• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Provocation ukrainienne près du détroit de Kertch – À quoi joue Kiev (...)

Provocation ukrainienne près du détroit de Kertch – À quoi joue Kiev ?

Suite au franchissement de la frontière maritime russe par des navires militaires ukrainiens le 25 novembre, la situation autour de la mer d’Azov a dégénéré en scandale international, dont Kiev compte se servir pour décréter la loi martiale dans le pays.

JPEG - 226.6 ko
Photo : FSB

Pour comprendre ce qui se passe avec la mer d’Azov, il ne faut pas faire comme les médias et représentants occidentaux qui oublient la moitié de l’histoire qui ne les arrange pas, et reprendre tout depuis le début.

Pour rappel, la mer d’Azov borde à la fois l’Ukraine et la Russie. De ce fait, les deux États ont conclu un accord sur la façon dont la circulation dans cette mer, et dans le détroit de Kertch qui y mène, doit se faire. Jusqu’ici, et même après la réintégration de la Crimée au sein de la fédération de Russie, les choses continuaient à se passer sans accroc.

Jusqu’en mars 2018, où l’Ukraine arraisonne un bateau russe, le Nord, et arrête son équipage (qui ne sera renvoyé en Russie qu’en octobre 2018). La situation s’aggrave alors, et les deux pays en viennent à arraisonner chacun des bateaux de l’autre, et la Russie décide de fouiller les bateaux entrant en mer d’Azov.

Contrairement à ce que la propagande ukrainienne a hurlé, cette mesure ne visait pas à asphyxier les ports ukrainiens, mais à assurer la sécurité du pont de Crimée qui enjambe désormais le détroit. Comme l’ont déclaré les autorités russes, 48 % des bateaux fouillés d’avril à octobre 2018 se dirigeaient vers ou venaient de ports russes ! Ce qui prouve bien que la mesure n’est en rien discriminatoire envers les bateaux ou ports ukrainiens.

Cette mesure a bien sûr été utilisée par Kiev pour hurler une fois de plus au fait que la Russie bloquait prétendument l’accès à la mer d’Azov (d’ailleurs pour les pseudo-journalistes occidentaux qui nous ressortent la soupe du pont de Crimée qui empêcherait les gros bateaux d’entrer en mer d’Azov et fait chuter l’activité des ports ukrainiens, je les renvoie à mon article de septembre 2017 qui prouve qu’il n’en est rien).

Suite à cette escalade, l’Ukraine a commencé à parler ouvertement de mêler la communauté internationale au statut de la mer d’Azov et d’y créer une base navale à Berdiansk. Des provocations contre lesquelles Moscou a mis en garde Kiev. Peine perdue, autant parler à un sourd.

À peine trois jours après la dernière mise en garde de la Russie, l’Ukraine est donc passée à une provocation plus active. Pour ceux qui hurlent à l’agression russe contre les bateaux ukrainiens, reprenons de nouveau toute l’histoire et pas juste la fin, comme l’a fait opportunément Kurt Volker (le pyromane, oups pardon, représentant spécial américain en Ukraine).

Contrairement à ce que monsieur Volker peut pérorer sur Twitter, non la Russie n’a pas abordé des bateaux ukrainiens qui allaient pacifiquement d’un port ukrainien à un autre ! Regardons la chronologie des événements.

Le 25 novembre 2018 au matin, vers 7 h, trois navires de la marine ukrainienne venant du port d’Odessa violent la frontière maritime de la fédération de Russie au large de la Crimée. Les trois navires en question, le Berdiansk, le Nikopol et le Iany Kapou, se dirigent vers le détroit de Kertch en faisant des manœuvres dangereuses et refusent d’obéir aux ordres des autorités maritimes russes, mettant ainsi en danger tous les navires civils qui se trouvent dans cette zone.

En procédant de la sorte, les navires ukrainiens ont violé les articles 19 et 21 de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer. Et contrairement à l’incident du 22 septembre, cette fois les navires ukrainiens refusent d’appliquer la procédure ad-hoc.

Devant le danger que représentent ces trois navires militaires ukrainiens, la Russie décide alors de fermer temporairement le détroit de Kertch, en installant un tanker vide en travers du détroit, pour les empêcher d’y passer, le temps de maîtriser les bateaux récalcitrants.

Tanker bloquant le détroit de Kertch

Photo : Kertch Info

Entre temps, deux autres navires ukrainiens ont quitté le port de Berdiansk pour venir en renfort aux trois navires toujours bloqués dans la mer Noire. La situation se tend alors de plus en plus et fait craindre une escalade grave. La Russie envoie alors des hélicoptères et des Su-25 survoler la zone pendant que le FSB et les gardes côtes russes prépare l’arraisonnement des navires ukrainiens.

Les navires ukrainiens refusant d’obtempérer, les bateaux du FSB et des gardes côtes russes éperonnent un des navires et décident d’ouvrir le feu sur les moteurs pour mettre les navires à l’arrêt et pouvoir ensuite les remorquer et arrêter l’équipage. D’après le représentant de la marine ukrainienne, les bateaux ukrainiens auraient même ouvert le feu en retour.

Bien entendu la propagande ukrainienne fonctionne alors à plein régime, amplifiant et déformant tout, gonflant les chiffres des blessés (mentionnant six blessés alors qu’il n’y en a que trois) et accusant les forces russes d’avoir « ouvert le feu pour tuer ».

Ce qui est démenti par la nature même des blessures (les marins ukrainiens ont reçu des éclats et des balles au niveau des jambes et des bras lors des tirs sur les moteurs des bateaux, si le FSB avait tiré pour tuer, les blessures seraient au torse ou à la tête).

Dans le même temps, devant l’échec de la manœuvre, les deux navires partis de Berdiansk pour prêter main forte aux trois premiers navires ukrainiens ont fait demi-tour et sont rentrés à leur port de départ.

Suite à la capture des trois navires et l’arrestation des 24 marins ukrainiens qui se trouvaient à bord, la machine hystérico-politico-médiatique ukrainienne s’emballe, hurle à l’agression russe, met l’armée en état d’alerte (sans provoquer d’escalade dans le Donbass contrairement à ce que certains médias ont relayé par erreur) et le Conseil de Sécurité ukrainien propose de décréter la loi martiale, pendant que sur les plateaux télévisés comme la chaîne 112, les « experts » et autres « politologues » ukrainiens disent qu’il s’agit d’un état de guerre et qu’il faut revoir l’accord sur le statut de la mer d’Azov… Bref du grand délire à l’ukrainienne.

Et pendant que les ultra-nationalistes ukrainiens s’en prennent alors à l’ambassade russe à Kiev, l’Ukraine et la Russie en appellent au Conseil de Sécurité de l’ONU pour régler le problème. Car Kiev et ses patrons occidentaux ont beau hurler à l’agression russe, les faits (lorsqu’on les prend dans leur intégralité et pas juste la moitié) disent qu’il s’agit bien d’une provocation ukrainienne, qui a viré au fiasco (voire à l’humiliation intégrale comme l’a souligné Xavier Moreau, vu que les navires ukrainiens n’ont même pas été arraisonnés par la marine russe, mais par le FSB !). Le FSB s’est d’ailleurs dit prêt à publier les preuves qu’il s’agit bien d’une provocation ukrainienne organisée de manière délibérée par Kiev.

Et c’est là que se pose la question du « pourquoi ? ». Pourquoi Kiev a-t-il envoyé ses marins au mieux à une capture certaine, au pire à une mort certaine (vu la supériorité de la marine russe par rapport à la marine ukrainienne qui tombe en lambeaux) ? Pourquoi prendre le risque d’une humiliation pareille, qui montre clairement que, contrairement à ce que Kiev affirme, les Forces Armées Ukrainiennes n’affrontent pas l’armée russe dans le Donbass ? Car si tel était le cas, l’armée ukrainienne aurait subi le même sort que ces 24 marins ukrainiens !

La réponse à ces questions est à chercher dans la réaction de Kiev à cette situation :
1) Proposer de faire voter la loi martiale,
2) Pleurer auprès de l’OTAN,
3) Pleurer auprès de l’ONU.

La raison évidente de décréter la loi martiale, qui a même sautée aux yeux des médias occidentaux comme le Welt, est de suspendre les élections présidentielles ukrainiennes qui doivent avoir lieu en mars 2019. Normalement prévue pour une durée de 60 jours, la loi martiale peut ensuite être prolongée, et pourrait donc potentiellement l’être jusqu’au mois de mars.

Pourquoi faire annuler les élections ? Parce qu’avec à peine 9 % d’intention de votes et plus de la moitié des Ukrainiens qui refuseraient de toute façon de voter pour lui, Porochenko est sûr de perdre ces élections. Et s’il perd, lui-même et un certain nombre d’officiels ukrainiens pourraient alors être jugés pour leurs crimes (crimes de guerre dans le Donbass, massacre d’Odessa, etc).

Mais ce n’est pas la seule raison. Car quand on regarde ce que permet la loi martiale ukrainienne, on voit que même si Porochenko n’arrive pas à la prolonger jusqu’en mars, il peut s’en servir pour truquer les élections en sa faveur.

Comment ? En faisant arrêter ses opposants majeurs ou interdire leur parti sous prétexte qu’ils représenteraient un « danger pour l’indépendance de l’Ukraine » ou qu’ils voudraient « changer la constitution par la force ». Mais aussi en mettant définitivement tous les médias au pas sous peine de se voir confisquer leur matériel permettant d’émettre s’ils diffusent autre chose que la « version officielle ». En clair cela permettrait au président ukrainien de changer radicalement la donne avant que l’élection ait lieu afin d’augmenter ses chances de gagner.

Devant l’évidence du but recherché par le président ukrainien, des voix discordantes ont commencé à se faire entendre même en Ukraine, et même parmi les politiciens les plus russophobes ! Résultat, le vote de la loi martiale à la Rada a dû être ajourné, après que plusieurs députés des partis d’opposition aient bloqué le podium du porte-parole du parlement et demandé à discuter en détail de ce qui s’est passé la veille près de Kertch.

Car la ficelle est tellement grosse, que la couleuvre ne passe pas, même auprès du parti du Front Populaire, pourtant loin d’être un ami de Moscou. Quant à la Plateforme d’Opposition pour la Vie, elle réclame purement et simplement la démission de Porochenko et des officiels militaires impliqués dans ce fiasco pour apaiser les tensions.

Devant la polémique, Porochenko recule, en partie, proposant de décréter la loi martiale pour 30 jours au lieu de 60, afin de prouver que cela n’a rien à voir avec les élections. Aussi crédible qu’un enfant prétendant qu’il n’a pas touché à la confiture alors qu’il en a plein la figure !

Le côté opportuniste de déclarer la loi martiale saute aux yeux quand on se demande surtout, pourquoi, s’il s’agit d’une réelle agression russe contre les navires ukrainiens, Kiev ne déclare pas carrément la guerre à la Russie ? Car si la version ukrainienne était vraie, c’est la décision que Kiev devrait prendre en toute logique.

Pourquoi l’Ukraine ne déclare-t-elle pas la guerre à la Russie ? Certains pourraient me rétorquer qu’en faisant ça Kiev serait sûre de voir son armée anéantie par l’armée russe en moins de temps qu’il n’en a fallu à l’armée Géorgienne pour se faire écraser en 2008. Ce qui n’est pas faux, et qui montre, comme expliqué plus haut, que l’Ukraine n’est en réalité pas en guerre contre la Russie depuis 2014, contrairement à ce que Kiev affirme. Mais peut-être que les autorités ukrainiennes croient que l’OTAN les protégerait de la Russie, surtout si Kiev joue bien les victimes.

Non, la raison réelle est toujours la même : ne pas perdre l’argent du FMI. Si l’Ukraine entre en guerre ouverte contre la Russie, finie l’aide de l’institution internationale, et Kiev peut dès lors directement se déclarer en faillite. Aussi simple que cela.

Concernant les autres réactions de Kiev, cette provocation pourrait servir de prétexte à l’OTAN pour renforcer sa présence en mer Noire, prétendument pour protéger l’Ukraine contre la méchante Russie, faisant encore grimper les tensions dans la région. Les États-Unis ont d’ailleurs immédiatement exprimé leur soutien à l’Ukraine, montrant bien que Kiev a agi avec l’accord de ses patrons de Washington !

Et pour ce qui est de l’ONU, la réunion en urgence du Conseil de Sécurité a tourné au fiasco, les pays occidentaux et l’Ukraine ayant voté contre l’agenda proposé par la Russie pour les discussions.

Si on reprend l’ensemble des faits, on se rend compte que cette provocation avait de multiples buts :
1) Décréter la loi martiale pour que Porochenko garde son poste et sa tête, et que lui-même et plusieurs officiels ukrainiens ne finissent pas sur les bancs d’un tribunal pour leurs crimes.
2) Rajouter une pierre supplémentaire à l’édifice propagandiste de la « Russie pays agresseur » en Ukraine comme en Occident, en ne montrant que les faits qui présentent l’Ukraine comme la victime de l’agressivité russe, et en omettant tout ce qui pourrait montrer au public occidental que Kiev est responsable de la réponse russe. Le but final est de préparer les populations occidentales à une guerre contre la Russie, en la faisant passer pour le méchant de l’histoire.
3) Justifier une présence renforcée de l’OTAN et des États-Unis en mer Noire, afin de faire grimper les tensions dans cette zone jusqu’à provoquer le conflit dont Washington a désespérément besoin (pour comprendre le pourquoi du comment et à quel point tout cela est dangereux, je vous renvoie à cet excellent article du Saker).

Cette provocation n’est pas qu’une affaire interne à l’Ukraine comme le pensent certains. Il s’agit d’une manœuvre à tiroirs qui a des implications aussi bien locales que globales. Après le bombardement chimique d’Alep par les terroristes installés à Idlib, cette provocation est un coup supplémentaire de Washington pour contrecarrer les tentatives désespérées de Vladimir Poutine d’empêcher une conflagration entre les États-Unis et la Russie.

Les États-Unis ont besoin d’une guerre, car ils croient que cela va résoudre leurs problèmes tant économiques que géostratégiques, et empêchera la perte de leur hégémonie mondiale, quitte à sacrifier l’Ukraine et l’Europe sur l’autel de leurs intérêts propres, et sans comprendre qu’ils risquent leur propre destruction à ce jeu dangereux.

La réponse de la Russie à cette provocation, a elle aussi plusieurs raisons. Après des heures de tentatives de résoudre pacifiquement la crise en discutant avec les équipages ukrainiens, la Russie, en tirant sur les navires avant de les capturer, s’est résolue à envoyer un message clair : nous voulons la paix, mais si vous voulez absolument la guerre vous allez l’avoir et cela va vous faire très mal.

Comme le Saker, je crains malheureusement que la Russie ne parle à des sourds qui se croient invincibles, et que la trajectoire de collision entamée depuis des années entre Washington et Moscou ne puisse plus être déviée.

Si l’Occident ne change pas rapidement d’attitude, il goûtera à la même humiliation et destruction que celle de la marine ukrainienne, qui vient de perdre le peu de bateaux encore fonctionnels qu’elle possédait, et de montrer qu’elle est une armée en papier mâché, bien loin des panégyriques qu’en fait le président ukrainien.

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  4.35/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

140 réactions à cet article    


  • r_latouche 27 novembre 2018 09:43

    Moscou a, certes, dénoncé une « provocation » ukrainienne, mais a surtout reconnu l’usage de la force, alors que toutes ses actions sur le sol ukrainien, depuis l’annexion de la Crimée jusqu’à sa participation au conflit dans le Donbass, s’étaient jusque-là faites en secret

    .

    Je comprend l’Ukraine qui se sent spolié d’un territoire. A l’image de la France avec l’Alsace Lorraine perdue en 1870 et récupéré en 1918.

    Pour moi, cela va mal finir pour la Russie qui se croit trop forte, a force de provocation. Sa guerre en Syrie la suppose invincible, mais elle ne se bat pas avec les mêmes armes que les terroristes. Attention !


    • JC_Lavau JC_Lavau 27 novembre 2018 10:01

      @r_latouche. Les dits terroristes ne sont que les supplétifs au sol d’USraël, qui bénéficient de tous les moyens de reconnaissance aériens US, plus des bombardements ciblés contre l’armée syrienne, contre les civils syriens, et contre les infrastructures syriennes.
      Voir par exemple la parfaite coordination des bombardements US et de l’attaque DAESH à Deir ez Zor.


    • r_latouche 27 novembre 2018 11:06

      @JC_Lavau
      Pour vous, les US aident les terroristes en Syrie, mais les Russes n’aident pas les séparatistes du Donbass.

      C’est une façon de voir, mais biaisée par votre engagement idéologique.


    • Christelle Néant Christelle Néant 27 novembre 2018 11:21

      @r_latouche
      Sauf que la Crimé n’a pas été annexée mais réintégrée après un référendum. Donc votre comparaison avec l’Alsace-Lorraine est foireuse. Votre biais idéologique est visible comme le nez au milieu de la figure et vous empêche de voir la réalité. Ceux qui se croient trop forts c’est les Ukrainiens, et les Occidentaux. C’est pour eux que ça va mal finir.


    • JC_Lavau JC_Lavau 27 novembre 2018 11:46

      @r_latouche. Pas seulement les Tazunis, mais aussi les gouvernements britanniques et français, voire néerlandais et australiens, sans oublier les pétromonarchies. Se souvenir des exploits de Fafa, traître professionnel qui occupait le 37 quai d’Orsay.
      Tous gouvernements sous télécommande israélienne.


    • dorian 27 novembre 2018 11:57

      @JC_Lavau
      Dites donc Lavau , vous voyez des complots Israéliens partout vous. Papa était dans la division waffen SS d’alsace Lorraine ? Votre antisémitisme devient récurent .


    • JC_Lavau JC_Lavau 27 novembre 2018 12:10

      @dorian. https://www.youtube.com/watch?v=xp-XfFbFzNc
      En non-goy dans le texte.


    • Doume65 27 novembre 2018 12:11

      @r_latouche
      « cela va mal finir pour la Russie qui se croit trop forte, a force de provocation. »
      C’est clair, elle n’arrête pas de s’approcher de l’OTAN.


    • dorian 27 novembre 2018 12:21

      @JC_Lavau

      Lavau vous êtes cynique , c’est sur que vous avez choisi l’élite intellectuelle israelite , lui c’est une synthèse dans la connerie . Vous vous rendez compte un juif qui croit en dieu , j’en avais jamais vu.


    • chantecler chantecler 27 novembre 2018 12:39

      @dorian
      C’est vrai quoi !
      Encore une nation pacifiste !
      Et pas du tout hypocrite .
      Grace à sa « démocratie » dans la nation juive tout est clair .


    • Pere Plexe Pere Plexe 27 novembre 2018 18:37

      @r_latouche
      C’est sur que si d’aventure des navires de guerres Russes entre dans les eaux territoriales de la France (RU,USA,...) et n’obtempère pas il ne sera pas fait usage de la force.
      Sérieux ?


    • Alren Alren 27 novembre 2018 19:07

      @Christelle Néant

      Sauf que la Crimée n’a pas été annexée mais réintégrée après un référendum. Donc votre comparaison avec l’Alsace-Lorraine est foireuse.

      Absolument vrai ! Si l’on avait demandé aux Alsaciens-Lorrains par référendum s’ils acceptaient d’être désormais sous la coupe du kaiser, ils aurait répondu NON à une énorme majorité.
      En revanche quand on a demandé aux Savoyards en 1860 s’ils acceptaient de désormais être des citoyens français plutôt qu’Italiens, ils ont répondu OUI à une très forte majorité et plus personne n’a remis en cause le rattachement de la Savoie à la France, sauf le dictateur Mussolini, après la défaite française de 1940. Sans demander leur avis aux savoyards bien entendu.

      Il faut donc comparer le vote des habitants de la Crimée à celui des Savoyards !
      Et à la différence des Alsaciens-Lorrains après 1870, il seul que peu de ces habitants ait quitté la Crimée russe pour l’Ukraine nazie !!!

      Merci beaucoup, Christelle, pour être pratiquement la seule à donner des informations de qualité sur cette région et à faire des analyses toujours pertinentes.

      Sauf que je ne partage pas votre pessimisme à propos d’une guerre où des pilotes et des marins russes affronteraient dans les airs et sur les mers les États-uniens. Ceux-ci ne sont pas fous quand même. Ils savent qu’aussi loin du pays, de leurs bases, ils seraient vaincus. Je ne parle même pas de combats terrestres. c
      Car les sous-marins russes pourraient facilement couler dans l’Atlantique les bateaux d’approvisionnement et de transport de troupes.

      Et puis l’équilibre de la terreur concerne aussi les habitants des USA !!!


    • Christelle Néant Christelle Néant 27 novembre 2018 19:16

      @Alren
      Merci de votre soutien.
      Pour ce qui est de la folie des élites occidentales c’est là le piège : croire que ces gens réagissent comme des personnes saines d’esprit. La peur fait faire beaucoup de conneries, et les élites ont une peur terrible de perdre leur statut, couplée à la croyance ferme qu’ils sont invincibles. C’est ce que dit le Saker avec beaucoup de justesse.


    • QAmonBra QAmonBra 27 novembre 2018 20:12

      @r_latouche

      La Crimée est plus surement russe que Mayotte n’est française, en matière de non respect du droit international, les vendus qui prétendent nous diriger et qui actuellement jaunissent leurs dessous face aux gilets jaunes, n’ont de leçon à donner à personne, certainement pas aux russes.

      La Crimée intéresse davantage les anglo-$ionistes ainsi que lesdits toutous mettant notre pays à leur service et cela ne date pas d’hier. . .


    • Guy19550 Guy19550 27 novembre 2018 23:44

      @r_latouch

      Si les russes ont reconnu l’usage de la force, il y a deux raisons à cela, la première est parceque c’est vrai et la seconde est que les eaux territoriales russes ont été pénétrées, faut-il rappeler que la Crimée est maintenant russe par référendum ?

      Dans le Donbass, il n’y a de russes, seulement certains volontaires, mais qui ne dépendant pas de l’Armée russe. La russie n’a aucune raison de reconnaître des attaques là-bas. C’est une guerre civile et les russes sont en dehors de cette guerre.

      Je tenais à donner cette précision.

      Bravo Christelle, c’est très bien résumé. Pour la suite, faudra attendre 2 mois car les ukrainiens ont été arrêté pour cette durée pour les besoins de l’enquête.

      Si vous voulez les liens que moi j’ai relevé, ils sont ici :

      http://ech-infos-bourses.forumgratuit.org/t150p200-donnees-ukraine-effacees-depuis-bourso#1629
      Vers la fin du post pour le début de l’histoire et cela confirme les propos c-de Christelle.

      Et pour la suite, c’est ici :
      http://ech-infos-bourses.forumgratuit.org/t150p200-donnees-ukraine-effacees-depuis-bourso#1632


    • Mychris Mychris 28 novembre 2018 01:01

      Je me pose la question, comment dans un post évoquant un incident entre l’Ukraine et la Russie on en vient à parler du fameux complot juif....
      J’ai du rater un épisode, c’est bien l’Ukraine qui est néo-nazi ? Parce que il semble que certains intervenants ici soient peu ou prou antisémites.
      Rappelons tout de même que les partis nazis sont par principe antisémites :
      http://www.col.mjb-jmb.org/pa_mjb/media/collectiveaccess/images/2/52713_ca_object_represe ntations_media_234_large.jpg


    • JC_Lavau JC_Lavau 28 novembre 2018 01:05

      @Mychris. Tu as manque beaucoup d episodes. Clavier qwerty. Excuses.


    • Christelle Néant Christelle Néant 28 novembre 2018 09:38

      @Guy19550
      Oui, deux mois c’est normal, ils en feront peut être quelques uns de plus et seront ensuite renvoyés en Ukraine. La question c’est les bateaux ukrainiens. Vont-ils être échangés contre des navires commerciaux russes arraisonnés par les ukrainiens ? À suivre.


    • r_latouche 27 novembre 2018 09:58

      L’incident entre les marines russe et ukrainienne dans le détroit de Kertch vient aggraver une situation déjà très tendue pour la navigation commerciale dans ce débouché de la mer d’Azov, qui longe la Crimée. Or c’est encore le passage obligé des bateaux ukrainiens d’acier et de ferraille, mais aussi celui de beaucoup de vraquiers de blé russe. 43 % des exportations russes de blé empruntent le détroit de Kertch pour rejoindre la mer Noire, puis la Méditerranée.

      Pont russe trop bas pour les bateaux ukrainiens

      La Russie cherche à contrôler ce passage commercial stratégique. Depuis qu’elle a pris le contrôle de la Crimée, la Russie a construit un pont de 19 km qui enjambe le détroit de Kertch pour avoir une liaison terrestre avec la province annexée. Mais ce pont a aussi constitué un moyen de décourager la navigation ukrainienne dans la mer d’Azov. La rive ukrainienne a un tirant d’eau de 9 mètres à Marioupol, plus élevé que la rive russe à l’est où il est de moins de 5 mètres à Rostov. Or le pont russe a été conçu en dépit des règles maritimes internationales, il manque de hauteur et il barre donc désormais la route aux navires ukrainiens, depuis toujours plus hauts que les bateaux russes ! Depuis avril dernier, Moscou menace aussi d’imposer un péage aux bateaux ukrainiens.

      Pas de flambée des prix du blé à craindre

      Après ce dernier incident naval, y a-t-il un risque que les prix des céréales s’envolent, étant donné le poids de la Russie et de l’Ukraine sur le marché du blé ? Le paradoxe, c’est que la Russie n’a jamais exporté autant de blé que depuis qu’elle a fait construire ce pont sur le détroit de Kertch. L’Ukraine, elle, a pu poursuivre ses exportations de céréales en les expédiant depuis les rives de la mer Noire pour éviter la mer d’Azov, d’où elle n’expédie plus que 4,6 % de son blé aujourd’hui.
      Pour l’instant donc, pas de répercussion à craindre sur le marché des céréales.
      Le dernier incident pourrait tout au plus faire monter les prix du fret, le transport maritime. La Russie pourrait aussi utiliser cet événement pour stopper ses exportations avant l’heure prévue, et cela pourrait finalement l’arranger : elle garderait les grains qui lui restent pour faire un peu baisser les prix en Russie. La farine commence à devenir chère pour les citoyens russes.


      • Christelle Néant Christelle Néant 27 novembre 2018 11:24

        @r_latouche
        Ou comment pondre un paquet de conneries conséquentes en un commentaire. Si vous aviez réellement lu mon article et suivi ce lien http://dnipress.com/fr/posts/un-think-tank-americain-veut-lancer-une-guerre-contre-la-russie-pour-un-remake-a-lukrainienne-de-la-sardine-qui-a-bouche-le-port/ vous sauriez que le pont ne gêne strictement en rien le trafic maritime, qui a toujours été limité dans le détroit par... la FAIBLE PROFONDEUR de ce dernier. Allez faire la propagande de Kiev ailleurs, et avec des faits, et pas des contes pour enfants sortis de votre imagination.


      • sls0 sls0 27 novembre 2018 22:18

        @Christelle Néant
        Bien fait l’article sur la bathymétrie de la mer d’Azov, que du bon sens.


      • Christelle Néant Christelle Néant 27 novembre 2018 23:10

        @sls0
        Merci. Cet article fut long à produire, et c’est pour ça que ca m’agace de voir toujours cette même rengaine idiote du pont qui bloque répétée comme une litanie sans fin alors que les faits sont énoncés clairement et sourcés.


      • r_latouche 27 novembre 2018 10:10

        la Russie doit respecter de nouveau le droit international et qu’elle ne viole pas la souveraineté territoriale de ses voisins


        • chantecler chantecler 27 novembre 2018 10:15

          @r_latouche
          C’est sûr et certain : la clique ukrainienne au pouvoir n’utilise que des sarbacanes et quelques arcs pour se faire entendre : ce sont des êtes pacifistes , voire des agneaux .


        • Christelle Néant Christelle Néant 27 novembre 2018 11:27

          @r_latouche
          C’est l’Ukraine qui n’a pas respecté le droit international, et ce depuis 1991, en ne respectant pas le référendum fait en Crimée qui indiquait que les gens ne voulaient pas rester au sein de l’Ukraine. Encore un qui aurait mieux fait de se taire.
          http://stoprussophobie.info/index.php/top-actu-menu/item/95-qui-a-annexe-la-crimee
          Et concernant l’incident du 25, c’est l’Ukraine qui n’a pas respecté les Conventions maritimes.


        • Pere Plexe Pere Plexe 27 novembre 2018 18:40

          @r_latouche
          ...même les plus russophobes de nos médias n’osent pas parler de violation du droit par Poutine.
          c’est quand même un signe non ?


        • r_latouche 27 novembre 2018 10:15

          Le port de Marioupol craint un envahissement de la Russie par la mer. L’état d’alerte a encore augmenté d’un cran


          • Pere Plexe Pere Plexe 27 novembre 2018 18:48

            @r_latouche
            ...au quel cas le détroit de Kersh serait de toute façon infranchissable aux navires Ukrainiens.
            Un détroit de 4 km de large sur 5 km de long avec une île au milieu et deux rives tenues par l’ennemie : bonne chance pour le franchir !
            L’argument ne tient pas


          • r_latouche 27 novembre 2018 10:18

            Pour information, six des 23 militaires Ukrainiens à bord ont été blessés, dont deux se trouvent dans un état grave.


            • Christelle Néant Christelle Néant 27 novembre 2018 11:27

              @r_latouche
              Faux, seulement trois sont blessés et légèrement. Leur vie n’est absolument pas en danger. Arrêtez votre propagande foireuse s’il vous plait.


            • Ouallonsnous ? 27 novembre 2018 21:00

              @r_latouche

              Il faut arréter de toucher le fond de la sottise, vous n’auriez pu choisir un aussi bon avatar, il vous sied parfaitement !


            • r_latouche 27 novembre 2018 10:18

              La marine ukrainienne assure cependant avoir averti la Russie à l’avance de l’itinéraire de ses navires.

              Selon elle, ses bateaux ont passé plusieurs heures devant le détroit de Kertch, alors qu’un navire pétrolier placé sous le pont de Crimée, qui enjambe le détroit de Kertch, bloquait l’accès au détroit. Ce détroit, la seule voie maritime entre la mer Noire et la mer d’Azov, est un axe stratégique de première importance, pour la Russie comme pour l’Ukraine.


              • Christelle Néant Christelle Néant 27 novembre 2018 11:29

                @r_latouche
                Bla bla bla ils n’ont averti de rien, les hommes capturés par le FSB ont avoué avoir violé les eaux territoriales et avoir refusé d’obéir aux ordres.


              • Mychris Mychris 27 novembre 2018 10:51

                Bonjour Christelle,

                Je vais encore me faire insulter (Méthode récurrente avec vous lorsque l’on est pas d’accord) mais bon :

                Manœuvres dangereuses, lesquelles ? Seule les russes considèrent qu’il s’agit de manœuvres dangereuses.

                Eaux territoriales... Seule la Russie et quelques états vassaux ou affiliés reconnaissent l’annexion ou le retour (selon le camps) de la Crimée. Pour l’Ukraine c’est toujours ses eaux territoriales.

                La vérité c’est que la marine Russe a ouvert le feu sur des navires militaires d’un état souverain ce qui est de fait un acte de guerre qu’il soit provoqué par les Ukrainiens ou non c’est le résultat.

                Soyons donc objectif.

                Oui il s’agit d’une provocation de Porochenko, sans aucun doute. Vous êtes, chère Christelle, au cœur d’un conflit ouvert avec l’Ukraine ce qui bien entendu vous amène à avoir des positions tranchées , ce que je comprends aisément. La Russie défend ses intérêts et c’est compréhensible également. Cependant la vérité c’est que depuis la prise de contrôle du détroit de Kertch, les Russes décident de tout et bloquent les navires quelques soient leurs nationalités. De fait, c’est mathématique, elle asphyxie les ports Ukrainiens de Berdiansk et Marioupol (les deux ports en eaux plus profonde) de la mer d’Azov qui ont perdus plus de 50% de leurs contrats maritimes sans parler des pertes liés au conflit du Donbass. Il suffit de parler avec les entreprises portuaires pour être objectif comme vous dites. Bien sur vous n’avez pas parlé avec ces entreprises Christelle, n’est ce pas ?

                Évidemment vous évoquez la non présence russe au Donbass et je suis d’accord l’armé Russe n’est pas présente directement au Donbass. Seulement vous occultez totalement une chose c’est qu’il existe de nombreux autres moyen d’entretenir un conflit armé. Les américains en Afghanistan durant le conflits avec URSS, Les Vietnamiens du nord armé par la Russie etc... Vous le savez très bien.

                Enfin, pour conclure, sur votre analyse concernant la manœuvre politique de Porochenko je vous rejoins totalement, le pouvoir lui échappe et pour se maintenir au pouvoir il lui faut des leviers.



                • Christelle Néant Christelle Néant 27 novembre 2018 11:43

                  @Mychris
                  Je ne vous insulte pas je dénonce la merde que vous racontez, mais bon cela vous ne le supportez pas.
                  - À part
                  la Russie qui peut dénoncer ces manoeuvres dangereuses vu que c’est le seul autre état frontalier de la mer d’Azov ? Vous en avez d’autres des questions stupides comme ça ? Les bateaux étaient armés, les canons découverts et en position de tir alors qu’ils zigzaguaient à proximité de bateaux commerciaux et du pont de Crimée. C’est quoi ça pour vous ? Un passage pacifique du détroit ? En plus sans prévenir et sans respecter la procédure définie, qu’ils avaient pourtant suivi sans problème en septembre 2018 !!! Les hommes capturés l’ont d’ailleurs avoué le tout en vidéo !!!
                  - Les eaux territoriales violées appartenaient à la Russie avant même la réintégration de la Crimée. La prochaine fois renseignez-vous, cela vous évitera de vous auto-insulter en passant pour un idiot.
                  - La vérité c’est que chaque État a le droit d’user de la force pour défendre une violation aussi flagrante de ses frontières par des bateaux militaires armés et prêts à tirer. À moins que vous ne considériez que la Russie n’a pas le droit de défendre ses frontières et sa population. Le résultat comme vous dites, c’est que l’Ukraine a commis un acte de guerre et que la Russie y a répondu. Et pas l’inverse. Merci de confirmer par ce commentaire que vous êtes bien un pro-Kiev qui réécrit l’histoire à sa sauce selon les besoins.
                  Concernant la suite de votre commentaire allez relire MES articles qui sont SOURCES et DOCUMENTES !!!! Vos entreprises portuaires ont perdu des contrats parce que l’économie ukrainienne s’effondre, et absolument pas à cause de la construction du pont de Crimée. 48% des navires fouillés à Kertch le sont à destination ou en provenance de ports russes !!!! Les Russes ne bloquent rien, ils assurent la sécurité du pont qui est une cible pour les terroristes ukrainiens. C’est ça être objectif, pas raconter des salades comme vous et monsieur Latouche qui nous ressort les histoires de pont trop bas pour les bateaux allant à Marioupol ou Berdiansk alors que le problème a toujours été le faible tirant d’eau du détroit. Le pont est une excuse pour cacher la misère de l’économie ukrainienne. Pas besoin de discuter avec les entreprises portuaires pour voir l’état de l’Ukraine. J’ai des amis qui ont de la famille en Ukraine et les informations que j’ai c’est pas les salades que vous racontez en mode tout va bien madame la marquise.


                • Mychris Mychris 27 novembre 2018 12:04

                  @Christelle Néant

                  C’est ce que je disais, impossible d’avoir une opinion divergente ce qui démontre une fois de plus votre embrigadement monopolaire)


                • chantecler chantecler 27 novembre 2018 12:34

                  @Mychris
                  Oui, il va falloir réécrire l’histoire .
                  Par exemple les accords de Yalta ont été signés en Ukraine .(Roosevelt, Churchill , Staline) ???
                  Et pourtant les troupes allemandes en 45 quand elles ont commencé à se retirer ont tout cassé en Ukraine .
                  Sans doute que la clique au pouvoir aujourd’hui les aurait aidées .


                • Christelle Néant Christelle Néant 27 novembre 2018 14:58

                  @Mychris
                  Encore une fois vous mélangez opinion et faits. Je vous parle de FAITS !!! C’est comme si vous me disiez que le ciel c’est jaune et que je vous dis que c’est bleu et que vous me dites que je ne supporte pas une opinion divergente... Ce que vous sortez est du débilisme à l’état pur ! Celui qui est embrigadé au point de ne pas supporter les faits, c’est vous, pas moi.


                • dorian 27 novembre 2018 11:52

                  C’est dur de dialoguer avec quelqu’un de formater sur un logiciel qui tourne en boucle. Seul les Russes sont des petits angelots qui oeuvrent pour le bien de l’humanité.


                  • r_latouche 27 novembre 2018 12:02

                    @dorian
                    Exact. Et combien de fois l’auteure bloque les comptes des personnes qui ne vont pas dans son sens idéologique pour avoir seulement les commentaires allant dans sa pensée unique et formatée.

                    En plus, ses liens référence sont uniquement les mêmes sites de propagandes.


                  • Zolko Zolko 27 novembre 2018 12:31

                    @r_latouche : « En plus, ses liens référence sont uniquement les mêmes sites de propagandes »
                     
                    vous avez raison, regardons la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer :
                     
                    Article 30 - Inobservation par un navire de guerre des lois et règlements de l’Etat côtier

                    Si un navire de guerre ne respecte pas les lois et règlements de l’Etat côtier relatifs au passage dans la mer territoriale et passe outre à la demande qui lui est faite de s’y conformer, l’Etat côtier peut exiger que ce navire quitte immédiatement la mer territoriale

                     

                    —Article 38 - Droit de passage en transit

                    On entend par passage en transit l’exercice, conformément à la présente partie, de la liberté de navigation et de survol à seule fin d’un transit continu et rapide par le détroit

                     

                    —Article 39 - Obligations des navires et aéronefs pendant le passage en transit

                    s’abstiennent de toute activité autre que celles qu’implique un transit continu et rapide, selon leur mode normal de navigation


                  • Christelle Néant Christelle Néant 27 novembre 2018 14:59

                    @dorian
                    Non c’est dur de discuter avec des gens qui confondent opinion et faits et qui prennent leurs désirs pour la réalité. Je viens avec des faits. Si vous voulez discuter, venez avec des faits, pas l’histoire réécrite à votre sauce. Trop compliqué à demander ?


                  • Christelle Néant Christelle Néant 27 novembre 2018 15:00

                    @r_latouche
                    Non je ne bloque que les trolls, les gens qui insultent, et les harceleurs. Pourquoi vous en plaindre si vous n’appartenez à aucune de ces trois catégories ?
                    Quant à mes liens de référence, vu le nombre de fois où je cite des médias ukrainiens, vous auriez mieux fait de vous taire sur ce coup-là...


                  • Mychris Mychris 27 novembre 2018 17:47

                    @Christelle Néant

                    En effet pour être honnête, on est rarement d’accord avec Christelle mais elle ne m’a jamais bloquée ou censurée.
                    A bon entendeur....

                    Pour le reste :

                    Voici les eaux territoriales en mer d’Azov :
                    https://files.newsnetz.ch/story/1/0/5/10501727/6/topelement.jpg

                    Voici l’accord de 2004 sur la libre circulation des navires ukrainiens et russe en mer d’Azov y compris militaires :
                    http://zakon.rada.gov.ua/laws/show/643_205?lang=ru


                  • roman_garev 27 novembre 2018 20:47

                    @Mychris
                    ...Tandis que l’histoire a eu lieu en mer Noire, pas en mer d’Azov.

                    Pour votre info, les navires ukrainiens sont entrés dans les eaux qui étaient toujours russes, avant 2014. Ils l’ont avoué aujourd’hui eux-mêmes au tribunal. Informez-vous pour ne pas passer pour un ignorant.


                  • eric 27 novembre 2018 13:11

                    La vidéo de Xavier est plus compacte et on y apprend l’essentiel. Ici il y a plus de détail, mais surtout intéressant pour les gens qui connaissent un peu..


                    • JMBerniolles 27 novembre 2018 13:21

                      Tandis que pour ce qui touche au Moyen Orient on a du mal de premier abord à démêler les motivations de fond d’une action, dans le cas du régime de Kiev on comprend tout de suite les objectifs poursuivis. Il sont exposés clairement dans l’article.

                      Mais la situation est toujours la même. La Russie ne se laisse pas entraîner dans des actions irréfléchies tout en indiquant sa détermination en cas d’agression militaire plus large. L’OTAN compte sur les ukrainiens, polonais et autres pour se battre contre la Russie à sa place.

                      Et surtout la situation économique de l’Ukraine continue à se dégrader, la majorité de la population est maintenant sans doute touchée...

                      La touche finale de l’incapacité du régime de Kiev de faire face à cela et de son irresponsabilité a été de s’attaquer à la religion dans ce pays où beaucoup de gens sont religieux et sûrement attachés à leur église.

                      On comprend que les russes attendent tranquillement que ce régime, qui a peur des élections, s’effondre.


                      • amiaplacidus amiaplacidus 27 novembre 2018 17:54

                        @JMBerniolles

                        Je modifierais une phrase de votre intervention.
                        Plutôt que :
                        « L’OTAN compte sur les ukrainiens, polonais et autres pour se battre contre la Russie à sa place. »

                        J’aurais écris :
                        « Les USA comptent sur les ukrainiens, polonais et autres pour se battre contre la Russie à leur place. »

                        L’OTAN n’étant qu’une institution en mains US et œuvrant au profit exclusif des USA.
                        .
                        .
                        La situation économique se dégrade, la corruption de Kiev atteint un niveau tel que même l’Allemagne, pourtant fidèle alliée de Kiev, commence à se distancer.
                        Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que le gouvernement de Kiev génère un incident extérieur.
                        Provoquer des incidents internationaux pour faire oublier des échecs internes, c’est un classique de la politique.


                      • JMBerniolles 27 novembre 2018 18:56

                        @amiaplacidus

                        Merci pour votre rectification juste. 
                        Il semble que cette provocation soit l’œuvre de Poroshenko et sa clique seuls.

                        L’Allemagne et d’autres pays européens semblent se faire à l’idée qu’ils s’approvisionneront en gaz russe sans passer par l’Ukraine… 


                      • Bernard Grua Bernard Grua 27 novembre 2018 13:30

                        Cet événement appelle, à mon sens, deux commentaires.

                        Tout d’abord, il convient de noter que la Russie, pour la première fois, exerce sous son drapeau une action militaire contre l’Ukraine. C’est d’autant plus étonnant que les navires concernés avaient déjà fait demi-tour. On ajoutera que les propos que l’on entend sur la passerelle du « Don », indignes d’une Marine civilisée, sont tout à fait choquants et resteront une tâche sur le pavillon russe.
                        Cette action ouverte est un changement important alors que la Russie avait eu beaucoup de succès dans sa guerre hybride, à laquelle les Occidentaux n’étaient pas préparés. Il est étonnant d’y renoncer. La seule explication logique est une préoccupation de politique intérieure. En contrepartie, cela a donné l’opportunité, à Poroshenko, de déclarer la loi martiale, ce qu’est, en fait, l’état de siège. Que la Russie soit tombée dans un piège tendu par Porochenko, comme le suggère Christelle Néant, donnera lieu à des débats que l’histoire tranchera peut-être un jour, là n’est pas la question. Il a bien eu abordage, tirs, blessés et arraisonnement. L’action a eu lieu. Elle a aussi rendu les explications russes beaucoup plus difficiles comme l’a montré l’ambassadeur russe à la session de l’ONU, hier. Ce dernier dans sa conférence de presse a sollicité les questions pour finalement dire qu’il ne pouvait rien dire avant les résultats de l’enquête. Ce fut, pour le moins, humiliant et cela augure mal de l’avenir.

                        Ensuite, il y a un autre point, certainement le plus important, dont on ne parle pas beaucoup (sauf Zorko, le temps que je rédige ce commentaire :) ). On laissera ici le débat sur les eaux territoriales de la Russie autour de la Crimée pour ne garder que la vision de Moscou, à savoir que les eaux concernées étaient russe. La convention des Nations Unies sur le droit de la mer signée en 1982 stipule que l’on ne peut s’opposer pas au passage inoffensif d’un navire de commerce ou de guerre dans ses eaux territoriales. L’action de lundi ne respecte pas cette convention. Là on sort du conflit russo-ukrainien pour toucher un point qui concerne l’ensemble des pays du monde : 80% du tonnage mondial, 70% de sa valeur, transite par la mer. On n’est plus au niveau des principes mais au niveau des ressources des pays. Lorsque les relations entre la Turquie et la Russie étaient exécrables, le Bosphore est resté ouvert à la flotte russe. Qu’en sera-t-il demain si Istanbul décide d’appliquer l’exemple russe ? Que dira-t-on si le transit par Gibraltar, par la Manche, par le Skagerak etc. sont fermés au bon vouloir des Etats riverains. Le blocage des détroits où qu’ils soient est inacceptables dans notre monde. La Russie est seule. Ce n’est pas en évoquant un comportement dangereux qui n’a, pour l’instant, pas été démontré ou même en barrant le passage par un cargo mis en travers, que l’on peut tromper qui ce soit de responsable. Moscou tente maintenant de limiter la portée de cet incident, qui pourtant ne concerne plus seulement l’Ukraine. L’épisode de lundi, engagé avec beaucoup de légèreté et dans une vision à très courte vue, concerne bien l’ensemble des pays du monde. Alors que Marioupol et Berdyansk étaient tranquillement en train d’asphyxier et que la mer d’Azov devenait un lac russe, tout est remis en question. La crise ukrainienne a été très malencontreusement internationalisée. Plus qu’une faute, ce fut une erreur stratégique majeure. 


                        • JC_Lavau JC_Lavau 27 novembre 2018 13:40

                          @Bernard Grua. Je n’ai pas souvenir que la Russie ait menacé le pont du Bosphore.


                        • Zolko Zolko 27 novembre 2018 13:58

                          @Bernard Grua : « Plus qu’une faute, ce fut une erreur stratégique majeure »
                           
                          oui, moi non-plus je ne comprends pas pourquoi la Russie a réagi à une provocation si primitive.


                        • Bernard Grua Bernard Grua 27 novembre 2018 14:45

                          @JC_Lavau
                          Lors du Conseil de Sécurité de l’ONU du lundi 26/11/2018 et dans sa conférence de presse, l’ambassadeur de Russie n’a pas fait état d’une menace sur le pont de Kertch de la part du remorqueur et des deux patrouilleurs arraisonnés. Je vous invite en prendre connaissance de ses propos. http://webtv.un.org/meetings-events/security-council/watch/ukraine-security-council-8410th-meeting/5971739778001


                        • JMBerniolles 27 novembre 2018 14:46

                          @Bernard Grua

                          Si vous laissiez les russes régler eux-mêmes leurs problèmes et vous préoccupiez plutôt de ce qui se passe dans votre pays où un apprenti dictateur au petit pied qui ne représente qu’une faible partie du peuple français, ignore un mouvement représentatif des plus opprimés en France et soutenu par une bonne majorité de français… 


                        • Bernard Grua Bernard Grua 27 novembre 2018 14:50

                          @Zolko
                          Je pense que nous ne sommes pas les seuls à nous poser la question.


                        • Zolko Zolko 27 novembre 2018 15:03

                          @Bernard Grua : un des scénarios possible est l’effet moustique : ces 3 bateaux tournaient et manœuvraient de manière erratique pendant des heures, sans répondre aux injonctions de la marine locale, puis des responsables locaux en ont eu marre et ont sur-réagi, sans penser aux effets globaux. A part ça, je ne vois pas. Ou alors, l’effet vodka, mais c’est un peu pareil.


                        • Bernard Grua Bernard Grua 27 novembre 2018 15:13

                          @JMBerniolles
                          Généralement je ne fais pas de commentaires sur la crise ukrainienne. Je vous propose de lire mes articles et mes commentaires, ici, sur Agoravox. Si je suis exceptionnellement intervenu, c’est justement pour souligner que les « problèmes des Russes », comme vous dites, ont été internationalisés par l’action de Kertch et dépassent maintenant un simple événement local. Ce n’est ni l’aspect polémique, ni l’aspect idéologique, ni l’aspect propagandiste qui m’intéressent. En revanche, même local, cet accrochage a, à mon avis, une dimension historique car il rompt avec ce que nous connaissons depuis près de 5 ans. Il n’en est que plus étonnant.
                          Je me sens concerné par ce qui se passe dans mon pays, la France. Mais, je vous suggère, une nouvelle fois, de lire mes articles sur le site d’Agoravox, j’écris principalement sur la Russie. Cela m’intéresse plus que Macron dont beaucoup de personnes s’occupent déjà et que vous dites soutenu par une « bonne majorité de Français » (26 % d’opinions favorables, 73 % de mauvaises opinions...)
                          Par ailleurs, j’ai aussi publié sur Russia Today.


                        • Christelle Néant Christelle Néant 27 novembre 2018 15:14

                          @Bernard Grua
                          Vous aussi comme Mychris souffrez de vision et de mémoire sélective. Les navires en question n’ont fait demi tour que pour essayer d’échapper aux navires russes après 12 h de course poursuite durant laquelle ils ont tenté à plusieurs reprises d’aller vers le détroit de force. Le tout avec leurs armes découvertes et pointées vers les navires russes (article en cours, j’ai traduit toute la chronologie des événements fournie par le FSB), en violation des règles de franchissement pacifique du détroit que vous mentionnez. D’ailleurs les navires ukrainiens n’avaient pas hissé leurs drapeaux. Pourquoi alors que c’est illégal ? Les propos entendu sur la plateforme du Don sont logiques après 12 h de course poursuite, d’ordres de s’arrêter et de rappels constants de la procédure de franchissement du détroit. La seule tâche et humiliation est du côté de la marine ukrainienne, dont les bateaux ont été stoppés par le FSB, et même pas par la flotte de la Mer Noire.
                          Concernant les préoccupations de politique intérieure c’est en Ukraine qu’elles se trouvent, d’où la nécessité pour Porochenko de décréter la loi martiale, car il est dans la mouise. Coté russe, Poutine se porte bien. Le changement dans le ton russe vient du fait que l’Ukraine a sottement annulé le traité d’amitié avec la Russie. J’avais annoncé que cela équivalait à accorder à la Russie le droit de frapper sans les gants et c’est ce qu’elle fait désormais. D’abord avec les révélations sur le missile BUK présenté par le JIT, maintenant en répondant aux provocations et actes de guerre de l’Ukraine. C’est fini la clémence russe. Vous avez épuisez la patience de l’ours, et ca va faire tout drôle à un paquet de gens.
                          La faute stratégique majeure est du côté de Kiev, Bruxelles et Washington qui ont pris la patience russe pour de la faiblesse et ont décidé de tester cette dernière une fois de trop. La Russie a agit conformément au droit international et avec beaucoup de patience. Les navires ukrainiens ont violé les eaux territoriales et menacé les bateaux des gardes côtes russes avec leurs armes, violant ainsi les règles de passage du détroit, sans parler du non respect total de la procédure de passage. Donc c’est bien l’Ukraine qui est fautive et non la Russie. C’est le comportement de l’Ukraine qui est inacceptable. Et ça c’est la conséquence de gens comme vous qui les laissez tout faire sous prétexte de contrer la Russie. Dans les années 30 d’autres ont fait la même chose avec Hitler pour contrer le communisme. Je vous laisse vous rappeler comment ça a fini....


                        • Bernard Grua Bernard Grua 27 novembre 2018 15:55

                          @Christelle Néant
                          « Et ça c’est la conséquence de gens comme vous qui les laissez tout faire sous prétexte de contrer la Russie. Dans les années 30 d’autres ont fait la même chose avec Hitler pour contrer le communisme. »
                          Si vous aviez évité de conclure si rapidement par le point Godwin après des arguments émotionnels on aurait pu avoir un échange. La polémique ne m’intéresse pas.


                        • Christelle Néant Christelle Néant 27 novembre 2018 16:03

                          @Bernard Grua
                          Si rapidement ? Ah non, vu le nombre de commentaires que j’ai posté pour contrer les bêtises énoncées sous mon article par certains, j’ai même été très lente à sortir le point Godwin. Mais cela vous arrange bien et vous évite de devoir répondre avec des faits que vous n’avez pas en poche pour répondre. Ce n’est pas la polémique qui ne vous intéresse pas, mais le fait de devoir confronter vos illusions avec la réalité.


                        • JMBerniolles 27 novembre 2018 16:17

                          @Bernard Grua

                          Ce qui me parait clair c’est que les russes n’hésiteront à employer la force contre le régime de kiev s’ils le jugent nécessaire, mais ce n’est pas un fait nouveau de même que le fait qu’ils considèrent la mer noire comme leur domaine privé… 

                          Ce qui rend ce conflit international c’est la volonté de pays comme les USA, qui sont à la base de Maïdan, les français, anglais et bien entendu les pays Baltes et la Pologne pour leur détestation de la Russie… (je pense que l’Allemagne est beaucoup moins engagée dans ce sens et qu’elle privilégie en sous main des relations directes avec la Russie) de soutenir le régime de Kiev, à la forte composante néo nazi.

                          Mais dans la pratique, ceux qui dirigent à Kiev le savent bien, le scénario d’une guerre avec la Russie serait celui de la Géorgie. Alors disons que les motivations internes sont certainement les plus importantes. 


                        • toutenun 27 novembre 2018 14:55

                          Pour rebondir sur le commentaire de Bernard Grua et avant d’être expédié au cimetière des trolls, habituel terminus des contestataires en ces lieux, et s’il y reste de la place  :

                          L’incident de Dimanche pourrait s’inscrire dans la suite des défis lancés par la Russie au reste du monde. Montrer, aux Russes en premier lieu, qu’elle est capable des audaces qu’ont lui connaît et déjà rappelées plus haut. Montrer aux Russes que la Russie ne se laisse pas faire Quite à fabriquer un incident sans fondements reéls mais portant néanmoins sur des considérations d’ordre international. Ce qui oblige la communauté internationale à se manifester.

                          Mieux encore, montrer, aux Russes toujours, que le reste du monde, pour ne pas dire l’Occident, ne réagit pas ce qui laisse entendre qu’il n’est pas en capacité de le faire. Du pain béni pour les aspirations à la toute puissance de la nation russe.

                           

                          Alors, «  La crise ukrainienne a été très malencontreusement internationalisée. » ? Je veux en douter. Il s’agirait là d’une maladresse à laquelle Wladimir Poutine, s’il en est l’auteur, ne nous a pas habitué.


                          • Christelle Néant Christelle Néant 27 novembre 2018 15:16

                            @toutenun
                            Non l’incident de dimanche est la goutte de trop de provocations ukrainiennes qui a fait déborder le vase de la patience russe. Tout a une limite en ce monde. même la patience des Russes. Je n’interdis pas les contestataires du moment qu’ils sont polis et parlent de faits, pas de contes de fées...


                          • Bernard Grua Bernard Grua 27 novembre 2018 15:25

                            @toutenun
                             Vous dites : « Montrer, aux Russes en premier lieu, qu’elle (la Russie) est capable des audaces qu’ont lui connaît et déjà rappelées plus haut ». Je suis en phase avec vous même si je suis plus restrictif « La seule explication logique est une préoccupation de politique intérieure ».
                            Vous écrivez encore : « Il s’agirait là d’une maladresse à laquelle Wladimir Poutine, s’il en est l’auteur, ne nous a pas habitué. » Pour ma part j’y vois une lourde erreur mais vous avez peut-être raison. J’ai peut-être jugé trop vite en me basant principalement sur les discours au Conseil de Sécurité. On verra la suite. En toute honnêteté, je dois néanmoins reconnaître que certains éléments peuvent vous donner raison. Si l’on en croit Sputnik, Trump s’en lave les mains : « Nous n’aimons pas ce qui se passe de toute façon. Et j’espère que tout sera réglé » 


                          • toutenun 27 novembre 2018 15:30

                            Une petite chose encore...

                            Hier soir, la Russie s’est empressée de répondre à une question qui ne lui était pas posée...

                            Ainsi avons nous appris de sa part que la violation alléguée des eaux territoriales russes s’était produite dans une zone de celles déja russes avant l’annexion de la Crimée. ce déclarant, la Russie admettrait-elle le caractère litigieux de l’éventuelle survenue du même incident dans « ses » eaux criméennes ?


                            • Christelle Néant Christelle Néant 27 novembre 2018 15:44

                              @toutenun
                              Non tout simplement la Russie sait déjà comment les Occidentaux vont réagir et quelles objections vont être soulevées, vu que c’est toujours la même chose... Ils ont anticipé tout simplement.


                            • Bernard Grua Bernard Grua 27 novembre 2018 16:18

                              @toutenun
                              Désolé, cette histoire de nationalité des eaux territoriales ne présente pas d’intérêt à mon avis. Je pense qu’en réalité seules la Russie et l’Ukraine s’en préoccupent. C’est leur affaire.
                              En revanche, et c’est bien le sens des éléments de langage que nous transmet Christelle Néant, la violation de la convention des Nations Unies de 1982 sur la libre circulation est le point d’achoppement car la Russie ayant peu d’accès aux mers libres est particulièrement vulnérable en cas de fermeture d’autres détroits. En conséquence, tout sera mis en oeuvre pour prouver que l’action agressive a été initiée par l’Ukraine. Il n’y a pas d’autre échappatoire possible. On peut attendre avec intérêt la publication du rapport du FSB que Mademoiselle Néant nous a promis de traduire.
                              En tant qu’ancien officier de marine et pour avoir été sur les passerelles de bâtiments surface ainsi que dans un sous-marin, je serai particulièrement curieux de connaitre le sort réservé au commandant du « Don », le navire abordeur du remorqueur « Iany Kapu ». Il est probable que les événements fâcheux seront mis à sa charge. Son comportement et ses propos hallucinants en font la victime désignée pour porter le chapeau. Après il faudra expliquer comment le « Izumrud » a pu entrer en collision avec un autre navire, par belle mer et bonne visibilité, sans être en eaux resserrées. Peut-être auront nous la même explication que pour l’état du commandant du « Don » ?


                            • Christelle Néant Christelle Néant 27 novembre 2018 17:12

                              @Bernard Grua
                              Vous fatiguez pas à nier l’évidence les marins ukrainiens ont avoué face caméra... https://youtu.be/PFC6PYHnHZU
                              Ils ont violé les eaux territoriales russes, refusé d’obtempérer aux ordres des autorités maritimes et savaient que ce qu’ils faisaient était une provocation. Remballez votre camelote, les actes du Don et du Izoumroud étaient légaux et appropriés.
                              Voilà la chronologie http://www.donbass-insider.com/fr/2018/11/27/deux-agents-du-sbu-etaient-a-bord-des-navires-ukrainiens-captures/


                            • Christelle Néant Christelle Néant 27 novembre 2018 17:31

                              @Bernard Grua
                              Oh et les papiers trouvés à bord des bateaux prouvent que :

                              1. Les marins ukrainiens connaissaient la procédure de passage du détroit qu’ils n’ont pourtant pas respectée https://t.me/sashakots/6967
                              2. Ils avaient reçu l’ordre de passer le détroit en douce (de manière secrète donc), ce qui est contraire au droit international, et à la procédure de franchissement du détroit de Kertch https://t.me/sashakots/6968 Ceci explique l’absence de drapeau et le fait qu’ils avaient coupé leurs transpondeurs radio.
                              Donc l’Ukraine est coupable, coupable et archi coupable d’avoir violé absolument toutes les lois et règles régissant le franchissement du détroit de Kertch et le respect des eaux territoriales russes. Donc la réponse des gardes côtes russes était totalement appropriée. Fin de l’histoire.

                            • Mychris Mychris 27 novembre 2018 18:04

                              @Christelle Néant

                              Bah non c’est plutôt de commencement de l’histoire.
                              Pardonnez-moi, c’est pas la première fois ni la dernière fois que le FSB, raconte ce qui l’arrange tout comme d’ailleurs l’ensemble des services de renseignements internationaux.
                              Il va falloir croiser les sources...


                            • Bernard Grua Bernard Grua 27 novembre 2018 18:24

                              @Christelle Néant
                              Les aveux extorqués par le FSB ne valent rien en terme de crédibilité vis a vis du public et en terme de valeur légale au regard du droit international.
                              — Je vous invite à relire le rapport Krouchtchev de 1956 pour savoir que penser de ce genre de « confessions ». Je vous rassure, c’est très court et cela se lit facilement. — En ce qui concerne la légalité, j’attire votre attention sur le fait que vous vous appuyez sur des éléments qui sont interdits par la Convention de Genève, du 12 août 1949, relative au traitement des prisonniers de guerre.

                              Article 17 : Chaque prisonnier de guerre ne sera tenu de déclarer, quand il est interrogé à ce sujet, que ses nom, prénoms et grade, sa date de naissance et son numéro matricule ou, à défaut, une indication équivalente

                              Il viendra, peut-être, un jour où votre écrit deviendra bien encombrant pour vous. Comme je le disais dans mon commentaire initial on n’est plus dans une guerre hybride. Les choses sont beaucoup plus claires et bien mieux définies. Il faut en prendre l’exacte mesure. Sachez bien dans quoi vous vous engagez.

                              Je vous suggère d’éviter les facilités du genre « Remballez votre camelote ». Si vous contestez des points, soyez précise et factuelle. Laissons la soupe, les imprécations et les affabulations aux analphabètes troll-auteurs de bazar que vous connaissez aussi bien que moi.

                              Je vais faire une lecture attentive de votre papier, dont vous me donnez le lien, pour être bien à jour des éléments de langage qui ont été élaborés par d’autres et dont c’est votre rôle de contribuer à la diffusion. Je vous remercie.

                              J’ai néanmoins une petite remarque professionnelle en tant qu’ancien marin. Il y a toujours au moins un officier de renseignements à bord des bâtiments de combat, même en période paix. Il n’y a pas lieu de s’en étonner. Un navire de combat doit connaître son théâtre d’opération et doit aussi collecter des informations sur ce théâtre. C’est son job. Posez la question à la marine militaire russe, vous aurez la même réponse. Je trouve un peu étonnant votre surprise qui montre un certain manque d’expertise en ce qui concerne le dossier sur lequel vous écrivez. D’autant que vous me disiez que les marins ukrainiens avait été arraisonnés par des bâtiments 100% FSB. Ce qui est exact. Vous vous en félicitiez. Pourquoi donc faire un titre avec le fait que les bâtiments ukrainiens puissent accueillir des officiers du SBU collègues de ceux du FSB dont vous parliez ? D’emblée, cela ne donne pas un préjugé favorable sur la qualité de ce que l’on va y lire. 

                              Enfin, il pourrait être bon que vous fassiez relire vos documents par quelqu’un qui connait le monde maritime. Vous y gagneriez en crédibilité. Je ne peux hélas pas vous proposer mes services. Vous comprenez bien. Mais on éviterait ainsi des « erreurs de tir » du style de votre titre. On éviterait aussi de lire qu’un poussif remorqueur tel que l’Iany Kapu puisse s’enfuir devant un bâtiment rapide tel que le Don.

                                 

                               


                            • Christelle Néant Christelle Néant 27 novembre 2018 18:31

                              @Mychris
                              Témoignage vidéo des marins + papiers confirment ce que le FSB dit. Vous voulez quoi de plus ? Les aveux de Porochenko ? M’enfin Mychris....


                            • Mychris Mychris 27 novembre 2018 18:54

                              @Christelle Néant

                              Mais reprenez donc mon premier post, évidemment qu’il s’agit d’une manœuvre de Porochenko. Ce que je remets en cause de manière plus large c’est la main mise de la Russie sur mer d’Azov. Il faut quoi ? Que les navires soient transporté par voie terrestre ? Encore une fois Je comprends votre position idéologique et je la trouve respectable. Par contre il faut être de mauvaise foi pour ne pas voir le jeux Russe concernant cette prise de contrôle du détroit.


                            • Christelle Néant Christelle Néant 27 novembre 2018 18:55

                              @Bernard Grua
                              Aveux extorqués par le FSB ? Le FSB n’a rien extorqué les gars n’ont pas été maltraités. Revoyez vos éléments de langage. Parce qu’avec votre façon de voir les choses tout aveux obtenu par n’importe quelle police ou service de sécurité serait « extorqué ». Je ne vois d’ailleurs pas bien ce que Kroutchev vient faire dans l’histoire. On est plus en URSS. Allo faut revenir au 21e siècle, à moins que vous ne soyez de ces gens coincés 30 ans en arrière et qui croient que le KGB officie toujours en URSS, euh pardon en Russie...
                              Concernant ces marins vu que la Russie et l’Ukraine ne sont pas en guerre et que ces hommes ont été arrêtés pour franchissement illégal de la frontière, ils ne sont techniquement pas des prisonniers de guerre. Ce qui fait tomber votre raisonnement à l’eau.
                              "Un prisonnier de guerre est un combattant qui est emprisonné par une puissance ennemie en temps de guerre. Sa détention vise à le conserver hors de combat, elle n’a aucun caractère pénal ou répressif, ce qui le distingue du prisonnier de droit commun.

                              « définition précise de ce que recouvre le terme prisonnier de guerre.
                              Or vos 24 gugusses ont été arrêtés pour un délit, et la Russie et l’Ukraine ne sont pas en guerre. Donc, désolée mais encore un big fail.
                              Vos délires de guerre hybride gardez les pour vous. La guerre de Kiev contre sa population du Donbass est tout sauf de jolis mots sur du papier. C’est une guerre bien réelle avec des obus, et des morts y compris massivement parmi les civils. Et la Russie n’y est strictement pour rien. L’armée ukrainienne et les bataillons punitifs oui.
                              J’ai contesté de manière factuelle vos approximations. Allez lire ce que je vous ai indiqué tout y est.
                              Concernant la présence des agents du SBU, vous mélangez des bateaux de la marine ukrainienne menant des provocations (alors qu’ils sont consés franchir pacifiquement le détroit de Kertch) avec des agents du SBU à bord, et des bateaux du FSB (qui officient comme gardes-côtes). La différence est de taille. Pour en revenir à ces agents du SBU, en quoi étaient ils nécessaires s’il s’agissait réellement d’un simple transfert pacifique de ces bateaux militaires à travers le détroit ?
                               »Un navire de combat doit connaître son théâtre d’opération et doit aussi collecter des informations sur ce théâtre.« dites-vous. Encore une fois la Russie et l’Ukraine ne sont pas en guerre, le détroit de Kertch n’est donc pas un théâtre d’opérations pour ces bateaux militaires, mais un simple point de passage, sauf si le but »pacifique« annoncé n’est pas le vrai but que poursuivaient ces bateaux. Merci de votre lapsus révélateur.
                              Concernant le Iani Kapou c’est justement lui qui a été heurté par le Izoumroud, car le plus lent. Mais cela ne change rien au fait qu’il a essayé de s’échapper (ce qui est bien ce que j’ai écrit). De plus les navires ukrainiens jouaient sur leur nombre, chacun partant dans une autre direction, et aux dernières nouvelle un bateau russe ne peut pas courser deux bateaux ukrainiens à la fois s’ils vont dans tous les sens. Donc pas d’erreur dans ce que j’écris, je suis factuelle.
                              Pour ce qui est de faire relire mes papiers par des »experts", cela serait difficile vu que nous n’avons pas de marine de guerre en RPD. Et mon titre n’est en rien faux. Il est parfaitement conforme aux faits. Donc aucune erreur de ma part. Bien essayé...


                            • Christelle Néant Christelle Néant 27 novembre 2018 18:59

                              @Mychris
                              Mais reprenez mes articles bon sang. Ils circulent vos fichus navires à travers le détroit. Et les garde côtes russes vérifient aussi bien les bateaux à destination de l’Ukraine que de la Russie. Et aussi ceux en provenance des deux pays. Le pont n’a rien changé au tonnage des bateaux qui pouvaient franchir le détroit, au contraire même, des bateau plus longs qu’avant sont autorisés à le franchir avec remorquage par sécurité. Allez LIRE !!!! Le faible tirant d’eau du détroit empêche de toute façon les plus gros bateaux de passer, pont ou pas pont. Zut de flûte. Vous savez lire ou pas ? Ca s’appelle des FAITS physiques, topographiques. Faut être de mauvaise foi pour pas comprendre ça quand même...


                            • Bernard Grua Bernard Grua 27 novembre 2018 20:53

                              @Christelle Néant
                              J’ai lu votre papier. Très franchement, je suis un peu déçu. Je ne vois pas une grande différence, à part quelques erreurs et censures, par rapport à ce que Sputnik a présenté 24 heures avant. Vous parlez pourtant de « traduction d’un rapport du FSB ». Pas de problème, cela vous est pardonné. On est là pour débattre de faits et non pas pour sombrer dans les aigreurs « ad hominem ». Laissons ça au troll imprécateur mystificateur que nous connaissons tous. 

                              La guerre hybride n’est pas un « délire ». Evitons, encore une fois, l’emphase émotionnelle. Ce concept a été formalisé par Valeri Guerassimov, chef d’état-major de l’armée russe : activités militaires déclenchées durant la période de paix | passes d’armes sans contact entre des groupes mobiles de combattants de différentes spécialisations | paralysie des capacités militaires et économiques de l’adversaire suite à des frappes ciblées de courte durée, visant l’infrastructure militaire et civile d’importance stratégique | implication de personnes civiles armées | utilisation des méthodes asymétriques et indirectes | gestion des combattants au sein d’un système commun d’information etc... 

                              Ok, vous considérez que la convention de Genève ne s’applique pas. Dont acte. On verra ce qu’il en sera. Je souligne néanmoins qu’on ne peut pas à la fois écrire que c’est un ordre, un acte délibéré du gouvernement de l’Ukraine et considérer qu’il s’agit de « vos 24 gugusses » qui commettent un délit. Il faut rester cohérent.Les deux sont incompatibles

                              Vous tuez vous même votre « thèse » de la provocation, qui a pourtant du sens.

                              Pour les arguments techniques de votre article et de vos commentaires, cela ne marche pas.

                              • Votre « scoop » des agents du SBU n’a pas de sens. Encore une fois renseignez vous sur le mode de fonctionnement d’une marine militaire même en temps de paix.
                              • Ensuite, c’est pire. Vous annoncez dans un commentaire : « le Iani Kapou c’est justement lui qui a été heurté par le Izoumroud, car le plus lent. » Vous n’êtes plus crédible. Cela n’est pas factuel. Excusez-moi d’être précis, c’est un mensonge délibéré.Le commandant a volontairement choisi la l’abordage. Je n’invente rien, c’est dans la vidéo de Sputnik. L’ennui c’est que là vous introduisez un doute sur tout le reste de vos écrits.
                              • Cet abordage ne figure pas dans votre « chronologie » C’est logique car cela ne correspond pas à l’enchaînement reconstruit a posteriori.
                              • Ensuite, il s’agissait du Don et non pas de l’Izoumroud. Là, ce n’est plus un mensonge, c’est juste de l’amateurisme. Pour votre information l’Izoumroud et le Don montent à 25 noeuds. le Iani Kapou plafonne à 7 noeuds. Vous parlez d’une « fuite »... 
                              • « Donc la réponse des gardes côtes russes était totalement appropriée. Fin de l’histoire », dites vous. Mauvaise conclusion.  
                              • Dans votre chronologie, vous ne parlez pas pas de la collision entre l’Izoumroud

                                et le Don

                                . Le trou est impressionnant. Pourquoi cette absence ? Auriez-vous peur que l’on en devine la cause et que l’on comprenne par qui et dans quel état on a « tiré pour tuer » ? 
                              • Pouvez vous nous indiquer ce qu’est le Gorlovka dont vous parlez dans votre « chronologie » et puis qui disparaît de votre papier ?
                              • Vous faites part de très nombreux contacts à partir de 5:35 AM, le 25 novembre entre les bâtiments ukrainiens et le FSB. Comment pouvez-vous soutenir qu’ils essayaient de passer en secret. Comment peut-on imaginer qu’ils pourraient pu passer sous le pont sans être remarqués ? Dans un commentaire précédent vous écrivez : « Ils avaient reçu l’ordre de passer le détroit en douce (de manière secrète donc) ». Faut-il encore rajouter quelque chose ?
                              • Vous confirmez que les bâtiments avaient fait demi-tour sans avoir franchi le détroit et qu’ils retournaient à Odessa lorsqu’ils été attaqués. Regardez les projectiles capables de perforer la passerelle pour en tuer le personnel sur le Berdiansk. Vous avez supprimé ce qui figure sur la chronologie de Sputnik que vous avez recopiée. A savoir qu’ordre était donné de « tirer pour tuer ». On est bien dans un acte de guerre, que cela vous plaise ou non. Ne jouez pas trop avec la Convention de Genève, vous ne savez pas de quoi est fait l’avenir. 

                              Bref, vous parlez de « provocation ». Ok, c’est ce que l’on vous a dit de répéter. Je n’ai pas de problème avec ça. Je parle d’un piège éventuel. C’est kif-kif. Les documents que vous sortez, si tant est qu’ils soient vrais, vont dans le même sens. En tout cas, la Marine de Poutine, ou plutôt son FSB nautique, est tombé dans le piège. Il va y avoir des sacrés règlements de compte. Je n’invente rien tout est dans cette conversation radio. Prenez bien le temps de tout écouter. C’est le récit « live » d’un désastre opérationnel. 

                              Vous nous avez fait, ou recopié, un beau fake mélangeant réalité et invention sur des événements que vous ne comprenez pas. Dans quel but ? Le résultat de tout ça, c’est que le monde est maintenant conscient de ce qui se passe dans la mer d’Azov. La « fin de l’histoire », comme vous dites, n’est pas pour tout suite. L’Allemagne parle de sanctions. Ce n’est qu’un début. L’OTAN et l’UE se réveillent en ce qui concerne la Mer Noire.
                              Poroshenko a eu son état d’urgence. S’il joue fin, sa popularité va remonter, comme toujours en cas de conflit et d’ennemi désigné, alors qu’il était au plus mal dans la perspective des élections présidentielles. L’Ukraine n’a jamais autant eu de soutiens internationaux. C’est un désastre.

                              « A quel jeu joue Poroshenko », écriviez-vous ? Je pense que c’est clair et que l’on a compris qui sont les perdants. Maintenant, vous pouvez écrire, couper, inventer ce que vous voulez, cela ne changera strictement rien.  


                            • Bernard Grua Bernard Grua 27 novembre 2018 21:35

                              @Mychris
                              Le piège de Poroshenko est à deux niveaux. Le premier est d’obtenir l’état d’urgence. C’est assez moyen. Mais la marine du FSB en tirant pour tuer a fait le job. Ce n’est pas malin.

                              Le deuxième niveau est celui de la médiatisation de la mort lente de Berdiansk et surtout de Marioupol. Car la réalité est bien là. Marioupol est indispensable pour l’industrie du Donbass sous contrôle ukrainien. Depuis le pont, le trafic a chuté de 50%. Il y a deux causes. La première concerne les formalités qui prennent plusieurs jours. La deuxième est le tirant d’air limité à 33 m à cause du tablier. A titre d’exemple, il y a à Nantes, où je réside, un pont qui franchi la Loire. Le trafic tout en haut de l’estuaire n’a rien à voir avec celui du détroit de Kertch. Pourtant le tablier est à 50 m de hauteur pour laisser passer les cargos, les antennes et leurs mats. En montant son piège Poroshenko a porté à l’ONU la mort programmée de Marioupol. Et grâce à cela, son état d’urgence, bien rogné par la Rada, lui sera pardonné.

                              Bref, le FSB a foiré le dossier. Il avait presque gagné en barrant le passage avec un cargo et en provoquant le retour des bâtiments ukrainiens à Odessa. Mais « Jupiter rend fou ceux qu’ils veut perdre ». Un commandant probablement ivre a voulu tuer de l’Ukrainien en entrant en plus en collision avec son sistership. Un désastre.

                              Il faut revenir sur le tirant d’eau. Les Ukrainiens ne feront pas péter le pont. Car, ce faisant, ils obstrueraient le seul passage, dont ils ont désespérément besoin, qui reste dans le détroit de Kertch. Il est intéressant de voir que personne n’a conscience de cette réalité. Bref, du bavardage d’amateur..  
                                



                            • Zolko Zolko 27 novembre 2018 21:49

                              @Mme Néant : « les marins ukrainiens [...] savaient que ce qu’ils faisaient était une provocation. »

                              admettons. Et alors ? Provoquer est certes bête, mais pas illégal.

                               

                              Vous faites une grosse erreur à comparer l’Ukraine et la Russie : l’une est un état raté entrain de se déliter, l’autre un pays avec la bombe nucléaire. Nous attendons bien plus de sagesse et de subtilité de la part de la Russie que de la part de l’Ukraine. Et jusqu’à cet incident pas bien grave, personne n’est mort la Russie nous avait habitué à une diplomatie de très haut niveau. Donc soit nous assistons à un revirement de la stratégie Russe, soit il s’agit d’une grosse bourde.


                            • JC_Lavau JC_Lavau 27 novembre 2018 21:50

                              @Bernard Grua. Ça ne va pas. Berdiansk et Marioupol en tant que ports ont besoins de trafic. Mais Porochenko n’est pas Berdiansk ni Marioupol. Il est juste un parasite ivre de pouvoir et de haine. Déjà tout le matériel industriel de Marioupol a été emmené et pillé, exactement comme les usines de Syrie emmenées en contrebande en Turquie. Sauf ce qui n’est pas transportable, et qui a donc été miné.


                            • Balkanicus 27 novembre 2018 22:00

                              @Zolko

                              Soit il s agit de ce quenlnon appel la outte d eau de trop.....

                              Moi j espere que ce ne soit pas ca....mais apres des annee de provocation.,... les nerfs euvét lacher.......


                            • Balkanicus 27 novembre 2018 22:05

                              @Balkanicus

                              Je recapete.... trop vite sur le tel.... desole

                              Soit il s agit de se qu on appel la goutte d eau de trop......

                              Moi, j espere que cela ne soit pas ca, mais apres des annees de provocation........les nerfs peuvent lacher

                              C est une situation qui devient explosive.... car il y a un ressenti psychologique que seul les ancien peuvent ressentir.... l ukraine est un ex territoire russe.... comme l alsace et la lorraine....,


                            • Christelle Néant Christelle Néant 27 novembre 2018 22:39

                              @Bernard Grua

                              1. Il y a des différences importantes entre ce que Sputnik a retransmis et ce que j’ai traduit. La source est indiquée dans mon article, il suffit d’aller suivre le lien http://www.fsb.ru/fsb/press/message/single.htm%21id%3D10438315%40fsbMessage.html . Je n’ai traduit que ce qui me semblait important, il ne s’agit pas de censure mais de ne pas avoir un article de 10 pages de long. J’ai d’ailleurs dans ma version des informations que Sputnik n’a pas transmises.

                              2. Concernant la guerre hybride, le délire c’est d’accoler ce terme à la guerre du Donbass et d’y associer la Russie comme menant cette guerre ici.

                              3. Que ces hommes aient reçu un ordre pour mener cette provocation ne change rien au fait que a) L’Ukraine et la Russie ne sont pas en guerre et b) ces hommes ont été arrêtés pour le délit de franchissement illégal de la frontière et non parce que ce sont des soldats ennemis. Donc JURIDIQUEMENT ce ne sont pas des prisonniers de guerre. Ne vous en déplaise. Cela s’appelle le droit. Et comme le disent souvent les Russes « la loi c’est la loi ». Donc je ne tue en rien ma thèse, c’est vous qui inventez une antinomie qui n’existe que dans votre tête.

                              4. Concernant les agents du SBU leur présence sur des bateaux prétendument en transit pacifique, et non en opérations, mais qui ont mené en réalité une provocation qui aurait pu dégénérer si la Russie n’avait pas fait preuve de retenue, me fait considérer qu’ils étaient là en réalité pour s’assurer que la provocation irait bien à son terme. J’ai encore le droit d’avoir une opinion que je sache ?

                              5. Après avoir répondu à des dizaines de commentaires, et ingurgité des quantités énormes d’information pour écrire l’article et répondre aux commentaires j’ai le droit de faire une erreur sur le nom du bateau qui a percuté le Iani Kapou ou c’est un crime grave qui mérité la peine de mort ? Allons calmez-vous. Vous en devenez ridicule à souligner une erreur aussi minime pour la monter en épingle comme si c’était la faute professionnelle du siècle. Vous allez finir par me faire penser à l’autre troll. Oui je parle de heurter le navire ukrainien, parce que c’est bien ce qui s’est passé. Cela n’enlève rien au côté volontaire de la chose, ce n’est en rien un mensonge. On peut heurter volontairement comme involontairement. Je n’ai pas sous-entendu que c’était involontaire. Donc le seul qui ment ici c’est vous.

                              6. Je n’ai pas mentionné la collision entre les deux bateaux russes car elle n’avait aucun intérêt à mes yeux. Pour moi elle montre justement que les bateaux ukrainiens faisaient des manœuvres suffisamment dangereuse pour que leur poursuite afin de les arrêter produise un tel incident. Si ces bateaux avaient obéi aux ordres légitimes des autorités maritimes russes, cela ne serait pas arrivé. Cela n’a rien à voir avec vos délires de tirer pour tuer ou de l’état des marins russes. Si ces derniers avaient tiré pour tuer, il y aurait eu des morts côté ukrainien. Il n’en est rien, il n’y a que trois blessés légers. Et il semble même d’après certaines informations qui restent à vérifier que l’un des blessés l’a été par son propre commandant parce qu’il refusait de tirer sur les navires russes !!! Encore une fois, allez-vous prendre une bonne verveine ca vous calmera. Parce que là niveau hystérie et délire, vous atteignez des sommets ….

                              7. Le Gorlovka est mentionné au début de la chronologie du FSB. Il en disparaît ensuite, d’où sa disparition dans mon article aussi.

                              8. C’est une vraie question votre histoire des nombreux contacts après 5 h 35 ou c’est une blague ? Non mais sérieusement. Bon je vais vraiment finir par vous parler comme à un enfant de trois ans. Donc les marins ukrainiens ont l’ordre de passer le détroit de manière secrète. Ils essayent mais se font repérer. Ils décident alors de tenter de passer en force quand il est devenu évident qu’ils ne pourront pas passer discrètement. Ca y est c’est compris ou c’est encore trop compliqué pour vous ?

                              9. Ils n’ont fait un demi-tour que pour tenter d’échapper aux navires russes et pas pour retourner à Odessa.

                              10. Concernant les projectiles utilisés, vous vous dites ancien marin et vous faites l’étonné devant le calibre ? Merci de vous décrédibiliser ainsi. Concernant l’ordre reçu, encore une fois, si les marins russes l’avaient appliqué tel quel, les soldats ukrainiens seraient morts et les bateaux transformés en récifs artificiels. Les blessures reçues sont légères et montrent bien qu’ils ont essayé de limiter les pertes humaines au maximum, le tout après plus de 12 h de jeu de cache-cache et de refus de la part des marins ukrainiens de se plier aux règles de passage du détroit et aux lois internationales. Alors arrêtez votre numéro de vierge effarouchée qui hurle à l’acte de guerre. La Russie n’a fait que ce qu’elle était en droit de faire pour défendre sa frontière. Ne vous en déplaise. C’est surtout à vous d’arrêter de jouer avec la Convention de Genève pour lui faire dire ce qu’elle ne dit pas.

                              Il s’agissait bien d’une provocation. Les documents saisis le prouvent, et montrent donc bien que l’Ukraine est coupable de ce qui s’est passé. Vous pouvez tourner autour du pot pour appeler ça un piège si cela vous semble plus glorieux, cela ne l’est pas.

                              Il n’y a aucun règlement de comptes, le porte-parole de la Douma a encensé les gardes côtes russes http://tass.com/politics/1032931

                              C’est ça le problème avec les gens comme vous qui prenez vos délires pour la réalité. Les agents du FSB qui ont agi le 25 ne seront pas punis mais récompensés pour avoir fait du bon travail. Il y a eu des erreurs qui ont mené à la collision des deux navires russes, il y aura sûrement une enquête pour comprendre ce qui s’est passé et s’il y a des agents qui ont fauté ils seront punis. Rien d’extraordinaire. Ces hommes ont mené plus de douze heures de course poursuite avec les navires ukrainiens, essayant d’éviter de devoir recourir aux armes pour les arrêter. Un bateau endommagé ce n’est pas cher payé pour éviter une guerre. Si vous ne le comprenez pas tant pis pour vous. La Russie a fait preuve d’une retenue incroyable dans cette situation, bien d’autres pays, USA en tête auraient tiré d’abord et se seraient posé des questions ensuite.

                              Vous feriez mieux de remercier les Russes de leur patience plutôt que de leur cracher à la figure comme vous le faites. C’est grâce à cette patience qu’il n’y a pas encore eu de conflagration mondiale et que l’armée ukrainienne n’a pas été anéantie en 2014 quand elle a tiré sur le territoire russe, tuant un civil !

                              Celui qui balance des fakes c’est vous. J’ai traduit la chronologie du FSB, en enlevant ce qui ne me semblait pas pertinent pour alléger l’article et garder ce qui était essentiel pour comprendre la situation. Point. Je comprends bien mieux que vous ce qui s’est joué en mer d’Azov. L’Allemagne demande des comptes à Kiev et de fournir des preuves sur ce qui s’est passé. Quant à l’OTAN c’était justement la provocation qu’il lui fallait pour s’incruster en mer Noire et faire encore augmenter les tensions à la frontière avec la Russie.

                              Comme l’a dit le Saker, ne jouez pas à ça avec l’ours russe. Bien d’autres avant les USA ont essayé, tous ont fini comme on le sait. Les Russes sont patients car ils ne veulent pas la guerre. Parce qu’ils ne savent que trop bien ce qu’il en coûte. Mais si vous les acculez comme ces bateaux ukrainiens l’ont fait avec les gardes côtés, en refusant d’obéir obstinément aux avertissements, alors ne venez pas pleurer après quand les conséquences viendront à vous.

                              Vous vous réjouissez du soutien des pays occidentaux à l’Ukraine alors qu’elle est la fautive de l’histoire. Cela en dit long sur votre moralité. Le désastre n’est pas là où vous le croyez. Ni pour qui vous le croyez.

                              Les perdants sont ceux qui ont pris la patience russe pour de la faiblesse et qui la testent jusqu’à ce qu’ils se prennent un coup de griffes dans la tête. Il ne sera plus temps de venir pleurer après comme vous le faites actuellement. Se plaindre des conséquences dont on a chéri les causes est du débilisme et ne changera rien aux dites conséquences ni à la responsabilité première de ces conséquences sur celui qui aura provoqué.

                              Vous pouvez essayer de faire passer cette gabegie pour un succès de Porochenko, en réalité c’est un échec pour la paix. Et c’est grâce à des gens comme vous qui réécrivent l’histoire que cela peut avoir lieu. À votre place, je relirai le droit international avant de continuer à soutenir des criminels de guerre. Parce que celui qui est du mauvais côté de la barrière c’est vous. Pas moi.



                            • Christelle Néant Christelle Néant 27 novembre 2018 22:51

                              @Bernard Grua
                              Le FSB n’a rien foiré, il a fait son travail, avec beaucoup de patience et de retenue. Arrêtez de réécrire l’histoire à votre sauce svp. Ca devient pénible.
                              Deux, la mort lente de Marioupol et Berdiansk est due à la mort lente de l’économie ukrainienne. Les formalités pour franchir le détroit n’ont rien d’insurmontable faut arrêter le délire. Deuxièmement, la hauteur du pont est suffisante pour laisser passer les bateaux qui y passaient avant, vu que la vraie limite dans ce détroit c’est le faible tirant d’eau qui empêcherait de toute façon les bateaux plus gros de passer. Je l’ai indiqué dans mon article de l’an passé, preuves à l’appui. Donc gardez vos fakes pour vous svp. Quand aux Ukrainiens qui ne feront pas péter le pont vous avez dû oublier de lire ou écouter vos potes néo-nazis ukrainiens ou la TV de Porochenko http://www.stalkerzone.org/poroshenkos-tv-channel-discussed-plans-blow-kerch-bridge/ .... Et même certains médias américains ont appelé à le faire https://twitter.com/Agentxuknow/status/997396531899764736
                              Donc il est normal que la Russie considère que la menace est réelle...


                            • Christelle Néant Christelle Néant 27 novembre 2018 22:56

                              @Zolko
                              Sauf que ce que ces marins ukrainiens ont fait est illégal justement. C’est bien ça le problème.
                              Concernant la réaction russe, vous sous-entendez donc que quoi que fasse l’Ukraine, la Russie ne devrait rien faire ? Voyons c’est débile ce que vous nous sortez là. La Russie, et sa patience ont des limites, et là elles sont tout simplement atteintes. Ce que l’Ukraine a fait est un acte de guerre. Envoyer des navires de guerre tenter de forcer la frontière d’un autre pays ça s’appelle comment chez vous ? Personne n’est mort parce que la Russie ce n’est pas les États-Unis. Les Russes ne tirent pas d’abord avant de poser des questions. Cet incident est resté sans gravité grâce aux décisions et à la patience des Russes. Ils ont quand même passé plus de douze heures à tenter de résoudre le problème de manière pacifique. Alors parler de bourde montre que vous n’avez rien compris à rien. Désolée de vous le dire. La Russie a fait preuve de beaucoup de patience et de gentillesse avec l’Ukraine depuis le Maïdan. Mais il y a des limites à ne pas franchir. Et là l’Ukraine a franchi la ligne rouge. C’est ça le changement.


                            • Balkanicus 27 novembre 2018 23:02

                              @Christelle Néant

                              Une petite question ?

                              Etes vous pro russe ? Ou etes vous juste impartiale et vous donner le point de vue que votre conscience vous dicte

                              Je suis curieux de votre reponse smiley


                            • Christelle Néant Christelle Néant 27 novembre 2018 23:09

                              @Balkanicus
                              Je suis pro-Russe (ce serait malhonnête de prétendre le contraire), et je le suis parce que c’est ce que ma conscience me dicte. Lors du Maïdan et après je me suis informée des deux côtés, j’ai comparé les informations, je suis remontée jusqu’aux faits, et ces derniers m’ont montré contre toute attente que c’était les médias russes qui disaient le plus la vérité. Quand la guerre du Donbass a commencé, j’ai pris fait et cause pour ces civils qui avaient demandé la fédéralisation de leur pays pour garder leur langue, et à qui Kiev a répondu en envoyant l’armée. Défendre le point de vue du Donbass ne me dispense pas d’une obligation d’objectivité. Je relate les faits. C’est ce que ma conscience me dicte. Et il se trouve que les faits parlent plus en faveur du Donbass et de la Russie que de l’Ukraine et de ses patrons.


                            • Balkanicus 27 novembre 2018 23:21

                              @Christelle Néant

                              J ai lu beaucoup de vos article sans reagir

                              Vous etes une voix de ce qui se passe la bas, la plupart du temps, votre voix se perd dans le silence des gens que ca n interesse pas

                              Je remarque juste qu aujourd hui, il y a un reguin d interet, car les gens on peur d une guerre avec la russie...

                              Je vous remercie de nous informer au fil du temps, meme si c est votre metier et que cela vous plait ( je m avance ? Je pense paS...)

                              Votre partie pris ne m etonne pas, car d etant d origine slave, je sais qu on ne cherche pas la querelle ou la guerre par principe, on l evite tant que faire ce peut.....car elle a un prix souvét elever.....

                              Et je pense, je ne sais pas ce que vous en pensez, mais que la russie et a bout de nerf concernant les provocations ? Que d une certaîne facon elle se sent prete a faire la guerre....

                              Et c est bien ce qui m effraie, vous qu en pensez vous ?


                            • Christelle Néant Christelle Néant 28 novembre 2018 09:43

                              @Balkanicus
                              Il y a un reguain d’intérêt car les pro-Kiev tremblent à l’idée que les manières criminelles de leurs protégés post-Maïdan soient visibles au grand jour surtout.
                              Mon métier me plaît, je l’ai choisi, parce que je voulais dire la vérité sur ce qui se passe ici. Merci en tout cas de votre soutien.
                              Je pense que la réaction de la Russie tient en plusieurs points :

                              1. Elle en a assez, son quota de patience avec l’Ukraine est épuisé
                              2. L’Ukraine lui a délié les mains en annulant le traité d’amitié entre les deux pays, donc maintenant Moscou aussi frappe sans les gants
                              La Russie se prépare à la guerre, car Poutine sait que certains la veulent à tout prix et qu’il vaut mieux que la Russie soit prête le moment venu. Je ne fais pas partie des gens qui croient que ce n’est pas possible. Après la Première Guerre Mondiale on avait dit « plus jamais ». Il y a eu la deuxième...

                            • Zolko Zolko 28 novembre 2018 09:45

                              @Christelle Néant : « vous sous-entendez donc que quoi que fasse l’Ukraine, la Russie ne devrait rien faire ? »
                               
                              Je sous-entend qu’il ne fallait surtout pas leur tirer dessus. Entre « tirer sur des navires militaires » et « ne rien faire » il y a de la marge. Il leur suffisait, par exemple, de coincer chaque navire entre 2 des leurs et les escorter, manu militari, de l’autre côté du détroit. Par exemple.


                            • Christelle Néant Christelle Néant 28 novembre 2018 09:51

                              @Zolko
                              Après plus de 12 h de tentatives pacifiques, venir dire que les Russes n’auraient pas dû tirer est absurde. La diplomatie oui. Le débilisme non. Les navires ukrainiens devaient respecter la procédure. Les Russes sont ainsi, la loi c’est la loi. Si les Russes avaient fait ça l’Ukraine aurait aussi considéré ça comme une victoire en disant qu’ils ont pu s’affranchir de la procédure officielle et qu’ils ont réussi à forcer la main aux Russes. Cela aurait été désastreux pour l’image de la Russie, y compris en interne. Cela aurait montré qu’on peut faire n’importe quoi. Leur tirer dessus après 12 h de cache-cache était tout à fait normal. Et comme je l’ai déjà dit, avec bien d’autres pays les tirs auraient eu lieu de suite. Alors qu’ils ne se plaignent pas, ils ont été plus que prévenus.


                            • Zolko Zolko 28 novembre 2018 10:15

                              @Christelle Néant : « Envoyer des navires de guerre tenter de forcer la frontière d’un autre pays ça s’appelle comment chez vous ? »
                               
                              ne dites pas n’importe-quoi : quand les navires Russes traversent le Bosphore, il y a territoire Turque de chaque côté, et pourtant les Russes traversent cet étroit avec leurs navires de guerre. Pareil Pour Gibraltar ou le canal de Suez. Passer « normalement » un détroit n’est pas une violation des eaux territoriales et/ou d’une frontière d’un autre pays.
                               
                              C’est le « normalement » qui est en question ici, pas le fait qu’ils l’aient fait. Est-ce que les navires Ukrainiens ont respecté les règles de la marine internationale ou pas.


                            • Christelle Néant Christelle Néant 28 novembre 2018 10:21

                              @Zolko
                              Je vous parle de forcer le passage de la frontière pas de passer normalement. Apprenez à me lire et à comprendre ce que vous lisez. Je parle bien de forcer la frontière. Si ca pour vous c’est passer normalement, vous avez un problème grave de compréhension des mots...


                            • Bernard Grua Bernard Grua 28 novembre 2018 10:46

                              @Christelle Néant
                              Je vous savais propagandiste. Pas de problème c’est votre métier, j’attends de vous non pas des informations mais des éléments de langage. Par contre je vois que vous avez recours, finalement, aux mêmes artifices que le mythomane putride qui trolle à coup d’insultes. Vous dites « vos potes néo-nazis ukrainiens ». C’est parfaitement lamentable. Et vous le savez. Faudra-t-il attendre que vous ayez quitté vos fonctions pour recevoir des excuses du style de celles que Laurent Brayard m’a envoyées ? Non, ce n’est pas sérieux. Utilisiez des arguments respectables et vous serez respectée. 

                              A mon sens, vous n’avez pas pris la dimension de l’affaire, qui est complexe il est vrai. Un peu paumée, vous noyez le poisson et vous raisonnez en « escarmouches-Donetsk ».Deux éléments majeurs vous échappent totalement

                              1. La gravité internationale de l’événement.
                              2. Le fait que le FSB essaye de sauver sa peau sur cette énorme bavure. 
                              Cet acte de guerre n’est pas du fait des autorités de la fédération de Russie. C’est un dérapage du FSB local. Le problème est que vous n’analysez pas. Vous faites une confiance aveugle aux communications du FSB. Vous feriez mieux de vous appuyer sur les vidéos et sur les enregistrement des communications radios. Sur cette affaire, le FSB ne roule pas pour Moscou. Cela vous échappe totalement. Le FSB essaye de se justifier quitte à inventer, à interpréter, à trier les informations. Mais comme vous vous limitez à la production du FSB vous ne pouvez qu’être prise à contre-pied par une analyse à la fois plus large et plus rigoureuse. D’où finalement le whataboutisme, les exclamations de comptoir et les attaques ad personam qui en disent plus sur votre détresse que sur les contradicteurs que vous mettez en cause. Changez votre point de vue, revoyez votre méthode de travail, faites vous aider par des personnes qualifiées et vous n’aurez pas besoin de recourir à ces artifices qui vous portent tort.

                              Quand j’affirme que le FSB a foiré je n’invente pas.

                              1. Je vous redis de prendre connaissance des communications radio que je n’arrête pas de mettre en lien. Ecoutez ce qui se dit à la fin c’est très clair.
                              2. Quand je dis que le FSB a foiré et que la Fédération de Russie est salement embourbée en cherchant une porte de sortie, ce n’est pas une vue de l’esprit. Ecoutez l’exposé de l’ambassadeur de la fédération de Russie, lundi 26 novembre à l’ONU vers 18:00. Il ne dit que des généralités. Ensuite dans sa conférence de presse il botte en touche en disant qu’il attend les résultats de l’enquête. Or il avait la « chronologie » du FSB que vous avez recopiée le 27 car elle a été publié par Sputnik ce même 26 novembre. Pourquoi ne s’en est-il pas servi ? A votre avis ?
                              Hier 27 novembre, le Kremlin ne savait toujours pas quel langage tenir. Porochenko a essayé de joindre Poutine qui ne lui a pas répondu. Du coup Angela Merkel a essayé, à son tour, de prendre contact, pas de réponse. Pourquoi ? Tout simplement parce que la « chronologie » asscovering du FSB n’est pas la version officielle.
                              La version officielle et la stratégie de sortie de crise restent à construire. En attendant vous seriez bien avisée de prendre connaissance des éléments de première main. Faites un vrai travail d’analyse.

                              Tirer sur des bâtiments de combats d’un autre pays est, encore une fois, un acte très grave sur le plan international. Renseignez vous. Ce n’est absolument pas du niveau de coup de feux entre séparatistes et cinglés de Pravy Sektor.
                              Autre point très grave c’est la fracture que l’on observe dans la verticale du pouvoir russe. Aujourd’hui l’administration présidentielle est probablement (j’insiste sur le probablement car il s’agit d’une interprétation personnelle) en conflit avec les FSB en qui elle n’a plus confiance. Pour le coup, vous mesurez aussi bien que moi les conséquences potentielles. Cette grave bavure aura non seulement de lourdes suites extérieures mais aussi d’importante conséquences intérieures. Je prends date. 


                            • Mychris Mychris 28 novembre 2018 10:48

                              @Zolko

                              « les escorter, manu militari, de l’autre côté du détroit. » d’après mes informations qui restent à confirmer ils n’ont pas passé le détroit.


                            • Zolko Zolko 28 novembre 2018 11:05

                              @Mychris : « ils n’ont pas passé le détroit »
                               
                              non, mais il prétendent que c’était leur objectif et que les Russes les en ont empêché malgré l’accord de 2003. A voir aussi le gros navire que les Russes ont mis en travers sous le pont.
                               
                              Si tout ce qu’ils voulaient faire étaient des ronds dans l’eau en face de la Crimée, je ne vois pas pourquoi il fallait les arrêter. Il suffisait de le surveiller.


                            • Bernard Grua Bernard Grua 28 novembre 2018 11:12

                              @Mychris
                              Absolument, ils n’ont pas passé le détroit qui était barré par un cargo (oups, cela ne fait pas dans les pays civilisés, on n’a pas fini d’en reparler). Ensuite, ils n’ont pas été raccompagnés. Ils ont été pris en chasse, avec ordre de « tirer pour tuer » lorsqu’ils retournaient vers Odessa.
                              Enfin, je ne sais plus qui disait un truc très intéressant en soulignant le fait que l’ambassadeur russe, lundi, affirmait, à l’ONU, sans qu’on lui demande, que les bâtiments ukrainien ont subi cet assaut dans les « eaux territoriales russes » (non reconnues internationalement mais c’est une autre affaire). Pourquoi l’ambassadeur l’affirmait-il ? Parce qu’il y a un doute.
                              Je dois vérifier car cela se joue à quelques centaines de mètres. Mais il semble bien que l’assaut a été donné dans les eaux internationales (soit à plus de 12 miles nautiques | 22,22 km | de la côte de Crimée). Si cela est vraiment le cas, alors le FSB va subir des purges car l’administration présidentielle ne peut pas accepter un tel désastre


                            • Zolko Zolko 28 novembre 2018 11:19

                              @Christelle Néant : « Je vous parle de forcer le passage de la frontière pas de passer normalement »
                               
                              exactement : montrez la trajectoire des navires Ukrainiens et on en discutera ensuite. Prouvez que les navires ont fait quelque-chose de non-normal et on verra. Parler d’intentions et de provocations n’a aucune valeur objective.
                               
                              Par contre, nous savons que les Russes ont tiré sur un navire Ukrainien. Pour le moment, c’est aux Russes d’expliquer pourquoi ils ont fait un acte aussi fort. Et l’excuse « hé mais M’sieu c’est eux qui ont commencé » n’est pas sérieux. Vous n’arrivez pas à comprendre que tirer sur un bateau est un acte très grave ? Si encore ils avaient tiré des coups de sommations dans l’eau, mais non, ils ont tiré et touché un autre bateau ! A bout portant !


                            • Mychris Mychris 28 novembre 2018 11:23

                              @Bernard Grua

                              Malheureusement pour obtenir ce type d’information en dehors des Russes, ce sont les américains ou les Ukrainiens qui vont fournir les coordonnées, il faudrait que les Roumains et les Turcs puissent corroborer les éléments.


                            • Christelle Néant Christelle Néant 28 novembre 2018 11:30

                              @Bernard Grua
                              Ah non le propagandiste ici c’est vous, pas moi. Je suis journaliste. Ne vous en déplaise. Que les informations que je fournis ne vous conviennent pas à cause de vos biais cognitifs personnels c’est votre problème pas le mien.
                              En quoi est-ce lamentable de souligner que vous soutenez ce qui est factuellement des autorités néo-nazies (quand le président du parlement ukrainien est le co-fondateur d’un parti néo-nazi ca s’appelle comme ca) ? Ah oui ca égratigne votre image. Je comprends que votre ego en prend un coup, mais encore une fois, j’appelle un chat un chat. Si cela ne vous convient pas, ne me lisez pas. Des arguments respectables ? Dites plutôt « novlangue stérile ». Désolée je ne pratique pas cette hypocrisie collective. Si vous ne voulez pas que je vous qualifie de soutien de néo-nazis et de criminels de guerre, n’agissez pas comme tel. C’est simple.
                              Pour la suite de votre délire, merci d’essayer de me prendre pour une idiote, mais je n’en suis pas une. J’ai bien mieux compris que vous ce qui s’est passé. Il ne s’agit en aucun cas d’une bourde du FSB. Poutine a discuté avec Merkel au téléphone. Il a par contre en effet refusé d’en discuter avec Porochenko. Une façon pour lui de lui signifier qu’il est « mis au coin » et que Poutine en discutera avec lui quand IL en aura décidé. Concernant la chronologie, elle a été publiée très tard, après le moment où le représentant russe à l’ONU répond. D’ailleurs Sputnik FR commence la publication à plus de 20 h et ne la finira que deux heures plus tard. Pour avoir vu l’article à 20 h y avait deux lignes dedans ! L’équipe a rempli l’article au fur et à mesure de la traduction.
                              Celui qui est en panique c’est vous. Il suffit de voir votre hystérie à venir poster des dizaines de commentaires sous mon article pour la sentir de façon palpable. Je suis pour ma part d’un calme olympien.
                              Le Kremlin a appelé un chat un chat et dit comment les choses se sont passés. Bien loin de l’hystérie que vous leur prêtez et qui n’est que le reflet de la votre. Vous faites ce que l’on appelle de la projection. Vous projetez sur le Kremlin comme sur moi même votre propre hystérie et vos propres travers. Désolée pour vous, mais il n’en est rien. La Russie est droite dans ses bottes.
                              Tirer sur des navires de combat qui tentent de franchir vos eaux territoriales par la force est normal. C’est le pays qui a envoyé ses navires faire ça qui est coupable d’acte de guerre. Vous pouvez essayer d’inverser l’accusation dans tous les sens, les faits sont têtus.
                              Votre interprétation personnelle sur les relations entre le Kremlin et le FSB sont risibles excusez moi de vous le dire. C’est vous dont les capacités d’analyse sont à revoir drastiquement. Les miennes se portent bien. Très bien même.
                              J’avais prédit que Porochenko décrèterait la loi martiale pour échapper aux élections depuis des mois. J’avais aussi prédit que la Russie durcirait le ton contre l’Ukraine suite à sa bourde monumentale d’annulation du traité d’amitié. J’avais raison. La Russie en a fini avec la patience concernant l’Ukraine. C’est ça que vous n’avez pas saisi. Terminé les guignoleries et les provocations sans conséquences. Je vous l’ai dit, à force de chercher la merde, on finit par la trouver avec les Russes. C’est d’ailleurs l’essence de l’article du Saker que j’avais mis en lien dans mon article. Poutine a joué la diplomatie et les avertissements verbaux depuis cinq ans. Manifestement ca tombe dans l’oreille d’un sourd. Il vient de taper du poing sur la table. Votre histoires de fracture dans la verticale du pouvoir c’est du bullshit à l’état pur. Vous n’avez pas saisi que la Russie a changé de stratégie. Elle a fait tout ce qu’elle pouvait pour éviter de devoir en arriver à la violence. Mais puisqu’il n’y a que ça que Washington et Kiev comprennent, alors soit.
                              Comme je l’ai déjà dit, la devise de la Russie pourrait être cette phrase du film le 5e élément : « Vous voulez pas la jouer soft, j’suis pas contrariant. Vous voulez la jouer hard, on va la jouer hard ».


                            • Mychris Mychris 28 novembre 2018 11:34

                              @Zolko

                              C’est exactement le problème. Que le FSB dézinguent les pirates somaliens c’est une chose mais qu’ils tirent délibérément sur des navires d’un état souverain c’en est une autre. @BernardGrua confirmera mais l’affirmation, « on vise les moteurs » est ridicule lorsque des navires de surface sont engagés en manœuvres de combats.


                            • Christelle Néant Christelle Néant 28 novembre 2018 11:36

                              @Zolko
                              Vous croyez que je bosse au FSB ou chez madame Irma pour vous fournir de telles infos ? Ces bateaux avaient coupé leurs transpondeurs radio. Les marins ukrainiens ont eux même admis face caméra qu’ils avaient violé les eaux territoriales russes. Point. Vous pouvez tenter d’en....er les mouches pendant 10 ans. Les faits sont là. Ils ont été avertis qu’ils entraient dans les eaux territoriales russes, ils ont tenté de franchir le détroit sans appliquer la procédure règlementaire. Ils ont donc bien fait quelque chose de répréhensible. Ils ont tiré des coups de sommation avant de tirer sur le bateau. LISEZ ce que j’ai traduit bon Dieu.
                              "

                              À 20 h 42, après plus de 12 h de course poursuite, le « Izoumroud » avertit les navires ukrainiens qu’ils seront contraints de tirer s’ils n’obéissent pas. Devant le silence obstiné des navires ukrainiens, et en conformité avec la loi russe sur la protection des eaux territoriales de la fédération de Russie, le commandant du « Izoumroud » décide d’ouvrir le feu sur les navires ukrainiens.

                              À 20 h 45, le « Izoumroud » procède à un tir d’avertissement clair vers le groupe de navires ukrainiens, toujours en vain. Les navires de la marine ukrainienne continuent leur route vers les eaux territoriales russes. À 20 h 50 le « Izoumroud » prévient le « Berdiansk » que s’ils ne s’arrêtent pas conformément aux ordres des autorités maritimes russes, il leur tirera dessus pour les stopper.

                              Devant le silence obstiné et le refus d’obtempérer, à 20 h 55 le « Izoumroud » ouvre le feu sur le « Berdiansk » dans les eaux territoriales russes."
                              Y a eu assez d’avertissements. Faut pas pousser mémé dans les orties quand même !!! C’est du foutage de gueule votre commentaire. Si les navires ukrainiens étaient des délinquants et les garde côtes russes des policiers, vous seriez de ceux qui condamneraient les policiers pour avoir user de la force pour stopper ces délinquants. Pitoyable.


                            • Christelle Néant Christelle Néant 28 novembre 2018 11:40

                              @Mychris
                              Non le problème c’est que des navires de guerre ukrainiens aient tenté de passer le détroit en force sans respecter la procédure, ont refusé de se plier aux ordres des autorités maritime et mener des manoeuvres dangereuses. Arrêtez d’inverser la charge de la culpabilité. Vous aussi vous êtes de ceux qui blâment les policiers quand ils font usage de la force pour maîtriser des délinquants qui refusent d’obéir aux injonctions ? Pitoyable.


                            • Zolko Zolko 28 novembre 2018 11:48

                              @Christelle Néant : « des navires de guerre ukrainiens [...] mener des manoeuvres dangereuses »
                               
                              ça coûte pas cher de le dire. Genre quoi comme manœuvres ? Ils ont tourné pendant 12h et personne n’a pensé à relever leurs mouvements ? A filmer la scène avec un drone ? Il doit y avoir plusieurs radars de surveillance en face de la Crimée, ils n’ont pas enregistré les positions ?


                            • Christelle Néant Christelle Néant 28 novembre 2018 11:53

                              @Zolko
                              Ceux qui ont relevé leurs mouvements ce sont les autorités maritimes russes et le FSB. Les mêmes qui ont déclaré qu’ils avaient violé les eaux territoriales et que vous ne croyez pas. Donc ca rime à quoi votre demande ? À rien. J’ai des contacts sur place, des gens qui vivent près de Kertch et qui ont confirmé que les navires ukrainiens agissaient de manière dangereuse à proximité des bateaux commerciaux qui attendaient de passer le détroit. Si vous voulez plus de détails, demandez les au FSB, mais je doute que vous obteniez plus d’informations que moi.


                            • Bernard Grua Bernard Grua 28 novembre 2018 11:56

                              @Mychris
                              « on vise les moteurs », quelle importance ? L’ordre que l’on entend dans la vidéo est « tirer pour tuer » que Sputnik a d’ailleurs repris dans sa « chronologie » préparée par le FSB : « À 20h50, le navire russe a signalé au bâtiment Berdyansk que s’il continuait à ignorer les avertissements il ouvrirait le feu pour tuer.... » Il existe bien d’autres moyens pour immobiliser un navire surtout quand on a eu 12 heures (comme le dit Christelle Néant) pour s’y préparer. .
                              En ce qui concerne les « manoeuvres de combat », il n’y en a pas eu. Il faut être deux pour combattre. Les Ukrainiens n’ont pas tiré.
                              Christelle Néant ne sait pas que les navires militaires sont toujours armés, y compris lorsqu’ils sortent pour essai, y compris en période de paix, y compris dans des zones non contestées.
                              Dire que les marins Ukrainiens s’étaient préparés à se défendre (ce qui est strictement la mission d’un bâtiment de combat), on dit en « alerte », et justifier, de ce fait, le « tirer pour tuer » est juste un propos de comptoir qui n’a rien à faire dans une analyse. 
                              Je rappelle aussi que les bâtiments russes sont en alerte lorsqu’ils traversent le Bosphore. On se souvient de la photo d’un marin russe tenant un lance roquette sur le pont d’un bâtiment russe lorsqu’il passait en plein dans Istanbul. Il me semble même que c’était quelques jours après qu’un jet russe ait été descendu par la Turquie.Cette photo avait fait couler beaucoup d’encre. Les Turcs, à juste titre, n’en avaient pas fait une affaire..


                            • Christelle Néant Christelle Néant 28 novembre 2018 11:57

                              @Zolko
                              Allez LIRE le déroulé des événements bon Dieu. Ils ont d’abord prétendu ne pas vouloir franchir le détroit. Puis quelques heures plus tard, ont exigé de passer sans respecter la PROCEDURE !!! Essayez de passer la frontière russe sans papiers ou sans écouter ce que vous disent les gardes frontières et on va voir s’ils vous servent le thé et vous déroulent le tapis rouge jusqu’en Russie. Non mais sérieusement. Autant de mauvaise foi c’est effrayant.
                              Le tanker a été mis en travers du détroit justement pour empêcher les navires ukrainiens de le franchir de force, vu qu’ils refusaient d’obéir aux ordres des gardes-côtes et continuaient de se diriger vers le détroit !


                            • Bernard Grua Bernard Grua 28 novembre 2018 12:04

                              @Christelle Néant
                              « J’ai des contacts sur place, des gens qui vivent près de Kertch et qui ont confirmé que les navires ukrainiens agissaient de manière dangereuse à proximité des bateaux commerciaux »  Euh, là c’est l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours... Faudrait revenir à des trucs plus sérieux. Inspirez vous, au moins, de ce qu’a dit l’ambassadeur russe à l’ONU si vous la flemme de chercher ailleurs.
                              « Si vous voulez plus de détails, demandez les au FSB » Joke ? C’est pour une fois une affaire extrêmement bien documentée (accréditant le scénario de préméditation, d’ailleurs). Les détails existent.

                              Les demander au FSB s’est juste une erreur. Comme je l’ai expliqué, le FSB est en mode « ass-covering » renforcé. Questionnez plutôt la vraie marine russe. Là vous aurez des pros qui comprennent ce qui se passe. 


                            • Christelle Néant Christelle Néant 28 novembre 2018 12:06

                              @Bernard Grua
                              Votre mauvaise foi est sans limite à ce que je vois. Les Russes ont averti, fait un tir de sommation, averti de nouveau puis enfin tiré. Les marins ukrainiens ont donc été suffisamment avertis. La patience et la méthode pédagogique ca a ses limites avec certains. Faut arrêter de hurler à la fessée lorsqu’elle est méritée. Le coupable n’est pas celui qui a donné la punition, mais celui qui l’a méritée.
                              Il y a une différence entre être armé, et viser les bateaux des gardes côtes avec ces armes. Si vous ne voyez pas la différence, c’est effrayant pour vous. Les Ukrainiens n’avaient pas à se mettre en alerte comme vous dites. Ils étaient en tord sur toute la ligne. Ils avaient une chose à faire : obéir aux ordres des gardes-côtes et demander à passer dans les règles. C’est-à-dire bien en avance et en se conformant au planning de passage. C’est pas trop compliqué pourtant, ils avaient même une « cheat sheet » à bord avec la dite procédure. Ils ne peuvent donc pas prétendre qu’ils ne la connaissaient pas. Ben oui. La mauvaise foi dont vous faites preuve face aux preuves et aux faits vous discrédite totalement. La Russie était dans son bon droit. Et elle a fait preuve de beaucoup de retenue.


                            • Christelle Néant Christelle Néant 28 novembre 2018 12:13

                              @Bernard Grua
                              L’homme qui a vu l’homme, bla bla bla. Je fais bien plus confiance à ces amis sur place qu’à vous et vos analyses foireuses. Ce qu’ils m’ont dit confirme ce qu’a dit le FSB. S’ils m’avaient infirmé ce que dit le FSB j’en aurai tenu compte.
                              Concernant la demande au FSB, votre réponse me prouve que vous ne connaissez pas réellement la Russie. L’armée russe ne vous répondra jamais. Donc pas la peine de perdre du temps. Merci de prouver que vous glosez sans savoir réellement de quoi vous parlez. Cette affaire est très bien documentée comme vous dites. Et tous les éléments concordent vers la culpabilité des marins ukrainiens. Provocation préméditée avec délits. L’action russe était donc légitime. Fin de l’histoire. Le reste de vos délires est risible.


                            • Bernard Grua Bernard Grua 28 novembre 2018 12:23

                              @Christelle Néant
                              Là, je crois que vous avez touché le fond. Rien, vous n’avez plus rien. Vous n’avez pas un truc concret à répondre. Une vraie diarrhée mais pas une seule info. Je n’argumenterai pas contre vos élucubrations dignes d’un certain « Loran Discourtois », dont vous reprenez les artifices. C’est tout aussi minable. Ce genre de polémiques construites à coup d’invectives et de propos de comptoir ne m’intéressent pas. Je ne suis pas attiré par la fange.

                              Laissez la mer aux marins et restez dans votre Donbass. Au moins, dans ce panier de crabe, vous existez. Sur le sujet de cet article vous êtes totalement drossée à la côte. 
                              Pas rancunier, j’aurai malgré tout la politesse de vous remercier. J’ai appris que le dossier du FSB est vide et totalement bancal. Bref, la défense de l’affaire du commandant du « Don », le pochetron, qui tire pour tuer, sera un nouveau sabordage. Je m’en réjouis. C’est ce dont je voulais m’assurer.


                            • Christelle Néant Christelle Néant 28 novembre 2018 12:31

                              @Bernard Grua
                              Celui qui a touché le fond c’est vous. Je suis venue avec des faits. Vous venez avec vos élucubrations de purge au sein du FSB tout droit sorties de vos délires personnels... Encore une fois inversion accusatoire. Si vous n’étiez pas attiré par la fange vous ne seriez pas venu lancer cette polémique et l’entretenir à coup de dizaines de commentaires qui se répètent sans fin. Quand les faits contredisent vos propos....
                              Le dossier du FSB est solide contrairement aux excuses ukrainiennes bidons qui ne convainquent pas grand monde à part les éternels acquis à la cause de Kiev. Merkel a demandé à Porochenko de s’expliquer sur ce qui s’est passé. Ces soldats ukrainiens seront jugés comme il se doit. Et au vu des éléments, ils sont mal barrés. Kiev s’est sabordé, de manière magistrale. Et vous ne comprenez même pas pourquoi.


                            • Zolko Zolko 28 novembre 2018 15:48

                              @Christelle Néant  : « Les mêmes qui ont déclaré qu’ils avaient violé les eaux territoriales et que vous ne croyez pas. »
                               
                              Ah, j’ai compris : en fait, le problème est que vous ne savez pas lire ! Ce que j’ai dit était qu’il n’aurait pas fallu réagir en tirant sur des bateaux qui faisaient de toute évidence de la provocation. Se laisser provoquer est un signe de faiblesse. Très mauvaise idée. Il suffisait de les surveiller et de les contrôler.


                            • Christelle Néant Christelle Néant 28 novembre 2018 16:56

                              @Zolko
                              Celui qui ne sait pas lire et confond l’énonciation d’un fait « Deux agents du SBU étaient à bord » avec le fait de reprocher leur présence, c’est vous pas moi. Vous me reparlez du fait que les gardes-côtes n’auraient pas dû tirer quand on parlait de preuve qu’ils avaient provoqué ce qui leur est arrivé. Vous partez dans tous les sens, vos propos n’ont ni queue ni tête et vous reprochez aux autres de ne plus comprendre où vous voulez en venir.
                              Votre analyse est totalement foireuse. Votre conclusion encore plus. Les Russes ont surveillé et tenté de controler les navires ukrainiens pendant plus de 12 h.auraient-ils dû jouer à ce jeu ad-vitam ? Non. Tout a des limites. Les gardes-côtes ont fait leur devoir comme l’a indiqué Vladimir Poutine. La Russie a été patiente avec les provocations ukrainiennes et cela n’a servi à rien bien au contraire. Se sentant impunie, l’Ukraine a continué jusqu’à arriver à cette gabegie près du détroit de Kertch. L’Ukraine c’est un sale gosse à qui personne ne dit non. Eh bien cette fois le non est arrivé et la fessée avec. Aucun signe de faiblesse là dedans. Ca s’appelle fixer les limites. Si vous ne le comprenez pas, ne commentez pas de telles actualités en prétendant comprendre ce qui se joue là. Vous êtes totalement à coté de la plaque. Laissez la géopolitique à ceux qui ont le niveau...


                            • Bernard Grua Bernard Grua 28 novembre 2018 19:20

                              @Mychris
                              Tout est là :

                              - Russes : « Stoppez immédiatement tous mouvements. Sinon j’ouvre le feu. Terminé. » 

                              - Ukrainiens : « Neuf-neuf-cinq (pas clair) Quatre neuf. Suis sorti de la zone des 12 miles. Armes non utilisées (brouillé). »
                              Note BG : C’est à dire qu’il est en eaux internationales.

                              - Russes : « Combien de blessé avez-vous, terminé »
                              - Ukrainiens : « J’ai besoin de secours. J’ai besoin de secours. Mayday, mayday. Position géographique : 44 51 0. 36 23 4. Mayday, mayday. Nous avons besoin de secours. Nous avons besoin de secours. » 
                              Note BG : position à 14,39 miles de la côte (vérification Google Earth).

                              - Ukrainiens : « Nous avons un (des ?) blessé(s ?) allongé (s ?) »

                              - Russes : « Les mains en l’air. Tout le monde sur le bateau (sur le pont ?), les mains en l’air. Si vous avez des armes en main ou sous vos vêtements nous ouvrirons le feu pour tuer. »  

                              Il est bien certain que l’on ne trouve pas ça en copiant le narratif du FSB.



                            • Christelle Néant Christelle Néant 28 novembre 2018 19:45

                              @Bernard Grua
                              Non, seuls les derniers instants sont là, une fois que la patience russe était arrivée à bout, et que les gardes-côtes en sont arrivés à devoir utiliser les armes. Anatoly Shaarii a publié 20 minutes de discussions, dont le résumé (en mode humoristique) se trouve ici en russe : https://www.donetsk.kp.ru/daily/26914.4/3959575/
                              Version vidéo https://www.youtube.com/watch?v=k2fCVWRSPiI
                              Il est bien certain que l’on ne trouve pas ces parties là en recopiant le narratif de Kiev.


                            • Bernard Grua Bernard Grua 28 novembre 2018 20:00

                              @Christelle Néant
                              2,39 miles c’est ce qui fout par terre l’alibi du FSB. C’est peu mais c’est énorme. On comprend le laconisme et le malaise de l’ambassadeur de Poutine à l’ONU. 
                              Pour ma part j’en ai fini avec votre article de propagande recopié d’un papier de FSB, que même l’administration présidentielle russe n’ose pas utiliser.
                              Je vous remercie. Car avec le travail de recherche que vous m’avez fait faire, avec les objections que vous avez soulevées et qui m’ont poussé à approfondir, je peux à mon tour publier un texte présentant une vraie analyse. 
                              Maintenant on va tous bien regarder, ailleurs, les conséquences de l’affaire de Kertch et le ménage dans le cartel des siloviki qui tiennent et rançonnent ce malheureux pays. Mais c’est une autre chose. « Fin de l’histoire » pour reprendre vos termes.


                            • Christelle Néant Christelle Néant 28 novembre 2018 21:12

                              @Bernard Grua
                              Mouahahahahahahahahaha non mais sérieusement. Ce sont vos commentaires qui sont une copie de la propagande de Kiev. Poutine soutient le FSB dans cette affaire, la Douma aussi. Donc votre délire de ménage c’est du conspirationnisme de bas étage. Sans parler du rançonnement du pays par le FSB, alors là c’est du grand n’importe quoi. Allez vous coucher et vite, vous avez les neurones qui surchauffent là.


                            • Bernard Grua Bernard Grua 29 novembre 2018 15:40

                              @Mychris
                              L’acte de piraterie du FSB en eaux internationales est confirmé aujourd’hui. Suivez bien l’actualité. Cela va certainement faire de nouvelles vagues
                              La mise au secret des équipages et la confiscation des navires ainsi que de leurs enregistrements et livres de bord n’a pas suffi à cacher ce que le représentant de poutine à l’ONU tentait de dissimuler lundi, à savoir cet acte de guerre en eaux internationales.
                              Par ailleurs, il semble bien que nous aurons sous peu la confirmation du fait qu’au moins un des bâtiments ukrainiens est passé dans les vraies eaux territoriales russes (cad celles qui existaient avant l’annexion, non reconnues, de la Crimée) du fait des tentatives de collision initiées principalement par le Don et l’Imzouroud comme le montre les ordres qui ont été donnés à ces bâtiments du FSB et dont j’ai posté de nombreuses fois les enregistrements. 
                              Cela lève un point qui avait été soulevé, ré-écoutez l’ambassadeur d’Ukraine à l’ONU. En effet, il semblait incompréhensible de dévier vers l’Est pour franchir le détroit de Kertch (orienté Sud-Nord) lorsque l’on arrive en route directe du Nord-Ouest depuis Marioupol. Là aussi, des suites sont à en attendre.
                                


                            • Mychris Mychris 29 novembre 2018 20:03

                              Et bien voyons ce que cela donne.....


                            • JMBerniolles 27 novembre 2018 18:14

                              Beaucoup de commentateurs qui viennent nous ressortir ici le discours normatif de nos médias inféodés, traite Christelle Néant comme si elle n’engageait pas y compris sa vie même dans sa mission d’information qui l’amène souvent sur la ligne de front au Donbass… Si elle n’informait pas sur ce qui se passe dans la zone soi-disant démilitarisée autour des Républiques de Donestk et de Lugansk, nous n’aurions qu’une version manipulée.

                              Sa présentation de l’opération de Poroshenko visant à promouvoir dans sa zone d’influence une branche minoritaire et déviante de l’église orthodoxe d’Ukraine ne diffère pas de l’analyse profonde du Saker sur le sujet. Ce qui est pensé comme une action anti russe, se traduit d’ailleurs surtout par un racket sur les biens de l’église orthodoxe en place en Ukraine depuis longtemps, une agression des croyants ukrainiens et une déstabilisation de l’église orthodoxe en général…

                              Donc plutôt que de traiter des personnes d’ « idéologues pro russes » peut-être serait-il plus intéressant et efficace de réfléchir au fait qu’après son succès désastreux, pour les Libyens d’abord, et plus généralement pour cette côte est de l’Afrique, notre ministre quasi officiel des affaires étrangères et de la guerre, Bernard Henri Levy, est en échec en Ukraine et en Syrie. 


                              • Christelle Néant Christelle Néant 27 novembre 2018 19:00

                                @JMBerniolles
                                Merci de votre soutien. Oui quand on voit les « succès » des Occidentaux quand ils se mêlent des affaires des autres pays on ne souhaite qu’une chose : qu’ils arrêtent.


                              • JMBerniolles 27 novembre 2018 19:04

                                Je viens de lire une analyse d’un certain J Hawk sur le site de South front crisis (qui mérite de survivre entre parenthèses) d’une grand simplicité et très efficace.

                                Il conclut que c’est une initiative personnelle de Poroshenko qui a pris un peu de court ses soutiens de l’Ouest.

                                Son sort parait scellé… 


                                • Christelle Néant Christelle Néant 27 novembre 2018 19:20

                                  @JMBerniolles
                                  L’Allemagne demande des explications et des preuves à l’Ukraine http://dnr-live.ru/germaniya-potrebovala-ot-kieva-dokazatelstva-intsidenta-v-chernom-more/


                                • Bernard Grua Bernard Grua 27 novembre 2018 21:04

                                  @JMBerniolles
                                  Il est tout à fait possible que ce soit un piège tendu par Poroshenko. En tout cas, je le pense.Mais plus les marins resteront en prison, plus il seront soumis à des interrogatoires rendus publics plus Poroshenko sera gagnant. On en prend le chemin. L’opinion ukrainienne est chauffée à blanc. 


                                • JMBerniolles 27 novembre 2018 22:59

                                  @Bernard Grua

                                  D’abord je plains tous les ukrainiens qui ne sont pour rien dans cette triste affaire qui a déjà fait beaucoup de victimes innocentes... Vu de l’intérieur de ce pays que ce soit dans les Républiques ou dans la zone sous le régime de Kiev les conséquences de Maidan sont atroces.

                                  Dans ces conditions de défaite sur tous les plans du régime de Kiev, il n’est pas possible que Poroshenko s’en sorte à moins d’instaurer un régime d’oppression militaire encore plus marqué. D’où le prétexte pour mettre en place la loi martiale. S’agit-il d’engager une guerre élargie contre le Donbass... ? Rappelons nous que lors de la première, les Républiques avaient l’avantage net et que le régime de Kiev a été sauvé par l’intervention de la France et de l’Allemagne. Si les conditions étaient plus favorables cette année , l’opération militaire aurait été lancée au printemps.

                                  Donc on se trouve devant des soubresauts internes dans la zone dominée par Kiev. Les gens, les pauvres en feront les frais. Le remplacement de Poroshenko se fera sous l’égide de l’ouest. Tout ce que l’on peut souhaiter c’est que les choses se normalisent avec les Républiques.


                                • Bernard Grua Bernard Grua 28 novembre 2018 10:55

                                  @JMBerniolles
                                  Il faut savoir lever le nez du Donbass et oublier les régulière invocations. Le problème actuel est différent et d’une autre dimension. 


                                • Krokodilo Krokodilo 27 novembre 2018 19:32

                                  Je crois que nos médias et gouvernements sont conscients qu’il s’agit d’une provocation de Kiev. France-info titrait hier « provocation ou agression (...) » la seule présence du mot indique de gros doutes. Quant aux gouvernements, ils réagissent en fonction des alliances politico-militaires (GB et All...). Le risque d’annulation des présidentielles a été signalé par de nombreux articles, même si on voit toujours les mêmes « experts » russophobes enragés (Mme Ackermann qui parle de revanche russe contre la sécession orthodoxe ...) de nombreux articles sont plus nuancés. Nous avons soutenu un coup d’Etat, et maintenant des enragés. Si Kiev croit vraiment que l’Occident va risquer une guerre avec la Russie pour leurs beaux yeux, ils sont encore plus dingues qu’ils en ont l’air !


                                  • Guy19550 Guy19550 27 novembre 2018 23:57

                                    J’ai aussi été étonné par la presse française, enfin un seul article, car ce n’est pas dans leurs habitudes de donner une asez bonne vision des choses. Il s’agit du journal le Monde. Le lien peut se trouver par les liens que j’ai donné antérieurement.


                                    • Bernard Grua Bernard Grua 28 novembre 2018 10:58

                                      @Guy19550
                                      Les journalistes français présents à Kiev et à Moscou sont très critiques sur l’état d’urgence. Du coup, ils ne voient qu’une partie du problème. Eux aussi ont des réflexes très Kiev et Donbass. Peut-être faites vous référence à l’article de Benoit Vitkine dans le monde qui est étonnant ?Il essaye de brosser un tableau complet en disant bien qu’il s’agit de réflexions personnelles. Au final, on a un papier surprenant mais très intéressant. 


                                    • Xenozoid 28 novembre 2018 17:37

                                      @Mychris
                                      la mer d’azov et la mere noire sont vu depuis longtemps comme des lacs,et si on va plus loins la méditéranée,,,un autre lac ....etc etc...le droit internationale, l’occident s’en fout depuis longtemps,pourquoi maintenant ?



                                    • Xenozoid 28 novembre 2018 17:55

                                      @Mychris

                                      pour la lybie aussi ?


                                    • Mychris Mychris 28 novembre 2018 18:07

                                      @Xenozoid
                                      La Lybie ?


                                    • Xenozoid 28 novembre 2018 18:08

                                      @Mychris

                                      la bas c’est la merde aussi,surement pas la faute du pétrole


                                    • JC_Lavau JC_Lavau 30 novembre 2018 00:01

                                      Ces vedettes de 23 m sont surtout bonnes pour la police fluviale. Basées près d’Odessa, là elles étaient en mer ouverte parce que le vent était faible et la mer très peu formée. Dans plus de 2 m de creux, leurs capacités à combattre sont très atténuées. Même si tout l’armement est commandé depuis la passerelle.

                                      Re-basées à Berdiansk, elles peuvent faire du harcèlement.

                                      Elles me semblent incapables d’héberger des dormeurs hors-quart, en mer (au port, probablement si). Cinq hommes d’équipage, donc chacun est à son poste de combat, et nulle part ailleurs. Plus ici l’officier du SBU.

                                      Vasilescu prétend que vu les moyens d’espionnage aérien américain déployés au dessus du théâtre d’opérations, le but américain était de tester les moyens de détection et de défense russes. Des lecteurs ont objecté.

                                      https://reseauinternational.net/a-qui-profite-lincident-du-detroit-de-kertch-valentin-vasilescu/

                                      Je ne saurais trancher.


                                      • Christelle Néant Christelle Néant 30 novembre 2018 08:48

                                        @JC_Lavau
                                        Oui, j’ai vu l’article et je reste dubitative aussi. Les Russes disposent de systèmes anti-navires mobiles. Aujourd’hui ils sont là, demain ils seront ailleurs.


                                      • JC_Lavau JC_Lavau 30 novembre 2018 09:38

                                        @JC_Lavau. Si pour des raisons de combat ils tiennent 24 noeuds dans la mer formée, les chocs sont énormes. Les sièges des postes de combat doivent être suspendus et amortis comme des cabines de camion.
                                        Même si l’essentiel des tâches d’armement est télécommandé depuis la passerelle abritée, il faudra quand même qu’un homme aille sur le pont enlever les capuchons des canons ; puis les remettre à la fin de l’action. Les paquets de mer dans un canon, c’est pas fameux comme maintenance.

                                        Ce sont des bateaux d’eaux brunes. Même si l’approvisionnement des munitions et l’évacuation des douilles sont bien motorisées.

                                        Ils calent très peu : un mètre.


                                      • JC_Lavau JC_Lavau 30 novembre 2018 09:40

                                        @Christelle Néant. Selon Vasilescu, le gros du butin est électronique : fréquences utilisées et par les radars, et pour les télécommunications, procédures, zones mal couvertes, faiblesses de la détection...


                                      • Christelle Néant Christelle Néant 30 novembre 2018 10:22

                                        @JC_Lavau
                                        Oui j’ai vu. Mais sincèrement vu le nombre de fois où des avions d’espionnage américains survolent la zone, je pense qu’ils avaient déjà tout ca...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès