• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Préparation de la future offensive de Kiev contre le Donbass - Bataillons (...)

Préparation de la future offensive de Kiev contre le Donbass - Bataillons néo-nazis envoyés en première ligne et propagande de guerre

Pour mener à bien une offensive, comme celle que Kiev envisage contre le Donbass il vous faut principalement deux choses : des troupes en grand nombre, motivées et bien équipées, et une propagande de guerre efficace pour que la population civile suive le mouvement.

Le problème pour l’Ukraine est que les soldats de l’armée régulière sont loin d’être motivés, et encore plus loin d’être bien équipés. Et comme on a pu le voir dans la déclaration de la République Populaire de Donetsk (RPD) concernant les plans de la future offensive, certaines unités des FAU (comme la 128e brigade) ont refusé d’office d’aller au casse-pipe !

Le SBU a beau avoir fait le ménage et suspendu le commandant, le commandement ukrainien sait que cette unité et bien d’autres ne seront pas des plus motivées pour monter à l’assaut le moment venu. Car lors d’un assaut c’est la première ligne qui se prend tous les tirs de défense de l’ennemi, et qui essuie donc les plus lourdes pertes.

Pour trouver des soldats plus motivés, il faut aller chercher les bataillons spéciaux (c’est-à-dire ultra-nationalistes voir néo-nazis), ceux-là mêmes qui avaient remplacé l’armée régulière au pied levé en 2014, lorsque celle-ci refusait de tirer sur des civils.

Le plan d’attaque étant le même qu’en 2014, il semble que l’État-major ukrainien ait décidé de jouer le remake de 2014 jusqu’au bout, si on en croit les informations que nos collègues du projet WarGonzo viennent de rapporter aujourd’hui.

Leur reporter de guerre, Semion Pegov, a d’excellentes sources aussi bien au sein de l’armée de la RPD que de l’autre côté de la ligne de front, et celles-ci ont déjà démontré leur fiabilité. Et ce qu’ils ont rapporté aujourd’hui, c’est que d’énormes rotations sont en cours dans la zone du Donbass occupée par l’armée ukrainienne.

Ces informations ont été obtenues par observation des lignes ennemies avec l’aide de simples jumelles, et elles montrent qu’une rotation généralisée est en cours dans la zone de l’OAT. Les troupes régulières (FAU) sont amenées à l’arrière, et les bataillons spéciaux - Secteur Droit, Donbass, Aïdar, Azov, etc, sont envoyés en première ligne.

D’après les informations reçues en fin de journée, c’est en tout environ 2 000 nationalistes qui ont remplacé les FAU sur la ligne de front.

Près de Donetsk, c’est l’Armée de Volontaires Ukrainiens qui s’est installée à Avdeyevka, Peski et Krasnogorovka. Secteur Droit s’est installé pour sa part à Slavnoye en face de Yelenovka, et à Belaya Kamenka. Le 46e bataillon spécial « Donbass-Ukraine » s’est installé près de Gorlovka en renfort de la 54e brigade mécanisée des FAU, qui a été envoyée en deuxième ligne. D’ailleurs cette brigade comporte en son sein un bataillon ultra-nationaliste nommé « Rus de Kiev » mais qui est intégré à l’armée régulière.

Carte des rotations

Ces rotations ont lieu alors que Porochenko a annoncé dans le journal allemand Bild que la Russie pourrait provoquer une escalade dans le Donbass à tout moment, en guise de préparation psychologique des Européens à une reprise de la guerre. Je sais bien que plus un mensonge est répété et plus les gens ont tendance à y croire, mais là c’est vraiment trop gros pour passer.

Rien que le nombre de chars délirant qu’il annonce comme étant présents dans le Donbass (plus de 600 chars d’assaut, soit plus que l’armée allemande, sic), ne tient pas la route deux secondes face au manque de preuves en termes d’images satellites (600 chars ça ne se cache pas comme une Twingo volée, sans parler de la logistique et des hommes qu’il faut pour les faire fonctionner comme il faut, et qui eux aussi seraient plus que visibles).

Comme à l’accoutumée, Kiev essaye de rejeter par avance la faute de la reprise du conflit sur la Russie, alors que cette dernière n’a aucune force armée présente dans le Donbass. L’inversion accusatoire typique, enseignée par les patrons américains de Kiev.

Sur fond de préparatifs de l’offensive, l’expulsion de Mikheïl Saakachvili vers la Pologne laisse quelque peu pensif. Cette expulsion musclée peut s’expliquer par plusieurs hypothèses :

1) Il n’est plus utile pour faire pression sur Porochenko afin qu’il déclenche l’offensive contre le Donbass, puisque ce dernier aurait enfin plié devant les radicaux ukrainiens et les néoconservateurs américains et s’apprête à lancer l’attaque. Ces derniers ont alors autorisé Porochenko à se débarrasser de leur marionnette devenue inutile. La Géorgie en tout cas a l’air de tabler sur cette hypothèse, puisqu’elle est prête à envoyer une demande d’extradition de Saakachvili à la Pologne.

2) Porochenko a décidé d’outrepasser les consignes américaines (ou s’est fait manipuler par les Américains en recevant un feu vert officieux) et de se débarrasser de ce concurrent gênant une bonne fois pour toutes. Ce qui pourrait être un très mauvais calcul. Car après l’expulsion de Saakachvili, ses partisans sont allés manifester de manière assez violente devant l’administration présidentielle à Kiev. Et certains analystes comme Vitaly Koulyk craignent qu’en ayant fait cela, Porochenko n’ait radicalisé encore plus les mouvements de protestation à son encontre, l’éviction de Saakachvili laissant la place libre à des gens comme Semion Sementchenko, et à d’autres qui jusqu’ici refusaient de se joindre au mouvement à cause de la présence de Saakachvili.

Quoi qu’il en soit, Kiev continue sa route vers le chaos, celui de la guerre et de la déstabilisation interne totale, sur fond d’ultra-nationalisme grandissant.

Christelle Néant

Voir l'article sur DONi


Moyenne des avis sur cet article :  4.06/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • JC_Lavau JC_Lavau 13 février 18:46

    Les envoyer en première ligne et leur donner l’ordre d’attaquer, pourrait aussi être un moyen d’en avoir moins sur les bras ?

    Charles de Gaulle est allé trouver Ike pour lui expliquer qu’il devrait mettre une sourdine à la campagne de presse contre la France engagée dans sa guerre d’Algérie : « Si cette campagne aboutit à ses résultats, je vais me trouver avec sur les bras cinq cent mille hommes mécontents et armés. Ce sera très mauvais pour la France, mais ce ne sera pas bon pour vous non plus. ». Et Ike a accepté l’argument.
    Pour les jeunots : Ike = Dwight Eisenhower, alors president of the United States.

    • Christelle Néant Christelle Néant 13 février 18:50

      @JC_Lavau
      Bien sûr c’est un moyen pour Porochenko de se débarrasser d’eux.


    • Alren Alren 13 février 19:18

      @Christelle Néant

      « c’est un moyen pour Porochenko de se débarrasser d’eux. »

      C’est ce que je pense aussi. Massacrer des civils et affronter des soldats qui défendent leur territoire et leur survie, ce n’est pas la même chose ! Ils vont s’en apercevoir si l’offensive est réellement lancée alors qu’elle est connue à l’avance, sans effet de surprise.

      En 1939, lors de l’attaque de la Pologne, Hitler a envoyé en première ligne les fantassins SS croyant qu’ils balaieraient tout sur leur passage. Ce qu’on ignore, c’est que les soldats polonais les ont massacrés ... sous les sarcasmes discrets de nombre d’officiers de l’armée régulière allemande !
      (Les Polonais ont été écrasés sous le nombre, l’aviation et les blindés alors qu’ils manquaient comme les Français ensuite d’armes antichar.)
      Ce fut au point qu’il fallut lancer une campagne urgente de recrutement et que lors de la campagne à l’ouest, en 1940, les SS furent pratiquement gardés en réserve.
       


    • JMBerniolles 14 février 09:29
      Bonjour,

      Pendant ce temps là il y a des discussions entre les américains et l’OTAN d’une part et les européens, dont la position est imposée par l’Allemagne.

      L’Allemagne a en effet trouvé le moyen d’à la fois s’éloigner de l’OTAN et de mettre la main sur une armée. Par le biais d’une armée européenne.

      Le fait que cette confrontation, où les américains jettent le poids maximum, se déroule donc à la veille de l’offensive militaire de Kiev contre le Donbass est tout a fait significatif d’une volonté des allemands de ne pas participer, ni soutenir sans doute cette escalade militaire à sa porte.

      Au passage on voit combien les arguments américains sont pitoyables. Ils n’osent pas s’opposer officiellement à cette initiative... 

      • V_Parlier V_Parlier 14 février 15:02

        @JMBerniolles
        Espérons que vous ayez raison.


      • JMBerniolles 14 février 16:54
        @V_Parlier

        On est obligé de relier des informations entre elles et les interpréter pour se faire une idée de la réalité des choses....

        Je pense que deux faits avérés à propos de l’Ukraine et plus général, ont eu plus de conséquences que ce que l’on pense au niveau de l’Allemagne.

        1) Il y a d’abord eu la révélation de l’espionnage généralisé, y compris de Merkel, par la NSA américaine.

        2) il y eu le « F***CK you Europe » de Victoria Nuland, l’artisan de Maïdan.

        C’était parfaitement révélateur de la manière dont les USA traitaient l’Europe. Et c’est devenu public en Allemagne. Chez nous aussi mais il y a longtemps que notre classe politique a abandonné tout honneur et fierté nationale.
        La campagne contre Trump a aussi dégradé l’image de l’Amérique.... 

        C’est tout à fait en dehors du champ d’analyse de nos « experts internationaux autorisés » mais je pense que cela a eu pour conséquence de briser la confiance et de rendre impossible en Allemagne, un suivi servile de la politique américaine. 









      • Tom France Tom France 14 février 15:04

        Au contraire, je pense qu’il faut se réjouir de ce déploiement là, cela signifie que les FAU ne sont toujours pas prêt à faire la guerre et ne le seront sans doute jamais et que tous ces criminels drogués qui ne produisent rien en se faisant passer pour des patriotes seront liquidés ! 

        D’ailleurs, je ne crois pas tellement à leur nationalisme étant donné qu’ils veulent intégrer l’OTAN, l’UE et l’euro qui sont des instances mondialistes et donc anti nations. Ils ne semblent êtres « natio » que vis à vis des Russophones !

        • Christelle Néant Christelle Néant 14 février 15:08

          @Tom France
          En 2014 cela ne les a pas empêché de faire beaucoup de morts ici. C’est bien cela que je crains.


        • lejules lejules 14 février 15:34

          les ricains sont devenus fous depuis le Word trade center.

          1) il faut au plus vite les quitter. sortir de l’OTAN, 
          2)sortir de l’Europe qui est son pendant civil au service de Washington 
          3)sortir de l’euro devenu trop fort qui étrangle toutes nos exportations ,favorise outrageusement l’Allemagne tout en soutenant un dollar a bout de souffle.

          ce sont les 3 conditions sine qua non pour définir une politique étrangère indépendante. tant que nous n’auront pas fait cette démarche la France ne peut avoir qu’une position de larbin ou de spectateur amorphe.et nous ne pourrons avoir que des discussions intéressantes soit ; mais stériles sur la situation au Dombass (ou ailleurs).

          (c’est pour cela que j’ai adhéré a l’UPR de F. Asselineau https://www.upr.fr/ fin de pub  smiley


          • lejules lejules 15 février 16:01

            @Olivier Perriet

            hélas oui vs avez parfaitement raison mais par exemple de Gaulle en 40 combien avait il de voix pas beaucoup plus certainement. une chose est sur « la force de la vérité c’est qu’elle dure » rien ne pourra être fait sans que l’on mette en oeuvre ces 3 conditions.

          •  C BARRATIER C BARRATIER 14 février 22:39

            J’espère que les Russes défendont ce peuple russophone au nom de l’uhmanité, quelques dizaines d’avions detruiraent facilement en une heure l’essentiel des nazis. Ensuite KIEV n’aura plus rien.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès