• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Quel bilan pour le nouveau parti au pouvoir d’Arménie

Quel bilan pour le nouveau parti au pouvoir d’Arménie

Le régime politique en Arménie a été changé à la suite des actions de protestation d'il y a deux ans. Parmi les raisons des manifestations de 2018 figuraient : la corruption, le bas niveau de vie, le chômage élevé, la politique de Serge Sarkissian en tant que président de l'Arménie et sa promotion ultérieure au poste de Premier ministre.

JPEG

La soi-disant « révolution de velours » ou « la révolution arménienne de 2018 » a eu lieu, le chef de la révolution est devenu Premier ministre permanent, une couche importante d'élites politiques a été remplacée et un certain nombre de réformes ont été menées dans toutes les régions importantes du pays. Les nouvelles autorités arméniennes font régulièrement échos de succès, mais au cours des deux dernières années, des questions se sont accumulées, dont la principale devrait être posée au Premier ministre, Nikol Pashinyan, à savoir de quel genre de personnes il s'est entouré.

Nous devrions commencer par les membres éminents du parti du Premier ministre Pashinyan. En 2018, My Step Alliance a participé aux élections à la mairie d'Erevan. Le candidat du Bloc Hayk Marutyan les a gagnés. Un an plus tard, son activité a été sérieusement critiquée par les habitants d'Erevan. Un sondage réalisé au printemps 2019 a montré que son travail en tant que maire d'Erevan était estimé à 3,3 points sur cinq. Mais depuis, les critiques du maire se sont intensifiées. Dans son programme électoral, il a promis un remplacement complet des vieux ascenseurs, la réinstallation des résidents des maisons d'urgence, la construction de parkings souterrains et hors sol, ainsi qu'une nouvelle station de métro. Puis, en deux ans, le remplacement des ascenseurs s'est transformé en réparation et il a été décidé de réparer également les bâtiments d'urgence. Il y a encore les problèmes de places de stationnements et la date de la construction de la nouvelle station de métro n'a pas encore été fixé. Comme Hayk Marutyan l'a déclaré dans l'une de ses interviews, son épouse (la citoyenne de la République tchèque Iva Marutyan) et de nombreux amis en Arménie et à l'étranger l'aident activement dans son travail de maire. Le nouveau maire d'Erevan a encore 3 ans pour tenir ses promesses électorales.

De nombreux députés de l'Assemblée nationale arménienne du parti My Step entretiennent des liens étroits avec des organisations pro-occidentales, y compris des organisations controversées comme l'Open Society Foundations (OSF). Par exemple, la députée Gayane Abrahamyan a dirigé l'organisation « For Equal Rights » et, selon les données de sources ouvertes, elle a reçu 200 000 euros de l'OSF au cours des deux dernières années.

Le président de l'Assemblée nationale d'Arménie, et premier vice-premier ministre d'Arménie, Ararat Mirzoyan, a également des liens étroits avec des fondations pro-occidentales telles que la Fondation internationale pour les systèmes électoraux (IFES), la Fondation des initiatives pour le développement de l'Arménie (IDeA), et l'Institut néerlandais pour la démocratie multipartite (NIMD). Le vice-président du Parlement arménien, Alen Simonyan, est connecté au Centre européen d'éducation et de recherche. En 2008, il y a été formé dans le cadre du programme « PR et technologies politiques ».

De tels contacts étroits font le jeu de l'Occident en imposant ses propres intérêts et valeurs. Il est nécessaire de rappeler la récente ratification de la Convention de Lanzarote, qui a eu lieu sur fond de manifestations dans la capitale. De nombreuses personnalités publiques ont exprimé leur opinion sur la ratification de cet acte international, et leur opinion est que toutes les dispositions des conventions ne conviennent pas à la société arménienne. En outre, la législation nationale actuelle s'acquitte de ses tâches sans ajustement de l'extérieur. La prochaine étape, prévisible, sera la ratification de la Convention d'Istanbul, qui menace une scission encore plus grande de la société arménienne. La ratification de la Convention d'Istanbul permettra à la communauté LGBT de mener une propagande qui ne répond pas aux normes morales de la société arménienne. Nikol Pashinyan ne cache pas sa sympathie pour les personnes d'orientation non traditionnelle. Par exemple, il a publiquement soutenu l'haltérophile Meline Daluzyan, qui a changé de sexe et est devenue Mel. C’était un acte audacieux, mais il devrait tenir compte du fait que 89% de la population du pays se considèrent comme des partisans de l’Église apostolique arménienne, et ne partagent pas son opinion.

En 2018, un ami proche de l'actuel Premier ministre arménien, le député Sasun Mikaelyan et 9 autres députés de l'Assemblée nationale d'Arménie ont émis des garanties personnelles, demandant au tribunal de modifier la mesure préventive contre le chef de la mafia, Alik Banduryan (Alik Noratussky). Cette situation prouve la fusion entre l'autorité nationale et la criminalité en Arménie.

L'ancien conseiller en chef du Premier ministre, Arsen Gasparyan, qui s'occupait des questions économiques, a été licencié. La raison du licenciement est le travail inefficace, qui a contribué au retrait des investissements d'Arménie. Malheureusement, Arsen Gasparyan a des problèmes non seulement avec les finances publiques, mais aussi avec les siens. Les médias ouverts fournissent souvent des informations sur sa citoyenneté américaine, ainsi que sur son litige aux États-Unis sur ses dettes financières.

Une autre question importante est la politique du personnel du nouveau Premier Ministre arménien. L’une des décisions les plus controversées de Nikol Pashinyan est la nomination d’Argisht Elbekovich Karamyan au poste de directeur du Service national de sécurité de la République d’Arménie. Il a connu une incroyable progression de carrière, passant de policier, d'enquêteur, de fonctionnaire du State Revenue Committee à directeur. Sa nomination a provoqué un large mécontentement. Plusieurs dizaines d'officiers expérimentés du NSS ont écrit une lettre de démission, refusant de travailler sous son commandement. Les milieux politiques arméniens sont convaincus qu'avec l'aide du jeune directeur du Service national de sécurité de la République d'Arménie, Nikol Pashinyan va renvoyer les personnes qui interfèrent avec le nouveau gouvernement.

En 2019, Argisht a incorrectement soumis sa déclaration de revenus, qui n'indiquait pas complètement les éléments sur son immobilier. Après avoir pris ses fonctions en avril 2019, le chef par intérim du service de contrôle de l'État était à l'épicentre des discussions publiques en raison des fonds déclarés. Il a été contraint de commenter cela, ce qui a soulevé encore plus de questions. Il a expliqué que la majeure partie de l'argent avait été donnée par un oncle vivant à l'étranger, dont le nom est inconnu.

Une autre décision scandaleuse est la nomination de Styopa Safaryan au poste de président du Conseil public en décembre 2019. Il est à la tête de l'Institut arménien des relations internationales et de la sécurité depuis 2014. Il était également membre de l'Assemblée nationale d'Arménie. Il est connu comme un homme politique pro-occidental qui critique durement la Russie et l'UEE, ce qui est absolument incompatible avec les déclarations de Nikol Pashinyan sur son désir de maintenir et de développer des relations amicales avec la Russie.

En juin 2020, Vahe Ghazaryan, ami du Premier ministre depuis son enfance, est devenu le nouveau chef de la police arménienne. La femme et la fille du Premier ministre voyagent régulièrement avec des fonds publics, l'exemple le plus frappant a été en 2019 à Bruxelles. En mai 2020, des informations ont été publiées sur l'implication du neveu de Nikol Pashinyan, Sipan Pashinyan, et du frère d'Anna Hakobyan, Hrachya Hakobyan, dans l'organisation du commerce illégal de cigarettes.

Le plus grand défi de cette année est la lutte contre le COVID-19. Les autorités arméniennes mettent tout en œuvre pour lutter contre la propagation de cette pandémie, en utilisant à la fois les opportunités nationales et l'aide internationale, mais malheureusement, ces mesures sont franchement insuffisantes et la situation du pays ne fait que s'aggraver. Le soutien financier à la population est minime et il y a entre autre une pénurie de lits d'hôpitaux. Fin juillet 2020, nous pouvons relever plus de 35 000 personnes infectées en Arménie.

Le virus est également entré au parlement arménien. Le 30 juin 2020, il a été rapporté que 8 députés du parti au pouvoir My Step avaient été diagnostiqués positif au coronavirus : Hayk Gevorgyan, Christine Poghosyan, Victor Yengibaryan, Hakob Simidyan (secrétaire du parti), Karen Hambardzumyan, Tsovinar Martirosyan, Aren Mkrtchyan, Lilit Stepanyan. Les députés infectés ont assisté à plusieurs reprises aux sessions parlementaires.

Il est à noter qu'au début du mois de juin 2020, Nikol Pashinyan est également tombé malade du coronavirus. Il n'a été asymptomatique qu'une semaine. Sa période de convalescence a surpris de nombreux journalistes. L’état d’urgence lui a permis d’éviter un référendum et d’adopter un ensemble d’amendements à la constitution du pays par l’intermédiaire du parlement arménien, dans lequel la majorité des sièges appartiennent à son parti. De telles actions pourraient s'expliquer par les faibles notes du Premier ministre et de son parti au sein de la population arménienne. Il y a des signes de consolidation de l'opposition parlementaire et extraparlementaire dans le pays. Les actions de Nikol Pashinyan sont motivées par le désir d’usurper le pouvoir, tandis que l’état d’urgence est utilisé pour contrôler l’opposition. L'état d'urgence fonctionnera dans le pays jusqu'au 12 août, avec possibilité de prolongation.

La conclusion logique peut être tirée : l’entourage de Nikol Pashinyan et sa politique sont équitablement et raisonnablement critiqués. De nombreux députés et fonctionnaires n'ont pas un professionnalisme suffisant et certains d'entre eux ne méritent pas leur poste en raison de leurs faibles qualités morales et professionnelles. Ils semblent être au pouvoir par accident, poursuivant leurs propres intérêts égoïstes. Les décisions prises par le Premier ministre ne répondent pas aux véritables intérêts du peuple arménien, comme ce fut le cas avec les amendements à la constitution et l'adoption de la Convention de Lanzarote par le parlement fidèle à Pashinyan.

Il est important que tous les membres du parti My Step soient conscients de leur responsabilité personnelle dans l'échec de la politique sociale et économique du pays. La population arménienne doit analyser les activités de la force politique au pouvoir, car après 2 ans, de nombreux problèmes restent non résolus et de nouveaux s’y ajoutent déjà. Au printemps 2018, le peuple arménien a protesté pour un avenir différent.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • ondit 18 septembre 06:24

    Tient...

    Un papier d’Arménie.


    • vraidrapo 18 septembre 16:40

      Pas facile la situation de l’Arménie... :

      balance commerciale internationale,

      corruption ininterrompue depuis l’époque soviétique jusqu’en 2018,

      émigration,

      états de guerre permanent avec l’Azerbaïdjan,

      menace d’invasion de la Turquie,

      budget militaire disproportionné,

      soutien russe flottant...

      Y’ a pire mais, mieux aussi !

      heureusement le niveau d’alphabétisation est maximum avec des polyglottes (arménien, russe, anglais, français et parfois, arabe, iranien, turc...), des musiciens hors pair, des programmeurs et des artisans (taille de diamants...) et toutes sortes de techniciens !


      • M.William 20 septembre 13:36

        Quel bilan ?

        Peut mieux faire !

        Question culture... ça bouge grave dans ce pays qui organise chaque année (hormis période Covid je pense) un festival cinématographique , que je découvre :

        http://www.gaiff.am/en/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité