• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > On sait désormais pourquoi l’Occident n’aime pas la (...)

On sait désormais pourquoi l’Occident n’aime pas la Russie

Pour la première fois, l’agence de presse « Rossia Segodnia » a répondu à deux questions : l’Occident dans son ensemble ne nous aime-t-il vraiment pas, ou est-ce un mythe de notre propagande ? Et si ce n’est pas un mythe, pourquoi ne nous aiment-ils pas ?

JPEG

Les publications des principaux médias de tous les pays du G7 consacrées à notre pays ont été étudiées pendant six mois – 82 000 au total. Ensuite, elles ont été divisées en positives, neutres et négatives.

Les positives incluaient tous les éloges, parmi lesquelles « des trains confortables circulent en Russie », « le ballet russe a fait une belle performance à Paris  », «  l’ambassade du Japon à Moscou a accueilli un carnaval  » et «  la chaîne russe de pizzas ouverte en Allemagne, c’est délicieux ». Les neutres incluaient des publications sans aucune appréciation – comme « Poutine a rencontré Abe », «  la Russie offre un nouveau format de négociations sur la dénucléarisation de la Corée  » et « un forum d’affaires a débuté en Russie ». Les négatives comprenait des histoires d’atrocités russes commises dans le monde, des crimes de l’État contre les citoyens en Russie et des crimes des citoyens eux-mêmes.

Résultat : en moyenne, 50 % des articles du G7 sont fortement négatifs. Et les positifs ne représentent que 2 %.

Les autres publications sont neutres – il s’agit soit de textes d’information tels que « est allé et a rencontré  », soit « d’un côté, la Russie fait de mauvaises choses, mais d’un autre côté, de bonnes choses ».

Les pays qui battent des records :
– Ce sont les médias britanniques qui ont le plus parlé de la Russie (25 000 publications) ;
– Le plus petit nombre de publications a été enregistré au Canada (moins de 4 000, mais le Canada lui-même est également petit en termes de population) ;
– Les médias italiens sont les plus positifs (jusqu’à 13 % de publications positives, soit deux fois moins que les publications négatives) ;
– Les médias américains sont les plus négatifs (jusqu’à 90 % des publications), tandis que les publications positives ne représentent que 0,2 % ;
– La France est le pays le plus neutre (70 % des articles).

Et maintenant, venons-en au fait.

Qu’est-ce qu’il y a de bien en Russie ? En principe, on pourrait ne pas en tenir compte du tout : qu’est-ce que 2 % des publications ? D’autant plus que sans les médias italiens, le positif n’aurait même pas atteint 1 %.

Mais malgré tout : ce qu’il y a de bien chez nous c’est les athlètes à titre individuel, le ballet, le théâtre et les sites historiques. En d’autres termes, la « bonne Russie », de l’avis des médias des plus grands pays, est coincée dans l’époque remontant à 120 ans en arrière. Quelque part où se trouvent Tchekhov, les saisons russes, les coquelicots d’or et l’artisanat populaire pour les touristes. D’ailleurs, la Russie était bien aussi dans les années 90.

Tout le reste est mauvais chez nous.

Mais voici ce qui est révélateur : la plupart de ces « mauvais » éléments semblent être un compliment pour nous de manière générale. Car ce qui est « mauvais » est une description des nombreux arts obscurs dans lesquels nous sommes en avance sur le reste du monde.

Tout d’abord, bien sûr, nous nous immisçons dans la vie des autres puissances – et nous le faisons avec une terrible efficacité. Nous avons choisi Trump en Amérique, nous avons fait le Brexit au Royaume-Uni. Nous avons amené la droite et les populistes au pouvoir en Italie, en Allemagne et en Autriche. Au Canada, nous n’avons rien fait – mais ce n’est pas un obstacle : le principal sujet « russe » du semestre dans les médias locaux était la possibilité d’une intervention russe lors de leurs élections en octobre prochain.

Les groupes de trolls russes sillonnent les réseaux sociaux, dressant tout le monde les uns contre les autres (surtout les Noirs américains contre les Blancs et les trumpistes contre les démocrates), obligeant les patrons à imposer leur censure. La propagande empoisonnée de la Russie par RT et Sputnik sème des fausses informations, ou du moins des reportages biaisés, « favorisant des vues pro-russes ». Les espions russes empoisonnent les Skripals et des victimes au hasard, et les espionnes russes rousses s’insinuent dans les cercles de confiance des personnes influentes. Enfin, des unités secrètes du GRU planifient des coups d’État dans toute l’Europe de l’Est.

Un titre typique : « Élections en Europe : les services de renseignement surveilleront l’ingérence russe » (Zeit).

Deuxièmement, nous renforçons notre puissance militaire agressive. C’est un thème numéro deux stable. Nous menaçons la Scandinavie, le Royaume-Uni et les États-Unis. Nous fournissons des armes à des régimes antidémocratiques dans le monde entier. Nous avons forcé l’Amérique à se retirer du traité FNI et les pays Baltes et les Polonais à augmenter leurs contingents de l’OTAN près de nos frontières. Nous conquérons l’Ukraine de manière hybride, et au Venezuela, en Syrie et même en Afrique, nous ne laissons pas la démocratie gagner.

Les gros titres typiques : « Le missile nucléaire hypersonique de Poutine peut détruire Londres en quelques secondes  », «  Les armes nucléaires russes au Venezuela ? » (Daily Express).

Troisièmement, les autorités russes entravent la liberté en Russie en brutalisant les manifestants, les artistes et les minorités sexuelles, et en attribuant le titre d’agents étrangers aux agents étrangers. À la une des journaux : « Le journaliste qui a critiqué Poutine est mort dans un mystérieux accident de la route » (Mail Online), « J’ai survécu au goulag de Poutine » (Bild), « Brutalités policières effrénées lors d’une manifestation dans la capitale  » (Les Échos).

Et ce n’est qu’en quatrième lieu que nous mendions, corrompons, buvons et tuons (« Russie : un père a gardé son fils de dix ans enchaîné pendant des mois  »).

Un programme distinct est présenté par les médias japonais. Notre principale vilenie, c’est de ne pas leur rendre les Kouriles («  Russie, arrête de t’entêter  », « Il est inadmissible de réfuter le fait de qu’il s’agit d’une occupation illégale  »).

… Ce qu’il faut noter ici.

Premièrement. Si nous enlevons l’horreur de la puissance maléfique russe, alors la Russie dans les médias occidentaux n’est pas différente de la Russie de 1999 (malgré les gigantesques changements en mieux qui sont survenus dans la vie réelle du pays).

C’est-à-dire, bien sûr, qu’il est possible de faire en sorte que l’on écrive peu de choses sur nous – comme on écrit peu aujourd’hui, par exemple, sur la population comparable à celle de la Russie, au Bangladesh ou aux Philippines. Pour ce faire, nous devons simplement nous rapprocher du Bangladesh en matière de développement économique, social, scientifique et militaire. Cette république n’a aucune puissance militaire menaçante, aucun réseau médiatique mondial et aucun renseignement extérieur omniprésent.

Mais voilà le problème : il n’y a pas d’image positive du Bangladesh dans les médias occidentaux, aussi étrange que cela puisse paraître. Les thèmes sur lesquels ce pays entre dans les pages des principales publications mondiales sont la pauvreté, la corruption, la prostitution et les manifestations. C’est à peu près la même chose qui a été écrite à notre sujet il y a vingt ans, lorsque nous étions historiquement au plus bas.

Deuxièmement. Il est facile de voir que l’image de la Russie en 2019 n’est basée principalement sur aucune de nos actions manifestes, mais sur des rapports d’analyse (sur les ingérences possibles), des prévisions d’experts (sur les menaces futures) et des fuites malveillantes (sur des sabotages secrets). En d’autres termes, même si la Russie en 2019 s’est emparée du monde avec des machinations, elles sont invisibles. Et pour les révéler au monde, il y a toute une classe de médias militants dans les pays occidentaux qui font la lumière sur ces intrigues de la Russie.

Oui, vous ne le pensiez pas. La Russie dans les médias occidentaux s’est finalement révélée être un bon vieux diable. Et c’est exactement comme dans les millénaires précédents : il est en même temps en enfer et essaie d’entraîner en enfer tous les bons habitants de la planète. Il semble que tout est mauvais et terrible là-bas, dans l’enfer russe (et donc, par définition, ne peut pas être efficace, parce que le marché n’est pas libre et il n’y a pas de libéralisme). Mais en même temps, l’enfer russe est invisiblement et secrètement derrière toutes sortes de dissensions, l’aggravation des problèmes, et les victoires des mauvais politiciens dans le monde libre. Si quelqu’un a oublié, alors nous avons organisé l’invasion des migrants en Europe.

Et voilà déjà un symptôme intéressant. Nous avons déjà écrit que le tsunami du nom de Greta Thunberg, qui a emporté les pays avancés, a toutes les caractéristiques d’un culte hystérique archaïque : il y a une menace de ragnarök pour bientôt, et la division de tous les gens en agneaux conscients et chèvres inconscientes par le critère le plus simple de « l’attitude envers Greta », et même une vierge (au sens propre, ancien) au centre du phénomène.

Ajoutons à ce culte une image irrationnelle de la Russie Sombre, qui pénètre partout avec ses tentations et infecte les bonnes gens par le populisme, l’intolérance et l’homophobie. Quand l’autre jour à Minneapolis les manifestants portaient une affiche «  Trump est russe  » contre le président américain, tout ce qu’ils voulaient dire était que Trump est le mal absolu à l’état pur.

Il s’avère qu’à l’ère de l’information, les sociétés de notre monde avancées dans ce domaine ne sont pas motivées par une analyse rationnelle des faits réels. Non, au lieu de cela, de simples images archétypiques fonctionnent avec succès : des vierges pures, des Gandalf et des Dumbledore, mettant en échec les plans secrets de l’Ennemi, et, en fait, l’Ennemi lui-même (c’est nous).

Si on appelle les choses par leur nom, cela ne veut dire qu’une chose. « L’image du monde » dans les pays que nous considérons habituellement comme avancés, est écrite maintenant selon les standards datant d’il y a mille ans. Et si ces standards ne correspondent pas à la réalité, ce n’est pas un problème. La réalité, presque identique à la nature, peut maintenant être construite simplement à partir de l’avis d’un expert et demi et de quatre rapports.

Et cela signifie pratiquement deux choses. Ou bien les élites des principaux pays occidentaux vivent dans la réalité, et nourrissent leurs peuples d’un bon vieux mythe avec des orcs et des elfes. Dans ce cas, ils construisent une anti-utopie plutôt sombre pour leurs peuples.

Ou bien les élites des pays occidentaux avancés vivent dans le mythe qu’elles diffusent. Alors, elles ne pourront plus se considérer comme avancées encore bien longtemps – parce que la réalité bat toujours le mythe.

Viktor Marakhovski

Note de la traductrice : Cette analyse rejoint celle que j’avais faite il y a un an et demi en arrière sur le caractère irrationnel et littéralement subconscient de la réaction de l’Occident face à la Russie.

Source : RIA Novosti
Traduction par Christelle Néant pour Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

53 réactions à cet article    


  • pemile pemile 16 octobre 2019 18:32

    @Traroth « Cela dit, après 20 ans dans le monde informatique, je suis pas mal revenu de l’idée d’épanouissement dans le travail »

    C’est pourtant un domaine professionnel dans lequel on ne se repose jamais sur ses lauriers !


  • Traroth Traroth 16 octobre 2019 18:37

    @pemile
    C’est surtout un monde de requins où le boulot est souvent répétitif et peu intéressant.


  • pemile pemile 16 octobre 2019 18:43

    @Traroth « C’est surtout un monde de requins où le boulot est souvent répétitif et peu intéressant. »

    Pas du tout d’accord, pour ce qui concerne le logiciel libre !


  • Traroth Traroth 16 octobre 2019 18:46

    @pemile
    Vous arrivez à vivre en écrivant du logiciel libre ? Moi, je fais ça en dehors du boulot...


  • pemile pemile 16 octobre 2019 18:50

    @Traroth « Vous arrivez à vivre en écrivant du logiciel libre ? »

    Oui, depuis 30 ans, avec un salaire bien inférieur à celui que vous avez donné mais sans stress.

    PS : A suivre sur un autre fil ?


  • Traroth Traroth 16 octobre 2019 18:58

    @pemile
    A l’occasion, ça pourrait être intéressant.


  • roman_garev 15 octobre 2019 09:15

    Deux « trolls guettants » s’emparent de leur proie.

    Évidemment et comme toujours, sans aucune relation au thème de l’article, auquel ils ne sont guère capables d’objecter.


    • roman_garev 15 octobre 2019 09:40

      @exol
      Mais qui dit dans l’article que les occidentaux haissent la Russie ?
      C’est vous qui le dites, et vous-même vous vous réfutez.
      Une belle astuce trollesque...


    • JL JL 15 octobre 2019 09:22

      Excellent article. Excellente conclusion.

       
      Je voudrais souligner ça : ’’Quand l’autre jour à Minneapolis les manifestants portaient une affiche « Trump est russe » contre le président américain, tout ce qu’ils voulaient dire était que Trump est le mal absolu à l’état pur.’’

       

      Trump ayant été élu par la moitié de la population, cela signifie que l’opinion de ce pays est gravement divisée en deux parties égale et réciproquement hostiles. J’y vois le résultat de la désastreuse politique du « diviser pour régner ». Cette politique, disons plutôt cet aveuglement, pourrait bien à court terme, mener les pays occidentaux à leur perte.

       

      ps. qu’est qu’une « menace de ragnarök » ?


      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 15 octobre 2019 11:49

        @JL
        Ils détestent Trump parce qu’il a été élu par « les déplorables » pour mener une politique isolationniste, comme ce fut le cas dans d’autres périodes aux USA.

        Pour tous les mondialistes et autres fous de guerre, c’est le mal absolu.
        Et pour les Américains, le mal absolu, ce n’est pas l’Arabie Saoudite ou la Turquie, c’est la Russie ! Ce qui en dit long sur le bourrage de crane.


      • roman_garev 15 octobre 2019 12:43

        @JL
        Si on parle de M. Trump, suite à trois opérations géopolitiques brillantes (celles de l’abandon de l’Ukraine et de la Syrie et de sanctions contre la Turquie la poussant vers la Russie, hors du soi-disant monde civilisé) ce brave gars a obtenu le grade du maréchal.


      • Christelle Néant Christelle Néant 15 octobre 2019 12:45

        @JL
        Le ragnarök pour faire court (et très approximatif) c’est la « fin du monde » (bon en fait fin d’un monde) vue par la mythologie nordique https://fr.wikipedia.org/wiki/Ragnar%C3%B6k


      • JL JL 15 octobre 2019 13:09

        @Christelle Néant
         
         merci


      • François Vesin François Vesin 15 octobre 2019 15:03

        @Fifi Brind_acier
         ...Pour les américains, le mal absolu, c’est la Russie...
        Vous parlez ici des 5% qui sont capables de la situer sur une carte !

        Mais pour les anglais, c’est encore bien pire... !!!
        https://lesmoutonsenrages.fr/2019/01/14/pourquoi-la-russie-est-la-bete-noire-dans-le-monde/#more-118270


      • Ruut Ruut 15 octobre 2019 09:40

        La Russie est Appréciée par le Peuple, moins par les médiats aux ordres du gouvernement qui lui est soumis a l’UE qui elle est soumise aux USA.


        • Parrhesia Parrhesia 15 octobre 2019 10:32

          @Ruut
          Qui est soumise aux USA
            et à quelques autres collègues !!!


        • Captain Marlo Fifi Brind_acier 15 octobre 2019 12:01

          Je crois que la haine avec laquelle les pays occidentaux poursuivent la Russie, vient des USA et des théories de Mac Kinder et Bzrezinski, qui rêvent depuis plus d’un siècle de mettre la main sur la Russie, et surtout ont peur qu’elle s’allie avec d’autres pays.

          Leur hantise s’appelle EURASIA. Et c’est ce qui est en train d’arriver, l’alliance entre la Russie, la Chine, l’ Inde, le Pakistan, l’Iran, la Syrie, et plus si affinités...


          « Le grand Echiquier » de Bzrezinski.

          "Mackinder au début du siècle avait tracé déjà ce que nous avions vu plus haut développé par Brzezinski, à savoir que « qui gouverne l’Europe de l’Est domine le heartland, qui gouverne le heartland domine l’île-monde, et qui gouverne l’île-monde domine le monde » (le heartland étant le coeur continental l’ Ukraine par exemple). L’Amérique suit donc cette voie pour parvenir au maintien de son rang."

          Ben... c’est raté !


          • San Jose 15 octobre 2019 12:03

            J’aurais voulu peindre mon ULM aviomorphe tout blanc avec des étoiles rouges, pour qu’il ressemble à un MiG-3. Mais avec la récente condamnation européenne des crimes du communisme, je risque des ennuis pour usage public de ses symboles. 


            • av88 av88 15 octobre 2019 12:21

              @San Jose

              Avec 12 étoiles d’or en forme de cercle sur fond bleu, c’est les défenseurs de la laïcité qui se seraient révoltés.


            • yapadekkoaqba yapadekkoaqba 15 octobre 2019 12:57

              Les appréciations souvent négatives des occidentaux ? Si c’est d’après Le Monde, BFM ou tant d’autres.....


              • skirlet 15 octobre 2019 15:51

                @yapadekkoaqba
                Hélas, ça ne se limite pas au « Monde » et consorts. Il y en a pas mal de quidams qui ont la vision insufflée par les me@dias.


              • Emohtaryp Emohtaryp 15 octobre 2019 14:27

                Certains psychopathes « élitistes » bons pour l’asile rêvant encore à une opération « Barbarossa 2.0 », la « détestation » du monde Russe n’est juste qu’une orchestration de propagande par la doxa médiatique et leurs commanditaires oligarchiques pour des raisons que vous avez parfaitement évoquées dans cet article....

                Lavage de cerveau façon Goebbels mais presque totalement inefficace en réalité !


                • Captain Marlo Fifi Brind_acier 15 octobre 2019 19:27

                  @Emohtaryp

                  Lavage de cerveau façon Goebbels mais presque totalement inefficace en réalité !

                  En parlant d’efficacité, une étude vient d’être faite sur les conséquences des sanctions anti russes.

                  ".. les sanctions décrétées par 37 pays dont les États-Unis, le Japon et les 28 Etats membres de l’UE représentent un manque à gagner commercial de 4 milliards de dollars par mois supporté presque à parts égales par la Russie (52%) et les pays qui ont introduit les sanctions (48%). Mais l’Union européenne est la principale concernée avec 92% des pertes des pays ayant introduit les sanctions, soit un manque à gagner mensuel de près d’un milliard et demi d’euros.(...)

                  Mais parmi les Etats membres, il en est un qui a particulièrement souffert, l’Allemagne, selon l’étude des deux chercheurs qui lui attribuent 38% des pertes des pays associés aux sanctions contre la Russie. (...)


                • roman_garev 15 octobre 2019 14:57

                  Si l’Occident (plutôt ses maîtres) n’aime pas la Russie, l’Orient l’estime jusqu’à s’incliner.

                  Je ne parlerai pas de l’Arabie Saoudite (que vous n’aimez pas trop) que Poutine a visitée hier, ayant reçu là-bas un accueil royal. 

                  Aujourd’hui il est en visite aux Émirates qui ont fait tout, paraît-il, pour dépasser les Saoudes. Jugez vous-même :

                   le ciel tricolore au-dessus d’Abou-Dabi ;

                   le cortège accompagnant l’Aurus de Poutine ;

                   les cheïks à la rencontre de Poutine au Palais Qasr Al Watan ;

                   la grande salle du Palais....


                  • Captain Marlo Fifi Brind_acier 15 octobre 2019 19:34

                    @roman_garev
                    Bilan de la visite de Poutine aux Émirats, outre des accords sur l’ OPEP :

                    "Le Fonds d’investissement direct russe (RDIF), le groupe industriel saoudien SABIC et le russe ESN Group ont décidé d’investir dans la conception, la construction et l’exploitation d’une usine de liquéfaction de gaz en Extrême-Orient russe, dans la région de l’Amour. L’usine devrait avoir une capacité annuelle pouvant atteindre deux millions de tonnes, selon le RDIF.

                    RDIF, le Fonds d’investissement public saoudien (PIF) et le groupe d’investissement allemand KGAL sont, en outre, convenus d’investir 600 millions de dollars dans la création de Roal une co-entreprise de leasing d’appareils aériens en Russie. PIF, participera aussi à un investissement d’une valeur 300 millions de dollars dans NefteTransService (NTS), principal opérateur de fret ferroviaire russe, essentiellement tourné vers le transport d’hydrocarbures.

                    RDIF, PIF et la première entreprise pétrolière mondiale, Saudi Aramco, ont également signé des protocoles d’accord pour acquérir une participation de 30,76% dans le russe Novomet, qui est l’un des principaux producteurs d’équipements submersibles dans le pétrole.

                    La Russie et l’Arabie saoudite ont, en outre, prévu l’accroissement de leurs échanges en produits agricoles et alimentaires. Les deux parties ont signé un mémorandum prévoyant l’accroissement des livraisons russes de céréales, légumineuses, de bétail, et d’herbes fourragères, en échange de produits de la pêche et de fruits.

                    Dans le même temps, une déclaration d’intention a été signée entre la société spatiale russe Roscosmos et la Commission spatiale saoudienne sur la coopération en matière de financement de l’exploration spatiale et du système mondial de navigation par satellite GLONASS.

                    Au cours des quatre dernières années, les échanges commerciaux et le nombre de projets communs ont augmenté entre la Russie et l’Arabie saoudite. Le partenariat entre les fonds souverains russe et saoudien a débuté en 2015. Selon le RDIF, 10 milliards de dollars de capitaux à long terme ont été attirés par l’économie russe et plus de 30 projets conjoints sont actuellement mis en œuvre."


                  • skirlet 15 octobre 2019 15:49

                    Je conseille (une fois de plus smiley ) la lecture du livre fort instructif de Guy Mettan

                    « Russie-Occident, une guerre de mille ans : La russophobie de Charlemagne à la crise ukrainienne ». Très bien documenté, très intéressant, et qui explique pas mal de choses en tout cas, j’ai trouvé des réponses à plusieurs questions... Et non, je ne suis pas payée pour lui faire de la pub smiley


                    • Guy19550 Guy19550 15 octobre 2019 20:32

                      Bof, faut pas essayer de plaire aux autres, l’essentiel est que les russes sont contents et heureux d’appartenir à la Russie. Il n’y a aucun problème à signaler en relation avec cela, sauf peut-être l’ingérence régulière des occidentaux en Russie et dans les pays de l’ex URSS. Il viendra bien un moment où les occidentaux iront trop loin et recevront des missiles sur la patate, j’en suis convaincu.


                      • eau-du-robinet eau-du-robinet 15 octobre 2019 21:10

                        Bonjour,

                        .

                        La propagande anti-russe est mise en place par des think tank américain et anglo-saxon.

                        .

                        Quelques jours avant la provocation ukrainienne en mer d’Azov, le site Anonymous révélait l’existence d’une organisation du nom de «  Integrity Initiative  », soutenue par le gouvernement britannique, et engagée dans une vaste opération de « guerre psychologique » contre la Russie. Le 26 novembre 2018 à Paris, en marge de sa conférence de presse commune avec son homologue français Jean-Yves Le Drian, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, a déclaré : « Si les documents rendus publics s’avéraient vrais, (…) alors il s’agirait de désinformation propagée dans des États souverains, financée par le gouvernement britannique, (…) avec pour objectif de dégrader l’image publique de la Russie  ».

                        https://solidariteetprogres.fr/chroniques-strategiques/integrity-initiative-Londres-propagande-antirusse-Ukraine.html
                        .
                        Les agents d’influence sont composés de politiciens locaux, journalistes, personnels militaire, scientifiques et universitaires, tous ayant invariablement des profils russophobes. On trouve parmi eux l’Américain Ian Brezinski (le fils de Zbigniew), un membre de l’Atlantic Council, l’un des think tank américains les plus virulemment anti-russe – il prône notamment l’exclusion complète de la Russie du système financier et monétaire occidental, ainsi que l’armement de l’Ukraine et son entrée dans l’OTAN. On trouve également l’Allemand Klaus Naumann, un ancien haut responsable de l’OTAN qui avait ouvertement appelé un jour à une attaque contre la Russie dans l’Arctique ainsi que la soviétologue française Françoise Thom.


                        • roman_garev 15 octobre 2019 22:05

                          @eau-du-robinet
                          Bonjour,
                          Et pourtant tous ces efforts aboutissent au zéro. En Russie on s’en f... royalement de ces jappements impuissants. Et votre soi-disant « soviétologue » aurait dû changer sa profession archaïque il y a déjà 30 ans, elle s’est un peu attardée dans un trou des époques.


                        • Guy19550 Guy19550 15 octobre 2019 23:17

                          @eau-du-robinet

                          Pour l’Artique, le problème a été résolu récemment, ceux qui veulent passer par là doivent le signaler longtemps à l’avance et pour ceux qui veulent s’y aventurer autrement, y a un nouveau type de missile qui couvre la zone. L’Otan peut donc oublier les biceps de ce côté.


                        • skirlet 16 octobre 2019 00:13

                          @roman_garev
                          Ici, certains enragés qui hantent les plateaux télé sont souvent présentés comme « spécialistes de l’URSS et de Russie ». Y zont fait une ch’tite mise à jour dans leurs « titres » smiley


                        • JP94 16 octobre 2019 01:25

                          Il y a eu un article en Russie là-dessus. 

                          Une chose me frappe, moi. c’est le décalage entre la description apocalyptique de la Russie ici, que ce soit la période soviétique ( cf les manuels d’histoire ) ou la période mais curieusement pas la période Eltsine ou Gorbatchev, ni même tsariste  et ce que m’en disent mes nombreux amis ( et amies) russes.

                          Eux sont excédés par la russophobie délirante, alliée à un profond mépris du peuple russe, que masque le discours anti-Poutine.

                          Aucun des Russes que je connais ne soutient Russie Unie. Bon, certains disent « Vladimir », mais aucun ne décrit cet être assoiffé de pouvoir, dictateur omnipotent.

                          Ils critiquent la fin du socialisme, ça oui et de façon factuelle. Ils ont vécu une misère indescriptible, mais cette période-là correspond à la soumission à l’impérialisme américain et à ses supplétifs qui font semblant d’être indépendants.

                          Mais tout cela concerne le Pouvoir politico—économique, donc c’est un point de vue de classe, ce qu’il faut bien comprendre.

                          Le fondement de la russophobie est la guerre des classes.

                          Moi, j’habite non loin de l’avenue de Stalingrad et de l’avenue Lénine, plus Raymond Lefèvre , Henri Barbusse : mais seul des élus « de gauche’ se plaignent de ces noms ! 

                          Par contre, dans le 16ème, vous trouverez du Président Wilson, mais pas du Lénine. C’est bien une question de classe. 

                          Poutine n’a pas une politique sociale, mais ce n’est pas ça qui dérange les médias occidentaux. Par contre, sa politique est indépendante, et ça, ça dérange, car ça montre qu’on peut faire ce choix. 

                          Mais aussi, contrairement à la période tsariste la Russie possède ses richesses. Les Occidentaux, comme pour le Drang nach Osten du Reich, convoitent ses immenses richesses. D’où ce discours belliciste tant que la Russie ne cède pas. Mais elle se donne les moyens de ne pas céder.

                          Lorsque Madagascar refusa en 1894 un traité de »libre-échange" avec la France, que fit la France ? mais elle vota les crédits de guerre pour envahir le pays en 1896 et provoquant en réalité en quelques décennies 2 000 000 de morts dont une famine provoquée dans les années 20 en introduisant le virus de la cochenille et détruire la végétation donc l’élevage et la population. 

                          Les pays occidentaux sont restés les mêmes. Mais la Russie est plus puissante qye Madagascar.

                          Ne nous faisons pas d’illusions, s’il fallait tuer 2 millions de Russes pour accaparer les richesses de la Russie, l’Occident n’hésiterait et sortirait le même discours que pour Assad président élu, et plus populaire que Macron ! 

                          Corrompre un pourri comme Eltsine ou un faux-naïf comme Gorbatchev ( qui se faisait construire une luxueuse villa dans le 78 au moment de la Pérestroïka : avec quel argent ? ) est une chose, corrompre Poutine, en est une autre. Alors le salir, ça , c’est facile. 

                          Seulement, tuer 2 millions de Russes ne peut se faire impunément. Alors on mène une guerre diplomatique très irresponsable : il n’y a pas d’équivalent à Lavrov en occident. 

                          Evidemment, trop de gens se laissent convaincre par un discours asséné en permanence sur nos médias... on ne peut plus penser autrement. A moins de s’informer par d’autres canaux.


                          • skirlet 16 octobre 2019 01:39

                            @JP94
                            La russophobie a commencé bien avant l’URSS et l’Empire russe.


                          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 octobre 2019 09:50

                            @JP94
                            s’il fallait tuer 2 millions de Russes pour accaparer les richesses de la Russie, l’Occident n’hésiterait et sortirait le même discours que pour Assad président élu, et plus populaire que Macron ! 

                            Voui..., mais ce n’est plus possible, à moins de glacifier Moscou et en retour de voir glacifié Washington à coup de bombes atomiques...
                            Ils sont très cons au Pentagone, mais ils tiennent à leur peau.

                            La Russie a mis au point des armements défensifs qui ont 20 ans d’avance sur les USA, et qui coûtent très moins cher que les armement offensifs US.

                            Et cela a commencé à se voir dès 2013, quand les Américains ont voulu bombarder la Syrie, et qu’ils n’arrivaient pas à situer les radars syriens, préalable à toute attaque. « Echec et Obamat en Syrie ».


                          • Christelle Néant Christelle Néant 16 octobre 2019 16:26

                            @kimonovert
                            Allez un exemple qui prouve que vous racontez n’importe quoi (en 1878 la Russie n’était pas communiste que je sache) https://www.alamyimages.fr/caricature-politique-italien-montre-une-carte-de-l-europe-et-le-proche-orient-a-la-fin-de-la-guerre-russo-turque-avec-la-plupart-des-pays-comme-personnifiee-de-figures-humaines-la-principale-exception-etant-la-russie-qui-est-un-grand-poulpe-suivie-par-la-grece-comme-un-crabe-a-grignoter-le-bras-droit-de-turquie-qui-est-pris-par-les-tentacules-de-la-pieuvre-image234741393.html
                            Et vous faites partie de ceux qui ne comprennent pas que la majorité des Russes soutiennent leur président. C’est pas parce que Macron a un taux d’approbation merdique que c’est le cas de tous les dirigeants dans le monde. En Russie le peuple soutient son président à une très large majorité. Donc san confondre les deux, le plus souvent ce qui est reproché à Poutine c’est soit du grand n’importe quoi propagandiste, soit les qualités que le peuple russe appércie en lui. Et donc cracher sur ces qualités c’est cracher aussi sur le peuple russe qui porte ces qualités et ces valeurs.


                          • Christelle Néant Christelle Néant 16 octobre 2019 16:51

                            @kimonovert
                            Pas de chance pour vous la gamine a 40 ans, bientôt 41, et a bourlingué sûrement plus que vous. Les attaques ad hominem sont interdites sur Avox. La diffamation aussi. Ciao.


                          • arthes arthes 16 octobre 2019 16:52

                            @kimonovert
                            On ne confond pas le peuple et ses dirigeants

                            Pour ce qui est de la période tsariste, on peut en effet penser qu’ il y avait le peuple russe ET le tsar qui était la « de droit divin » et qui voulait (jusqu’a l’avant dernier tsar) maintenir un système féodal que même la jeunesse aristocratique russe finissait par exécrer (les décembristes, inspirés parles idées de la révolution française et durement réprimés sous le règne du tsar Nicolas 1er ), mais Poutine lui a été élu, et s’il est toujours élu c’est que les russes lui trouvent des qualités pour gérer ce grand pays et qu’il est le plus apte apte à les représenter.
                            (pour faire court).


                          • skirlet 16 octobre 2019 18:02

                            @kimonovert
                            Ce que je dis n’est point un argument mais une constatation, d’autant plus vraie ces dernières années.
                            La russophobie ne France est bel et bien existante, mais je ne vais pas vous recopier ici le livre de Guy Mettan ; d’ailleurs, certains textes mentionnés dans ce livre, je les ai lus.
                            Хрущёв c’est plutôt Khrouchiov en français, mais sûrement pas Kroutchev.
                            Je n’ai point parlé sur ce fil du patriotisme russe, pour moi c’est une évidence qui n’a pas besoin être mise en avant.
                            « On ne confond pas le peuple et ses dirigeants ! » ce n’est pas entièrement faux, mais les tentatives occidentales d’opposer le peuple et ses dirigeants sont ridicules.


                          • eric 16 octobre 2019 12:14

                            J’avais été invité au MGIMO, ( une sorte d’IEP ENA russe) il y a 15 20 ans, sur le thème, « pourquoi les médias occidentaux ne nous aiment pas ». A l’époque, les amours et désamours en question étaient largement dû au passé soviétique. Nos médias étaient et restent « progressistes ». Il ne pouvaient pardonner à l’Urss de les avoir trahi.

                            D’avoit déconsidéré le socialisme.

                            Paradoxalement, cela reste vrai aujourd’hui.

                            L’organisation russe est restée assez « socialiste réelle », en ce qu’elle est marquée par un interventionisme d’Etat tres tres fort, un Etat omnipresent et autoritaire. Nos lilis et bobos sont pour beaucoup d’impôts et le laisser faire laissser passer. En Russie le politique controle l’etat. La reforme administrative russe fait rever.... pour une démarche, si on attend plus d’ un quart d’heure on offre le café. Je n’ais jamais réussi à avoir le café gratos. En France, toutes les réformes adminkstratives s’enlisent. L’administration attebd le Ministre suivant à coup de force d’inertie agissante. Les administrations dominent le politique a tous les niveaux, à commencer par le personnel. Les elus sont souvent des fonctionnaires. En revanche, sur le plan du « socialisme formel », c’est à dire le « sociétalisme », tous ce qui reste du social à gauche avec les impôts et le racket sur la société, La Russie refuse de s’incliner devant les dictats occidentaux, parce que le pouvoir cherche l’approbation du peuple, justement et notamment, dans ces domaines qui ne lui coute pas cher. Comme chez nous, la population est largement hostile aux lubies du genre interdire de dire mesdames messieurs sur Air Canada, pour ne pas faire souffrir le 1 transgenre sur 23 airbus A320 (il y aurait 4000 transgenres en France et un airbus contient 186 passagers).

                            Il n’est pas exclu qu’il subsiste aux Etats Unis, quelques vieux militaires grincheux conservateurs et républicains resté à la guerre froide. Mais ils n’ont pas plus accés aux médias que les autres réacs.

                            Les délires anti russes des médias progressistes sont, pour moi, toujours lié au fait que l’existence de ce pays apporte un démentit à leurs certitudes.

                            Il faut dire aussi que les anti russes partagent en géneral avec les pro russes, une méconnaissance assez exceptionelle de la Russie réelle.....


                            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 octobre 2019 13:34

                              @eric
                              L’économie chinoise est bien plus étatiste que la Russie, et pourtant, il n’y a pas de chinophobie dans les pays occidentaux... !!


                            • skirlet 16 octobre 2019 18:03

                              @eric
                              Merci, votre commentaire est plein de bon sens.


                            • eric 16 octobre 2019 19:30

                              @Fifi Brind_acier
                              A gauche, les gens sont complètement dans les superstructures idéologique et très éloignés des infrastructures et du réel. Les apparences quoi. Ainsi,presque tous les violeurs façon me too était des gens de gauche féministes .Le patron chinois est formellement communiste, donc socialiste, et il ne se fait pas adouber par le patriarche de toutes les chines. Pour un progressiste, cela suffit à faire la différence entre l’acceptable et l’inacceptable. Les chinois n’ont pas, eux, renié l’idéologie commune. de la même façon vous remarquerez que les accusation en matière d’écologie sont plus sévères concernant la Russie que la Chine, pourtant polluant beaucoup plus.


                            • Guy19550 Guy19550 16 octobre 2019 12:39

                              Et pendant ce temps, entre deux bombardements dans les républiques, on rigole encore avec le FMI.

                              IMF : Le principe est toujours le même et il y en a deux d’application pour l’Ukraine :
                              Le premier est d’augmenter artificiellement la croissance car cela permet de donner des sous. Le second principe est d’englober la situation d’échec antérieure dans un nouveau prêt plus important. Ce sont ces deux principes qu’il ne faut jamais perdre de vue car le monde occidental tourne avec cela.
                              https://www.reuters.com/article/us-ukraine-privatbank/ukraine-loan-talks-with-imf-stalled-over-privatbank-central-bank-idUSKBN1WQ20Q
                              Y a une délégation de terroristes de Kiev actuellement planifiée aux US pour décrocher le magot.


                              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 octobre 2019 13:35

                                @Guy19550
                                Le FMI veut aussi une taxe carbone mondiale !!
                                Ste Gréta devient le couteau suisse de la taxation.



                                • Guy19550 Guy19550 16 octobre 2019 22:30

                                  @Guy19550 et pour Christelle car c’est en fait la suite de son reportage antérieur.
                                  Les compliments ont du voler bas à Minsk mardi car les positions prises sont du type d’aller se faire f... :
                                  C’est a associer aux dialogues de Minsk du jour précédent et il y a d’autres liens sur le sujet :
                                  https://sputniknews.com/europe/201910161077060611-zelenskys-idea-to-dissolve-dpr-lpr-unexpected-for-other-normandy-four-participants---kremlin/
                                  https://dan-news.info/en/world-en/minsk-agreements-may-be-fulfilled-if-sick-ukrainian-authorities-are-disbanded-pushilin.html
                                  C’est évidemment bordélique et c’est dans ce bordel que le FMI doit placer des sous, sans doute une tranche pour commencer, mais cela pose un problème pour le remboursement des autres tranches à venir.



                                • Guy19550 Guy19550 17 octobre 2019 01:40

                                  Vous n’avez pas chomé car impossible selon moi d’écrire une telle tartine si peu de temps après mon dernier message. Non seulement vous avez bien fait de le faire, et je suppose que l’article viendra bientôt sur agoravox. Un point sur lequel je ne suis pas d’accord :

                                  « La meilleure solution (et la plus avantageuse) pour tout le monde est donc l’extension de cette renonciation à la totalité du territoire qui a voté le 11 mai 2014 pour sortir de l’Ukraine. La volonté populaire exprimée par les habitants du Donbass il y a cinq ans serait enfin respectée, la région retrouverait la paix, l’Ukraine aussi, la Russie n’aurait plus un conflit tiède à sa porte, plus de pression diplomatique pour appliquer des accords de Minsk inapplicables, et chacun irait vivre sa vie comme il l’entend. »

                                  Dit ainsi, ça passera jamais, l’Ukraine perdrait de trop. C’est ok pour moi d’englober l’entièreté du Donbass dans l’accord de Tarzan et cela peut nécessiter certaines concessions supplémentaires de la part des républiques. Mais si cela n’est pas possible, il n’y aura pas d’extention au Donbass entier et les républiques deviendront autonomes, en n’ayant que les territoires occupés.

                                  C’est le grand silence en Europe pour le moment sur les choses. Il est normal, vu ce que fait Kiev, de placer la barre très haut pour les républiques et je pense effectivement que c’est ce qui a été fait.



                                  • Christelle Néant Christelle Néant 17 octobre 2019 15:25

                                    @Guy19550
                                    J’avais commencé à l’écrire avant votre dernier message. Je suis l’information en continu par moi même smiley
                                    Concernant ma proposition, si si elle peut passer je vous explique comment. En parallèle de la préparation de la population au scénario chypriote ou plan B, des ultra-nationalistes font des déclarations (j’en ai vu passer une mais je ne retrouve plus le lien), disant que le Donbass est infecté par le virus pro-russe, et qu’en gros seule l’amputation peut empêcher la gangrène de tout le pays. Vous vous souvenez de la cruche néo-nazie qui parlait de ce qui s’était passé à Zolotoye, côté contrôlé par l’Ukraine ? Celle qui disait que les habitants leur ont dit de dégager à 20 km en arrière et que l’armée ukrainienne leur tirait dessus. Ben ce genre d’histoire va être ressortie pour prouver que garder cette zone sous contrôle de Kiev serait dangereux et qu’il vaut mieux l’abandonner pour éviter que le virus du séparatisme gagne toute l’Ukraine. Une fois ce délire avalisé par Biletski ca passera tout seul.


                                  • Christelle Néant Christelle Néant 17 octobre 2019 15:26

                                    @Guy19550
                                    Après je ne sais pas si la Russie va négocier cette extension. C’est juste mon analyse et ma proposition face à ce potentiel scénario chypriote.


                                  • MICHOU222 20 octobre 2019 16:36

                                    Si on regarde bien, il existe effectivement des « trolls » russes, la russie s’ingère bien dans la politique d’autres pays ( il n’y a qu’à voir l’ukraine ou la syrie), elle diffuse aussi très certainement des fakes news ( c’est vite fait !) et fait du piratage ou de l’espionnage informatique en général . RT et sputnik diffusent aussi des reportages plutot pro russes que le contraire ( je ne pense pas qu’on aurait les mêmes proportions d’articles « anti russes » sur RT que sur les autres medias) . Sans être au courant dans le détail il existe bel et bien un espionnage russe et ils doivent bien exécuter des cibles de temps en temps . D’ailleurs plusieurs journalistes ont très certainement été liquidés par le pouvoir (politkovskaia et pas mal d’autres)

                                    Ils développent aussi bel et bien des « super missiles » destinées à pouvoir menacer les occidentaux, poutine ne s’en cache pas et notre journaliste à d’ailleurs écrit des articles enthousiastes la dessus

                                    Mais bon, tous les pays qu’on appelle des puissances ont ce genre de pratiques et certains me semblent aujourd’hui au moins aussi doués .

                                    Dans ce jeu de pouvoir les dominants ne veulent pas de challengers et écrasent ceux qui s’élèvent, ou simplement se redressent, comme la Russie, qui a finalement exactement les mêmes pratiques que les autres .


                                    • skirlet 21 octobre 2019 01:03

                                      @MICHOU222
                                      « plusieurs journalistes ont très certainement été liquidés par le pouvoir »
                                      Highly likely, quoi. Sûr que la Russie a fait assassiner les Skripal (et les autres « cibles ») en choisissant les moyens les plus tarabiscotés et surtout destinés à se faire identifier immédiatement en tant que « tueur ». RT est d’une partialité crasse : au lieu de rejoindre les médias occidentaux et publier beaucoup d’articles antirusses, elle ose publier les articles qui ne jettent pas la boue sur la Russie... En plus, c’est le pays qui avait investi 5 milliards de dollars pour s’ingérer dans les affaires ukrainiennes. Les 15 hackers superpuissants ont fait élire Trump à la présidence étasunienne, provoqué le Brexit et les troubles en Catalogne, ainsi qu’unecrise de démangeaisons chez le chien préféré de la reine d’Angleterre. L’impertinence de ce pays est allé encore plus loin : il a fait avancer ses frontières vers les bases militaires étasuniennes, hautement démocratiques ! Et si, par le plus grand des hasards, vous avec une pensée furtive que la Russie n’est pas si horrible que ça, prenez garde : votre cerveau a été piraté !


                                    • arthes arthes 20 octobre 2019 18:59

                                      Bon, vu les raisons ; d’après des sondages à la con j’aime , j’aime pas la Russie, force est de constater ; dans un cas comme dans l’autre, c’est ; J’aime ou j’aime pas , Parce que je ne la connais pas et que je me fais mes projections avec mes images d’Epinal....Gnéééééé

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès