• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Trois ans après la tragédie, des restes du MH17 sont toujours sur le site (...)

Trois ans après la tragédie, des restes du MH17 sont toujours sur le site du crash, et beaucoup de questions sont toujours sans réponse

À la veille du troisième anniversaire de la tragédie du crash du MH17, nous sommes revenus à Grabovo (dans l'Est de la République Populaire de Donetsk) avec des collègues de News Front et Patrick Lancaster, pour interviewer des témoins et vérifier si tous les restes de l'avion et des victimes ont été ramenés aux Pays-bas par le JIT.

L'un des témoins direct de la tragédie est un adolescent, qui nous a décrit ce qu'il a vu ce jour-là :

« J'étais à la rivière quand j'ai entendu une explosion et un claquement lourd. J'ai regardé le ciel et le Boeing est apparu là environ 10 secondes après. Il tournait dans le ciel, puis il est tombé en trois morceaux là-bas, je ne sais pas la distance exacte jusqu'à ce site. »

Cette première partie du témoignage est déjà intéressante. Car il mentionne deux bruits importants qu'il a identifiés comme étant une explosion et un claquement lourd. D'autres témoins interrogés par des journalistes comme Graham Phillips ou Patrick Lancaster, ont parlé de deux gros bruits AVANT que l'avion ne tombe et ne se brise. La description du premier bruit, me semble plus correspondre à celui d'un bang supersonique qu'à celui du lancement d'un BUK, dont le profil audio est très différent. Le deuxième, le claquement lourd, marquerait la détonation de ce qui a détruit l'avion.

Interrogé sur la présence d'un autre avion près du MH17, ce témoin n'en a pas vu à ce moment là, mais de nombreux autres témoins interrogés dans l'année qui a suivi le crash ont décrit la présence d'un autre avion, qui serait monté vers le MH17 avant qu'il ne soit détruit.

Par contre notre témoin a confirmé que durant la période où le crash a eu lieu, les avions de chasse ukrainiens sillonnaient cette partie du ciel presque tous les jours. De quoi mettre en doute les déclarations des autorités ukrainiennes affirmant que leurs avions de chasse n'avaient pas survolé cette zone ce jour-là. S'ils ne l'ont pas survolé, pourquoi le SBU semble-t-il avoir été déterminé à cacher leur présence dans le ciel ce jour-là, quitte à faire disparaître les témoins gênants ?

D'ailleurs le jeune homme ne nous donnera pas son nom, par sécurité. Une grand-mère qui passait par là peu après notre interview a refusé de témoigner face à la caméra, par peur. D'après ses dires, des personnes qui avaient accepté de témoigner en vidéo de la présence d'un autre avion ont disparu après avoir été côté ukrainien pour voir des proches. La vieille dame ne veut pas subir le même sort.

Cette question de la présence d'un autre avion dans le ciel n'est pas la seul restée en suspens concernant cette enquête. La présence de restes du MH17 dans le champ où il s'est écrasé et dans l'entrepôt situé juste à côté, trois ans après, est assez choquant, et on se demande ce qui retient le JIT de tout nettoyer correctement, et ramener le tout aux Pays-Bas.

Encore pire, dans l'entrepôt nous avons trouvé un petit os, qui devrait subit une analyse pour déterminer s'il s'agit un os humain. Nous l'avons trouvé sept mois après et dans le même entrepôt, où des journalistes néerlandais avaient trouvé un os appartenant à l'une des victimes. À l'époque il avait été demandé au JIT de finir de ramener tous les restes qui sont encore sur site.

Mais comme on peut le voir, les reste du MH17 et des victimes, tout comme la vérité, ne semblent pas être une priorité pour le comité d'enquête international.

Christelle Néant


Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

113 réactions à cet article    


  • Pascal L 18 juillet 09:21

    Au fait, le BUK est largement supersonique...


    • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 12:08

      @Pascal L
      Oui, mais dans ce cas trois sons ce seraient fait entendre : celui du lancement (car ca fait un boucan d’enfer quand il est lancé, et dans ce coin on entend même une voiture à des kilomètres), quand il franchit le mur du son, puis à l’impact. Or là on en a que deux.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 18 juillet 17:37

      @Pascal L


      On devrait se souvenir que cet appareil a été abattu le JOUR MEME DE L’INVASION de la bande de Gaza par Israel.... et que durant trois jours les médias n’ont pratiquement pas parlé de ce nouveau massacre de Palestiniens. On n’en avait que pour cet avion abattu que ni Russes ni Ukrainiens ne semblaient avoir interet a abattre, bien au contraire. ... Une coincidence.

      PJCA 

    • Pascal L 19 juillet 09:50

      @Christelle Néant
      Sur les carte fournie dans le rapport le lancement (zone de Snezhnoye) est à plus de 25 km du point d’impact. Le lancement fait du bruit, mais à 25 km, c’est peu probable. Entendre deux sons est compatible avec le scénario de l’enquête.


    • Christelle Néant Christelle Néant 19 juillet 21:43

      @Pascal L
      Eh bien cette carte est fausse. Allez sur Yandex Maps, trouvez Grabovo qui est le point où l’avion s’est crashé, puis cliquez sur la petite règle en bas à gauche, cliquez sur Grabovo, puis sur Snejnoye, mesure : 16,5 km à vol d’oiseau, 18 km pour Pervomaiskoye qui est au sud de Snejnoe. Quand on est même pas capable de vérifier une info aussi facile à trouver et qu’on se prétend un expert... No comment.


    • Dzan 20 juillet 23:13

      @Pierre JC Allard

      Meuh non.
      Ce sont les meuchants zukrainiens qui font bobos aux gentils Russes du gentil démocarate Poutine


    • gorguetto gorguetto 23 juillet 20:39

      @Christelle Néant
      Il faut chercher ailleurs maintenant, le mystère se corse et s’épaissit : Dans le MH17 il ’y avait que des macchabées, peut-être les passagers du MH370 !
      On est loin d’imaginer les possibilités de réalisations des psychopathes.
      Allez donc fouiner dans ces deux liens :
      http://reseauinternational.net/le-mh17-etait-en-realite-le-mh370/#jGc6ODfX9Ef6SseI.99
      https://fr.sott.net/article/20323-Etrange-Coincidence-La-replique-de-l-avion-de-Malaysia-Airlines-stationne-a-l-aeroport-Ben-Gourion


    • Christelle Néant Christelle Néant 23 juillet 22:30

      @gorguetto
      Bonjour, merci pour ces liens. J’ai vu la vidéo et cela pose question effectivement.


    • Pascal L 18 juillet 09:25

      ... et la portée est telle que ceux qui entendent le départ n’entendent pas l’arrivée.


      • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 12:10

        @Pascal L
        Faux. Puisque le JIT a déclaré qu’il aurait été tiré depuis la zone de Pervomaskoie qui est à peine à 18 kilomètres de Grabovo à vol d’oiseau. Et comme dit plus haut, depuis Grabovo on entend parfaitement à des kilomètres, même une simple voiture ou une mobylette. Alors un tir de BUK ....


      • Pascal L 18 juillet 18:21

        @Christelle Néant
        Mes sources sur la zone de tir sont dans l’enquête officielle, on est plutôt à 30 km du point d’impact qu’à 18 et cette distance est plus compatible avec une trajectoire balistique du missile. Je ne crois pas possible d’entendre un départ de missile à 30km. Cela fait du bruit, mais cela ne rend pas sourd.

        J’ai observé un tir de missile plus puissant que le BUK à 20 km et je n’ai rien entendu, la trajectoire était par contre bien visible au début avec le booster à poudre. Cette trajectoire disparaît sur un tir balistique qui se termine sans carburant (d’où le principe de tirer par au-dessus pour garder une réserve d’énergie).

      • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 18:54

        @Pascal L
        Le rapport du JIT indique une zone autour de Pervomaiskoye dont le maximum va jusqu’à Stepanovka, qui est à 27 km de Grabovo, mais le minimum est bien plus proche de Grabovo. Donc comme je l’ai dit vous partez de votre idée préconçue et ne prenez que ce qui vous arrange (et si ca se trouve vous êtes sourd comme un pot).
        Comme le fait que vous oblitérez totalement que personne n’a filmé ou photographié la trainée du BUK. Un machin pareil sur 30 km ca aurait du laisser un paquet de témoins photographiques et vidéo... Or bizarrement rien. L’exemple type qui montre que cela aurait du être filmé c’est la météorite de Cheliabinsk qui a fait un tabac sur Youtube


      • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 19:01

        @Christelle Néant
        De plus, le 17 juillet des combats avaient encore lieu dans la zone de Stepanovka et Saour Moguila http://ic.pics.livejournal.com/kot_ivanov/71733898/730/730_900.jpg
        Donc un BUk qui se serait trimballé dans ce coin l’armée ukrainienne l’aurait vu


      • Pascal L 19 juillet 10:00

        @Christelle Néant
        Désolé, mais les lieux que vous citez n’apparaissent pas sur les cartes du rapport. On trouve des lieux de même nom en Serbie et en Russie. Le rapport parle de Snezhnoye. 

        Mes idées préconçues proviennent du rapport de l’accident que vous devriez lire.
        Comme je l’ai dit précédemment, en limite de portée avec une trajectoire balistique, la fin de la trajectoire se fait sans carburant, donc sans trainée. J’ai assisté à des départs de missile, mais je ne me souviens pas en avoir vu des vidéos. Le problème est qu’il faut être super rapide pour sortir un appareil de photo avant que la trace disparaisse. L’exemple que vous donnez a duré beaucoup plus longtemps.

      • Pascal L 19 juillet 10:01

        @Christelle Néant
        C’est d’ailleurs pour cela qu’il existe des photos du camion avec un missile en moins. Ceci dit, ce camion n’était pas à portée des Ukrainiens tout de même.


      • Pascal L 19 juillet 12:29

        @Pascal L
        Ah j’oubliais.

        Les photos satellites de la météo montre un ciel couvert (cf P. 35 du rapport officiel). Les nuages se situent entre 3000 et 5000 pieds avec quelques orages qui montent plus haut. On ne voit donc rien au dessus de 1000m à partir du sol. Le missile et la trace de combustion disparait dans les nuages en quelques secondes seulement. Si le témoin a vu quelque chose, il était effectivement près du point de chute et il était trop loin pour entendre le départ du missile. 

      • Christelle Néant Christelle Néant 19 juillet 21:46

        @Pascal L
        La carte mentionne Stepanovka. Le reste allez regarder sur Google ou Yandex Map avant de nous sortir des lieux en Serbie et en Russie. L’orthographe ukrainienne souvent utilisée étant un chouia différente de l’orthographe russe. La trainée d’un BUK se voit pendant facilement 10 bonnes minutes. Donc largement le temps de la photographier. Il y a une vidéo de départ de BUK dans celle que je vais traduire dès que vous arrêterez de me faire perdre mon temps. Vous allez voir le barnum que c’est....


      • Christelle Néant Christelle Néant 19 juillet 21:47

        @Pascal L
        Sauf que ces photos faut prouver quand elles ont été prises, où etc. Et les conneries de Bellingcat ont été démontées depuis longtemps comme de la falsification.


      • Christelle Néant Christelle Néant 19 juillet 21:49

        @Pascal L
        Merci de prouver que vous n’avez même pas écouté ou regardé la vidéo .....


      • JC_Lavau JC_Lavau 18 juillet 09:47

        Ambigüité à la traduction, et je n’ai pas identifié au son le verbe utilisé : « il tournait dans le ciel ». Un avion, ça a trois axes de rotation : de roulis, de tangage, et de lacet. Il y avait aussi trois axes de rotation dans le repère du sol.

        Probable que les pilotes étaient déjà tués.
        Plus facile après coup que sur le moment : je trouve que l’enquêtrice aurait dû demander au jeune homme de mimer avec ses mains ce qu’il a vu l’avion faire. On ne peut pas faire confiance aux habitudes de langage du grand public pour décrire précisément les faits de l’aviation : ces habitudes et ressources sont nécessairement obsolètes et insuffisantes. On a besoin des mains en complément.

        • Pascal L 18 juillet 10:14

          @JC_Lavau
          A ce niveau de l’enquête, cela n’a plus d’importance. Les conclusions de l’enquêtes ont été publiées et ce genre d’effort ne peut guère tenir face aux évidences. Je sais depuis la publication des photos qu’il s’agit d’un missile sol-air de moyenne portée. Les enquêteurs ont retrouvé les restes d’un missile BUK dans les débris et ont pu identifier le type de charge. Le missile a explosé au-dessus du cockpit et les pilotes n’avaient aucune chance. Avec le type de missile et le type de charge, nous pouvons pratiquement donner le nom de l’opérateur du système de missile.

          Dans un pays en guerre, la publication de ce genre d’information est de nature stratégique, on peut se faire fusiller pour moins que ça, même s’il ne s’agit que d’une erreur tragique de l’opérateur. La conception même du missile fait que la confusion entre 2 aéronefs est possible, ce que l’opérateur ne pouvait ignorer.
          Cet article n’est qu’une pathétique tentative de désinformation. Pathétique, car elle ne résiste pas à un rapide examen.

        • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 12:12

          @JC_Lavau
          Ce n’était pas une enquêtrice mais ma collègue de News Front. Elle est journaliste, pas enquêtrice, donc excusez de l’approximation. Je note par contre pour les prochains témoins que je compte interroger l’idée de mimer avec les mains smiley


        • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 12:14

          @Pascal L
          C’est votre tentative de réhabiliter le rapport foireux du JIT qui est pathétique. Y a plus de trous dans ce rapport que dans un emmental. Sans parler des approximations, du fait que l’Ukraine fasse partie des enquêteurs alors qu’elle fait partie des suspects, et les conclusions foireuses. Mais ne vous inquiétez pas je vais tout réfuter en détail, point par point, ca va venir, me faut juste un peu de temps. Je rassemble les pièces du puzzle. Et il va faire mal à l’enquête officielle.


        • Pascal L 18 juillet 16:39

          @Christelle Néant
          Vous savez, j’ai travaillé dans ma jeunesse à la conception et au développement de missiles sol/air moyenne portée français et je connais par cœur le comportement de ces missiles. Si je dis que la solution était évidente dès les premières photos publiées, c’est qu’il y a des éléments objectifs qui ne peuvent pas être contredits. Ces missiles ne sont plus utilisés en occident depuis longtemps, les inconvénients dépassant les avantages.

          Je vous souhaite bien du plaisirs à rassembler des preuves si nous n’avez aucune connaissances sur le sujet.

        • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 16:43

          @Pascal L
          Vous connaissez ceux sur lesquels vous bossiez. Point. Je doute que vous connaissez aussi par coeur le fonctionnement de tous les missiles air-air d’époque soviétique et après conçus en Ukraine. Et oui je parle bien de missiles air-air.
          Ne vous inquiétez pas pour moi j’ai un bagage scientifique suffisant (un BAC +5) pour être capable d’analyser un rapport d’enquête qui se veut scientifique et qui est en réalité totalement biaisé du début jusqu’à la fin.


        • Pascal L 18 juillet 17:31

          @Christelle Néant
          Tous les missiles air-air se tirent avec une trajectoire directe. La faible taille de ces missiles (contrainte de poids) imposent à la charge d’exploser dans la cible et non à côté. Les débris indiquent clairement un explosion extérieure à l’avion et de plus au dessus du cockpit, ce qui implique une trajectoire de type balistique qui ne peut être que le fait d’un missile sol/air tiré en limite de portée. Je vous souhaite bien du plaisir à me démontrer le contraire. Seuls les missiles moyenne et longue portée ont un mode de trajectoire balistique qui implique de monter bien au dessus de la cible. L’explosion au-dessus du cockpit implique un tir venant de la zone avant, ce qu’un missile air/air ne fera jamais car il ne peut exploser à proximité de la cible et en venant de face, il est quasi impossible de faire un coup au but.


        • njama njama 18 juillet 17:40

          @Pascal L

          The assertion was supported by a space photo made presumably by a US or UK spy satellite at the moment of attack at 1:19:47 PM UTC on July 17, 2014.

          The satellite image evidencing that Malaysian Boeing MH17 (top of picture) was shot down by a Ukrainian warplane (bottom left).

          source :

          Scandal : last seconds of MH17 flight were snapshot by a US or UK spy satellite

          Fri, Nov 14, 2014
          By ORIENTAL REVIEW

          https://orientalreview.org/2014/11/14/scandal-last-seconds-of-mh17-flight-were-snapshot-by-a-us-or-uk-spy-satellite/


        • Pascal L 18 juillet 17:50

          @njama
          Les satellites qui prennent des photos sont héliosynchrones, ce qui veut dire qu’ils passent une fois par jour sur chaque point de la planète à une heure d’éclairage optimum. La probabilité d’avoir ce genre d’événement sur la pellicule tient uniquement de la propagande.

          En plus, la jolie photo que vous me proposez est un fake évident. Les échelles des deux avions ne sont pas compatibles et le tir est impossible dans cette configuration.

          Bien évidement, les photos des satellites militaires US ne se retrouvent jamais dans la presse, la définition de ces photos est une information « secret défense ».

        • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 18:17

          @Pascal L
          Vous partez du principe que le missile aurait été tiré d’en dessous. Or certains avions de chasse peuvent monter plus haut que l’altitude où se trouvait le MH17. Et certains missiles air-air ont une charge explosive qui est de plus de 50% celle du BUK, donc pas si petit que çà. Sans parler du fait qu’un avion de chasse peut se positionner en face d’un avion civil pour lui tirer dessus. Y a rien qui l’empêche donc. Sauf votre idée préconçue.


        • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 18:19

          @Pascal L
          Et pourtant la Russie a publié les siennes de photos satellites montrant les BUK ukrainiens qui étaient dans la zone de passage du MH17, et au moment du crash du MH17 c’était un satellite US qui était au dessus. Quand on prétend avoir des preuves on les montre, sinon ca accrédite la thèse que la personne raconte des cracks.


        • Pascal L 18 juillet 18:55

          @Christelle Néant
          « certains avions de chasse peuvent monter plus haut que l’altitude où se trouvait le MH17 »

           Certains avions de chasse, mais pas le Mig 25 avec des munitions, qui de plus n’est pas supersonique s’il n’est pas en piqué. De toutes façon, quelque soit la position du chasseur le missile va approcher sa cible par l’arrière pour trouver les sources thermiques. Ces missiles sont trop petits pour embarquer un radar. Une explosion au-dessus de l’avant en impensable. Et personne n’a avancé la présence d’avions aptes à l’interception sur le secteur.

          « certains missiles air-air ont une charge explosive qui est de plus de 50% celle du BUK »
          Citez vos sources. Les têtes des missiles air/air ne font pas 10% de la taille d’une tête de BUK. Les analyses de l’enquête officielle sont suffisamment précises pour ne plus laisser aucune place à ce genre de spéculations. Lisez-là et on en reparle.

          « Y a rien qui l’empêche » Certes, mais la différence de vitesse est alors proche de deux fois la vitesse du son. L’intervalle de temps pendant lequel il peut tirer son missile est alors infinitésimal et le missile devra faire des efforts considérable pour corriger sa trajectoire, ce qui rends l’interception impossible et si le missile fait le tour pour prendre l’arrière, le tireur est également dans la ligne de mire. Bonne chance au pilote de l’avion de chasse. Tous les chasseurs font une interception par l’arrière où il peuvent maintenir un écart de vitesse réduit avec la cible.

        • Christelle Néant Christelle Néant 18 juillet 19:06

          @Pascal L
          Le Mig29 est supersonique, peut monter bien plus haut que 10 km, et est chargé de missiles R-27 dotés de 39kg de charge explosive. Ces missiles existent en version à fragmentation d’après certaines sources dont Wikipedia. D’après les experts russes qui ont analysé cette histoire le missile a explosé à 1,5 m seulement du cockpit avec une charge explosive proche de la moitié de celle d’un BUK.
          Comme je l’ai dit je vais tout refaire sous forme de synthèse, mais plus je perds de temps à vous répondre, moins ca avance.


        • njama njama 18 juillet 19:10

          @Pascal L

          Les échelles des deux avions ne sont pas compatibles et le tir est impossible dans cette configuration

          le vol du Sukhoï paraît clairement ascensionnel sur la photo ... le missile pourrait avoir été tiré d’une altitude plus basse ... portée moyenne de tir d’un missile air-air 4000m ce qui explique l’écart d’échelle

          SU-25 : envergure 15,05 m longueur 14,50 m poids avec armement 14 400 kg

          BOEING 777-200ER envergure 60,93 m longueur 63,73 m poids maximum au décollage, 294,835 kg, c’est à dire une masse 20 fois supérieure
          capacité fuel 135.880 kg (135 tonnes je vous laisse calculer le volume) + le volume pour les passagers


        • JC_Lavau JC_Lavau 18 juillet 19:16

          @njama. Non, ce n’est pas un SU25 sur la photo satellitaire connue. Ailes nettement plus en flèche.


        • njama njama 18 juillet 19:52

          @JC_Lavau

          ça peut être un SU-27

          mais peu importe dézinguer un vol commercial avec un chasseur, même un SU-25 aux performances plus modestes c’est possible et c’est du tir au pigeon c’est tirer sur un éléphant ...
          les missiles sont guidés ...

          R-60 « ... doté d’un guidage à infrarouges, sous la forme d’une tête chercheuse Komar (moustique) non réfrigérée, et son contrôle en vol s’effectuait par les gouvernes situées à l’avant, les plans arrière étant des stabilisateurs fixes. Les empennages canard distinctifs sur le nez sont appelés des « déstabilisateurs », permettant d’améliorer l’efficacité des gouvernes lors de manœuvres sous fortes incidences. »
          « Jusqu’à récemment, il était considéré comme le missile air-air le plus agile du monde, capable d’engager sous un facteur de charge de 9 G des appareils manœuvrant à 8 G. Un autre avantage en sa faveur était la valeur de sa distance minimale d’engagement : à peine 300 m »

          https://fr.wikipedia.org/wiki/R-60


        • njama njama 18 juillet 20:04

          @Pascal L

          le fait d’avoir retrouvé un passager avec un masque à oxygène ne plaide pas en faveur de la thèse du missile BUK qui a des charges explosives bien plus importantes qu’un missile air-air qui a provoqué un impact limité et une forte dépressurisation ...

          http://www.air-journal.fr/2014-10-11-crash-du-vol-mh17-un-passager-decouvert-avec-un-masque-a-oxygene-5117431.html

          Le 7 octobre, Frans Timmermans, ministre des Affaires étrangères néerlandais au moment des faits et actuel 1er vice-président de la Commission européenne, pressé de questions par le journaliste Jeroen Pauw sur les informations lui ayant permis d’intervenir devant le Conseil de sécurité des Nations unies, répondit que le corps de l’un des passagers avait été retrouvé portant un masque à oxygène. Une information qui ne figure pas dans le rapport rendu public par son pays et rend impossible la thèse du tir d’un missile sol-air.

          en néerlandais > https://www.youtube.com/watch?v=GGRjHRVSDdM

          source  : http://www.voltairenet.org/article185668.html


        • Pascal L 19 juillet 10:09

          @Christelle Néant
          Personne ne parle de Mig29. D’où sort-il celui-là ?

          Quand à la charge explosive, même les Russes reconnaissent une charge 9M314 (c.f. appendice W du rapport officiel, il ne pouvait pas dire autre chose), ce qui ne laisse pas beaucoup de possibilités pour le missile. Désolé que les Russes cassent eux-même votre théorie.

        • Pascal L 19 juillet 13:30

          @njama
          Cela ne prouve rien. Un B777 est très long et tous les passagers, en particulier à l’arrière, n’ont pas forcément été tués par la déflagration. De toutes façons, l’identification de la charge ne pose plus de questions aux enquêteurs.


        • Christelle Néant Christelle Néant 19 juillet 21:53

          @Pascal L
          Eh si iil y en a qui parlent du Mig-29, même si le focus sur le Su-25 a été bien pratique pour discréditer la thèse de l’avion. Ce que Almaz-Anteï a dit c’est que si c’est bien l’hypothèse d’un BUK qui est confirmée, ce ne peut être que cette charge là. Point. Mais des experts du ministère russe de la défense sont venus à d’autres conclusions.


        • Satanas 24 juillet 05:15

          @Pascal L
          Bonjour, sur quelle enquête vous basez-vous ? parce que la seule diffusée par les médias n’est pas sérieuse, c’est le moins qu’on puisse dire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires