• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > TRUMP le tacticien au delà des trumperies médiatiques !

TRUMP le tacticien au delà des trumperies médiatiques !

Trump, affairiste milliardaire, louvoie dans les arcanes des medias tout en poursuivant, en "loucedé", son but permanent : survivre pour rester le Maître !

La bien pensance médiatique se fait des gorges chaudes ou des étranglements oesophagiques des propos volontairement vulgaires, provocateurs et incohérents du monarque étatsunien ? Seul soutien indéfectible, son électorat de base, les petits blancs lessivés par une immigration de bas salaires et par les fermetures d'usines avec délocalisations sources de majoration de profits par une classe affairiste dirigeante adoratrice du dieu-argent et thuriféraire de la religion du saint-profit !

Conserver cet électorat conquis par son franc parler va de soi. Cependant, hors d'une certaine désaffection des électeurs envers les démocrates dévoyés et serviles, c'est insuffisant pour gagner les élections de mi-mandat (ou sauver suffisamment de meubles) et pour se représenter en 2020 à la Présidence avec de bonnes chances de l'emporter. Pour y arriver Trump s'appuie sur le nationalisme de l'américain de base, toujours réveur d'une "Great America" et surtout sur l'indispensable "vote juif" sacré "faiseur de présidents".

Les coups de menton ou de gueule envers la Corée du Nord, la Chine, l'UE...., les mesures douanières unilatérales et les tentatives de démolition de toutes les instances multilatérales sont mobilisées pour la satisfaction du nationalisme américain. Ainsi Trump pourra renégocier des accords commerciaux pays par pays, négociation entre le fort et chaque faible.

Par contre, la mécanique trumpienne pour se conserver le vote juif est à la hauteur des analystes juifs qui eux ne s'en laissent pas compter : il leur faut des actes, des mesures effectives pour le soutien indéfectible à Israël et à son gouvernement. À la classique forte subvention pour l'équipement des armées israéliennes, Trump, après avoir écarté l'idée du réglement pacifique du conflit généré par la présence de Palestiniens agités et revendicatifs, parqués aux frontières ou à l'intérieur du grand Israël (selon la version partagée par les seuls juifs sionistes), se doit de fournir des gages la fois au gouvernement israélien et au groupe influent d'américains juifs.

Le premier gage de soutien, qui ne coûtait qu'une vague de réprobations sans lendemain, c'est le tansfert de l'Ambassade américaine à Jérusalem reconnue ainsi grande capitale de l'état d'Israël. Dans les faits le petit consulat américain dans la partie israélienne de Jérusalem a seulement retiré sa plaque de consulat pour la remplacer par une plus belle et plus grande avec l'inscription d'Ambassade des États-Unis d'Amérique ! C'est un beau symbole par trop insuffisant.

Le second gage de soutien est l'inflexion si ce n'est la révision de la politique américaine dans tout le moyen-orient. Et des mesures et des décisions sont prises :

- le rejet de l'accord multilatéral sur le développement du nucléaire iranien, limité à production d'uranium légèrement enrichi pour son utilisation dans les centrales électro-nucléaires, avec un contrôle sérieux par l'Agence Internationale de l'Énergie Atomique, avec reprise des sanctions économiques contre l'Iran d'une façon unilatérale avec une pression américaine sur tous les fournisseurs de l'Iran utilisant des matériels américains et/ou facturant en dollar, devise qui alors abandonne son statut de monnaie internationale pour redevenir une simple monnaie de souveraineté américaine. Les entreprises dites du monde occidentales, surtout de l'UE, sont les premières touchées. Les entreprises privées ou publiques, chinoises et russes, s'en contrefichent : c'est même une bénédiction ! Si l'accord international est dénoncé par toutes les parties, l'Iran se sentira libre d'enrichir à sa guise l'uranium pour un armement nucléaire !!! S'il le fait, Israël osera-t-il bombarder les installations nucléaires iraniennnes (en surface et enterrées) ?

- la politique de grande amitié et de soutien envers l'Arabie Saoudite et les Émirats du golfe, ces pays s'engageant -officiellemet- à ne plus soutenir l'IS ou Daesh et les islamistes terroristes. Le grand soutien des USA, avec un réarmement massif destiné à contenir les 80 millions d'Iraniens chiites et à éliminer les "rebelles chiites" du Yemen. En retombées les relations entre Israël et l'Arabie saoudite sont au beau fixe, le soutien des Palestiniens étant devenu secondaire !

- le maintien de troupes américaines sur le sol syrien pour "finir" l'éradication de Daesh et surtout, pour éviter "momentanément" l'écrasement des "rebelles démocratiques syriens" par les forces d'Assad et des Russes. En fait, Trump se doit de protéger Israël des troupes iraniennes déployées en Syrie, principalement dans les zones frontalières avec Israël. L'Iran y déploie des missiles classiques capables d'atteindre tout point d'Israël, tout en équipant les combattants du Hezbollah : c'est intolérable et il faut donc réagir et les faire partir ;

- les discussions/négociations avec "l'Ami" russe se font dans le secret de la diplomatie, par des vrais diplomates ! Poutine étant devenu le pion central incontournable sur l'échiquier. La conférence de presse d'Helsinki n'a présenté que des efluves médiatiques sans réelles décisions, les deux comparses jouant chacun sa partition avec son propre style ! Mais ils étaient heureux ! Et pourquoi ? Pour deux raisons :

+ la première parce que Assad, avec le soutien visible des forces russes, "élimine" tranquillement les poches de résistances avec des déplacements de populations, sans que les troupes américaines, basées dans d'autres secteurs (vers la Turquie et l'Irak), n'interviennent. Les troupes iraniennes n'intervenant plus directement ;

+ en contrepartie, des Autorités iraniennes ont déclaré quelques jours avant la mascarade d'Helsinki, que l'Iran était disposé à retirer, dès maintenant, ses troupes de Syrie et (même) d'Irak, à la demande des pays souverains concernés. L'Iran parlait de troupes officielles et non pas de milices privées de combattants. Ce point important dans les négociations n'a pas été relevé, volontairement. Trump présentera, le moment venu, ce retrait iranien comme le résultat de ses pressions.

Un troisième point à prendre en compte, pour Trump, est la pression des acteurs économiques américains qui s'inquiètent, à juste titre, des retombées négatives des sanctions économiques et de la bagarre commerciale. Trump pourra chanter victoire, à quelques semaines des élections de mi-mandat, s'il peut présenter le retrait des troupes iraniennes de Syrie, (puis d'Irak) comme la conséquence de sa politique de fermeté, et en conséquence assouplir ou supprimer les sanctions. D'autant plus qu'il aura contribué à rassurer les électeurs juifs américains.

 

En conclusion, Trump agit avec une certaine logique pour assurer son maintien au pouvoir, sa principale préocupation, avec en ligne de mire les élections de mi-mandat et sa propre réélection  !


Moyenne des avis sur cet article :  3.42/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • zzz'z zzz’z 20 juillet 10:17

    C’était le deal de départ : refaire une politique intérieure de reprise. Tout lâcher à l’extérieur, faire payer les membres de l’OTAN, et, laisser faire la fête du slip au complexe militaro-industriel ; de toutes façons, ce n’est pas sur ces sous et ça engrange des bénéfices de ouf ; puis ceux qui partent guerroyer ne sont pas des boys du contingent.


    • Eric F Eric F 20 juillet 12:40

      Il est cohérent dans ses objectifs de tirer toutes les couvertures vers l’Amérique (les USA spécifiquement) et dans ce cadre la mauvaise foi et les contradictions ne le gênent en aucun cas.


      • Habana Habana 20 juillet 13:25

        @Eric F
        Il n’y a aucune contradiction, excepté celles que les médias vous donnent à manger....comme toutes leurs pseudos « polémiques » là où il n’y en a pas !

        Mais le système se défend (et se défend très bien puisqu’il a l’absolue main mise sur l’ensemble des médias choisis par le CSA ou dirigé par des patrons de multinationales) via des petits soldats- journalistes bien dressés qui méprisent toute pensée pouvant sortir du « cadre » et principalement la pensée du peuple. Le « populisme », comme ils aiment à le répéter de manière outrancière et dans son sens le plus péjoratif, pour pointer du doigt une soit disante « populasse » incapable de penser, c’est évident ! Qui voudrait alors s’identifier à une telle catégorie de gens venant des tréfonds ? Bref, comme vous le dites si bien en préambule, Trump est cohérent, même très cohérent, et le jour où nous aurons à la tête de notre pays, le même genre d’homme capable de défendre l’intérêt des Français, les poules auront des dents !

      • Eric F Eric F 22 juillet 10:08

        @Habana
        « aucune contradiction » ? Si, en permanence, par exemple à côté de Poutine il affirme qu’il n’a pas de raison de penser que la Russie s’est ingérée dans la campagne présidentielle, et le lendemain aux USA il affirme avoir oublié une négation, et qu’il n’a pas de raison de croire que la Russie ne s’est pas ingérée. Idem les revirements sur la Syrie, la Corée du Nord, etc. Mais effectivement la cohérence dans tout ça c’est l’intérêt à court terme des USA, qu’importe le reste du monde. Bon, il est vrai que face à cela (la Chine également protège sans vergogne son économie), il faudrait que les gouvernants d’Europe prennent enfin des mesures pour l’intérêt de leur pays, qui semble passer à leurs yeux derrière le reste du monde.


      • zygzornifle zygzornifle 20 juillet 13:16

        Il utilise les autres pays a sa convenance , seul la Russie et la Chine fond le poids ....


        • crabo21 21 juillet 01:55

          La brutalité est en train de reprendre la main sur la diplomatie qui garantissait une certaine stabilité.

          Avec ces chefs d’etat qui s’appuient sur les mauvais sentiments en flattant les populations les plus receptives on monte des peuples entiers les uns contre les autres par le nationalisme comme l’a fait Hitler. ce sont les Trump, Erdogan, Poutine... etc...La premiere consequence est déjà interieure, c’est l’autoritarisme qui veut montrer a tous ces citoyens flatés que les opposants seront sacqués et ensuite ... ? 

          • lloreen 21 juillet 08:18
            Vous n’avez apparemment pas compris la situation.
            Voici une information qui apporte un bon éclairage sur la situation actuelle.

          • zygzornifle zygzornifle 21 juillet 10:26

            Il a raison le Trump les autres hormis la Chine de la Russie sont des couilles molle et je ne parle meme pas du caniche Macron traversant les océans pour se faire toiletter les pellicules par Trump ....


            • izarn izarn 21 juillet 16:04

              Ouaip !
              C’est quand même agir petit bras...C’est le mulot qui ne voit pas plus loin que son nez....
              En face il y a quand même des gens plus doués : Poutine, « Xi »....
              NOOOOnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn !
              Ne me parlez pas de Junker !
              Nooonnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn !
              L’image de l’UE...O combien !
               smiley


              • izarn izarn 21 juillet 16:08

                @izarn
                Erreur ; pas le mulot la taupe...Il se croit trés malin, mais le Renard l’attends à la sortie du terrier...
                Vous savez qui est le Renard ?
                Devinez !


              • leypanou 22 juillet 17:35
                Trump le tacticien au delà des trumperies ? : quelle tactique ? Il est plutôt celui qui perd le peu de crédit qui lui reste encore.

                L’adjectif fréquemment utilisé d’ailleurs est non fiable -sur ce point, il est dans la tradition des POTUS jusqu’à maintenant- : il peut dire une chose un jour et le contraire le lendemain. Il est complètement à la merci du Congrès et ne peut même pas compter sur la majorité des Républicains. Comme les Démocrates veulent sa peau, ce qui lui reste est sa base électorale.

                Aux États-Unis, il y a plusieurs lignes de politique étrangère : faites le point de ses revirements à 180°. Seul n’a pas changé, le soutien indéfectible au régime sioniste. Avec son gendre et ses soutiens financiers, ce qui n’est guère étonnant.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

hugo BOTOPO


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès