• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Ukraine : Désinformation et brouillard de guerre

Ukraine : Désinformation et brouillard de guerre

Concernant le conflit en Ukraine, j’ai essayé de me centrer sur les communications et le récit lié à la Russie en intégrant les moyens et les techniques utilisées pour le construire.

JPEG

Une guerre n’est pas seulement une succession d’évènements militaires, politiques, économiques, sociaux ou psychologiques suivies de conséquences en termes de destructions, d’affrontements, de victimes et de traumatismes.
Une guerre c’est aussi un climat de peur et d’incertitude qui fait partie intégrante de la stratégie militaire. Une guerre c’est un ensemble de communications et la construction d’un récit.

Les médias tentent de rendre compte de cet ensemble d’éléments : actions militaires, évènements, destructions, victimes, atmosphère et communications avec en général, peu de moyens de vérification sur le moment.

Pour être crédible un récit doit réunir une série de preuves : témoignages, photos, vidéos qui ponctuent et accréditent la version officielle.

 

En temps de guerre tous les gouvernements mentent et désinforment. Plus ou moins. La désinformation vise tant l’ennemi qu’il s’agit de tromper que sa propre population qu’il convient de rassurer ou de convaincre. Fausses informations, fausses photos, fausses vidéos. La désinformation fait partie de la guerre et peut prendre toutes sortes de formes. On se souvient du fameux « Radio-Paris ment, radio-Paris ment, radio Paris est Allemand » de la 2ème guerre mondiale.
C’est ce que Carl Von Clausewitz, le théoricien de la guerre totale a appelé au milieu du 19ème siècle « le brouillard de guerre  ». Un système de désinformation continuel qui ne permet pas à l’adversaire d’avoir une idée claire des mouvements et de l’état des forces ennemies. Mais aussi un climat d’incertitude dans lequel baigne la population ne sachant plus quoi et qui croire. Si l’espoir peut mobiliser et dynamiser les foules, le désespoir lui au contraire les éteint.

 

Comme toujours, les médias officiels sont les premières sources de désinformation. C'est d'ailleurs pour cela que la Russie invite ses concitoyens à ne consulter qu'eux.
Mais la communication officielle - si elle veut être crédible - doit être corroborée par des sources multiples et c’est là qu’interviennent aujourd’hui les réseaux sociaux. Souvent réputés (et de plus en plus faussement car très manipulés) comme plus spontanés, ils servent de caisses de résonnance et d’accréditation de l’information officielle. Aujourd’hui les réseaux sociaux sont les premières cibles de faux messages, faux témoignages, fausses preuves, photos truquées ou faussement attribuées et vidéos mises en ligne par des sympathisants ou des services dédiés appuyés de plus en plus souvent par des robots informatiques.

 

1. La préparation de l’opinion par la désinformation :
Evidemment la construction d’un récit et la désinformation se prépare. La communication de la Russie a trois cibles : sa population auprès duquelle elle doit justifier son intervention, l’Ukraine qu’elle s’efforce de démoraliser pour tenter de réduire sa résistance et les pays extérieurs qui doivent plus ou moins accepter les raisons annoncées de l’attaque.
Concernant les cibles russophones, la plateforme en ligne Mythos Lab, spécialisée dans la lutte contre les désinformations, a mesuré récemment le volume de tweets russes liés à la désinformation en Ukraine. A partir d’un repérage de mots clefs du 3 au 23 novembre 2021 ils ont identifiés 3000 tweets provenant de 153 comptes ayant une production 10 fois plus élevées sur le conflit que la moyenne des comptes. Sur ces 153 comptes, Un premier groupe de 95 comptes ne semblait pas avoir une production coordonnée, en revanche 58 autres comptes avaient une production coordonnée semblant provenir de 10 comptes sources. Ils ont donc montré que ces tweets avait une origine de production pyramidale. Une structure correspondant parfaitement à la diffusion coordonnée et orchestrée de mêmes messages. Par la suite ils ont mesuré la croissance de ces comptes. Ces derniers mois, et avant l’intervention, le nombre de messages a explosé, en hausse de plus de 3 000% par rapport à septembre 2021[1] et cherchant à préparer l’opinion.

JPEG - 19.4 ko
Croissance hebdomadaire des comptes Twitter diffusant de la propagande pro-Russe en décembre 2021

 

Récemment, le lundi 28 février, le groupe Meta représentant Facebook, Instagram et Whatsapp a indiqué avoir fermé une série de comptes pro-russess. « Ils utilisaient de faux profils ou des comptes piratés sur Facebook, Instagram, Twitter, Youtube, Telegram ainsi que des réseaux russes comme Odnoklassniki et VK », pour dépeindre l'Ukraine comme « un simple pion aux mains des Occidentaux ». Ces campagnes orchestrées de désinformation étaient évidemment des préparations.

2. Les tests de désinformation et les cyberattaques :

L'Express, dans un article du 25 février 2022, note :  "La première cyberattaque se serait produite mi-janvier 2022. Il s'agissait d'une opération de modification de plusieurs sites web. Les hackers ont affiché des images et des textes inquiétants sur 17 sites gouvernementaux ukrainiens. Tous ont rapidement été remis en fonction, et il semble qu'il s'agissait de tests. Les hackers voulaient peut-être évaluer la manière dont l'Ukraine allait réagir et à quelle vitesse elle parviendrait à le faire.
Une autre cyberattaque par déni de service a ciblé deux grandes banques. L'objectif était sans doute de chercher des vulnérabilités et aussi de montrer que la Russie avait la capacité de mener ce type d'opérations. Comme cette attaque s'est produit tard dans la soirée, l'impact a été réduit, mais des SMS ont tout de même été envoyés aux clients pour semer la panique en leur disant qu'ils devaient aller retirer immédiatement leurs économies. Le 23 février 2022, des sites du gouvernement ukrainien ont été visés par des attaques en déni de service » (saturation d’un serveur qui n’est plus en mesure de répondre)..
Il est probable que d’autres cyberattaques interviendront. Les plus probables seront dirigées vers les réseaux de télécommunications et d’internet. Si les Ukrainiens n’ont plus la possibilité de communiquer ou de s’informer, cela a évidemment des conséquences tant en matière de coordination, de décision ou de sentiment de sécurité. Une autre menace concerne probablement les centrales électriques.

 

3. La justification de l'invasion, les menaces et la construction du récit Russe :

Dans son message de « déclaration de guerre  », Vladimir Poutine martèle comme justification des menaces : « Quiconque tente d'interférer avec nous et plus encore de créer des menaces pour notre pays et notre peuple, doit savoir que la réponse de la Russie sera immédiate et vous conduira à des conséquences telles que vous n'en avez jamais connues dans votre histoire ».

Non seulement, Vladmir Poutine fait référence à des menaces imaginaires, mais surtout il laisse supposer des mesures de rétorsion que chacun peut imaginer nucléaire… Une déclaration lourdes de sens de la part d’un chef de gouvernement. D’ailleurs, le dimanche 27 février, il annonce mettre en alerte la "force de dissuasion" de l'armée russe qui est en partie nucléaire, décision justifiée selon lui du fait des « déclarations belliqueuses de l'Otan » et « des sanctions économiques prises à l'encontre de la Russie ».

 

Il est aussi intéressant de remarquer que le gouvernement et les médias russes ne parlent pas d’invasion de l’Ukraine, mais d’une « opération militaire spéciale en Ukraine », et dans sa déclaration, Poutine justifie cette opération par la nécessité, de défendre les séparatistes de l’est de l’Ukraine. « Nous nous efforcerons d’arriver à une démilitarisation et une dénazification de l’Ukraine. » Quelques heures auparavant, le Kremlin avait déclaré que « les responsables des « républiques » séparatistes prorusses autoproclamées avaient demandé l’« aide » de la Russie pour « repousser l’agression ukrainienne ».[2] 
Se défendre et répondre à une demande d’aide comme l’affirme Poutine est un grand classique de la désinformation. On a parfois l’impression à travers la guerre en Ukraine de revivre la crise des Sudètes de 1938, lorsque Hitler affirmait vouloir sauver les Allemands des Sudètes de l’oppression Tchécoslovaque[3]. La France et le Royaume Uni cédèrent aux pressions pour « préserver la paix » mais 5 mois plus tard, l’Allemagne poursuivait ses annexions de territoires.
 

Le fait de produire de nombreuses fausses informations donne à la Russie des arguments pour justifier ses actions militaires. Toutes sortes de fausses informations ont été fabriquées. Des publications ont montré une explosion de voiture, prétendant qu'il s'agissait d'une opération de l'Ukraine contre le chef de la police de Donetsk. Il y eu également beaucoup de fausses informations autour de groupes militaires ukrainiens et polonais qui auraient soi-disant attaqué des usines chimiques. Telegram fut beaucoup utilisé pour répandre ce type de messages. Lorsque l'on téléchargeait les vidéos, on pouvait cependant facilement accéder aux métadonnées et voir quand et où avaient été "uploadé" les images. Les analyses montraient que ces vidéos avaient été enregistrées bien avant le jour de la prétendue attaque et que le son avait été ajouté après. Des officiels russes ont également montré des images de bâtiments détruits en affirmant que c'était le fait de l'Ukraine. Toutes ces informations étaient assez rapidement démenties, mais qu’importe, il en restait toujours des traces...

 

4. Désinformer, démoraliser, désorganiser, terroriser :

La désinformation est une première étape du « brouillard de guerre ». En Ukraine, une vidéo publiée fin janvier et filmée de nuit depuis un appartement plusieurs jours avant l'invasion russe, montrait des lueurs au loin. Le message qui l'accompagnait, affirmait qu'on était en Ukraine et que les bombardements venaient de commencer. En réalité, il s'agissait d'un très gros orage. Plus tard des vidéos montreront des centaines de parachutistes semblant évoquer l’invasion russe, il s'agissait en fait d'un exercice qui datait de plusieurs années. Une autre vidéo censée montrer un avion russe qui tentait d’échapper à des tirs ukrainiens était issue d’un jeux vidéo. Une photo montrant un homme hissant le drapeau russe sur un bâtiment ukrainien avait été prise en 2014, lors de l’annexion de la Crimée. Il existe de nombreux exemples de documents et d’histoires fabriquées de toutes pièces et destinées à créer un sentiment général d’incertitude dans la population.
La Russie n’est évidemment pas la seule à pratiquer la désinformation. On trouve aussi des messages ukrainiens qui insistent et exagèrent les pertes russes. La différence entre les deux camps est que – tout comme la guerre - la campagne de désinformation Russe a été préparée et coordonnée par l’état bien avant l’intervention.
Démoraliser l’adversaire est aussi un grand classique qui fut largement utilisé par Daesh montrant des soldats prisonniers avouant leurs fautes devant une caméra. Dans le Donbass, des séparatistes pro-russes ont exposé des prisonniers ukrainiens censés avoir déserté. L’objectif était d’inciter leurs compagnons à déposer les armes.[4] « "On est très bien traité, les militaires nous ont donné la même chose à manger que pour eux", "nous ne savons pas ce que nous allons devenir. Nous avons envie de rentrer à la maison et que la guerre se termine ».

Créer la panique dans la population est un objectif du brouillard de guerre qui comporte aussi plusieurs avantages : D’une part, la panique permet d’intensifier le chaos, de compliquer la fuite ou les déplacements de population, mais il gène aussi les mouvements de troupes de l’adversaire. On se rappelle que durant la seconde guerre mondiale et la débâcle française, les colonnes de population qui fuyaient l’avancée allemande étaient attaquées par les fameux « Stukas » qui piquaient toute sirène hurlante. Cette sirène ne s’activait qu’en piqué. Sur la roue droite de l’avion, une prise d’air alimentait une petite hélice qui actionnait le hurlement de la sirène. Ce son strident provoquait la panique dans la population et parmi les chevaux des troupes montées. L’emploi de la sirène était inutile sur le plan militaire elle était purement psychologique et permettait d’accroître la panique dans la population.

 

Les armes psychologiques ont toujours été utilisées. La démonstration de l’inhumanité de l’adversaire est aussi un grand classique destiné à faire monter la colère et le ressentiment envers l’ennemi. Dans la guerre en Ukraine un célèbre reportage télévisé russe a accusé les forces ukrainiennes d'avoir crucifié un jeune garçon dans l'est de l'Ukraine au début du conflit. Les vérifications effectuées ont rapidement prouvé que l'histoire était entièrement inventée. Mais chaque soldat est un fils, un frère ou un père sensible à la situation de sa famille. Attaquer volontairement une population civile est une arme psychologique qui a été mis en œuvre pour la première fois en 1936 dans la petite ville espagnole de Guernica par la légion Condor un jour de marché. Dans la guerre moderne « totale », les civils sont autant des cibles que les militaires, d’autant qu’ils ont peu de moyens pour se protéger. S’attaquer à des civils, c’est démoraliser les soldats, mobiliser des médecins et des infirmières, engorger les établissements médicaux, créer des mouvements de panique…

Selon les affirmations de Kiev le 27 février, l'armée ukrainienne avait tué plus de 4.300 soldats russes et en a fait prisonnier près de 200. Moscou n'a donné aucun chiffre sur ses pertes depuis le début de l'offensive jeudi matin.
Le ministère de la Santé ukrainien estimait lui le 28 février que 352 civils, dont 14 enfants, seraient morts depuis le début de l’invasion russe.

 

5. Les réponse de l'Union européenne [5] :

Dans un document du 24 janvier 2022, la Commission Européenne a dénoncé la désinformation sur le conflit Russo-Ukrainien et répondu à 7 fausses affirmations de la propagande Russe.
« Il existe de nombreux exemples d'histoires fabriquées de toutes pièces. En réalité, il n'y a aucune preuve que les résidents russophones ou de souche russe dans l'est de l'Ukraine soient persécutés – sans parler d'un génocide – de la part des autorités ukrainiennes. Cela a été confirmé dans des rapports publiés par le Conseil de l'Europe[6], par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme et l'OSCE.(Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe). »
Ces 7 mythes tous faux sont les suivant :

1. « Les tensions actuelles sont le résultat d'un comportement agressif persistant de l'Ukraine et de ses alliés occidentaux. La Russie ne fait que défendre ses intérêts légitimes et n'est pas responsable de ce conflit ».
Réponse de la commission européenne : « En annexant illégalement la péninsule de Crimée et en commettant des actes d'agression armée contre l'Ukraine, la Russie, l'un des membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, a violé au moins 12 traités internationaux et bilatéraux. Il s'agit notamment de la Charte des Nations Unies, de l'Acte final d'Helsinki et de la Charte de Paris, qui garantissent l'égalité souveraine et l'intégrité territoriale des États, l'inviolabilité des frontières, l'abstention de recourir à la menace ou à l'emploi de la force, et la liberté des États de choisir ou de changer leurs propres dispositifs de sécurité. Avant ce dernier conflit, « L'agression de la Russie avait tué environ 14 000 Ukrainiens. ».

2. «  La situation en Ukraine a déclenché ce conflit. Il existe des preuves que l'Ukraine commet des atrocités contre sa population russophone dans l'est du pays. Par ailleurs la Russie doit intervenir, notamment parce que l'Ukraine et la Russie sont "une seule nation". L'Ukraine appartient simplement à la "sphère d'influence privilégiée" de la Russie.
Réponse de la commission européenne : « Pour galvaniser le soutien national à l'agression militaire de la Russie, les médias contrôlés par l'État russe ont inlassablement cherché à vilipender l'Ukraine, l'accusant de génocide présumé dans l'est de l'Ukraine, établissant des parallèles sans fondement avec le nazisme et la Seconde Guerre mondiale.(…) En réalité, il n'y a aucune preuve que les résidents russophones ou de souche russe dans l'est de l'Ukraine soient persécutés – sans parler d'un génocide – de la part des autorités ukrainiennes. Cela a été confirmé dans des rapports publiés par le Conseil de l'Europe, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme et l'OSCE.

3. « En tout état de cause, l'Ukraine devrait se tourner vers la Russie car l'UE et l'Occident ne s'intéressent pas au pays et l'ont abandonné ».

Réponse de la commission européenne : « En fait, l'Ukraine est devenue l'un des partenaires les plus proches de l'UE, un partenariat consolidé ces dernières années par l'accord d'association UE-Ukraine et la zone de libre-échange approfondi et complet. Aujourd'hui, l'UE est le premier partenaire commercial de l'Ukraine, représentant plus de 40 % de ses échanges. »

4. « La crise actuelle est la faute de l'OTAN et de l'Occident. S'ils avaient honoré leur promesse de ne pas élargir l'alliance, la Russie ne se sentirait pas menacée. »
Réponse de la commission européenne : « 
Une telle promesse n'a jamais été faite et n'a jamais été demandée à l'OTAN. Les médias russes contrôlés par l'État ont souvent affirmé que le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev s'était vu promettre « verbalement » que l'OTAN ne s'étendrait pas au-delà de l'Allemagne réunifiée. En fait, Gorbatchev lui-même a nié cette affirmation dans une interview de 2014. (…) Ces soi-disant accords verbaux sont une fiction. »

 

5. « En raison de l'expansion agressive de l'OTAN, la Russie est désormais « encerclée par des ennemis » et doit se défendre. »
Réponse de la commission européenne : « Aucun pays ou alliance n'envisage d'envahir la Russie. Personne ne menace la Russie. En fait, l'UE et l'Ukraine sont de fervents partisans de l'ordre de sécurité européen établi. (…) En termes de géographie, moins d'un seizième de la frontière terrestre de la Russie se trouve avec les membres de l'OTAN ».

6. « De toute façon, la Russie n'est pas responsable des tensions actuelles en Ukraine. L'Ukraine a délibérément violé les accords de Minsk et l'Occident continue d'armer l'Ukraine. La Russie doit réagir rapidement en défendant ses frontières. La provocation vient de l'Occident. »
Réponse de la commission européenne : « En fait, c'est la Russie qui a massé 140 000 soldats et équipements aux frontières de l'Ukraine, y compris dans la péninsule de Crimée illégalement annexée. La Russie est partie aux accords de Minsk, et ce sont les documents officiels les plus récents dans lesquels la Russie a affirmé la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine. La Russie n'a cependant pas livré de son côté la mise en œuvre des accords de Minsk. »

7. « De toute façon, l'UE est faible et hors de propos. Pourquoi même s'embêter à parler à l'UE ? »
Réponse de la commission européenne : « L'establishment politique russe a travaillé dur pour convaincre le monde que l'UE est faible et n'a aucun intérêt à faire progresser la paix et la sécurité internationales. (…) Le fait que l'Europe ait connu la paix depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale est une preuve suffisante pour réfuter cette affirmation. (…) L'UE est également la plus grande zone économique intégrée du monde et le plus grand partenaire commercial de l'Ukraine. »
 

 

[3] Les Sudètes étaient une région germanophone de la Tchécoslovaquie pays crée à la fin de la 1ère guerre mondiale. Durant l’entre-deux guerres la tension s’accroit dans cette région et le « Parti Allemand des Sudètes » demande (avec l’appui des nazis) le rattachement des Sudètes au 3ème Reich. Hitler déclare vouloir « libérer les Allemands des Sudètes » de l’oppression tchécoslovaque et annonce qu'une fois ce problème résolu, l'Allemagne se limitera à ses nouvelles frontières. Les accords de Munich sont signés fin septembre 1938 entre Hitler, Mussolini, Daladier et Chamberlain, et la France et le Royaume-Uni acceptent que l'Allemagne annexe les Sudètes. Mais en mars 1939, l’Allemagne reprendra ses annexions.

[6] Ad_Hoc_Report_Ukraine_public_en.docx.pdf


Moyenne des avis sur cet article :  1.79/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • Louis Louis 2 mars 15:05

    Toutes les guerres sont désinformation, l’idéal est de donner la parole aux deux bords puis de se faire sa propre idée

    Actuellement en France Seul C News sort timidement de la doxa officielle

    Par exemple Pascal Praud qui reçoit la journaliste (de terrain) Anne Laure Bonnel sur le donbass où Zélenski n’y apparait pas sous son meilleur jour

    https://youtu.be/Kt_5QKnNK5M

    Bien sur les autres « merdias » diront que C news est d’extxaiiiime droate  !

    Note : cette vidéo est une republication, les précédentes vidéos dont celles de C new ont été retirées

     smiley


    • nono le simplet 2 mars 15:13

      @Louis
      C news est d’extxaiiiime droate
      quelle drôle d’idée ... Cnews est aux ordres du pouvoir comme les autres, non ?
      et Pascal Praud est un journaliste politique qui ne connait rien au foot, non ?


    • Louis Louis 2 mars 15:47

      @nono le simplet
      Et les autres journaleux qu’est-ce qu’ils connaissent après avoir fait sciences pipo (ou une école de journaleux) hein nono ?
      Et toi tu travailles chez IKEA Maintenant ?
       smiley


    • nono le simplet 2 mars 16:06

      @Louis
      remarque je me doute que tu aimes bien Praud ... de droite « décomplexée » comme il dit , pote de Zemmour ...
      Anne Laure Bonnel est originaire du Donbass russophone et est pro Poutine ...
      j’adore ta conclusion ... Praud est nul ... mais les autres peut être aussi ...
      je vois que mon expression « ikea » t’as plu et tu la sers à tout bout de champ ... de rien c’est gratos ... enfin, c’est pas « tu travailles » mais « tu achètes chez Ikea et tu dis c’est moi qui l’ai fait » ..



    • charlyposte charlyposte 2 mars 17:23

      @Louis
      C’est un peu dommage que Praud fasse du Morandini pour faire du buz à qui mieux mieux smiley


    • Louis Louis 2 mars 18:53

      @nono le simplet
      Non nono j’ai toujours pensé à Ikea en voyant le drapeau ukrainien et je n’ai pas vu ton com a ce sujet
      Praud est l’un des rares journalistes à regarder (de temps en temps) des deux cotés de chaque problème quitte à jouer le couillon ignare quand ça sort de la doxa officielle
      David Pujadas aussi par moments
      Sur la radio télépublique à part élise lucet de temps en temps tous les autres sont des collabos du système (sans parler des millionnaires Lapix et Salamé) qui se revendiquent de gôche c.a.d du camp du bien LOL


    • Venceslas Venceslas 3 mars 03:07

      @Louis
      Exact. Je suis frappé par cet effort de nuances de la part de cette chaîne à propos de ces tristes événements. On sort de la pensée mainstream, justement, et ce n’est pas dommage. 


    • Ouallonsnous ? 3 mars 11:43

      @Louis

      Aucun de ces journaleux sévissant dans les merdias n’ont le courage de rapporter la vérité !

      Aucun n’a la conscience historique de voir qu’au milieu de l’Europe et aux frontières de la Russie, les intérêts anglo-yankees par l’OTAN, ont installé un embryon d’état nazi à l’instar de ce qu’ils firent avec la SDN et le traité de Versailles en Allemagne vaincue après la première guerre mondiale.

      L’ intervention Russe n’a d’autres objectifs que de contrer ces entreprises, 27 millions de morts lors de la dernière guerre mondiale financée par les prédécesseurs de ceux qui sont « à la manoeuvre » en Ukraine actuellement leur ont servi de leçon, et eux n’oublient pas !

      Cette opération de nettoyage salutaire pour l’Europe asservie par les anglo-yankees via l’Union européiste ne prendra fin que lorsque les derniers néo nazis n’auront eté butés, mêmes s’il faudra aller les chercher dans « les chiottes », et l’Ukraine de l’est , mère de la « RUS » aura rejoint toutes les Russies, pacifiques !


    • Buzzcocks 2 mars 15:17

      Une guerre, c’est moche... donc on peut quand même imaginer que dans le Donbass, les deux camps ont fait des saloperies. Donc, chaque camp peut trouver des éléments pour prouver que l’opposant est un « nazi ». Il suffit de lire les torchons de Christelle Néant, et sa gestion des commentaires. Elle ne révèle que les éléments à charge du camp qu’elle défend, et je veux bien admettre qu’elle n’invente rien et fournit effectivement des preuves étayées des exactions ukrainiennes. Mais alors, pour dénoncer les exactions russes, il ne faut pas compter sur elle ...et dans les commentaires, elle sabre tout ce qui ne lui plait pas.

      D’ailleurs, on notera qu’elle se déclare journaliste d’un média indépendant et neutre, elle parle également d’opérations spéciales comme vous le mentionnez dans votre article ... bref, la même phraséologie que les médias gouvernementaux russes. 

       


      • Taverne Taverne 2 mars 16:09

        @Satanas

        Combien est-il payé le chien-chien de Poutine pour déverser sa propagande ignoble ? 


      • Mellipheme Mellipheme 2 mars 16:40

        @Taverne
        VIVE POUTINE !!! Et longue vive au camarade Poutine !

        Ouah ouah (aboiements ignobles pour faire plaisir aux taverniphiles)
        Il y a une sacré bande de zozos donneurs de leçons sur AgoraVox, mieux vaut en rire
         smiley


      • slave1802 slave1802 2 mars 16:53

        @Taverne
        Il (ou elle, on ne sait plus trop) est payé en roubles, autant dire que plus les jours passent et plus se dessèche sa bourse...


      • charlyposte charlyposte 2 mars 17:20

        @slave1802
        Les petits porteurs vont l’avoir dans le fion...comme toujours ! smiley


      • Venceslas Venceslas 3 mars 03:13

        @Taverne
        Laissez Taverne, il y en a qui ne veulent pas se renseigner. Je vous retape le texto que m’a envoyé ce soir une amie ukrainienne qui réside en France : « Je vis cette horreur depuis 1 semaine, mes cousines sont à Kharkiv dans les abris pour les bombes, mon frères et mes amis sont bombardés, j’ai peur d’ouvrir mon portable le matin, vraiment très dur ».
        Et ça, c’est un témoignage personnel, pas un fake d’un journal otanesque, désolé. Mais il y en a ici qui, le nez dans la m... continue de dire que ça sent la rose, alors qu’ils ne connaissent personne là-bas. Et c’est à nous qu’on la boucle. J’hallucine !


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 2 mars 16:53

        Si Israël était concernée, elle aurait déjà fait un raid contre les forces militaires amassées en Biélorssie.

        La Pologne est bien trop gentille.


        • Gisyl 2 mars 20:13

          Libre à vous de croire que BFM Tv et la communication officielle de l’Union européenne détiennent le monopole de la vérité qui, si on résume le discours tient en :

          Poutine = méchant. Russie = mal absolu

          Ukraine = innocent agressé

          Libre à nous de chercher un autre son de cloche moins manichéen. Christelle Néant vous réinforme courageusement ici même depuis des années des violations continues des Accords de Minsk par des groupes nazis et vous choisissez d’écouter des gens en costards cravates qui ne sont jamais rendus dans le Donbass et ont très certainement pondu leur rapport depuis leur hôtel de Kiev.

          La Crimée est une région historiquement russe qui s’est prononcé par référendum en 2014 à plus de 95% pour le rattachement à la Russie. On ne peut se prononcer pour le droit des peuples à disposer d’eux-même sans l’appliquer également en Crimée. Élémentaire question de réciprocité. A moins bien entendu qu’on souhaite comme en 1941 — reléguer les Russes au-delà de l’Oural pour « faire l’Europe unie » selon le slogan de l’époque.

          La vérité est que les Ukrainiens souhaiteraient jeter leur origines russes pour épouser une prospérité occidentale (d’ailleurs bâtie sur la dette). Qu’ils le fassent s’ils y croient et le veulent. MAIS qu’ils ne s’avisent pas de tuer des Russes (Odessa 2014) ou de les mettre en situation de citoyens de deuxième zone comme dans les pays Baltes aujourd’hui. Les Russes ont suffisamment reculé depuis 1990 et ne reculeront plus. Pas à Kiev où la Russie est née.



          • alinea alinea 2 mars 20:27

            C’est curieux, vu de ma fenêtre, l’occident est malade, décadent, pervers et à bout de souffle ; la Russie est gaillarde, pleine d’avenir, créatrice et engagée dans des liens fructueux avec certains pays du monde.

            Aussi, les réponses de l’UE me paraissent-elles pour le moins angéliques, autosatisfaites et comme empreintes de valeurs qu’elle n’a jamais vraiment portées !!


            • Ecureuil66 2 mars 20:29

              ok pour la désinformation comme arme de guerre.... (on s’en doutait un peu) mais l’auteur de l’article n’instruit qu’à charge ! quel exemple de parti pris ! du coup est il lui-même crédible ?


              • Gérard Dahan Gérard Dahan 3 mars 11:57

                @Ecureuil66
                Vous avez raison, je ne présente qu’une face, les ukréniens probablement aussi relaient des désinformations, mais à priori, je n’ai pas l’impression que l’Ukraine envahit la Russie.


              • Gérard Dahan Gérard Dahan 3 mars 20:17

                @Satanas
                Ce n’est pas ce que j’ai écrit. Je me suis centré sur la construction du récit russe parce-que ce sont eux qui envahissent l’Ukraine pas l’inverse. La désinformation existe coté Ukrénien, mais elle n’a pas déjà fait un million de réfugiés russes en Europe...


              • cétacose2 2 mars 20:57

                Soyez rassurés Macron 1er vient d’envoyer une compagnie de chasseurs lapins en Roumanie .Aux dernières nouvelles on les recherche .....


                • Ecureuil66 2 mars 22:31

                  Je constate également que toutes les réponses aux « fakes » viennent de la commission européenne or ce sont les USA les fauteurs de troubles, les vrais dirigeants de l’OTAN qui veulent mettre des fusées au plus près de Moscou....et c’est essentiellement de là que vient le conflit

                  comme j’ai lu dans un commentaire ; l’Europe c’est comme des herbivores coincés entre des carnivores (USA et Russie) Donc la commission européenne ment de bonne foi si l’on peut dire ..Tout est fait pour amalgamer Union européenne et OTAN ce qui n’est (pas encore) la même chose

                  je me souviens du démenti officiel relatif à la prime aux hôpitaux pour chaque mort covid : en fait le même démenti avoue quand même donner une prime selon le nombre de cas covid traités ...(il ne fallait pas dire bonnet blanc mais blanc bonnet)

                  Ils nous prennent tous pour des demeurés......


                  • Les services de fret des Antonov vont manquer à l’armée française .

                    Les réformes et restructurations militaires quand on les fait en temps de paix sans préparer la guerre peuvent être désastreuse lorsque les exigences de la guerre se présentent ....

                    Chef des armées qu’il disait .....


                    • L’antonov 225 était le seul prototype ( conçu pour porter la navette russe Buran) détruit par les russes aujourd’hui, quant aux 124 ils sont surtout basés en Russie ....



                      • Gérard Dahan Gérard Dahan 3 mars 12:07

                        @SPQR audacieux complotiste chasseur de complot
                        Thierry Meyssan, le complotiste en chef que vous citez en remet effectivement une couche sur les Ukréniens nazis...


                      • @Gérard Dahan

                        M Dahan ,

                        M Meyssan est aussi respectable que vous . Il fait son boulot comme d’autres font le leur .

                        Apparemment vous semblez être comme tous ses imbéciles qui dés qu’on leur colle dans les oreilles une info qui ne cadre pas avec leurs convictions emploient des mots issu de la culture des services américains .

                        Savez vous que les ricains ont essayé de modifier le comportement des anneaux de Van Allen ?
                        Longtemps après cette expérience le climat de la terre fut instable .....


                      • @Gérard Dahan

                        Il n’ y a pas de nazi en Ukraine . Selon le Président menteur .

                        Bandera est un héro en Ukraine

                        Philippe Pétain en France est un Collabo .
                        Pierre Laval, Joseph Darnand , Maurice Papon sont des Collabos .

                        Le Président menteur va t il refaire l’histoire à l’envers et faire passer les accusations des juifs pour des mensonges, des complotistes ?
                        Curieux , n’est ce pas !

                        Le Woke Macronien est il une forme de Négationnisme déguisé ? HUUmmmm



                      • zygzornifle zygzornifle 3 mars 08:14
                        Désinformation et brouillard

                        Avec nos médias en Rance on en connait un rayon, occultation des informations et manipulations de mougeons, tous derrières le derrière de Macron.... 


                        • zygzornifle zygzornifle 3 mars 09:41

                          Pour reprendre les paroles de votre Divinité Macron, Poutine envahira l’Ukraine « quoiqu’il en coute » ....


                          • I.A. 3 mars 10:56

                            La désinformation, c’est inévitable, et votre papier en est un parfait exemple.

                            Un papier-blabla, donc, qui évite soigneusement d’aborder les faits. Vous savez, le vrai, la vérité, le vérifiable, ce que toute désinformation, aussi habile soit-elle, ne peut supprimer... ?

                            Pour être un tant soit peu crédible, il aurait fallu traiter des deux désinformations à parts égales, celle de la Russie comme celle de l’Occident. Or vous n’en faites rien. Au contraire, vous tentez de justifier la suppression des médias russes de notre paysage, bien maladroitement il faut le dire.

                            C’est bien simple, ça me fait penser à Colin Powel agitant sa petite fiole devant le Conseil de Sécurité... Pathétique, non ?


                            • goc goc 3 mars 11:23

                              En ce moment sur toutes les chaines, sévit un type complétement mytho, présenté comme un ancien espion du KGB et du coup baptisé par nos merdias « expert » en russo(phobie).

                              La première fois que le l’ai vu, c’était dans un « débat » (dans un vrai débat, il y les pour et les contres) sur France24 je crois, ou était invité le russophobe le plus hystérique de France, aka N. Tenzer. Mais celui-ci a été complétement dépassé par l’autre individu.

                              A un moment, dans une crise d’hysterie totale, le prétendu ex-espion a sorti « de toute façon on peut facilement contrer Poutine en l’empêchant d’utiliser le $$$, car la Russie ne produit rien, c’est le PIB du Portugal » .

                              A mon avis si c’est un ex-espion, c’est qu’il a été viré du KGB pour incompétence. Et s’il avait été réellement dangereux pour le pouvoir, il serait déjà en petit morceaux pour nourrir les esturgeons de la Caspienne.

                              Ceci dit, s’il est encore vivant c’est bien la preuve que la Russie est une vraie démocratie, et pas comme les USA de guantanamo et des assassinats « ciblés » un peu partout dans le monde, ou l’Arabie Saoudite avec l’assassinat du journaliste.


                              • Louis Louis 3 mars 12:10

                                @goc
                                Sergueï Jirnov un ex petit espion du KGB 
                                il essaie de vendre son livre « l’éclaireur » ce type est un mytho qui raconte n’importe quoi (il avait infiltré l’ENA ...)
                                je l’ai entendu dire qu’il était en meme temps que Poutine au centre de formation alors qu’ils ont une grande différence d’age
                                Bon, il parle français sans aucun accent mais c’est un bidon


                              • Gérard Dahan Gérard Dahan 3 mars 12:39

                                Résumé : Depuis 15 ans que je fréquente Agoravox, j’ai effectivement pu à de nombreuses reprises constater que ce site était en parti noyauté par des sympathisants pro-Russe. Il y a 7 ans j’avais déjà montré dans un article ici à l’occasion des précédentes élections présidentielles, que les « sondages » d’Agoravox étaient « bourrés » par les sympathisants de Jean-Luc Mélanchon. Malheureusement cela ne s’est pas arrangé. Et un à un les « vrais rédacteurs », qui écrivent et ne se contentent pas de poster les mêmes insultes sur de nombreux sites et forums, disparaissent les uns après les autres.
                                Les « anciens » qui subsistent encore, savent que cette idée généreuse du « journalisme citoyen » a malheureusement été balayée par les copiés-collés, les phrases toutes faites et les discours complotistes...


                                • Gérard Dahan Gérard Dahan 3 mars 13:12

                                  Pour renforcer cette évidence du « double discours » Russe, on peut citer ce matin jeudi 3 mars Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie qui a estimé dans une conférence de presse que c’était les occidentaux qui pensaient à une guerre nucléaire dans ce conflit, affirmant :

                                  "Tout le monde sait qu’une troisième guerre mondiale ne peut être que nucléaire, mais j’attire votre attention sur le fait que c’est dans l’esprit des politiques occidentaux, pas dans celui des Russes« ,

                                  Alors que dans sa déclaration de guerre Poutine avait promis :  » des conséquences telles que vous n’en avez jamais connues dans votre histoire » et que dimanche dernier il a annoncé mettre en alerte la force de dissuasion nucléaire de l’armée russe.
                                  Jusqu’à nouvel ordre, ni la France, ni les Etats-Unis n’ont mis leur force nucléaire en alerte.


                                  • Louis Louis 3 mars 13:40

                                    @Gérard Dahan
                                    Jova on l’aime ou on le déteste, mais il a du charisme et sort des clous, il explique ici comment les USA ont obligé Poutine à faire ce qu’il fait
                                    https://youtu.be/KbGpuXWgEtA
                                    J’aime mieux l’écouter lui que christophe barbier et ses amis


                                  • Gérard Dahan Gérard Dahan 3 mars 20:32

                                    "Nucléariser l’Ukraine ? Il aurait proposé de réduire son propre pays en cendre ? Avez-vous une référence pour prouver cette affirmation ? Inutile de poser la question...


                                  • vachefolle vachefolle 4 mars 07:27

                                    POUTINE BOMBARDE LA CENTRALE DE Zaporizhzhia en plein Sud-Est de l’ukraine. Il n’y a qu’une seule solution, il est FOU.

                                    C’est quasi la plus grosse centrale d’Europe.

                                    Il veut récupérer la Crimée et le Donbass, mais est pret a irradier toute la zone y compris une partie de son propre pays ?

                                    Est-ce qu’Il veut rendre l’Ukraine y compris la Crimée et le Donbass inhabitable pendant 20000 ans ?

                                    Une seule conclusion POUTINE est fou.

                                    Si ca pete il faudra evacuer tout le Sud-Est de l’Ukaine, ainsi qu’une partie de la Russie elle-même.

                                    POUTINE est fou, arretez le.

                                    Si vous voulez encore une crimée et un donbass avec des habitants, arretez Poutine


                                    • Hervé Hum Hervé Hum 4 mars 15:29

                                      Pourquoi faudrait croire les dirigeants de l’UE, plutôt que les autres ? Alors qu’il est plus qu’établie leur allégeance aux dirigeants US, maître en matière de désinformation et de manipulation de l’opinion publique. Les preuves en la matière n’étant plus à faire. Et croire qu’ils agiraient ici différemment est absurde.

                                      Il y a donc évidemment la guerre de désinformation utilisé par les dirigeants russes, mais finalement appliquant les mêmes méthodes des dirigeants occidentaux.

                                      Elle vaut dans les deux sens et croire l’un ou l’autre est alors affaire de choix.

                                      Cela dit, il y a des faits que le discours ne saurait effacer, sauf si vous ne voulez entendre que le discours bien évidemment.

                                      Par exemple, l’adhésion de l’Ukraine à l’Otan, si en effet la volonté est la paix, encourager l’idée de son appartenance tout en sachant le risque que cela comporte à déclencher la guerre n’a pas de sens, sauf à vouloir provoquer la guerre. Une organisation militaire n’est pas plus défensive qu’offensive, elle est par destination les deux à la fois. Elle sera alors défensive ou offensive selon le cas. Ici, le narratif affirmant sa vocation purement défensive est donc totalement mensongère. Là encore, la preuve n’est plus à faire.

                                      Etc...

                                      Et c’est là que votre discours pêche, il ne s’appuie pas sur des faits, mais sur un discours ou narratif.

                                      Quand à dire que la gu erre est toujours sale, c’est ce qu’on appelle une Lapalissade, mais qui n’a pas empêché les guerres d’agressions dont ce sont rendu coupable les dirigeants US et leurs vassaux de l’Otan et avec des destructions et morts qui laisse encore beaucoup de marge a Poutine avant de les égaler. Enfin, accuser Poutine de vouloir restaurer l’empire russe ou de l’ex URSS, c’est ce qu’on appelle l’hopital que se moque de la charité.

                                      Ceci étant dit, si vous voulez instaurer la paix dans le monde, il n’y a qu’une seule solution, pas deux, mais une seule. Interdire la prise de pouvoir et qui passe nécessairement par la destitution de tous les chefs de guerre quels qu’ils soient. C’est à dire, militaire, politique et surtout, économique. Mais qui ne peut se faire que sous certaines conditions et où le narratif, qu’il vienne d’Occident ou d’Asie, donc, de Poutine, Macron ou Biden doit être démonté, car ils sont tous d’accord sur celui-ci, c’est à dire, la primauté de la propriété privé sur la collectivité. La domination d’une élite sur le reste de la population.

                                      Autrement dit, vous jouez ici le dindon de la face, tout comme la plupart de ceux qui soutiennent Poutine !


                                      • Gérard Dahan Gérard Dahan 4 juin 12:09

                                        @Hervé Hum
                                        La teneur de votre réponse en dit long sur votre appartenance et où va votre allégeance... Vous êtes un petit apparatchik comme il y en a de nombreux sur Agoravox. La démonstration n’est plus à faire.

                                        « Pourquoi faudrait croire les dirigeants de l’UE, plutôt que les autres ?  » Ceux que vous désignez pudiquement par « les autres », c’est tout simplement la Russie qui attaque et envahit pour la 2ème fois en 8 ans l’Ukraine. L’Ukraine n’a pas a prouver ses sentiments, elle est attaquée. Quand un pays masse une armée le long de ses frontières, elle ne s’apprète pas à faire de la dentelle.
                                        Pourquoi plus l’UE que la Russie ? L’UE n’a attaqué personne et ce n’est pas seulement l’UE qui le dit ou les Américains (qui effectivement nous manipule), c’est aussi l’ONU, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme et l’OSCE....

                                        Vous reprenez presque mot pour mot le narratif russe sur l’UE qui déclencherait implicitement la 3ème guerre mondiale.
                                        Poutine copie de plus en plus les argumentations nazie qui pour les Sudettes, comme pour l’invasion de la Russie, a toujours tenu ce discours : "Ne faire que se défendre et envahir à contre-coeur. Un classique des dictateurs.

                                        Pour la 2ème fois en huit ans la Russie pour défendre les populations russophones envahit l’Ukraine et s’approprie une partie de son territoire. Répondre aux petits apparatchik comme vous n’est pas très difficile, votre mauvaise fois est tellement évidente.

                                        Les historiens ont tranché depuis longtemps sur cette stratégie de la guerre défensive C’est mon conseil. Cultivez-vous un peu, lisez plus les historiens et moins les idéologies.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité