• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Sur fond de guerre entre Naftogaz et Gazprom, les dettes de gaz (...)

Sur fond de guerre entre Naftogaz et Gazprom, les dettes de gaz s’accumulent en Ukraine et risquent de plonger Kiev dans le noir

Depuis plusieurs années, Naftogaz (compagnie ukrainienne) et Gazprom (compagnie russe) sont en guerre juridique et financière pour cause de contrats non remplis et de factures impayées. Les procédures et décisions de justice se multiplient sans fin.

Caricature Vitali Podvitski

La Cour d’arbitrage de Stockholm, qui juge ces litiges commerciaux, a rendu à quelques mois d’intervalle en 2017 deux jugements contradictoires sur deux dossiers différents (l’un en faveur de Gazprom, et l’autre en faveur de Naftogaz), en refusant d’appliquer lors du second procès les arguments qui ont pourtant été retenus pour alléger la condamnation de Naftogaz quelques mois auparavant.

Suite à ce jugement en défaveur de Gazprom, qui l’obligeait à payer 2,6 milliards de dollars à Naftogaz, cette dernière s’était précipitée pour faire saisir les avoir de Gazprom (en Europe surtout) et obtenir ainsi son dû.

Sauf que Gazprom a interjeté appel de ces saisies en faisant valoir que le jugement de la Cour d’arbitrage de Stockholm n’était pas valable pour les raisons annoncées ci-dessus (le deux poids deux mesures n’étant pas acceptable en matière de justice), et la compagnie russe a gagné cet appel, suspendant ainsi une partie des saisies.

Refusant la défaite, Naftogaz a annoncé hier, 1er août, qu’elle allait continuer la bataille judiciaire pour récupérer ces 2,6 milliards de dollars, et espère y arriver d’ici septembre.

Devant cet acharnement et cette volonté de faire au plus vite, on peut se demander pourquoi Naftogaz met tant d’empressement pour récupérer ces fonds.

La réponse tient une phrase : en Ukraine la majorité de ses clients n’arrivent plus à payer, résultat la compagnie est dans une situation financière critique (sans parler du fait qu’en 2019 Naftogaz perdra près de 3 milliards de dollars par an à cause de la perte du contrat de transit de gaz conclu auparavant avec Gazprom).

La conséquence immédiate c’est la fermeture du robinet de gaz. Naftogaz a ainsi coupé l’approvisionnement en gaz de deux stations thermiques qui fournissent eau chaude et électricité à la capitale ukrainienne à cause du refus de la nouvelle compagnie qui les détient de payer les dettes (1,2 milliards de hryvnias soit environ 38,1 millions d’euros) du propriétaire précédent.

Près de 3 200 bâtiments de Kiev se retrouvent ainsi sans eau chaude, dont 39 institutions médicales, 164 maternelles, 670 bureaux et 2 150 habitations.

Mais là où la situation est la plus critique c’est pour l’approvisionnement en électricité. Car les deux stations thermiques concernées (les stations 5 et 6), fournissent à elles seules 1 200 MW sur les 1 450 MW que consomme Kiev. Sans ces deux stations, l’approvisionnement électrique de la capitale sera divisé par presque six !

Résultat les hôpitaux ont reçu pour consigne de préparer une source autonome de production électrique au cas où. La station 5 a déjà été fermée et la station 6 était menacée d’être fermée cette nuit.

Devant la situation hautement critique, le gouvernement ukrainien s’est joint à la ville de Kiev pour mener des négociations avec Naftogaz afin d’empêcher la fermeture totale des deux stations thermiques. Une solution temporaire semble avoir été trouvée sous la forme d’une réduction du prix du gaz, mais le problème de fond demeure et un accord durable doit être trouvé, faute de quoi cela ne reviendra qu’à décaler de quelques mois le problème.

Car la difficulté est, que la compagnie qui gère ces stations thermiques n’arrive pas à se faire payer de ses clients finaux : les habitants.

D’après Alexandre Okhrimenko, président du Centre Ukrainien d’Analyses, la dette publique concernant les charges communales en Ukraine a atteint la somme colossale de 36,8 milliards de hryvnias (soit environ 1,17 milliards d’euros), et continue d’enfler. Les tarifs ont tellement augmenté depuis le Maïdan, sous la pression du FMI, que plus des deux tiers des Ukrainiens n’arrivent pas à payer leurs factures, ou n’arrivent à payer que la moitié du montant demandé !

Et l’État ukrainien ne pourra pas subventionner ce secteur pour empêcher coupures d’électricité et de chauffage cet hiver, car Kiev est obligé de sortir annuellement 10 milliards de hryvnias (soit environ 318,2 millions d’euros) rien que pour payer ses crédits contractés à l’étranger (dont la moitié pour le FMI), soit presque un quart du budget d’État !

Si Kiev ne paye pas le FMI c’est la faillite, et pour obtenir un autre prêt de l’institution, il lui faut augmenter encore les tarifs du gaz de plus de 60 % ! Ce qui ne va faire qu’aggraver le problème d’impayés et signerait le suicide politique de Porochenko. Tant que ce problème d’impayés n’est pas résolu, le risque de coupures massives d’eau chaude et d’électricité continuera d’exister, telle une épée de Damoclès menaçant à tout moment de tomber sur Kiev.

Voilà à quelle situation chaotique et catastrophique a mené la russophobie maladive de ceux qui ont été portés au pouvoir par le coup d’État du Maïdan. L’Ukraine poursuit de mois en mois sa somalisation, et il est à craindre que l’hiver prochain sera des plus difficiles pour ses habitants.

Christelle Néant

Voir l'article sur DONi


Moyenne des avis sur cet article :  4.76/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • sls0 sls0 2 août 18:36

    C’est comme cracher en l’air, c’est marrant sur le coup mais moins quand ça nous retombe sur la gueule.

    Les temps ne sont les mêmes mais le principe si.

    • Doume65 2 août 21:41
      Bonjour Christelle.
      Selon un reportage d’ARTE, paraitrait que l’Ukraine fait transiter du gaz russe jusqu’à la frontière avec la Slovaquie, qu’elle fait revenir quelques mètre plus loin pour pouvoir de ce fait l’acheter moins cher à l’UE, dont la Slovaquie fait partie, et ce depuis avant Maïdan. Si c’est vrai, c’est quand même pas très fairplay de la part des russes de lui vendre le gaz plus cher qu’à l’UE, alors qu’elle est voisine. Et ceci expliquerait une partie du ressentiment de certains Ukrainiens contre les russes.

      • Christelle Néant Christelle Néant 2 août 23:34

        @Doume65
        Bonjour,
        Sauf que ce n’est pas vrai. L’Ukraine paye plus cher le gaz qu’elle rachète à l’UE par rapport à ce qu’elle payait directement à Gazprom. Encore un bel enfumage d’Arte.


      • JP94 3 août 18:31

        @Doume65
        Si vous voulez encore plus de fakes russophobes, que sur Arte, il y a le Guardian..

        Je connais des
         Russes et des Ukrainiens. Aucun n’est dupe de la nature du MaÎdan, ni des véritables responsabilités. Les Ukrainiens que je connais, même ceux de l’ouest ( du village naral de Bandera !) sont anti-fascistes et n’ont rien contre la Russie, ni les Russes, avec lesquels ils ont amis. Toutefois, certaines familles sont divisées, et l’Ukraine occidentale se vide..
        On ne peut pas parler de ressentiment général contre la Russie. 
        Par ailleurs, la propagande des putschistes à l’adresse d’une partie de la population du Donbass a fait croire à certains qu’ils seraient les bienvenus à Kiev, étant hostiles aux RP du Donbass ( de petits patrons).
        Ils arrivent à Kiev les promesses en tête : logement, travail, accueil fraternel ... bien entendu, ce fut le contraire : aucun travail, aucun logement, hostilité à l’encontre de ces nouveaux concurrents, pourtant idéologiquement acquis ( mais pas au point de s’engager dans des milices !)
        Alors ils ont dû fuir en France,où l’accueil de ces europhiles pro-Maïdan ne fut non plus, de la part de notre Etat qui soutient Porochenko pour raisons peu humanitaires, à la haureur..

        A aucun moment, pour autant, ils n’ont jugé la Russie responsable de leurs malheurs...

      • Doume65 4 août 11:27

        @Christelle Néant

        « L’Ukraine paye plus cher le gaz qu’elle rachète à l’UE par rapport à ce qu’elle payait directement à Gazprom »
        Je veux bien te croire, mais alors dans quel intérêt fait-elle augmenter sa facture par cette boucle dans l’oléoduc ?
        Au passage, si tu es une source quelconque sur ces tarifs, je suis preneur, ne serait-ce que pour écrire à ARTE.

      • Christelle Néant Christelle Néant 4 août 11:34

        @Doume65
        Dans un intérêt purement propagandiste. De cette façon Kiev peut brâmer qu’ils n’achètent plus de gaz à la Russie... Voilà un article là dessus. La comparaison des prix est difficile car la dernière livraison de gaz depuis la Russie directement date, et les prix ont énormément fluctué depuis.
        https://eadaily.com/en/news/2017/11/28/precious-partners-ukraine-overpaid-172mn-to-europe-for-winter-gas


      • Doume65 4 août 16:05

        @Christelle Néant
        Merci pour ta réponse. Cependant, Eurasia daily est présenté comme « un troll du kremlin ». Sa neutralité peut donc être mise en doute. Je vais essayer de faire des recherches sur cette histoire, et si ce que tu dis se confirme, je ne comprends pas pourquoi les ukrainiens, qui pour la plupart ont un mal fou à payer leur facture de gaz ne dénoncent pas dans la rue, même s’ils sont sous propagande, cette grave atteinte à leur pouvoir d’achat par le gouvernement.


      • Doume65 4 août 16:59

        @Doume65

        Bon, je me réponds moi-même. C’est le casse-tête pour avoir des infos. Il est clair que l’Ukraine a bénéficié de prix avantageux dans le passé, jusqu’à ce que la Russie s’aperçoive qu’en plus de ne pas payer son gaz, elle en volait une partie. Je passe les étapes. En 2014, le premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk déclarait « L’Ukraine n’acceptera jamais le prix de gaz d’environ 500 dollars les 1.000 mètres cubes ». Les russes ont-ils vraiment voulu imposer ce prix ? On peut supposer une exagération de l’ukrainien, vu que la Russie vendait le gaz à l’UE 280 € les 1000m3 en 2014.
        Quoi qu’il en soit, il semble raisonnable de penser que la Russie n’a pas envie de faire bénéficier à l’Ukraine d’un prix minoré du gaz alors qu’elle n’est pas sûre d’être payée. On peut penser que si l’Ukraine achète à l’UE, c’est autant parce que seule celle-ci accepte de prendre le risque d’offrir son gaz que pour une question de prix.


      • Christelle Néant Christelle Néant 4 août 18:41

        @Doume65
        C’est sûr que la Russie en a assez de filer son gaz sans être payée pour. C’est ce qui a déclenché tout ce bordel.


      • cassini cassini 2 août 21:59

        On sait bien que la Russie ne laissera pas dans le noir et le froid la terre de ses propres origines. 


        • ykpaiha ykpaiha 3 août 02:15

          @cassini

          Si j’ai bien compris cette partie de la pensée de Vladimir Poutine,bien sur que si, et en plus il laissera bien l’Europe se défausser avant de faire quoi que ce soit.
          La question, Dombas, Otan, étant primordiale a ses yeux (entre autre ) si accord il y a ce sera a ses conditions.
          Et combien il aura raison, les gens de l’ouest n’ont qu’a gérer ce qu’ils ont fait et crées.
          La partition deviendra ineluctable, et de facto la partie est deviendra une sorte de Bielorussie indépendante, restera le cas de KIEV, qui sera central dans le chantage des meutes occidentales.
          Ce sera peut etre une deuxieme partie....Mais d’Ukraine ....plus .

        • cassini cassini 3 août 09:05

          @ykpaiha


          Si je comprend bien, vous n’avez d’Oukraina que le nom ? 

        • V_Parlier V_Parlier 3 août 10:05

          @cassini
          Etre réaliste peut suffire, surtout pour ceux qui ont vécu toute la série.


        • Christian 3 août 07:04
          les deux stations thermiques concernées fournissent à elles seules 1 200 MW sur les 1 450 MW

          On ne fournit JAMAIS une puissance, toujours une énergie. Si ces deux centrales ont une puissance de 1200MW on ne connaît rien de leur production en MWh (méga Wattheure)

          En admettant que cette puissance de 1200MW fonctionne en continu on aura alors une énergie de 1200 x 24 x 365 = 10 512 000 MWh soit 10,512 TWh ou
          10 512 millions de kWh par année, ce qui est énorme.

          Ce serait bien quand même que les journalistes arrivent une fois à faire la différence entre puissance et énergie. ce n’est pas compliqué, une voiture de 100 CV c’est la puissance et les 40 L d’essence son énergie. Soyons juste, il n’y a pas que les journalistes...

          Excusez cette ( ) hors sujet...

          • V_Parlier V_Parlier 3 août 10:11

            @Christian
            J’ai lu dans l’article une consommation (de la ville de Kiev) exprimée en puissance qu’on suppose donc être le pic de consommation au pire moment de la journée. Il me semble donc normal qu’en face on évalue la capacité à fournir en pic de puissance, là aussi. Sinon, même avec un bilan énergétique calculé moyenné sur la journée apparaissant correct ça ne marche pas. Il faut délester et faire des coupures au moment du pic de consommation.


          • Christelle Néant Christelle Néant 3 août 11:49

            @Christian
            Sauf qu’on a pas la consommation de Kiev, nous n’avons que la puissance fournie au total par les trois centrales. Donc je fais avec les données que j’ai.


          • JP94 3 août 18:38

            @Christian

            D’un côté vous avez raison, mais de l’autre, l’énergie c’est P x t . Or par unité de temps, il faut délivrer une certaine puissance : l’énergie ne suffit pas pour déterminer si un équipement est suffisant. Il faut faire face aux pics.

            Si je reprends votre exemple de la voiture, il n’est pas tout à fait exacte, car il y a la question du rendement. Donc il faut considérer l’énergie efficace. 

          • Doume65 4 août 15:51

            @Christian
            Dans l’absolu, tu as raison, mais je te trouve, pour le coup, tatillon. Ça fait des années qu’on trouve, y compris dans les revues scientifiques, le mot résolution là où l’on devrait parler de définition, et digital (relatif au doigt) à la place de numérique. Christelle ne se prétend pas journaliste scientifique.


          • Christian 5 août 06:48

            @V_Parlier

            Il est vrai que lorsqu’on a affaire à une production stable, thermique, hydraulique ou nucléaire, la puissance a plus de sens. Par contre avec le solaire ou l’éolien cela n’a aucun sens, 1 mW de puissance solaire installée et un mois de pluie : énergie zéro.
            Cela dit je regrette cette intervention, le sujet est grave et que cesse enfin cette guerre. Merci à Christelle Néant pour ses informations.



          • JC_Lavau JC_Lavau 5 août 12:22

            @Christian : 1 mW n’est pas 1 MW.

            La casse compte, pour les unités et leurs préfixes.

          • Christelle Néant Christelle Néant 5 août 13:07

            @Christian
            Merci du compliment, mais votre intervention était intéressante, je me note cela au cas où j’aurais de nouveau ce genre de cas.


          • microf 3 août 08:54

            Ce serait trés bien de les laisser dans le noir ce qui les permettra de bien refléchir.


            • captain_fred captain_fred 3 août 10:08

              Super article qui donne un bel aperçu de la situation.


              Ca confirme l’idée que la russophobie est une hérésie mais les abrutis au pouvoir sont tenaces. 
              Ils ne reculeront jamais quitte à sacrifier la population.

              Il faut vraiment rejeter en masse cette classe politique qui prend des décisions à l’inverse de l’intérêt général. Le plus dingue, c’est que les gens ne s’en rendent même pas compte. Les ignorants. 

              Pour ma part, j’attends le crash. 

              • COMEL 4 août 08:53

                vos chiffres sont inexacts : budget de l’état ukrainien 2018 : 991 milliards de grivnasdonc les 10 milliards que vous citez à rembourser chaque année représentent 1% du budget de l’état et non pas le quart selon vos dires . De plus avec plus de 18 milliards de dollards de réserves l’état ukrainien n’est pas vraiment incapable de rembourser cela . sources : https://annualreport2017.bank.gov.ua/eng.html
                https://en.interfax.com.ua/news/economic/473941.html


                • Christelle Néant Christelle Néant 4 août 11:26

                  @COMEL
                  Bonjour,
                  Il y avait une erreur en effet, de monnaie indiquée par ma source (https://ria.ru/economy/20180801/1525677875.html). Ce sont des milliards de Dollars et non de Hryvnias.
                  En tout plus de 16 milliards de dollars doivent être payés par l’Ukraine sur trois ans https://bank.gov.ua/control/en/publish/printable_article ;jsessionid=EE6385BD2E5F505355FC93E9D12690C2?art_id=63001793&showTitle=true
                  Et la Banque nationale d’Ukraine indique elle même que sans nouveau prêt du FMI ils sont foutus.


                • Guy19550 12 août 00:00

                  Bonjour Christelle,


                  Je sais que vous êtes active dans les républiques et vous avez de ce fait des informations complémentaires que je n’ai pas toujours. Je lis dans votre article qu’une solution temporaire peut être trouvée par une réduction du prix du gaz, mais c’est probablement la raison pour laquelle Pompéi est monté au créneau pour dire qu’il y avait lieu d’urgence de se conformer aux décisions antérieures (faut monter le prix du gaz et pas le baisser). Je lis aussi que l’Ukraine a lancé une nouvelle procédure pour prendre les sous des russes, c’est exact. On oublie de mentionner que la nouvelle action des ukrainiens s’est faite devant la Cour d’Arbitrage et non pas en Suède.Je constate également que les russes ne bougent pas à la suite de cela... Il n’y a pas vraiment urgence car c’est dorénavant en Suède que se joue la suite et plus devant la Cour d’Arbitrage. Faut signaler également que récemment les ukrainiens ont une dette de plus pour avoir pris un bureau d’avocat chez les anglais. En ce qui me concerne, tout cela est un faux problème. Vu la bonne entente avec les brits, ils peuvent fort bien mettre du Novitchok dans les conduites pour Kiev (à importer des brits). Je ne connais pas le pouvoir calorifique de ce gaz, mais à la vue des événements récents du côté de Salesbury, ce serait assez détonant, loool.

                  Guy

                  • Christelle Néant Christelle Néant 12 août 21:15

                    @Guy19550
                    Alors, la réduction accordée ne l’est que pour les sociétés qui gèrent la production d’eau chaude et d’électricité, pas pour le citoyen lambda. Le problème est que Naftogaz faisait payer à ces centrales le même prix que celui pour les habitants, hors il était prévu un rabais pour les sociétés « d’utilité publique » en gros. Naftogaz a du tenter cette manœuvre pas très réglo pour essayer de gratter un peu d’argent faute d’arriver à se faire payer des Ukrainiens.
                    Concernant le reste, de toute façon l’Ukraine va de plus en plus mal financièrement, même Bloomberg tire la sonnette d’alarme et alerte sur le risque de chaos financier à venir. Les réserves de liquidité de l’Ukraine fondent comme neige au soleil et le FMI ne veut toujours pas débloquer les 1,9 milliards de la 5e tranche d’aide.
                    Là même pas besoin de Novichok pour faire exploser l’économie ukrainienne, les bêtises des autorités post-Maïdan auront suffi.


                  • Guy19550 13 août 13:49

                    Si c’est pour la production d’eau chaude, je ne sais pas trop, je pensais que cela avait été supprimé il y a quelques années déjà, c’est ce que j’avais lu à l’époque.


                    Les premières tranches du FMI on fait couler pas mal d’encre, il semblerait que l’argent a été détourné à la guerre, est aussi sorti du pays par les paradis fiscaux. Je dois encore avoir les liens d’un certain Elmer (si mes souvenirs sont bons pour retrouver les liens). L’auteur a apparemment été loin dans sa recherche. Le fait est bien que cela a ralenti les versements suivants. Je vais retrouver les liens de Elmer et je les mettrai ici à la suite du reste. 

                    J’ai vu que vous avez un article pour la destruction de l’ambulance, je vais lire ce qu’il y a, j’ai lu deux autres liens, celui sur DAN et l’autre sur Novorosia, pas encore le votre. 

                    • Christelle Néant Christelle Néant 13 août 15:44

                      @Guy19550
                      J’avais vu l’information pour le tarif spécial sociétés « d’utilité publique » dans un des liens de médias ukrainiens mis dans l’article si ma mémoire est bonne.
                      Pour la première tranche du FMI oui c’est vrai, l’argent a été détourné et a atterrit dans des paradis fiscaux sur des comptes d’oligarques....


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès