• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Nous autres, « Blancs Profonds »

Nous autres, « Blancs Profonds »

Gilets jaunes, Stylos rouges, Gilets verts, Foulards rouges, Gilets bleus, etc. actuellement tout se passe comme si le drapeau arc-en-ciel LGBT+ était inconsciemment à l'honneur.

« Comparaison n'est pas raison » (Montaigne) alors remarquons qu'en chromatique teinturière, jaune+rouge+vert+bleu ça tourne au marron-noir ― un peu comme si la France se prenait de gros gnons dans la gueule mondialisante.

Et tout cela par qui ? par un ensemble chromatique lumineux, jaune+rouge+vert+bleu, tournant au blanc. Comme la race blanche.

 

Gainsbourg, Houellebecq, Houelbarbaque, Gainsbarre
 

A la houellebecquienne

C'est, si vous voulez, à la houellebecquienne, le singulier réveil de nous autres, « Blancs Profonds » au sein de la mondialisation, du plus profond de l'Euro-Amérique (la France est quand même un territoire en étoile hexagonale comme au milieu géographique pour les pays planétaires occidentaux de l'hémisphère nord) ...

« Blancs Profonds » qu'on a largement eu l'habitude d'associer à la Débilité Profonde ces dernières cinquante années ― depuis Valéry Giscard d'Estaing par là, et magistralement François Mitterrand (pour ce qui concerne notre petit mais fier gallinacé pays).

 

Pauvre Yéti

 

Les Yétis

Évidemment, le plus singulier dans tout cela n'est pas exactement ce réveil de nous autres, « Blancs Profonds », depuis tout ce temps (Trump, Brexit, Poutine, Orbàn, Salvini, etc.) ... mais avant tout, avant tout, que les « Blancs Profonds » se réveillent d'avoir été traités néocolonialement par tous ces Grands Blancs Saillants tels que représentés par Emmanuel Macron, Valéry Giscard d'Estaing et François Mitterrand nous l'avons dit ... mais aussi Xavier Niel, Pierre Gattaz, Bernard Arnault, Serge Dassault, etc. enfin toute la clique dans le collimateur des « complotistes », sans parler des étrangers occidentaux Grands Blancs Saillants (mais pas que Blancs), autant de financiers-influenceurs.

Le tout, mâtiné de ce pain croustillant/cette croustinette d'évoquer des ressortissants juifs « mais-je-ne-suis-pas-antisémite-je-constate-juste-qu'il-y-a-quand-même-une-bizarrerie-sus-aux-Rothschild-Rockfeller-et-tant-pis-si-les-hommes-les-plus-riches-du-monde-sont-les-Américains-protestants-Bill-Gates-Jeff-Bezos-Warren-Buffett-le-Brunelien-musulman-Hassanal-Bolkhiah-le-Japonais-bouddhiste/shinto-Yoshiaki-Tsutsumi-tous-de-sales-sionistes-lol ».

Mais en somme, cela fait au moins cinquante ans que les Yétis, Grands Blancs Saillants règnent principalement (le chiffre de cinquante ans est retenu, rapport au cycle de mondialisation en cours, largement héritier évidemment des colonisations depuis cinq siècles, il y a hérédité).

 

Progrès, regrets, dégressivité

 

A l'heure de la dégression

Nous voyons bien que nous autres, « Blancs Profonds », nous l'avons bien profond dans cette histoire, même si nous avons indirectement bénéficié de la tendance et continuons d'en bénéficier dégressivement.

C'est que l'époque n'est plus du tout au progressisme social et technique occidental, mais au système de plus en plus D, à la Débrouille internationale, et si nous connaissons l'émergence de tant de « réacs » ou « néoréacs » d'« extrême-droite » (termes qui ne sont ni des gros mots ni des insultes, loin s'en faut, contrairement à ce que croient les progressistes illusoires illusionnés illusionnistes) c'est que ce sont des lanceurs d'alerte. « Michel Houellebecq », toutes ces façons contemporaines toujours plus à la houellebecquienne, eh bien c'est un vaste symptôme de « dégressisme », voilà tout.

L'heure est à la dégression.

Et tandis que les troubles actionnaires auxquels les Grands Blancs Saillants font plaisir (et avec lesquels ils se font plaisir ensemble) dégraissent abusivement leurs firmes en déportant çà et là tout autour de la Terre ... ... c'est le Monde Humain qui dégresse ad infinitum, ad voluntatem, ad libendum, ad nauseam. La croissance, comme on dit. Des affaires de Grands Blancs Saillants, en somme.

 

La Blanche Profonde et ses sept Blancs Profonds

 

« Les Femmes et les Non-Blancs d'abord ! »

Dès lors, c'est un peu fort de (Couleur) café de nous faire passer ― nous autres, « Blancs Profonds » ― pour de sales mâles forcément racistes et, puisqu'on n'en est plus là, sexistes. La preuve ? C'est que parmi les « Blancs Profonds » il y a des « Blanches Profondes » (sans mauvais jeu de mots), à commencer par celles qui se pomponnent et se font pouponner par les Grands Blancs Saillants, de Cécilia ex-Sarkozy à Brigitte Macron, en passant Ségolène Royal, Julie Gayet et Marlène Schiappa.

C'est sans compte que les femmes du peuple ont largement tenu leurs hommes et leurs foyers « par les bourses » sur les deux derniers siècles ― et pas que les deux derniers siècles. Si l'on ne se focalise que sur les aristocraties, il est évident que l'on se retrouve le nez dans un système patrimonial (qui connut pourtant de Grandes Blanches Saillantes telles qu'Aliénor d'Aquitaine, Catherine de Médicis, etc.) mais les concubinages paillards du peuple sont légions.

Quant aux Non-Blancs, la vérité, on le constate bien avec les Gilets Jaunes, c'est qu'ils furent traités comme eux, comme des ethnies subalternes ne comprenant rien au « véritable » « sens de l'Histoire » et de « la civilisation », en fait imposés ― comme toujours ― par les puissances militaires, économiques et politiques. Les peuples ont dû suivre, largement inconscients jusqu'aujourd'hui ... Il faut décoloniser l'Occident !

 

Mélissa me tue

 

« Blancs Profonds »

Finalement, au-delà de la Débilité Profonde, il faut bien se souvenir que la Profondeur est d'abord celle d'une Conscience, d'une Maturation et d'une Intensité. Comme tous les Mondes, du moment qu'ils ne jouent pas les AsSaillants.

 

L'amour du destin
 
 
 
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Moyenne des avis sur cet article :  1.47/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Erwan Prigent Erwan Prigent 24 janvier 11:00

    Erratum :

    Dès lors, c’est un peu fort de (Couleur) café de nous faire passer ― nous autres, « Blancs Profonds » ― pour de sales mâles forcément racistes et, puisqu’on n’en est plus là, sexistes. La preuve ? C’est que parmi les « Blancs Profonds » il y a des « Blanches Profondes » (sans mauvais jeu de mots), à commencer par celles qui se pomponnent et se font pouponner par les Grands Blancs Saillants, de Cécilia ex-Sarkozy à Brigitte Macron, en passant Ségolène Royal, Julie Gayet et Marlène Schiappa.

    Ces dames-là ne sont pas des « Blanches Profondes »

    mais de Grandes Blanches Saillantes ... et on aurait pu citer Carla Bruni. Les véritables « Blanches Profondes », elles, elles sont au charbon avec les « Blancs Profonds ». Ce sont celles, entre autres, qui manifestent avec les Gilets Jaunes, et qui de toutes façons savent qu’elles devront passer leur vie à l’ouvrage, comme toutes les femmes du peuple depuis toujours.


    • Paul Leleu 25 janvier 01:37

      @Erwan Prigent

      les français plébicitent cette situation... chaque jour en consommant massivement la merde la plus débile et toxique produite par ce système... si ils ne sont pas contents, ils n’ont qu’à commencer par ce « suffrage du quotidien » qu’ils adressent à ce qu’il y a de plus médiocre et de plus aliéant...

      non seulement ça commencerait à faire s’écrouler réellement des empires financiers (en les privant de revenus), mais en même temps ça commencerait à redonner aux français de la joie et du bonheur au quotidien (moins d’ingurgitation toxique)...

      mais cela, peu sont près à le faire... donc les choses ne vont pas changer...

      Quant aux pétasses-comtesses, il y en a toujours eu dans la haute société... la Dubarry et les autres salopes de la Cour de Versailles, c’est pas nouveau sous le soleil... je vois pas le concept...

      et si au Moyen-Age, les monastères (masculins et féminins) avaient autant de succès, c’est bien parce-que beaucoup de gens se faisaient chier à mourir dans la société médiévale, et trouvaient relou de baiser (selon leur classe sociale) avec le beauf paysan du coin, ou la fille du marquis de bidule... ils trouvaient relou de fonder une famille, de travailler dans un taf de merde pour nourir des lardons débiles, et qu’ils avaient fait le tour du bordel... bref, ils/elles cherchaient autre chose...

      je veux dire, vivons-nous vraiment une époque originale ?


    • Ruut Ruut 25 janvier 07:13

      @Paul Leleu
      C’est cru, mais profond et tristement d’actualité.

      « et qu’ils avaient fait le tour du bordel » -> c’est sur que ça lasse vite même si physiologiquement il nécessite un retour périodique.


    • soi même 25 janvier 22:01

      @Ruut c’est surtout con comme propos


    • soi même 24 janvier 18:37

      Ce qui vous sauvez d’un article si navrant de pessimisme c’est la chanson de Piaf, non je ne regrette rien.


      • Erwan Prigent Erwan Prigent 24 janvier 18:56

        @soi même. Je ne savais pas que le pessimisme était navrant, et je vous jouerai la carte du « non, pas pessimiste, simplement réaliste ». Cela dit même sans cette carte je ne l’ai pas du tout écrit dans ce « mood », comme disent les anglophones. Et puis si donc Piaf sauve mon article, c’est que l’article est sauf. J’ai échappé au jugement de moi- ... non toi-même ! euh ... « soi-même ».


      • soi même 24 janvier 19:01

        @Erwan Prigent Rigolo
         smiley


      • L'enfoiré L’enfoiré 24 janvier 19:06

        Salut Erwan,

         Savez-vous que nos gouvernements successifs avec leur coalition sont aussi appelé par leur couleurs

         Oui, chez nous, ce n’est jamais un parti unique qui prend le pouvoir

         Coalition olivier, arc-en-ciel, rouge romaine, violette, turquoise, orange bleue, jamaïquaine, lilas, 

         C’est joli, non ?


        • L'enfoiré L’enfoiré 24 janvier 19:11

          La première coalition en France a seulement existé avec Mitterrand.
          C’est navrant...
          Quand on n’a pas le change, on n’apprend rien.
          Faudrait lire le livre de Emile Servan-Schreiber « Supercollectif »

           
          C’est très bien expliqué. Plus on est différent dans un groupe (surtout féminin) plus on devient productif.


        • UnLorrain 24 janvier 20:19

          « Elles vivaient du commerce des bestiaux le trafic international de ces précieux neg’ euuh nègres qui BLANCHISSENT en vieillissants » : vue par l’incoercible.. Bloy Leon de deux anglaises, mademoiselle Cleopatre du Tesson des Mirabelles de Saint Potin sur le Gland et mademoiselle Fryda Machpil,deux puantes précise le génie,visionnaire. Deux fantômes ( des blanchisseuses ? ) a lire a ouïr c’est a vous de voir.


          • Paul Leleu 25 janvier 01:51

            n’oublions jamais que la « révolution de la médiocrité » est massivement plébicité par les français depuis 100 ans... c’est un fait dérangeant mais bien réel...

            le culte de la médiocrité est une technique de gouvernance qui a son efficacité :

            - elle permet de donner aux médiocres (et ils sont nombreux) une revanche narcissique inespérée... et donc, ils deviennent la base sociale du système (et ils sont nombreux)... en même temps, ils ne constitueront jamais une concurence pour les élites...

            - dans le même temps, cela permet de « disjoncter » les gens intelligents et talentueux, et de les empêcher de constituer une opposition ou concurrence efficace au pouvoir...

            la masse des médiocres est tellement contente de pouvoir rabaisser les gens de qualité (vengeance narcissique subconsciente), avec l’appui et le soutien du pouvoir et des normes culturelles, qu’il n’est même pas utile de réprimer directement les opposants politiques : le peuple s’en charge...

            c’est triste, mais c’est ainsi...

            ceci dit, il reste les joies de la contemplation, de la méditation, de l’art pour l’art, et quelques relations particulières... loin des yeux de la foule... et en plus, avec un peu d’intelligence (on en a, profitons-en puisque personne n’en veut !), on réussi à s’en sortir financièrement (malgré les hauts et les bas)... Il faut lire Lao-Tseu smiley

            un changement collectif (temporaire ou plus durable) ne peut se produire que si le peuple, dans sa masse, commence à refuser le plébicite quotidien de la médiocrité... on n’y est pas encore...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès