• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Que cachent les agissements de l’Iran  ?

Que cachent les agissements de l’Iran  ?

Récemment, il y a eu un développement stratégique rapide au niveau régional et international. Parmi eux, il y a ce qu’Ali Akbar Velayati, conseiller du guide suprême iranien, a appelé la troïka «  croissante et capable  » entre son pays, la Russie et la Chine. Il a déclaré que cette troïka est capable de contrer les tendances «  expansionnistes  » des États-Unis et de l’Occident.

Les discussions sur la troïka ont eu lieu quelques jours après un sommet trilatéral à Téhéran auquel ont participé le président iranien Ibrahim Raisi, le président turc Recep Tayyip Erdogan et le président russe Vladimir Poutine. L’image du groupe avait des connotations différentes selon les analystes.

Mais ce qui a attiré mon attention, c’est que la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock a critiqué le président turc Recep Tayyip Erdogan pour avoir figuré sur la photo avec les présidents russe et iranien Vladimir Poutine et Ibrahim Raisi.

«  Le fait que le président de la Turquie figure sur cette photo est un défi, pour le dire poliment. Cette photo est incompréhensible [pour] les États membres de l’OTAN », a-t-elle déclaré. L’Iran est certainement tangiblement préoccupé par la tournée du président Joe Biden au Moyen-Orient.

Il pense que cette tournée conduira à une alliance de sécurité régionale et à une alliance militaire contre lui. C’est pourquoi il a recouru à la contre-force et renforcé sa position face à la pression américaine, ou à ce que certains rapports décrivent comme une structure de sécurité de défense régionale dont parlent les dirigeants israéliens.

Cela est devenu un sérieux problème pour la partie iranienne, qui est profondément préoccupée depuis la signature des Accords d’Abraham, qui n’étaient nullement destinés contre elle, malgré ses incursions régionales continues qui menacent la sécurité et la stabilité de la plupart des pays de la région. C’est particulièrement vrai pour les pays du Golfe et Israël.

Il ne fait aucun doute qu’une grande partie de l’anxiété récente de l’Iran n’est pas fondée sur des faits réels. Il n’y a pas de mobilisation régionale contre lui. Les pays du Golfe et les pays arabes ne veulent pas former d’alliances pour l’affronter.

Mais tous veulent construire les bases de la sécurité régionale, que ce soit par le dialogue avec les États-Unis ou même par le dialogue avec l’Iran lui-même. La réalité est aussi que ni le sommet de Djeddah n’avait pour but de créer une alliance au Moyen-Orient comme l’OTAN, ni le sommet de Téhéran ne pouvait créer une alliance entre l’Iran, la Russie et la Turquie.

Ce qui précède ne nie pas l’importance de l’intensification de la coopération entre l’Iran et la Russie, en particulier dans les domaines économique et commercial, au point que l’Iran pourrait fournir des drones de combat militaires russes pour lutter contre le conflit en Ukraine, dans un changement qui a des implications qui méritent d’être soulignées.

Mais il ne faut pas aller trop loin dans l’explication de cette coopération et de ses implications pour les pays du Golfe. La Russie, la Chine et la Turquie ont des intérêts plus vastes, plus profonds et plus larges à l’égard des pays du Golfe. Il est difficile de renoncer à ces intérêts au nom d’une alliance avec l’Iran face à ces pays.

L’un des objectifs des dernières démarches de l’Iran est aussi de tenter de renforcer sa position dans les négociations pour relancer l’accord nucléaire. Nous parlons de négociations bloquées, dans lesquelles chaque partie essaie de diverses manières de durcir sa position et d’obtenir de nouvelles cartes de pression. Cela explique le ton calme de l’Iran concernant la politique turque en Syrie.

Une chose à laquelle les Arabes devraient prêter attention. La Syrie est devenue un terrain d’échange d’intérêts entre les puissances régionales et internationales. C’est une situation dans laquelle le régime syrien a besoin d’un soutien arabe fort et clair pour maintenir la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Syrie.

Ce qui précède ne signifie pas non plus que les pays du CCG doivent être laissés de côté en raison des liens et des intérêts existants avec la Chine et la Russie. Ce vaste réseau d’intérêts stratégiques entre les deux parties devrait être étayé et approfondi, et les pays du CCG ne devraient pas faire l’erreur des États-Unis et dépendre de l’histoire de leurs relations avec ces grandes puissances.

Les capitales du Golfe doivent continuer sur la voie qu’elles ont entamée, en diversifiant leurs partenariats stratégiques et en travaillant à la signature de ces partenariats pour garantir leurs intérêts stratégiques à court et à long terme. Il faut également s’attendre à de nouveaux mouvements stratégiques sur la pièce d’échec moyen-orientale dans la période à venir.

Une grande partie de la lutte pour l’hégémonie et l’influence sur l’ordre mondial aura lieu dans notre région. Cela rend la région d’autant plus importante. Mais cela exige une plus grande prudence et d’éviter les erreurs qui conduisent à des crises sécuritaires et politiques plus profondes dans la région.


Moyenne des avis sur cet article :  1.4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Astrolabe Astrolabe 13 août 17:19

    Les principaux journaux proches du pouvoir iranien ont manifesté leur soutien à l’auteur de la tentative d’assassinat sur l’intellectuel, objet d’une fatwa depuis 30 ans.

     

    Le principal quotidien ultraconservateur iranien, Kayhan, a félicité samedi l’homme ayant poignardé la veille aux États-Unis l’écrivain britannique mondialement connu Salman Rushdie, auteur des « Versets sataniques », cible depuis plus de 30 ans d’une fatwa de l’Iran.

     

    « Bravo à cet homme courageux et conscient de son devoir qui a attaqué l’apostat et le vicieux Salman Rushdie », écrit le journal, dont le patron est nommé par le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei.


    • Le contexte régional est sans précédent :

      l’ennemi de mon ennemi n’est pas forcément mon ami,

      l’ami de mon ami n’est pas forcément mon ami

      etc...

      La versatilité de la stratégie turque, depuis Le sultan rouge, peut bouleverser les alliances tous les 6 mois... sauf avec Israël qui dispose de 150 têtes nucléaires !


      • robert 13 août 17:55

        @ASSANGE ou Vérité qui fâche
        150 ! mais quel vecteur ?


      • @robert

        Quel vecteur, tu peux pas trouver tout seul ?

        En termes de missiles balistiques, le rapport de 2014 plaçait le missile de portée intermédiaire Jericho II comme élément central de l’arsenal israélien. Testé pour la première fois en 2008 d’après Janes’s Strategic Weapons, Jericho III serait entré en service en 2011 et, aurait largement accru les capacités israéliennes avec une portée de 4000 km et une capacité d’emport de 750 k

        etc, etc...
        https://www.frstrategie.org/programmes/observatoire-de-la-dissuasion/estimations-recentes-sur-arsenal-nucleaire-israelienne-2022


      • cedricx cedricx 15 août 21:56

        En tous les cas bravo à l’Iran !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité