• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > RPD – L’OSCE était une des cibles des soldats ukrainiens (...)

RPD – L’OSCE était une des cibles des soldats ukrainiens capturés

Hier, 22 mai 2019, huit soldats de l’armée ukrainienne ont été arrêtés sur le territoire de la République Populaire de Donetsk (RPD), après qu’ils ont franchi la ligne de contact près de Novotroïstkoye. Après interrogatoire, il s’avère que leur groupe planifiait, entre autre, un acte de sabotage contre les observateurs de l’OSCE.

JPEG

C’est le service de presse de l’Opération des Forces Interarmées (nom de l’opération militaire ukrainienne dans le Donbass) qui a été le premier à fournir l’information sur la capture de ces huit soldats ukrainiens, sur sa page Facebook, hier matin.

Est-ce l’effet du changement de président, ou une simple opération de communication pour essayer de disculper ces soldats ? Car d’habitude Kiev joue plutôt l’option silence radio, ou le déni pur et simple. Zelensky a dit vouloir mener une guerre de l’information efficace, en voilà peut-être les prémisses.

Car voici ce qu’on peut lire dans cette déclaration :

« Nous vous informons que, selon des informations préliminaires, ce matin, huit soldats des Forces Armées Ukrainiennes de l’Opération des Forces Interarmées, se déplaçant en camion près de la localité de Novotroïtskoye, ont dévié de leur itinéraire et sont entrés temporairement sur le territoire occupé où ils ont été capturés par des combattants des forces armées de la fédération de Russie. Le commandement des forces interarmées prend toutes les mesures possibles pour déterminer leur emplacement et obtenir le retour des soldats »

Je passerai sur le délire de la capture par les forces armées russes, qui est un déni de réalité pur et simple, vu que l’armée russe n’est présente ni en RPD ni en RPL, et que ces soldats ont donc été capturés par la milice populaire de la RPD. Déjà là, cette déclaration perd un peu de sa superbe et de son côté « valeureux héros capturés par une force ennemie extrêmement puissante » (l’armée russe étant la deuxième armée la plus puissante au monde).

Alors pourquoi nous sortir cette histoire d’erreur de conduite qui aurait mené ces soldats sur le territoire de la RPD par accident (ce qui n’est pas très valorisant pour les soldats concernés) ? Ce genre d’incident s’est produit plusieurs fois dans un sens et dans l’autre en 2014 (entre autre à la frontière avec la Russie), mais depuis le front s’est stabilisé, et les unités qui s’y trouvent doivent normalement savoir quelles routes traversent la ligne de front ou non, et comment éviter de la franchir par accident.

Cette histoire semblait un peu trop abracadabrante pour être vraie. Quelques heures plus tard, un élément de réponse était fourni par la milice populaire de la RPD.

« Aujourd’hui, au cours d’une opération réussie de la milice populaire de la RPD, un groupe de sabotage-reconnaissance de l’ennemi a été capturé. Au cours de la fouille des combattants, ont été saisis des uniformes, des plaques d’immatriculation et des modèles de documents de la milice populaire de la RPD, ainsi que des explosifs », indiquait le communiqué de la milice populaire.

Au vu du contenu du camion annoncé par la milice populaire de la RPD, difficile de croire à la version officielle du quartier général ukrainien. Il semble peu vraisemblable que ces huit soldats ukrainiens étaient partis cueillir des champignons près de la ligne de front, et qu’ils se sont malencontreusement perdus.

La présence d’uniformes et de documents de la RPD dans la cargaison ne pouvait qu’indiquer une tentative d’opération sous faux drapeau. Attaque, dont la République aurait été accusée. La question qui restait alors à éclaircir était : quelle était la cible de ce groupe de sabotage-reconnaissance ?

La réponse a été fournie par les intéressés eux-mêmes lors de leur interrogatoire. Ces derniers ont en effet avoué qu’ils devaient mener des actions subversives sur le territoire de la RPD, et qu’une de leurs cibles n’étaient nulle autre que les observateurs de l’OSCE.

Il faut rappeler qu’il y a deux ans en arrière, un observateur de l’OSCE avait trouvé la mort lorsque la voiture dans laquelle il se trouvait a roulé sur une mine en République Populaire de Lougansk (RPL).

L’enquête menée par la RPL après cette catastrophe pointait du doigt la responsabilité de l’armée ukrainienne dans la pose de cette mine (et d’autres engins explosifs dans la même zone), et aucun résultat d’enquête de la part de l’OSCE ou de l’ONU n’a été publié (ce qui est plus que suspect et semble indiquer que ces organisations cherchent à couvrir Kiev une fois de plus).

Après cette mort tragique, Porochenko avait de nouveau insisté pour l’envoi d’une mission de casques bleus dans le Donbass, en utilisant l’incident comme justification. À plusieurs reprises il y a eu des tentatives de Kiev d’instrumentaliser des actes de sabotage ou de terrorisme commis en RPD ou en RPL afin d’obtenir une implication de l’OTAN ou des casques bleus de l’ONU dans le Donbass (ces troupes devant suppléer aux troupes ukrainiennes afin de reconquérir le territoire par la force).

Encore récemment (en février), trois explosions ont retenti à proximité de l’hôtel où vivent les observateurs de l’OSCE à Donetsk. Heureusement sans faire de victimes.

Il est à craindre que cette nouvelle mission de sabotage avait le même but : s’en prendre aux observateurs de l’OSCE, faire porter le chapeau de l’attaque à la RPD grâce aux uniformes et aux documents, et utiliser ensuite le résultat de cette opération sous faux drapeau pour justifier la reprise du conflit à grande échelle, voire l’envoi de troupes de l’OTAN ou des casques bleus, en faisant passer la RPD pour un État terroriste.

Heureusement le groupe de sabotage-reconnaissance a été capturé juste après avoir franchi la ligne de contact, et n’a pas pu mener à bien sa mission mortifère. Mais cette tentative, qui a eu lieu après l’investiture de Zelensky, montre qu’il faut se garder d’un optimisme excessif quant à l’évolution future du conflit.

Ceux qui veulent relancer la guerre dans le Donbass et justifier une implication militaire croissante de l’Occident dans le conflit n’ont pas abandonné leurs rêves sanglants, peu importe qui est à la tête du pays.

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  4.93/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    



    • Christelle Néant Christelle Néant 24 mai 19:14

      @JC_Lavau
      Kiev applique ce modèle avec constance


    • Guy19550 24 mai 21:50

      @JC_Lavau

      C’est bien d’en parler car Trump I cherche un Vietnam II, on sait pas encore si ce sera la Corée du nord ou le Venezuela...


    • Guy19550 24 mai 21:39

      Ce n’est pas un délire mais cela montre bien que sur le terrain et en cela inclus leur presse, que rien n’a changé. Si le zoulou ne corrige pas cette presse mensongère, c’est qu’il en approuve la présentation. C’est un simple détail que je tiens à ajouter car tant qu’ils ne sont pas disposés de dire des vérités non contestables, cela ne sert à rien de discuter avec eux.


      • roman_garev 25 mai 08:47

        Voici les fausses cartes d’identité militaires de RPD trouvées sur les saboteurs nazis.


        • JP94 25 mai 13:17

          Nazi est bien le mot ... qu’il est interdit de prononcer ici ! il n’y a plus de nazis en Occident  tout juste s’il y en a eu. D’ailleurs il y en a si peu eu qu’un seul a effectué sa peine après Nuremberg, Rudolf Hess, et seulement 11 ont été condamnés et exécutés : l’appareil du Reich se résumait aux doigts des 2 mains, plus un. Le cabinet du Reich a bénéficié d’un non-lieu : autant dire que nos fascistes européistes de Kiev se sentent les mains libres aujourd’hui plus encore qu’hier pour bombarder, torturer, et même zigouiller des observateurs de l’OSCE : c’est pour la bonne cause.

          Mais cela tout « n’existe pas » puisque nos médias n’en parlent pas... 

          Le Guardian, qui voit des espions russes partout, a justement pour fonction n°1 de masquer à ses lecteurs la politique occidentale belliciste, que ce journal soi-disant indépendant « et ne vivant que du soutien de ses lecteurs », promeut. 

          Parmi les dernières des Américains, une médaille frappée pour le Jour de la Victoire, donc le 8 mai 1945 à l’Ouest : 3 pays et non 4 seraient venus à bout des puissances fascistes : la France, la Grande-Bretagne et les Etats-unis : il est vrai qu’on les a beaucoup entendus à Nuremberg... Mais exit l’URSS !! 

          Sur cette médaille 3 drapeaux, le 4ème , le Soviétique, a été supprimé. Mais j’ai beau regarder la photo du Reichstag prise par Evgueni Khaldei le 2 mai 1945 et je n’y vois qu’un drapeau, le soviétique.

          Et puis le 8 mai ici, le seul défilé populaire a bien été celui du Régiment Immortel, où l’on a ajouté quelques drapeaux occidentaux portés par ... ?? (on me l’a même demandé !! j’ai refusé bien sûr). Les drapeaux ukrainiens étaient portés par des Ukrainiens viscéralement antifascistes et russophones, bras-dessus, bras-dessous avec les Russes et autres ex-Soviétiques dans un magnifique concert rue de Lannes.

          L’objectif est toujours le même...

          Peut-être qu’une prochaine édition de cette médaille ajoutera le drapeau du Reich à celui des 3 puissances occidentales ...


          • Dom66 Dom66 25 mai 22:50

            Bonsoir Christelle, rien à voir spécialement sur cet article, mais je tenais absolument vous saluer après avoir vu ce reportage sur Sputnik. Et encore une fois vous remercier pour votre travail.

            Donbass en guerre : les oubliés de l’Europe  et ici (c’est le même mais sur youtube)

            Donbass en guerre : les oubliés de l’Europe [Reportage]

             

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès