• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Que pensent les politiciens américains de Taïwan  ?

Que pensent les politiciens américains de Taïwan  ?

Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, s’est rendue à Taïwan dans ce que de nombreux pays et organisations ont qualifié de provocation. Environ deux semaines plus tard, une délégation de cinq membres du Congrès dirigée par le sénateur Ed Markey, un démocrate du Massachusetts, a visité Taipei et rencontré la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen.

Cela a alimenté les tensions dans le détroit de Taiwan. Bien sûr, la Chine a géré la crise déclenchée par la visite de Pelosi de manière diplomatique.

Ceux qui pensent que le fait de ne pas mettre en œuvre les menaces formulées à la veille de la visite de Pelosi est une déduction de l’équilibre du prestige mondial de la Chine se trompent pour la simple raison que les experts connaissent bien le caractère, la culture et la capacité du peuple chinois à effectuer de telles manœuvres politiques sans entrer dans des conflits qu’ils ne veulent pas, du moins pas encore.

L’un des avantages les plus notables que la Chine tire des visites des délégations américaines est le soutien de l’opinion publique mondiale à sa posture diplomatique. Les pays et les gouvernements divergent dans leur soutien à la position de la Chine sur Taïwan.

La position de Pelosi et des délégués du Congrès a reçu un soutien timide de la part des capitales occidentales qui soutiennent la politique américaine envers la Chine, notamment les membres de l’OTAN. Après la visite de Pelosi et des congressistes, la position de la Chine sur la question de Taïwan a été davantage soutenue.

La question ne se limite plus au soutien de la politique d’une seule Chine, mais s’est étendue à la dénonciation des politiques américaines qui menacent la sécurité et la stabilité du monde et risquent de provoquer une nouvelle guerre majeure, à un moment où le monde souffre le plus de la guerre en cours en Ukraine.

Beaucoup dans le monde ne doutent plus du manque de responsabilité qu’une telle puissance mondiale devrait avoir. Washington a choisi de chauffer le conflit en Ukraine avec diverses revendications et arguments. Elle tente maintenant de répéter le même scénario dans l’une des régions les plus sensibles et les plus tendues du monde, l’Asie de l’Est.

Il y a la Chine, la puissance internationale montante. Puis il y a la Corée, le Japon, et d’autres puissances nucléaires comme l’Inde.

Le déclenchement d’une guerre mettrait le monde entier face à un scénario catastrophe inévitable. Les États-Unis sont conscients que la visite de leurs hauts responsables sur une île que la Chine considère comme la sienne, ainsi que les exercices qu’ils effectuent régulièrement avec Taïwan et les autres activités militaires, constituent un cycle sans fin de provocations pour la Chine, qui effectue également des exercices à grande échelle dans le détroit de Taïwan, préparant le terrain à toute erreur qui conduirait à un conflit ruineux.

Les provocations constantes des États-Unis pourraient amener la Chine à reconsidérer ses projets de reconquête de la souveraineté sur l’île de Taïwan. Cela semble être l’objectif des stratèges américains.

La puissance croissante de la Chine pousse ces planificateurs à accélérer une confrontation à grande échelle avec un adversaire stratégique constant avant que sa puissance militaro-stratégique ne se renforce et devienne plus difficile à résister à l’avenir.

Bien que la Chine soit certainement consciente de ces signes de tentation ou d’implication, on attend d’elle qu’elle s’efforce d’empêcher ce scénario occidental. Cependant, elle pourrait ne pas être en mesure de le prévenir car Washington s’est concentré sur cet objectif sans tenir compte des graves conséquences pour le reste du monde.

D’un point de vue réaliste, ces provocations américaines constantes rendent également difficile de comprendre l’orientation de l’administration Biden, qui parle toujours de la diplomatie comme moyen de résoudre les différends et les crises, comme elle le tente et le répète sur la question du nucléaire iranien.

Mais tout le monde observe comment il met une chaleur soutenue et intense sur une guerre de plusieurs milliards de dollars en Ukraine et comment il laisse la porte ouverte à son alliée Nancy Pelosi, éminente dirigeante du Parti démocrate, pour visiter Taïwan sans essayer de la convaincre de se résilier, ce qui est un pari dangereux pour les intérêts stratégiques américains.

À en juger par la réaction de la Maison-Blanche à la visite de Pelosi et d’autres à Taïwan, on peut supposer que Biden désapprouve.

Mais il semble que Biden ait voulu trouver un terrain d’entente en disant que la visite était de nature parlementaire et que les inquiétudes de la Chine n’étaient pas fondées, bien conscient que jouer sur ce point particulier ne serait pas accepté par la Chine, qui est très sensible à la question de Taïwan, qu’elle considère comme une question de fierté nationale.

À mon avis, Biden n’a pas réussi à stopper la quête de gloire personnelle de Pelosi avant que son histoire politique ne s’efface, et à renforcer la position des Démocrates à l’approche des élections de mi-mandat de novembre.

Tout cela signifie que, malgré les affirmations de Biden selon lesquelles les États-Unis sont «  de retour », la politique étrangère américaine est en train de tomber dans un nouveau piège isolationniste, car Washington est pressé dans ses sphères d’influence traditionnelles.

La Russie et la Chine étendent rapidement et efficacement leur influence en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie. L’influence, le rôle et le prestige des États-Unis dans ces régions diminuent pendant ce temps, ce qui signifie que Washington doit repenser l’ensemble de sa politique étrangère pour préserver ce qui reste de sa présence mondiale.


Moyenne des avis sur cet article :  1.57/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Clark Kent Philippulus 3 septembre 11:20

    L’opération de Pelosi est davantage l’élément d’une tactique électoraliste à usage interne que le reflet d’une vision géopolitique. Les « démocrates » mondialistes ont besoin de redorer leur blason patriotique auprès des électeurs en leur montrant la volonté de conserver la même suprématie que celle qu’évoquait Trump à travers son slogan « make America great again ».


    • pasglop 3 septembre 11:47

      Excluez le complexe TSMC, particulièrement son centre de recherche de la problématique et l’enjeu de Taiwan deviendra soudain beaucoup moins sensible.


      • Jean 3 septembre 11:58

        @pasglop
        exact, c’est le centre du problème, Taiwan est irremplaçable pour cela et pour tout le monde.


      • Gégène Gégène 3 septembre 11:49

        Ils se battront jusqu’au dernier taïwanais . . .


        • Soucougnan Soucougnan 3 septembre 16:44

          @Dr. salem alketbi

          la dénonciation des politiques américaines qui menacent la sécurité et la stabilité du monde et risquent de provoquer une nouvelle guerre majeure

          C’est exactement l’inverse. La visite de Pelosi avait pour objectif de faire clairement entendre à la dictature communiste chinoise, que Taïwan n’était pas l’Ukraine et que les USA ne resteraient pas les bras ballants en cas d’aggression. Car il faut bien garder à l’esprit que la seule chose qui fait que Taïwan est encore une société libre et respectueuse des droits humains, c’est le risque d’un conflit avec les USA. Et comme vous pouvez le voir, le message a été parfaitement reçu par les communistes qui ont gonflé les muscles mais sont prudemment restés derrière leur frontière.


          • Lynwec 3 septembre 20:28

            @Soucougnan

            En retournant la lorgnette,et en changeant donc un peu d’angle de vision, on pourrait aussi penser que les visites diplomatiques US avaient pour but de provoquer et que la Chine n’a pas mordu à l’hameçon .
            Dans les deux cas, la notion essentielle à retenir est que personne ne s’entretue dans cette région et c’est tant mieux .


          • Soucougnan Soucougnan 4 septembre 00:06

            @Lynwec

            on pourrait aussi penser que les visites diplomatiques US avaient pour but de provoquer et que la Chine

            Ça n’est pas impossible en effet ! Les experts américains ne cessent de mettre en garde contre une défaite américaine certaine en cas de confrontation avec la Chine pour Taïwan. Cela pourrait très bien faire partie d’un plan pour inciter les Chinois à intervenir en confiance. Si l’Amérique est mieux préparée à la guerre qu’elle ne veut le montrer, la Chine pourrait être défaite et contrainte de renoncer définitivement à ses ambitions sur Taïwan. De quoi redorer le triste blason de Biden or c’est le genre de saletés dont les démocrates sont friands... D’un autre côté, il pouvait aussi s’agir d’un bluff américain pour laisser penser aux Chinois que les USA sont plus forts qu’ils ne le laissent paraître. Dans tous les cas, il n’y a pas eu de guerre et comme vous dites, c’est tant mieux.


          • Lynwec 3 septembre 20:24

            Ils pensent probablement (du moins les démocrates dans leur majorité) à la façon d’exploiter le mieux possible cette situation, par exemple en amenant la Chine (comme ils l’ont fait pour la Russie) à un point où elle n’aurait d’autre choix que d’envahir ce qui lui fut volé , déclenchant ainsi une autre zone de conflit où le secteur militaro-industriel us pourrait se gaver ...

            On imagine bien une tentative de prépositionner quelques ogives par exemple, le tout dans un esprit entièrement pacifique, vous l’aurez compris (les ogives occidentales sont morales, démocratiques, libres et ne font pas de dégâts collatéraux)...

            Comme l’administration Trump dérangeait quelque peu les pédocriminels d’en haut et n’était pas vraiment partante pour la guerre tous azimuts, on comprend bien l’acharnement des médias pour s’en débarrasser ( se faire priver de voyages ludiques sur l’île d’Epstein et encaisser moins de dividendes des ventes d’armes, ça met de mauvaise humeur ) ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité