• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > RPD – L’armée ukrainienne tire avec des obus de mortier (...)

RPD – L’armée ukrainienne tire avec des obus de mortier standard OTAN sur Troudovski et blesse un civil

Le 22 avril 2021, l’armée ukrainienne a tiré à l’obus de mortier standard OTAN de 60 mm sur le village de Troudovski, en périphérie sud-ouest de Donetsk, en RPD (République Populaire de Donetsk), blessant un civil.

JPEG

À peine six jours après avoir tué un civil en tirant sur la périphérie de Donetsk à l’artillerie de 122 mm, l’armée ukrainienne a bombardé le village de Troudovski, avec ce que la représentation de la RPD au sein du CCCC (Centre Conjoint de Contrôle et de Coordination du cessez-le-feu) a d’abord pris pour du lance-roquettes.

Mais une fois sur place, ils ont examiné les restes de munition, et reconnu des morceaux d’obus de mortier standard OTAN de 60 mm. Le même type d’obus que ceux utilisés par l’armée ukrainienne pour bombarder Yelenovka il y a deux mois en arrière.

On peut voir ces restes d’obus dans les photos prises par la représentation de la RPD au sein du CCCC sur place :

Restes d'obus de mortier standard OTAN de l'armée ukrainienne

Restes d'obus de mortier standard OTAN de l'armée ukrainienne

Traces de sang

Un des obus de mortier standard OTAN tiré par l’armée ukrainienne contre le village a blessé un civil de 60 ans, alors qu’il se trouvait dans la cour de sa maison.

L’homme a reçu des éclats d’obus à la tête. Si son état était jugé grave avant l’opération, il a été évalué comme stable après cette dernière, et sa vie n’est plus en danger.

En un mois, nous en sommes désormais à cinq victimes parmi les civils de la RPD (trois morts et deux blessés), alors que nous sommes censés avoir un cessez-le-feu permanent et indéfini !

Sans surprise après le bombardement du village de Troudovski, les demandes de cessez-le-feu et d’activation du mécanisme de coordination par la représentation de la RPD au sein du CCCC n’ont pas reçu de réponse de la partie ukrainienne.

Depuis ce matin 3 h, nous en sommes déjà à 12 violations du cessez-le-feu de la part de l’armée ukrainienne contre la RPD, et 77 munitions tirées (dont une majorité d’obus de mortier de 120 mm, 82 mm et 60 mm).

Ces tirs à l’arme lourde contre les zones résidentielles montrent que les belles paroles de Kiev sur sa volonté de résoudre pacifiquement le conflit ne sont que du vent, tout comme la proposition de Zelensky de rencontrer Vladimir Poutine n’importe où dans le Donbass pour éviter d’en venir à une reprise des hostilités.

Le Président russe a répondu à son homologue ukrainien, en rappelant à ce dernier que s’il veut discuter de la situation dans le Donbass, c’est avec les dirigeants de la RPD et de la RPL qu’il doit discuter d’abord et non avec lui.

« S’il veut discuter du Donbass, il devrait d’abord rencontrer les dirigeants de la RPD et de la RPL, puis le dirigeant russe. Et s’il veut discuter des relations bilatérales, nous l’attendons à Moscou au moment de son choix  », a déclaré Vladimir Poutine.

Cette réponse de Vladimir Poutine est une façon pour Moscou de rappeler à l’Ukraine qu’elle doit négocier avec les deux républiques populaires du Donbass, et non avec la Russie, pour résoudre le conflit qui se déroule dans l’est du pays, comme le stipulent les accords de Minsk. La énième tentative pathétique de Zelensky d’impliquer la Russie dans le conflit du Donbass a échoué comme les précédentes.

Suite à la réponse de Vladimir Poutine, le chef de la RPL (République Populaire de Lougansk), Léonid Passetchnik, a pris la balle au bond et proposé de rencontrer Volodymyr Zelensky sur le point de la ligne de contact de son choix afin de discuter de la résolution pacifique du conflit du Donbass, si c’est vraiment ce que veut le Président ukrainien.

Il a été suivi par Denis Pouchiline, le chef de la RPD, qui après avoir présenté le programme d’aide humanitaire dédié aux russophones d’Ukraine, s’est adressé personnellement à Volodymyr Zelensky, l’appelant à cesser de vouloir impliquer la Russie dans la résolution du conflit, et à entamer un réel dialogue avec les deux républiques populaires.

«  Je m’adresse maintenant personnellement au Président ukrainien. Je vous demande instamment, M. Zelensky, de ne pas inviter les dirigeants de pays tiers sur la ligne de contact, mais plutôt de vous y rendre vous-même pour une conversation honnête et ouverte avec nous. Avec le chef de la République Populaire de Lougansk, Léonid Ivanovitch, nous sommes prêts à vous y rencontrer en personne et à avoir une conversation substantielle et professionnelle sur la situation et les moyens de la régler pacifiquement.
Seulement cette fois, je vous suggère de ne pas vous cacher dans les buissons de la deuxième ligne de défense, mais d’avoir
le courage d’aller aux endroits les plus chauds. Allez jusqu’à Staromikhaïlovka, Opytnoye, Vesseloye, Zaïtsevo et Alexandrovka. Allez-y et voyez de vos propres yeux ce que vos troupes ont fait, qu’elles soient sous votre contrôle ou non.

Nous, les personnes qui ressentent pleinement les conséquences de votre présidence « pacifiste », vous donnerons l’occasion non seulement de jacasser, mais de constater par vous-même qu’il est effectivement impossible d’apporter la paix avec des chars, des avions, de l’artillerie et tout autre équipement militaire. Néanmoins, nous restons attachés aux accords de Minsk et exigeons leur mise en œuvre de la part de Kiev.

Toutefois, si vous n’avez toujours pas le courage de vous rendre en personne sur la ligne de contact, Léonid Ivanovitch et moi-même sommes prêts à débattre avec vous en ligne. Des débats publics. Ainsi, l’ensemble de la communauté internationale pourra voir et entendre qui avance des propositions réellement pacifiques et qui ne fait que créer du battage médiatique et n’est en fait pas du tout intéressé par un règlement pacifique.

J’insiste : nous en avons assez de vos monologues, nous exigeons le dialogue. Nous exigeons d’être entendus, d’arrêter enfin les bombardements et de commencer à parler ensemble de la façon dont nous allons être voisins.

Je tiens également à vous informer que le paquet de mesures, qui a été approuvé par une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, indique clairement que les parties au conflit sont Kiev et le Donbass. Par conséquent, si vous continuez à chercher d’autres interlocuteurs ou à faire appel aux dirigeants de pays tiers pour résoudre le conflit, nous considérons cela uniquement comme une sortie du processus de Minsk. Dans ce cas, ayez le courage de le dire officiellement  », a déclaré Denis Pouchiline dans son message à Volodymyr Zelensky.

Pendant ce temps en Russie, les exercices militaires et l’inspection surprise des troupes dans les districts sud et ouest ayant donné toute satisfaction au ministre de la Défense, ce dernier a donné l’ordre d’y mettre fin et de renvoyer les soldats dans leurs casernes (et pas parce que la Russie aurait eu peur de l’armée ukrainienne comme le racontent certains torchons ukrainiens dignes du Gorafi ou de Groland).

Il est malheureusement à craindre que certains en Ukraine pensent avoir les mains déliées maintenant que l’armée russe n’est plus massée à la frontière, et poussent plus avant les provocations et crimes de guerre de l’armée ukrainienne dans le Donbass afin d’obtenir enfin de quoi justifier une offensive de la part de Kiev.

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Guy19550 Guy19550 23 avril 12:05

    La meilleure des solutions est que l’Ukraine se lance dans la bataille et fasse ses victimes avec les nationalistes. Ce ne sera pas une perte, que du contraire. En tout cas, faudra plus venir avec un Minsk 3 après cela, vu que dans ma pensée, ils vont tous y passer, car s’il y a un constat d’échec avec Minsk 2, y a pas de raison de penser que cela se passera mieux avec un Minsk 3. Surtout pas les laisser se replier, les achever est mieux pour tout le monde.


    • JP94 23 avril 18:34

      La réponse de Denis Pouchiline est géniale, intellectuellement très supérieure aux jacasseries du nabot de Kiev, dont il donne un portrait conforme de couard...Bien sûr que Zélenski n’ira pas, et non seulement pour les raisons invoquées par Pouchiline dont on sent l’intelligence et l’assurance, mais aussi parce que loin des jupes de sa mère l’OTAN, Zélenski est incapable d’aligner 3 mots et une pensée construite. Il ,ne pourrait que bafouiller et sortir des phrases toutes faites. De toute façon, il n’est pas libre de penser, quand bien même il en serait capable.


      • Guy19550 Guy19550 24 avril 03:03

        Entr’acte :

        Les brésiliens avaient une place privilégiée pour servir de « pont » pour le vaccin russe mais ils ont pour ainsi dire perdu cette préférence à l’avantage des argentins. Les russes n’en ont rien à cirer des manigances du Brésil, ils ont joué et perdu suite au lobbying des cowboys, bien que la finalité de cela ne soit pas encore visible de manière très explicite :

        https://tass.com/society/1282577 : ils parlent d’importer le vaccin ici, mais pas de le produire.

        https://tass.com/world/1280683 : production en Argentine

        En Ukraine, c’est par bêtise qu’ils ne l’ont pas, un peu comme au Brésil.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité