• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > OSCE – En un an, 70 personnes ont été victimes des mines dans le (...)

OSCE – En un an, 70 personnes ont été victimes des mines dans le Donbass

Hier, 4 avril 2019, à l’occasion de la journée internationale de la sensibilisation au problème des mines et de l’assistance à la lutte anti-mines, l’OSCE a fait un bilan des pertes humaines dans le Donbass dues à ces engins explosifs.

JPEG

C’est le nouveau chef de la mission de surveillance de l’OSCE en Ukraine, Ertugrul Apakan, qui a rappelé que malgré la signature des accords de Minsk qui prévoyaient le déminage de la région, de nouveaux champs de mines sont régulièrement installés, faisant peser des risques sur la population civile.

« Un accord visant à éliminer les mines et à mettre fin à la pose de nouvelles mines a été conclu à Minsk il y a des années », a déclaré M. Apakan. « Pourtant, les mines continuent de tuer et de détruire la vie des Ukrainiens des deux côtés de la ligne de contact, ne laissant aucun doute sur le fait qu’il faut immédiatement faire plus de déminage humanitaire. La MSS facilite les efforts de déminage, en particulier dans les zones entourant les écoles, les hôpitaux, les logements résidentiels et les points de contrôle d’entrée-sortie, dans les régions de Donetsk et de Lougansk, et se tient prêt à poursuivre son soutien dans l’avenir.  »

La MSS de l’OSCE a ensuite confirmé que durant les 12 derniers mois, au moins 70 personnes ont perdu la vie ou été blessées suite à l’explosion de mines, et de munitions qui n’ont pas explosé à l’impact. Parmi ces 70 victimes, 18 sont des enfants.

La médiatrice aux droits de l’homme de la République Populaire de Donetsk (RPD), Daria Morozova a complété ces chiffres en fournissant celui des victimes des mines et des munitions non explosées depuis 2016.

« Depuis 2016, 440 personnes ont été tuées ou blessées dans des incidents impliquant des mines ou des munitions non explosées  », a déclaré le bureau de la médiatrice aux droits de l’homme.

«  Parmi les victimes, se trouvent 21 enfants. Le registre est tenu depuis 2016. Il s’agit principalement d’incidents survenus dans les zones de première ligne de la RPD ou dans les villes qui ont connu les combats les plus violents », a-t-il ajouté.

Comme l’a souligné l’OSCE, outre les victimes civiles, les mines et les munitions non explosées nuisent également aux activités socio-économiques de base, restreignent les déplacements, entravent le relèvement et le développement de l’économie, et séparent les populations.

L’organisation a appelé à des efforts concertés pour déminer le plus rapidement possible le Donbass, et rappelé son soutien à l’élaboration d’une législation et d’une réglementation pour appuyer ces efforts, ainsi qu’au déploiement d’un système numérique de planification du déminage.

Puisse l’OSCE être entendue rapidement. Car chaque année de guerre rajoute encore plusieurs années de déminage à venir, et donc plus de victimes civiles potentielles.

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Guy19550 8 avril 00:36

    A dater de la fin de la guerre, il faut compter 10 ans pour enlever les mines et sécuriser les zones. On est loin de cela pour le moment. C’est un fait qu’il y a du déminage qui se fait mais dans le même temps, il y en a de nouvelles sans arrêt.

    C’est la triste réalité des choses.

    Personnellement je suis heureux de lire que les terroristes de Kiev se baignent dans leurs propres mines. Quand je vois que des enfants sont victimes de ces mines, je pleure, mais cela s’arrête assez vite. Quand la mine tue, c’est « bien » et on peut faire son deuil, mais quand elle ne tue qu’à moitié en laissant sur place un handicapé « à vie » c’est nettement plus dramatique. Je me permets de faire cette distinction qui est je pense assez horrible quand même, mais elle correspond à ce que j’ai dans mes pensées. Je suis un handicapé à vie, pas à cause d’une mine, mais d’une maladie. C’est un peu la raison pour laquelle je pense ainsi.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès