• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Sourkov – L’Ukraine ne mérite pas de récupérer le (...)

Sourkov – L’Ukraine ne mérite pas de récupérer le Donbass

Vladislav Sourkov a déclaré dans une interview que l’Ukraine n’est pas une nation, que le Donbass est peuplé de héros, et que Kiev ne mérite pas l’honneur de récupérer cette région.

JPEG

Dans une interview accordée à « Actualnye Commentari » (Commentaires actuels), Vladislav Sourkov, l’ex-conseiller de Vladimir Poutine concernant l’Ukraine et le Donbass a commenté sa démission, l’état des relations entre la Russie et son voisin, ainsi que la situation dans la zone de conflit.

L’Ukraine n’est pas une nation

À la question du journaliste de savoir ce qu’il pense de l’Ukraine, de ses perspectives, et de ses futures relations avec la Russie, Vladislav Sourkov répond qu’en réalité l’Ukraine n’existe pas en tant que nation.

« Il n’y a pas d’Ukraine. Il y a l’ukrainité. C’est-à-dire un trouble mental particulier. Étonnamment poussé à l’extrême passion pour l’ethnographie. Une histoire locale si sanglante. Le chaos au lieu de l’État. Le borchtch, Bandera, la bandoura [une sorte de guitare – NDLR]. Mais il n’y a pas de nation. Il existe une brochure « Ukraine indépendante », mais pas d’Ukraine. La seule question est de savoir s’il n’y a pas d’Ukraine ou pas encore ?  », a-t-il déclaré.

Vladislav Sourkov a ensuite expliqué que pour lui, si elle n’existe pas encore, l’Ukraine finira par l’être avec le temps, mais que la question de sa taille et de ses frontières reste encore à définir.

« Je suis étrangement un ukro-optimiste. Je veux dire, je pense qu’il n’y a pas encore d’Ukraine. Mais avec le temps, ce sera le cas. Les gars à la houppe [référence à la coiffure traditionnelle des Ukrainiens – NDLR] sont têtus, ils le feront. Mais qu’est-ce que sera exactement l’Ukraine, quelles seront ses frontières et peut-être même sa taille – les questions sont ouvertes. Et la Russie participera à la résolution de ces problèmes d’une manière ou d’une autre  », a-t-il ajouté.

Les relations entre la Russie et l’Ukraine ont toujours été compliquées

Sourkov a ensuite abordé la question épineuse des relations entre l’Ukraine et la Russie, soulignant qu’elles ont toujours été compliquées tout au long de l’histoire commune des deux pays, et que la seule méthode qui a fait ses preuves est celle de la fraternité forcée.

«  Les relations avec l’Ukraine n’ont jamais été faciles, même lorsque l’Ukraine faisait partie de la Russie. L’Ukraine a toujours été une affaire gênante pour la bureaucratie impériale et soviétique. Parfois l’hetman Poloubotok vous laisse tomber, parfois ceux de l’ouest se tournent vers Hitler. Contraindre par la force à la fraternité est la seule méthode qui s’est historiquement avérée efficace vis-à-vis de l’Ukraine. Je ne pense pas qu’une autre méthode sera inventée  », a-t-il déclaré.

Sourkov exclut un retour du Donbass au sein de l’Ukraine

Le journaliste et politologue Alexeï Tchesnakov a ensuite demandé à celui qui était chargé par Vladimir Poutine de s’occuper du Donbass ce qu’il pense de la région, ce qu’elle représente pour lui. Vladislav Sourkov, lui répond que le Donbass n’est pas une chose, mais quelqu’un, avant de citer plusieurs des figures importantes du soulèvement de la région contre le gouvernement issu du coup d’État armé du Maïdan.

«  Le Donbass n’est pas quelque chose pour moi, mais quelqu’un. Des gens avant tout. Des gens merveilleux. Zakhartchenko, Khodakovsky, Borodaï, Pintchouk, Bolotov, Bezler, Tolstykh [le commandant Guivi – NDLR]… Beaucoup d’autres. Je suis désolé de ne pas pouvoir les énumérer tous. Et de ne pas avoir le droit de les nommer tous. Et d’avoir nommé les vivants sur un pied d’égalité avec les morts. Ce sont de vrais guerriers. Ils n’ont pas besoin d’être idéalisés, bien sûr. Différents types de personnes sont attirées par la guerre. La guerre est une affaire boueuse et désordonnée. Mais c’est la bonne chose à faire. Ils ont accepté ce travail difficile. Et ils l’ont fait  », a-t-il dit.

Sourkov a ensuite ajouté que la vie dans le Donbass est difficile et que tous ses habitants sont des héros.

« Dans le Donbass, la vie pour un civil ce n’est pas une sinécure. Tous ses habitants ont traversé de dures épreuves. Et maintenant, ce n’est pas facile là-bas. Ce sont tous des héros. De même qu’il y a des villes-héros, il y a là-bas un peuple-héros  », a-t-il ajouté.

Le journaliste aborde alors la question épineuse du retour du Donbass au sein de l’Ukraine, et demande si cela arrivera. Sourkov répond qu’il ne peut pas l’imaginer, et que l’Ukraine ne mérite pas de récupérer le Donbass, soulignant qu’il s’agirait d’un honneur que Kiev ne mérite pas.

« Je n’ai pas assez d’imagination pour l’imaginer. Le Donbass ne mérite pas une telle humiliation. L’Ukraine ne mérite pas un tel honneur  », a-t-il conclu.

L’Ukraine prouve qu’elle n’est pas digne de récupérer le Donbass

On ne peut qu’être d’accord avec cette déclaration lorsqu’on lit les propos du secrétaire du Conseil Sécurité Nationale et de Défense, Alexeï Danilov, qui après avoir prédit l’effondrement de la Russie, sur base d’arguments farfelus, a déclaré que l’Ukraine ne cherchera pas à récupérer la Crimée par la force, pour éviter prétendument les pertes civiles lors d’un affrontement avec l’armée russe.

« Dans le monde d’aujourd’hui, avec de telles armes, le nombre de victimes augmente de façon exponentielle. […] Si nous avions eu aujourd’hui la possibilité de reprendre ces territoires [la Crimée, NDLR], peut-être que nous l’aurions fait. Nous comprenons que cela pourrait causer d’immenses pertes, au premier chef parmi la population civile. Nous ne pouvons pas l’accepter, il nous reste la voie diplomatique, ce sur quoi nous travaillons  », a-t-il déclaré dans une interview à la radio « Novoe Vremya ».

Sauf qu’il y a un problème, car si on écoute la propagande ukrainienne officielle, l’Ukraine affronte déjà l’armée russe dans le Donbass… Ce qui ne laisse que deux options :

1) La propagande ukrainienne ment (c’est-à-dire la réalité), et l’armée ukrainienne n’affronte pas du tout l’armée russe dans le Donbass, et si Kiev refuse d’attaquer la Crimée, c’est parce que l’armée russe est bel et bien là-bas par contre, comme le raconte cette fameuse blague :
«  – Pourquoi l’armée ukrainienne essaie-t-elle de libérer les régions de Donetsk et de Lougansk, mais pas la Crimée ?
– Parce que la Crimée est le seul endroit où l’armée russe se trouve pour de vrai.
 »
En clair les excuses de Danilov concernant le fait d’éviter les pertes civiles servent juste à donner meilleure réputation à l’Ukraine, et surtout cela évite de devoir admettre qu’elle ne veut pas affronter l’armée russe en Crimée car ce serait une défaite cuisante assurée pour Kiev, qui cherche à éviter une telle humiliation. Eh oui, pas folle la guêpe…
De plus même sans armée russe, cela fait six ans que l’armée ukrainienne tire sur les civils du Donbass, dont les morts se comptent en milliers, et malgré ce bain de sang cela n’a pas arrêté Kiev. Ce qui montre que cette excuse est complètement bidon, et que l’Ukraine se fiche complètement des civils du Donbass.

2) La propagande ukrainienne dit vrai (ce qui n’est pas le cas dans la réalité), l’armée ukrainienne affronte l’armée russe dans le Donbass, ce qui veut dire que les civils du Donbass comptent moins que ceux de Crimée. Puisque ceux du Donbass on peut les bombarder et les tuer (ce que ne se prive pas de faire l’armée ukrainienne délibérément depuis six ans) pour affronter l’armée russe. C’est moins grave. Si on devait résumer ce qu’il vient de dire, si on accepte la propagande ukrainienne comme vraie, alors cela veut dire que les civils du Donbass sont des citoyens de seconde zone pour Kiev.

Même en essayant d’y mettre les formes et de tout faire en termes de déclarations publiques pour donner une meilleure image de l’Ukraine auprès de l’Occident, il n’y a rien à faire, à chaque fois les officiels de Kiev finissent par sortir une horreur ou une autre. Là en voulant faire croire qu’ils se soucient des habitants de Crimée, ils viennent de cracher à la figure de ceux du Donbass (dans les deux cas), voire en même temps sur leur propre propagande selon l’option choisie. Chapeau…

En tout cas avec des propos pareils, c’est sûr que la population du Donbass n’a aucune envie de retourner au sein de l’Ukraine, et que cette dernière ne mérite même pas de récupérer la région comme l’a déclaré Sourkov.

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Guy19550 Guy19550 27 février 18:28

    Faut voir grand, je propose une offensive jusque Kiev, mais il faudra pour cela un peu d’aide du côté de Odessa et de Karkov. Et surtout pas faire de prisonniers vu que les nationalistes ne méritent pas ce privilège.


    • Christelle Néant Christelle Néant 27 février 21:00

      @Guy19550
      Même si les deux républiques devaient un jour lancer une offensive, ou une contre-offensive, Zakhartchenko avait toujours dit qu’on s’arrêterait avant d’atteindre des endroits où on ne serait pas perçus comme des libérateurs mais comme des envahisseurs.


    • Guy19550 Guy19550 28 février 01:27

      @Christelle Néant
      C’est logique et pourtant le boche qui a glissé sur une peau de banane voyait les choses autrement.


    • Guy19550 Guy19550 27 février 18:32

      Je précise quand même que c’est de l’humour noir, vu à la flamande de Belgique.


      • laertes laertes 28 février 12:29

        La seule raison d’exister de l’Ukraine c’est la guerre contre le Donbass. Si ils arrêtent cette guerre, l’Ukraine ira vers le chaos.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès