• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Protassevitch aurait été piégé par son propre camp et remis à la (...)

Protassevitch aurait été piégé par son propre camp et remis à la Biélorussie pour servir de victime sacrificielle

De nouvelles informations fournies par les autorités et la télévision nationale biélorusses montrent que Roman Protassevitch a très certainement été piégé par son propre camp, qui l’a envoyé tout droit dans la gueule du loup à Minsk pour servir de victime sacrificielle, afin de justifier un nouveau train de sanctions de l’UE contre la Biélorussie. Le but final étant d’aggraver suffisamment la situation économique du pays pour pouvoir relancer le mouvement de protestation contre Loukachenko.

JPEG

Dans mon premier article sur cette affaire je soupçonnais que la Biélorussie avait été piégée, et j’avais envisagé l’Ukraine comme exécutant du piège pour diverses raisons. Finalement il semble que c’est le propre camp de Roman Protassevitch (qui est proche de Kiev et de ses curateurs occidentaux, puisque le but est de réaliser en Biélorussie le même scénario de coup d’État qu’en Ukraine) qui l’a piégé afin qu’il serve de victime sacrificielle.

C’est en tout cas ce qui apparaît au vu des derniers éléments publiés par les autorités biélorusses via la télévision d’État ONT.

Dans ce reportage de 55 minutes, tous les mensonges des pays occidentaux et de l’équipe à l’origine de la tentative de coup d’État en Biélorussie éclatent au grand jour. Sur base des informations toutes étayées par des vidéos, photos, et par l’interrogatoire de plusieurs passagers et de Protassevitch lui-même voici comment s’est déroulée la journée du 23 mai 2021.

Chronologie de l’atterrissage d’urgence en Biélorussie, et comment Protassevitch a été piégé par son propre camp

23 mai 2021, 40 minutes avant le décollage, Roman Protassevitch discute avec ses « collègues » sur un service de messagerie en ligne. Pour la première fois depuis qu’il s’est lancé dans l’aventure du coup d’État contre Loukachenko, il dit où il se rend et par quel vol. Or se trouve dans le fil de discussion une personne avec qui il est en conflit (nous découvrirons plus tard qu’il s’agit de Daniil Bogdanovitch).

« J’ai eu un conflit personnel avec une seule personne, assez tendu. Surtout ces derniers jours. Au début, nous n’avions pas de conflits, mais à la première cuite, il m’a dit qu’il y aurait des problèmes, que nous avons tous deux des caractères forts, et donc qu’il pourrait y avoir des problèmes  », a déclaré Protassevitch lors de son interrogatoire.

«  Cette personne était là aussi [dans la discussion – NDLR], et cette situation se produit. J’étais en détention provisoire et je n’avais aucune information. L’une des premières choses que j’ai pensé, c’est que je venais d’être piégé ! Je ne le disais nulle part [où je voyageais – NDLR], mais dès que je l’ai dit, je me suis retrouvé à Minsk. Tout de suite ! », a ajouté Protassevitch.

Pour lui, l’homme avec qui il est en conflit a des liens avec les « cyber-partisans », un groupe de hackers qui mène des attaques de piratage contre les sites internet des agence gouvernementales biélorusses et qui a envoyé de nombreuses fausses alertes à la bombe.

Il explique aussi lors de son interrogatoire quelles étaient ses relations avec Franak Viačorka, un membre de l’Atlantic Council, qui est au coeur de la chaîne Telegram Nexta (qui a organisé les émeutes en Biélorussie l’an passé), et qui conseille Svetlana Tikhanovskaïa (la présidente biélorusse auto-proclamée).

« Nous avions de bonnes relations avec Franak Viačorka. J’ai filmé la visite de Tikhanovskaïa à Athènes. Tout allait bien, nous avons travaillé pendant deux jours. Il m’a fait un compliment. Il s’est envolé, et en moins d’une semaine, l’attitude à mon égard avait changé du tout au tout. Je lui ai parlé, et il m’a dit : nous devons examiner les perspectives de coopération future  », a déclaré Protassevitch.

Lors de l’interrogatoire (visible dans le reportage vidéo de la chaîne ONT), Roman Protassevitch fume et rigole même avec l’homme qui l’interroge quand il évoque le menu du centre de détention provisoire où il se trouve : des pâtes avec de la viande. On est très loin des allégations de mauvais traitement et de torture que nous ont sorties toutes les officines médiatiques occidentales ! Protassevitch va bien, tout comme sa copine Sofia Sapega, il est bien traité, et les interrogatoires se passent dans une ambiance assez détendue. Mais revenons à notre chronologie des faits.

Le 23 mai 2021, à 12 h 25, alors que l’avion de Ryanair est encore au-dessus de la région de Volyn, en Ukraine, un premier e-mail d’alerte à la bombe arrive à l’aéroport de Minsk. L’e-mail a été envoyé depuis un compte créé seulement 9 jours avant l’incident.

Capture d'écran de l'e-mail d'alerte à la bombe reçu à 12 h 25

Capture d'écran de l'e-mail d'alerte à la bombe reçu à 12 h 25

Capture d'écran de l'e-mail d'alerte à la bombe reçu à 12 h 25

Contrairement à ce qui a été raconté dans les médias occidentaux, ou pro-occidentaux, avec l’aide des mensonges éhontés du patron de ProtonMail et de la compagnie elle-même (qui a prétendu que la Biélorussie n’avait reçu que l’e-mail de 12 h 56, publié par le site Dossier Centre, et pas celui de 12 h 25 que l’aéroport de Vilnius a aussi reçu), l’alerte à la bombe n’a pas été reçue après que le contrôle aérien de Minsk ait contacté le pilote de Ryanair, mais bien avant. L’e-mail de 12 h 56 sur lequel tous les médias occidentaux se sont jetés n’était que le deuxième envoyé à l’aéroport de Minsk !

Les copies d’écran de l’e-mail de 12 h 25 reçu par l’aéroport de Minsk prouvent de manière indubitable que ProtonMail et son directeur ont ouvertement et sciemment menti pour nuire à la Biélorussie. Ce qui montre que cette compagnie est tout sauf neutre contrairement à ce qu’elle prétend.

Après avoir reçu l’e-mail d’alerte à la bombe, et malgré ses incongruités (comme les demandes formulées) les autorités de l’aéroport appliquent la procédure internationale prévue dans ce genre de cas et considèrent la menace comme étant réelle.

À 12 h 30, l’aiguilleur du ciel avertit le pilote du vol Ryanair de la menace et lui recommande de se dérouter vers Minsk. Le reportage de la chaîne ONT fournit même l’enregistrement audio de leur discussion, qui corrobore la transcription écrite qui avait été fournie par les autorités biélorusses.

Il faudra 17 minutes et de nombreuses discussions avec l’aiguilleur du ciel, mais aussi avec sa compagnie, pour que le pilote se décide et lance l’appel de détresse tout en se déroutant vers Minsk. Sur les sites de suivi en ligne des avions, le vol passe alors en rouge pour signaler qu’il est dans une situation de détresse.

À 12 h 47, le vol Ryanair fait demi-tour à seulement 25 km de la frontière, et l’aéroport de Minsk lance le branle-bas de combat afin de se préparer à l’arrivée d’un avion transportant potentiellement une bombe.

Le commandant de bord annonce alors qu’ils se déroutent vers Minsk pour des raisons de sécurité. Protassevitch devient alors hystérique, il dit au personnel de bord que c’est impossible, qu’ils ne peuvent pas atterrir à Minsk. Ils lui répondent qu’ils ne peuvent rien y faire, car c’est une décision du commandant de bord. Protassevitch se prend alors la tête dans les mains et leur dit en anglais « vous êtes fous, ils vont me tuer là-bas  ». S’il réagit ainsi c’est que depuis le mois de novembre, Protassevitch est poursuivi en Biélorussie pour organisation d’émeutes de masse, organisation d’actions troublant l’ordre public et incitation aux troubles sociaux. De plus, étant impliqué dans une tentative de révolution armée, il a été inclus sur la liste des terroristes.

Face à cette catastrophe, Protassevitch prend son téléphone et son ordinateur portable et essaye de supprimer tout ce qu’il peut : comptes sur le cloud, copies de fichiers etc.

À 12 h 56, un deuxième e-mail d’alerte à la bombe est envoyé à l’aéroport de Minsk, avec le même texte et depuis la même adresse ProtonMail que le premier.

Capture d'écran de l'e-mail d'alerte à la bombe reçu à 12 h 56

Capture d'écran de l'e-mail d'alerte à la bombe reçu à 12 h 56

À 12 h 57, le ministère des Situations d’urgence biélorusse est mis en alerte et prépare l’atterrissage de l’avion à Minsk. En tout, ce sont 17 véhicules de pompiers qui sont envoyés à l’aéroport pour gérer la crise. Le reportage de la chaîne ONT montre même les vidéos venant des caméras embarquées dans les camions, où on entend clairement les discussions entre les pompiers et le répartiteur. L’alerte est prise au sérieux, il ne s’agit pas du tout d’une mise en scène, les hommes sont envoyés sur place pour gérer « un avion en détresse ».

À 13 h 04, un Mig 29 est envoyé à la rencontre du vol Ryanair afin de s’assurer qu’il ne risque pas d’être détourné par un terroriste à bord vers la ville de Minsk ou la centrale nucléaire proche. Contrairement à ce que les médias occidentaux ont pu raconter, le Mig29 n’intercepte pas du tout le Boeing, car il n’a pas le temps de l’atteindre avant son atterrissage. Le Mig 29 restera toujours à bonne distance de lui comme le montrent les images radars montrées pendant le reportage. Un autre Mig 29 escortera d’ailleurs à bonne distance le vol Ryanair lorsqu’il repartira pour Vilnius.

À 13 h 15, le vol Ryanair commence la procédure d’atterrissage. Il s’arrête enfin sur une piste un peu à l’écart de l’aéroport (pour ne pas mettre en danger les gens qui s’y trouvent) à 13 h 24.

À 13 h 38, les passagers commencent à descendre de l’avion par petits groupes, et mettent leurs bagages sur le sol pour que les maîtres chiens puissent vérifier qu’ils ne transportent pas de bombe. Une fois fouillés les passagers montent dans des bus. Les démineurs ne trouveront rien.

À 14 h 02, Protassevitch est un des derniers passagers à sortir de l’avion pour passer à la fouille. Ses affaires sont fouillées, le chien ne réagit pas et il monte seul dans le bus. Comme il l’explique, il a dit à Sofia Sapega de se tenir loin de lui et de ne pas chercher à communiquer avec lui, espérant ainsi qu’elle ne serait pas arrêtée.

À 14 h 27, tous les passagers ont été fouillés et sont montés dans les bus, qui partent à destination de l’aéroport afin que tous les bagages soient passés aux rayons X. Une personne inconnue prend alors Protassevitch en photo et l’envoie à l’opposition biélorusse (et même très certainement directement à Franak Viačorka, voir plus bas).

À 14 h 29, tous les passagers entrent dans le bâtiment de l’aéroport, et font la queue pour passer le contrôle des douanes.

À 14 h 35, Protassevitch est toujours dans la file d’attente qui avance très lentement. Il n’est toujours pas inquiété par les forces de l’ordre biélorusse malgré sa nervosité apparente.

Roman Protassevitch dans la file d'attente à l'aéroport de Minsk - Biélorussie

C’est alors que Franak Viačorka publie un tweet annonçant que la Biélorussie a détourné le vol de Ryanair pour arrêter Roman Protassevitch, avec la photo de ce dernier prise dans le bus.

Tweet de Franak Viačorka, publié à 14 h 35 :

 

« URGENT ! Le régime a fait atterrir l’avion Ryanair qui reliait Athènes à Vilnius, afin d’arrêter le célèbre journaliste biélorusse Roman Protassevitch. En Biélorussie, il risque la peine de mort. La Biélorussie s’est emparée d’un avion et a mis les passagers en danger, afin de réprimer un opposant. »

Ce message est ensuite rapidement repris par les chaînes Telegram de l’opposition biélorusse, qui annoncent carrément que Roman Protassevitch a été arrêté.

Messages qui ont circulé sur les chaînes Telegram d’opposition

Messages qui ont circulé sur les chaînes Telegram d’opposition

À 14 h 48, Svetlana Tikhanovskaïa publie un post sur sa chaîne Telegram sur l’arrestation de Protassevitch. Or à cet instant précis, Protassevitch est encore dans la file d’attente et personne dans l’aéroport de Minsk ne sait qu’il est là ! Plutôt étrange non ?

Post de Svetlana Tikhanovskaïa

Post de Svetlana Tikhanovskaïa

À 14 h 53, Roman Protassevitch passe calmement ses bagages aux rayons X. Mais en 18 minutes, les employés de la direction biélorusse de la lutte contre le crime organisé ont eu le temps de lire les messages des chaînes Telegram de l’opposition annonçant que Protassevitch a été arrêté à l’aéroport de Minsk, et décident de vérifier l’information. C’est seulement à ce moment-là et grâce à l’information publiée par Franak Viačorka, reprise par les chaînes Telegram d’opposition, que la police biélorusse arrête Protassevitch.

Arrestation de Roman Protassevitch à l'aéroport de Minsk - Biélorussie

Arrestation de Roman Protassevitch

Plutôt étrange le comportement de l’opposition, qui a facilité par ses fausses annonces la véritable arrestation de Protassevitch. Mais pourquoi sacrifier le soldat Protassevitch, pourquoi en faire une victime sacrificielle en le livrant à la Biélorussie ?

Eh bien, Protassevitch lui-même donne sans le savoir la raison. Lors de son interrogatoire il déclare en effet qu’il avait dit à ses « collègues » qu’il était inutile de lancer de nouvelles manifestations, car la situation ne s’y prêtait pas, qu’il faudrait que la situation économique soit bien plus difficile pour que cela marche.

«  J’ai discuté des manifestations avec mes collègues. J’ai dit qu’il fallait abandonner les actions dans la rue comme on le faisait avant, de la façon dont on le faisait. Parce qu’il n’y a tout simplement pas de mouvement de protestation en ce moment. Il ne peut pas y en avoir maintenant. Lorsque j’étais à Vilnius, je l’ai dit ouvertement : nous devrons attendre que la situation économique se dégrade. Lorsque les gens seront prêts à descendre dans la rue, non pas contre les dernières élections ou la violence des forces de l’ordre, mais en gros pour un bol de soupe  », a-t-il déclaré aux enquêteurs biélorusses.

Or dans le même temps, l’UE voulait prendre un nouveau train de sanctions contre la Biélorussie mais plusieurs pays traînaient des pieds faute de motif sérieux pour justifier de telles sanctions.

Autre fait troublant, sur la chaîne d’opposition Belsat, le 19 mai, un des intervenants a déclaré que la situation changerait en Biélorussie le 25 mai. Quatre jours avant l’arrestation de Protassevitch, un membre de l’opposition annonce que quelque chose va changer la donne en Biélorussie, avant même que les sanctions soient prises contre le pays.

Roman Protassevitch balance tout sur « l’opposition » biélorusse et fait son mea culpa

Alors que je finissais cet article, la chaîne publique biélorusse ONT a publié une interview fleuve (plus d’une heure trente) avec Roman Protassevitch ! Je vous en livre les morceaux les plus importants.

Roman Protassevitch commence par dire qu’il était d’accord pour faire cette interview, et qu’on ne l’y a pas forcé. Comme lors de ses interrogatoires, il est détendu et rigole régulièrement. Il y explique comment il se sent à l’idée de la réaction potentielle de ses anciens « collègues » face cette interview.

« Je suis sûr que beaucoup condamneront, que les actions de soutien n’aboutiront à rien, que beaucoup me qualifieront de traître. Mais je ne me soucie absolument pas de ce qu’ils disent. Je suis ici et maintenant et je suis prêt à faire tout ce qu’il faut pour réparer mes erreurs. J’ai suivi mon idée et mes convictions. Plus j’essayais de ne pas mettre le nez dans ce que je faisais, de ne pas penser à l’origine et à la provenance de l’argent, à l’influence des services secrets, plus les choses empiraient  », déclare-t-il au journaliste.

Il se lance alors dans une véritable confession.

« J’étais l’une des personnes qui ont exhorté les gens à sortir le 9 août. Lorsque j’ai été inculpé, j’ai immédiatement reconnu ma culpabilité en vertu de l’article 432 du code pénal de la République de Biélorussie : Organisation d’actions illégales de masse. J’ai tout avoué. Je me suis ensuite rendu compte que les appels que j’avais publiés avaient en fait provoqué des émeutes incontrôlées. Et pendant trois jours, Minsk a vécu dans le chaos  », déclare Protassevitch.

Protassevitch explique aussi comment la Lituanie, mais aussi la Pologne (qui a alloué 50 millions de zlotys – 11,2 millions d’euros – pour l’initiative « Maison Biélorusse » à Varsovie), et des sponsors privés, y compris des oligarques russes, financent toute cette « opposition » en exil.

« En partie aux frais des contribuables lituaniens – ils entretiennent un politicien étranger. En partie – des sponsors privés, des hommes d’affaires, des représentants de l’élite. La question est de savoir quels sont leurs intérêts. Je suis moi-même intéressé par la réponse à cette question  », explique-t-il.

« Au début, Nexta vivait de la publicité. Les postes promotionnels coûtent cher. Puis les dons des lecteurs ont été lancés. Le premier point de conflit était le financement russe du projet Nexta. L’argent russe était bien présent. Lorsque les dons ont été ouverts, de petites contributions allant jusqu’à 20 dollars y ont été reçues. Plus tard, Stepan s’est vanté qu’une entreprise russe effectuait d’importants transferts. Plus 3 000 euros, plus 5 000 euros. De façon stable une fois par semaine. Je ne me souviens pas du nom, quelque chose en rapport avec les mines. Oural… quelque chose. Mais le plus intéressant, c’est que j’ai décidé de chercher sur internet des informations sur cette société, et je me souviens que le propriétaire de la société est un oligarque bien connu en Russie. Cet homme est un concurrent direct de Mikhaïl Goutseriev. Ils travaillent dans le même domaine », ajoute-t-il.

Une opposition qui utilise ces fonds pour vivre en grande pompe, comme Pavel Latouchko qui loue grâce à cet argent un appartement à 3 000 euros le mois.

Il dévoile aussi le linge sale et les petits conflits d’égo qui règnent au sein de « l’opposition biélorusse », et révèle qu’il avait un conflit avec Stepan Poutilo (le chef de la chaîne Telegram Nexta), car ce dernier se serait approprié son travail.

Il admet aussi avoir été impliqué dans la conspiration qui visait à assassiner Loukachenko.

« J’ai effectivement participé aux conférences zoom des conspirateurs, mais sans visage. J’étais censé servir de liaison entre eux et le quartier général de Tikhanovskaïa  », explique Protassevitch.

Le but de toute cette clique financée par l’étranger ? Obtenir plus de sanctions contre la Biélorussie afin que son économie « s’effondre aussi vite que possible  », explique Protassevitch. « Si cela arrive, les gens descendront dans la rue pour… il y aura des émeutes de la faim. Et c’est, en fait, l’un des objectifs des sanctions économiques.  »

Protassevitch finit même par admettre que beaucoup des critiques adressées à Loukachenko étaient infondées et qu’il respecte le Président biélorusse.

« Je ne le cache pas, j’ai beaucoup critiqué Alexandre Grigoriévitch. Je croyais que j’avais de bonnes raisons de le faire. J’ai été journaliste toute ma vie. Et plus je m’impliquais dans un travail politique, et non journalistique, et plus je voulais m’échapper de là. Plus je me rendais compte que beaucoup des choses pour lesquelles Alexandre Grigoriévitch était critiqué, c’était une tentative de pression. Et à de nombreux moments, il a agi comme un homme aux couilles d’acier. Il y a eu des moments où certaines décisions étaient erronées », déclare-t-il.

Le journaliste lui demande alors «  le respectez-vous  ? ». Et Protassevitch lui répond : « absolument ».

L’ancien membre de « l’opposition biélorusse » parle aussi de la période où il a servi dans le bataillon néo-nazi Azov dans le Donbass comme étant la plus grande erreur de sa vie. S’il considère logique que la RPL ait lancée une procédure judiciaire contre lui pour ça, il a dit espérer que la Biélorussie ne le remettra pas aux républiques du Donbass.

À la fin de l’interview il fond en larmes et dit qu’il ne veut plus jamais se mêler de politique et qu’il veut vivre une vie normale. Il semble que Roman Protassevitch n’a pas apprécié d’avoir été piégé par ses « collègues » pour jouer le rôle de la victime sacrificielle, et qu’il a décidé de tout balancer sur la pseudo-opposition biélorusse afin de les faire payer. Il y a donc fort à parier que de nouvelles informations sortiront petit à petit sur toute cette clique, révélant tous les rouages internes de la pseudo-opposition biélorusse. Affaire à suivre…

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • xana 4 juin 08:41

    Bravo Christelle Néant. Ca c’est un scoop magnifique !

    Bien sûr tout cela reste à vérifier. Et évidemment tous les complices de Protass vont jouer le choeur des vierges effarouchées. Et diront qu’il a été torturé, menacé, etc comme d’habitude quand leurs pions avouent.

    Cette hypothèse semble immensément plus convaincante que tout le reste. Quel panier de crabes !!! Bien sûr, tout est lié aux sanctions contre le Belarus, mais il y fallait un prétexte. Protassevitch ne voulant plus agir inutilement, c’est lui qui est devenu (sans le savoir) la victime à sacrifier.

    J’espère seulement qu’il a encore pas mal de choses à raconter...

    En tous cas s’il meurt d’un « accident » en prison, ce ne sera pas la faute de Loukatchenko !


    • Fantômas Fantômas 4 juin 13:32

      @xana

      ça y’est, Svetlana Tikhanovskaïa l’a dit : « Toutes les vidéos de ce genre sont tournées sous pression. Il ne faut même pas prêter attention à ces mots, car ils sont dits après la torture... La tâche des prisonniers politiques est de survivre ».

      Effectivement, si ce que raconte Protassevitch est vrai, alors elle est grillée, en Biélorussie du moins, déjà qu’elle n’était pas très populaire... En occident, cependant, on ne devrait pas savoir, du moins dans la grande presse, le contenu des vidéos en question, puisque Sveta a dit qu’il ne faut pas y prêter attention, alors les journalistes n’y prêteront pas attention.


    • Christelle Néant Christelle Néant 4 juin 19:35

      @Fantômas
      En cinq ans de travail ici j’ai assisté à des interviews et moi-même interviewé plusieurs anciens prisonniers qui étaient passé par les geôles du SBU ou d’Azov. Des gens torturés, des femmes violées, avec menaces sur leur conjoint ou leurs enfants pour finir de les faire avouer. Je sais reconnaître quelqu’un qui donne une interview après torture. Protassevitch ne l’a clairement pas été. Il est relax et il rigole même régulièrement. Il a pendant une bonne partie de l’interview « la tête haute » si je puis dire. Une personne torturée est brisée psychologiquement et ca se voit dans son langage corporel.


    • lisca lisca 4 juin 08:56

      Cette opposition étant rémunérée, n’a ni foi ni loi véritables.

      Voilà le talon d’Achille.

      Voilà pourquoi les forces sorosiennes sont destinées à perdre dans ce combat titanesque entre forces du bien : les gens de bonne volonté ; et les forces du mal : les pervers et les milliardaires voleurs de bien public, les deux souvent confondus.


      • Attila Attila 4 juin 10:45

        Ah ! Voilà ! Il ne manquait plus que l’origine des mails d’alerte.

        Merci Christelle.

        .


        • Guy19550 Guy19550 4 juin 11:16

          Je suis méfiant de ce genre d’article, c’est naturel chez moi, je préfère de ce fait donner mon opinion plus tard. J’ai encore le souvenir d’un article sur Tass qu’il était passé aux aveux fort vite après son arrestation et cela va dans le sens de cet article de Christelle. Quand on passe aux aveux aussi vite, c’est clair pour moi qu’il y aura du largage d’infos. Je peux conseiller à tous de procéder de la sorte en cas d’arrestation, c’est le moyen le plus simple de sortir du guepier, c’est aussi le moyen le plus efficace de coopérer en direction de la recherche de la vérité. Je ne sais pas si cela est aussi vrai pour l’Ukraine avec des terroristes au pouvoir, je pense que c’est différent. 

          Cela me fait dire également que l’homme n’est pas aussi foncièrement mauvais qu’on aurait pu le penser, et j’ai tendance à donner le bénéfice du doute dans ce cas là. C’est pas possible dans le cas de Navalny hélas, mais ce l’est ici selon moi. L’enquête doit cependant se poursuivre, à charge et à décharge. 


          • JPCiron JPCiron 4 juin 14:00

            @Guy19550

            Je suis méfiant de ce genre d’article, c’est naturel chez moi, je préfère de ce fait donner mon opinion plus tard. >

            Voilà qui semble être de saine gestion.
            Néanmoins, à ma connaissance, il n’y a pas d’Article de Christelle Néant qui aient pu être démontrés porteurs de Fake News...

            .


          • Furax Furax 4 juin 12:13

            Ils ont pris des cours du soir au MI5 depuis l’arrivée de Boris !

            Mais ils cherchent toujours du personnel smiley

            https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/offre-d-emploi-233409


            • Guy19550 Guy19550 4 juin 13:20

              @Furax

              loool



            • JPCiron JPCiron 4 juin 21:28

              Bonsoir,

              A la télé, on montre les dernières secondes de l’interview et on évoque la torture ! A plusieurs reprises, en différents endroits de l’interview, il sourit, soit en suite à ce que dit son interviewer soit pendant qu’il parle. Pourquoi nos TVs n’en ont rien montré ? Car cela semble assez incompatible avec quelqu’un qui vient de subir la ’’torture’’ ?

              Tenir des propos sensés et souvent spontanés comme résultat ’’de la torture’’ serait bien surprenant, surtout pendant 1 heure et demie...

              On voit là le ’’travail’’ de nos médias.

              .

              J’ai cherché sur internet le texte complet de l’interview , en Anglais ou Français... sans succès. Est-ce que cala existe ? Merci


              • captain beefheart 5 juin 13:26

                Excellent article,Christelle,et bravo pour votre détermination à nous tenir au courant depuis l’autre côté du rideau de fer médiatique !

                J’ai suivi l’affaire depuis le début sur le site Moon of Alabama,qui est à son sixième article ce jour.Si vous voulez un survol complet lisez :

                https://www.moonofalabama.org/2021/06/khodorkovsky.html?cid=6a00d8341c640e53ef0282e1064348200b#comment-6a00d8341c640e53ef0282e1064348200b

                JPCiron:voici une traduction en anglais des premiers 18 minutes de l’entretien :

                (raccourci pour manque de place dans le cadre de messagerie,mais le reste est lisible dans le commentaire 81 sous son dernier article :

                https://www.moonofalabama.org/2021/06/roman-protasevich-casualty-of-the-ryanair-incident-in-belarus-is-spilling-the-beans.html#more

                L’animateur était donc sur la liste des personnages à éliminer dans le coup d’état comploté pour le neuf mai,mais desamorçé par les services russes.

                I have transcribed the first 18 minutes of Protasevich’s ONT interview and translated it to English.

                Marat Markov : Hello, Roman !

                Roman Protasevich : Good afternoon !

                M : As a person from the execution lists, it is quite difficult for me to abstract from your direct participation in the processes that we will talk about today. But I’ll try. And, to be honest, this is not for my own sake, but rather, probably, for the sake of people learning to talk to each other—since you and I could.

                My journalist colleagues, I am sure, they would hardly refuse such an opportunity. But today I am the one who has this right. That’s why… I’m going split this conversation. I will ask the questions that the media dependent on the opposition and state media would probably like to ask, that is, in some cases I will differentiate between these questions. I hope at least you understand that there are no independent media ?

                P : Of course.

                M : It is good that you understand, because then many things will not need to be explained. Then let’s start with the basics. Opposition media would ask : “Did you agree to this interview voluntarily ?”

                P : Absolutely.

                M : And how do you feel ?

                P : I feel great, the only thing is, well, I’ve got a slight cold, but that, again, is not a reason to, you know, postpone the conversation and so on.

                M : And what do you think, how will your associates react to our conversation with you ?

                P : To be honest, it’s hard for me to predict the reaction on their part. I’m just sure that a lot of people will start publicly condemning me. I’m just sure that any support actions that they were planning earlier will naturally come to naught. I would not be surprised if, well, many would call me an alleged “traitor” and so on. But I can honestly say that I absolutely don’t care what they say. I am here and now, and I really… I want to do everything in order to correct my mistakes, in order to…

                M : So you don’t care about their reaction ?

                P : (over) …try to do something…

                No. I followed a certain idea of mine and my convictions, and the more I tried not to pry my nose into others’ business, the more I tried not to think about where money was coming from and what kind of money, which, you know, I don’t know, which intelligence services were influencing what was going on, the less I just tried to think about it, the worse it all got.

                M : And are they afraid of your appearance, what do you think ?

                P : I think so. I think that this will cause quite a stir.

                M : Well, look, a media like Nasha Niva, it would have echoed, right, the previous question. Was makeup applied to you before this interview ?

                P : I wasn’t touched at all.

                M : Well, I mean, you know…

                P : All they did was put on a microphone—that’s all.

                M : They like to say that bruises, beatings are being covered by makeup. But… you have answered, okay.

                I will not further develop the airplane issue today. I think that, in principle, everything is obvious to both you and me. But a question remains, as I would call it, “from the yellow media”. Who knew that you were flying on this plane ?

                P : I’ll probably say the preamble first. In principle, the only time I told anything to anyone during this… unfortunate vacation, let’s call it that way, was the moment before the plane took off. And I wrote…

                M : Before departure from where ?

                P : Already from Athens to Vilnius.

                M : From Athens.

                P : And this is the only time at all during my entire vacation when I wrote about my movements, and the thing is, I wrote it exclusively in the working chat. That is, there were, well, several journalists who are working on the project, plus, well, there were a few people from Svetlana Tikhanovskaya’s HQ—these are Franak Vechorko [Vyachorka in Belarusian spelling] and Daniil Bogdanovich.

                M : You smiled somewhat while naming the last surname. Will you give a specific surname ? Whom you are suspecting from this chat, who could keep such a serious grudge against you ?

                P : Well, as you understand, I smiled for a reason, because, again, I also had a personal conflict with the same Daniil Bogdanovich, that is, he held the position of director of the Infopoint network, my relationships weren’t working lately [unclear whether he refers to relationship with Bogdanovich or with other members of the team], and I was both emotionally tired and did not want to do any political work, and in general, in principle, I just wanted to do photography, and plus, in parallel, even, you know, two days before my departure from Athens to Vilnius, that is, they were talking about dismissing me altogether, and even Franak Vechorko wrote a phrase that “upon arrival we will discuss the prospects of our further cooperation”.

                M : Whom were they discussing your dismissal with ?

                P : There was a call, which I did not get on, and I did not get on it for an absolutely stupid reason, the Wi-Fi worked very badly at the hotel, and I simply could not join the call, and there they essentially said, behind my back, that they were going to dismiss me, you know, for the fact that I missed an absolutely petty deadline.

                M : Who specifically warned you that this discussion will take place, and it will be about your dismissal ?

                P : The journalist guys told me about this, and…

                M : So you think it was Bogdanovich, after all ?


                Si vous lisez l’allemand ,il y a tout l’interview à antispiegel.ru en trois parties.

                Ils ont parlés pendant quatre heures dont Une heure et demi ont été diffusé la télévision biélorusse et russe.


                • captain beefheart 5 juin 13:33

                  De toute cette affaire j’ai l’impression que les occidentaux travaillent à leur propre perte et déchéance,en comptant sur des petites mains du « regime-change » qui ne son pas idéalistes pour un sou,mais qui espèrent devenir riche en faisant semblant d’idéaux démocratiques.

                  Le grand avantage est que en Biélorussie et en Russie,il n’y a plus guère des citoyens prêts à tomber dans le piège.


                  • JPCiron JPCiron 8 juin 12:26

                    >>> Tweet de Franak Viačorka, publié à 14 h 35 :

                    Message : « Connexion failure »


                    Mais il est toujours là sur Donbass Insider :

                    BREAKING ! The regime landed @Ryanair plane, which was flying from Athens to Vilnius,in order to arrest the famous Belarusian journalist Roman Protasevich. In Belarus, he faces the death penalty. Belarus has seized a plane,put passengers in danger, in order to repress an opponent pic.twitter.com/TEv22to5XM

                    Franak Viačorka (@franakviacorka) May 23, 2021

                    .

                    .

                    >>> Interview de Roman Protassevitch :

                    Maintenant soumise à une limite d’âge.

                    Il est plus facile aux enfants d’avoir accès à un porno hard....


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité