• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > RFERL tente de blanchir Bandera et ses fans ukrainiens actuels

RFERL tente de blanchir Bandera et ses fans ukrainiens actuels

Suite à l’arrestation d’un policier ukrainien après qu’il eut jeté à terre un militant néo-nazi de l’organisation C14 en criant « À terre, Bandériste ! », plusieurs officiels ukrainiens ont fait des déclarations publiques pour montrer qu’ils sont aussi des Bandéristes (fans de Stepan Bandera, collaborateur des Nazis pendant la deuxième guerre mondiale) et qu’ils en sont fiers !

Quand j’ai vu que RadioFreeEurope – RadioLiberty a fait un article à ce sujet, je me suis dit : « Enfin ils dénoncent le fait qu’il y a beaucoup de néonazis parmi les officiels en Ukraine après avoir fermé les yeux sur ce problème depuis le Maïdan  ». Mais mon optimisme n’a pas duré longtemps.

Après les deux premiers paragraphes qui sont factuels, le troisième est une pure réécriture de l’Histoire. Jetons-y un coup d’œil.

« Depuis le sommet jusqu’en bas, les policiers et leurs supérieurs font la queue pour exprimer leur admiration envers Stepan Bandera, un héros pour de nombreux Ukrainiens, dont l’Organisation des Nationalistes Ukrainiens (OUN) et son bras militaire, l’Armée Insurrectionnelle Ukrainienne (UPA), ont combattu aussi bien les forces soviétiques que les nazis pendant la Deuxième Guerre mondiale mais sont aussi accusés d’avoir mené des campagnes de massacres contre des Polonais et des Juifs.*  »

Je reviendrai après sur les mensonges écrits dans ce paragraphe. Après ma surprise en lisant de telles insanités, mon attention a été attirée par l’astérisque en fin de phrase. J’ai donc regardé à la fin de l’article pour en découvrir le sens.

« Cette phrase a été modifiée pour clarifier la description de Stepan Bandera et de l’UPA », dit Christopher Miller.

OK, donc l’article a été réécrit. Et on peut voir en haut qu’il a été modifié pour la dernière fois le 13 février 2019 (cliquez sur l’image pour la voir en taille réelle).

New version of the article

Essayons de trouver l’ancienne version. Grâce à Google et son cache, j’ai trouvé la version originelle, publiée le 11 février 2019 (cliquez sur l’image pour la voir en taille réelle) :

Old version of the article

Et si nous regardons ce paragraphe sur Bandera, nous découvrons une histoire complètement différente :

« Depuis le sommet jusqu’en bas, les policiers et leurs supérieurs font la queue pour exprimer leur admiration envers Stepan Bandera, un héros des partisans d’extrême droite, dont l’Organisation des Nationalistes Ukrainiens (OUN) et son bras militaire, l’Armée Insurrectionnelle Ukrainienne (UPA), ont combattu aussi bien les forces soviétiques que les nazis pendant la Deuxième Guerre mondiale mais ont aussi mené des campagnes de massacres contre des Polonais et des Juifs. »

La différence est énorme. Ce n’est pas une clarification, c’est un changement complet de signification. Si la première version du paragraphe était factuelle (même si elle oubliait les meurtres contre d’autres groupes ethniques), la version modifiée est un mensonge complet !

Ce n’est pas parce que le gouvernement ukrainien post-Maïdan a décrété que Bandera est un « héros de l’Ukraine » que de « nombreux Ukrainiens » le considèrent comme tel. La plupart des gens dans le Donbass le considèrent pour ce qu’il était : un collaborateur des nazis, et un leader antisémite, dont les organisations ont tué des dizaines de milliers de personnes.

Et cette opinion est partagée par de nombreuses personnes dans le sud-est de l’Ukraine et même ailleurs dans le pays. La première version de cette phrase était juste, ce type est un héros des partisans d’extrême droite en Ukraine. Mais beaucoup d’Ukrainiens ne sont PAS des partisans d’extrême droite.

En changeant cette phrase, Christopher Miller a essayé de minimiser le fait que Bandera est un héros uniquement pour les néo-nazis. S’il est le héros de « beaucoup d’Ukrainiens », alors ça a l’air mieux que lorsqu’il a écrit qu’il est un héros pour les partisans d’extrême-droite. Cela signifie que son idéologie est moins « nazie », moins « d’extrême droite ». Et donc qu’elle est plus « acceptable ».

Mais la pire réécriture est à la fin de ce paragraphe, quand il transforme ce qui est un fait historique prouvé (que l’OUN et l’UPA ont massivement assassiné des Polonais et des Juifs), en une simple accusation !

Bandera et ses acolytes ne sont pas accusés d’avoir assassiné, ils ont assassiné des dizaines de milliers de Polonais et de Juifs !

Les massacres de Polonais en Volhynie et en Galice orientale ne sont pas une hypothèse historique, c’est un fait ! Prouvé et documenté ! Des militants de l’UPA ont assassiné des civils polonais, qui n’avaient rien fait contre les Ukrainiens. Ils ont marché de village en village pour massacrer des civils, même des femmes et des enfants ! Leurs méthodes d’assassinat (pas que celles employées contre les Polonais) étaient si horribles que même les SS allemands étaient dégoûtés et avaient envie de vomir.

Voici comment l’historien Norman Davies décrit les meurtres : «  Des villages ont été incendiés. Les prêtres catholiques romains ont été coupés à la hache ou crucifiés. Les églises ont été brûlées avec tous leurs paroissiens. Des fermes isolées ont été attaquées par des gangs portant des fourches et des couteaux de cuisine. Des gorges ont été tranchées. Les femmes enceintes étaient éventrées à la baïonnette. Des enfants ont été coupés en deux. Des hommes ont été pris en embuscade dans les champs et emmenés.  »

Voilà ce qu’ont fait les Bandéristes lors de ces massacres (avertissement, ces images sont très choquantes) :

Massacres in Volhynia

Massacres in Volhynia

Massacres in Volhynia

Selon diverses estimations, l’UPA a massacré entre 70 000 et 100 000 Polonais en Volhynie et en Galice orientale !

Et malgré les tentatives des partisans de Kiev de réécrire l’Histoire concernant l’OUN/UPA et les Juifs (comme dans cet article de Wikipédia), c’est un fait historique prouvé, que les Bandéristes ont massacré des Juifs en Ukraine ! Ils ont participé, entre autres, activement au massacre de Babi Yar.

Pendant les deux premiers jours du massacre, 33 771 Juifs ont été tués ! Juste sur ce site, en deux jours ! Plus de 100 000 personnes ont été tuées sur ce site pendant la guerre. Des collaborateurs ukrainiens ont également aidé activement les Allemands à liquider 200 000 Juifs en Volhynie, et ainsi de suite.

La police auxiliaire ukrainienne souvent mentionnée à propos de ces faits n’était qu’une émanation de la milice de l’OUN ! La plupart des membres de cette « police » dirigée par des Allemands étaient d’anciens membres de la milice de l’OUN. Et le chef de l’OUN c’était Stepan Bandera !

Donc, considérer Bandera comme un « héros » signifie que vous êtes un néo-nazi ! Que vous aimez l’idéologie de cet homme, dont les sbires ont massacré des Polonais, des Juifs et d’autres !

Même avant la guerre, son idéologie était criminelle ! L’OUN a perpétré plusieurs actes terroristes et assassinats contre des Polonais bien avant la guerre.

Transformer ces faits en une simple « accusation » c’est purement du révisionnisme ! Une grande réécriture de l’Histoire, visant à minimiser les crimes et l’idéologie de Bandera. C’est ainsi que vous transformez les collaborateurs des nazis en simples patriotes ukrainiens, et que vous transformez les néo-nazis ukrainiens actuels en simples nationalistes !

Il en va de même pour cette phrase sur le fait que l’OUN et l’UPA ont « combattu aussi bien les forces soviétiques que les nazis pendant la Deuxième Guerre mondiale ». Désolé, mais l’OUN et l’UPA n’ont combattu les nazis que lorsque Bandera et ses acolytes ont compris que les nazis les avaient arnaqués, et qu’ils ne leur donneraient pas l’Ukraine indépendante dont ils avaient rêvé.

Avant cela, ils les ont accueillis comme des libérateurs en 1941, comme vous pouvez le voir ci-dessous !

Ukrainians welcome Nazis

Ukrainians welcome Nazis

L’OUN et l’UPA se sont retournés contre l’Allemagne uniquement parce que les nazis les ont trompés ! Ils combattirent plus les forces soviétiques que les forces nazies. Et ils combattirent les forces nazies uniquement parce qu’ils ne leur donnèrent pas ce qu’ils leur demandaient (parce que même si leur idéologie est presque la même, pour les nazis allemands les Ukrainiens étaient des « Untermensch », des hommes inférieurs).

Lorsque les forces soviétiques ont lancé leur contre-offensive, les nazis ont sorti Bandera de sa prison, et ses hommes se sont battus POUR les nazis CONTRE l’armée soviétique. Ainsi, en réalité, l’UPA a beaucoup plus combattu les forces soviétiques que les forces nazies, et elle a énormément collaboré avec les nazis !

Ces tentatives de blanchir Bandera, l’OUN et l’UPA sont faites par des historiens ukrainiens qui tentent ainsi de donner une meilleure réputation à l’idéologie de l’Ukraine post-Maïdan, qui a transformé Bandera en héros, et fait du slogan de son organisation le salut officiel de l’armée ukrainienne ! Pour comprendre à quel point c’est choquant, imaginez l’armée allemande actuelle utilisant à nouveau le « Deutschland über alles » !

Et ce révisionnisme est largement utilisé par les journalistes occidentaux pour cacher sous le tapis le fait que l’Ukraine post-Maïdan, est une Ukraine dirigée par des néo-nazis ! Pourquoi ? Parce que les pays occidentaux ont soutenu et financé le Maidan et le coup d’État. S’ils admettaient maintenant qu’ils ont laissé des néo-nazis accéder au pouvoir, ce serait un énorme scandale, qui montrerait dans quel genre de « démocratie » nous vivons !

Pour chaque Ukrainien ou Russe dont la mère, la grand-mère, le père, ou le grand-père est mort en combattant les nazis et leurs collaborateurs, cette glorification de Bandera, de l’OUN et de l’UPA est une terrible honte.

Au lieu de crier au révisionnisme et au nazisme pour tout et n’importe quoi en Europe afin de discréditer ceux qui ne pensent pas comme eux, les journalistes occidentaux feraient mieux de commencer par cesser de réécrire l’Histoire comme Christopher Miller l’a fait dans son article.

Car ce qu’il a fait ne peut être appelé autrement qu’une tentative de blanchir Bandera et ses sbires, blanchissant ainsi les gens qui adhèrent aujourd’hui à son idéologie en Ukraine ! Les militants du C14 ne sont pas seulement des militants d’extrême droite ou des ultra-nationalistes, ce sont des néo-nazis ! Les gens qui célèbrent l’anniversaire de Bandera ne sont pas des « nationalistes », ils sont des néo-nazis !

Appelez un chat un chat un chat, bon Dieu ! Si vous n’êtes pas capable de vous en tenir aux faits, ne prétendez pas être journaliste et dites ouvertement que vous êtes un propagandiste dont l’intérêt est de défendre le conte de fées de « l’Ukraine démocratique post-Maïdan » !

Christopher Miller, je ne sais pas pourquoi vous avez décidé de changer ce paragraphe, si vous avez reçu des pressions, des menaces ou si vous en avez décidé par vous-même, mais quelle qu’en soit la raison, ce que vous avez fait est une honte, et cela vous discrédite en tant que journaliste.

C’est grâce à des gens, comme vous, qui réécrivent l’Histoire, que la plupart des journalistes des grands médias sont aujourd’hui discrédités aux yeux du public.

Réécrire l’Histoire est le premier pas vers la dictature, et votre participation à ce révisionnisme est une honte pour toute la profession.

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Laurent 47 14 février 12:22

    Il existe une organisation dont on ne peut nier l’efficacité, dans la recherche des responsables des criminels nazis et des noms des juifs ayant été massacrés du fait de leurs exactions, c’est le Centre Wiesenthal, qui a répertorié toutes les victimes de la Shoah !

    Cette organisation ( que semblent ignorer Laurent Fabius, ou le concubin d’Arielle Dombasle ), possède une montagne de documents sur la racaille nazie qui a pris le pouvoir par la force, à Kiev !

    Mais si ces ukrainiens sont des nazis presque pires que leur idole Adolf Hitler, ils ne représentent qu’une minorité en Ukraine.

    La grande majorité des ukrainiens a de plus en plus la désagréable impression de s’être faite avoir par les nazis, les Etats-Unis ( c’est pareil ), l’Union Européenne, et ne souhaite qu’une seule chose : renouer les rapports amicaux qu’elle entretenait avec la Russie, surtout depuis qu’elle a pu voir la différence entre la misère qui sévit en Ukraine, comparée au développement en flèche de la Crimée, suite à la réalisation du pont de Kertch qui la relie à la Russie continentale.

    Maintenant, on ne les entend plus aboyer, les nazis de l’O.T.A.N. !

    Courageux, mais pas téméraires au point de mourir pour Adolf Porochenko !


    • Guy19550 16 février 17:55

      Les polonais sont moins chaud qu’avant pour soutenir l’Ukraine en raison de ce passé (ne concerne malheureusement pas Tusk).

      Il existe plusieurs publications signé Wiesenthal en DVD, je conseille vivement, pour se faire une opinion, mais c’est vrai que les jeunes préfèrent regarder Brad Pitt.

      Personnellement, je préfère encore et de loin le Ku klux clan à ses enfoirés de nazis... mais ils sont tout aussi débiles.

      Je tiens aussi à rappeler que des réfugiés juifs ont quitté l’Ukraine pour l’Allemagne et Israël (tous venaient du côté de Odessa). Ces gens avaient peur de rester au pays.

      Et enfin, l’Europe et les US appuyent les nazis en Ukraine, il n’existe en effet aucun élément pour penser le contraire. Donnez m’en un et je retire ce que j’ai dit !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès