• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > RPL – Faina Savenkova demande que le site Mirotvorets soit bloqué (...)

RPL – Faina Savenkova demande que le site Mirotvorets soit bloqué après y avoir été ajoutée

L’abjection ne connaissant aucune limite en Ukraine, la jaune auteure de Lougansk de 12 ans, Faina Savenkova, vient d’être ajoutée à la liste des « ennemis de l’Ukraine » du site Mirotvorets. Si elle n’est pas le premier enfant du Donbass à s’y retrouver, sa présence au sein de cette base de données montre qu’il est temps de régler ce problème qui n’a que trop duré.

Car il est inadmissible que les données personnelles d’une enfant de 12 ans se trouvent ainsi exposées publiquement afin de la mettre en danger ! Et ce simplement parce que ce qu’elle dit déplaît aux autorités et aux néo-nazis ukrainiens (il faut vraiment croire que ce qu’elle dit les terrifie pour en arriver là). Il est temps que la France, qui est garante des accords de Minsk, et qui aide financièrement l’Ukraine, fasse pression sur Kiev pour faire fermer une bonne fois pour toutes ce site ignoble.

En attendant, Faina Savenkova a elle-même démystifié avec beaucoup d’intelligence et d’humour les accusations portées contre elle sur le site Mirotvorets.

JPEG

«  Hé, vous, les petits garçons, les petits garçons ! Ou est-ce que nous, les garçons, jouons seulement aux bâtons et à la corde à sauter ? Nos pères sont partis et nos frères sont partis. Ou devons-nous, les garçons, nous asseoir et attendre que les bourgeois viennent nous emmener à leur maudite bourgeoisie ? »

Eh bien, nous y voilà – hier, le merveilleux écrivain Oleg Divov m’a qualifié de vétéran de l’Apocalypse dans son billet, et aujourd’hui, il s’avère que mes coordonnées figurent sur le site Web Mirotvorets. Bien sûr, de nombreuses personnes considèrent la base de données de Mirotvorets comme une liste de citoyens honorables, mais j’ai quelques « mais » à ce sujet.

Une particularité de ma spécialisation en physique et mathématiques est que je dois prouver mes dires en classe. J’exige la même chose des autres lors de débats et de discussions. C’est une habitude, tu sais. Une habitude utile dans certains cas, comme celui-ci, par exemple.

«  Participation à des événements de propagande anti-ukrainienne  ». Lesquelles ? Point par point, s’il vous plaît. Que sont pour vous les «  événements de propagande anti-ukrainienne  » ? Les événements de l’école le jour de la connaissance et le « dernier appel » à la fin de l’année scolaire ? « Étoiles au-dessus du Donbass  » ? Désolé, c’est un festival littéraire et ses participants ont le droit d’avoir leurs propres opinions, quelles qu’elles soient. Ce n’est pas ma faute si les écrivains ukrainiens ne veulent pas y participer et exprimer leurs opinions. Je le répète, « Étoiles au-dessus du Donbass » est un festival littéraire. Ou – oh, horreur – s’agit-il de ma présence aux concerts et aux représentations des théâtres de Lougansk ? Pourtant je ne suis pas une participante, mais une spectatrice. Je ne participe pas à d’autres événements, excusez-moi. Je n’ai pas le temps pour ça.

« Elle se dit romancière, dramaturge et AUTEURE DE SCIENCE-FICTION !  » La prose est là, le drame est là. Comment devrais-je m’appeler ? Au fait, à quoi fait allusion ce beau « AUTEURE DE SCIENCE-FICTION  » en majuscules ? Ou pensez-vous que l’histoire « Enseignants et disciples  », par exemple, est une chronique d’événements plutôt qu’une fiction ? Si c’est le cas, vous commencez à me faire peur, vraiment.

Ensuite, « répandant en fait de fausses informations et ses propres spéculations ». Une « fausse information » c’est quelque chose de faux, de mensonger, de falsifié, qui passe pour vrai, réel, crédible dans l’intention de tromper (Wikipédia). Quel genre de fausse information étais-je en train de répandre ? Comme d’habitude – avec des exemples concrets. L’Ukraine bombarde la RPL et la RPD ? Oui. Les civils en souffrent-ils ? Oui. Il n’y a pas d’autres allégations de ma part, je ne peux donc pas diffuser de fausses informations. Je n’ai pas pour vocation de publier des informations décrivant des faits et accusant qui que ce soit. J’ai 12 ans et je ne suis pas les nouvelles. Je ne suis pas non plus sur les lieux des bombardements pour dire qui a utilisé des armes et quand. J’écris juste mes sentiments sur la vie en temps de guerre. Mais peut-être avez-vous des objections concernant les bombardements de la part de l’Ukraine ? L’armée ukrainienne est-elle près de la ligne de contact ? Y a-t-il des armes à feu ? Vous n’allez pas prétendre que pas un seul coup de feu n’a été tiré d’une seule arme ukrainienne depuis 2014, n’est-ce pas ? Dois-je vous rappeler le bombardement du bâtiment de l’administration régionale de Lougansk par des avions ukrainiens le 2 juin ? Je demande toujours la fin de la guerre, pas sa continuation. Il y a donc encore des mensonges sur Mirotvorets.

« A participé à toutes sortes de concours d’auteurs en fédération de Russie ». Est-ce quelque chose d’illégal ? Je ne comprends pas vraiment depuis quand c’est un crime pour un enfant. Il n’est pas illégal pour les citoyens ukrainiens de participer à des compétitions russes. Ou ai-je tort après tout ? Ou bien ne me considérez-vous pas comme un citoyen de l’Ukraine ? Désolé, mais le seul document qui prouve mon identité est mon acte de naissance en UKRAINE. Je n’ai pas encore d’autres documents officiels.

Et voici le plus surprenant : « Victime de violence psychologique et de propagande russo-terroriste  ». Encore votre « propre spéculation » ? Mais ce n’est même pas la question. Vous devriez définir vous-même qui je suis : une criminelle digne de figurer sur le site Mirotvorets ou une « victime de violence psychologique  ». Sinon, vous vous contredisez. Ou est-ce simplement la norme dans l’Ukraine moderne de soumettre une victime d’abus psychologique à l’intimidation ? En publiant mes données, le site web Mirotvorets ne se livre pas seulement à des pressions psychologiques, mais viole également la loi sur les données personnelles.

C’est pourquoi je souhaite m’adresser publiquement au président ukrainien Volodymyr Zelensky, et au médiateur ukrainien pour les droits des enfants, en leur demandant de bloquer le site web Mirotvorets, ses copies « miroir » et d’autres sites similaires, car non seulement ils publient et diffusent des accusations délibérément fausses à mon encontre, mais ils violent également les droits des enfants et les lois ukrainiennes, mettant en danger la vie et la santé des mineurs en publiant leurs données personnelles.

Je voudrais m’adresser publiquement à l’UNICEF pour lui demander d’influencer le gouvernement ukrainien afin qu’il résolve ce problème et protège les droits des enfants dont les données sont publiées sur le site web Mirotvorets, en violation de la législation ukrainienne et de la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant.

Faina Savenkova

Traduction par Christelle Néant pour Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  4.55/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 13 octobre 09:17

    Je vois que vous avez aussi votre fiche sur le site... C’est une certaine forme de consécration...


    • Christelle Néant Christelle Néant 13 octobre 16:10

      @Opposition contrôlée
      Oui, pour moi c’est comme une médaille. Mais je suis une adulte, je sais comment gérer ma sécurité. Faina est une petite fille.


    • Guy19550 Guy19550 13 octobre 15:22

      J’espère qu’elle pourra passer en Russie pour terminer ses études et que ses parents comprennent que cela devient une nécessité à prendre en considération. Cela ne doit pas être loin, la frontière n’étant pas loin non plus.


      • Christelle Néant Christelle Néant 13 octobre 16:12

        @Guy19550
        Pourquoi devrait-elle partir ? C’est chez elle. Ce n’est pas à elle de partir, c’est aux autorités ukrainiennes et occidentales de faire leur boulot. D’où le but de cet article, et des dénonciations publiques de cette ignominie, y compris par le vice-représentant de la Russie à l’ONU.


      • GoldoBlack 14 octobre 08:54

        @Christelle Néant
        Et quand dénonce-t-on les mêmes ignominies mais côté russe ?


      • roman_garev 14 octobre 10:54

        @GoldoBlack
        Aussitôt que quelqu’un saura les inventer et surtout prouver...


      • Guy19550 Guy19550 14 octobre 15:38

        @Christelle Néant

        Je vous donne raison Christelle, avec un grand « mais ». Je vois les choses non pas du droit, mais vu de la sécurité, sa sécurité. Elle ne doit pas partir mais si elle reste, elle et sa famille doivent aussi en assumer les conséquences possibles pour l’enfant. C’est de la prudence que j’ai évoqué, elle peut revenir quand elle sera adulte, sous sa propre responsabilité. Personnellement, les premières priorités vu de l’enfant, sont la sécurité et les études et pas l’endroit où elle vit. 


      • Christelle Néant Christelle Néant 14 octobre 17:48

        @Guy19550
        Il ne s’agit pas seulement d’une question de droit. Si on suit votre logique toute la population du Donbass devrait partir pour sa propre sécurité, ce qui reviendrait à abandonner la zone à l’Ukraine. Or pour les gens d’ici c’est inenvisageable. Leurs ancêtres sont nés, ont vécu et sont morts ici. Ils sont enterrés ici. C’est LEUR terre. Contrairement à vous, l’endroit où ils vivent est important. C’est pour ça qu’autant refusent de quitter leur maison sur la ligne de front. La mentalité des habitants du Donbass n’est pas la votre.


      • Christelle Néant Christelle Néant 14 octobre 17:50

        @GoldoBlack
        Le jour où vous les trouverez. Mais vous allez avoir du mal, vu qu’il n’y en a pas. Il n’y a pas de Mirotvorets russe. Parce qu’en Russie la légalité existe encore, et que divulguer des données personnelles de gens pour les intimider c’est interdit et sévèrement puni. Et puis surtout en Russie le néo-nazisme n’est pas la doctrine politique officielle du gouvernement contrairement à l’Ukraine.


      • Guy19550 Guy19550 15 octobre 05:20

        @Christelle Néant

        Non, les gens qui restent sont des adultes et c’est leur libre choix de rester sur leurs terres. C’est différent quand à cela se greffe de l’insécurité pour les enfants et particulièrement dans ce cas-ci. Je place sa sécurité au plus haut niveau, tant qu’elle n’est pas adulte pour juger elle même des choses avec une tête capable d’analyser correctement les risques encourus et priorité à son éducation également. Le reste, je l’avoue, compte fort peu pour moi dans les circonstances présentes.

        Entr’acte : je viens de lire ceci : https://www.forbes.com/sites/kenrapoza/2021/10/14/ukraine-2021-the-crisis
        continues/ ?sh=cf781844a8a2
        C’est pas usuel pour Forbes de parler ainsi, j’en recommande la lecture.


      • Christelle Néant Christelle Néant 15 octobre 17:16

        @Guy19550
        Mais ces adultes ils ont pour beaucoup des enfants. Donc je confirme que si on suit votre logique faudrait vider le Donbass de sa population, parce que je ne vois pas les gens d’ici envoyer leurs enfants seuls en Russie.


      • Guy19550 Guy19550 16 octobre 04:04

        @Christelle Néant
        Je vois les choses à partir d’un territoire qui ne connait pas la guerre puisque on est en temps de paix alors que de l’autre côté on est en guerre et certains sont même nés dans cette période. C’est une différence qui peut expliquer la différence de point de vue. Je ne sais pas imaginer la différence, ce que je ferais moi-même par exemple dans une situation similaire, car il se pourrait également que je me sente piégé par la guerre. Le mieux est d’y penser et de trouver une solution pour l’enfant. Je note quand même aussi que cette histoire est devenue réalité du fait que la personne est un peu sortie du contexte naturel des choses et que la plupart des enfants ne font pas l’objet de tels efforts de la part des terroristes de Kiev. Je confirme également que vu d’un territoire qui n’est pas en guerre, il est logique de penser en premier lieu à la sécurité des enfants. 


      • GoldoBlack 13 octobre 17:46

        Ca pour une jaune auteure, d’après la photo, elle est jaune !


        • goc goc 13 octobre 23:57

          Quand on sait comment fini « Le Journal d’Anne Franck », on est en droit d’être très inquiet pour cette petite, surtout à cause des méthodes des nazikrainiens.A quand le marquage des « dissidents »

          L’histoire ne se répète pas mais trop souvent la barbarie la fait bafouiller.


          • Aimable 14 octobre 01:59

            Cette petite a la réussite précoce , a 12 ans avoir des écrits politiques qui dérangent les adultes , ils y en a peu qui ont une telle maturité, beaucoup de ceux qui l’on inscrites ne l’ont pas leur âge , alors vous pensez bien que cela fait des jaloux et leur nullité les rend méchants 


            • galéjad galéjad 14 octobre 07:02

              Merci Christelle Néant de nous informer de ce qui se passe dans cette région, il n’y a rien dans les médias traditionnels en France.

              Bravo pour votre travail !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité