• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Pourquoi Poutine « autorise-t-il » Israël à bombarder la Syrie (...)

Pourquoi Poutine « autorise-t-il » Israël à bombarder la Syrie ?

Pourquoi Poutine « autorise-t-il » Israël à bombarder la Syrie ?

http://lesakerfrancophone.fr/pourquoi-poutine-autorise-t-il-israel-a-bombarder-la-syrie

Par le Saker – Le 18 janvier 2018 – Source The Saker


Informationclearinghouse a récemment publié un article de Darius Shahtahmasebi intitulé « Israel Keeps Bombing Syria and Nobody Is Doing Anything About It » [Israël continue de bombarder la Syrie et personne ne fait rien]. Suite à cette publication, j’ai reçu un courriel d’un lecteur, qui me pose la question suivante : « Poutine permet à Israël de bombarder la Syrie. Pourquoi ? Je suis troublé par les actes de Poutine – est-ce qu’il soutient discrètement l’entité sioniste ? J’apprécierais vos commentaires à ce sujet. J’ai aussi entendu – mais je ne suis pas en mesure de le confirmer – que les immigrants juifs en Palestine occupée sont les meilleurs persécuteurs des Palestiniens – il faut en faire beaucoup pour dépasser des gens comme Netanyahou. Merci de commenter. » Alors que dans son article, Darius Shahtahmasebi se demande pourquoi le monde ne fait rien pour arrêter les Israéliens (« Pourquoi l’Iran, la Syrie et / ou le Hezbollah au Liban n’ont-ils pas répliqué directement ? »), mon lecteur est plus précis et se demande pourquoi Poutine (ou la Russie) en particulier non seulement permet à Israël de bombarder la Syrie mais « soutient » même éventuellement l’entité sioniste.

Je vois souvent cette question dans des courriels et dans des commentaires, donc j’ai voulu traiter cette question aujourd’hui.

Premièrement, nous devons examiner quelques hypothèses importantes sous-entendues par cette question. Ces hypothèses sont :

  • Que la Russie peut faire quelque chose pour arrêter les Israéliens ;
  • Que la Russie devrait (ou est même moralement obligée de) faire quelque chose.

Permettez-moi d’abord de dire que je ne suis absolument pas d’accord avec ces deux hypothèses, en particulier la seconde. Prenons-les l’une après l’autre.

Hypothèse 1 : la Russie peut stopper les attaques israéliennes sur la Syrie

Comment ? Je pense que la liste des options est assez évidente. Les options russes vont de l’action diplomatique (comme les protestations et condamnations privées et publiques, les tentatives de faire passer une résolution au Conseil de sécurité de l’ONU) à l’action militaire directe (abattre un avion israélien, les « peindre » avec un radar d’engagement pour essayer de les effrayer ou, au moins, essayer d’intercepter des missiles israéliens).

Essayer de raisonner avec les Israéliens ou leur faire écouter l’ONU a été tenté par de nombreux pays depuis des décennies et s’il y a une chose qui ne fait plus aucun doute, c’est que les Israéliens se fichent totalement de ce que tout le monde dit. Donc leur parler n’est qu’un gaspillage d’oxygène. Et les menacer ? Effectivement, je pense que ça pourrait marcher, mais à quel risque et à quel prix ?

Tout d’abord, alors que j’ai toujours dit que les forces terrestres de l’armée israélienne sont assez mauvaises, ce n’est pas le cas de leurs forces aériennes. En fait, leur bilan est assez bon. Maintenant, si vous regardez où sont les défenses aériennes russes, vous verrez qu’elles sont toutes concentrées autour de Khmeimim et Tartous. Oui, un S-400 a une très longue portée, mais celle-ci dépend de beaucoup de choses, y compris la taille de la cible, sa section radar transversale, ses capacités de guerre électronique, la présence d’avions spécialisés dans la guerre électronique, l’altitude, etc. Les Israéliens sont des pilotes compétents qui ont une grande aversion pour le risque et sont donc très prudents dans ce qu’ils font. Enfin, les Israéliens savent très bien où sont les Russes et où sont leurs missiles. Je pense qu’on pourrait dire avec assez de certitude que les Israéliens veillent à garder une distance de sécurité minimale entre eux et les Russes, ne serait-ce que pour éviter tout malentendu. Mais admettons que les Russes aient eu la chance d’abattre un avion israélien – quelle serait la réaction probable d’Israël à un tel tir ? Dans cet article, Darius Shahtahmasebi écrit : « Est-ce parce qu’Israël aurait plus de 200 bombes nucléaires, toutes ‘pointées sur l’Iran’ et que l’Iran et ses alliés ne peuvent pas grand chose pour faire face à une telle menace ? ». Je ne vois pas les Israéliens faire usage d’armes nucléaires contre les forces russes, cela ne signifie cependant en aucune manière que les Russes, lorsqu’ils traitent avec Israël, ne devraient pas considérer le fait qu’Israël est une puissance nucléaire gouvernée par des mégalomanes racistes. Concrètement, cela signifie ceci : « La Russie (ou tout autre pays) doit-elle risquer un affrontement militaire avec Israël pour la destruction de quelques camions ou d’un dépôt d’armes et de munitions ? » À mon avis, la réponse évidente est « non ».

Alors que c’est le genre de calculs que les États-Unis ignorent tout simplement (du moins officiellement – d’où les bruits de sabre contre la RPDC), la Russie est gouvernée par un homme sain d’esprit et responsable qui n’a pas l’habitude de se lancer tête baissée dans un conflit, d’où la décision russe de ne pas riposter en nature quand les turcs ont abattu un SU-24 russe. Si les Russes n’ont pas exercé de représailles contre les turcs, ils ne vont assurément pas attaquer les Israéliens lorsque ceux-ci attaquent une cible non russe !

Il y a aussi des questions purement factuelles à considérer : même si certains systèmes de défense aérienne russes sont très avancés et pourraient abattre un nombre X d’avions israéliens, ils sont loin d’être suffisamment nombreux pour empêcher toute l’armée israélienne de les saturer. En fait, tant Israël que le CENTCOM ont tout simplement un tel avantage sur l’assez petit contingent russe qu’ils pourraient tous deux écraser les défenses russes, même s’ils pourraient subir des pertes au cours du processus.

Donc oui, les Russes pourraient probablement stopper une ou quelques attaques israéliennes, mais si les Israéliens décidaient de s’engager dans une campagne aérienne soutenue contre des cibles en Syrie, il n’y a rien que les Russes pourraient faire à moins d’entrer en guerre contre Israël. Donc là aussi un principe stratégique s’applique totalement : vous ne voulez jamais lancer un processus d’escalade que vous ne pouvez ni contrôler ni gagner. Dit simplement, cela signifie : si les Russes contre-attaquent, ils perdent et les Israéliens gagnent. C’est vraiment aussi simple que cela (les stratèges en chambre ne le savent apparemment pas).

Et cela demande un examen critique de la seconde hypothèse.

Hypothèse 2 : la Russie a le devoir moral de stopper les attaques israéliennes contre la Syrie

C’est celle qui me laisse le plus perplexe. Pourquoi quelqu’un penserait-il que la Russie doive une quelconque protection à quiconque partout sur la planète ? Pour commencer, quand quelqu’un est-il venu la dernière fois à l’aide de la Russie ? Je ne me rappelle pas que quelqu’un, au Moyen-Orient, ait proposé son soutien à la Russie sur la Tchétchénie, la Géorgie ou, d’ailleurs, en Ukraine ! Combien de pays du Moyen-Orient ont-ils reconnu l’Ossétie du Sud ou l’Abkhazie (et comparez cela avec le cas du Kosovo !) ? Où était l’« aide » ou l’« amitié » des musulmans pour la Russie lorsque des sanctions lui ont été imposées ou que le prix du pétrole a chuté ? Rappelez-moi exactement comment les « amis » de la Russie lui ont exprimé leur soutien pour, disons, le Donbass ou la Crimée ?

Quelqu’un peut-il m’expliquer pourquoi la Russie a une obligation morale avec la Syrie ou l’Iran ou le Hezbollah lorsque pas un seul pays musulman ou arabe n’a fait quoique ce soit pour aider le gouvernement syrien à lutter contre les takfiris ? Où est la Ligue arabe ? Où est l’Organisation de coopération islamique ?

N’est-ce pas un fait que la Russie a fait plus en Syrie que tous les pays de la Ligue arabe et de l’OCI réunis ?

D’où vient ce sentiment des Arabes et des musulmans du Moyen-Orient qui leur dit qu’un pays lointain, aux prises avec une masse de problèmes politiques, économiques et militaires qui lui sont propres doit faire plus que ce que font les voisins immédiats de la Syrie ?

Poutine est le président de la Russie et il est tout d’abord responsable envers le peuple russe à qui il doit expliquer toutes les pertes et chaque risque qu’il prend. Il me semble qu’il a absolument raison lorsqu’il agit d’abord pour défendre le peuple qui l’a élu et non quelqu’un d’autre.

En passant, Poutine a été très clair sur la raison pour laquelle il ordonnait une intervention militaire russe (très limitée) en Syrie : pour protéger les intérêts russes en tuant, par exemple des takfiris fous en Syrie pour ne pas devoir les combattre ensuite dans le Caucase et dans le reste de la Russie. À aucun moment et en aucune manière, un responsable russe ne s’est référé à une quelconque obligation de la Russie à l’égard de la Syrie ou de tout autre pays dans la région. C’est vrai, la Russie a soutenu le président Assad, mais ce n’était pas en raison d’une obligation envers lui ou son pays mais parce que les Russes ont toujours insisté sur le fait qu’il était le président légitime de la Syrie et que seul le peuple syrien avait le droit de le remplacer (ou de le garder). Et c’est bien sûr, dans l’intérêt national russe de montrer que contrairement aux États-Unis, la Russie soutient ses alliés. Mais rien de tout cela ne signifie que la Russie est maintenant responsable de protéger la souveraineté de l’espace aérien ou du territoire syrien.

En ce qui me concerne, le seul pays qui a fait davantage pour la Syrie que la Russie est l’Iran et, au lieu de montrer leur gratitude, les pays arabes « remercient » les Iraniens en conspirant contre eux avec les États-Unis et Israël. Hassan Nasrallah a parfaitement raison lorsqu’il traite tous ces pays de traîtres et de collaborateurs de l’Empire anglosioniste.

Il y a quelque chose de profondément immoral et hypocrite dans ces constantes pleurnicheries que la Russie devrait faire plus alors qu’en réalité la Russie et l’Iran sont les deux seuls pays à faire quelque chose de significatif (et le Hezbollah, bien sûr !).

Maintenant, permettez-moi d’aborder quelques questions fréquemment posées.

Question 1 : mais la Syrie, l’Iran et le Hezbollah ne sont-ils pas des alliés de la Russie ?

Oui et non. Objectivement oui. Formellement non. Ce que cela signifie est que tandis que ces trois entités ont des objectifs communs, elles sont également indépendantes et certains de leurs objectifs ne sont pas partagés par les autres. En outre, elles n’ont pas de traité de défense mutuelle et c’est pourquoi ni la Syrie, ni l’Iran ni le Hezbollah n’ont riposté à la Turquie lorsque les Turcs ont abattu le SU-24 russe. Même si certains pourraient être en désaccord, je dirais que cette absence de traité de défense mutuel formel est une très bonne chose ne serait-ce que parce qu’il empêche les forces russes ou iraniennes en Syrie de devenir des forces qui, si elles sont attaquées, exigeraient une réponse immédiate de l’allié. Dans une situation aussi dangereuse et explosive que celle du Moyen-Orient, le genre de souplesse conférée par l’absence de toute alliance formelle est un grand avantage pour toutes les parties impliquées.

Question 2 : cela signifie-t-il que la Russie ne fait rien ou même qu’elle soutient Israël ?

Bien sûr que non ! En fait, Netanyahou s’est même rendu à Moscou pour émettre toutes sortes de menaces et il est retourné à la maison sans rien (des sources russes rapportent même que les Israéliens ont fini par crier contre leurs homologues russes). Rappelons ici quelque chose qui devrait être évident pour tout le monde : l’intervention russe en Syrie a été une catastrophe absolue, totale et complète pour Israël (je l’explique en détail dans cet article). Si les Russes se souciaient le moins du monde des intérêts israéliens, ils ne seraient jamais intervenus en Syrie, pour commencer ! Cependant, cette politique russe au Moyen-Orient (ou ailleurs) ne signifie pas du tout que la Russie peut tout simplement ignorer la puissance très réelle des Israéliens, non seulement à cause de leurs armes nucléaires mais également à cause de leur contrôle de facto du gouvernement étasunien.

Question 3 : donc que se passe-t-il vraiment entre la Russie et Israël ?

Comme je l’ai expliqué ailleurs, la relation entre la Russie et Israël est très complexe et se situe à des niveaux multiples et rien entre ces deux pays n’est vraiment noir ou blanc. D’une part, il existe un lobby pro-Israël puissant en Russie, que Poutine a affaibli au fil des années, mais seulement par petites étapes. La clé pour Poutine est de faire ce qui doit être fait pour faire avancer les intérêts russes mais sans provoquer une crise politique interne ou externe. C’est pourquoi les Russes font certaines choses, mais plutôt tranquillement.

Tout d’abord, ils réhabilitent les défenses aériennes syriennes vieillissantes, non seulement avec des mises à jour informatiques, mais aussi avec du nouveau matériel. Ils forment aussi, évidemment, les équipages syriens. Cela ne signifie pas que les Syriens pourraient fermer leur ciel à l’aviation israélienne, mais que peu à peu, les risques d’attaquer la Syrie augmentent chaque mois. Nous ne le remarquons pas, mais j’ai confiance qu’une analyse soigneuse montrera que la valeur des types de cibles que les Israéliens attaqueront diminuera et diminuera encore, signifiant que les Syriens deviendront toujours plus capables de défendre leurs ressources les plus importantes.

Ensuite, il est assez évident que la Russie, l’Iran et le Hezbollah travaillent en synergie. Par exemple, les Russes et les Syriens ont intégré leurs défenses aériennes, ce qui signifie qu’aujourd’hui les Syriens peuvent « voir » beaucoup plus loin que leurs propres radars le leur permettraient. En plus, il faut considérer le nombre de missiles de croisière américains qui n’ont jamais atteint la base aérienne syrienne que Trump voulait bombarder : il est plus ou moins admis aujourd’hui que c’était le résultat des contre-mesures de guerre électronique russes.

Enfin, il est clair que les Russes « couvrent » politiquement le Hezbollah et l’Iran en refusant de les traiter comme des parias, ce qu’Israël et les États-Unis exigent depuis le début. C’est la raison pour laquelle l’Iran est traité comme un acteur clé du processus de paix soutenu par les Russes, tandis que les États-Unis et Israël ne sont même pas invités.

La vérité est simple : les Russes ne s’opposeront pas directement aux Israéliens, mais ce qu’ils feront est de renforcer tranquillement l’Iran et le Hezbollah, ce qui est non seulement plus sûr mais aussi plus efficace.

Conclusion

Nous vivons dans une société amochée et dysfonctionnelle qui, après des décennies de domination étasunienne, confond la guerre et l’agression avec la force, qui accepte implicitement l’idée qu’un « grand pays » est celui qui, régulièrement déchaîne sa violence et qui recourt toujours à la force armée pour riposter à une attaque. Je soutiens que les dirigeants russes et iraniens sont beaucoup plus raffinés que ça. Cela vaut aussi pour le Hezbollah, d’ailleurs. Vous souvenez-vous quand les Israéliens (avec la complicité évidente de certains membres du régime syrien, d’ailleurs) ont assassiné Imad Mughniyeh ? Le Hezbollah a promis de se venger, mais jusqu’à présent, presque dix ans plus tard, il ne l’a pas fait (ou du moins pas officiellement). Certains diront que les menaces du Hezbollah étaient des paroles en l’air – je ne suis pas du tout d’accord. Lorsque Hassan Nasrallah promet quelque chose, vous pouvez le tenir pour acquis. Mais les chefs du Hezbollah sont suffisamment sophistiqués pour riposter au moment opportun et à leurs propres conditions. Et pensez aux Iraniens qui, depuis la Révolution islamique de 1979, ont été dans la ligne de mire des États-Unis et d’Israël et qui n’ont jamais donné à aucun d’eux de prétexte pour les attaquer.

Lorsque vous êtes beaucoup plus puissant que votre adversaire, vous pouvez être stupide et répondre par la force brute, imbécile. Au moins à court ou moyen terme. Finalement, comme nous le voyons avec les États-Unis aujourd’hui, ce genre de stupidité agressive a l’effet inverse et finit par être contre-productif. Mais lorsque vous êtes plus petit, plus faible ou encore en train de recouvrer votre force potentielle, vous devez agir avec beaucoup plus de prudence et de finesse. C’est pourquoi tous les adversaires de l’Empire anglosioniste (y compris le Hezbollah, la Syrie, l’Iran, la Russie, la Chine, Cuba, le Venezuela) font tout leur possible pour éviter d’utiliser la force contre les Anglosionistes, même quand elle serait tout à fait méritée. La seule exception à cette règle est Kim Jong-un, qui a choisi une politique de menaces hyperboliques qui, bien qu’elle soit peut-être efficace (il semble s’être montré plus malin que Trump, du moins jusqu’à maintenant), est aussi très dangereuse et aucun des pays de l’Axe de la résistance ne veut y participer.



Les Russes, les Iraniens et le Hezbollah sont devenus « adultes » (en termes politiques), et Assad apprend très vite, et tous comprennent qu’ils affrontent un « singe avec une grenade à main » (cela s’applique totalement aux dirigeants israéliens et américains), qui combine une personnalité mauvaise, un tempérament emporté, un cerveau primitif et une grenade à main assez grande pour tuer tout le monde dans la pièce. Leur tâche est d’immobiliser le singe sans qu’il tire sur la goupille. Dans le cas des attaques israéliennes contre la Syrie, la responsabilité première de répondre d’une manière ou d’une autre incomberait soit à la cible des attaques (généralement le Hezbollah) soit au pays dont la souveraineté a été violée (la Syrie). Et tous deux pourraient, théoriquement, riposter (avec des missiles tactiques par exemple). Pourtant, ils ont choisi de ne pas le faire, et c’est l’approche sage et correcte. Quant aux Russes, ce n’est tout simplement pas leur affaire.

Addendum 1

Une dernière chose. Ne vous y trompez pas : la propension des Israéliens (et des Américains !) à recourir à la force comme substitut à la diplomatie est un signe de faiblesse et non de force. Plus précisément, leur usage de la force, ou sa menace, est le résultat de leur incompétence diplomatique. Alors que pour l’esprit non averti, l’usage systématique de la force peut apparaître comme l’expression de la puissance, l’histoire montre que la force brutale peut être vaincue lorsqu’elle n’est pas contestée directement, mais combattue par d’autres moyens. C’est, nécessairement, un processus lent, beaucoup plus lent qu’une « victoire rapide » (la plupart du temps tout à fait théorique), et néanmoins inéluctable. En termes purement théoriques, l’usage de la force peut grosso modo avoir n’importe lequel des autres résultats. Parfois l’usage de la force est vraiment la seule solution, mais je soutiens que le dirigeant politique sage ne recourra à elle que lorsque toutes les autres options ont échoué et lorsque des intérêts vitaux sont en jeu. Dans toute autres situation, « une mauvaise paix est préférable à une bonne guerre ».

Addendum 2

Contrairement aux hallucinations des néocons, la Russie n’est absolument pas une « URSS renaissante » et Poutine n’a aucun désir de reconstruire l’Union soviétique. En plus, il n’y a pas d’électorat significatif en Russe pour ce genre de plans « impériaux » (c’est vrai, il y a toujours quelques fous partout, mais en Russie ils sont, Dieu merci, une minorité impuissante). De plus, la nouvelle Russie n’est définitivement pas un pays « anti-USA » au sens où elle essayerait de contrer tout geste impérial ou hégémonique des États-Unis. C’est peut-être évident pour beaucoup, mais je reçois tant de questions sur la raison pour laquelle la Russie ne fait pas plus pour contrer les États-Unis en Afrique, en Amérique latine ou en Asie, que je pense qu’il est, hélas, toujours important de rappeler à tout le monde un principe de base du droit international et du bon sens : les problèmes du pays X doivent être réglés par le pays X. La Russie n’a, pas plus que les États-Unis, à « résoudre » les problèmes du pays X. En outre, les problèmes du pays X sont généralement mieux traités par les voisins immédiats de ce pays, et non par des superpuissances messianiques mégalomanes qui croient qu’elles devraient « projeter leur puissance » parce qu’elles sont « indispensables » ou parce que leur « destinée manifeste » leur a confié la « responsabilité » de « diriger » le monde. Toute cette terminologie n’est que l’expression d’une mentalité impériale pathologique et délirante qui a coûté à la Russie et à l’Union soviétique un prix effroyable en argent, en énergie, en ressources et en sang (par exemple l’intervention soviétique en Afghanistan a été justifiée par l’évocation du « devoir internationaliste » de l’Union soviétique et du peuple d’aider une « nation sœur »). Alors que ce genre d’absurdité est toujours 100% dominante dans les pauvres vieux États-Unis, elle est absolument rejetée dans la Russie moderne. Malgré toute la crédibilité personnelle de Poutine auprès du peuple russe, même lui ne pourrait pas s’en tirer en essayant d’intervenir militairement, encore moins contrôler la planète entière, à moins que les intérêts russes vraiment vitaux ne soient menacés (la Crimée a été un de ces très rares cas). Certains le déploreront, personnellement je m’en réjouis, mais la vérité est que « les Russes n’arrivent PAS ».

The Saker     

Cet article a été rédigé pour Unz Review

Traduit par Diane, vérifié par Wayan, relu par Cat pour le Saker francophone

Je reprends la parole pour en conclure que les Donbassites devront bloquer et défaire la prochaine grande offensive ukraïnienne qui va survenir au printemps avec leurs seules forces, devront faire du tir de contre-batterie sans aucun gadget nouveau, avec la seule aide aérienne de quelques drones. En pariant que les seuls avions d'attaques dont disposent encore les ukies sont des SU25 qui devront attaquer à l'altitude où ils pourront être atteints avec des missiles à l'épaule.


Moyenne des avis sur cet article :  4.57/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

108 réactions à cet article    


  • Jeekes Jeekes 8 février 18:58

    Tout cela est parfaitement exact !
     


    • Massada Massada 8 février 19:45

      Mercredi matin, l’aviation israélienne a frappé des bâtiments abritant des unités de développement, de fabrication et de stockage de missiles, situé à 6km au nord-ouest de Damas.

       
      Les images satellites montre la destruction quasi-totale des infrastructures.
      Des Syriens, des Gardiens de la Révolution iraniens et des miliciens libanais du Hezbollah faisaient partie de la protection de cette plateforme.
       
      L’Armée syrienne a affirmé qu’elle a intercepté les missiles et détruit la plupart d’entre eux.
       
      Ce qui est une déclaration fantaisiste, étant donné qu’elle ne dispose d’aucun moyen militaire possédant la capacité d’intercepter en vol des missiles des types utilisés par Israel dont la précision consiste en un point d’impact à moins de 30cm de l’objectif visé à 100km de distance.
       
      Il existe bien deux systèmes antimissiles performants S-400 installés sur le sol syrien, mais d’une part ils sont opérés par les russes qui ne désirent pas de confrontation avec nous et d’autre part nous possédons les contremesures nécessaires à neutraliser le système S-400.



      • keiser keiser 9 février 15:58

        @Massada

        qui ne désirent pas de confrontation avec nous

        C’est qui nous :
        Les sionistes ?
        Les juifs ?
        Les israéliens ? 
        Et est ce que tu inclus Eric Zemmour dans le nous ?
        Ou alors, parles tu simplement des habitants de la rue des Rosiers à Paris ?



      • lejules lejules 9 février 18:10

        @keiser

         apres recherche c’est le drapeau du kurdistan
        massada ville historique antique en Israel

      • keiser keiser 9 février 19:20

        @lejules

        Ah d’accord ...
        Massada est donc un Kurde déguisé en ... ?
        Ben oui, en quoi d’abord ?
        En fait il fait partie de ceux qui s’étaient perdus au pays d’Assur.
        Un juif errant, un ashkénaze quoi.
        Allez cela mérite une petite pensée pour Moustaki . smiley


      • eau-du-robinet eau-du-robinet 8 février 19:52

        Bonjour,
        .
        Pourquoi Poutine à laisse tomber Bachar ?
        Quelques hypothèses :
        https://www.courrierinternational.com/article/russie-syrie-retrait-des-forces-russes-pourquoi-une-telle-annonce
        .
        Syrie : Intérêts communs Israël Daesh Erdogan et USA ?
        http://www.gauchemip.org/spip.php?article25405
        .


        • Alren Alren 8 février 19:53

          Je ne pense pas qu’il est de l’intérêt des Russes d’accepter que Kiev écrase dans le sang les républiques autonome et commettent les crimes de guerre contre les civils qui s’ensuivraient.

          Les stratèges russes doivent réfléchir au moyen de transformer l’offensive si peu surprise de printemps des nazis de Kiev en échec cuisant sans donner prise à une accusation d’intervention directe.


          • JC_Lavau JC_Lavau 8 février 20:04

            @Alren. Je suis sans formation militaire, mais je lis. J’en conclus que dès à présent l’urgence est dans des moyens de tirs de contre-batterie. J’ai compris que c’est difficile, surtout sans moyens aériens d’acquisition puis de tir. J’attends d’en apprendre davantage.

            Pensant aux civils et aux familles des militaires, j’espère qu’ils trouveront, à temps.

          • V_Parlier V_Parlier 9 février 10:27

            @Alren
            Je pense que tout dépendra de la manière dont les médias européens (donc les dirigeants) traiteront l’intervention de « reprise du Donbass » par Kiev. Si la ligne ne change pas, les Russes seront accusés même sans rien faire. En revanche, en cas d’un quelconque retournement ou deal, l’attaque par Kiev peut être le prétexte pour changer d’avis. Ca évidement ce serait le meilleur cas, mais...


          • Alren Alren 9 février 12:48

            @JC_Lavau

            Comme je l’ai écrit dans un autre commentaire, la défense principale est à mon avis dans la création de champs de mines.

            Il est impossible à un bombardement aérien ou pas obus de les détruire toutes.

            Pour le déminage, il faut que :
            1) l’adversaire franchisse la frontière, devenant de facto l’agresseur.
            2) l’adversaire dispose de personnel spécialisé stationnant longuement sur zone pour cette dangereuse et très longue opération, personnel susceptible de recevoir des obus de contre-offensive.

            Bien entendu, il faut des milliers de mines qui doivent être fournies par la Russie et enterrées sans tarder.


          • JC_Lavau JC_Lavau 9 février 13:53

            @Alren. Il reste qu’il faut protéger les sapeurs contre les tirs adverses.

            Il reste aussi que le seul moyen de protéger les civils contre le pilonnage d’artillerie est d’avoir de la contre-batterie impitoyable. Plus vite dit que fait.

          • zak5 zak5 8 février 21:47
            Pourquoi voulez-vous que la Russie entre en guerre contre le seul pays en dehors du bloc soviétique qui parle russe ?
            Ce qui fait la force d’israel, c’est que c’est un pays qui a réussit a faire vivre ensemble des nationalités qui viennent de partout. Regardez par exemple les Bahaïs, ils sont persécutés dans tous les pays musulmans, considérés comme apostats, ils risquent la peine de mort s’ils osent être trop voyants, Israël leur offre leur lieu saint.


            Donc que les pays arabes et musulmans font l’inverse, ils réussissent même vider leur pays des communautés non musulmanes qui pourtant peuvent être considérés comme autochtones. Bientôt, il n y aura que des islamistes dans les pays arabes.

            C’est pourtant simple, les israéliens font se qu’ils veulent avec les pays arabes qui les entourent parce que ces pays sont nuls dans tous les domaines, sauf bien évidemment quand il s’agit d’ouvrir leur gueule dans le vent ou se taper dessus, là c’est les meilleurs 

            • V_Parlier V_Parlier 9 février 10:30

              @zak5
              « c’est un pays qui a réussit a faire vivre ensemble des nationalités qui viennent de partout ».
              -> Même si dans votre commentaire il y a du vrai, cette phrase là me fait tout de même sourire.


            • QAmonBra QAmonBra 8 février 22:31

              Merci @ l’auteur pour le partage.


              Excellente initiative d’avoir proposé cet article du non moins excellent « saker », dont j’apprécie particulièrement la parabole, car cela en est une, du singe et de sa grenade :

              (. . .) « et tous comprennent qu’ils affrontent un « singe avec une grenade à main » (cela s’applique totalement aux dirigeants israéliens et américains), qui combine une personnalité mauvaise, un tempérament emporté, un cerveau primitif et une grenade à main assez grande pour tuer tout le monde dans la pièce. Leur tâche est d’immobiliser le singe sans qu’il tire sur la goupille. » (. . .)

              Néanmoins, remplacer le terme « singe » par psychopathe me convient également.

              (. . .) « la propension des Israéliens (et des Américains !) à recourir à la force comme substitut à la diplomatie est un signe de faiblesse et non de force. » (. . .)

              Tour à fait exact, le fort conscient de sa force s’impose des règles, le criminel, comme le faible, n’en a aucune, pour eux la fin justifie tous les moyens, d’autant qu’ils considèrent toute contrariété et/ou opposition à leur égard comme une injustice.


              • JC_Lavau JC_Lavau 8 février 22:39

                @QAmonBra. Maxime applicable à m’Amie. 1,55 cm, 50 kg, et qui a fait le vide, par sa violence incorrigible.


              • QAmonBra QAmonBra 8 février 22:43

                @JC_Lavau


                Bonsoir ! 

                Excusez mon ignorance mais qui est m’Amie ?

              • JC_Lavau JC_Lavau 8 février 22:48

                @QAmonBra. Comprends-tu « m’ », m apostrophe ?


                Translittéré à tort au 16e siècle en « ma mie ».

                Même prononciation : « Mamie ! Ma pâte à modeler est trop moule ! Tu peux me la démollir ? »

              • Christian Labrune Christian Labrune 9 février 01:03

                Tour à fait exact, le fort conscient de sa force s’impose des règles, le criminel, comme le faible, n’en a aucune, pour eux la fin justifie tous les moyens, d’autant qu’ils considèrent toute contrariété et/ou opposition à leur égard comme une injustice.

                @QAmonBra
                Excellente définition du Palestinien criminel décérébré et dépourvu des règles morales les plus élémentaires. Muni d’un couteau de cuisine, il ira le planter dans le lard du premier passant qu’il rencontra, fût-il un(e) adolescent(e) ou une mère de famille. On voit ça tous les jours, en Israël. Quant aux réactions à la contrariété quand on leur tient tête et qu’on leur impose de voir, par exemple, que Jérusalem a toujours été et sera toujours la capitale d’Israël, c’est immédiatement des pleurnicheries et des gémissements, comme s’il s’agissait d’une injustice. C’est par exemple une terrible injustice que les Etats-Unis, qui les finançaient grassement, leur ôtent leur soutien dès lors qu’ils les voient se comporter comme des assassins. C’est que tout devrait leur être dû, à ces enfoirés.

                Conscient de sa force, Israël n’a jamais réalisé les grands massacres que les Palestiniens se sont proposés à chaque guerre d’infliger aux Juifs. Les 250 mille arabes restés sur place en 48 sont désormais 1.75 million, et ils ont les mêmes droits que tous les autres citoyens. Dans le même temps, plus de 800 mille Juifs installés dans les pays musulmans depuis des siècles auront dû fuir les persécutions. Pour ne prendre qu’un exemple : ils étaient 230 mille au Maroc en 45, il n’y sont plus cinq mille.

                Pour une fois, on est d’accord.


              • Christian Labrune Christian Labrune 8 février 23:53

                à l’auteur,
                Je n’ai jamais tant médusé qu’en lisant cet article qui paraît sorti de la propagande du Hamas ou du Parti de Dieu libanais à la botte de l’Iran.

                La Russie comme les états sunnites de la région : états du Golfe, Jordanie, Egypte, considèrent Israël comme un gage de stabilité face à la menace iranienne qui est rien moins qu’abominable et devrait le paraître également aux Européens s’ils étaient gouvernés par des gens qui eussent les yeux en face des trous et non par des avatars de Chamberlain. Il n’y a donc pas la moindre hostilité de Poutine à l’égard d’Israël. Il comprend très bien que Tsahal doive bombarder toutes les installations iraniennes en Syrie qui pourraient présenter un danger, et tous les transports de munitions sophistiquées en direction du Hezbollah. Les Russes contrôlent l’espace aérien de la Syrie, et les pilotes israéliens n’ont aucune difficulté à remplir leurs objectifs.

                Le gouvernement français qui crève de trouille à l’idée de heurter de front l’antisémitisme des banlieues se sera comporté plusieurs fois ces dernières années avec une lâcheté déshonorante, à l’UNESCO comme à l’ONU ; la dernière fois à la suite de la reconnaissance de Jérusalem comme capitale par les Etats-Unis. Nous vivons dans un pays crapuleusement antisémite, mais partout dans le monde, Israël a de puissants alliés qui ont depuis longtemps cessé de réciter une imbécile litanie propalestinienne qui est désormais en fin de course. Elle l’est même dans les états sunnites de la région où les décideurs craignent eux aussi la rue arabe fanatisée, mais préfèreraient pouvoir normaliser leurs relations politiques avec Israël quand les relations économiques le sont déjà plus discrètement.

                Bref, cet article est une suite de fantasmes et de contre-vérités ridicules. Israël est un pays pacifique. La douzaine de guerres auxquelles ce petit pays à dû faire face depuis 48 ont été des guerres d’agression, tout comme celle qui risque d’éclater dans les prochains jours du côté de Gaza et peut-être même du Golan. L’Europe et le monde civilisé en général n’ont pas de meilleur allié dans cette région pourrie du Moyen-Orient qu’Israël. Si Israël tombait, ce serait toute une Europe désarmée et affaiblie -particulièrement sur le plan politique et intellectuel- qui ne tarderait pas à s’effondrer elle aussi. Je plains ceux qui ne l’ont pas encore compris.


                • Christian Labrune Christian Labrune 9 février 00:02

                  ERRATUM
                  Je n’ai jamais ETE tant médusé. Il manquait le verbe. Excuses.


                • JC_Lavau JC_Lavau 9 février 01:26

                  @Christian Labrune. Je n’ai pas oublié qu’en 1956, David Ben Gourion a accepté d’attaquer l’Egypte, pour donner au corps expéditionnaire anglo-français le prétexte pour venir bombarder et envahir à leur tour.


                • Ben Schott 9 février 05:02

                  @Christian Labrune
                   

                  En même temps, quand on réfléchit comme une méduse...
                   


                • Shopi 9 février 07:28

                  @JC_Lavau
                  Réduire la guerre de Suez à ca dénote votre totale méconnaissance du sujet.

                  Et si....vous semblez oublier (« Je n’ai pas oublié »).... que son but était pour les israéliens de stopper les attaques de fedayns qui venaient d’Égypte.
                  Il y avait probablement d’autres buts à atteindre, mais les infiltrations de fedayns fin années 40 et années 50 ont fait beaucoup de ravages
                  Bien sûr pour l’auteur, les israéliens doivent se laisser massacrer sans broncher on l’avait bien compris smiley


                • QAmonBra QAmonBra 9 février 16:30

                  @Ben Schott


                  Vous n’êtes pas sympa avec les méduses et autres cnidaires, avec leurs centaines de millions d’année d’évolution, ces fantastiques animaux ont démontré une intelligence supérieure à certains humains ! . . .


                • Doume65 10 février 13:20

                  @Christian Labrune
                  « Il manquait le verbe. Excuses »
                  Le problème n’est pas ce que tu as oublié, mais ce que tu as écrit. C’est pour cela que tu devrais t’excuser.


                • mmbbb 11 février 16:19

                  @Ben Schott la réalité historique est plus complexe et particulièrement dans cette region dont les etats ont ete crées presque ex nihilo apres les accords de Sykes Picot Il est à rappelé que le premier etat juif aurait dû s implanter en Ouganda Le premier congrès sioniste (1897) fixa « Le projet Ouganda » . 


                • Ken_le_sous-vivant Ken_le_sous-vivant 9 février 01:31
                  Pourquoi Poutine « autorise-t-il » Israël à bombarder la Syrie ?

                  Parce que Poutine est la version douce du NOM. Il est celui qui utilise l’accord des peuples pour aller vers cette voie, il est très malin et subtil. Il s’érige en défenseur des opprimés et chef incontesté de la résistance à l’empire du moment.

                  Mais est-ce vraiment le cas ?

                  Certes il est patriote et défend les intérêts de son pays. Il a redressé la Russie et redonné aux Russes fierté et confiance. Il n’a pas peur de s’engager dans des voies complexes et difficiles et suit avec rigueur une ligne qu’il s’est fixée (ou qu’on lui a fixé ?!?). Il est le chantre du droit international et a montré sa capacité a être un grand Homme d’état qui écrit l’Histoire.

                  Mais derrière ce tableau idyllique où beaucoup de Français voient en lui une sorte de de Gaulle bis il y a aussi la dure réalité a accepter. Poutine est un parfait exécutant de la pensée dominante, mais à sa manière, tout en douceur et en finesse. Je vous rappelle qu’il ne remet absolument pas en cause la création monétaire privée ni l’accumulation de capital. La grande église-casino des pseudos élites vénales apatrides autrement appelée « la bourse » est toujours aussi florissante. Il a créé des outils financiers sur le modèle de l’empire du moment comme un concurrent au FMI.

                  Bref tout n’est pas rose au pays du chauffage à la vodka. Poutine est une épine dans le pied de l’oligarchie états-unienne mais pas pour l’oligarchie mondiale. Ils se battent tous avec les mêmes armes militaires et monétaires pour aller dans une même direction, celle de grands blocs ou agglomérats continentaux. Il entend bien devenir le maître incontesté d’Eurasia, au grand dam d’Océania et d’Estasia. Et si pour arriver à ce but il faut un peu dépecer la Syrie sur ses contours pour en tirer avantage sur l’échiquier géopolitique, il le fera.

                  Pour s’en convaincre il suffit de regarder comment les pauvres gens du Donbass souffrent atrocement... Alors que le problème de la Crimée a été réglé en 2 coups de cuillère à pot, le Donbass fait figure de foyer de purulence. Poutine aurait pu infliger une sévère, rapide et humiliante défaite à l’Ukraine, mais il ne l’a pas fait. Il utilise plutôt ce foyer à son avantage et pendant ce temps ce sont les civils du Donbass qui trinquent.

                  Poutine est un grand Homme d’Etat mais il ne faudrait pas trop l’idéaliser. Il faut conserver la tête froide pour analyser ce qu’il fait ou ne fait pas.


                  • JC_Lavau JC_Lavau 9 février 01:38

                    @Ken_le_sous-vivant. Expose quelle serait ta politique alternative, et quels seraient tes moyens.


                  • QAmonBra QAmonBra 9 février 01:32

                    @ Christian Labrune



                    (. . .) « Si on n’est pas sioniste dans notre pays aujourd’hui - et je le suis autant qu’on peut l’être - c’est qu’on n’est pas français. »(. . .)

                    Je ne saurais trop vous conseiller de choisir une seule chaise pour votre séant, faute de quoi je crains que votre langue sera désagréablement surprise par le poids de votre fondement ! . . .

                    • l' hermite Cyrus 11 février 16:04

                      @QAmonBra
                      @christian Labrune


                      « Si on n’est pas sioniste dans notre pays aujourd’hui - et je le suis autant qu’on peut l’être - c’est qu’on n’est pas français. » chlabrune

                      Incroyable de pouvoir écrire ça sans pouffer de rire tellement ca dissimule peut la haine du goy 

                      .... le français non sioniste nié dans sa citoyenneté Son droit le plus élémentaire .

                      Déchu même de toute origine française par des sioniste qui collabore a l’ oeuvre de déstabilisation d’ une puissance étrangère . 

                      C’ est vraiment la meilleur , cette négation des français et de leur droits , devrait être poursuivi devant les tribunaux , c’ est du pure zemmour même massada va rarement aussi loin .

                      la haine sioniste fait aussi partie du racisme anti-blanc elle n’ as rien a envier a celle des intégriste djihadiste musulman.






                    • papat 9 février 04:06

                      @Massada et christian labrune

                      d’après monsieur michel louis levy (administrateur de l’Insee)
                      Tableau 1. Population de la Palestine géographique 1800 –2000 (milliers) Année Juifs Chrétiens Musulmans Total a 1800   7  22  246  275 1890  43  57  432  532 1914  94  70  525  689 1922  84  71  589  752 1931  175  89  760 1 033 1947  630 143 1 181 1 970 1960 1 911  85 1 090 3 111 1967 2 374 102 1 204 3 716 1975 2 959 116 1 447 4 568 1985 3 517 149 2 166 5 908 1995 4 522 191 3 241 8 112 2000 4 969 217 3 891 9 310

                      • nono le simplet nono le simplet 9 février 04:14

                        7 22 246 275 1890 43 57 432 532 1914 94 70 525 689 1922 84 71 589 752 1931 175 89 760 1 033 1947 630 143 1 181 1 970 1960 1 911 85 1 090 3 111 1967 2 374 102 1 204 3 716 1975 2 959 116 1 447 4 568 1985 3 517 149 2 166 5 908 1995 4 522 191 3 241 8 112 2000 4 969 217 3 891 9 310

                        la vache ça fait un paquet !

                        • papat 9 février 04:27
                          @Massada et christian labrune
                          d’après monsieur michel louis levy (administrateur de l’Insee)
                          population palestine 1800 2000 ( en milliers )
                          année   juifs   chretiens  musulmans   total
                          1800      7      22         246       275
                          1890     43     57        432       532
                          1914     94     70        525       689
                          1922     84     71        589       752

                          le reste n’est que mensonge...

                          • Scuba 9 février 10:24

                            Autre hypothèse : laisser les israeliens bombarder la Syrie permet à Poutine de tenir Bachar en laisse. C’est une manière de lui dire « regarde, tiens toi bien car sans la Russie, tu ne peux pas rester en place ». Après ses victoire sur les Daeschiens, Bachar a en effet eu des velleités d’indépendance vis à vis de la Russie.

                            Ce bombardement israelien (et ce n’est pas le premier) est une opportune piqûre de rappel.



                            • JC_Lavau JC_Lavau 9 février 12:50

                              @Scuba. Tu confirmes avoir pleine connaissance que c’est bien israël qui est le maître d’oeuvre dans les guerres contre la Syrie.


                            • Scuba 9 février 12:54

                              @JC_Lavau

                              Ce n’est pas exactement la teneur de mon commentaire.
                              Israël a son propre agenda quand il bombarde des cibles en Syrie. Il se trouve que dans ce cas, cela sert aussi les intérêts russes.

                            • JC_Lavau JC_Lavau 9 février 13:48

                              @biquet. Abus signalé : totalement hors-sujet, consacré à la guerre à la personne.

                               
                              wikipedia, parlons en. Voir l’article dans la wp, consacré à calomnier Asma el Assad au maximum. En effet elle et lui osent résister au Grand israël et à la destruction de la Syrie qui en est un passage obligé.
                               
                              Sous l’honorable couverture de « Je fais une encyclopédie », wp est un organisme de propagande privé, doté d’une police secrète privée. Le centre intouchable de sa propagande est sioniste. 
                               
                              Ses autres propagandes forcenées sont avant tout pour avoir l’air d’incarner le progressisme. Propagande carbocentriste en premier lieu, propagande féminazie aussi, et d’autres encore que je ne lis plus.
                               
                              Oser corriger un de leurs mensonges les plus éhontés vous fait surveiller et bannir dans les vingt minutes. Ils sont comme ça, ces ayatollahs en meute. Bien entendu, toute correction non conforme à la propagande centrale a déjà été effacée.
                               
                              La wp propagande qu’au temps du roi Louis XV on connaissait le pH moyen des océans avec deux décimales exactes. J’ai consacré mon premier article sur Agoravox à cette fraude éhontée.

                              La wp continue de me servir comme carrière de sottises, notamment en physique quantique.

                              Leur « épreuve de réalité » et leur méthodologie scientifique se borne à ne pas être seuls à être pris les doigts dans le pot de confiture. Seule la wp française prétend que la contrafactualité « interrupteur du shabat » aurait été testée expérimentalement. La wp américaine est moins sotte sur ce point. Là aussi, j’ai publié, sur Agoravox inclusivement, que la manip est infaisable, de huit à neuf ordres de grandeur.

                              Il est également public que le comportement du pseudonyme « biquet » est expressément hors la loi sur tous les sites que je dirige : 
                              mais moi je fais respecter la charte.

                            • maQiavel maQiavel 9 février 14:07

                              Excellent article empreint de réalisme !




                              • alinea alinea 9 février 18:22

                                Quand le bon sens est à l’honneur, on ne peut qu’adhérer.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès