ce n’est pas une île, et tous les pays européens empruntent nos réseaux autoroutiers ou ferroviaires pour la majorité de leurs importations et de leurs exportations.
            Autant dire qu’appliquer des mesures de rétorsion envers notre pays serait contre-productif !
            Je vous engage à lire le programme de François Asselineau ( 32 pages recto-verso en PDF sur son site www.upr.fr ), et à voir qui est cet homme banni des media par le C.S.A., sur ordre du gouvernement, sur Wikipedia !
            Mais sur les réseaux sociaux, il fait un carton !
            Vous vous rendrez vite compte qu’il mérite largement le temps d’antenne accordé au nazi de service Eric Zemmour ( pour l’instant, c’est vous qui payez la campagne présidentielle de ce sinistre individu avec vos impôts ) !


          • goc goc 10 décembre 2021 02:22

            J’ai l’impression que la réunion Biden-Poutine a rendu furieux les pro-guerre. Ils parlent déjà de la lâcheté de Biden. D’ici à ce qu’ils decident de monter une provocation majeure...

            A propos, je suis tombé vers minuit sur France info (en fait France24) sur un débat concernant justement l’affaire ukrainienne.Parmi les « invités » il y avait un guignole français tellement russophobe qu’il était devenu hystérique quand le correspondant américain (Mr Mac Arthur) avait osé reconnaitre que les accusation d’ingérence dans la campagne électorale de la mère clingon par les russes, étaient bidon. Il avait aussi déclaré qu’en Syrie, les russes ont tué plus de civils que l’EI, c’est dire le niveau du vieux c...


            • Christelle Néant Christelle Néant 10 décembre 2021 14:08

              @goc
              Vous vous souvenez du nom du guignol en question ?


            • Xenozoid Xenozoid 10 décembre 2021 14:12

              @Christelle Néant

              ted cruz


            • Xenozoid Xenozoid 10 décembre 2021 14:15

              @Christelle

              oui je sais il est pas francais,c’était de l’humour


            • goc goc 10 décembre 2021 22:21

              @Christelle Néant
              il s’appelle Nicolas Tenzer
              voici l’émission
              https://www.france24.com/fr/%C3%A9missions/le-d%C3%A9bat/20211210-joe-biden-defenseur-democratie-sommet-virtuel-sans-chine-ni-russie
              Si vous ne voulez pas voir toute l’émission, je vous conseille à partir de la minute 36
              c’est savoureux


            • Christelle Néant Christelle Néant 10 décembre 2021 22:23

              @goc
              Ahhh Tenzer, oui je connais le gugusse


            • goc goc 10 décembre 2021 22:27

              @Christelle Néant
              écoutez-le vers la minute 33, c’est du délire total


            • Guy19550 Guy19550 10 décembre 2021 07:33

              Entr’acte :

              Depuis le début, l’Ukraine a considéré les républiques comme des terroristes, d’ailleurs cela ne peut se nier puisque l’opération ATO de tonton chocolat avait ce nom pour anti terrorist operation. Toute l’histoire de l’Ukraine est basée sur le fait que pour l’Ukraine, ce n’est pas une guerre civile mais une guerre contre la Russie. Les accord de Minsk imposent le dialogue entre l’Ukraine et les républiques, ces dialogues existent mais sont systématiquement sabotés par les terroristes de Kiev, je les appellent d’ailleurs ainsi du fait que eux même prennent les républiques pour des terroristes.
              Pour ne pas rompre avec les attitudes prises, les terroristes de Kiev veulent un dialogue avec la Russie que eux considèrent comme la partie adverse, mais le problème est que la Russie ne veut pas jouer à ce jeu de con.
              Le zoulou essaie encore :
              Et ça valse à la poubelle en Russie en rappelant, je cite : The Russian president on April 22 said in reply to Zelensky’s proposal for a personal meeting that if the problems of Donbass were to be discussed, the Ukrainian leadership should meet with the leaders of the Lugansk and Donetsk people’s republics in the first place.
              La Russie s’oppose également à une nouvelle réunion du groupe des quatre, tant qu’il n’y a pas d’amélioration par rapport à la dernière réunion.
              L’Allemagne est d’avis que la Russie devrait un peu céder du terrain et que c’est le spirit des accords de Minsk qui est à appliquer, mais les russes prennent les accords à la lettre.
              Pendant toute la période où il y a eu des bombardements, des réunions bloquées par les terroristes de Kiev, des assassinats et des enlèvements par les terroristes de Kiev, aussi des tortures de prisonniers, l’usage de drones à l’encontre des civils des républiques... tout cela a été accompagné par de nouvelles lois à la Rada pour appliquer les accords de Minsk d’une autre manière, cela passe par la non reconnaissance de la langue russe, la création de camps pour les russes qui ne peuvent retrouver la liberté qu’après être ukréanisés. Tout est du même mauvais goût. Il y a eu aussi le bannissement de la presse d’opposition. Et cela va même jusqu’à refuser le vaccin russe car ils considèrent la Russie comme le pays agresseur. 
              La plupart des nouvelles lois en Ukraine, pour ne pas dire toutes, ne sont pas acceptées par les républiques et l’autonomie des républiques devra de ce fait se faire à un sens très large. Les terroristes de Kiev se sont coincés eux même en votant de telles lois.
              Le zoulou a eu un entretien avec le terroriste Biden (a toujours donné de l’appui à Kiev par des sous et des armes, comme président et comme vice-président avant) :
              https://tass.com/world/1373489 Ça c’est la réalité !!!
              Donc moi je n’ai aucun doute au fait que la Russie doit envahir l’Ukraine et repousser les terroristes de Kiev à la mer via la Pologne, ils peuvent rester en Pologne également, mais plus en Ukraine. Quant à la souveraineté d’un pays, cela peut éventuellement passer avant le droit des hommes mais certainement pas quand à la base il y a une prise de pouvoir anti-constitutionnelle (putch des amerlocs et des occidentaux). Par ailleurs si on sort des accords de Minsk, il y a lieu de recréer la situation d’avant les accords de Minsk en y plaçant les terroristes en position très inconfortable pour une fuite qui a été possible grâce aux accords de Minsk et là le sang va gicler.
              Il n’y a aucune raison que la Russie se montre conciliante avec ce genre de terroristes. Il faut aussi exécuter tous les américains et anglais présents avec des armes dans cette offensive.

              • microf 11 décembre 2021 16:08

                « C’est un coup de poignard dans le dos » : Pourquoi l’OTAN a abandonné l’Ukraine

                11 décembre 2021
                La récréation a sonné.
                Bravo au Président Poutine le « Mozart de la politique », sa partition comme comme je l´écrivais a été écrite, on peut maintenant l´écouter.

                • nemesis 13 décembre 2021 10:47

                  Si l’UE s’associait avec la Fédé de Russie, le monde ne s’en porterait que mieux.

                  Beaucoup de ceux qui ne comprennent pas cela, raisonnent viscéralement.

                  La CIA, Golsmann-Sachs, Roteuch, etc.. en feraient un caca nerveux mais, ensuite... la Paix, enfin la Paix par l’équilibre du trépied ( Chine USA Europe ).

                  Qui a remarqué qu’aucun candidat (même de gôche) n’évoque :

                  les méfaits de la CIA ( assassinats, drogue etc..),

                  les écoutes de Hollande et Merkel par le NSA,

                  les conséquences multiples du bordel Yankee au Moyen Orient sur un faux prétexte,

                  et notre petit « Talonnettes à Casseroles » laquais de Bush Jr, en Syrie, en Libye

                  trop c’est trop comment l’électeur français peut-il être aussi bête mais bête !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès