• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > RPD – L’armée ukrainienne bombarde la périphérie de Donetsk : (...)

RPD – L’armée ukrainienne bombarde la périphérie de Donetsk : quatre soldats de la milice populaire tués et cinq blessés

Aujourd’hui 21 juin 2021, l’armée ukrainienne a tiré au mortier de 120 mm et au lance-roquettes antichar sur Staromikhïlovka et Lozovoye, tuant quatre soldats de la milice populaire de la RPD (République Populaire de Donetsk), et en blessant quatre autres. Le nombre élevé de victimes est dû au fait qu’en violation des garanties de sécurité qu’elle avait données, l’armée ukrainienne a tiré sur l’équipe chargée d’évacuer les morts et les blessés dus aux tirs de la matinée, alourdissant ainsi le bilan initial.

JPEG

Comme on pouvait le craindre, le calme des dernières semaines n’aura été que temporaire, et à peine le beau temps est-il revenu en RPD, que l’armée ukrainienne ressort les armes lourdes et viole non seulement le cessez-le-feu prévu par les accords de Minsk, mais aussi la convention de Genève, en tirant sur un véhicule médical du groupe d’évacuation venu chercher les premières victimes de ses tirs.

À partir de 10 h 10, pendant plus d’une heure, Staromikhaïlovka et Lozovoye, deux localités situées en périphérie sud-ouest de Donetsk, sont prises pour cible par l’armée ukrainienne. En tout, ce sont 11 obus de mortier de 120 mm et 5 roquettes antichars SPG qui tombent sur les positions de la milice populaire.

Les obus de mortier de 120 mm tirés par l’armée ukrainienne tuent trois soldats de la milice populaire de la RPD et en blessent un autre. Le chef de la représentation de la RPD au sein du CCCC (Centre Conjoint de Contrôle et de Coordination du cessez-le-feu) contacte alors son homologue ukrainien par téléphone.

Via le mécanisme de coordination, prévu par les mesures additionnelles de contrôle du cessez-le-feu signées l’an passé, un accord de trêve est obtenu afin qu’un groupe d’évacuation soit envoyé sur place. La partie ukrainienne savait l’heure et la route par laquelle l’évacuation serait menée.

Malgré ces garanties de sécurité, à 13 h 30, l’armée ukrainienne a tiré au lance-roquettes antichar sur un véhicule médical du groupe d’évacuation, pourtant flanqué des croix rouges réglementaires, qui suivait le véhicule contenant les morts et le blessé. Ce tir de l’armée ukrainienne qui viole toutes les conventions internationales, a tué un soldat de la milice populaire de la RPD et en a blessé quatre autres à divers degrés de gravité, portant ainsi le total des victimes à quatre soldats morts et cinq blessés.

La représentation de la RPD au sein du CCCC, envoie alors une requête officielle à la partie ukrainienne via la MSS de l’OSCE, exigeant un cessez-le-feu et des garanties de sécurité pour mener une deuxième évacuation des morts et des blessés.

La RPD attendra plus de deux heures que la partie ukrainienne daigne envoyer une confirmation écrite des garanties de sécurité. Sans surprise, la partie ukrainienne a refusé d’envoyer cette confirmation directement à la RPD et l’a fait transiter par la MSS de l’OSCE.

La représentation de la RPD au sein du CCCC a durement commenté cette nouvelle provocation qui a lieu à peine 10 jours après que cinq soldats de la milice populaire de la RPL (République Populaire de Lougansk) aient été tués par un groupe de sabotage-reconnaissance ukrainien.

« Sur la base de la séquence d’actions de la partie ukrainienne, nous constatons que le gouvernement ukrainien est prêt à tout, y compris à commettre des meurtres ignobles qui violent toutes les règles internationales de la guerre, afin de promouvoir sa position politique selon laquelle la coopération directe des représentants des parties au sein du CCCC dans le cadre du mécanisme de coordination est prétendument impossible et ne fonctionnera pas. Nous considérons l’agression armée d’aujourd’hui par l’armée ukrainienne comme rien de moins qu’une provocation cynique visant à perturber les accords existants, y compris ceux relatifs au mécanisme de coordination prévu par les mesures de renforcement du cessez-le-feu. Les méthodes de guerre méprisables et immorales utilisées par l’armée ukrainienne démontrent ouvertement les véritables intentions des autorités de Kiev  », a déclaré la représentation de la RPD au sein du CCCC.

Pour le ministère des Affaires étrangères de la RPD, cette provocation n’est que la continuité du sabotage total des négociations mené par l’Ukraine depuis des mois.

« La partie ukrainienne démontre ouvertement qu’elle sabote les accords conclus : la crise prolongée des négociations, causée par le blocage par les représentants de Kiev de toutes les questions clés à l’ordre du jour, est exacerbée par de violentes provocations armées sur la ligne de contact. La tragédie d’aujourd’hui – le fait que quatre soldats de la milice populaire de la RPD sont morts et cinq ont été blessés à la suite des bombardements de l’armée ukrainienne – n’est rien d’autre qu’une contestation ouverte des accords conclus le 22 juillet 2020 avec l’aide des médiateurs de la fédération de Russie et de l’OSCE. Et précisément le fait que l’accord verbal conclu au niveau des responsables du CCCC au sein du mécanisme de coordination sur les garanties de sécurité lors de l’évacuation a été violé de manière flagrante : une ambulance d’évacuation munie de signes d’identification appropriés a été délibérément et lâchement visée par l’armée ukrainienne  », a déclaré le ministère des Affaires étrangères de la RPD.

Au vu de ce qui s’est passé, il est clair pour la RPD que les garanties verbales données par l’Ukraine ne valent rien, et que Kiev n’a aucune intention de mener des négociations civilisées pour résoudre pacifiquement le conflit du Donbass.

« Nous avons envoyé une note officielle à la Mission Spéciale de Surveillance (MSS) de l’OSCE en Ukraine pour demander une enquête complète sur ce qui s’est passé, suivie de mesures disciplinaires contre les responsables. La tragédie qui s’est produite sera une question clé de l’ordre du jour des prochaines réunions du groupe de travail sur les questions de sécurité et du groupe de contact trilatéral sur les questions de sécurité », a conclu le ministère des Affaires étrangères de la RPD.

Il est à craindre que cette provocation de l’armée ukrainienne contre la RPD, ne soit pas la dernière de ce genre, et que d’autres soldats de la milice populaire, ou pire, des civils, payent à nouveau de leur vie la volonté de l’Ukraine de totalement saboter toute forme de négociation avec les républiques populaires du Donbass.

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  4.55/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • yakafokon 22 juin 13:43

    Vous voyez ? C’est cette racaille nazie ukrainienne, que soutient à bouts de bras notre gouvernement qui prétend que le R.N. et Thierry Mariani sont des néo-nazis de la pire espèce !

    Alors, comment appelle-t-on ceux qui soutiennent le nazisme ukrainien instauré par la force, depuis le coup d’état du Maïdan à Kiev ?

    Pour moi, ils ne valent pas mieux que leurs idoles, descendants des galiciens engagés dans les panzer-divisions de la waffen SS de 1941 à 1945 !

    Or, ni Marine Le Pen, ni Thierry Mariani, n’ont de sang ukrainien sur les mains !

    Lors du 2ème tour des élections, croyez-moi , je ne vais pas me tromper de nazis en écartant le R.N. et ses représentants !

    Et tant pis pour les mafias marseillaises, il faudra bien qu’elles s’y fassent !


    • Guy19550 Guy19550 22 juin 14:06

      Il y a lieu de détruire les positions des terroristes de Kiev systématiquement et d’en discuter après. Je rappelle quand même que ce « jeu » dure depuis des mois et que cette situation convient seulement aux terroristes de Kiev. La destruction totale des positions de tirs est une nécessité incontestable. 


      • yakafokon 23 juin 08:11

        @Guy19550
        évidemment que c’est la seule solution ! Mais tant que les nazis américains et les gouvernements européens ( dont malheureusement hélas celui de la France ), soutiendront les nazis qui ont pris le pouvoir à Kiev lors du putsch de Maïdan, rien de bon ne pourra arriver en Ukraine.
        Les ukrainiens, très majoritairement contre les nazis de la Rada, vont continuer à s’enfoncer dans la misère, à l’exception de ceux du Donbass et de Crimée, qui s’en sortent plutôt bien.
        La Russie, respectueuse du Droit International comme d’habitude, essaye depuis le début du conflit d’obtenir un arrêt des hostilités par la négociation.
        Mais comment obtenir cela des attardés mentaux du gouvernement ukrainien, dont le Q.I. ne dépasse pas celui d’une huître ?
        Mais jamais un seul soldat russe ni un seul blindé n’est entré en Ukraine, selon les observateurs de l’O.S.C.E. présents sur le terrain.
        Christelle Néant, qui a rédigé cet article, est une journaliste française qui vit sous les bombes des milices nazies ukrainiennes, à Donetsk, dans le Donbass.
        Vous voulez en savoir plus sur ce qui s’y passe réellement ?
        www.donbass-insider.com/fr/accueil/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité