• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Selon Dick Cheney, les Iraniens vont accueillir les envahisseurs américains (...)

Selon Dick Cheney, les Iraniens vont accueillir les envahisseurs américains à bras ouverts

Pour l’instant, c’est encore une guerre de mots. Avant la guerre des armes, peut-être ? Samedi, Mahmoud Ahmadinejad a, une fois de plus, montré sa détermination à discréditer Israël : «  ce pays représente l’étendard de Satan et il est sans doute en voie de désintégration ». «  Quand la philosophie à la base de la création d’un régime est remise en cause, il n’est pas improbable qu’il se retrouve sur la voie du déclin et de la dissolution », a soutenu le président iranien. N’avait-il pas affirmé, il y a peu, que les Libanais et les Palestiniens avaient pressé le « bouton du compte à rebours » pour mettre un terme à l’existence de l’État d’Israël ? Pour l’instant, l’État hébreux fait la sourde oreille aux attaques verbales d’Ahmadinejad. Ils s’en trouvent pourtant qui craignent de plus en plus de voir Israël se lancer une attaque éclair pour détruire les sites atomiques de l’Iran, forte de la conviction des États-Unis que l’Iran fabrique secrètement des armes nucléaires.

Les États-Unis sont insatisfaits de la tournure des événements aux Nations unies, où leur volonté d’imposer de nouvelles sanctions à l’Iran se heurte à celle des autres membres du Conseil de sécurité. Washington impose déjà des sanctions commerciales unilatérales à l’Iran. De l’avis de certains diplomates à New York, trois membres permanents occidentaux du Conseil de sécurité (États-Unis, France, Grande-Bretagne) y sont favorables, mais la Chine et la Russie devraient, comme à l’accoutumée, se montrer plus réticentes : le Premier ministre britannique Gordon Brown a jugé de son côté « probable » une nouvelle résolution de l’ONU sanctionnant l’Iran. Moscou et Pékin craignent qu’une troisième résolution n’affecte directement leurs intérêts économiques en Iran.

Le gouvernement américain annonce un budget substantiel de 30 milliards de dollars pour armer cinq pays arabes du Proche-Orient, l’Égypte, l’Arabie Saoudite, le Koweït, le Bahreïn et la Jordanie, et une augmentation substantielle de l’aide financière et militaire accordée à Israël, tout cela dans le but de contrer l’Iran. Le sous-secrétaire d’État américain, Nicolas Burns, vient de le réaffirmer : «  Lorsqu’un ami des États-Unis se trouve dans une région aussi dangereuse que celle-ci, nous apportons notre soutien. C’est un investissement à long terme et l’Amérique a un intérêt majeur à la sécurité d’Israël  ». Cette assistance militaire et financière a pour but également de permettre à Israël de continuer à développer une économie de croissance malgré les menaces qui se développent dans la région. Pour la Frankfurter Rundschau : «  favoriser une course à l’armement au Proche-Orient revient à jeter de l’huile sur le feu. Il y a encore un espoir que cette stratégie reste à l’état de projet à Washington : le Congrès doit, en effet, encore donner son aval au projet présidentiel ». Et selon le journal, il serait souhaitable qu’il ne le donne pas.

Moscou est de plus en plus irrité par l’attitude des États-Unis au Proche-Orient, craignant une mainmise régionale au détriment de ses intérêts. Comme l’explique le quotidien, Nezavissimaïa Gazeta, Moscou amorce la livraison, à la Syrie, de 50 systèmes Pantsyr pour près de 900 millions de dollars (SA-22, dans la terminologie de l’Otan). Un haut responsable de l’industrie militaire russe dément ces informations tout en estimant, toutefois, qu’il n’y aurait, en principe, « aucun obstacle » à une livraison de ces systèmes directement à l’Iran, si ce pays le souhaitait. Vladimir Poutine a pris la décision de reprendre les vols permanents de l’aviation stratégique russe suspendus en 1992. Il rappelle, qu’en 1992, la Russie avait suspendu ses vols stratégiques unilatéralement. « Hélas, tout le monde n’a pas suivi notre exemple », constate M. Poutine, ajoutant que cela créait des problèmes pour la sécurité russe.

À ce propos, l’historien Michael Stürmer, ex-conseiller du chancelier allemand Helmut Kohl, constate que les Occidentaux ont fait pas mal d’erreurs vis-à-vis de Moscou en ne saisissant pas que la Russie voulait se tailler une place digne d’elle dans le monde. En absorbant la Géorgie et l’Ukraine, l’OTAN agit, selon l’historien, sur la Russie comme un morceau d’étoffe rouge sur un taureau. Il voit là une grande erreur ne se disant pas du tout convaincu de la nécessité de déployer le bouclier anti-missile américain en Europe de l’Est.

Du côté de la Syrie, le ministre des Affaires étrangères, Walid al-Mouallem, vient de déclarer, lors d’une entrevue à la chaîne de télévision libanaise NBN, qu’un «  été chaud jouerait en notre faveur et correspondrait aux intérêts des peuples de la région  ». Et il a ajouté tout simplement que : «  la Syrie n’attendra pas encore quarante ans pour récupérer le Golan  ». Pour sa part, la ministre des Expatriés, Bouthaina Shaaban, a déclaré à la BBC : «  Nous espérons qu’aucune guerre n’éclatera et souhaitons vivre en paix sur notre terre  ». Le vice-président syrien, Farouk al-Chareh, a voulu se faire rassurant : «  La Syrie ne veut pas la guerre, Israël le sait bien. Mais la Syrie se prépare car Israël cherche n’importe quel prétexte pour lancer une guerre  ».

Le Sunday Telegraph avance que le Hezbollah serait sur un nouveau pied de guerre : «  La milice chiite aurait acheté de vastes terrains à des druzes et chrétiens au nord du Litani, de façon à peupler ces régions de militants chiites pro-Hezbollah et de construire des postes de défense en vue d’une nouvelle conflagration armée avec Israël. Le secrétaire général du Hezbollah a affirmé, dans son dernier discours télévisé le 14 août, qu’une grande surprise attendait Israël s’il s’aventurait dans une nouvelle agression contre le Liban  ». Selon L’Orient Le Jour, dans les coulisses politiques et diplomatiques, chacun se demande en quoi consiste cette fameuse surprise. D’autant que Nasrallah a affirmé qu’elle serait de nature à modifier le cours de la guerre et peut-être la physionomie de la région. D’aucuns prétendent que l’Iran, à partir de son programme nucléaire militaire, en aurait donné des « miettes » au Hezbollah, qui, lui, serait plus susceptible de les utiliser puisqu’il est en confrontation directe avec Israël. Dès le mois de septembre, et à mesure que le président américain devra affronter des problèmes internes, avec l’approche de l’échéance présidentielle américaine, le Hezbollah pourrait être tenté de se lancer dans une sorte de fuite en avant qui consisterait à lancer des frappes aériennes contre l’Iran.

Créés en 1979, par le fondateur de la République islamique, l’imam Khomeiny, la mission première des Gardiens de la révolution est la défense de la révolution. Washington s’attaquerait ainsi à une institution clé du régime islamique iranien en décidant de « désigner spécialement de terroriste mondial » le corps des Gardiens de la révolution iranien (CGRI). Les Gardiens de la révolution, constamment honorés par les caciques du régime, conservent la réputation de grande ferveur religieuse mise au service de la défense de la Révolution, comme le stipule la constitution, contre les « ennemis » de l’extérieur, mais aussi de l’intérieur. Le CGRI devrait donc rejoindre prochainement Al-Qaïda, le Hezbollah libanais, le Hamas palestinien et au total une quarantaine d’autres organisations étrangères sur cette liste. Son inscription pourrait intervenir dès le mois d’août, croient des officiels américains cités par le New York Times. Elle pourrait être reportée si le Conseil de sécurité de l’ONU adoptait de nouvelles mesures contre Téhéran, pour le contraindre à suspendre son programme nucléaire. Façon de riposter, dans le langage diplomatique, aux puissances qui s’opposent à la volonté de Washington aux Nations unies.

Plusieurs centres d’études internationales évaluent le nombre du CGRI à environ 120 000 hommes mais l’Institut international des études stratégiques de Londres évalue plutôt leur nombre à 350 000. Dans les faits, ses effectifs restent un secret d’État. Connus également sous le nom de Pasdaran, les Gardiens de la révolution sont responsables des forces spéciales al-Quds, soupçonnées d’appuyer des groupes extrémistes chiites en Irak, des miliciens islamistes du Hezbollah libanais, du Hamas et du Djihad islamique. Leur désignation en tant qu’organisation terroriste permettrait aux États-Unis de s’attaquer au réseau d’entreprises qui leur est affilié. Cela donne également aux autorités les moyens légaux de saisir et de confisquer « les biens qui sont utilisés - ou destinés à être utilisés - pour le financement du terrorisme, des actes terroristes ou des organisations terroristes, ou qui en constituent le produit ». Le gouvernement américain est déjà engagé dans une grande campagne internationale pour couper l’accès de l’Iran aux systèmes financiers.

« On ne peut nier l’importance du pouvoir des Pasdaran, les Gardiens de la révolution, qui s’étend de l’industrie de l’armement jusqu’à des pans entiers de l’économie du pays », fait remarquer le politologue égyptien Mustafa Labbad, spécialiste de l’Iran, dans une entrevue accordée à Delphine Minoui, du journal suisse Le Temps. « Mais si les Américains pensent en finir, de la sorte, avec le programme nucléaire iranien, c’est une erreur stratégique car ce n’est pas ça qui freinera Téhéran dans ses ambitions », fait observer Mustafa Labbad.

D’après une étude du Groupe de crise international basé à Bruxelles, cité par la Commission des affaires étrangères du Conseil national de la résistance iranienne, la branche technique du CGR, connue sous le nom de Ghorb Khatam, a arraché des contrats de premier plan au gouvernement Ahmadinejad, y compris un contrat de 1,2 milliard de dollars pour construire une partie du passage souterrain de Téhéran, un contrat d’oléoduc de 1,3 milliard de dollars et une commission sans offre de 2,09 milliards de dollars pour développer certaines parties du vaste champ de gaz naturel de Pars Sud. Le général Abdolreza Abed, le patron de Ghorb, qui est aussi le commandant adjoint du CGR, a déclaré dans une rare interview de juin 2006 dans un journal iranien officiel que la valeur totale des 1 200 projets de la compagnie avant de nouveaux contrats importants se montait à environ 3,5 milliards de dollars.

Mahan Abedin, chercheur au Centre d’étude sur le terrorisme, basé à Londres, dont les propos sont rapportés par Le Temps, «  explique que la structure des Pasdaran fonctionne de façon suffisamment opaque pour pouvoir continuer, d’une façon ou d’une autre, ses activités ». Mahan Abedin, constate de plus que : «  D’importants cadres du pouvoir sont d’anciens Pasdaran : Mahmoud Ahmadinejad, le président ultra-conservateur, Ali Larijani, le principal négociateur sur le dossier nucléaire, ainsi que de nombreux ministres et députés  ». Pour lui, la décision américaine s’avère « immature  », au moment même où l’ambassadeur américain vient d’entamer des discussions, à Bagdad, avec son homologue iranien sur la question de la sécurité en Irak : « Hassan Kazemi-Qomi, l’ambassadeur d’Iran à Bagdad, est un ancien des Pasdaran, tout comme une grande partie de son staff. Mettre les Gardiens de la révolution sur la liste des organisations terroristes, c’est se priver de la possibilité de prolonger les pourparlers avec Téhéran  ».

Le décret permettrait aux États-Unis de bloquer les actifs des terroristes et d’interrompre des opérations commerciales étrangères qui « fournissent soutien, services ou aide à des terroristes, ou s’associent à eux d’une manière ou d’une autre ». Nulle entreprise américaine ne sera autorisée à traiter avec les pasdarans : «  Les étrangers qui fournissent un soutien à une organisation figurant sur la liste du département d’État ou qui ont des relations avec elle, peuvent être empêchés d’entrer aux États-Unis ou, s’ils sont déjà sur le territoire des États-Unis, être expulsés dans certaines circonstances ».

La riposte iranienne est venue de l’ancien président Mohammad Khatami : «  Les Américains devraient savoir que dans ce domaine, comme dans celui de l’énergie nucléaire, ils affrontent une nation unie. Et la grande nation iranienne n’abandonnera jamais ses défenseurs de la révolution. S’ils agissent de manière insensée dans ce domaine, les Américains mettront le pied dans un bourbier dont ils ne se dépêtreront jamais  », a déclaré Mohammad Khatami, membre de l’Assemblée des experts chargée de nommer le guide suprême, lors des prières hebdomadaires à l’université de Téhéran. L’Iran a menacé de frapper les intérêts régionaux américains si son programme nucléaire était attaqué et le commandant en chef Yahya Rahim Safavi a noté que des missiles iraniens pourraient frapper des vaisseaux de guerre qui navigueraient n’importe où dans la mer d’Oman et le Golfe.

Dans la foulée de la décision américaine, la France pourrait s’aligner sur Washington : «  Nous réfléchissons à des mesures supplémentaires, dans le cadre d’une nouvelle résolution du Conseil de sécurité, contre les membres et soutiens du régime iranien refusant de se conformer aux demandes de la communauté internationale. Un certain nombre de ces mesures et de dispositions visent dans la résolution 1 747 du Conseil de sécurité des Nations unies les Gardiens de la révolution », a dit à France Presse un porte-parole du ministère, Hugues Moret.

Gwynne Dyer, journaliste canadien basé à Londres, considère, dans une analyse publiée par Cyberpresse, que cette démarche est extrêmement provocatrice dans la mesure où le CGRI n’est pas une bande de fanatiques indépendants. C’est une branche officielle de l’État iranien, composée de 125 000 hommes, qui opère parallèlement à l’armée régulière. Selon Gwynne Dyer : «  Dick Cheney et son groupe pensent que le régime religieux en Iran s’effondrerait à la première pression intense - puisque le peuple iranien éprouve le désir d’une démocratie sur le modèle américain
- et que l’attaque doit être menée pendant que le président Bush est encore en fonction (car aucun de ses successeurs n’aurait le cran de diriger une telle opération)
 ». Le secrétaire à la Défense, Robert Gates, estime qu’attaquer l’Iran ne serait pas raisonnable tandis que ceux qui entourent le vice-président Dick Cheney pensent que c’est indispensable.

Gwynne Dyer émet de sérieuses réserves sur cette théorie : «  trop engagés en Irak et en Afghanistan, les États-Unis ne peuvent pas dégager d’importants effectifs supplémentaires pour envahir et occuper un pays montagneux de 75 millions d’habitants. Les États-Unis peuvent bombarder l’Iran à l’envi et frapper toutes les installations nucléaires, réelles et présumées. Mais après cela, il ne leur restera plus d’options ». L’Iran pourrait dès lors cesser d’exporter son pétrole : «  En retirant du marché les trois millions et demi de barils de brut journaliers, en l’état actuel des choses, les prix du brut seraient propulsés jusque dans la stratosphère. L’Iran pourrait aussi se montrer sévère et fermer l’ensemble du trafic des pétroliers dans un rayon correspondant à la zone de portée de ses missiles ».

Mohsen Sazegara, 52 ans, a occupé de hautes fonctions dans le gouvernement iranien jusqu’en 1989 avant de prendre ses distances avec le régime. Cofondateur de l’armée idéologique, les Gardiens de la révolution, avocat d’un référendum sur la Constitution, il fut emprisonné quatre fois, et observa 79 jours de grève de la faim en 2003. Il est sous le coup d’une condamnation à six ans de prison en Iran pour atteinte à la sécurité nationale et propagande contre le régime. Figure de la dissidence iranienne, il est maintenant chercheur à l’université américaine de Harvard. Il vit aux États-Unis depuis 2005.

Dans une entrevue à l’Agence France Presse, Mohsen Sazegara met en garde les États-Unis : «  Le vice-président (Dick Cheney) et certains commandants américains en Irak représentent une fraction qui estime qu’il faut châtier l’Iran. Sanctionner les Gardiens de la révolution n’est peut-être que l’une des conséquences dont le président américain a parlé la semaine dernière. Mais je crois que la pression du Congrès et des lobbies juifs (pour un durcissement américain) est efficace ». [...] «  Le régime a montré par son comportement que tout ce qu’il veut, c’est gagner du temps. Par exemple, (ils pensent que) si les démocrates prennent le pouvoir aux États-Unis, ce sera autant de temps de gagné pour leurs activités nucléaires. Tout devrait passer par la négociation. Mais, dans toute négociation, vous devez montrer votre force. Il faut brandir la carotte et le bâton. Sinon l’Iran ne cherche qu’à gagner du temps  ».

L’expérience irakienne n’a pas servi, selon Gwynne Dyer, de leçon à Dick Cheney : «  À Washington, de nombreux (peut-être la majorité) généraux et amiraux de haut rang en sont conscients. En privé, ils ne sont pas partisans d’une attaque contre l’Iran qu’ils savent vouée à l’échec. Mais, en fin de compte, ils respecteront les ordres. Le vice-président Dick Cheney et sa clique n’en sont pas conscients. Ils préfèrent croire que les Iraniens accueilleront les envahisseurs américains à bras ouverts et avec des cris de joie. Vous savez, comme l’ont fait les Irakiens. Le pire, c’est que Dick Cheney semble remporter cette bataille à la Maison-Blanche  ».

Selon Iran Resist : «  Les mollahs disent envisager l’arme du pétrole quand les Américains évoquent l’option militaire  ». L’arme du pétrole serait de caractère « dissuasif ». L’arme du pétrole des mollahs ne ressemble pas à l’option militaire de Bush : il ne s’agit pas d’une fausse menace.

En conclusion, comme l’indique le Groupe de crise international de Bruxelles : «  Washington aurait tort de conclure que la solution réside dans une pression accrue comme elle l’envisage à présent (par une position plus agressive en Irak et un renforcement de sa présence navale dans le Golfe) et, à plus forte raison, dans une intervention militaire plus directe. Il serait facile pour les détracteurs d’Ahmadinejad au sein du régime d’invoquer l’isolement de l’Iran pour durcir leurs attaques contre un ennemi politique mais ils n’hésiteront pas à fermer les rangs derrière lui s’ils estiment que la République islamique ou ses intérêts vitaux sont en jeu. En se montrant disposés à entamer un dialogue avec l’Iran sans poser de conditions dans le domaine nucléaire, sur l’Irak ou sur les relations bilatérales, les États-Unis feraient preuve de sagesse et rendraient un grand service aussi bien à eux-mêmes qu’à la région dans son ensemble ».


Moyenne des avis sur cet article :  4.68/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

95 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 20 août 2007 11:55

    Bonne synthèse , Pierre, trés ouverte et informée

    Trés compliqué. Je suis d’accord avec les recommandations de Groupe de Crise International.

    Dick Cheney est vraiment un aventuriste dangereux. Il faut dire que le pétrole l’intéresse...


    • Irony 20 août 2007 12:22

      Dangereux est le mot. Utiliser l’option militaire avec l’Iran serait catastrophique au niveau géopolitique.

      Très bonne synthèse qui nous rappelle à quel point l’escalade diplomatique au Moyen-Orient n’est qu’à un pouce d’une glissade décisive et irrémédiable. L’année à venir va être pour le moins stressante.


    • La mouche du coche La mouche du coche 20 août 2007 12:40

      Les Etats Unis ont toujours souhaité revenir se fritter avec l’Iran qui les a humilié autrefois. smiley

      Il se sont attaqué à l’Irak mais il pensait à l’Iran comme lorsque l’on est amoureux d’une femme on s’adresse à son amie, plus accessible. smiley

      C’est une guerre comme l’amour : Espérons qu’elle chassera la dictature iranienne durablement (dictature qui ne gêne visiblement personne sur ce forum, mais la Mouche veille au maintien des valeurs smiley )


    • Dominique Larchey-Wendling 20 août 2007 13:59

      @ La mouche du coche

      D’abord l’Iran n’est pas une dictature vu qu’il n’y a pas de dictateur. Il s’agit d’une république théocratique. C’est bien facile de qualifier de dictature tous les régimes qui nous déplaisent ou ne se plient pas à nos dictats occidentaux.

      Ensuite, si vous voulez chasser toutes les dictatures de la Terre, il va falloir vous armer de patience parce qu’elles sont majoritaires à l’ONU ...

      Et si on laissait les peuples choisir plutôt que de leur apporter toujours notre « sagesse civilisatrice » et exterminatrice.


    • cniko 20 août 2007 14:52

      Et puis il existe différentes formes de dictatures. Dans nos démocraties nous avons bien une dictature de la finance et de fox news et affiliés.

      Bien sûre l’une est plus féroce que l’autre puisque dans le cas d’une dictature affichée comme telle les gens savent qu’ils sont en dictature. Nous on le sait pas encore c’est la seule différence.


    • La mouche du coche La mouche du coche 20 août 2007 16:28

      Si l’Iran est une « république théocratique » c’est pire que la dictature, il faut attaquer immédiatement. smiley

      Et bien oui je veux chasser toutes les dictature Monsieur le bienheureux Larchey-Wendling. Je sens l’égoîsme de votre joie de ne pas souffrir vous-même de la dictature. Grand bien pour vous. smiley


    • cniko 20 août 2007 16:37

      @ la mouche

      Pour chasser toutes les dictatures y a du boulot. La Chine, la Russie, la Corée du Nord (pour ne citer que ceux qui ont la bombe), Cuba, La biélo russie, la Syrie, la Lybie, tous pleisnde pays en Afrique et en Amérique du Sud...

      Et ce sans compter les dénis de démocratie qui se font de plus en plus nombreux dans nos pays.

      On commence par qui ?


    • La mouche du coche La mouche du coche 20 août 2007 16:44

      Monsieur Dominique Larchey-Wendling,

      après avoir fait dans votre commentaire un plaidoyer pour les dictatures, vous écrivez à la fin :« Et si on laissait les peuples choisir »

      Laisser le peuple choisir ! : C’est précisément ça, la DEMOCRATIE !! smiley

      grace à la Mouche du Coche, Dominique Larchey-Wendling a découvert qu’il avait envie de démocratie et non de dictature islamiste. Je suis fier de moi. smiley


    • La mouche du coche La mouche du coche 20 août 2007 17:26

      Cniko,

      Qu’il y ait beaucoup de dictature n’empêche pas le fait qu’elles soient de mauvaise choses qu’ils nous faut éradiquer. Cet argument est idiot. smiley

      Cniko, pourquoi aimez-vous tant les dictatures ? êtes-vous vous même un dictateur chez vous ? smiley


    • Dominique Larchey-Wendling 20 août 2007 17:47

      @ La mouche du coche

      « Et si on laissait les peuples choisir »

      ...

      « Dominique Larchey-Wendling a découvert qu’il avait envie de démocratie et non de dictature islamiste. »

      Bien évidement que je préfère vivre moi-même dans un pays où j’ai encore des droits. En ce qui concerne l’Iran, je répète que ce n’est pas une dictature. Vous pouvez l’affirmer tant que vous voulez, ça n’en est pas moins faux. Et je suis sûr que l’Iran n’est pas un pays où les gens n’ont aucun droit. Il y existe des institutions qui sont garantes de certains droits, sans doute pas aussi importants que dans nos démocraties mais pas aussi faibles qu’en Corée du Nord, au Pakistan, en Chine ... la liste est très longue.

      Ce que je ne crois pas, c’est l’Occident veuille attaquer l’Iran pour y propager la démocratie. Ca c’est faux. Plus personne de sensé ne peut croire une chose pareille après les « aveux » de H. Kissinger et du ministre de la défense australien. De toutes façons, il existe plein de petits pays bien plus faibles qu’on pourrait attaquer avant pour y propager la démocratie, si vraiment tel était le but de l’Occident.

      Quand j’ai dit laisser les peuples choisir leur destin, ça voulait dire la forme souveraineté ou démocratie qu’ils veulent, pas celle que nous voulons leur imposer pour favoriser nos propres intérêts énergétiques, par exemple en imposant au parlement élu de voter des lois qui cèdent les droits d’exploitations du pétrole aux compagnies occidentales comme c’est le cas en Irak.

      On ne peut pas choisir la voie de la liberté sans en payer le prix : celui de la vigilance éternelle. Nos peuples occidentaux ont l’air d’oublier cette leçon fondamentale. Nous ferions mieux de balayer devant notre porte avant de chercher des poux dans la tête des autres.


    • La mouche du coche La mouche du coche 20 août 2007 17:56

      « Ce que je ne crois pas, c’est l’Occident veuille attaquer l’Iran pour y propager la démocratie. Ca c’est faux. »

      c’est pourtant ce que les EU ont fait partout où leur armée a combattue, Irak comprise encore aujourd’hui. smiley

      Pourquoi Dominique Larchey-Wendling continue-t-il à nier l’évidence de la réalité de ce qu’il voit tous les jours ? smiley Sa cécité doit avoir une cause qu’il se cache à lui-même. smiley


    • cniko 20 août 2007 18:05

      @ La mouche qui doit apprendre à lire.

      Ai je dit que j’aimais les dictatures ? non, je ne fait que signaler qu’il y a en un peu partout sur la planète et vous qui souhaitez vous en prendre à toutes je vous demandais par laquelle commencer...


    • Dominique Larchey-Wendling 20 août 2007 18:55

      @ La mouche du coche,

      « c’est pourtant ce que les EU ont fait partout où leur armée a combattue, Irak comprise encore aujourd’hui. »

      Comme au Vietnam par exemple ? Au Chili ? A Cuba ? En Grèce ? En Iran (Mosaddeq) ? Ou même chez eux contre les indiens ? Il faudrait que vous arriviez à faire une différence entre la réalité historique et vos fantasmes sur les EU.

      Voulez-vous que je vous fasse la liste des gouvernements démocratiques ou non qu’ils ont renversés avec l’armée et/ou la CIA pour servir leurs propres intérêts ? Est-ce bien utile ... vu que je doute que vous connaissiez l’Histoire ou même qu’elle vous intéresse un tant soit peu.


    • La mouche du coche La mouche du coche 20 août 2007 20:48

      Dominique Larchey-Wendling, je ne comprends pas votre commentaire. smiley

      Comment voulez-vous que les EU aient pu installer la démocratie au Vietnam puisqu’ils en ont été chassé ? smiley

      Et à Cuba, puisqu’ils n’y ont jamais mis les pieds ? smiley

      Et en Iran, puisqu’ils n’y ont jamais mis les pieds ? smiley

      Au Chili, il me semblait que la situation s’était amélioré.

      Je pense que vous mélanger tout. Qu’avez-vous contre les Etats-Unis ? smiley


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 21 août 2007 05:15

      @ La mouche du coche. Vous défendez ici une thèse dangereuse. Vous présumez à tort que tous les peuples du monde ne souhaitent qu’une pseudo démocratie à l’Américaine, avec une seule politique imposée par le pouvoir financier et le choix quadriennal entre deux bouffons de service. Les derniers à qui on a fait ce cadeau sont les Irakiens. La démocratie nait là où elle est voulue et longuement préparée, ailleurs, elle n’est qu’un leurre recouvrant un système de corruption institutionnalisée. Quant à votre remarque, sur les USA, regardez les faits : depuis 1945, ils ont envahis plus de pays souverains que toutes les autres puissance réunies ! Je vous souligne que le 11 septembre est AUSSI l’anniversaire de l’assassinat de Allende. Je vous souligne aussi que, avant que ne commence la diabolisation de l’Islam, il n’y avait pas de femmes voilées à Tehéran, ni à Beyrouth... et bien peu même au Caire !

      http://www.nouvellesociete.org/5120.html

      Pierre JC Allard


    • Dominique Larchey-Wendling 21 août 2007 08:44

      @ La mouche du coche

      « Comment voulez-vous que les EU aient pu installer la démocratie au Vietnam puisqu’ils en ont été chassé ? »

      Si je vous suis bien, si ils étaient resté là-bas, la démocratie se serait installée ... Oui ils en ont été chassé après avoir tué des millions de Vietnamiens.

      Cuba : la baie des cochons ça vous dit quelque chose ? Iran : opération Ajax organisée par la CIA (l’un des faits d’arme dont ils sont le plus fiers) a permis le renversement d’un leader nationaliste démocratiquement élu. Chili : assassinat de S. Allende et soutien au régime du « grand démocrate » Pinochet.

      L’intervention de l’armée n’est que le dernier recours de Washington quand toutes les autres techniques de coercition (corruption, chantage économique, assassinat ...) ont échoué à convaincre les nations à servir les intérêts américains avant ceux de leurs peuples. Lisez « Confessions of an Economic Hitman » de John Perkins par exemple.

      Les Etats-Unis sont aujourd’hui un empire qui cherche à étendre son pouvoir sur le monde entier par imposition de son propre modèle : la globalisation (« Imperial ambitions » de Noam Chomsky). Affaiblis voir ruinés (« L’empire de la dette » de W. Bonner) par leur dépendance énergétique, il ne leur reste que leur puissance militaire pour parvenir à leurs fins (« The sorrows of empire » ou « Nemesis » de Chalmers Johnson.)

      Ils ne sont pas fondamentalement différents des autres empires qui les ont précédés, ni plus mauvais, ni meilleurs. Mais ils portent en eux les germes de la destruction et comme tous les autres empires avant eux, ils s’écrouleront sous leur propre poids. Toute la question est de savoir si ils vont d’abord sacrifier l’empire ou la république et combien de vies humaines cela va couter (« Après l’empire » de E. Todd ou « Le nouveau nationalisme américain » de A. Lieven).


    • Anne-Marie 23 août 2007 08:39

      D’abord l’Iran n’est pas une dictature vu qu’il n’y a pas de dictateur. Il s’agit d’une république théocratique.

      Désolée de vous contredire mais l’Iran est bien une dictature théocratique et il y a bien un dictateur religieux appelé « Guide de la révolution » dans le système politique iranien. Conformément au schéma suivant, ce dernier contrôle directement :

      Le système judiciaire : Le guide de la révolution nomme le chef du pouvoir judiciaire (actuellement Mahmoud Hashemi Shahroudi), qui à son tour nomme le dirigeant de la cour suprême et le procureur en chef.

      Le conseil de discernement : composé de six membres religieux du Conseil des Gardiens de la Constitution, des chefs des pouvoirs législatifs, judiciaires et exécutif, du ministre concerné par l’ordre du jour auxquels s’ajoute une dizaine d’autres personnalités. Il a l’autorité pour faire la médiation des problèmes entre le parlement et le conseil des gardiens, et sert de corps consultatif au guide suprême ; en faisant ainsi un des organes de pouvoir les plus puissants du pays.

      Les forces armées régulières : le guide de la révolution est commandant en chef des forces armées ; il contrôle le renseignement militaire et les opérations liées à la sécurité ; lui seul a le pouvoir de déclarer la guerre.

      Les Pasdaran : le Corps des Gardiens de la révolution islamique souvent appelé Pasdaran, est une organisation militaire de la République islamique d’Iran dépendant directement du Guide de la révolution, le chef de l’état iranien.

      Le conseil des gardiens qui compte 12 juristes dont 6 sont nommés par le Guide suprême. L’autre moitié est recommandée par le dirigeant du pouvoir judiciaire (lui-même nommé par le Guide de la révolution) et officiellement nommés par le parlement. Le conseil interprète la constitution et peut user de son droit de veto à l’encontre de la Majles : s’il juge une loi incompatible avec la constitution ou les principes de l’islam, il la renvoie au parlement pour réexamen. Dans l’exercice controversé de son autorité, le conseil se réfère à une interprétation stricte de la constitution afin d’apposer son veto aux candidats au parlement.

      Le président de la république : la Constitution définit le président comme la plus haute autorité de l’État après le guide de la révolution. Les candidats à la présidence doivent être autorisés à se présenter par le Conseil des gardiens. Le président est responsable de l’application de la constitution et de l’exercice des pouvoirs exécutifs, à l’exception de ceux directement liés au guide suprême. Le guide de la révolution peut le démettre à tout moment de ses fonctions, après que la cour suprême (sous son contrôle voir ci-dessus) ait reconnu ce dernier de violation de ses devoirs constitutionnels, ou après un vote du Parlement témoignant de son incapacité sur la base du principe 89 de la constitution.

      Cette dictature théocratique dispose également d’une façade démocratique permettant au travers d’un processus électoral contrôlé indirectement par le Guide de la révolution, la nomination :

      Du président de la république : les candidats à la présidence doivent être autorisés à se présenter par le Conseil des gardiens,

      Du parlement : la Majles, dont le nom complet est « Assemblée consultative islamique », est l’unique assemblée du système monocaméral iranien. Elle compte 290 membres élus pour un mandat de quatre ans. La Majles ébauche la législation, ratifie les traités internationaux et approuve le budget national. Tout candidat à la législature doit être autorisé à se présenter par le Conseil des gardiens.

      De l’Assemblée des experts, qui siège une semaine par an, compte 86 membres du clergé « vertueux et cultivés » élus au suffrage universel pour un mandat de huit ans. Comme pour les élections présidentielles et législatives, c’est le Conseil des Gardiens qui détermine l’éligibilité des candidats. L’assemblée élit le Guide suprême et a l’autorité constitutionnelle pour lui retirer le pouvoir à n’importe quel moment. On n’a cependant jamais vu de cas où cette assemblée s’opposait aux décisions du guide suprême.

      Comme vous pouvez le constater par vous même, tous les pouvoirs sont bien dans les seules mains d’un dictateur « élu » à vie : le Guide de la révolution. Le simulacre de démocratie n’étant destiné qu’à donner le change.

      Cordialement


    • MIJEON Amaury Lucien Joseph 10 juillet 2008 14:04

      Il est vrais que depuis 2007,
      la situation diplomatique ne s’est pas amélioré.

      La détermination de Dick Cheney est décisive.

      Maintenant qu’Israel désire bombarder l’Iran,
      avec l’amour que ressant le peuple arabo-musulman pour cet état,
      je ne doute pas une seconde des conséquences désastreuses d’une telle action de la part de l’état hébreu.

      La synthèse de cet article est passablement bon !

      De plus,
      la remarque au fait que nous avons l’habitude en occident de concidérer les régimes qui nous déplaisent comme des dictatures est parfaitement fondée.

      Et c’est l’un des principaux problèmes de nos sociétés qui laissent leurs gouvernements agirent en toute impunité sur tous les plans diplomatiques.

      C’est pourquoi,
      tôt ou tard,
      le peuple américain soutiendra une nouvelle fois la folie de l’administration Bush,
      car c’est une tradition que de voir les américains se faire berner.


    • MIJEON Amaury Lucien Joseph 10 juillet 2008 14:06

      Il est vrais que depuis 2007,
      la situation diplomatique ne s’est pas amélioré.

      La détermination de Dick Cheney est décisive.

      Maintenant qu’Israel désire bombarder l’Iran,
      avec l’amour que ressant le peuple arabo-musulman pour cet état,
      je ne doute pas une seconde des conséquences désastreuses d’une telle action de la part de l’état hébreu.

      La synthèse de cet article est passablement bon !

      De plus,
      la remarque au fait que nous avons l’habitude en occident de concidérer les régimes qui nous déplaisent comme des dictatures est totalement fondée.

      Et c’est l’un des principaux problèmes de nis sociétés qui laissent leurs gouvernements agirent en toute impunité sur tous les plans diplomatiques.

      C’est pourquoi,
      tôt ou tard,
      le peuple américain soutiendra une nouvelle folie de l’administration Bush,
      car c’est une tradition que de voir les américains se faire berner.


    • MIJEON Amaury Lucien Joseph 10 juillet 2008 14:09

      Il est vrais que depuis 2007,
      la situation diplomatique ne s’est pas amélioré.

      La détermination de Dick Cheney est décisive.

      Maintenant qu’Israel désire bombarder l’Iran,
      avec l’amour que ressant le peuple arabo-musulman pour cet état,
      je ne doute pas une seconde des conséquences désastreuses d’une telle action de la part de l’état hébreu.

      La synthèse de cet article est passablement bon !

      De plus,
      la remarque au fait que nous avons l’habitude en occident de concidérer les régimes qui nous déplaisent comme des dictatures est parfaitement fondée.

      Et c’est l’un des principaux problèmes de nos sociétés qui laissent leurs gouvernements agirent en toute impunité sur tous les plans diplomatiques.

      C’est pourquoi,
      tôt ou tard,
      le peuple américain soutiendra une nouvelle fois la folie de l’administration Bush,
      car c’est une tradition que de voir les américains se faire berner.


    • CASS. CASS. 28 mai 2013 14:41

      Perse Iran , sont contre un mondialisme dictatorial !! globalisé !!! issu de ce genre de modéle : idéologie qui fut inventée par les bauer rothschild et associés mis en place de leur pantin jacob et financée entre autres par banque british.la famille bush en autres en savent quelques choses.
      « Le pouvoir légal d’Hitler était basé sur le « décret de loi », qui était voté tout à fait légalement par le Reichstag et qui permettait au Führer et à ses représentants, en langage simple, de faire ce qu’ils voulaient, ou en langage juridique, de publier des décrets ayant pouvoir de loi. Exactement le même type de loi votée par la Knesset (le parlement israélien) juste après la conquête de 1967, accordant au gouvernement israélien, et à ses représentants le pouvoir d’Hitler, qu’ils utilisent de façon hitlérienne ».
      Docteur Israel Shahak

      « La carte actuelle de la Palestine a été dessinée sous le mandat britannique. Le peuple juif possède une autre carte que les jeunes et les adultes doivent s’efforcer de mener à bien : celle du Nil à l’Euphrate ».
      Ben Gurion.

      « Chaque fois que nous faisons quelque chose, vous me dites que l’Amérique fera ceci ou fera cela …
      Je vais vous dire quelque chose de très clair :
      Ne vous préoccupez pas de la pression de l’Amérique sur Israël, nous, les juifs, contrôlons l’Amérique, et les américains le savent ».
      Le premier ministre israélien Ariel Sharon, 3 octobre 2001, à Shimon Péres, cité sur la radio Kol Yisrael.


      « Parmi les phénomène politique les plus inquiétants de notre temps, il y a l’émergence, dans l’Etat nouvellement créé d’Israël, d’un parti de la Liberté (Herut), un parti politique très proche, dans son organisation, ses méthodes, sa philosophie politique et son appel social, des nazis et des partis fascistes. Begin et Yitzhak Shamir qui étaient membres de ce parti sont devenus premiers ministres ».
      Albert Einstein.
      Hana Arendt et d’autres juifs américains célèbres, ont écrit dans le New York Times, pour protester contre la visite en Amérique de Begin, en décembre 1948.


      En fait ça n’est pas que du Nil à l’Euphrate qu’ils veulent imposer leur dictature monstueuse mais c’est à la planéte entiére.

      Perse Iran a toujours été respecté par la France (helleniste, donc issu des cultures perses indo -européennes,et (sciences mathématiques etc inventions connaissances, langues écritures, philosophie )repiquées par alexandre le grand et rapportées en Gréce). il n’y a que depuis sarko que nos gouvernants qui ne sont plus que des sayanim sont d’accord et usent de toutes les agressions possibles et inimaginables les plus ignobles et injustifées contre Perse Iran entre autres.

      bien évidemment que notre devoir est d’êtres contre toutes agressions contre Perse Iran pacifique pacifiste, anti mensonges ,pro respect, partage et anti impérialisme colonialiste mondialisme zioniste.




    • CASS. CASS. 28 mai 2013 19:26

      il n’en reste pas moins que Perse Iran est une république, et que Perse Iran est non agressif pro respect partage pro paficifisme, et d’ailleurs encore représentatif du premier empire à vocation universelle pacifique qu’il fut et qui était et est encore depuis qu’ils ont virrés le shas , c’est à dire tout l’inverse de l’impérialisme colonialiste barbare destructeur menteur massacreur voleur pilleur pro décadence et destruction voir même du sens civilisation et certainement pas l’inverse. Plus que nombreux cinglés ont a apprendre de Perse Iran, il suffirait que ces malades mentaux sérial killer cessent de mentir et d’agresser Perse Iran.


    • goc goc 20 août 2007 12:08

      bravo pour l’article

      j’ajouterais qu’a mon avis, on va tout droit vers la guerre, et ce pour deux raisons essentielles

      1 - c’est la seule solution pour le clan Bush de remporter les prochaines élections (voir même de modifier la constitution)

      2 - sur le plan économique, les usa, en abusant de la planche a billet, ont fabriqué tous les ingrédient a une crise économique mondiale d’une ampleur supérieure a celle de 29, et donc pour le régime Bush, il ne reste qu’une solution : la fuite en avant vers la guerre

      de plus a mon avis, la victoire ne serait pas nécessaire, bien au contraire, les bushiens seraient ravi d’une situation ou l’armée US serait en grande difficulté, cela leur permettrait de prendre les mesures politiques extrêmes afin d’assurer la survie des neo-cons. L’exemple israélien lors de la guerre de 2006, en est l’exemple le plus révélateur


      • cniko 20 août 2007 12:20

        Que le clan Bush veuille la guerre d’accord, mais que va t’il se passer si la Chine et la Russie ne sont pas d’accord ?

        Et comment faire avec des millions de barils en moins ?

        Les alliés de Bush vont bien devoir se rendre compte que cette guerre aurait un impact autrement négatif sur leurs finances que la guerre d’Irak (quoi que pas forcément pour Haliburton et les vendeurs de canon)


      • goc goc 20 août 2007 12:23

        je crains qu’en l’etat des choses, ce genre de consideration passe largement au dessus de la capacité a reflechir du clan Bush.


      • LE CHAT LE CHAT 20 août 2007 12:11

        Salut Pierre ,

        Dick est encore décheney , mais les iraniens n’ont pas grand chose à redouter , le pentagone n’a plus de moyens comment peut on alors qu’on est pas fichu de maitriser une poignée de guérilléros en Irak , avoir la prétention d’tétendre sa domination à 4 fois plus grand , pays montagneux qui se prétera avantageusement à toutes actions de résistance d’une population fonciérement hostile ( et sûrement pas désireuse d’une démocratie sur le modèle américain)

        bien à toi


        • cniko 20 août 2007 12:16

          Il me semblait qu’avant l’élection du petit barbu énervé les Iraniens avaient déjà une démocratie. Depuis qu’ils ont élus ce démagogue sur un programme populiste leurs libertés reculent à tout va et en particulier la liberté de la presse. Les journalistes font désormais preuve d’auto-censure ce qui change d’il y a 20 ans où les censeurs étaient dans les bureaux. Mais le résultat est le même.

          Fallait pas élire un populiste, on vous le disait déjà avant le 6 mai...


        • finael finael 20 août 2007 13:18

          @ Cniko

          Si vous appelez le régime du Shah et de la SAVAK (vous l’avez oubliée celle là) une démocratie, alors Hitler était un grand démocrate, lui au moins avait été élu !


        • finael finael 20 août 2007 13:34

          Bon article bien documenté.

          On pourrait peut-être mieux comprendre la mentalité iranienne en lisant « La grande guerre pour la civilisation » de Robert Fisk (editions La Découverte en France). Robert Fisk a passé énormément de temps dans la région, et entre autres en Iran (note : le titre se réfère à la guerre de 14 - 18).

          On peut penser ce que l’on veut du régime des mollah, mais leur pays n’a aggressé personne, il en est de même du Hezbollah que l’Iran soutien (qui a cantonné ses actions au Liban) et l’Iran ne saurait en aucun cas s’acoquiner avec des « Al-Quaïda » et « Oussama Ben Laden », extrémistes sunnites. Par contre que l’Iran tente de s’immiscer dans les affaires irakiennes est fort plausible.

          D’ailleurs, les irakiens aussi devaient accueillir à bras ouverts leurs « libérateurs ».


        • cniko 20 août 2007 14:40

          @ Finael

          Il me semblait qu’un peu avant le nain énervé (et oui eux aussi en ont un) il y avait un semblant de démocratie. Journaux libres, vote universel, charia non en pahse avec le droit. Sans pour autant faire de l’Iran un modèle de démocratie je crois qu’ils ont eu quelques années proche d’un semblant de démocratie mais depuis les dernières élections les avancées dans ce sens ne font que des reculades. Mais je peux me tromper.


        • heyben 20 août 2007 18:42

          Pour la démocratie en Iran, je parlerai plutôt de Mohammad Mossadegh, qui n’a pas plu aux britaniques (le con il a nationalisé le pétrole). Et oui déjà, le pétrole.

          http://fr.wikipedia.org/wiki/Iran#R.C3.A9volution_constitutionnelle_et_modernisation_de_l.E2.80.99Iran


        • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 20 août 2007 22:24

          @ finael

          Merci de ce commentaire.

          Pierre R.


        • cniko 20 août 2007 12:12

          Bravo Pierre

          Il est effectivment à craindre que la région soit de plus en plus armée. Comment les US peuvent ils envisager d’armé l’Arabie Saoudite quand on sait que celle ci finance le salafisme partout dans le monde.

          Vivement que Bush dégage si l’on veut voir un jour le retour d’une diplomatie US plus inspirée que celle pronant la force à tout va. Si au moins ça fonctionnait mais force est de constater qu’il n’en ai rien.


          • goc goc 20 août 2007 12:28

            vous partez du principe que le futur président soit mieux que Bush, ce qui n’est pas prouvé, vu l’alignement inconditionnel de TOUS les candidats a la politique israelienne, or c’est cette dernière qui met le plus l’huile sur le feu, et pousse a la guerre

            donc meme si le futur candidat ne sera pas un neo-con (ce qui n’est pas encore prouvé), et vu l’etat artificiel de l’economie US, je pense que le futur président n’aura pas d’autres solution qu’aller a la guerre. Surtout si avant de partir les bushiens, jouent la politique de la terre brulée (politiquement parlant)


          • cniko 20 août 2007 12:48

            Je ne vois pas comment ne pas faire mieux que Bush pour n’importe quel président... Maintenant on put espérer avoir une administration qui comprenne qu’il faut résoudre le conflit Israélo Palestinien. Mia s de toute façon la Chine et la Russie ne laisseront pas faire.

            A partir de là, comment les USA pourraient ils partir en guerre avec les Chinois contre eux (imaginons simplement qu’ils lachent leur dollards et l’économie US va souffrir énormément). Comment faire alors qu’ils sont déjà enlisés en Afghanistan et en irak ? Comment gérer en plus la crise pétrolière qui s’en suivrait ?

            Ils ont tout à perdre en y allant. Maintenant de laisser Iraël bombarder les installations c’est autre chose...


          • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 20 août 2007 13:09

            @ Toutes et tous

            Il est particulièrement singulier d’analyser le jeu auquel se livrent les États-Unis. Ils souhaitent confier plus de responsabilités aux Nations-Unies pour désamorcer en quelque sorte la crise en Irak, mais en même temps, il y a un échange de provocations avec l’Iran auprès duquel pays les États-Unis ouvrent des négociations diplomatiques timides. Deux thèses s’affrontent : Condoleezza Rice (qui préfère la diplomatie raisonnée) et Dick Cheney (qui préfère diplomatie de musculature). L’une agit avec sa tête, l’autre semble agir avec ses muscles.

            Merci de vos commentaires que je vais lire attentivement pour en apprendre davantage sur le sujet.

            Pierre R.


            • Stephan Hoebeeck Stephanesh 20 août 2007 20:23

              Bonjour Pierre

              Très intéressant article

              J’y réagirai cette nuit

              Rice et cheney - ILs font penser au bon flic et au mauvais flic...


            • forum123 26 août 2007 08:43

              « Les US souhaitent confier plus de responsabilités aux Nations-Unies » : ils éspèrent surtout sortir du bourbier qu’ils ont crées en instrumentalisant l’ONU avec l’aide de la Françe


            • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 20 août 2007 13:48

              @ Toutes et tous

              « Si les Nations unies viennent ici pour vraiment aider le peuple irakien, elles recevront notre aide dans leur mission. Je demanderai à mes partisans de soutenir l’ONU aussi longtemps qu’elle nous aidera à reconstruire notre pays », a déclaré, dans le quotidien britannique The Independent, le dirigeant radical chiite irakien Moqtada Sadr qui s’est, en même temps, engagé à aider les Nations unies si elles remplaçaient les troupes « d’occupation » américaines et britanniques en Irak. Le chef de l’armée du Mahdi dirige une milice qui compte, selon les estimations, entre 10 000 et 60 000 combattants et bénéficie d’un large soutien chez les chiites de Bagdad et les classes défavorisées des villes du sud de l’Irak.

              « We are at war and America is our enemy so we are entitled to take help from anyone. But we have not asked for Iran’s help », a soutenu Moqtada Sadr. (Nous sommes en guerre et l’Amérique est notre ennemie. Nous n’avons pas sollicité l’aide de l’Iran).

              En avril 2007, Robert Fisk signait, dans The Independent, un excellent article : The war of humiliation : « The Iranians, you see, understand the West. And they understand it much better than we understand - or bother to understand - Iran ». (Voyez-vous, les Iraniens connaissent mieux l’Ouest que nous ne prétendons connaître l’Iran)

              Pierre R.


              • cniko 20 août 2007 14:44

                @ Pierre

                Mais peut on faire confiance à ce terroriste ? Imaginons que la France et d’autres pays sous mandat de l’ONU remplacent les USA. Les massacres cesseront ils pour autant ? Et qui va payer la note de ses troupes remplaçant les troupes US ?

                Maintenant si c’est une solution qui a ne serait ce que le moindre espoir d’aboutir à l apacification du pays alors nous devons y aller (mais quand même faire payer la note à l’Oncle Sam ou récupérer tous les contrats).


              • Philippe Vassé Philippe Vassé 20 août 2007 15:14

                A Pierre,

                Merci pour ce nouvel article très documenté et précis sur les aléas de la direction américaine face à l’Iran.

                Du vrai travail d’information sur le sujet.

                Une question : qu’en est-il des opposants iraniens structurés ? Surtout après la vague de mécontentement qui a frappé le régime suite aux limitations de l’achat d’essence pour les voitures en Iran ?

                En effet, on entend beaucoup parler depuis quelques mois d’un soutien financier et politique américain accru aux diverses oppositions iraniennes, extérieures et intérieures.

                Sur Cheney et son état mental, je crois que dans le monde entier, à quelques exceptions près, personne ne se fait d’illusion sur le sujet.

                Une remarque finale : je ne suis pas persuadé qu’une agression militaire américaine desservirait les intérêts russes et chinois, immédiats et à terme.

                Plusieurs paramètres tendraient même à suggérer l’idée opposée : répression anti-musulmane en Asie Centrale, armée américaine totalement engluée dans 3 conflits inextricables, prix du pétrole russe et chinois ( venant de l’extérieur pour le Chine) en hausse pour les autres pays, affaiblissement subséquent de l’Union Européenne, etc...

                Les accords récents de la Russie avec le Vénézuela visaient, pour des observateurs russes, à préparer une éventualité de crise durable au Moyen-Orient, qui aboutirait alors à ce que les ressources sûres en pétrole soient quasi-exclusivement sud-américaines,russes et alliés de la SCO. Poutine a montré qu’il est prévoyant et habile au jeu de la diplomatie internationale.

                Les Américains commencent à s’en rendre compte en Asie Centrale et ailleurs.

                Par ailleurs, les régimes de Moscou et de Pékin exècrent- politiquement- le régime théocratique iranien avec qui ils font pour l’heure et très pragmatiquement de juteuses affaires économiques. Mais voir ce régime théocratique musulman tomber ne leur ferait pas un grand déplaisir, surtout si cela signifie de plus un bourbier supplémentaire pour les Américains et que cela décourage les vélléités des minorités musulmanes dans leurs sphères d’intérêt.

                Et si en plus, Moscou et Pékin peuvent se payer le luxe de passer pour des forces pacifistes auparavant -manifestant leur hostilité politique à une agression américaine-, leur jeu sera gagnant sur tous les tableaux et en toutes hypothèses.

                Mais, cela mérite, j’en conviens, un large et libre débat.

                Bien cordialement vôtre,


              • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 20 août 2007 15:48

                Philippe

                Je partage entièrement votre avis lorsque vous écrivez avec beaucoup de pertinence : je ne suis pas persuadé qu’une agression militaire américaine desservirait les intérêts russes et chinois, immédiats et à terme. Une intervention américaine en Iran aurait des conséquences beaucoup graves, autant par ailleurs pour les Américains eux-mêmes (approvisionnement en pétrole) que pour la Chine les Russes.

                Pierre R.


              • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 20 août 2007 14:56

                @ cniko

                Très bonne question. Peut-on également l’ignorer ? Moqtada Sadr est un acteur important (non par la qualité de ses interventions mais par ses effets de nuisance au processus de paix régional). Qu’en pensez-vous ?

                Pierre R.


                • cniko 20 août 2007 16:07

                  Je suis d’accord avec vous sur l’importance qu’a pris le barbu fanatique en Irak. Mais de là à savoir si on peut ou nous faire avec lui, je n’en sais franchement rien. Lui faire confiance me semble toutefois délicat vu qu’on a jamis put faire confiance à un extrémiste (mais ici aussi la question est de connaître ces motivations profondes, l’instauration d’ un nouveau khalifa ou bien son propre pouvoir).

                  @ Phillipe

                  Je n’avais pas vu les choses sous cet angle (l’intérêt des Chinois et des Russes pour un nouvel embourbement des US). D’autant plus qu’ils auraient encore plus de missiles à vendre...

                  La seule chose de certaine c’est que nous ne verrons pas cette région en paix avant notre mort.


                • claude claude 20 août 2007 15:07

                  cher pierre,

                  merci pour votre article, qui une fois de plus était d’une grande clarté.

                  maintenant, je m’en vais faire ma valise, puisque les iraniens nous attendent avec thé et petits gâteaux pour 17H !

                  mais une question me taraude : est-ce que les iraniens sont au courant qu’ils nous ont invité ? dans le cas contraire, ça risque de faire comme en irak, où nous sommes des invités bien encombrants...


                  • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 20 août 2007 15:44

                    @ Claude

                    Pour l’instant, j’ai décidé de remettre à demain ma visite, n’étant plus trop sûr si l’invitation tient toujours. Thé et petits gâteaux, disiez-vous ? Hum.

                    Pierre R.


                  • patroc 20 août 2007 16:22

                    Avec les américains et Sarko0, préparez-vous à la guerre... atomique !...


                    • Bobby Bobby 20 août 2007 19:07

                      Bonsoir, article intérressant, bravo !

                      Mais qui a dit que les américains voulaient faire main basse sur la majorité des réserves pétrolières mondiales ?

                      Si mes informations sont exactes, les membres les plus influents cités (Cheney, Rice... et bien d’autres) ont fait partie de cette même industrie pétrolière avant de faire partie de l’administration Bush.

                      Malgré le fait que je sois pas américain, j’éviterais les petits gâteaux dans les années à venir. Merci !


                      • Romain de Pescara 20 août 2007 19:12

                        @Pierre R.

                        Votre article est aussi précis qu’il est effrayant !

                        Je partage l’avis de ce journaliste Egyptien, rien n’arrêtera la volonté de l’Iran de se doter de l’arme nucléaire, conformément au Djihad lancé par Khomeiny à l’égard d’Israël et bien avant lui le « Saint Mahomet » envers le peuple Juif. Dans cette démarche l’Iran ne fait, il me semble, que suivre les préceptes du Coran. Comme cette étrange démonstration qui sert d’argument à l’adhésion à l’Islam et les visions de son prophète sur le site www.islam-paradise.com rédigé tel quel :

                        [Prédictions dans les Paroles du prophéte :

                        Le prophéte annonce la conquéte de la syrie , du yemen, puis de l’iraq : Récit rapporté d’après Sufyân ibn ’Abî Zuhayr (qu’Allah soit satisfait de lui) : L’Envoyé d’Allah (pbAsl) a dit : « Quand la Syrie sera conquise, des gens quitteront Médine avec leurs familles pour s’y rendre et inciteront les autres à les rejoindre ; pourtant Médine vaudrait mieux pour eux, s’ils savaient. Puis quand le Yémen sera conquis, des gens quitteront Médine avec leurs familles pour s’y rendre et inciteront les autres à les rejoindre ; pourtant Médine vaudrait mieux pour eux, s’ils savaient. Puis quand l’Irak sera conquis, des gens quitteront Médine avec leurs familles pour s’y rendre et inciteront les autres à les rejoindre ; pourtant Médine vaudrait mieux pour eux, s’ils savaient ». Numéro du Hadith dans le Sahîh de Muslim [Arabe uniquement] : 2459 Et ce fut ainsi , les musulmans ont conquéri la syrie, l’Irak et le yémen .] Fin de l’extrait du site rubrique prédictions

                        Prémonition ou ordre divin dans l’esprit d’Ahmadinedjad et de ses partisans, telle est la question ? Et s’il s’agissait d’un ordre divin a-t-on la possibilité de négocier avec Allah ? Si les voix du seigneur sont impénétrables elles ont la particularité supplémentaire avec Allah d’être particulièrement sombres et interprétables à souhait.

                        Peut-on aller jusqu’à penser que s’il s’agit d’une vision fanatique de l’Islam et non modérée que l’Iran a déjà bien commencé son travail de reconquête de l’Irak à sa façon. Quel Islamiste radical voudrait à ce point déplaire à Mahomet qui plus est exacerbé par la présence du Grand Satan ? N’y a-t-il rien de plus grand que de mourir dans le sentier d’Allah ?

                        J’ajouterais que c’est surement sur ces points qu’il nous faudra rapidement en tant qu’occidentaux nous déterminer et répondre à ces questions qui m’apparaissent déterminantes pour les décisions à venir. Mais ce n’est que mon humble avis.

                        Que va faire Israël face à la menace Iranienne ? Je trouve leur silence très étrange depuis quelques temps malgré les discours et déclarations belliqueuses à l’égard d’Israël. Tout cela me laisse aussi supposer que l’Iran aurait envahi l’Irak sous une forme théocratique ou sous une forme militaire dans les années à venir. Conformément aux premiers discours d’Ahmadinedjad faisant référence à la réinstauration de la révolution Islamique selon Khomeiny dont une des premières velléités était d’envahir l’Irak.

                        Quoi qu’il en soit c’est un sacré « merdier » et une belle poudrière !! Et la moindre erreur peut conduire à une escalade sans précédent tant la situation est explosive.

                        Pour finir tout de même avec une touche plus sympathique je vous dirais que le thé pour le moment je vais continuer à le prendre façon British avec une cravate et non une corde smiley

                        Bien à vous.

                        les dernières affirmations d Moqtada al Sadr : « Je soutiendrai l’Onu en Irak »

                        L’influent imam chiite Mqtada al Sadr a déclaré lundi qu’une présence plus importante de l’Onu en Irak serait la bienvenue, si elle avait pour but d’aider à la reconstruction du pays. Dans son interview par le journal britannique The Independant, Sadr a souligné que l’Onu ne devait pas devenir « un nouveau visage de l’occupation américaine ». Sadr dirige en Irak la milice de l’armée du Mahdi, qui combat activement les soldats américains et britanniques. « Si les Nations unies viennent réellement aider le peuple irakien, nous les aiderons dans leur tâche », a-t-il déclaré.

                        En tant que représentant religieux à quel moment considèrera-t-il que l’ONU n’est plus en accord avec les « desseins » de l’Islam ?

                        Le mot « réellement » me gêne un peu dans cette phrase. Toujours dangereux ces nuances dans les propos de quelqu’un qui s’affirme comme un « martyre au service de l’Islam ».

                        Savez-vous d’autre part que de nombreux dissidents soutiennent que Moqtada al Sadr n’est autre que le neveu de la femme du président iranien Mohammad Khatami et que ces liens familiaux auront permis à Al-Sadr d’entrer au cœur même des plus hautes autorités religieuses du régime iranien.

                        Si tel est le cas c’est une curieuse coïncidence vous ne trouvez pas ?

                        ps : j’ai trouvé la remarque que vous avez souligné de Philippe Vassé particulièrement intéressante et finalement si l’on peut employer ce terme un tant soit peu rassurante.


                        • ju ju 21 août 2007 16:19

                          @ Romain,

                          « www.islam-paradise.com »

                          Génial vos sources, on peut dire que c’est du sérieux. Juste en voyant la page d’accueil par exemple la rubrique « Ceci Est La vérité - Miracles scientifiques du coran » ça fait penser à des sites comme ça. Je doute que ça convainque Ahmadinedjad, peut être ceux qui sont facilement influençable.

                          Douteuses vos sources.

                          Déja sur le fil de l’article Une guerre privatisée vous tirez des infos du site nuitdorient.com (sans mettre de lien ou dire de quel site c’est tiré, au cas où on voit l’orientation du site) On peut voir que ce site propose en bas de page notamment « d’échanger vos bannières avec Eretz.be | Réseau publicitaire des sites Juifs et Sionistes »

                          Pas orienté, objectif et sérieux. (d’ailleurs j’attends toujours vos réponses à mes différents posts sur cet article).

                          On trouve également les mêmes infos sur le site Ojectif info dont on peut voir le projet

                          Et puis comme vous êtes apparemment friand de prophéties en voilà une que j’ai trouvé sur le site Objectif info dans l’article « Sionisme et vérité : plaidoyer pout l’Etat juif » : « Comme l’annonce le Prophète Isaïe, un jour viendra où tous les hommes seront frères, et l’agneau couchera près du loup (une plaisanterie israélienne ajoute que mieux vaudra être le loup que l’agneau). Mais nous en sommes loin. Et pour que cette prophétie se réalise, il faut que les Juifs soient libres et souverains. D’où la nécessité de l’État juif, tant pour les Juifs que pour l’humanité. »

                          « Prémonition ou ordre divin dans l’esprit d’Ahmadinedjad et de ses partisans, telle est la question ? Et s’il s’agissait d’un ordre divin a-t-on la possibilité de négocier avec Allah ? Si les voix du seigneur sont impénétrables elles ont la particularité supplémentaire avec Allah d’être particulièrement sombres et interprétables à souhait. »

                          Y’en a pour qui les ordres divins sont des certitudes et non des questions cf. George Bush : « Dans son livre La Dernière Croisade :  »Les Fous de Dieu version américaine, la journaliste Barbara Victor s’est penchée sur l’influence de cette droite chrétienne : « Aujourd’hui, les Born Again Christians, qui représentent 80 millions de personnes, exercent plus que jamais une influence déterminante sur la vie politique américaine. Les plus puissants d’entre eux, George W. Bush et John Ashcroft, le secrétaire à la Justice, n’éprouvent aucune gêne à affirmer publiquement que, dans l’exercice de leurs fonctions, ils obéissent avant tout à Dieu. Ashcroft et Bush tiennent tous deux régulièrement des séances de prière dans leurs bureaux de travail, en compagnie de pasteurs chrétiens évangéliques, où ils implorent Dieu de leur montrer la voie à suivre. « John Ashcroft parle »en langue« , c’est-à-dire qu’il marmonne, comme de nombreux Born Again Christians, des paroles inintelligibles pour éviter que son message soit intercepté par le diable, qui réside selon lui au deuxième niveau des cieux. Le but est d’entrer directement en communication avec Jésus, qui comprend ce langage et qui, lui, loge au troisième niveau. » Voir l’article « Dieu a-t-il bien conseillé George W. Bush ? » d’un certain Pierre R.

                          « Peut-on aller jusqu’à penser que s’il s’agit d’une vision fanatique de l’Islam et non modérée »

                          Vu le lien que vous avez donnez c’est sur que c’est une vision non modérée. Maintenant est ce que la majorité des musulmans sont non modèrés, je pense pas.

                          « Quel Islamiste radical voudrait à ce point déplaire à Mahomet qui plus est exacerbé par la présence du Grand Satan ? »

                          Qu’est ce qu’il fait là « le grand Satan » ?

                          « N’y a-t-il rien de plus grand que de mourir dans le sentier d’Allah ? »

                          Tous les musulmans ne sont pas des kamikazes. Or il n’ya que pour les kamikazes qu’il n’y a « rien de plus grand que de mourir dans le sentier d’Allah ».

                          « J’ajouterais que c’est surement sur ces points qu’il nous faudra rapidement en tant qu’occidentaux nous déterminer et répondre à ces questions qui m’apparaissent déterminantes pour les décisions à venir. »

                          Il y a d’autres points, comme se demander si l’erreur de l’Iraq n’est pas suffisante.

                          « Que va faire Israël face à la menace Iranienne ? »

                          Que va faire l’Iran face à la menace américaine ?

                          « Quoi qu’il en soit c’est un sacré »merdier" et une belle poudrière !!

                          Merci qui ?

                          « Et la moindre erreur peut conduire à une escalade sans précédent tant la situation est explosive. »

                          Merci qui ?

                          « Savez-vous d’autre part que de nombreux dissidents soutiennent que Moqtada al Sadr n’est autre que le neveu de la femme du président iranien Mohammad Khatami et que ces liens familiaux auront permis à Al-Sadr d’entrer au cœur même des plus hautes autorités religieuses du régime iranien. »

                          Iran majorité Chiites, Iraq majorité Chiites qui a été dominé par les Sunnites, normal qu’il veut y retrouver une influence.

                          Bien que vous avez déja dit que le passé n’était pas important pour comprendre les situations actuelles on va continuer les devinettes.

                          Savez vous que « Les États-Unis et la Grande Bretagne, lors d’une opération secrète maintenant reconnue de la CIA appelée Opération Ajax, ont aidé à organiser les protestations afin de renverser Mossadegh et ont aidé à faire revenir le Shah en Iran. Après son retour d’un bref exil, les tentatives de l’Iran pour se diriger vers la démocratie se sont vite transformées en une dictature puisque le Shah a défait les limitations constitutionnelles liées à sa position et a commencé à régner en monarque absolu. Pendant son règne, le Shah a reçu un soutien américain significatif, faisant fréquemment des visites officielles à la Maison Blanche et gagnant les faveurs de nombreux présidents américains. Les liens proches du Shah avec Washington et son agenda pour occidentaliser l’Iran rapidement ont vite rendu furieuses certaines franges de la population iranienne, et particulièrement les conservateurs islamiques. »

                          "Lors de la Révolution iranienne de 1979 le Shah est dépossédé du pouvoir une seconde fois. L’Ayatollah Khomeini devient le nouveau chef du pouvoir en Iran et peu de temps après s’amorce une violente rhétorique contre les États-Unis décrivant ce pays comme le Grand Satan et également comme une nation d’infidèles.

                          L’administration américaine dirigée par le président Jimmy Carter refuse alors d’offrir son soutien au Shah et ne manifesta pas d’intérêt particulier à le voir revenir au pouvoir. Carter se trouva alors en position délicate lorsque Shah, qui souffrait à ce moment même d’un cancer, demanda une autorisation d’entrer aux États-Unis pour y recevoir un traitement. Le président accepta de mauvaise grâce mais cette décision accentua le sentiment des iraniens que l’ex-monarque n’était qu’un instrument des États-Unis." Plus de détails ici

                          Qu’est ce qui a poussé vers la révolution islamique ?

                          « Si tel est le cas c’est une curieuse coïncidence vous ne trouvez pas ? »

                          En 2006 l’entreprise publique chinoise Zhuhai Zhenrong Corp., premier acheteur mondial de brut iranien, effectue ses règlements à Téhéran en euros, et non plus en dollars. Et on parle de sanctions envers l’Iran « une curieuse coïncidence vous ne trouvez pas ? » En mars 2007, le gouverneur de la banque centrale iranienne a déclaré que l’Iran a réduit à un minimum, aux alentours de 20%, la part de ses réserves en devises libellées en dollars américains, en réponse à l’hostilité des Etats-Unis. voir iciet ici

                          L’iran possède les 2èmes réserves mondiale de pétrole et les USA sont belliqueux « une curieuse coïncidence vous ne trouvez pas ? »

                          L’Iran a des ADM et il veut les utiliser, ça resemble un peu à l’Iraq non ?(on connaît les preuves d’ADM et celles qu’ils y ont trouvé)

                          En parlant de l’Iraq, quand les Etats-Unis ont envahi l’Irak en 2003, ils ont rétabli les ventes pétrolières de l’euro à l’USD « une curieuse coïncidence vous ne trouvez pas ? »


                        • Romain de Pescara 21 août 2007 22:13

                          @Ju

                          Que reprochez-vous à islam-paradise.com ? Il s’inspire du Coran ni plus ni moins. Je ne suis pas responsable des multiples interprétations qu’offrent le Coran et les textes qui lui sont liés. Voyez avec Mahomet ou Allah si vous avez un reproche à faire. Personnellement je ne doute pas qu’Ahmadinedjad puisse être sous totale influence du Coran, puisqu’il s’en réclame lui-même et qu’il en fait l’apologie à chaque discours. A moins que je me sois trompé Ahmadinedjad est un Haré Krishna et je ne me suis pas aperçu, si tel est le cas, vous m’excuserez entre tous ces cinglés j’ai beaucoup de mal à les distinguer.

                          En ce qui concerne le rapport de Thérèse Delpech auquel vous faites référence j’en ai trouvé une première version là : http://www.assemblee-nationale.fr/12/cr-cafe/02-03/c0203039.asp mais méfiez-vous c’est surement un site sioniste. Un peu longuet j’en ai cherché une version plus courte que j’ai trouvé je ne crois même pas sur nuit d’Orient mais qu’importe. Encore des sionistes mais rassurez-vous c’est normal je ne suis abonné qu’à Sionisme magazine, comment je peux être un parfait sioniste, dis tu as fait ton sioniste aujourd’hui, et bien d’autres encore.

                          Décidemment on est partout.

                          Maintenant si vous avez envie de défendre un personnage comme Ahmadinedjad, libre à vous, mais nous n’avons pas la même conception de la démocratie. Il semblerait que 12 millions de mendiants, plus de 80% de personnes vivant sous le seuil de pauvreté ne vous émeuvent pas beaucoup quand on est un des plus gros producteurs de pétrole au monde et que des tyrans fanatiques se gavent sur le dos du peuple. C’est votre droit, mais je vous le dis tout de suite vous n’arriverez pas à me faire passer ce type pour quelqu’un de bien quand je le prends pour un malade shooté au Coran. Vous avez votre opinion sur ce type j’ai la mienne. Comme certainement sur Mahomet que je prends pour un malade sanguinaire alors que vous allez certainement le prendre pour un envoyé d’Allah. Chacun son truc.

                          J’ai déjà dit ce que je pense de Bush et de l’Amérique, je ne vais pas me répéter à l’infini pour vous.

                          En ce qui concerne les Musulmans, je ne vois pas en quoi l’avis d’un sioniste pourrait vous intéresser.

                          Vous m’excuserez mais je n’ai pas vocation à répondre à quelqu’un qui tente désespérément depuis plusieurs jours d’essayer de me faire passer pour un sinistre sioniste.

                          Mon cher Ju, je vous invite à vous tourner vers tous vos amis avec lesquels vous n’aurez aucune difficulté à faire passer vos idées.

                          Bonne soirée, bonnes vacances. Bon tout ce que vous voulez mais si vous pouviez me lâcher la grappe j’en serais ravi.

                          Sinon pour vous rendre utile vous pouvez toujours nous présenter sur ce fil ce que vous pensez de l’article de Pierre R. et nous donner votre point de vue sur la situation décrite, je suis persuadé que cela fera beaucoup plus avancer les choses.

                          Pour le reste, les faits que vous évoquez, personne ne les ignore. Maintenant si vous me demandez si j’ai choisi entre l’Islam et l’Occident, ma réponse est oui. J’ai choisi l’Occident tant que l’Islam ne se réformera pas et ne cessera pas ces horreurs.

                          Bye bye, shalom etc. enfin tout ce qu’il vous plaira.

                          ps ; je pars en vacances demain, donc je pense qu’il est inutile de m’écrire, je ne suis pas certain de pouvoir me connecter là où je serais. Remarquez vous pourrez toujours en profiter pour me traiter de sioniste.


                        • ju ju 23 août 2007 01:14

                          @ Romain,

                          « donc je pense qu’il est inutile de m’écrire, je ne suis pas certain de pouvoir me connecter là où je serais »

                          Je vous répond quand même parce que je peux pas laisser passer tant d’inexactitudes. Si vous voyez pas les posts maintenant vous les aurez pour votre rentrée de vacance.

                          « Que reprochez-vous à islam-paradise.com ? Il s’inspire du Coran ni plus ni moins. Je ne suis pas responsable des multiples interprétations qu’offrent le Coran et les textes qui lui sont liés. »

                          Je n’y reproche rien si ce n’est votre amalgame. Ce site s’inspire certes du Coran, mais combien de musulmans ou de non musulmans croient à ces interprétations ? Certains pensaient que le tsunami en Asie du Sud Est était une manifestation divine et que c’était écrit dans la Bible. Est ce que tous les catholiques et non catholiques ont adhèrer à cette interprétation ? Personnelement c’est pas le cas et je pense que c’est pareil pour beaucoup d’autres. C’est pareil ici. C’est pas parcequ’un site propose cette interprétation qu’elle est vrai ou que Ahmadinedjad y croit.

                          « Personnellement je ne doute pas qu’Ahmadinedjad puisse être sous totale influence du Coran, puisqu’il s’en réclame lui-même et qu’il en fait l’apologie à chaque discours. »

                          Bush en fait de même comme écrit plus haut. Mais bon ça ne plaît pas donc on ignore.

                          « En ce qui concerne le rapport de Thérèse Delpech auquel vous faites référence »

                          Quelle mauvaise foi, c’est pas croyable !!!! Je ne fais même pas référence au rapport Thérèse Delpech mais au « rapport » David Kay et à une déclaration du président polonais. Mais bon comme les commentaires que je fais sur ces derniers ne vont pas dans votre sens vous les ignorés et vous détournez le sujet. Pas très honnête.

                          Votre post « par Romain de Pescara (IP:xxx.x0.91.194) le 20 août 2007 à 16H28 » sur le fil de La guerre privatisée était le suivant :

                          "Alerte à Paris d’une Commissaire de l’Onu - le 19 mars 2003

                          La commissaire pour les affaires irakiennes à la commission de contrôle, de vérification et d’inspection des Nations unies, Thérèse Delpech, a fait à Paris un point précis sur le « désarmement » de l’Irak devant les Commissions des Affaires étrangères et de la Défense de l’Assemblée nationale. Les inspecteurs sont sans nouvelles de 15 000 têtes de roquette destinées à être équipées de gaz moutarde. Sur 350 bombes aériennes (dites bombes R400), 118 ont été détruites. Nul ne sait ce que sont devenues les 132 autres bombes. On sait que les Irakiens ont produit entre 3 et 6 tonnes de gaz VX, un gaz extrêmement dangereux (un simple contact avec la peau provoque la mort immédiate). Ils assurent s’en être débarrassés dans le désert, mais n’en ont apporté aucune preuve. Quant aux fameux missiles Al-Samoud, 75 ont été détruits. Mais les inspecteurs sont incapables de dire si les Irakiens continuent d’en produire.

                          Ion Mihai Pacepa - Washington Times - 2 Octobre 2003

                          Le bloc soviétique n’a pas seulement vendu des armes de destruction massive à Saddam Hussein, mais il lui a fourni les méthodes de dissimulation....Primakow était à Bagdad de décembre 2002 jusqu’au début de la guerre, avec une équipe d’experts russes dirigée par deux « généraux en retraite » Vladislv Ashalov et Igor Maltsev (défense aérienne). Ils n’étaient pas là pour conseiller à Saddam comment mener sa guerre contre les Etats-Unis, ni « pour prendre une tasse de café », comme ils l’ont dit aux médias. Ils appliquaient simplement le plan « Sarindar » (sortie de secours). Ils ont aidé Saddam à se débarrasser et à camoufler ses armes de destruction massive. Ce qui en reste, ce sont les plans pour regarnir les stocks en quelques semaines.

                          Reuters - 3 octobre 2003

                          Des soldats polonais stationnés en Irak ont découvert quatre missiles sol-air d’origine française qui, selon l’armée, ont été construits cette année, a déclaré à Reuters un porte-parole du ministère polonais de la Défense. « Des soldats polonais ont découvert un dépôt de munitions le 29 septembre dans la région de Hilla avec quatre missiles français de type Roland », a précisé Eugeniusz Mleczak. « Ce n’est pas la première fois que des soldats polonais trouvent des munitions en Irak, mais nous avons eu la surprise de constater que ces missiles avaient été produits en 2003 ! » Mleczak a dit que les soldats avaient été informés de la présence des missiles par un Irakien de la région, qui a reçu une récompense en échange du renseignement.

                          Rapport David Kay

                          David Kay, le 1er octobre 2003 : « Nous avons découvert des douzaines de programmes liés aux armes de destruction massive et des quantités significatives d’équipement que l’Irak a caché et n’a pas montré aux inspecteurs des Nations-Unies en 2002/3 »

                          On y voit donc comme sources pas seulement Thérèse Delpech, mais aussi Ion Mihai Pacepa - Washington Times - 2 Octobre 2003, Reuters - 3 octobre 2003, Rapport David Kay. Donc il n’y a pas que Thérèse Delpech. C’est quand j’ai vu la déclaration qui est attribuée, et qui est fausse, à David Kay que j’ai cherché d’où vous tiriez ces informations (vu que vous mettiez pas de lien). Avec Google on arrive sur ce site et comme de par hasard on y retrouve les mêmes noms dans le même ordre « c’est une curieuse coïncidence vous ne trouvez pas ? »

                          « Encore des sionistes mais rassurez-vous c’est normal je ne suis abonné qu’à Sionisme magazine, comment je peux être un parfait sioniste, dis tu as fait ton sioniste aujourd’hui, et bien d’autres encore. »

                          Quelle hypocrisie. Vous donnez DES citations qui viennent d’un tel site, vous dites que je fais allusion qu’à UNE des citations alors que je ne fait même pas allusion à CETTE citation. Par contre j’indique que la déclaration de David Kay est fausse, puisqu’il a dit qu’ils n’avaient rien trouvé, 1 an plus tard George Bush se sert du nom de Kay pour dire qu’il y a des ADM, fou de colère David Kay démissione quelques jours plus tard. Franchement j’ai rarement vu autant de mauvaise foi. Je dis aussi que le président polonais dit qu’il s’est « fait mener en bateau pour les ADM » mais bon pas de réponse de votre part à ce sujet trop hypocrite alors on essai de changer le sujet.

                          « Maintenant si vous avez envie de défendre un personnage comme Ahmadinedjad, libre à vous, mais nous n’avons pas la même conception de la démocratie. »

                          Je ne défend pas Ahmadinedjad ou qui que ce soit. Je dénonce juste l’hypocrisie prédominante. Il a des défauts c’est sûr mais ce qui m’embête c’est sa diabolisation que je trouve excessive et qui fait partie d’une préparation de l’opinion à une attaque. Jusqu’à preuve du contraire il n’a jamais agressé d’autres pays mais ceux qui en ont agressé, sur la base de mensonges qui plus est, ne sont pas juger ou alors on dit que c’est pas grave, ça me dégoûte un peu.

                          Quand on a tellement fait pour attiser les haines (mise en place de dictateurs) on assume les conséquences, on ne fait pas l’hypocrite et on essai pas de mettre la faute sur quelqu’un d’autre, et si on est vraiment concerné par la démocratie, la lutte contre le terrorisme on essai de ne pas recomettre pas les mêmes erreurs.

                          De plus, on se sert souvent des exécutions et du fait que ce soit une République islamique comme prétexte pour justifier qu’il faudrait y « apporter la démocratie », à ce moment là, si on est honnête et pas hypocrite on applique le même raisonnement pour l’Arabie Saoudite, voir ici et ici. Sauf que c’est l’allié des USA alors faut pas en parler on l’ignore, 2 poids 2 mesures c’est trop facile.

                          « Il semblerait que 12 millions de mendiants, plus de 80% de personnes vivant sous le seuil de pauvreté ne vous émeuvent pas beaucoup »

                          Bien sur que ça m’émeut mais citez moi un pays ou personne se fait de l’argent sur le dos des plus faibles, y’a rien de nouveau de ce côté là.

                          « je vous le dis tout de suite vous n’arriverez pas à me faire passer ce type pour quelqu’un de bien quand je le prends pour un malade shooté au Coran. »

                          Comme dit plus haut, je n’essai pas de le faire passer pour quelqu’un de bien, je dis juste que c’est pas le seul à être shooté. Il faut aussi prendre en considération les objectifs officieux qui pourrait amener à une frappe sur l’Iran.

                          « Comme certainement sur Mahomet que je prends pour un malade sanguinaire alors que vous allez certainement le prendre pour un envoyé d’Allah. »

                          Pas d’opinion là dessus, je ne suis pas musulman je ne connais pas assez pour m’exprimer, alors j’essai d’éviter les interprétations.

                          « Vous m’excuserez mais je n’ai pas vocation à répondre à quelqu’un qui tente désespérément depuis plusieurs jours d’essayer de me faire passer pour un sinistre sioniste. »

                          N’importe quoi, je n’ai jamais dit que vous étiez un sioniste dans aucuns de mes posts, c’est juste aujourd’hui que je dit que vous avez tirez des infos d’un site comme ça. Arrêtez de jouer la victime.

                          « Mon cher Ju, je vous invite à vous tourner vers tous vos amis avec lesquels vous n’aurez aucune difficulté à faire passer vos idées. »

                          De même pour vous.

                          « Pour le reste, les faits que vous évoquez, personne ne les ignore. Maintenant si vous me demandez si j’ai choisi entre l’Islam et l’Occident, ma réponse est oui. J’ai choisi l’Occident tant que l’Islam ne se réformera pas et ne cessera pas ces horreurs. »

                          Quels faits que personne ignore ? Vous avez ignoré tous les faits que j’ai cités dans mes préédants posts. Qui vous a demandé de choisir ? Je suis pas au courant d’une guerre des civilisations.

                          « Bye bye, shalom etc. enfin tout ce qu’il vous plaira. »

                          Au revoir ou salut convient.

                          « Remarquez vous pourrez toujours en profiter pour me traiter de sioniste. »

                          Encore une fois je ne vous ai jamais traité de sionnistes alors arrêtez de faire la victime, je vais pleurer .... pathétique. Assumez au moins l’origine de vos sources c’est plus honnête.


                        • Nobody knows me Nobody knows me 3 septembre 2007 14:10

                          Ce qui m’agace chez vous Romain, c’est cette obsession envers les fanatiques musulmans, cette fameuse vague islamiste. Alors que des tarés 100 fois plus dangereux (catho, protestants, évangélistes, juifs, ...) dirigent les plus grandes puissances mondiales...

                          Quant aux sites proposés, je suis sûr que l’on doit pouvoir trouver des ramassis d’aneries électroniques chez n’importe quelle autre religion (secte... oups ça m’a échappé !).

                          Très bon article au demeurant, super bien renseigné et documenté. Merci beaucoup.


                        • Nobody knows me Nobody knows me 3 septembre 2007 14:16

                          « Certains pensaient que le tsunami en Asie du Sud Est était une manifestation divine et que c’était écrit dans la Bible. »

                          Il faudra leur dire que le tsunami a été causé par un tremblement de terre, dont la cause est le mouvement des plaques tectoniques sur le magma en fusion. Mais peut être que les évangélistes vont aussi remettre en cause la tectonique des plaques...

                           smiley


                        • CASS. CASS. 28 mai 2013 19:52

                          romain pescara vous dites : « Maintenant si vous avez envie de défendre un personnage comme Ahmadinedjad, libre à vous, mais nous n’avons pas la même conception de la démocratie. Il semblerait que 12 millions de mendiants, plus de 80% de personnes vivant sous le seuil de pauvreté ne vous émeuvent pas beaucoup quand on est un des plus gros producteurs de pétrole au monde et que des tyrans fanatiques se gavent sur le dos du peuple ». VOUS MENTEZ !!! vous parlez la de l’époque du SHAS d’ Iran, raison d’ailleurs de la révolution iranienne et de la nationalisation du pétrole Iranien qui coulait à flot pour les ennemis de l’Iran et de son peuple grace auxquels il y avait plus de 80% d’iraniens miséreux et persécutés. IDEM d’ailleurs à l’époque du ROI Idriss en LYBIE qui se pavanait dans les hôtels de luxe etc et qui laissait le peuple lybien et la lybie dans un misére noire,à part ces quelques coutisans. Puis khadafi est arrivés et a fait d’extrément belles choses pour la LYBIE et le peuple lybien et aidés aussi des egyptiens etc qui crevaient de faim dans leurs pays. cessez de mentir  !!!!


                        • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 20 août 2007 19:55

                          @ Romain

                          Le grave problème est celui-ci. Si les États-Unis quittent le sol irakien, sans avoir remis de l’ordre et redonner une sécurité au peuple, que fera ce dernier, dans son désespoir, si un pays lui tend la main et lui promet ce que les forces d’occupation n’ont pas su réaliser ? Que cette aide vienne de l’Iran, l’Arabie ou des Nations-Unies, lorsque vous avez atteint le fonds, vous acceptez la corde qui vous remontera en surface sans vous interroger sur celui ou celle qui vous la tend.

                          Les Américains en sont bien conscients. Leur principale préoccupation, maintenant, est comment sortir de ce bourbier, à moins de dix-huit mois des prochaines élections présidentielles ? Ce qu’ils ont honni hier (les Nations-Unies) constitue aujourd’hui leur planche de salut. Il est remarquable de constateer, toutefois, qu’aucune force de sécurité régionale n’est mise en place, ou en voie de l’être, par ces cinq pays arabes qui font l’objet des largesses américaines en budget d’armes, pour assurer une reconstruction et un développement en Irak. Et pourquoi, donc ?

                          Au nom de quelle logique un pays, mis à sac et ingouvernable, enverrait, de nos jours, des hommes en Irak pour y défendre la sécurité d’un peuple au bout du rouleau ? Ne croyez-vous pas que le discours de l’invasion en Iran sert, en tant que menace ou épée de Damoclès, à imposer plus une crainte qu’une panique ? Je vous rappelle cette phrase d’Iran Resist : « Les mollahs disent envisager l’arme du pétrole quand les Américains évoquent l’option militaire ». L’arme du pétrole serait de caractère « dissuasif ». L’arme du pétrole des mollahs ne ressemble pas à l’option militaire de Bush : il ne s’agit pas d’une fausse menace.

                          Arrêter le massacre, oui. Mais comment ?

                          Pierre R.


                          • claude claude 20 août 2007 21:46

                            bonsoir,

                            comment voulez-vous remettre de l’ordre dans une maison dont vous avez fait flamber toutes les pièces ?

                            les usa ont pillé l’irak, détruit les traces d’une longue histoire,, souvent confondue avec celle de l’humanité, en livrant les sites archéologiques et les musées au vandalisme, ils ont exarcerbé les haines religieuses inter- confessionnelles, les chiites et les sunnites se font joyeusement le carafon, ne respectant même plus leurs lieux de cultes...

                            comment arrêter le massacre ? et s’ils essayaient de refiler le bébé au « french doctor » ??? Kouchner en Irak : un « alignement de la France » sur la politique américaine, dénonce Chevènement
                            http://fr.news.yahoo.com/ap/20070820/twl-irak-koucnher-chevenement-1def439_1.html


                          • Romain de Pescara 20 août 2007 22:20

                            @Pierre R.

                            Les déclarations de Kouchner me semble-t-il vont dans ce sens (le retrait des troupes et son remplacement par l’ONU) et j’imagine mal que ce soit une action isolée de la France quelques jours après la rencontre de Sarkozy et Bush. L’énorme problème de l’Irak, en dehors de la présence Américaine, est bien ces trois confessions, chiites, sunnites et Kurdes qui n’arrivent pas à trouver un accord de fonctionnement, et qui aujourd’hui ont pour des raisons justifiées ou non stoppé le processus de reconstruction de l’Irak. Quels intérêts défendent-ils ? Je n’en sais rien, cependant ils ne me semblent pas avoir non plus cette priorité pour leur peuple aujourd‘hui, et c’est bien là que réside, il me semble, la véritable difficulté de ce pays. Faut-il envisager ce qui a été fait dans l’ex Yougoslavie une séparation du territoire en deux voire trois parties, je crois avoir entendu parler de cette option, mais je n’en trouve plus l’écho (en aviez-vous entendu parler ?). Elle ne me semblait pas dénuée de fondement. Bien sur en sachant qu’il y a au milieu les réserves de pétrole qui d’ailleurs ont peut-être remis en cause cette option.

                            Pourquoi ne finirait-on pas par organiser un référendum par le peuple lui offrant le choix entre plusieurs options définies en accord avec les parties en cause et sous l’égide de l’ONU et des pays qui veulent y participer ? Sincèrement Pierre je ne suis pas expert, je n’essaye qu’avec mes maigres moyens non seulement de proposer des pistes et d’écouter celles des autres, sans les compétences pour le faire comparées à bien des connaissances déjà en oeuvre sur ce sujet. Et surtout me permettre d’avoir quand les évènements vont se dessiner, une compréhension plus vaste et étayée.

                            L’attitude de l’Iran est ambigüe sur l’Irak, d’un côté ils envoient une mission de « dialogue », de l’autre ils bombardent les Kurdes Irakiens à la frontière au même moment (http://www.latribune.fr/info/Des-centaines-d-Irakiens-fuient-les-pilonnages-iraniens-623- -IRAK-IRAN-PILONNAGE-20070820TXT-$Db=News/News.nsf-$Channel=Monde ). J’ai l’impression qu’ils ont l’art de souffler le chaud et le froid.

                            Evidemment il n’y a pas pire qu’un peuple aux abois pour voir naitre tous les extrémismes possibles et les situations les plus dramatiques. Nul besoin de compétence particulière pour l’entrevoir et en envisager les tristes perspectives.

                            En ce qui concerne les budgets d’armements distribués à ces différents pays que vous citez, il me semble que les avis sont plutôt unanimes en l’occurrence contre balancer L’Iran dans ce secteur du monde. Mais je n’ai pas aucun avis concernant votre question pour le moment. La question est par contre intéressante car elle permettrait sans doute de comprendre les objectifs des USA.

                            « Au nom de quelle logique un pays, mis à sac et ingouvernable, enverrait, de nos jours, des hommes en Irak pour y défendre la sécurité d’un peuple au bout du rouleau ? »

                            A moins que la logique de ce pays soit d’entrevoir les enjeux déterminants d’une sortie de la crise au moyen orient et en Irak et du devoir d’entraide entre les peuples je ne vois pas à quel titre il le ferait. Ils ne l’ont pour la plupart pas fait pour Israël et La Palestine, je ne vois pas pour quelle raison il le ferait s’il n’y a pas des intérêts directs ou indirects ou si personne ne prend la mesure du conflit que pourrait générer une situation qui s’envenimerait. Pourtant celle-ci devrait prévaloir tant il me semble que c’est une évidence. A force de voir dans ce monde qu’on y met aussi peu de raison et de bonnes volontés, je vais continuer malheureusement à douter sur la capacité de l’être humain à œuvrer pour la paix.

                            Quant au discours sur l’Iran, que ce soit de la part de l’Iran ou des autres nations en cause, j’ai bien du mal à faire la part des choses. Par contre je ne doute pas de l’objectif de l’Iran concernant Israël et les velléités de son président de voir l’Islam régner sur les plus hauts sommets du monde selon son expression me semble-t-il. Je pense que c’est un jeu très dangereux face à Israël qui n’attendra peut-être pas que l’Iran en soit capable et en ait la possibilité. L’arme du pétrole est à prendre au sérieux par l’Iran d’autant plus que j’ai lu quelque part que cela ne nuirait pas à leurs exportations de manière importante avec la Chine et la Russie. Une autre piste pour traiter le problème du pétrole dans le monde et qui forcément fait partie des enjeux, c’est de créer un organisme international qui ferait de cette ressource un bien commun et essentiel pour l’humanité et à l’équilibre du monde. La raréfaction du pétrole va forcément avoir des conséquences importantes sur l’organisation du monde il serait souhaitable d’en retirer les enjeux géographiques. Encore une fois merci Pierre pour ces échanges, et mes interventions que vous devez certainement trouver parfois maladroites, mais il s’agit d’un véritable intérêt pour les enjeux qui y sont liés et la volonté d’en comprendre mieux la situation.

                            Arrêtez le massacre, je crains que seule la ferme volonté des hommes à y parvenir ne soit la seule.

                            Bien à vous


                          • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 20 août 2007 22:48

                            @ Romain

                            J’ai bien évidemment suivi tout ce qui s’écrit sur la visite de Bernard Kouchner en Irak. Selon une de ces dépêches, Kouchner considère qu’il appartient aux Irakiens eux-mêmes de forger une solution pour en sortir. Les Irakiens doivent trouver une solution politique à la violence. « C’est un problème irakien et il doit être réglé par les Irakiens", a déclaré M. Kouchner, au premier jour d’une visite en Irak. Il est le plus haut responsable français à venir dans ce pays depuis l’invasion américaine de mars 2003  ».

                            Que feriez-vous Romain si je venais chez vous, pendant que la maison brûle, pour vous rappeler qu’il vous appartient en propre de régler le problème ? Je ne crois pas que je serais le bienvenu. Avez-vous saisi la quintessence de ce message ? Pour ma part, j’analyse encore.

                            Et le ministre, magnanime, dans un élan d’encouragement, a averti ses homologues irakiens : « Mais ne soyez pas pressés  », a ajouté le ministre, soulignant qu’il fallait « donner du temps au temps  ». « C’est juste le début, j’espère, de la fin de la crise  ». Et le ministre de poursuivre : « Le peuple irakien a besoin de souveraineté, de l’intégrité de son territoire, et de démocratie pour, « inch’allah », arrêter la violence  », a encore déclaré le ministre. « Ce que je pense et ce que M. Sarkozy (le président français Nicolas Sarkozy) pense c’est qu’il n’y a pas de solution militaire, et c’est une position constante de notre pays  ».

                            La France se voit-elle investie d’un nouveau rôle ? Les attentes sont là, maintenant : « Cette visite surprise a été saluée par les Etats-Unis, et marque un changement d’attitude de la France sur le dossier irakien, qui a été la source de vives tensions entre Paris et Washington  ». Le ministre a lancé un signe clair : «  Nous sommes disposés à être utiles. Mais la solution est entre les mains des Irakiens  » M. Kouchner était allé à contre-courant de l’opinion dominante lors du déclenchement du conflit en 2003, regrettant que la France se soit désolidarisée des Américains. Autre fait remarquable : monsieur Kouchner ne s’est pas prononcé sur l’importance d’une implication régionale dans ce conflit et du rôle que pourrait jouer l’Iran. La France d’avant Nicolas Sarkozy favorisait la présence de l’Iran dans une solution régionale pour l’Irak.

                            Pierre R.


                          • Romain de Pescara 21 août 2007 10:05

                            @Pierre R.

                            J’avais bien noté l’ambigüité de l’annonce Kouchner, mais au moment de vous répondre je n’avais connaissance que d’une partie très synthétique qui se résumait à une implication plus importante de l’ONU et le problème politique et intérieur du pays est un problème Irakien. Quant à la quintessence j’attends d’autres déclarations de Kouchner pour en comprendre le sens exact mais pour le moment je ne les trouve pas du tout satisfaisantes. Je ne peux que me féliciter d’actions diverses pour essayer de résoudre le problème Irakien mais surement pas de ce niveau. Entre parenthèse Kouchner reprend presque point par point son intervention au Liban « C’est difficile, le Liban, c’est compliqué. Avec les influences extérieures, ça devient l’un des problèmes les plus difficiles du monde. La France fait ce qu’elle peut mais elle ne peut pas régler le problème à la place des Libanais. »

                            Je viens de lire qu’on annonce la visite pour une date pas encore fixée d’Ahmadinedjad à Bagdad avant la fin Aout. C’est une annonce et une visite qui est déterminante pour la suite des évènements et ces déclarations seront surement déterminantes. Enfin il y a le rapport US qui doit sortir vers le 15 septembre qui en dira plus sur les intentions US. Mais de tout cela je ne doute pas que vous soyez informé. Il me semble que les semaines qui viennent sont cruciales mais que dans l’esprit des gouvernements US et Français le conflit avec l’Iran doit leur paraître inévitable, d’où peut-être ce silence Israélien aux sujets des dernières déclarations Iraniennes. Je viens aussi de lire que l’Arabie Saoudite venait d’annoncer l’annulation de la dette Irakienne notamment sous le régime de Saddam. Certainement cette décision a été prise sous influence Américaine.

                            Quant à répondre à votre question concernant le rôle de la France, je ne doute pas un instant de la volonté de Sarkozy de marquer sa présidence au niveau international. Mais il serait prudent de ne pas générer trop d’espoir déçu et de ce fait faire la part belle aux mollahs qui ne manqueront pas de sauter sur l’occasion. Rien de mieux comme ingrédient qu’un peuple désemparé pour le faire adhérer aux thèses religieuses !

                            J’ai trouvé le commentaire de Stephanesh particulièrement pertinent. Je suis convaincu que l’Iran est une clef importante pour l’équilibre au Moyen Orient et notamment aussi pour le Liban. Peut-on décemment laisser un Président de quelque pays que ce soit prononcer des menaces aussi fortes à l’égard d’un autre état ? Quelle attitude adoptée ? Avez-vous entendu parler du contenu des résolutions qui pourraient être votées par l’ONU à l’encontre de l’Iran ? Comme je l’ai écrit plus haut je suis convaincu des velléités Iraniennes à l’égard d’Israël et de sa volonté de posséder l’arme nucléaire. Je crains comme Stephanesh, à moins d’un changement de tendance en Iran par un renversement du gouvernement peu probable et dont je ne vois pas les moyens se dessiner, qu’un conflit ne devienne ou ne soit d’ores et déjà inévitable.

                            Par contre je ne pense pas que ce conflit puisse se déclencher tant que la présence Américaine est aussi forte en Irak, cela les rendrait vulnérable à une attaque Iranienne à distance et à l’intérieur du pays.

                            Quoi qu’il en soit, je ne prends pas à la légère et comme une simple volonté de s’opposer aux USA, les propos d’Ahmadinedjad. On ne tient pas des propos aussi incendiaires par hasard qui plus est quand on se targue de connaitre l’Ouest comme il le fait. Comment négocier avec lui, comment s’opposer à l’obscurantisme religieux franchement je n’y crois pas un seul instant tant je pense que son dessein est inscrit dans une démarche religieuse qui échappe totalement à nos esprits occidentaux. Bien à vous.


                          • moebius 20 août 2007 21:49

                            le massacre continuera. Il s’agit pour les mollahs de conserver le pouvoir. Ce qui les menace est l’accession au pouvoir d’une société civile. La démocratie doit etre le le cauchemard qui hantent leur nuit et leur reve de totalité. Mais Dick Cheney n’a pas absolument tord quand il se voit en libérateur, la société civile est certainement plus forte en Iran qu’elle ne l’est en Irak. Mais qui fera ce pari que la société civile éprise de démocratie soit en meme temps pro américaine ?. Ca semble bien hasardeux. Et puis se serait ne pas tenir compte que paralellement à cette société plus aisé il s’est developpé du fait des restrictions économique un acroissement de la pauvreté et les plus démunis eux resteront fidéle aux religieux


                            • moebius 20 août 2007 21:52

                              ...c’est sur la vocation de la France serait de plutot s’alligner sur les interets chinois et russe


                            • boubi boubi 20 août 2007 23:14

                              Cheney est un fanatique et l’histoire le jugera severement !!


                            • seigneur_canard seigneur_canard 20 août 2007 22:24

                              Un beau sac de noeuds tout ça. Entre les néocons et les théocrates de Téhéran on se demande lesquels baffer en premier. Cette région est une cocotte minute qui ne demande qu’a péter d’une manière ou d’une autre. Et bizarrement, tout le monde y trouve son compte. Les pétro-monarchies du golf se goinfrent de fric et d’armement US dernier cri, tout en conservant un pouvoir indu sur une population maintenue pour sa plus grand partie dans un abrutissement politico-religieux. Les américains essayent de sécuriser leur approvisionnement en pétrole pour le plus grand profit de leur complexe militaro-industriel et pétrolier. Les Russes vendent des milliards de dollar d’armement dernier cri aux opposant aux USA dans la région, tout espérant que leurs clients ne deviennent pas trop puissant et comptant pour ça sur les interventions américano-britannique pour les occuper. Les chinois eux aussi trouvent bien pratique de voir les américain engagés loin de leur sphère d’influence directe, tout en se taillant de juteux contrats pétrolier. Les israéliens peuvent faire mumuse avec les palestiniens sans que la communauté internationale ait trop son mot à dire. Enfin, les théocrates iraniens peuvent continuer a asservir tranquillos leur population en ayant le bien pratique repoussoir israélo-américain, tout en avançant leur pions dans la région pour des raisons tant politique que religieuses... Elle est pas belle la vie ? smiley

                              Maintenant reste plus qu’a voir combien de temps ce subtil équilibre va tenir.


                              • Avatar 20 août 2007 23:30

                                Encore une fois, Merci Pierre pour cet article fort instructif qui analyse objectivement la situation actuelle.

                                Espérons que les prochaines éléctions pdtielles aux USA puissent encore changer la donne...


                              • boubi boubi 20 août 2007 23:12

                                Si je GI’S met un pied en Iran, la fin pour lui est garantit.TTe l’US army risque d’être englouti par les gardiens de la Revoltion.Vous avez aimé le Hezbollah vous adorerez les Gardiens !!!


                                • seigneur_canard seigneur_canard 21 août 2007 00:07

                                  Ouais, cool... Et après ces « sympathiques » gardiens de la révolution pourront continuer a exercer leurs talents de tortionnaires sur les femmes, les étudiants, les opposants etc... etc... Tu pourrais peut être poser ta candidature, on sait jamais.


                                • Stephan Hoebeeck Stephanesh 21 août 2007 07:03

                                  @ boobi

                                  Ils peuvent aussi balancer 5 missiles trident II contenant chacun 6 ogives thermonucléaires de 300 kilotonnes de puissance (20* l’explosion d’hiroshima par ogives c’est à dire une puissance cumulée de 9 MT), ah oui y’en a 475 KT, je te laisse faire le calcul... Explosion, souffle destructeur, feu, radiation et pour terminer plusieurs tremblements de terre dans les jours qui suivent...

                                  La population iranienne se contracterait de 75 millions à 200 ou 300000 survivants

                                  La défaite US en Irak ne signifie pas que les USA ne pourraient plus raser l’Iran ou l’ensemble de la planète


                                • the_dude 21 août 2007 01:30

                                  J’ai voté bon article, très intéressant, même si à la fois un peu trop long à lire et un peu trop court tant la situation est complexe si on veut faire un tour d’horizon complet, tel qu’est structuré l’article.. bref, pas facile ! smiley

                                  Un point qui est un peu « oublié », c’est l’importance que l’Iran joue dans la région et plus particulièrement en Irak bien sûr, où même les US sont forcés d’admettre à contre-coeur que l’Iran est un interlocuteur indispensable. L’Iran est aussi un facteur stabilisateur pour la Turquie, et autre chose une attaque de l’Iran ouvrirait l’axe Afghanistan-Iran-Irak (-Syrie-Liban-Palestine ???) pour le terrorisme... ça deviendrait vraiment, vraiment chaud !

                                  Bon sinon, concernant le titre de la news : il n’y a bien que les bushistes pour pouvoir gober un truc pareil, si les Iraniens n’aiment pas tous le régime des mollahs ils détestent souvent encore plus les Américains. La question que je me pose, c’est Dick Cheney croit-il en ce qu’il dit ?


                                  • stephanemot stephanemot 21 août 2007 01:53

                                    Comme pour l’Irak, le but du « jeu » est pour les fondamentalistes US comme pour certains fondamentalistes islamistes, uniquement religieux.

                                    Et selon les plus fanatiques supporters de Bush et Ahmadinejad, cette fois-ci c’est la bonne, la der des ders :


                                    • Christoff_M Christoff_M 21 août 2007 03:52

                                      les Etats Unis ont le don d’attiser les tensions partout ou ils mettent leur nez en jurant apporter la paix et la démocratie... mais on ne peut pas apporter la paix quandon ment et surtout lorsque l’on se ment à soi-meme...

                                      En attendant j’ai lu que le chef du Hezbollah libanais promettait « une grosse surprise aux israéliens » à la prochaine incursion non justifiée sur la terre libanaise...

                                      Evidemment le président iranien rajoute de l’huile sur le feu, d’ou l’intérèt du travail diplomatique pour ne pas que l’Irak entraine d’autres zones au bord de l’explosion dans une guerre qui serait beaucoup plus grave...


                                      • Stephan Hoebeeck Stephanesh 21 août 2007 05:05

                                        Attaqueront - attaqueront pas

                                        Merci pour l’article

                                        Je ne connaissais pas la réflexion de Cheney. Celle-ci est très curieuse, non seulement elle confirme les bruits d’attaque contre l’Iran, mais en plus elle suggère qu’une attaque terrestre pourrait être envisagée. Elle suggère enfin que plus que tout les USA souhaitent un changement radical de régimes.

                                        Néanmoins il est hypothétique d’en comprendre le sens. Est-ce une pression indirecte sur la Chine et sur la Russie, du type : si vous ne votez pas les sanctions à l’ONU, on est assez fou pour entreprendre une action unilattérale. Ce n’est pas impossible.

                                        L’autre bruit qui concerne l’inscription des pasdarans au rang d’organisation terroriste, est aussi très étrange. En droit international, cela ressemble fichtrement à une déclaration de guerre qui ne dit pas son nom. Néanmoins, ce bruit pourrait être aussi un moyen de pression sur la Chine et la Russie pour qu’ils n’utilisent pas leur droit de veto à l’ONU pour empécher le durcissement des sanctions contre l’Iran.

                                        Si Bush devait unilatéralement classifier les pasdaran « organisation terroriste » et geler leurs avoirs, les USA et l’Iran seraient « techniquement » en guerre. (L’état iranien ne prenant pas les sanctions contre une organisation terroriste). Certes ce n’est pas un tir de missile, mais cela en rapproche. Être techniquement en guerre signifie qu’une attaque peut avoir lieu à n’importe quel moment de part et d’autre. Et si négociations (il y a), elles devront donner du résultat à très court terme.

                                        Plusieurs échéances peuvent amener Bush à décider d’une attaque contre l’Iran.

                                        - 1) Les élections US de 2008. Même s’il ne se représentera plus, on peut supposer que son camps souhaite une victoire honorable en Irak pour avoir une chance de l’emporter. L’Iran est une des clés en Irak, cela ne fait aucun doute. Pour stabiliser l’Irak, il faut un accord entre les parties en présence. À la rigueur, l’Iran pourrait contribuer à la stabilité de la région, mais ne souhaite pas le faire au détriment de son nucléaire.

                                        - 2) L’Iran se rapproche d’un accord avec l’organisation de Shangai, ce qui signifie à terme, une protection de l’Iran par la Chine et la Russie ; et implicitement pour ces deux pays de le défendre en cas d’attaque. Et donc rendrait téhéran encore plus incontrôlable qu’à présent.

                                        - 3) La difficulté d’évaluer clairement le programme nucléaire iranien. Le programme nucléaire iranien a clairement des objectifs militaires, ses objectifs militaires ne permettent pas non plus de déterminer quel est l’état d’avancement de ce programme. Cette incertitude pèse lourdement dans les rapports étasunis-iran... Un participant d’agoravox (discussion sur le nucléaire) , pierrot a rapporté que l’explosion nucléaire de la Corée du Nord était très certainement chimique et non nucléaire. Il ne pouvait pas dire plus clairement, j’y arrive pas et je suis prêt à négocier. L’Iran entretient le flou le plus complet. Cela compte contre lui. Si l’iran parvenait à fabriquer des armes nucléaires et parvenait à développer leur miniaturisation, seule condition pour les transporter sur de longues distances (missile, etc.) La guerre serait encore plus proche et encore plus difficile.

                                        - 4) Une hypothèse dont j’avais parlé ailleurs me semble confirmer cela. Beaucoup de gens pensent que le 11/09 est l’oeuvre du gouvernement US, personnellement je ne le pense pas. Néanmoins le 11/09 me semble indirectement responsable de la guerre en Irak. Le 11/09 a montré le peu de fiabilité de l’Arabie saoudite. Les USA cherchent un allié fiable dans la région. Ce fut probablement une raison déterminante de cette guerre, renverser Saddham Hussein, contrôler le pays, etc. De plus la conquète militaire de l’Irak permettait aux USA d’avoir réellement une marge de manoeuvre dans le pays, qu’ils n’avaient pas en Arabie (pays souverain allié mais passéiste), ou en Afganistan (pas assez évolué). La guerre civile qui fait rage en irak ne permet pas de compter l’irak au rang des alliés fidèles... Je ne crois pas que Bush espère une victoire en Irak, il n’a pas les troupes, reste l’option iranienne. C’est-à-dire s’installer durablement dans le pays et abandonner progressivement l’Irak a ses attentats...

                                        - 5) L’Irak est aussi une clé pour la guerre ou la non guerre avec l’Iran et joue autant en faveur d’une attaque que contre. Pour, car à proximité de la cible, contre car proche de la contre attaque iranienne si elle a lieu...

                                        - 6) Les USA pourraient enfin attaquer l’Iran pour qu’Israel ne le détruise pas. Je m’explique une guerre israélo-iranienne risque d’être nucléaire. Israel même avec l’aide US n’a pas les possibilités de vaincre l’Iran militairement, par contre il a la possibilité de le rayer de la carte . Je pense que les USA ne souhaitent pas cela, l’Iran est précieux pour ses ressources et son potentiel de développement. L’Iran est d’ores et déjà une puissance nucléaire. En disposant d’uranium enrichi. Il lui suffirait d’en mettre quelques kilos dans ses missiles. Certes ce ne sera pas une hécatombe, mais sur plusieurs décénie, cet uranium va continuer de circuler contaminant l’ensemble de nappes phréatiques et des terres. Il suffirait de 300 missiles de ce type pour que l’on puisse raisonnablement se poser la question d’une vie dans cette région en 2050. La contamination massive de l’eau et des terre engendrant un nombre croissant de naissances anormales, de mortalité, etc. La destruction de l’Iran par Israel (dont les extrémistes sunnites se frotteront les mains) sera de toute manière à terme préjudiciable à Israel, dans la mesure où l’opposition chiites sunnites reste une sorte de protection envers l’état hébreu. (Chacun voulant se voir décerné le titre de destructeur d’Israel) La destruction des chiites pour les sunnites signifie qu’ils n’ont plus qu’un ennemi... On peut enfin imaginer que si massacre il y a les extrémistes des différents pays en profiteront bien hypocritement pour tenter des insurrections contre ces régimes accusés de fermer les yeux sur les crimes d’Israel.

                                        - 7) Rappelons enfin que le conflit irakien ressemble beaucoup à un conflit iran - arabie saoudite ou chiisme versus salafisme. Une guerre directe entre ces deux pays entrainerait un blocage complet de leur production pétrolière.

                                        - 8) Il est hors de doute que le (la) prochain(e) président(e) des USA sera obligé(e) d’ordonner un retrait complet des troupes US et/ou d’accepter que l’ONU prenne l’Irak en main.

                                        Quel genre de guerre avec l’Iran

                                        - Une guerre, oui mais comment ? Si les USA attaquent l’Iran je pense qu’ils viseront exclusivement le régime (bunker des mollah, pasdarans, unités militaires fortement endoctrinées.) La puissance nucléaire de l’Iran demeurera secondaire, je pense que c’est avant tout la nature du régime que les USA veulent changer.

                                        Après 6-12 heures de bombardements très intensifs. Probablement que ce sera suivi d’une pause. Soit les Iraniens contre attaquent avec les moyens dont ils disposent (missiles vers Israel, bases américaines, etc.), fournitures de missiles antichars aux chiites d’Irak, attaques vers l’Arabie Saoudite, blocage pétrolier, etc. Et là, les possibilités que l’Iran soit rasé nucléairements vont devenir très réelles. Au fond marquer une pause pour voir si un contre pouvoir peut prendre en main le pays... Il est enfin possible qu’après une attaque très intense le régime préfère trouver un accord avec les USA.

                                        Je crois que Cheney pense sincèrement que les iraniens acceuilleront les GI’s les bras ouverts, et sera déterminant la manière dont l’attaque sera menée... N’oublions pas que l’Allemagne et le Japon sont restés des amis avec Washington après la deuxième guerre mondiale.

                                        La Syrie et le hezbollah n’interviendront pas dans le conflit avant qu’il ne trouve une issue. Si l’iran devait marquer des points, on peut raisonnablement penser que le hezbollah et la syrie utilisent leurs missiles pour frapper Israel. Si l’Iran est écrasé il préféreront négocier.

                                        Dans la mesure où le pire est une guerre israélo iranienne, Bush peut préférer le conflit.

                                        La Chine ne semble pas avoir un grand contrôle sur son allié iranien, mais pourrait être tentée d’intervenir militairement. Une Chine menaçante pourrait faire reculer Bush, mais pas à l’infini. La Chine sait parfaitement que la seule défense d’Israel contre l’Iran est nucléaire.

                                        Réellement une guerre est possible si ce n’est probable.

                                        @ vous lire...


                                        • Philippe Vassé Philippe Vassé 21 août 2007 05:20

                                          A Pierre,

                                          Je rajoute à votre fil si riche en données et informations cet article de ce matin -heure de Taipei- de mon journal local taiwanais.

                                          Le titre est indicatif. ET les informations qu’il apporte éclaire votre article avec intérêt.

                                          C’est en plus exactement l’analyse que font Pékin et Moscou sur la situation militaire américaine, mais confirmée par les intéressés eux-mêmes.

                                          D’où peut-être le souhait de ramener l’ONU dans le jeu irakien, agfhan et iranien ?

                                          Pour la France, si le gouvernement Sarkozy-Kouchner met des troupes françaises en Irak ou joue aux supplétifs de Washington contre l’Iran, il est à craindre que la réaction de l’opinion publique française soit très défavorable.

                                          Paris remplaçant Londres en « caniche de Bush », comme disent les humoristes, voilà qui pourrait nuire à la renommée de Nicolas Sarkozy. Et par delà, à la stabilité et à la cohésion de l’Union Européenne.

                                          A suivre

                                          Bien cordialement vôtre,

                                          Pour les lecteurs du fil :

                                          je sollicite votre compréhension, mais je ne peux traduire l’article en français.

                                          US’ fighting force is running out

                                          NO MORE TROOPS : When asked what units will fill the void in the coming spring if any need to be replaced, officials give a shrug of the shoulders or a palms-up gesture

                                          AP, WASHINGTON Tuesday, Aug 21, 2007, Page 7 Sapped by nearly six years of war, the US Army has nearly exhausted its fighting force and its options if US President George W. Bush decides to extend the Iraq buildup beyond next spring.

                                          The Army’s 38 available combat units are deployed, just returning home or already tapped to go to Iraq, Afghanistan or elsewhere, leaving no fresh troops to replace five extra brigades that Bush sent to Baghdad this year, according to interviews and military documents reviewed by the Associated Press.

                                          That presents the Pentagon with several painful choices if the US wants to maintain higher troop levels beyond next spring :

                                          * Using National Guard units on an accelerated schedule.

                                          * Breaking the military’s pledge to keep soldiers in Iraq for no longer than 15 months.

                                          * Breaching a commitment to give soldiers a full year at home before sending them back to war.

                                          For a war-fatigued nation and a Congress bent on bringing troops home, none of those is desirable.

                                          In Iraq, there are 18 Army brigades, each with about 3,500 soldiers. At least 13 more brigades are scheduled to rotate in. Two others are in Afghanistan and two additional ones are set to rotate in there. Also, several other brigades either are set for a future deployment or are scattered around the globe.

                                          The few units that are not at war, in transformation or in their 12-months home time already are penciled in for deployments later next year or into 2009. Shifting them would create problems in the long-term schedule.

                                          Most Army brigades have completed two or three tours in Iraq or Afghanistan ; some assignments have lasted as long as 15 months. The 2nd Brigade, 10th Mountain Division, has done four tours.

                                          Two Marine regiments — each roughly the same size as an Army brigade — are also in Iraq, bringing the total number of brigades in the country to 20.

                                          When asked what units will fill the void in the coming spring if any need to be replaced, officials give a grim shake of the head, shrug of the shoulders or a palms-up, empty-handed gesture.

                                          « The demand for our forces exceeds the sustainable supply, » the Army chief of staff, General George Casey, said last week. « Right now we have in place deployment and mobilization policies that allow us to meet the current demands. If the demands don’t go down over time, it will become increasingly difficult for us to provide the trained and ready forces » for other missions.

                                          Casey said he would not be comfortable extending troops beyond their 15-month deployments. But other military officials acknowledge privately that option is on the table.

                                          Pentagon leaders hope there is enough progress in Iraq to allow them to scale back at least part of the nearly 30,000-strong buildup when soldiers begin leaving Iraq around March and April.

                                          There are 162,000 US troops in Iraq now, the highest level since the war began in 2003. That figure is expected to hit 171,000 this fall as fresh troops rotate in.

                                          « The longer that you keep American forces there, the longer you give this process to solidify and to make sure that it’s not going to slide back, » said Frederick Kagan, an American Enterprise Institute analyst who recently returned from an eight-day visit to Iraq. « The sooner you take them out, the more you run the risk that enemies will come in and try to disrupt. »


                                        • Philippe Vassé Philippe Vassé 21 août 2007 05:30

                                          A Pierre,

                                          Je reviens encore vers vous avec cet article que je viens de lire.

                                          Ecrit par un grand ami de G W Bush, et évoquant le rôle de l’AIEA (Agence Internationale de l’Energie Atomique), son article pourrait vous intéresser, à mon humble avis.

                                          Je vous le livre donc, tel quel. La conclusions et le « WE » sont à retenir. Il semble qu’il se prépare un « 2003 bis » avec préparation médiatique -en clair : une nouvelle campagne de mensonges- afin de faire accepter à l’opinion, au moins américaine, une option militaire contre l’Iran.

                                          Bien cordialement vôtre

                                          IAEA’s ability to reduce nuclear risks questioned

                                          By Bennett Ramberg

                                          Tuesday, Aug 21, 2007, Page 9 This summer’s 50th anniversary of the International Atomic Energy Agency’s (IAEA) founding offers an opportunity for stocktaking about the world’s most important nuclear watchdog. It comes at a time when the agency has assumed increasing responsibility for nuclear security. The recent dispatch of inspectors to verify the shutdown of North Korea’s weapons reactor and the continuing efforts to ferret out Iran’s nuclear intentions are only the most visible signs of its monitoring function.

                                          But, while there is much to celebrate, questions remain about whether the IAEA can increase its capacity both to combat proliferation and promote nuclear power plant safety. History suggests that without greater authority, the agency will be incapable of dramatically reducing global nuclear risks.

                                          The IAEA traces its lineage to the early dark days of the Cold War. In his December 1953 UN General Assembly « Atoms for Peace » address, then US president Dwight Eisenhower sought to relax atomic weapons competition with the Soviet Union by calling for the creation of an international nuclear fuel bank stocked with superpower fissile material. Management would come from a new global nuclear organization. Although the fuel bank never emerged, the seed for the organization took root, giving rise to the IAEA in 1957.

                                          In time, the IAEA became a nuclear brain bank, assisting developing countries with their peaceful nuclear needs. It educated nuclear operators, generated safety and protection standards, promoted the benefits of the atom for industry, agriculture, and medicine, and much more. In 1970, boosted by the new Nuclear Nonproliferation Treaty (NPT), the IAEA acquired expanded authority to safeguard nuclear elements against diversion. Today, this responsibility extends to more than 180 countries.

                                          In practice, however, the IAEA has an uneven record in tracking down nuclear cheats. In 1981, following Israel’s bombing of Iraq’s Osirak reactor, IAEA inspector Roger Richter told the US Congress how then Iraqi president Saddam Hussein had blocked IAEA access to nuclear sites. After the 1991 Persian Gulf War, Iraq once again embarrassed the IAEA, when inspectors uncovered a major covert nuclear weapons program. In 2003, Libya’s renunciation of its secret weapons revealed how another country had hoodwinked the agency. And, only recently, the IAEA discovered that Egypt conducted non-safeguarded nuclear experiments decades ago.

                                          Despite these errors, in the past few years, the IAEA has demonstrated its worth as an effective nuclear sleuth. In 2002, its inspectors revealed North Korea’s cheating, prompting UN sanctions. (Unfortunately, this did not halt the country’s subsequent withdrawal from the NPT.)

                                          The IAEA’s tenacity also has smoked out much of Iran’s nuclear program, albeit only after an Iranian dissident group disclosed the existence of some of the regime’s secret facilities. In early 2003, its onsite presence in Iraq established that Saddam did not have a nuclear weapons program, contrary to the Bush administration’s representations. And in 2004, the IAEA blew the whistle on South Korea’s non-safeguarded plutonium and enrichment experiments.

                                          Beyond truth seeking, the IAEA has taken a leadership role in promoting new initiatives to reduce weapons proliferation. It has pressed for multinational nuclear fuel facilities that would eliminate the need for national installations that draw proliferation concerns. IAEA Director General Mohamed El Baradei has called upon the US to negotiate directly with Iran over its atomic program. He also has attempted to generate momentum for a Middle East nuclear weapons-free zone.

                                          Looking forward, the IAEA confronts both internal and external challenges. Internally, mandatory retirements will soon cost the agency 50 percent of its senior management. Nor has the agency’s budget kept pace with its increasing workload.

                                          More significant is the IAEA’s failure to overcome resistance to conclude comprehensive safeguard agreements. Some countries oppose the application of NPT safeguards to small quantities of nuclear materials. The unwillingness of more than half the NPT membership to apply the Additional Protocol, which gives the IAEA new flexibility to uncover clandestine nuclear activity, undermines global security.

                                          The projected rapid growth of nuclear energy will generate yet more challenges. To date, reactor construction has been concentrated in the industrial world. In coming years, developing countries with little nuclear experience — Indonesia, Vietnam, Thailand, Jordan, Turkey, Egypt and others — will attempt to leap onto the atomic bandwagon.

                                          Without authority to enforce safe practices, the IAEA cannot better assure nuclear safety in these or other countries. And without better intelligence and backing from the UN Security Council to impose significant, timely, and certain penalties on nuclear violators, the IAEA will have difficulty in fulfilling its security mandate. So, although the IAEA will continue to play a vital role, it will be more of a band-aid than a cure for the atomic risks that we will all have to assume.

                                          Bennett Ramberg served in the Bureau of Politico-Military Affairs under former US president George Bush. He is the author and editor of six books on international security.


                                        • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 21 août 2007 07:12

                                          @ Stephanesh

                                          Votre analyse est remarquable. Je la partage entièrement. Il y a un élément important qu’il faudrait ajouter à ce puzzle : la réaction du peuple américain à l’idée que Georges W. Bush ouvre un autre feu de discorde en attaquant l’Iran. La population américaine n’a pas hésité, récemment, de jeter le blâme sur l’administration Bush lors de l’effondrement du pont autoroutier de Minneapolis (Minnesota). L’Association Américaine des Ingénieurs Civils avait attiré l’attention depuis des années sur l’ensemble des infrastructures : pas moins de 27 % des ponts du pays, c’est-à-dire 77 000, sont classés « structurellement déficients ». Combien coûterait le programme pour remettre en état ces infrastructures ? Leur mise à niveau coûterait plus de 188 milliards US. C’est une somme énorme mais au final, c’est ce que le gouvernement va dépenser pour ses guerres en Irak et en Afghanistan. Plusieurs commentateurs ne se gênaient pas, dans les médias, pour mettre en parallèle les centaines de milliards dépensés pour la guerre en Irak et les sommes nécessaires mais cruellement manquantes pour assurer la fiabilité des infrastructures. « Un pont en Amérique ne devrait pas tout simplement s’effondrer » s’est insurgée la sénatrice démocrate du Minnosota, Amy Klobuchar.

                                          Pierre R.


                                        • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 21 août 2007 07:14

                                          @ Philippe

                                          Merci. Je parcours le tout.

                                          Pierre R.


                                        • ZEN ZEN 21 août 2007 07:49

                                          La presse anglaise commence à sortir de la langue de bois sur l’Irak :

                                          http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=72638


                                          • ZEN ZEN 21 août 2007 08:50

                                            Sapristi ! je suis pisté...Je vais appeler les Dupont

                                            L’Independant ne va pas apprécier ces votes négatifs. Nos amis british sont susceptibles...:_))


                                          • Philippe Vassé Philippe Vassé 21 août 2007 10:06

                                            Zen,

                                            Il semblerait en effet qu’il y ait des gens qui vous en veulent. Ils doivent ne pas aimer le Zen qui, pourtant, leur ferait les plus grands bienfaits.

                                            Je parie que ce sont des militaires ou de crédules fanatiques de la lutte finale contre l’Iran (et derrière tous les pays non chrétiens) qui voudraient que le gouvernement de la Grande-Bretagne continue à jouer le pitbull de G W Bush et que la France devienne son roquet bis.

                                            La presse anglaise peut être rassurée : ceux qui votent contre une information brute sont...des brutes de l’information.

                                            Amicalement et humoristiquement vôtre,


                                          • ZEN ZEN 21 août 2007 10:34

                                            @ Philippe

                                            J’ai bien aimé la dernière formule :

                                            « La presse anglaise peut être rassurée : ceux qui votent contre une information brute sont...des brutes de l’information. »

                                            Restons zen smiley

                                            Amicalement


                                            • the_dude 21 août 2007 12:48

                                              Pour qu’Ahmadinejad puisse devenir un Poutine en puissance il lui faudrait écarter les contre-pouvoirs, or le contre-pouvoir existe bel et bien en Iran et il s’agit du clergé religieux. Même si Ahmadinejad a des affinités avec ce clergé comme par exemple le fanatisme anti-US et anti-Israelien, il y a aussi des désaccords et notamment dans le fait que le président actuel prend une place bien encombrante parfois pour les religieux. Et sur le nucléaire, alors que le président joue au chat et à la souris avec les inspecteurs de l’AIEA, faut-il rappeler que l’Ayatollah avait lancé une fatwa interdisant l’usage, la production et le stockage d’armes nucléaires en Iran ?

                                              Je pense que vous autres qui tenez pour acquis la volonté iranienne de posséder l’arme atomique, vous allez parfois un peu vite. Les doutes sont certes plus que légitimes, mais l’opposition du clergé sur ce point, l’idée que une technologie nucléaire CIVILE puisse aussi être d’importance stratégique pour l’Iran (oui, ils ont du pétrole pour l’énergie, mais exportent beaucoup de brut et importent du pétrole raffiné... donc l’énergie nucléaire aurait malgré tout une grande importance) m’y ferais mettre un bémol.

                                              Bref, qu’il s’agisse d’Ahmadinejad ou de Bush, on ne peut pas prendre leurs déclarations au pied de la lettre quand le premier affirme ne pas rechercher l’arme atomique et que le second affirme le contraire. Et je trouve la tendance à croire Bush au pied de la lettre plutôt inquiétante...


                                            • the_dude 21 août 2007 12:51

                                              PS : le « vous autres qui tenez pour acquis... » ne s’adresse pas forcément à Ludo hein ! smiley


                                            • tal 21 août 2007 12:59

                                              @ Pierre R

                                              La synthèse qui peut être faite de votre pertinente analyse sur la situation telle qu’il nous est donné de la connaître, peut se résumer ainsi. Cette crise qui dure depuis maintenant vingt ans et dans laquelle certains feignent de voir -par commodité- une guerre de civilisation, mais qui n’est en fait que la traduction d’une volonté impériale des USA sur cette partie du monde s’opère dans un contexte géopolitique on le sait très particulier, qui est celui du moyen orient.

                                              Pour abattre le régime des Mollahs, on a beaucoup spéculé sur l’opportunité ou non d’une action militaire menée par l’axe Washington Tel-Aviv, entraînant dans son sillage des puissances Européennes telles que La Grande Bretagne et la France Bien que techniquement plus délicate à mettre en œuvre que les deux précédentes invasions de l’Irak, et plus récemment l’intervention en Afghanistan, la faisabilité d’une telle opération ne peut cependant être mise en doute.

                                              Partant de ce principe, nul ne peut augurer des conséquences. A moins de lire dans le marc de café, on peut seulement dire dès à présent que la situation sur le plan économique sera ensuite différente de ce qu’elle est actuellement pour les principaux belligérants et leurs alliés. Les faucons qui composent l’entourage de G.W.Bush ne sont pas si stupides qu’on veut bien le dire, et ont probablement en mains un certain nombre d’éléments dont nous ne disposons pas et qui les conforte dans leurs intentions bellicistes. Il n’est pas certain que le chamboulement qui interviendra nécessairement au niveau des approvisionnements énergétiques soit leur préoccupation majeure ni qu’ils soient démunis face a une telle perspective. Pour l’Irak on a vu qu’a propos de l’intervention qui nous faisait craindre une flambée historique des cours du brut, qu’il n’en fut rien. Bien qu’à une autre échelle des solutions existent aussi dans le cas d’un conflit avec l’Iran.

                                              Les USA sont dans une phase critique de leur histoire en tant que 1° puissance mondiale, ils tiendront probablement encore cette position durant quelques décennies, mais ils approchent de l’acmé. Les agissements des diverses administrations américaines dans cette région du monde de même que dans l’ancien glacis de l’ex-union soviétique, ou en Asie, s’inscrivent dans une stratégie de maintien de l’empire. Diviser et affaiblir pour régner.

                                              Le Bouclier antimissile dirigé contre la Russie, les accords économiques et militaires passés avec les nouveaux états issus de l’implosion de l’ancien bloc communiste, sont autant d’agissements destinés a affaiblir encore plus la Russie et qui pourraient s’avérer un mauvais calcul sur le moyen terme. Bien que la Russie ait abandonné l’économie communiste pour le capitalisme la volonté de la traiter toujours en « ennemi idéologique », est manifeste. Par ses ressources minérales, énergétiques, et son formidable potentiel scientifique et humain, ce pays se redressera et sera un concurrent sérieux pour les Etats-Unis dans les prochaines décennies, d’où la nécessité pour les responsables américains de retarder cette échéance.

                                              Les stratèges du Pentagone, adhèrent au schéma que nous propose Samuel P.Huntington, dans « La guerre des civilisations », quand partant du constat que : « L’Occident en particulier les Etats-Unis, ont toujours été une nation missionnaire, croit que les non-Occidentaux devraient adopter les valeurs occidentales, la démocratie, le libre-échange, la séparation des pouvoirs, les droits de l’homme, l’individualisme, l’Etat de droit, et conformer leurs institutions à ces valeurs. » p.266, Ed. Odile Jacob il aboutit à la conclusion suivante : « La survenue de ces conflits entre Etats phares montants et déclinants de différentes civilisations dépend de la façon dont, au sein de ces civilisations, la plupart des états réagissent à la montée d’une nouvelle puissance, selon qu’ils se rallient à elle ou cherchent à s’y opposer. » ibid. p.306. Une vérité éternelle, se vérifiant au travers des enjeux actuels dans cette partie du monde. Cette stratégie peut nous sembler aventureuse -ce qu’elle est dans les faits-, mais l’essentiel pour les faucons de l’administration Bush est d’abattre un monde, un système, un ordre afin non pas d’en bâtir un nouveau, mais de semer le chaos dans cette partie du monde, clarifier les alliances et consolider leur hégémonie. Pour le besoin Israël est un outil et Al Qaida un prétexte.

                                              En conclusion tout reste possible dans les mois à venir. Une reconduite de l’actuelle politique avec l’élection d’un Républicain à White House peut nous amener aux pires scénarios. Ce dont nous pouvons être certains, c’est qu’en pareil cas, les opinions publiques des pays Occidentaux, seront conditionnés en conséquences. On peut tout imaginer, comme par exemple une « vraie-fausse » agression contre Israël qui serait menée par les pasdaran à l’aide de missiles balistiques, ou pourquoi pas une petite bombe A. que l’on ferait péter dans un coin reculé du désert du Néguev, en présentant l’événement comme un tir depuis l’Iran qui aurait raté Tel Aviv sa véritable cible...

                                              L’opinion internationale qui a été sensibilisée tout au long de ces derniers mois,aux efforts déployés par l’Iran pour se doter de l’arme atomique, serait ainsi chauffée à blanc et accorderait une haute crédibilité à ce type d’information. Ensuite l’attaque lancée contre l’Iran, et ses installations détruites, il sera toujours temps de dire que l’ensemble des sites de missiles ont été détruits et que l’on recherche d’éventuels A.D.M ayant échappés aux raids de représailles. Tout est possible... Oui même l’impossible !

                                              A vous cordialement.


                                              • the_dude 21 août 2007 13:31

                                                Cher tal,

                                                Je ne partage pas cette opinion. « La faisabilité d’une telle opération [une intervention en Iran] » doit au contraire être mise en doute. Le fait même que l’Iran soit un interlocuteur sur les questions irakiennes en est la preuve. L’incapacité actuelle des Etats-Unis pour stabiliser l’Irak indique qu’ils sont incapables de préparer efficacement une autre guerre, à moins de vouloir tenter le suicide militaire. En effet, une déclaration de guerre à l’Iran rendrait d’une part les frontières Iran-Irak beaucoup plus perméables qu’elles ne le sont déjà, il n’y aurait alors plus deux conflits « US-Irak » et « US-Iran », mais un conflit « US-Iran/Irak » qui implique une division des ressources militaires américaines à mon avis inadmissible pour l’armée US. On peut uniquement envisager des frappes aériennes sans intervention au sol, mais dont l’impact serait plus que discutable. Et contrairement à l’Irak où il suffisait d’écarter un homme du pouvoir pour que tout son édifice s’écroule, en Iran la structure du pouvoir est beaucoup moins centralisée, reposant sur une organisation et non sur un homme. Les chances de réussite US sont vraiment faibles. Je considère que les rumeurs de guerre ne sont qu’un des rares moyens de pression encore non utilisé que les USA peuvent exercer sur l’Iran. Les USA ont besoin d’un Irak stable pour attaquer l’Iran (d’aucun penseront même que c’était un des objectifs de la guerre en Irak), or l’ironie du sort veut que l’Iran soit un élément clé pour obtenir la stabilité en Irak.


                                              • tal 21 août 2007 16:22

                                                @ the_dude.

                                                Je vous l’accorde volontiers, sous réserve que les intentions de Washington auraient été en se débarassant du pouvoir Baasiste de créer un état stable.Le recours aux « bons offices » de l’Iran pour stabiliser un Irak Chiite à 70% m’a semblé par trop simpliste -et naïf- dès le début, quand on sait l’ampleur du contentieux entre les USA et Téhéran préexistant à l’invasion de l’Irak.

                                                Maintenant si tel est le cas, l’échec de cette stratégie marque les limites du machiavélisme en politique, et mesure le iatus entre la réalité sur le térrain et l’idée que nos gouvernants s’en font.

                                                Je persiste a penser, que les Américains ont peut-être plus a gagner dans un embrasement -sorte de Palestinisation ou Irakisation-du moyen Orient où les diverses factions, ethniques, politiques ou religieuses s’affronteraient, que dans le « contrôle » d’un monde Arabo-musulman à l’instar de l’Arabie Saoudite et de l’Egypte, en équilibre instable. Le principal objectif étant d’affaiblir voir détruire les structures qui font ces états tendre vers une modernité qui n’est pas la leur.

                                                Comme au temps de la guerre du Viet-nam, la formule préférée des « faucons » US lorqu’ils s’adressent à leurs adversaires -vrais ou supposés-, est « Nous allons vous renvoyer à l’âge de pierre ».


                                              • donegale 21 août 2007 13:47

                                                à l’auteur,

                                                Est ce que le régime Iranien ne sera pas renforcé par une attaque Américaine. je suppose, il y’aura la loi martiale, des arrestations massives des réformistes au nom de raison d’état en guerre et des exécutions et ect............


                                                • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 21 août 2007 14:15

                                                  A toutes et tous

                                                  Dans le septième paragraphe de mon exposé, j’ai écrit, en dernière ligne, ce qui suit : « le Hezbollah pourrait être tenté de se lancer dans une sorte de fuite en avant qui consisterait à lancer des frappes aériennes contre l’Iran ». Le lecteur aura compris qu’il s’agissait de frappes aériennes contre Israël et non contre l’Iran.

                                                  Mes excuses.

                                                  Pierre R.


                                                  • socrate75 socrate75 11 septembre 2007 13:16

                                                    Vous auriez du mettre plutot : Israel pourrait être tenté de se lancer dans une sorte de fuite en avant qui consisterait à lancer des frappes aériennes contre les résistants LIBANAIS « le Hezbollah » comme en 2006


                                                  • vinvin 21 août 2007 18:26

                                                    Bonjour.

                                                    Bon, d’ accord sur le fait que si l’ Iran arrive a se procurer l’ arme nucléaire, c ’est inquiétant de voir ce genre d’ armes entre les mains du président Iranien. ( je n’ arrive pas a écrire son nom, et puis il a qu’ a de s’ appeller comme tout le monde !)

                                                    Maintenant pour ce qui concerne les menaces de l’ Iran envers Israél, je ne vois pas l’ interet de nous en occuper.

                                                    Pourquoi ne pas laisser ses deux états regler leur diferents entre eux ?

                                                    S’ils se détruisent mutuellement en quoi cela nous concerne-il ?

                                                    Il ne faut pas toujour se prendre pour les « gendarmes » du monde et intervenir partout dans le monde, que ce soit pour des interets politique, économique, ou géostratégique.

                                                    Un jour cela va se retouner contre nous, car il y aura de plus en plus d’ atantas contre l’ occident.

                                                    Bien cordialement.

                                                    VINVIN.


                                                    • Stephan Hoebeeck Stephanesh 21 août 2007 21:13

                                                      Un contradicteur de Romain a donné les références d’un site

                                                      http://www.nuitdorient.com/

                                                      Ce site donne la traduction d’un article dont j’avais plusieurs fois entendu parlé mais que je n’avais jamais lu. L’article concerne la capacité israélienne à frapper le nucléaire iranien de manière conventionnelle

                                                      Vous le trouverez en entier à la référence suivante

                                                      http://www.nuitdorient.com/n2640.htm

                                                      En voici un résumé commenté :

                                                      La thèse explique que 25 F15 et autant de F16, armés chacun d’une bombe de 2,2 tonnes ou d’une bombe de 900 kg seraient à même de détruire les sites de Natanz (production d’uranium), Ispahan (eau lourde) et Arak (réacteur plutonifère). À noter que si un seul était détruit, l’ensemble du circuit militaire serait court-circuité. L’étude estime que l’opération est jouable si 24 appareils atteingnent Natanz, 6 Ispahan et 5 Arak. La faiblesse de la chasse iranienne et de sa défense anti aérienne rendrait cela possible.

                                                      Reste pour l’aviation à survoler, ou la Turquie, ou l’Irak, ou l’Arabie Séoudite, voire à longer leurs frontières. La Turquie et l’Arabie Séoudite risque de donner une fin de non recevoir. (Laisser survoler son territoire en vue de provoquer une frappe aérienne est un acte de guerre) Les américains (actuellement responsables de l’espace aérien irakien) pourraient donner leur feu vert.

                                                      Les auteurs de l’article laissent enfin entendre que l’aviation israélienne pourrait bombarder l’île de Kharg où transite 90% du pétrole iranien, portant un coup fatal à l’économie.

                                                      L’étude oublie de mentionner qu’une grande partie du pétrole iranien est prorpriété chinoise, je ne pense pas que la Chine apprécie ce genre de destruction.

                                                      Si l’opération est techniquement possible, l’analyse qui en est donnée me semble contenir un certain nombre de manques.

                                                      - Frapper les cibles nucléaires iraniennes revient à frapper un symbole. Si le 11/09, les pirates avaient choisis de crasher leurs boeing détournés sur des centrales nucléaires, les résultat auraient été infiniment plus catastrophiques pour les USA. En définitive, l’effondrement des twin towers (qui arrangeaient beaucoup de monde : propriétaire pur l’assurance, la ville de new york pour le désamiantage.) Même si les avions frappent leurs cibles, l’Iran en sortira renforcé.

                                                      - L’auteur du rapport ne mesure pas les conséquences de cette action, peut-être imagine-t-il que l’Iran constatant la destruction de ses usines nucléaires, se contentera de déposer plainte au conseil de sécurité de l’ONU... Personnellement, j’en doute...

                                                      - Deviendront des cibles les pays qui ont permis cette action, Irak, Arabie, turquie, USA. Il est probable que des missiles iraniens frappent israel.

                                                      - Inévitablement le conflit deviendra nucléaire...

                                                      - L’Iran pourra enfin se poser en fédérateur du monde arabe. Et quelque soit la réaction Ahmadinajab en sortira renforcé.

                                                      Je pense à titre personnel que c’est un mauvais plan, pour plusieurs raisons :

                                                      - Les militaires construisent souvent tout en double, on ne peut donc exclure qu’il n’existe pas un Arak 2, etc.

                                                      - Le conflit mettra une dizaine de jours avant de devenir total.

                                                      - Les USA resteront une cible.


                                                      • frédéric lyon 23 août 2007 08:39

                                                        Après la libération des peuples kurdes et chiites en Irak, l’heure est à la libérations des peuples kurde, azéri, turkmène et arabe qui vivent aujourd’hui sous le joug des perses en Iran.

                                                        Les peshmergas attaquent les éléments de l’armée perse dans la province du kudistan « iranien » et la répression sanglante du gouvernement fasciste de Téhéran ne fait qu’accroitre l’exaspération des kurdes.

                                                        Les rebelles arabes de la province du Khouzistan multiplient les attentats contre les unités des « gardiens de la révolution », qui sont au régime ayatollesque ce que les SS étaient au régime nazi.

                                                        Les azéris n’attendent plus qu’un signe pour se soulever eux aussi. Rappelons que les azéris de Tabriz, qui sont des Turcs chiites, aspirent à se réunir avec leurs frères d’Azerbaïdjan au sein de leur état national et à renouer leurs liens avec leurs cousins de Turquie.

                                                        Le devoir de tous les vrais démocrates est de soutenir ces luttes de libération nationale.


                                                        • forum123 26 août 2007 08:39

                                                          Les Perses, les SS, les Nazis, encore du transfert d’hostilité malvenus...

                                                          Moi j’en ai marre de constater que les sionistes légitiment toujours les guerres dans les pays musulmans. Je n’oublierais jamais le soutien d’Elie Weisel, Macias Enrico, Kouchner à la guerre en Irak2 !


                                                        • alikadfr 24 août 2007 00:59

                                                          @ Frédérc

                                                          Mon cher ami soit vous êtes très naïf soit un doux rêveurs.

                                                          En tout cas vous êtes très loin de réalité du terrain.

                                                          Dans tous les pays multiethniques comme l’Iran toutes ces agitations aux quelles vous faites allusions a toujours existé et ce n’est pas pour autant que le pays des Perses comme vous dites dont la fondation même est basée sur le principe de cohabitation Des différentes ethnies qui le composent sera décomposé demain.

                                                          La majorité écrasante des peuples Azérie, Kurde, Turkmène, Arabe, etc. qui vivent en Iran sont fière d’être iranien et ne souhaite pas l’indépendance.

                                                          Mais pour comprendre cela il faut être iranien.

                                                          Ce n’est pas une question du régime puisque même à l’époque du Shah il Y avait des individus comme vous qui ne pouvaient pas supporter l’unité de ce grand Pays et souhaiter transformer Iran en Iranestan .

                                                          Ce n’est pas parce qu’il y a des attentas en corse ou au pays basque que la majorité des corses ou pays basquet veulent leurs indépendance.

                                                          Je ne sais pas pour quelle raison vous cultivez cette haine envers les perses

                                                          Mais Il faut être un minimum réaliste et non pas prendre vos désires pour la réalité.


                                                          • dan 26 août 2007 17:42

                                                            Y en a marre de cette société où il n’y a pas un seul jour des bombes qui éclatent, des incendies qui s’allument,dernières en date des attentats terroristes islamiques contre les cinémas,théâtres et salles de concert en Inde,et les incendies criminelles oeuvres des bandes et groupes terroristes incendiaires en Grèce.-------------Parfois j’ ai envie ou je rêve que des bombes atomiques,des bombes thermonucléaires éclatent et qu’on en finisse avec cette société de merde.-------------Tout cela c’est la faute au capitalisme,aux capitalistes religieux comme aux capitalistes athées.Jaurès a bien raison de dire que le capitalisme amène la guerre comme les nuages amènent l’orage.---------------------Les américains mais aussi les européens,les occidentaux capitalistes en général,ou bien sont d’une stupidité affligeante ou bien d’un cynisme consternant,sûrement les deux à la fois.Au lieu de s’attaquer à l’Irak ou même à l’Iran c’est l’Arabie Saoudite,tête du serpent wahhabite,promoteur du djihad mondial et commanditaire et financcier du terrorisme mondial qu’ils devraient s’attaquer,au lieu de cela on leur vends des armes qui se retrouvent dans les troupes d’al quaeda qui tuent leurs propres soldats et leurs prores populations civiles.Et ils croient après cela gagner la guerre.A moins qu’ils ne veulent pas gagner la guerre,qu’aucune guerre soit gagnée ou gagnable,comme cela ils peuvent vendre les armes à tous les belligérants et se faire du fric.---Ils attisent des divisions et les haines ,maintiennent des structures et des infrastructures de conflits et de guerres permanents, et àprès ils viennent en pacificateurs,en sauveurs,ils allument des incendies et viennent jouer au pompier,ils posent des mines partout et après envoient des équipes de démineurs qui posent eux mêmes des mines en cachette tout en faisant de déminer ,de sorte que plus ils déminent et plus il reste de mines,cela peut durer des siècles voire des millénaires.Ils ne veulent qu’aucune partie ne soit définitivement vainqueur de sorte que la guerre continue ad eternam.


                                                            • CASS. CASS. 28 mai 2013 20:04

                                                              wahhabisme = est une création d’arabo saoud et d’english

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès